troubles de la sexualié et souvenirs perdus, jouons au docteur

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Répondre
Simone

troubles de la sexualié et souvenirs perdus, jouons au docteur

Message par Simone » mar. 19 janv. 2016 15:01

Bonjour a tous,

Je sens qu'il va m'etre extremement difficile d'écrire ce sujet, que je n'ai jamais réellement abordé avec qui que ce soit.

Ma vie sexuelle est, depuis ses débuts il y a une dizaine d'année très peu satisfaisante. Ce n'est pas faute d'avoir essayé plusieurs partenaires, des deux sexes d'ailleurs; le problème vient plutot de moi, je me bloque. Un peu comme les chatouilles, qui peuvent etre agréables ou non, selon la manière dont on les accepte, j'ai tendance à rejetter, consciemment mais sans arriver à ne pas le faire ni vraiment savoir pourquoi, toute forme de plaisir. Je sens mon corps se bloquer, se contracter et c'est fini. Depuis quelques temps, a force de méditation notamment, les choses s'améliore mais ce n'est toujours pas top. Pourtant j'aime mon partenaire, et j'aime faire l'amour avec lui, simplement la plupart du temps, ou je ne sens rien, comme si mon sexe était mort, ou la sensation qui devrait etre du plaisir est rpesque douloureuse.

Sans avoir été vraiment agressée, ma première expérience sexuelle n'a pas été particulièrement heureuse, je me doute qu'il y a un lien, mais je pense surtout à l'avant. Lorsque j'étais très jeune, vers 8 ans environ, je pensais beaucoup de temps avec mon cousin, de deux ans mon ainé et que j'adorais. Je me souviens d'une fois ou il m'avait montré des images pornographiques, qui m'avaient choquées. Je me souviens également d'une fois ou, dans sa chambre, nous avons joué au "docteur", mais je ne sais pas ce qu'il s'est passé à ce moment là. Mais je sais qu'il y a eu quelque chose, sans forcément parler d'agression: avant le jeu, je pensais que nous allions vraiment jouer au docteur, genre blouse blanche etc; et je suis ressortie de cette chambre en sachant que c'était un jeu d'autre nature, mais impossible de me souvenir de ce qu'il s'est passé. Avec le recul, je me rend compte que c'est à ce moment là que les choses ont commencé à se déteriorer pour moi; cela correspond exactement à la épriode ou j'ai sauté une classe, et j'avais toujours mis tous les problèmes qui s'en sont suivis sur ce saut de classe, et pas sur ce moment là, car je l'ai interprété comme un jeu d'enfant, que c'était normal: avant le jeu. Avant de monter dans sa chambre pour ledit jeu, j'avais informé sa mère que tels étaient nos projets (encore une fois, je pensais vraiment à un jeu en blouse blanche, à rien d'autre) et je me dis que son absence de réaction m'a fait comprendre que c'était normal. Sans prétendre que c'est la cause car encore une fois je ne me rappelle pas du déroulé des évènements, je m'interroge.

Ce sujet n'est pas vraiment en rapport avec la douance, mais j'aurais souhaité avoir votre avis; d'autre que vous sont-ils concernés par le sujet? Auriez vous des pistes de réflexion? Et surtout: comment retrouver ce souvenir? J'ai essayé de me creuser la tete en méditant mais impossible de me souvenir de ce qu'ils 'est concrètement passé. Je crains notamment de créer sans le vouloir de faux souvenirs, j'ai cru comprendre que c'était plutot fréquent. De plus, comment savoir s'il y a eu abus? Un enfant de 10 ans peut-il en abuser un autre? Et surtout, est-il réellement possible de ne pas s'en souvenir? Encore une fois, je ne me souviens pas du déroulé des évènements, mais je n'ai jamais oublié que le jeu à eu lieu, et qu'il s'est passé quelque chose, je me souviens notamment de son odeur, de son excitation, mais que s'est-il passé? Est-il possible qu'ayant cru que c'était normal (du fait de la réaction de ma tante qui n'a pas relevé quand je lui ai dis avant ce qui allait se passer) j'ai cru que c'était normal et qu'il n'y avait pas lieu de se focaliser la dessus?

Je ne suis pas très claire, j'espère que vous ne m'en voudrez pas.

Merci de vos réponses,

Simone

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5589
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 38

Re: troubles de la sexualié et souvenirs perdus, jouons au docteur

Message par Fabs le vaurien » mar. 19 janv. 2016 17:45

Parfois la mémoire fait un tri nécessaire..
De même qu'il est tentant de créer des liens de causalité hors de soi pour faire explication à ce qu'on ne peut contrôler en soi. Pour autant, pas sur que ce soit si évident.

Sinon, tu n'as pas pensé à aller directement voir ton cousin et lui demander ?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Calou
Messages : 53
Enregistré le : mar. 5 janv. 2016 18:31
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: troubles de la sexualié et souvenirs perdus, jouons au docteur

Message par Calou » mar. 26 janv. 2016 13:33

Simone a écrit : Un enfant de 10 ans peut-il en abuser un autre?
Oui.
Simone a écrit :Et surtout, est-il réellement possible de ne pas s'en souvenir?
Oui.
Simone a écrit :Encore une fois, je ne me souviens pas du déroulé des évènements, mais je n'ai jamais oublié que le jeu à eu lieu, et qu'il s'est passé quelque chose, je me souviens notamment de son odeur, de son excitation, mais que s'est-il passé? Est-il possible qu'ayant cru que c'était normal (du fait de la réaction de ma tante qui n'a pas relevé quand je lui ai dis avant ce qui allait se passer) j'ai cru que c'était normal et qu'il n'y avait pas lieu de se focaliser la dessus?
Oui.

Quoi qu'il en soit tu sens qu'il s'est passé quelque chose, tu sens qu'il y a quelque chose de pas normal, donc il y a bien quelque chose qui te gêne. Tu peux faire la démarche de voir un psy pour faire un état des lieux et voir si libérer ta parole sur ce sujet peut révéler des choses et offrir des réponses. La personne à qui tu parlerais de tes interrogations pourrait aussi éventuellement t'orienter vers d'autres techniques selon ce qu'elle en penserait.
Si tu ne souhaite pas directement voir un psy, tu peux essayer d'en parler à un médecin ou toute personne de confiance qui saura t'écouter et te conseiller. Ne reste pas avec ces interrogations, cela peut devenir vraiment encombrant.
Bon courage :hai: :hai:

Répondre