De l'anxiété

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar du membre
raphie17
Messages : 31
Enregistré le : lun. 3 mars 2014 14:38
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : From LE COTEAU 42
Âge : 43

Re: De l'anxiété

Message par raphie17 » sam. 5 avr. 2014 09:14

a ragged : Je crois me reconnaître dans tes propos!!!...Sauf pour le sport ( je suis une feignasse)!!Moi je "déneuronise" quand je chante, fais tu théâtre ou danse( fort mal, mais on s'en fout, ça calme les questions un moment!!!)
Pour les réunions, j'avais trouvé un truc : " je faisais semblant d'être là"...T'es là, mais t'es pas vraiment là...Je me mettais en état d'hypnose...Bon, y a des fois où ça s'est vu, mais globalement, j'ai plutôt bien réussi à cacher mon jeu....D'autant plus que le contenu était tellement rébarbatif que mon état de conscience ne chopait que les infos intéressantes...!!!

Je suis plutôt une stressée qui cache bien son jeu ! Je réfléchis à tout, tout le temps histoire de trouver la meilleure solution et le meilleur compromis. J'envisage même "le pire" ! Mon mari me dit que je suis cinglée de penser au pire... Sauf que cela ne m'angoisse pas du tout: préparer une aventure ou un projet en visionnant déjà le pire de ce qui peut se passer me permet de passer à travers pas mal de catastrophes!
Je ne sais pas si cela s'appelle de l'angoisse du coup...
Quand je pense à ma mort et à la manière dont je voudrais que mes obsèques se réalisent, mon mari trouve ça choquant ! Sauf qu'il ne s'agit pas d'une idée noire, mais belle et bien de préparer sa "sortie" du mieux possible!
J'ai l'impression de scanner toutes les solutions et combinaisons possibles. Cela fait donc beaucoup de possibilités !
Lorsque je me suis mise à mon compte en rachetant une entreprise ( un cabinet d'assurances), j'ai envisagé toutes les solutions avec mon franchiseur en lui posant même des questions qui peuvent paraître saugrenues du type: ( attention dans ma tête ça ne dure que quelques secondes)

Moi:" en cas de conflit et de grosses émeutes par exemple, que devient mon portefeuille clientèle? Que devient la compagnie? Quelle valeur financière aura mon travail?
Parce que dans ma tête ce qui se passait à se moment là ( durant micro secondes secondes) c'était : guerre civile ou émeute -->destruction des biens---> non prise en charge des sinistres-->non paiement des primes--->faillite de la compagnie ---> je perds ce que j'ai investi financièrement-----> bref, je prends le risque d'investir dans du vent....
Bien entendu pendant tout le film je vois des morts partout, de la fumée, c'est triste et j'entends de la musique ( genre carmina burana et le peuple qui se lève..)
les mecs: bah heu.... effectivement votre portefeuille ne vaudrait plus rien..; Si la compagnie fait faillite vous avez investi XXX € pour rien...Mais vous avez de drôles de questions et une manière étrange d'envisager l'avenir...C'est pas très optimiste...
- Moi: C'est justement parce que je suis hyper optimiste que je me pose aussi ce genre de questions! Je veux savoir ce qui peut arriver de pire...L'envisager, c'est s'y préparer et ne pas être démuni au moment où cela arrive...
c'était dingue de poser cette question et je m'en suis voulue tout de suite après...mais ne pas la poser m'exposait à un vrai triturage de cerveau

Je crois que je suis dans l'hyper contrôle...Et ça en revanche, c'est stressant et très fatiguant...

Le sentiment d'angoisse, je le ressens dans les relations avec les autres:
- Qu'est ce que j'ai fait ou pu dire qui occasionne ce comportement?
- ai-je fais le maximum?
- suis-je passée à côté de quelque chose?
- Je ne fais pas assez pour lui ou pour elle?
- Au fond je sens qu'il ou elle ne m'apprécie pas?
- il ou elle dois me prendre pour une tocarde?

Cela me réveille en pleine nuit, me tiens éveillée, me rend insomniaque... je me refais le film des situations que je n'ai pas bien vécues ....

Bref, c'est chiant!
"Délaisse les grandes routes, prends les sentiers. » Pythagore

Avatar du membre
daydream
Messages : 323
Enregistré le : mer. 9 févr. 2011 14:52
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/connait-t72.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Là où la forêt regarde Paris
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par daydream » sam. 5 avr. 2014 09:34

Tu as très bien décrit ce que j'appelais: scanner le champ des possibles, oui c'est tout à fait ça, et c'est vrai que comme toi je trouve que ça confère à un certain optimisme alors que c'est toujours vu par les autres comme du pessimisme ou du défaitisme.
Et tu as mis le doigt aussi sur cette notion omniprésente: chercher à plaire, en tout cas ne pas déplaire, et tenter de faire le mieux possible. Ça aussi ça génère de l'angoisse!

Qu'est ce qu'on peut être fatigant avec tout ça:-)

Avatar du membre
ragged
Messages : 353
Enregistré le : dim. 23 mars 2014 17:00
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4786.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : elsewhere
Âge : 42

Re: De l'anxiété

Message par ragged » sam. 5 avr. 2014 11:26

Raphie17 : bin moi aussi du coup je me reconnais dans tes propos ! Je ne questionnerais pas ton post : j'approuve !!!
Tout commence aujourd'hui, tout continue demain...

Avatar du membre
fake_empire
Messages : 14
Enregistré le : mar. 11 févr. 2014 18:23
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4598.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 24

Re: De l'anxiété

Message par fake_empire » dim. 6 avr. 2014 15:11

Je suis assez sujet à l'anxiété moi aussi.
Enfin, je l'identifie comme de l'anxiété. A vrai dire, la seule chose qui me fais douter, c'est que cela ce présente de manière très diffuse dans tout ma vie (ou plutôt infuse, dans toute ma personne), que l'intensité ne semble pas être proportionnelle au caractère stressant des événements. En fait, je vois ça non pas comme une anxiété de réaction (et l'immédiateté qui va avec) mais plutôt comme une anxiété d'accumulation. Elle ressort plutôt dans les moments calmes, quand je pense ou doit faire quelque chose qui me rappelle la provenance de mes angoisses. Au niveau physique, j'ai comme un noeud dans la gorge (pas de problème de respiration, je vous rassure, ni même une sensation d'étouffement), et ça peut durer des heures, voir des jours sans s'arrêter. En tout cas c'est très fréquent, et souvent assez paralysant (paralysant est un peu fort, inhibiteur disons). Je pense que le type d'anxiété à laquelle je suis sujet relève aussi de l'anticipation, mais surtout de l'écart entre mes attentes et la réalité, à l'incapacité de faire vraiment bouger les choses. Une sorte de prison de verre, dont je suis persuadé de pourvoir sortir sans mal et ainsi retrouver ma liberté, sans pourtant y parvenir et surtout sans comprendre pourquoi. Bref, quelque chose qui semble insoluble dans la raison, qui m'échappe totalement.
Pour faire simple, le principal facteur en est l'échec, et surtout ça répétition. Bien sûr, tout ça forme un peu un cercle vicieux (échec->doute->angoisse->échec...). Je cherche encore des solution pour briser ce cercle vicieux, mais comme je l'ai dis, même me raisonner et analyser posément la situation semble inefficace (je parle de solution durable, même si je suis conscient qu'il n'y a pas de solution miracle). :nesaitpas:
"Brillant éclat, dans l'effroi de la tempête, enveloppé à jamais de ténèbres."

Répondre