De l'anxiété

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

De l'anxiété

Message par Kayeza » lun. 1 avr. 2013 22:11

C'est en lisant l'article sur la procrastination (ici et en particulier l'intervention d'amalia) que j'ai vu passer la notion d'élément anxiogène. Et, pour faire court, je me suis rendu compte, enfin il me semble, que je suis quelqu'un de très anxieux.

Bon, déjà, s'pas trop cool, parce que je m'aime bien me voir au contraire comme quelqu'un de très détendu, plutôt cool, toussa. Mais bon, passons. Si je passe mon temps à défendre l'image idéale que je me fais de moi, je ne vais pas beaucoup avancer...

Je me suis rappelé que deux personnes m'avaient déjà parlé d'anxiété : ma psy et un ami neuropsy à qui j'ai montré mes résultats de la WAIS. Depuis, deux questions principales tournent dans ma tête :
- qu'est-ce que l'anxiété, en fait ?
- comment y remédier, ou comment faire pour qu'elle ne prenne pas trop de place ?

Côté définition, j'ai d'abord regardé du côté du dictionnaire, mais ce que j'y ai trouvé ne m'a pas vraiment convaincue. Sauf à la fin :
atilf a écrit :Inquiétude a une valeur plus faible, et angoisse une valeur plus forte que anxiété. Certains auteurs spécialistes considèrent que l'anxiété est plutôt d'ordre psychique (cf. le syntagme anxiété d'esprit ds Ac. 1798-1932) et l'angoisse d'ordre physique (cf. POROT 1960, PIÉRON 1963, SILL. 1965); cette distinction ne se retrouve pas dans l'usage. On peut noter toutefois que l'anxiété a un caractère plus vague, plus diffus, relativement grave, alors que l'angoisse a un caractère plus précis, très grave.
Quand je parle d'anxiété, il me semble qu'il s'agit d'une espèce d'inquiétude diffuse, portant sur tout et n'importe quoi, qui fait qu'il est difficile d'aborder les situations avec sérénité. Comme une petite musique qui tourne tout le temps en fond sonore et qui noircit un peu l'ambiance, sans même parfois, souvent, qu'on s'en rende compte.

J'ai trouvé aussi ce paragraphe sur l'anxiété dans le sujet sur la souffrance au travail :
Zyghna a écrit :En plus des réactions de stress, purement animales, se rajoute une part purement humaine: la réflexion, la projection. L'anxiété est un élément purement imaginatif, une spéculation sur des situations à venir. L'anxiété provoque des situations de stress à la seule évocation de la situation. Le stress ne passe pas ou revient trop souvent. Les muscles et organes se contractent, provocant des problèmes gastriques, musculaires. On tombe alors dans un stress d'inertie.
Personnellement, je n'ai pas tellement de problèmes physiques, et je me demande si cela suffit à balayer l'hypothèse de l'anxiété. (Quoique... en ce moment, je remarque que j'ai des douleurs aux tempes, j'ai l'impression que c'est parce que j'ai les mâchoires serrées le plus souvent... Comme signe de détente, on a fait mieux...)

D'autre part, j'ai choisi délibérément de ne pas poster ce sujet dans la section dédiée à la douance. Je sais que l'anxiété peut être liée à la douance, mais ce n'est pas ce qui m'intéresse le plus ici. Je cherche plutôt à la cerner mieux et à voir quelles solutions peuvent exister (parce que oui, je la vois comme un problème) dans l'absolu, surdoué ou pas surdoué.

Désolée pour ce pavé un peu personnel, mais il me semble qu'il fallait bien partir de ma propre expérience.

Qu'est-ce que l'anxiété pour vous ? L'observez-vous chez vous-mêmes ou chez d'autres ? Avez-vous des propositions pour la soulager ?
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
amalia
Messages : 985
Enregistré le : ven. 11 nov. 2011 12:11
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/pres-equipe/bo ... t1011.html
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : Au sud de la banquise
Âge : 51

Re: De l'anxiété

Message par amalia » lun. 1 avr. 2013 23:23

Zut j ai perdu mon message ... Desolee ca attendra demain, enfin cet Am
Je n'ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c'est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson.''Rebecca West

Invité

Re: De l'anxiété

Message par Invité » mar. 2 avr. 2013 06:48

Bonjour,

l'anxiété " diffuse et permanente" est un symptôme et, oui, on peut agir dessus.

Par une psychothérapie, quelle que soit son école, par des approches corporelles comme la sophrologie, le yoga, par la médication quand ce n'est vraiment plus gérable.

Mon avis, c'est d'aller loin en soi avec l'aide d'un thérapeute, refaire ses fondations là où elles vacillent, là où un ciment a manqué.


Sais-tu depuis quand tu te sens anxieuse?
As-tu souvenir d'avoir été étayée ou non pendant des périodes chancelantes, et comment?

Ça vaut le coup de faire un travail sur soi, et puis c'est passionnant.

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par Kayeza » mar. 2 avr. 2013 11:11

cléo a écrit :Sais-tu depuis quand tu te sens anxieuse?
Difficile à dire... Je sais que j'ai toujours été une enfant "sage" (pas toujours bon signe, ça), "réfléchie", en tout cas ce sont les observations qui revenaient sur les bulletins scolaires et parmi les connaissances. Je pense que très tôt j'ai été dans une forme d'insécurité, en tout cas c'est comme ça que je l'interprète maintenant, notamment en observant les "réflexes éducatifs" chez ma mère (et ma soeur, qui reproduit 1:1) qui me font toujours un peu froid dans le dos.
cléo a écrit : As-tu souvenir d'avoir été étayée ou non pendant des périodes chancelantes, et comment?
Ta phrase m'a fait monter les larmes aux yeux, donc je pense que la réponse est non.
J'ai bien reçu quelques soutiens, plutôt nombreux même, mais jamais de façon suivie et régulière. Pour deux raisons : parce que j'ai/j'avais tendance à arrêter dès que je sentais que j'allais mieux (question d'argent, aussi) et aussi parce que j'ai tellement déménagé ces 15 dernières années qu'il était presque impossible d'avoir un suivi digne de ce nom. Je vais faire un autre tentative ici, en espérant y rester assez longtemps pour que ça porte ses fruits.
cléo a écrit : Ça vaut le coup de faire un travail sur soi, et puis c'est passionnant.
Ça, je le sais bien. Je pense justement que cette "découverte" de l'anxiété n'a été possible que parce que j'enlève les couches les unes après les autres et que je peux donc aller davantage en profondeur. Je me suis penchée déjà sur les "problèmes" les plus évidents, j'en viens maintenant au plus subtil. Et pour ça, oui, c'est passionnant. (Même s'il reste souvent un fond de culpabilité à m'observer le nombril, alors que d'autres... Mais bon, j'ai les moyens de m'observer le nombril, ça ne nuit à personne, que je sache, donc, allonzy !)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Invité

Re: De l'anxiété

Message par Invité » mar. 2 avr. 2013 12:57

Kayeza a écrit : (Même s'il reste souvent un fond de culpabilité à m'observer le nombril, alors que d'autres... Mais bon, j'ai les moyens de m'observer le nombril, ça ne nuit à personne, que je sache, donc, allonzy !)

Je comprends bien.
Je suis moi-même fascinée par mon fonctionnement, comprendre, décortiquer.
Mais
ça ouvre beaucoup, quand tu observes les autres ( ce que je fais en permanence :wink: ), tu fais des allers-retours entre comment toi tu marches, comment l'autre il marche, comment je fais et défais les noeuds, comment l'autre fait et défait les noeuds....enfin, on en vient toujours au "Connais-toi toi-même"!

On ne se rend pas toujours compte à quel point c'est vrai,
à quel point aussi cela rend humble, ou indulgent...

Avatar du membre
Le Ludoptère
Messages : 240
Enregistré le : mar. 18 déc. 2012 12:02
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Naoned

Re: De l'anxiété

Message par Le Ludoptère » mar. 2 avr. 2013 13:29

Je ne sais pas si ça serait une bonne définition, mais l'anxiété, je la vivait (et je la vis toujours un petit peu de temps en temps) comme un stress qui ne serait pas lié à une source précise. Un truc plus chronique en quelque sorte. Lié à une inquiétude diffuse et (mais c'est mon point de vue), une difficulté à faire émerger du sens dans la vision de l'avenir.

Après ça doit pouvoir prendre pas mal d'autres formes, je n'y connais pas grand chose.

Après, pour résoudre l'anxiété, je dirais que la "thérapie" est loin d'être un passage obligatoire. Ça peut être une solution pour pas mal de monde, mais ce n'est pas la seule. Des changements dans l'hygiène de vie, l'introspection avec un lien à l'action, les pratiques corporelles, tout cela peut amener à la résorption de l'anxiété. Après, je suppose que ça dépend de chacun, de son vécu et de sa sensibilité.

Avatar du membre
Hoppy
Messages : 1778
Enregistré le : jeu. 20 sept. 2012 09:03
Présentation : Ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Marseille
Âge : 32

Re: De l'anxiété

Message par Hoppy » mar. 2 avr. 2013 15:42

Je pense que l'anxiété est caractérisé par le fait de vivre des sentiments d'inquiétudes de tensions d'appréhension voire de la terreur (panique) face à un risque dont la nature n'est pas clairement déterminée.
A contrario de la peur qui répond à un objet précis ou situation menaçante réelle et le plus souvent immédiate. L'anxiété elle, peut être plus lancinante, plus chronique et donc plus handicapante. A mes yeux, l'anxiété peut-être normale, même nécessaire dans certaine situation, notamment par sa fonction adaptative mais inversement elle peut vite devenir une maladie débilitante.

Il existe plusieurs formes d'anxiété et je pense qu'il est important de les différencier, autant dans le fond que dans la forme (et donc de leur intensité) afin de mieux la traiter: par exemple le trac, qui est un forme d'anxiété dite "normale", l'anxiété d'anticipation, l'anxiété de performance, l'anxiété généralisé, l'anxiété chronique etc...

Personnellement, et selon ma psy, j'ai développé un trouble anxieux généralisé, je vis dans l'anxiété semi-permanente (j'enlèverais volontiers le "semi" parce que l'anxiété est toujours là, elle varie simplement en intensité). Pour la jeune fille qui rêve aussi d'harmonie du corps et de l'esprit, de sérénité, d'apaisement toussa toussa c'est raté...

J'ai pas encore trouvé toutes les parades nécessaires pour sortir de ce cercle qui me nuit, mais il y a des points clés qui peuvent évidemment aidé, sans automatiquement passer par la thérapie (même si les TCC sont bienvenues face à l'anxiété). Mais Kayeza, tu dois déjà savoir ce qui diminue l'anxiété: la relaxation, la méditation, le sport et son endorphine, une alimentation pleine de vitamine (B6-B12 en particulier et magnésium) etc...

Surtout la respiration ventrale fonctionne particulièrement bien, lorsque tu te remarques anxieuse tu arrêtes tout, tu te poses fermes les yeux et te concentres sur ta respiration ventrale, et rien que faire ça 5min ça recentre et ça fait du bien.

:ensoleillé:
«La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre» - Gandhi

Avatar du membre
lebereli
Messages : 673
Enregistré le : mer. 30 mai 2012 20:29
Présentation : Bah là, c'est un peu moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Normandie
Âge : 34

Re: De l'anxiété

Message par lebereli » mar. 2 avr. 2013 17:52

Il me semble avoir vu dans mes cours universitaires que l'anxiété est surtout un phénomène qui se manifeste lors de l'anticipation de situations perçues négativement et engendrant un stress important. C'est le caractère anticipatif qui prône.
Celui-ci est bien entendu associé à nos expériences passées et douloureuses le plus souvent.

Ce qui rend l'anxiété pénible aussi, c'est que c'est quelque chose de complètement irrationnel. C'est un grossissement important des émotions négatives ressenties face à une situation, un évènement, ... Le seul fait d'avoir identifié ses propres angoisses aident à relativiser mais cela ne les résous pas. Il faut alors trouver une solution pour changer le schéma cognitif complexe sous-jacent pour apprendre progressivement à changer sa perception et diminuer le taux d'anxiété.

Comme Hoppy, je vis au quotidien avec ces angoisses. C'est usant et fatigant, mais j'apprends à relativer, lâcher prise et dans mon cas de figure, la tcc et l'emdr m'aide beaucoup.

Après, comme cela a déjà été évoqué, une bonne hygiène et une activité physique minimale aide dans ces situations.
"Le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de brouillons."Jules Renard

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par Kayeza » mar. 2 avr. 2013 17:59

lebereli a écrit :une activité physique minimale
À force d'insister, là, tous, vous allez peut-être finir par me convaincre. Mais une activité physique, toute seule, j'ai toujours du mal à m'y motiver :(
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Invité

Re: De l'anxiété

Message par Invité » mar. 2 avr. 2013 18:11

Kayeza a écrit :
lebereli a écrit :une activité physique minimale
À force d'insister, là, tous, vous allez peut-être finir par me convaincre. Mais une activité physique, toute seule, j'ai toujours du mal à m'y motiver :(

Le yoga, le taï chi, ça peut suffire ;)

Sinon l'anxiété pousse sur un terreau, et c'est ce terreau qu'il faut gratter.
L'anxiété, c'est la partie émergée de l'iceberg.

Il faut écouter son enfant intérieur, je pense.....

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par Kayeza » mar. 2 avr. 2013 18:24

cléo a écrit :Le yoga, le taï chi, ça peut suffire ;)
Ben oui mais même ça, faut se motiver pour le faire - seule à la maison ou en groupe, c'est pareil. Faut se sortir du cocon de l'ordi et de la couette, et ça, c'est super anxiogène ! :D J'exagère un peu, mais c'est vrai que j'ai du mal à trouver la motivation et le sens à l'activité physique - en général, une fois que j'y suis, ça va. Mais pour m'y mettre, bonjour...
cléo a écrit : Il faut écouter son enfant intérieur, je pense.....
C'est justement une des choses sur lesquelles je me penche sérieusement. En m'intéressant par exemple à l'éducation dite alternative, en passant du temps avec des enfants, et tout un tas de choses pour la "petite moi".
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Invité

Re: De l'anxiété

Message par Invité » mar. 2 avr. 2013 20:21

Kayeza a écrit :
cléo a écrit :
cléo a écrit : Il faut écouter son enfant intérieur, je pense.....
C'est justement une des choses sur lesquelles je me penche sérieusement. En m'intéressant par exemple à l'éducation dite alternative, en passant du temps avec des enfants, et tout un tas de choses pour la "petite moi".
Education alternative?
Tu parles de techniques genre Freinet?
A mon école primaire, j'avais des maîtres Freinet.Ça me convenait parfaitement.

Prends bien soin de ta " petite toi ", elle a toujours beaucoup de choses à dire :smile:

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par Kayeza » mar. 2 avr. 2013 20:53

cléo a écrit :Education alternative?
Tu parles de techniques genre Freinet?
J'ai commencé par ça (Steiner-Waldorf, un peu Montessori), puis comme j'ai quand même une sorte de dent contre l'école, je me suis tournée vers les théories sur le "parentage proximal" et les théories de l'attachement (plutôt parental, donc, en tout cas moins éducatif / scolaire). Ça fait longtemps que j'ai envie de créer un sujet là-dessus, mais entre la procrastination, la légitimité que je ne m'accorde qu'à moitié et la peur de me mettre sur les dos les parents de l'assistance d'ici, ben, je ne l'ai toujours pas fait. Mais ça viendra, sans doute.
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Invité

Re: De l'anxiété

Message par Invité » mar. 2 avr. 2013 21:24

( Je déborde du topic, pardon)
Tu connais ça?
http://m.rue89.com/#/news/238499

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par Kayeza » mar. 2 avr. 2013 21:50

Hors-sujet
cléo a écrit :( Je déborde du topic, pardon)
Tu connais ça?
http://m.rue89.com/#/news/238499
J'en ai entendu parler de l'école chez Pierre Rabhi, oui.
(Attention, ton lien est en partie corrompu, il faudrait retrouver l'article sur le site version ordi...)
Si le sujet t'intéresse, il en question là : Les systèmes d'éducation et là la Pédagogie Montessori...école pour la vie?
Comme je disais, je m'intéresse maintenant surtout aux enfants dans le cadre de la famille, IEF (instruction en famille), parentage proximal, et compagnie, comme présenté par exemple par le magazine "Grandir autrement" et sur le site "attachment parenting". Faut vraiment que je crée ce sujet...
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
Léo
Messages : 640
Enregistré le : lun. 1 avr. 2013 18:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : A l'ouest
Âge : 36

Re: De l'anxiété

Message par Léo » mar. 2 avr. 2013 23:46

L'anxiété... Arf. Gloups !
Je me retrouve dans pas mal des descriptions faites ci-dessus...
cléo a écrit :
Kayeza a écrit :
lebereli a écrit :une activité physique minimale
À force d'insister, là, tous, vous allez peut-être finir par me convaincre. Mais une activité physique, toute seule, j'ai toujours du mal à m'y motiver :(

Le yoga, le taï chi, ça peut suffire ;)

Sinon l'anxiété pousse sur un terreau, et c'est ce terreau qu'il faut gratter.
L'anxiété, c'est la partie émergée de l'iceberg.

Il faut écouter son enfant intérieur, je pense.....
Aujourd'hui j'ai enfin revu un kiné pour mes problèmes de dos... le début d'une grande aventure.
Avant je marchais beaucoup mais depuis que je vis à la campagne je marche beaucoup moins mais aussi depuis que j'ai développé une peur assez vague mais scélérate du déplacement...

J'aimerais bien pouvoir définir l'angoisse / anxiété et cerner le phénomène anxieux afin de l'observer autrement qu'en le 'subissant'. Pouvoir extraire quelque chose de concret même si c'est minuscule, informe, et placer cette chose à une distance raisonnable. Je ne sais pas si c'est très clair... Plus jeune j'imaginais une machine pour extraire les pensées afin qu'elles sortent sans avoir été transformées par la parole ou le temps. Sans doute que cela rejoint l'envie d'avoir le contrôle, ce qui n'est pas toujours une bonne chose...

Si tout devient anxiogène ce n'est pas que tout est anxiogène. Dans le cas des phobies, même si c'est un peu différent parce qu'on 'choisit' / investit un objet , l'objet en question devient anxiogène parce que c'est là qu'on a 'décidé' de placer son angoisse... Dans le cas de l'anxiété généralisée ça se complique. Aucun 'objet' n'est vraiment investi. Tout devient donc anxiogène. C'est le caractère un peu 'totalitaire' qui est effrayant. Où chercher ? qu'est ce qu'on va trouver ? est-ce une chose ? plusieurs choses ? rien ? Finalement c'est peut être à mettre en lien avec la quête de soi.

Comment en arrive t-on là ? pourquoi ? C'est peut être que quelque chose est rompu entre soi et ce qui est là devant soi. La vie devant soi. Mais aussi et sans doute la vie derrière soi. Le passé ayant quand même son rôle dans le processus. Je ne sais pas. Ma mère a été / est agoraphobe et prend des médicaments depuis longtemps. Il y a sans doute un lien. Je travaille là dessus parce que je suis excessivement anxieuse aussi et qu'au fur et à mesure des années je constate que c'est pas forcément mieux. L'angoisse est la reine du déplacement là où l'angoissé est le roi du...hum... là où l'angoissé craint le déplacement. Je fais ce lien parce que je me suis soudainement mise à avoir très peur des déplacements (sortir, prendre les transports, changer d'endroit...). Je me force. Et d'ailleurs je suis souvent contente quand j'y arrive. Mais je suis en colère parce que fut un temps où je n'étais pas comme ça. C'est ça qui me met en colère : le fait d'avoir été 'autonome' et puis soudain... Bing ! Même si ce n'est pas si soudain parce que des tas de petits soudains ont pris le temps de pousser. (Sur le terreau )

Il y a aussi un lien avec les ruptures (de toutes sortes). Je crois que quand beaucoup de choses nous touchent de trop près on a envie de se protéger. On peut réussir à se protéger un temps mais si cette protection s'est faite en réaction à des situations finalement douloureuses, difficiles à vivre, forcément qu'à un moment il y aura rupture.

Sinon, j'ai pas mal de symptômes physiques. Je suis en état d'hyper vigilance et c'est épuisant. Mon psy m'a dit que je ferais une très bonne 'caméra /radar'... J'ai souvent l'impression que je vais tomber... D'ailleurs je crois que c'est lié au fait de se sentir toujours à côté de la plaque. C'est une sorte de déséquilibre permanent qu'il faut compenser et cela me ramène à mes problèmes de dos. J'ai une scoliose assez baraquée... un beau s qui fait que je passe mon temps à compenser...

Bref, Je ne sais pas si je m'exprime bien. Mais ça fait du bien d'en parler.

Être entouré.e et soutenu.e, compris en fait, c'est très important. Je suis bien entourée. donc tout n'est pas sombre. J'espère que pour ceux et celles qui souffrent d'anxiété, vous avez des sas de décompression, quelques oreilles attentives aussi.

Je vous souhaite une bonne nuit :-)
"Soudain, la jeune fille, le plus tranquillement du monde, entreprit de se curer le nez avec les doigts." Witold Gombrowicz

Avatar du membre
Keegane
Messages : 351
Enregistré le : lun. 22 avr. 2013 20:06
Présentation : deux mots
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : au milieu des vignes beaujolaises
Âge : 30

Re: De l'anxiété

Message par Keegane » dim. 26 mai 2013 10:32

Voilà un sujet qui me touche particulièrement.

Je ne sais pas si je pourrai apporter plus de réponse ou de nouvelles pistes, mais bon ... Je ne sais pas définir clairement l'anxiété, je conçois la définition et je la relis à chaque fois, mais pour moi, je la "vis. Je vais tenter de m'expliquer :

L'anxiété est quelque chose que je ressens aussi bien dans ma tête que dans mon corps. Elle se traduit par de la peur sous forme de questions qui s'enchaînent, d'analyses inutiles, d'anticipations ridicules, de solutions qui se trouvent aussitôt balayées par de nouvelles questions, et pouf ! On recommence un tour ...
À partir du moment où le petit vélo se met en marche, je le sens alors physiquement. J'entends mon coeur battre à tout rompre, une sensation d'étouffer se fait sentir, et je me retrouve "paralysée". J'extrapole un peu, mais pour les plus grandes crises, ça peut se passer comme ça.

J'ai lu à plusieurs reprises que pour vaincre son anxiété, il faut en retrouver la cause (comme pour beaucoup de choses).
À force de comprendre pourquoi je "réagis" ainsi, j'en parviens à une sorte de conviction que l'anxiété est liée à l'estime de soi, la confiance que l'on s'accorde. J'aime à croire qu'avec un peu plus de "croyance en soi", l'anxiété aurait moins de prise sur un individu. Je me trompe surement mais à force de retomber dans ses travers, je me dis que ça c'est un problème que je n'ai finalement pas réglé.

Après, il y a de petites choses qui permettent de se "calmer" au jour le jour. Effectivement, le sport est un moyen agréable de le faire mais sortir de sa couette, c'est bien compliqué ! Qu'à cela ne tienne, je fais du sport chez moi avec ma wii et à force de faire toujours la même chose, j'ai cherché des exercices à faire moi même, avec ce que j'ai sous la main.
Ajouté à cela, quand je sors et que je suis en prise d'un instant de "panique", quelques points de massage au niveau du poignet m'ont sauvé la vie :D

Je ne sais pas si la thérapie est un passage obligatoire, elle peut aider oui, mais il faut se trouver des petits trucs perso avant je pense.
La plus grande erreur de l'Homme, c'est de penser qu'un jour il n'aura plus besoin d'apprendre. - XXI-Dyë

http://xxi-dye.deviantart.com/gallery/

Cours Sciences Cognitives

le-méprisant
Messages : 7
Enregistré le : ven. 14 juin 2013 23:56
Profil : En questionnement
Test : WAIS

Re: De l'anxiété

Message par le-méprisant » lun. 24 juin 2013 23:02

l'anxiété est la base de tous mes problèmes ^^

Bien sur, tout le monde peut être anxieux à moment donné ( et encore que cela peut être apparenté à de la peur ). Pour ma part, j'ai l’impression que mes sens fonctionnent tellement bien, que le moindre petit bruit, un regard, une situation peut devenir très stressante pour moi car relayée à une expérience antérieure désagréable, même si il y en a 10 pour 1 qui ont été agréables, je focalise sur les mauvais souvenirs. Un mélange d'intuition faussée (ou non) et d'empathie.

Je peux être anxieux avant de passer un coup de fil, de faire mes courses, parler à un inconnu...

Je pense que cela vient également d'un manque de confiance en soi et de la peur de l'échec; je le sens bien. En particulier avec la gente féminine qui me "bloque" le cerveau un peu si la femme me plait et que j'ai hésité au début, je sais que l'anxiété me bloquera. Paradoxalement, dans mon travail, je n'anticipe absolument pas la réaction des gens, leur vision de moi où je peux être "super connard" car le manque d'efficience m'insupporte. Mais je culpabilise après quand même...

Alors je suis perdu entre anxiété et assurance totale quand le domaine est flou (relationnel) et quand il est concret (efficience au travail).

Si quelqu'un m'a suivi ^^

Avatar du membre
SolarLight
Messages : 51
Enregistré le : mer. 19 juin 2013 11:20
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Localisation : Sur Terre, à la recherche d'un monde meilleur
Âge : 33
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par SolarLight » mar. 25 juin 2013 08:52

Je vous rejoins aussi dans votre club des anxieux :D

En vous lisant, je réalise tout simplement que je suis bien anxieux, moi qui aie toujours refuser de penser que je l'étais.

Toujours en parcourant ce fil, on voit bien le lien entre anxiété et empathie/hyperémotivité surtout par rapport à des situations passées.

Donc va falloir vraiment que je me redécouvre car malgré 2 ans de travail sur moi, j'ai l'impression d'être passé totalement à coté de toutes les choses qui me caractérise.

L'anxiété est psychologique au départ mais retombe sur le physique sous forme de tension musculaire (problème de dos pour moi) mais aussi des malaises avec certains bruits trop agressifs.

C'est hallucinant comme l'anticipation peut mettre à mal tout projet.

Je vais voir ma psy demain, je vais lui parler de tout ce que j'ai découvert cette dernière semaine, elle risque d'halluciner elle aussi ... :geek1:
Trouver les 2 derniers nombres de cette série: 1 2 1 3 2 5 3 7 5 11 8 13 13 ... ... .

Avatar du membre
Omar_Regios
Messages : 30
Enregistré le : dim. 8 juil. 2012 12:22
Présentation : (•)
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: De l'anxiété

Message par Omar_Regios » dim. 22 déc. 2013 14:27

Concernant l'anxiété, il faudrait distinguer entre :
  • L'anxiété, qui n'est pas diffuse en tant qu'elle a un objet, normalement identifiable consciemment.
  • L'angoisse, où l'objet es diffus, rarement identifiable consciemment.
D'après ce que m'a dit une psychiatre en consultation (dans mon cas), mon trouble anxieux comporte deux côtés :
  1. Un côté interne ou central, qui correspondrait à ce que l'on appelle le conflit intérieur. Je la visualise comme un centre d'angoisses fondatrices -- en reprenant un peu les notions psychodynamiques, par exemple angoisse de mort, séparation, "castration", etc. -- et des "anxiétés" ponctuelles, telles que trouver un travail, passer l'oral en philosophie, palier la solitude, etc.
  2. Le coté externe ou périphérique, qui serait du à la sensibilité et émotivité. La surcharge d'informations sensorielles et affectives produisent de l'anxiété. Cette anxiété dans mon cas, je la ressens plus comme une certaine électricité qui parcours tout le corps, mais qui ne m'angoisse pas, car elle n'est pas en soi associée à une crainte.
Quand je pratique de la meditation en pleine conscience en situation d'angoisse/anxiété, j'arrive à visualiser quelque peu ce qui se passe en moi. Parfois des anxiétés ou préoccupations externes remontent en conscience, par exemple une pensée négative sur un tâche à faire, ou une montée de peur par un sujet de ma vie. Mais en général, il y a dans le fond une angoisse diffuse, centrale, informe... que je n'arrive pas a symboliser.

Cette angoisse est très diffuse et très "quantitative" : elle ne se transforme pas en symboles, elle est difficile à signifier. De temps en temps, il se trouve que cette angoisse centrale passe du côté du "symbolique", c'est-à-dire qu'elle prend un nom et un attachement : je m'accroche à une peur ponctuelle, par exemple la peur de ne pas pouvoir finaliser ma psychothérapie, de ne pas être "traitable", etc. Je visualise ce processus comme celui d'une grande bulle pleine de gaz toujours en mouvement, de laquelle sortent d'autres petites bulles, toutes pleines d'un air chaud ou un gaz. Les petites bulles sont plus gerables pour le psychisme car elles sont plus qualitatives, symbolisées. Mais elles restent des "symptômes" au sens où elles ne sont que des signes d'un phénomène intérieur plus complexe.

Concernant le côté correspondant à l'anxiété périphérique(2), elle est percevable par écoute du corps. Je peux mieux la percevoir paradoxalement dans les moments de sérénité et bon vent, c'est à dire quand l'angoisse centrale est plus "calmée". C'est comme une électricité, une force, une nervosité qui s'oriente beaucoup à l'action. Je la resents beaucoup quand je m'ouvre à l'autre et je m'autorise à être emphatique : la douleur ou la joie des autres me remplissent, à tel point que je me sent surchargé. Il est nécessaire mais très difficile – en tout cas pour moi –d'arriver à évacuer cette surcharge extérieure. J'ai besoin de solitude et de repos. Parfois je le vis comme un handicap.

Et puis les solutions "pratiques", ou mieux, les solutions éthiques (c'est-à-dire celles où on engage sa liberté) : un travail sur soi, son corps, émotions et son psychisme. Nous ne sommes pas transparents à nous mêmes. Puis l'attention et écoute bienveillante du corps et des émotions. Je ne les pratique pas, mais je pense que les arts martiaux comme le tai-chi peuvent être utiles pour apprendre à intégrer et canaliser cette énergie. La contemplation aussi, de la nature ou des arts – musique, arts visuels. La dimension esthétique est source de sérénité et d'inspiration. Et puis, le sens de l'humour : le mécanisme de défense le plus efficient.

Voilà pour mon témoignage.
« Un sot qui ne dit mot ne se distingue pas d'un savant qui se tait » -- JBP

Avatar du membre
Kayeza
Galette de Riz
Messages : 4720
Enregistré le : mar. 25 oct. 2011 17:46
Présentation : C'est qui, déjà ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : ... et à l'oeil !
Âge : 40
Contact :

Re: De l'anxiété

Message par Kayeza » mer. 8 janv. 2014 18:57

Je n'avais pas vu passer ton témoignage, Omar Regios, et je t'en remercie.
Omar_Regios a écrit :Concernant le côté correspondant à l'anxiété périphérique(2), elle est percevable par écoute du corps. Je peux mieux la percevoir paradoxalement dans les moments de sérénité et bon vent, c'est à dire quand l'angoisse centrale est plus "calmée". .
Je ne pense pas que ce soit paradoxal, au contraire. C'est justement tout le but de la méditation : calmer l'esprit pour y voir plus clair dans ce qui se passe en lui. On cite souvent l'exemple d'un verre d'eau boueuse : si l'on cesse d'agiter d'eau, la boue se dépose au fond et on peut mieux observer, à la fois voir la boue et voir le fait que l'eau a une qualité de clarté intrinsèque, c'est-à-dire qu'elle n'est pas véritablement affectée par la boue, qui ne fait que la traverser. Ainsi, on peut s'entraîner à prendre du recul avec ses émotions, en voyant qu'elles ne font pas vraiment partie de nous, mais qu'elles nous traversent, de façon aussi fugitive que tout ce que nous vivons.

Concernant l'anxiété, je pense que c'est une "émotion" (dans le sens d'un processus mental perturbant, on va dire, en général) qui peut être tellement fondamentale, tellement profonde, qu'il faut beaucoup de cet entrainement pour arriver à la voir et, idéalement, à la traiter.

Personnellement, j'essaie d'appliquer le conseil : "feel the fear and do it anyway" > sentez la peur et faites-le quand même. Je me sais anxieuse et peureuse, mais je sais aussi que je peux avoir les c*** de faire les trucs qui me font flipper. Et au final, je me dis que c'est là l'essentiel, parce que je n'ai pas l'impression d'être menée par le bout du nez par ma peur. Elle est là, nous cohabitons, mais je ne la laisse pas prendre toute la place. En général ;)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3859
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: De l'anxiété

Message par madeleine » mar. 11 févr. 2014 22:42

Je voudrais ajouter quelque chose, que j'espère parvenir à formuler sans trop de maladresse (pô gagné) :whew: . L'anxiété, quelles que soient ses causes, est d'abord une sensation physique ; il est parfois difficile de percevoir des causes objectives à cette sensation, mais elle peut être décrite : gorge serrée, nœud à l'estomac, sensation d'oppression etc. J'ai découvert récemment, au hasard des perturbations hormonales et métaboliques qui vont avec mon âge, qu'il n'y a pas de frontière étanche entre les systèmes, et que le déséquilibre de l'un peut entraîner le déséquilibre de l'autre, sans aucune cause psychologique : donc des accès d'anxiété sans sens particulier, ce qui est assez déstabilisant tant qu'on n'a pas l'explication. En revanche, cela se traite efficacement et rapidement par l'homéopathie (ignatia amara 9ch dans mon cas).
Au fil de mes recherches actuelles sur le surdon, je relève une série de convergences de déséquilibres de ce type, dus au fonctionnement "anormal" du cerveau surdoué : anomalies de sommeil, dépression, divers troubles psychiques qui sont souvent évoqués comme paradoxaux par ceux qui les subissent (on entend souvent "je ne comprends pas pourquoi je me sens comme ça, je n'ai aucune raison") ; on parle de la grande lucidité comme cause déclenchante, et pourquoi pas ? Mais il me semble que l'effet produit par, par exemple, la méditation tient aussi - comme pour le sport - à la production d'endorphines et donc que le système des neurotransmetteurs et autres systèmes liés sont impliqués et peut-être parfois à titre causal.
Voilà : quand je veux écrire précisément ça devient tout de suite pompeux. Dsolée !
En fait, je voulais surtout dire : soyons pragmatiques : quelles que soient les causes, l'anxiété nous pourrit la vie alors d'abord on la supprime et après on fait son procès ! :P
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: De l'anxiété

Message par Zyghna » mer. 12 févr. 2014 09:43

Je ne trouve absolument pas ton intervention pompeuse madeleine, au contraire même, tu ne restes pas dans la superficialité ou dans le témoignage personnel, tu creuses un piste intéressante. Donc oui l'anxiété ne provient pas que de causes environnementales, elles peuvent être dues à la chimie interne et à un fonctionnement des neurotransmetteurs. Bien sur les causes ne sont jamais simples et rarement uniques: c'est l'accumulation de plusieurs facteurs, internes et/ou externes qui finit par provoquer un état.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12808
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: De l'anxiété

Message par Mlle Rose » mer. 12 févr. 2014 10:10

Je crois d'ailleurs que ça fait partie des hypothèses de travail de certains chercheurs dans le champ de la psychiatrie : le cerveau des personnes à haut QI ne fonctionnant pas tout à fait de la même manière qu'un cerveau tout venant sur un certain nombre de points, il est possible, voire probable que chimiquement, il y ait des choses qui divergent significativement, pouvant créer quelques troubles spécifiques dont le traitement ne saurait être le même que pour le reste de la population.
Perso je trouve ça totalement logique.
Et ces recherches bienvenues ^^
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
Hoppy
Messages : 1778
Enregistré le : jeu. 20 sept. 2012 09:03
Présentation : Ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Marseille
Âge : 32

Re: De l'anxiété

Message par Hoppy » mer. 12 févr. 2014 11:46

Je trouve très intéressante ton intervention Madeleine et loin d'être pompeuse ! Puis elle fait remonter ce fil, cela fait du bien de le relire je trouve...

On m'avait émis l'idée que : le fait de savoir que l'on est surdoué permet d'atténuer certains "symptômes" que l'on fini par percevoir comme "normal". Depuis que je connais mon potentiel, mon trouble anxieux lui n'a pas disparu pour autant. J'y croyais fort, mais non. Je le perçois peut-être autrement, mais il est toujours là.

J'explique mon expérience parce que finalement cela va dans le sens de ce que vous avez dit toutes les trois: que cela peut être plus chimique, plus biologique, plus physique comme dysfonctionnement, bien au delà de la volonté d'aller mieux. Alors si des recherches vont dans ce sens, en particulier chez la personne à haut potentiel, je trouve ça bien.
«La vie est un mystère qu'il faut vivre, et non un problème à résoudre» - Gandhi

Répondre