Page 3 sur 3

Re: Le burn-out

Posté : dim. 10 juin 2018 08:04
par Henri Launay
Zyghna a écrit :
sam. 6 avr. 2013 08:55
Le burn-out est une forme de dépression, mais qui tombe d'un seul coup, quand la dernière résistance cède. Je trouve que l'article de philomag décrit très bien le phénomène, notamment dans le décalage entre l'idéal et la réalité, dans ce problème d'adaptation constante.
C'est triste à dire, dans certains métiers, la finance, les salariés se font beaucoup d'argent, ce qui se comprend en partie vu les risques mais dans les hôpitaux, le personnel soignant, en particulier les aides-soignant.e.s et infirmier.e.s sont sous-payés alors qu'il rendent de grands services et sont soumis à une très grande pressions et des conditions difficiles (travail de nuit) alors qu'elles ont en plus des enfants à veiller et un mari qui est aussi occupé par le travail. Cela cause le burn-out, mais pas seulement. Il faudrait certes augmenter un peu plus leurs salaires par rapport aux médecins mais pas seulement, embaucher plus de personnel et revoir les rémunérations. Diminuer les prestations sociales au profil de la santé pour lutter contre l'assistanat tout en encourageant les gens qui travaillent et en améliorant leurs conditions de vies.

Bref pour en revenir au burn-out, les personnes HPI sont plus sensibles à cela. Pourquoi? Simplement car en étant HPI, nous sommes plus sensibles aux bruits, aux mouvements, nous réfléchissons trop en profondeur, nous sommes en général plus introvertis. Nous préférons les discussions sur ds sujets intellectuels et profond en tête à tête que de parler des commérages ou de sujets superficiels (comme la vie des footballeurs, des stars,etc.).

L'introversion est généralement signe d'une personne pas loin d'être un "###Charcutier-zingueur en reprise d’études ###" (surdoué).

Re: Le burn-out

Posté : dim. 10 juin 2018 09:20
par madeleine
Houla.
Je te suggère de nuancer ce genre d'affirmation péremptoires de quelques "à mon avis" ou "selon ma modeste et très partiale expérience", et d'éviter le "nous les hpi " : en creusant un peu la question, tu verras qu'il n'existe pas de profil ni de personnalité type lié au haut potentiel , et c'est en passant des tests avec un professionnel qualifié que tu pourras envisager ce que ton fonctionnement intellectuel (qu'il soit surdoué ou non) détermine dans ton mode préférentiel d'expression.

Re: Le burn-out

Posté : dim. 10 juin 2018 11:16
par Henri Launay
Oui c'est vraie j'ai été peut-être trop affirmatif en répétant ce que je lis sur internet ou ce que j'écoute.
Je nuancerai plus mes dire et j'évoquerai quand cela semble être du ressenti.
Comme tu le dis, il n'existe pas de personnalité type même si j'y ai longtemps cru. On essaye de classer souvent dans des cases les personnalités pour les diagnostics ou la psychologie/sociologie (16 personnalité MBTI et j'en passe, sans parler des stéréotypes (voir film "les tuches").
J'avoue avoir eu une vision trop manichéenne.

Après concernant l'intelligence, il semble de mon point de vu que les personnes introverti sont plus susceptible d'être HPI.

En revenant au burn-out, il est de plus en plus fréquent depuis l'ère du numérique. Les notifications, les messages à profusion, les séries, etc. entraînent une sollicitation excessive qui nous épuisent. Avec la toile,on peut apprendre beaucoup de choses, faire beaucoup de choses mais cela entraîne une surcharge.

Re: Le burn-out

Posté : dim. 10 juin 2018 15:33
par Fish
les personnes introverti sont plus susceptible d'être HPI.
Ben... je ne vois vraiment pas pourquoi il y aurait un rapport entre les deux. On parle d'un trait de caractère d'un coté et de l'intelligence de l'autre. On pourrait tout aussi bien affirmer qu'une personne HPI a plus de chances de maîtriser la langue et d'être à l'aise à l'oral, proposera souvent de bonnes idées et donc deviendra assez spontanément un "leader"...
il est de plus en plus fréquent depuis l'ère du numérique
Tu annonces ça suite à une étude scientifique ou c'est ton ressenti perso ? Et si c'est prouvé, est-ce que le burn-out est réellement plus présent ? Ou est-ce seulement qu'on en parle plus ?

Sans aucune méchanceté, il est facile d'enchainer des séquences d'idées qui paraissent logiques. Mais à ce jeu là, on peut déboucher sur une conclusion tout comme son contraire, suivant son humeur du moment. Le propre d'une démarche scientifique, c'est non seulement de proposer des cheminements logiques, mais aussi de mener des expériences pour les confirmer ou les infirmer. Sinon ça reste un pur exercice intellectuel, qui peut certes apporter une certaine satisfaction (comme on ferait des mots-fléchés), mais qui n'apporte rien en terme de vérité.

Re: Le burn-out

Posté : dim. 10 juin 2018 16:01
par Henri Launay
Par exemple sur ce site là : " https://www.espritsciencemetaphysiques. ... yenne.html " et pas que, les introvertis sont "globalement" considéré comme plus intelligents de même que les autistes Asperger (introvertis dans leurs nature et ayant un QI d'au moins 100 en général (conférence de superpepette)

C'est indéniable quant au stress engendré par les nouvelles technologies (smartphone, etc.). Les notifications, messages, le fait de pouvoir s'éparpiller sur internet nous épuise et nous donne moins de temps pour faire l'essentiel quand on reprends conscience qu'on s'est perdu dedans.

https://www.grazia.fr/news-et-societe/s ... ete-885658

C'est évident, n'importe qu'elle spécialiste "éclairé" te dira la même chose.

C'est pas pour rien qu'il faut surveiller les enfants, plus sensibles sans parler de la lumière bleu qui perturbe le sommeil (tu ne me croira peut-être pas que la couleur à un impact mais si).

Re: Le burn-out

Posté : dim. 10 juin 2018 17:02
par Napirisha
Message de la jardinerie :
alors.... comment dire? Si quand on te demande t'appuyer tes ressentis par des études scientifiques, tu cites superpepette, grazia et des sites de métaphysique fumeuse, tout en plaçant des "c'est indéniable", ça va être vraiment compliqué d'avoir une discussion sérieuse. Ce serait fort aimable à toi de relire les règles du forum!

Re: Le burn-out

Posté : lun. 11 juin 2018 20:37
par Peri
Ne sachant pas si je suis des votres ou pas, j ai quand même fait un joli burn out il y a 6 ans avec deux mois d hôpital et 3 mois d arrêt derrière. Les médecins n ont quasiment pas employé le terme de burn out mais plutôt de syndrome dépressif aggravé. Perte de l appétit , perte du sommeil puis tout le corps’ à lâché .
Je me retrouve dans les premier post de 2013 à savoir les symptômes avant’ coureur du burn out.
Après 6 ans’, je suis toujours sous traitement pour arriver à dormir et je me dis avec un peu de recul que mes traits de caractère ont été un terrain propice à cela" comme si j étais pré destiné à chute- quoi que je fasse. Je ne sais pas si un lien existe entre douance et burn’ out ....la raccourci me semble être trop simple, pas assez étayé, pas scientifiquement prouvé pour ma part.
Napirisha a écrit :
dim. 10 juin 2018 17:02
]alors.... comment dire? Si quand on te demande t'appuyer tes ressentis par des études scientifiques, tu cites superpepette, grazia et des sites de métaphysique fumeuse, tout en plaçant des "c'est indéniable", ça va être vraiment compliqué d'avoir une discussion sérieuse. Ce serait fort aimable à toi de relire les règles du forum!
C est joliment dit Napirisha. Peut être a t il seulement écrit plus vite qu il ne pense sans réellement penser ses propos non?

Re: Le burn-out

Posté : dim. 17 juin 2018 00:00
par Zyghna
Pour ce que j'en vois autour de moi, j'aurai plutôt tendance à dire que les HPI sont moins soumis au burnout ^^ (c'est juste que je vois pas mal de collègues sur le fil du rasoir ou carrément en burnout, et aucun n'a le profil HP)

Comme cela a été dit, on peut dire tout et son contraire. Sans étude scientifique rigoureuse sur le sujet, on ne pourra qu'élaborer des suppositions.
On peut soit partir sur le versant perfectionnisme/émotionnel des surdoués pour argumenter qu'ils sont plus sujets au burnout, ou au contraire partir sur le fait qu'en décortiquant tout et en voulant absolument contrôler sa sphère d'action, cela les mets à l'abris de cette perte de sens.

(Par exemple, je ne suis absolument pas une émotionnelle et j'aime que les choses soient claires et savoir dans quel cadre j'évolue. Et si le cadre commence à me paraître trop flou ou à ne plus me convenir, je vais voir ailleurs. Du coup, le burnout a peu de risques de me toucher).

Bref tout cela pour dire que comme pour beaucoup d'autres choses, je ne suis pas sûre qu'on puisse établir un rapport entre burnout et douance.