L'autisme, réflexions et découvertes

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Invité

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Invité »

Bonsoir à tous,

Si vous voulez, il y a le nouveau numéro de la revue "Cerveau et Psycho" qui consacre un article aux récentes découvertes en neurosciences sur l'autisme et sur les nouvelles prises en charge possibles. Je suis en train de le lire, c'est très intéressant ! Si j'ai le temps je tenterai de faire un bref résumé mais je suis en période d'examens actuellement.

Avatar du membre
Pataboul
Patamobile
Messages : 1120
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/pataboul-t5762.html]ici[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Pataboul »

https://trustmyscience.com/12-enfants-a ... e-autisme/

Rien de révolutionnaire (on n'apprend rien de neuf), mais c'est tout de même une "découverte".

Avatar du membre
Géocoucou
Messages : 281
Enregistré le : lun. 29 juil. 2013 11:00
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/vers-lumiere-t3862.html]Vers la lumière ?[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Port de la lune
Âge : 41

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Géocoucou »

Hello,

Je déterre ce topic car en pleine découverte du sujet (je serais HPI + TDAH + TSA, voir ma présentation... J'attends un bilan TSA dans un CRA mais ce ne sera pas avant 2021 because 2 ans d'attente :doh: ).

Ces vidéos sur l'autisme Asperger sont très intéressantes : https://www.colloque-tv.com/colloques/Salon-aspie-days. Je ne les ai pas vues référencées sur AS... en espérant ne pas me tromper.

La conférence à eu lieu à Lille en 2017, je n'ai pas trouvé plus récent sur ces "Aspie days". Laurent Mottron explique, entre autres, les caractéristiques du QI des autistes de haut niveau, et Marie-José Cordeau apporte son témoignage de femme qui a découvert sa différence à l'âge adulte. Il y a aussi la personne qui a établi les recommandations de la HAS. Je n'ai pas tout visionné, encore, mais ça vaut la peine.

Bonne nuit...
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Géocoucou pour son message (2 au total) :
MikirabelleJudith
Classement : 2%
"Prévot, dans les débris, a découvert une orange miraculeuse. Nous nous la partageons. J’en suis bouleversé, et cependant c’est peu de chose quand il nous faudrait vingt litres d’eau." A. de Saint-Exupéry, Terre des hommes

Avatar du membre
Mikirabelle
Messages : 1032
Enregistré le : sam. 22 déc. 2018 08:18
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9772] Toutoute première fois[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Between the click of the light and the start of the dream
Âge : 39

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Mikirabelle »

Merci @Géocoucou
Hors-sujet
Je ne trouve plus l'étoile, elle a disparu ?
Le meilleur moment de la journée, c’est quand on va se coucher (Chanson Plus Bifluorée)

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 13186
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par TourneLune »

Mikirabelle a écrit :
jeu. 6 févr. 2020 20:30
Merci @Géocoucou
Hors-sujet
Je ne trouve plus l'étoile, elle a disparu ?
Le remerciements sont revenus!
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Judith
Messages : 849
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Judith »

Merci pour ces vidéos très enrichissantes. Je ne connaissais pas Laurent Mottron et c'est une vraie découverte.

Avatar du membre
Mikirabelle
Messages : 1032
Enregistré le : sam. 22 déc. 2018 08:18
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9772] Toutoute première fois[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Between the click of the light and the start of the dream
Âge : 39

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Mikirabelle »

Pour suivre les recherches sur le TSA, je vous recommande la veille réalisée par le CRA Rhône-Alpes, notamment leur revue de presse mensuelle Pubmed.

http://www.cra-rhone-alpes.org/spip.php?rubrique336
Le meilleur moment de la journée, c’est quand on va se coucher (Chanson Plus Bifluorée)

Avatar du membre
Gracian
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 6 juin 2019 12:59
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Gracian »

Bonjour à tous,

Je me renseigne depuis peu sur le syndrome d'Asperger et certaines descriptions me semblent très familières... Je viens de lire l'article suivant qui traite de la double particularité haut potentiel et syndrome d'Asperger :
https://irmazoulane.wordpress.com/2014/ ... n-neihart/
Il y a notamment ce petit tableau qui attire mon attention :
https://irmazoulane.files.wordpress.com ... vec-sa.jpg

Pour ma part, je me retrouve presque sans hésiter dans les éléments de la colonne de droite, mais est-ce que ces éléments sont vraiment signifiants ?
De votre côté, vous pouvez clairement vous identifier d'un côté ou de l'autre ou bien les choses sont-elles plus nuancées ?

J'aimerais avoir votre avis pour prendre un peu de recul...

Avatar du membre
Orphée
Messages : 54
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 20:53
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7389.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 29

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Orphée »

Non, j'ai du mal à m'identifier clairement...
J'ai même du mal à intégrer que je peux paraître décalée !
Entre l'image que je perçois de moi, celle que je renvoie et ce que les autres perçoivent... Je commence seulement à prendre conscience qu'il y a un fossé !!
Un peu comme si je parlais une autre langue sans m'en rendre compte...

Par contre pour ma part, je pense que la grande majorité de mes problèmes viennent du TSA (et non du HPI)

Il y a un forum si tu veux y échanger : forum asperansa
TSA + HPI

Avatar du membre
Hanuman
Messages : 87
Enregistré le : sam. 17 nov. 2018 14:26
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9695]Présentation[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Hanuman »

Gracian a écrit :
jeu. 5 mars 2020 21:26
Bonjour à tous,

Je me renseigne depuis peu sur le syndrome d'Asperger et certaines descriptions me semblent très familières... Je viens de lire l'article suivant qui traite de la double particularité haut potentiel et syndrome d'Asperger :
https://irmazoulane.wordpress.com/2014/ ... n-neihart/
Il y a notamment ce petit tableau qui attire mon attention :
https://irmazoulane.files.wordpress.com ... vec-sa.jpg

Pour ma part, je me retrouve presque sans hésiter dans les éléments de la colonne de droite, mais est-ce que ces éléments sont vraiment signifiants ?
De votre côté, vous pouvez clairement vous identifier d'un côté ou de l'autre ou bien les choses sont-elles plus nuancées ?

J'aimerais avoir votre avis pour prendre un peu de recul...
Terriblement daté.
Comme on dit entre autistes : "On se marre bien. Mais c'est très intérieur."
Explorer of the Uncanny Valley.

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 3183
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-t6392.html]bonjour![/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Napirisha »

@Hanuman , tu pourrais préciser et étayer un peu ton point de vue? En l'état actuel, ça ne permet pas tellement d'apporter la nuance ou le recul que recherche Gracian .
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Hanuman
Messages : 87
Enregistré le : sam. 17 nov. 2018 14:26
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9695]Présentation[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Hanuman »

D'une part c'est de la psychologie, donc pas de la science et du coup toujours sujet à caution (j'entends déjà hurler alors je vais modérer : ce n'est pas l'une des écoles de pensée de la psychologie adossée à la science dure ce qui amène toujours à prendre les résultats annoncés avec beaucoup de précautions). D'autre part l'article traduit est la comparaison d'un concept indéfini, le surdoué, avec des éléments de recherche datés en matière d'autisme. La référence psychiatrique majoritairement citée est le DSM-IV... plus en vigueur depuis 2013. Le fond de l'article est louable (il est bon de détecter les autistes dont l'intelligence camoufle les signes) cependant le procédé comparatif demeure fallacieux de par le biais général évoqué plus haut.

Pour utiliser une méthode un tant soit peu scientifique, comme le Niveau de Preuve par exemple, j'ai donc la comparaison d'un concept creux d'un côté avec une somme de recherches simplement listée, sans étayage de l'autre. Que je suis prié de croire. Parce que c'est long et que c'est écrit. Hmmm concrètement cela signifie que l'article n'est même pas au niveau le plus bas de l'EBS "l'avis d'experts". En fait dans le jargon on est au niveau "poubelle" pour être précis. Donc la longue traduction, le joli petit tableau, etc. bof.

Enfin pour ceux qui ont un peu plus de mémoire, M. Neihart c'était l'un des gourous américains de la surdouance dans les années 90, celle qui avait lancé une génération de psy-artistiques telles que ME Jacobsen... qu'avait ensuite allègrement pompé traduit JSF pour l'ES, TIPEH et autres fredaines.


Quant à Gracian, qu'est-ce qu'il cherche ?
Comme on dit entre autistes : "On se marre bien. Mais c'est très intérieur."
Explorer of the Uncanny Valley.

Avatar du membre
Judith
Messages : 849
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Judith »

@Hanuman Merci pour ces précisions. C'est souvent difficile de s'informer correctement sur l'autisme. As-tu un avis sur les travaux de Laurent Mottron, et particulièrement sur son livre L'autisme, une autre intelligence : diagnostic, cognition et support des personnes autistes sans déficience intellectuelle? Je suis en train de le lire : c'est très intéressant, mais il semble que son approche soit contestée, donc je m'interroge.

Avatar du membre
Gracian
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 6 juin 2019 12:59
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Gracian »

@Hanuman : Toi tu cherches quoi concrètement ? Invalider un article parce qu'il se base sur un manuel à mettre à jour de quelques années ?
Je suis d'accord avec toi sur la nécessité de bases scientifiques solides, dans une certaine mesure, car il faut savoir raison garder, je pense pour ma part que certaines théories comme celles que propose la psychanalyse sont de grands progrès quant à la compréhension de notre fonctionnement, quoiqu'elles ne passent pas toutes les batteries de test en règle dans tel ou tel milieu.
Je suis donc tombé sur cet article d'une auteure que je ne connais pas mais qui m'a semblé compréhensible, étayé d'arguments rationnels et peu fantaisistes. Aussi, quoiqu'on pense de certains auteurs du milieu de la douance (je serais plutôt d'accord avec toi là-dessus par ailleurs), il n'en reste pas moins que si leurs descriptions psychologiques sont justes sur de nombreux points, c'est tout de même qu'il y a là autre chose qu'un curieux hasard, tu en conviendras.
Bref, ce que je veux dire, c'est qu'au fond, cette littérature doit être prise pour ce qu'elle est, et si elle permet à nombre d'individus d'identifier l'origine potentielle de leur particularité, ce n'est tout de même pas négligeable. Après c'est à chacun de faire la part des choses et je serais le premier à dire qu'il ne faut pas croire aveuglément à tel ou tel propos mais bien plutôt user de son regard critique.

Avatar du membre
Pascalita
Messages : 1493
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : viewtopic.php?f=78&t=7720&p=228775#p228775
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Pascalita »

Hors-sujet
Sans entrer dans le fond du sujet, une petite remarque qui me vient, sur le plan méthodologique :
Gracian a écrit :
jeu. 12 mars 2020 11:13
quoiqu'on pense de certains auteurs du milieu de la douance (je serais plutôt d'accord avec toi là-dessus par ailleurs), il n'en reste pas moins que si leurs descriptions psychologiques sont justes sur de nombreux points, c'est tout de même qu'il y a là autre chose qu'un curieux hasard, tu en conviendras.
En matière d'"autre chose qu'un curieux hasard", on peut également avancer que si les caractéristiques en question peuvent s'appliquer à une très large portion de la population, elles s'appliquent forcément à une très large portion des surdoués au sein de cette population, biais que soulignent justement certains auteurs. Et encore plus si ces caractéristiques sont auto-évaluées : qui dira de lui-même qu'il n'a pas un grand sens de la justice, ou qu'il n'est pas quelqu'un de sensible et d'empathique ?
Ainsi, quid des personnes qui lisent TIPEH (pour ne citer que lui) et s'y reconnaissent, et qui, hantées ou séduites par cette idée, vont passer un test qui s'avère négatif ? - chose dont on entend évidemment beaucoup moins parler qu'en cas de résultat positif.

D'où, je crois, la nécessité d'être prudent avec les descriptions psychologiques, et le souci de donner aux gens des bases informatives fiables, rationnelles. N'oublions pas non plus que notre regard critique peut être biaisé, par notre histoire personnelle ou les difficultés que nous affrontons et qui nous poussent peut-être à chercher une explication.
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Pascalita pour son message :
Fish
Classement : 1%

Chuchumuchu
Messages : 124
Enregistré le : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Localisation : Sur le spectre de l'autisme
Âge : 26

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Chuchumuchu »

@Hanuman @Gracian Huhu... Je reconnais à l'écriture vive d'Hanuman la réaction de l'autiste à qui on a marché sur le pied (mis au défi dans sa chasse gardée :huhu: ). L'autisme serait-il l'un de tes intérêts spécifiques Hanuman ? Gracian, malgré la forme indélicate du message de Hanuman, je le rejoins aussi dans le fond : je n'ai regardé que le tableau et il me pose problème aussi. Je ne suis pas spécialiste de l'autisme, je m'y intéresse juste depuis quelques mois, mais ce tableau me semble assez sévère et caricatural envers les autistes.

Les autistes ont conscience de ce qu'ils sont, et j'aurai tendance à supposer que les autistes HP en particulier puisqu'ils ont normalement les ressources intellectuelles pour comprendre leur différence. Ils savent qu'ils sont différents mais on peut-être du mal à estimer à quel point, et ce que pensent les autres leur est effectivement difficilement accessible car c'est justement là leur trouble : la communication et la relation sociale.

Pour le mode de discours, je pensais que les autistes non verbaux étaient des autistes déficients intellectuellement et pourtant ce n'est clairement pas le cas : c'est cette vidéo qui m'a convaincue : In my langage. Amanda Melissa Baggs, une autiste non verbale y montre ce qu'elle appelle son "langage natal" pendant quelques minutes, sans description. Après 3mn de sons et de gestes apparemment aléatoires, elle explique le pourquoi de ses gestes et la façon dont ils sont perçus par les gens normaux. Franchement, ça m'a émue et c'est éclairant sur nos biais et nos croyances sur l'intelligence. Donc bon, je ne sais pas si elle est autiste HP mais je soupçonne que la pédanterie ne soit pas un trait automatique.

Pour l'humour, il est vrai que ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver pour un.e autiste, mais puisqu'ils/elles n'ont pas été livré.e.s avec la fonction "compréhension automatique des blagues et des jeux de mots", ben ils/elles se font leur propre dico en mode manuel. Donc bon, pas très facile mais faisable. C'est juste que c'est un apprentissage conscient et donc plus fatiguant que pour les non autistes.

Pour le trouble de l'attention, "trouble interne" ? Hanuman tu corriges si je me trompe mais je crois que l'autisme est provoqué par un manque de priorisations du cerveau dans le traitement des stimuli externes. Quand un cerveau normal arrive lui à faire abstraction des éléments externes non pertinents (bruits de voitures, musique de fond, conversations). Donc je ne crois pas qu'on puisse parler de cause interne, d'ailleurs dans un environnement calme un autiste est tout à fait capable de se concentrer, et s'il s'agit de travailler son intérêt restreint, il/elle est tout bonnement imperturbable.

La maladresse motrice est par contre un trouble connu chez les autistes, par exemple Julie Dachez explique qu'elle ne peut conduire qu'une voiture automatique car une voiture normale demande une coordination trop fine pour elle.

"Émotions inappropriées" ça me semble très vague pour le coup, je n'ai aucune idée de ce dont on parle là .__.

"Perspicacité remarquablement absente" :'( La vache mais c'est méchant ! Et là encore je trouve ça un peu vaste... De quel type de perspicacité on parle ? A priori ça me semble lapidaire et assez faux.

"Stéréotypie" C'est en effet un autre symptôme connu des troubles du spectre autistique.

Et pour la psychanalyse... Elle a effectivement été une grande découverte, mais c'était avant la psychologie, et elle a été relativement catastrophique quand elle s'est penchée sur l'autisme, en rejetant la faute sur les mères notamment, en les accusant d'avoir été trop froides avec leur enfant, de s'être comportée en "mère frigidaire". Donc quand il s'agit d'autisme, mieux vaut peut-être rester prudent.e avec les sources psychanalytiques.
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5638
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/post24.html#p24]La première prez de l’histoire du forum[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 40

Ancien Membre de l'équipe

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Fabs le vaurien »

Chuchumuchu a écrit :
ven. 17 avr. 2020 21:00
Les autistes ont conscience de ce qu'ils sont....mais on peut-être du mal à estimer à quel point
C'est exactement ça. Enfin dans mon cas.
J'ai pris que récemment la mesure de mes filtres et suis en pleine reconstruction de mon histoire, en particulier mes erreurs relationnelles.

Dans l autisme que je vis, il y a une permanence de mesinterpretations qui me conduisent à des situations qui me rendent anxieux.

En fait, la psychologue m'a expliqué que j avais un déficit de cohérence centrale. C'est à dire que je suis au monde de manière fragmentée. Je perçois des informations et les mets ensemble mais pas de manière instinctive.
Je les assemble de manière logique et me construit mon scénario.

Sauf que parfois , il me manque des non dits, des silences évocateurs, des "enjeux emotionnels" , des sous-entendus que je ne perçois pas. Et parfois, ces éléments de communications sont nécessaires pour se figurer la bonne interprétation.
Ce n'est pas mon cas, je fais ma tambouille avec les éléments verbaux dont je dispose, projette une histoire avec l'unique prisme de mes propres considérations, excluant de facto la possibilité de l'autre.
Cela m'amene souvent à des malentendus.

Depuis quelques temps, j'accepte de demander de l'aide. Je cherche les feedbacks et les points de vue des autres sur les situations qui me posent problème. Cela me rassure et m'aide à me décentrer.

Cette démarche m'amène à envisager les erreurs passées, au temps où je n'avais aucune idée que ma codification, mon paradigme était biaisé face à la "norme". Je suis parfois étonné de l'impression que je laisse aux gens, en decallage avec que je crois montrer. Mais de plus en plus, j'essaie de dire simplement aux gens qui m'entourent que je suis Asperger et finalement, ça aide globalement la relation.

Sinon j'ai lu le descriptif plus haut.je dirais que ça me semble assez léger puisque l'autisme se vit au dedans et quelques signes exterieurs ne sont jamais que des interprétations..

Concernant les troubles de l'attention, il s'agit surtout pour moi des troubles de la sensorialité puisque je suis bien déglingué.. globalement je fais avec.. mais en ressors très fatigué. Et parfois je ne peux juste pas et je pète des câbles.

Pour ce qui est des émotions, je dirais que j ai tendance à passer d'abord par la rationalisation.
C'est pourquoi mon empathie est relative..
Je peux m'émouvoir pour des petits soucis matériels et être inadapté face à de graves situations. Je ne sais pas accueillir l'émotion de l'autre et ai tendance à chercher des solutions concrètes là où l'autre à juste besoin de se livrer et de déposer.

Concernant l'humour, je suis plutôt bien équipé ^^ et je le comprends très bien. Sauf l'humour pince-sans-rire que je peux prendre au premier degré. Je suis très sensible lorsque l'on me taquine , ne sachant trop si on se moque ou pas de moi...
Mais globalement l'humour et la scène faisant partie de mes intérêts particuliers, j'en ai compris quelques ressorts.

Bon je voulais juste rebondir sur le fait que je me suis senti different dès le plus jeune âge mais que c' est seulement depuis peu que je mesure à quel point c'est envahissant, à quel point la vitre existe entre moi et les autres et à quel point je n'y pourrais rien..
Il m'est encore difficile d'admettre que j'en souffre mais je suis sur la bonne voie.
Le psychiatre m'a dit que je peux tout faire. Il suffit juste que les conditions soient réunies.. comme pour tout le monde finalement.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Mikirabelle
Messages : 1032
Enregistré le : sam. 22 déc. 2018 08:18
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9772] Toutoute première fois[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Between the click of the light and the start of the dream
Âge : 39

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Mikirabelle »

Message de la jardinerie :
Les messages traitant des démarches relatives au diagnostic de l'autisme ont été déplacés ici : Dépistage autiste - asperger
Le meilleur moment de la journée, c’est quand on va se coucher (Chanson Plus Bifluorée)

Avatar du membre
Hanuman
Messages : 87
Enregistré le : sam. 17 nov. 2018 14:26
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9695]Présentation[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Hanuman »

Message de la jardinerie :
Et trajet inverse pour celui-ci !
Pataboul a écrit :
lun. 27 avr. 2020 20:40
Hanuman a écrit :
lun. 27 avr. 2020 20:27
gestion de boucle neurotypique, d'inférence bayésienne, de matrice interne/externe, de repérage des biais cognitifs usuels de l'autisme et d'autres outils que l'on met en œuvre concrètement pour assouplir la rigidité mentale autistique
Tout ça m'est totalement inconnu. Tu voudrais bien développer un peu ou donner des pistes pour découvrir ces notions?
Je suis particulièrement curieux de l'approche bayésienne ou par les biais cognitifs, notamment.
Au niveau génétique on commence à remonter le lego pour les TND et d'autres maladies à composantes génétiques, pour l'étage du dessus on est encore loin d'une théorie unifiée. Si on dégage la psychodynamique qui tient plus de la religion que de la science, reste la théorie du déficit de la théorie de l'esprit (elle est toujours nulle celle-là) que l'on constate chez de nombreux TND et schizophrènes. En très court : l'incapacité à comprendre les états émotionnels, chez les autres. Et effectivement quand tu fréquentes des autistes tu t'aperçois qu'en général ce que l'on résume souvent par absence d'empathie trouve partiellement sa source dans l'incapacité à percevoir les motivations de l'autre, son état d'esprit et sa manière de réfléchir. A projeter un état émotionnel sur l'autre et à en déduire ce qu'il peut penser, ressentir pour interagir avec de manière appropriée.

Cependant ce n'est pas vrai de tous les autistes ou TND d'une part et d'autre part c'est éducable, ce qui fait de certains autistes des experts très au dessus de la moyenne en lecture froide. C'est entre autre un marqueur courant pour les reconnaître au naturel : quand ils ont besoin de se concentrer sur le fond d'une conversation il leur est difficile de se concentrer pour maintenir en même temps le contact visuel… et ce n'est pas le contact visuel qu'ils maintiennent, c'est le scan du visage pour s'assurer que le ton de ce qui est dit correspond réellement au message émis. Quand ils s'installent pour une conversation sérieuse sur laquelle ils vont devoir se concentrer tu les vois souvent adopter un schéma corporel qui les place à 45° de toi plutôt qu'en face de toi, ou alors ils fixent des points au dessus ton épaule ou près de tes pompes.

Pour en revenir au déficit de théorie de l'esprit, c'est ce qui sous-tend la recherche plus récente sur les neurones miroirs. Bien que des différences existent entre les cerveaux NT et NaT en termes de densité, d'épaisseurs de certaines zones cérébrales, que des différences de longueur des briques neuronales se retrouvent au niveau du corps calleux et de la matière blanche, que le taux d'anisotropie fonctionnelle soit plus élevé dans la matière blanche cela explique des phénomènes tels que l'épilepsie, le traitement visuel de l'information plutôt qu'auditif, cela explique aussi la gestion des émotions, l'affreux mélange vieux/éternellement jeune des TND ou encore les troubles de la planification. Mais pas le déficit empathique. Le maillon manquant on le cherche donc au travers d'un neurone à fonction spécifique. Les 40 dernières années de psychologie de l'autisme reposent sur cette preuve à trouver.

Ou alors on peut voir la chose au travers d'un modèle conceptuel plus récent issu des mathématiques et de la systémique. L'inférence bayésienne : la capacité de prédire (B) sachant (A). Le cerveau est alors vu dans son ensemble comme une boite prédictive auto-apprenante. Un macro processus avec :
- une (des) boucle(s) d'apprentissage (intrants),
- un (des) processus de traitement,
- une (des) boucle(s) de rétrocontrôle (sortants).
Un organe dont la vocation est d'émettre en permanence des prévisions sur la base de ce qui est perçu, de ce qui est engrangé comme expérience (vécue ou perçue) et de faire des paris. Ou en termes plus scientifiques : d'estimer la probabilité de réalisation d'une action. Cela a l'avantage d'expliquer des phénomènes tels que la surprise, le choc, la sidération (le décalage entre la perception attendue sur la base de la prévision et la réalité). Cela explique aussi plus facilement le phénomène d'inférence : tu n'as pas besoin de plonger ton bras dans une coulée de lave pour savoir que c'est dangereux, que c'est chaud, que tu vas perdre ton bras. Tu n'es même pas obligé d'avoir vécu des expériences proches pour le déduire : tu infères. C'est le rôle de ton cerveau, en permanence.

Maintenant si on utilise ce modèle conceptuel et qu'on l'applique à la neurotypie/neuroatypie ce que l'on constate c'est que si pour un cerveau neurotypique la capacité de prédire est associée à un haut niveau de confiance dans la prédiction (Ex. : 95%), ce qui au passage établit même la norme et par extension la notion de normalité puisque le cerveau neurotypique est majoritairement présent chez les mammifères, pour un autiste ou au sens large un TND le niveau de confiance associé à la prédiction est bien moindre (Ex. : 35% ou 70%. Mais pas 95%).

Suivant la nature du trouble la cause du déficit de prédiction peut se situer dans les boucles d'apprentissage (au sens large d'apport des données), dans le processus de traitement ou dans les boucles de rétrocontrôle qui à la fin de l'expérience viennent modifier la pondération associée au traitement des futures prédictions sur une fonction donnée.

Ce modèle intègre plus facilement les modifications génétiques évoquées plus haut et leurs effets comme par exemple l'incidence des systèmes gabaergiques ou dopaminergiques sur l'impulsivité des TDAH (fonction de survie des espèces mammifères, l'impulsivité devient la clef de survie dans les situations… qui sortent de la norme) et les déficits propres à l'autisme ou à la schizophrénie sans entrer dans une théorie spécifique telle que le déficit de la théorie de l'esprit.

Pour les autistes la difficulté à prédire qui trouve probablement ses sources dans un déficit des fonctions d'apprentissage amène rapidement à la caractéristique numéro un de l'autisme : la rigidité mentale. Le taux de défaillance de l'ensemble du processus est trop élevé, la douleur associée aux échecs répétés (chaque neuroatypique ayant vécu d'intenses moments de décalage ou pire aura une idée de ce que j'évoque) fausse les boucles de rétrocontrôle. Après un échec cuisant un autiste aura tendance à se fixer des règles absolues et immuables : "si ABC alors XYZ" et à les déployer de manière systématique, sans intégrer qu'une règle n'est qu'un outil qui va dépendre du contexte. Ces règles absolues sont des biais cognitifs et l'autiste est une machine à créer des (ses) biais cognitifs qui une fois installés vont encore plus vriller le processus de prédiction. C'est aussi l'une des raisons des routines fortes que l'on retrouve chez les autistes et la raison de la difficulté face aux changements. Environnement réduit, maîtrisé, répétitions, diminution du risque, de la peur du risque (stress, angoisse)

L'intérêt du modèle systémique pour l'autisme c'est que c'est une base sur laquelle on peut développer et déployer des outils de thérapie qui permettent de "retourner la table", tout simplement en commençant par rendre de la souplesse mentale aux patients autistes (et d'autres outils évidemment). Un mix d'éducation, de réagencement des perceptions et de remédiation cognitive. A défaut d'être une approche globale très répandue en France on en retrouve des bouts dans certaines TCC (ACT de mémoire mais pas uniquement).
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Hanuman pour son message (15 au total) :
PataboulChuchumuchuMiss sourisFanetysTourneLuneJudithchoubidou wouahFabs le vaurienPascalitaFishnemoRiffifikid PharaonW4xCarcharodontosaurus
Classement : 16%
Comme on dit entre autistes : "On se marre bien. Mais c'est très intérieur."
Explorer of the Uncanny Valley.

Carcharodontosaurus
Messages : 78
Enregistré le : mer. 13 févr. 2019 16:11
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: L'autisme, réflexions et découvertes

Message par Carcharodontosaurus »

Hello Hanuman (si le sens caché de ce pseudo est celui que je pense, j'adore).

Merci de tes explications. Je suis particulièrement intéressé par tes propos sur les neurotransmetteurs. Dans mon cas j'ai une recherche compulsive de nouveauté au sein de mes intérêts restreint (exemple simple : j'ai changé 15x de voiture en 7 ans de permis. 3x de moto en un an de permis. Je change en permanence ma méthodologie au sport. Ect) qui me semble être liée à une recherche de dopamine, soit de plaisir . C'est assez incontrôlable et mène à une forte impulsivité. De la même façon, je ne ressens que très peu mes émotions qui s'affirment d'avantages par une expression physique, assez proche de l’alexithymie. Cela me semble potentiellement lié à la sérotonine. Une forme de frigidité émotionnelle en soit qui m'empêche même de savoir l'affect que je porte ou non à une personne.

Y a t-il aujourd'hui des pistes (j'ai un peu épluché pubmed, l'autisme étant mon intérêt restreint de cette dernière année, mais je n'ai trouvé qu'études exploratoires, descriptives et rien de concret) de thérapeutique ? Les stratégies de stimulations de la méthylation (supplémentation en folates, B6 ect, glycine, zinc, 5-MTHF) ont-elles un sens ? Je suis preneur de ce que tu aurai comme documentation de ce côté. La recherche de dopamine me pousse à faire des choix immatures et le circuit sérotoninergique me prive de sensations, d'émotions et donc de jouissance et de plaisir.

Ces mécanismes m'ont permis de survivre à mon développement et aux interactions absurdes avec le monde au point d'être un atypique invisible maintenant. Cependant, en tant que jeune adulte, elles ne sont maintenant plus aussi nécessaires et me privent de beaucoup. Je serai donc curieux d'explorer des pistes et bien entendu, tout savoir lié à ce sujet entraîne un enthousiasme débordant chez moi.

Je précise que je ne suis pas diag officiellement. J'ai échangé avec un CRA, nous avons convenu que dans ma situation un diagnostique n'était pas nécessaire, n'ayant pas la nécessité d'une RQTH ou autre. Ils m'ont renvoyé vers un annuaire de spécialistes, je n'ai évidemment pas donné suite :nesaitpas:

Répondre