Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Chuchumuchu
Messages : 53
Enregistré le : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 26

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Chuchumuchu » dim. 20 janv. 2019 17:42

TourneLune a écrit :
jeu. 16 juin 2016 11:02
Je pense qu'il est arrivé à tout le monde de se visualiser se cassant la gueule avec le couteau qu'il tient la main ou loupant un virage en conduisant. La différence me semble être dans la force et la persistance de ces images.
Je trouve que ça reste diamétralement différent de ce que les gens expérimentent habituellement, notamment du fait que ceux que tu imagines frapper / blesser / tuer sont les personnes que tu aimes le plus, et que tu n'es pas du tout en colère au moment où ça arrive.

Merci beaucoup invité123, ça fait du bien de pouvoir en parler quelque part.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.


Du coup il m'est arrivée d'avoir l'air crispée dans les lieux que j'aimais pourtant fréquenter, car je me sentais monstrueuse, pas normale, folle. Cette image distordue de moi-même m'a amenée à supposer que les autres me voyaient comme ça aussi : bizarre, flippante, anormale. Du coup j'ai eu des périodes où j'essayais de sortir le moins possible. Ça a beaucoup dégradé ma sociabilité (qui était pourtant déjà pas énorme avant).
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)

BrunoMZ
Messages : 3
Enregistré le : dim. 20 janv. 2019 18:52
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9154&p=266543#p266543
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par BrunoMZ » dim. 20 janv. 2019 20:09

Bonjour à tous et toutes,

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.


Je ne sais pas si ça servira à qui que ce soit que je partage mon vécu et doute fort.

Ce témoignage n'est là que pour partager ce vécu au cas où il serait utile à quelqu'un et non pour susciter de la peine, de la souffrance, de la compassion, de l’apitoiement, ni quoi que ce soit dans le genre. Tout commentaire dans ce sens est à éviter autant que possible. La peur d'être le centre des attentions, l'horreur de ce genre de situation, la peur de faire perdre du temps, la peur de faire du mal avec, etc. sont autant de sentiments (tout aussi importants les uns que les autres) qui m'ont freiné jusqu'ici à parler de ça sur le forum. Pas que j'aie quoi que ce soit à cacher, il suffit que l'on me pose la question pour que j'en parle (trop à mon goût, mais ça sort tout seul).

Tout commentaire du genre, « va voir un psy », « t’as besoin d’aide », etc sont également inutiles.

J'espère ne pas vous faire perdre du temps ni faire du mal à qui que ce soit avec ce partage.
Enfin voilà:

Depuis plusieurs années (je ne les compte plus) je suis conscient que j'ai un TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif) mental qui consiste a répéter des groupes de pensés plusieurs fois jusqu'à ce que le fait de ne pas le faire ne m'angoisse pas.
Ça a commencé (avant que j'en sois conscient) par des pensés plutôt utopistes mais qu'il me fallait répéter du genre "j'espère que plus aucun être vivant ne mourra".
D'années en années, ça a évoluer vers des pensées du genre "je ne veux en aucun cas faire quelque soit le mal à qui que ce soit [etc]".
Ça n'a fait que s'étoffer ou légèrement se modifier en fonction de mon vécu.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
voir des films violents que ce soit sexuellement ou autre devenait de plus en plus impossible.
Même des films que j'aimais (films de société, drames, etc. Par exemple Alabama Monroe) provoquaient des émotions tellement violente en moi que aujourd'hui je ne regarde essentiellement que des dessins animés ou des films nuls que j’espère ne déclencher que des pensées peut envahissantes.
Par exemple, quand je vois une scène de violence, je me répète inlassablement "ce personnage est un monstre, un assassin [etc]. Il mérite d'aller en prison et ne plus jamais en sortir. Pas l'acteur bien sûr mais le personnage. [etc]".
Ce genre de pensé se suivent généralement par d'autres comme "j'espère que je ne suis pas un tel monstre".
En plus des films violents, même des films qui à priori ne devraient pas déclencher ce genre de pensées ont finit par en déclencher. Un exemple parlant est "la famille bélier" (que j'ai aimé au passage) qui m'a profondément mis mal à l'aise car la peur d'être un pédophile n'a fait que monter en raison de pensées du genre "ce n'est qu'une enfant [en parlant du personnage principal], je ne suis en aucun cas cas attiré par un enfant garçon ou fille. J'espère que je ne suis pas un pédophile".

Ce genre de pensées sont également présentes dans mon jour le jour. Surtout si je suis fatigué. Un jour en allant chez le psychiatre à Toulouse, j'étais très déprimé, épuisé et le passage par la rue et les transports en communs m'a totalement démoli en raison de pensées déclenchées par tout ce que je voyais, entendais, ressentais et également par des mécanismes internes que je rapproche plus de sensations que d'images. Je suis arrivé chez le psychiatre en larmes, affolé, perdu, désorienté.
Les pensées en question sont du genre:
- Lorsque je vois une femme "je ne suis en aucun attiré par elle", "les femmes ne sont pas des objets encore moi des objets à sexe. Elles ne se résument pas à leur corps, encore moins à leurs sexe. Elles ne sont pas des salopes encore moins des sexes sur pattes", "j'espère que je ne suis pas un violeur. j'espère que je n'en serais pas un". précédé ou non de "oui cette femme est belle, mais"
- Lorsque je vois un enfant, le même genre que l'exemple du film plus haut.
- etc.

Les objets potentiellement dangereux (quels qu’ils soient, que ce soit des armes ou des outils d'usage courant comme une voiture) déclenchaient chez moi un malaise profond suivit de pensées obsédantes la plus part du temps sans avoir déclenché d'image. Juste l'angoisse que je pourrais faire du mal avec ou que l'objet pourrais faire du mal à quelqu'un suffisait à déclencher l'enfer.
Je parle au passé, pas parce que ce n'est plus présent, mais parce que ça s'est un peu calmé.

Cet enfer m'a mené à m'isoler complètement pour m'assurer que je n'étais un danger pour personne ainsi que pour ne pas être le centre des attentions ni faire perdre du temps en en parlant, à refuser toute relation amoureuse de peur de faire du mal à la femme en question, à avoir envide de "mourir le plus vite possible, seul dans l'oubli, sans faire du mal à qui que ce soit ni à quelque soit l'être vivant plus généralement (humains y compris), ni à quelque soit l'écosystème, ni à quelque soit la partie de la nature, que ce soit directement ou indirectement, que ce soit physiquement ou psychologiquement, que ce soit avant, pendant ou après ma mort" (entre guillemets car il s'agit d'une pensée obsédante).

Aujourd'hui j'ai surmonté une toute petite partie de tout ça:
- J'ai quelqu'un dans ma vie et chaque jour, chaque seconde, chaque instant j'ai peur de lui faire du mal, de l'entraîner dans un enfer.
- Bien que je soit encore très mal à l'aise en société surtout avec des gens que je connais sans vraiment les fréquenter, je suis beaucoup moins isolé
- Avec ma chérie on veut avoir des enfants malgré la peur qui m'angoisse de leur faire du mal

Cet enfer est donc aujourd'hui plus discret mais toujours présent guettant mes moments de fatigues, mes émotions négatives (telles que la colère) où il m'emporte dans une spirale infernale d'angoisses.

On peut l'appeler phobie d'impulsion aggravée par un TOC ou comme on veut. Savoir les termes qui y sont associés, en parler, savoir que d'autres vivent un tel enfer, etc. ne changent rien. L'enfer n'en est pas pour autant amoindrit.

Mais je m'y suis habitué et chaque jour je m'efforce de vivre, d'avancer, de ne pas reculer, de construire malgré lui et de faire les choses de mon mieux dans l'intérêt de toutes et de tous sans faire du mal à qui que ce soit.

<Edit> J'ai pris le temps de lire quelques témoignages publiés sur ce fil et me suis retrouvé dans plusieurs des situations décrites. Merci à toutes et tous d'avoir partagé vos histoires.

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3520
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Grabote » lun. 21 janv. 2019 08:16

Merci pour ta confiance BrunoMZ
J'ai écouté il y' a quelques temps une émission sur l'hypnose qui semble bien éfficace pour soulager ce genre de troubles.
J'espère ne pas être tombée dans les commentaires inutiles ou dérangeant en postant cela.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Fu
Messages : 802
Enregistré le : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : flou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Fu » lun. 21 janv. 2019 10:15

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.

Avatar du membre
enufsed
Messages : 1201
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : La Mort Dorée
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Dans mon Mortbillard, sous une pile de livres
Âge : 45

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par enufsed » lun. 21 janv. 2019 13:38

Sujet passionnant et qui m'interpelle au plus haut point. Je pense qu'il peut être utile de renverser les points de vue et parfois d'embrasser (accepter) nos pulsions réfrénées avec bienveillance précisément parce qu'elles sont réfrénées : plutôt que de voir dans leur possible accomplissement le signe d'une monstruosité latente, percevoir que le fait même de les tenir en laisse et de produire un discours rationnel sur elles, qu'il soit culpabilisant ou juste tentative de les comprendre, c'est cela qui précisément construit notre humanité au sens d'une capacité de vivre ensemble (et un peu avec soi-même).
Pour avoir malheureusement trop côtoyé dans ma vie des situations où d'autres, proches ou moins proches, ont sombré sous le poids de leurs pulsions (pas toujours en raison d'une pathologie avérée) les conduisant en HP voire, malheureusement, au suicide, j'ai appris à accueillir mes propres pulsions avec plus de recul, comme si ces douloureuses expériences avaient permis de tracer une ligne plus ou moins claire, la fameuse "borderline", entre la pulsion et le basculement. D'ailleurs dans les cas de basculement précisément on est rarement face à une pulsion qui s'accomplit mais plutôt des mécanismes au long cours qui opèrent et se révèlent au terme d'une maturation plus ou moins longue.
Il faudrait l'expertise de la psychanalyse pour saisir les mécanismes sous-jacents de tout ça, je n'ai aucune connaissance ni compétence là-dedans, mais pour ma part j'essaye petit à petit d'accepter mon propre chaos et accepter le chaos de l'autre sans partir en courant et sans chercher à retrouver un paradis perdu de mon enfance où je croyais que tout obéissait à un ordre souple et fluide.

Les manifestations que vous exposez ici, j'en connais un certain nombre, et d'autres aussi qui n'ont pas été citées, qui dans certaines situations occupent tout mon esprit laissant mon corps continuer à s'exprimer et entretenir la conversation sans que les interlocuteurs s'en rendent compte. Pulsions violentes vis-à-vis de personnes que j'aime ou de moi-même, pulsions de désir vis-à-vis de personnes pour lesquelles je n'ai aucune attirance, même parfois que je méprise. Finalement souvent des pulsions qui vont à l'encontre de ce qui est conscient. Plutôt que de m'effrayer de leur existence, je m'émerveille de la capacité de notre esprit à les contenir. Parce qu'évidemment quand on a envie de pousser la femme qu'on aime du haut de la falaise c'est quelque chose de totalement différent qui se joue en nous, et ça par contre j'aimerais bien en connaître le sens ;)
"My name's Tony, I've got some bacon"

Avatar du membre
Swinn
Messages : 994
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Swinn » mar. 22 janv. 2019 09:41

Ce forum peut avoir parfois quelque chose de cathartique !!! :cheers:

Moi aussi qui pensais avoir un monstre tapi en moi , il m' apparait à vous lire que je ne suis pas le seul à abriter quelques infâmes impulsions et que cela est désormais identifié et nommé.
L'important est de toujours exposer les monstres que l'on abrite en pleine lumière, on se rend compte alors qu'ils ne sont ni si dangereux ni si effrayants que cela , bien souvent alors, ils finissent sous forme d' inoffensifs polichinelles à ranger dans un placard.

J' ai le sentiment que cette obsession impulsive relève inconsciemment de la tentation du pire, une curiosité morbide et malsaine qui nous pousse à nous demander , et si je le faisais ? qu'est ce qui se passerait ?
Ce n' est qu' un mécanisme intellectuel bien involontaire même si l' horreur des pensées suscitées et surtout l' incompréhension et la culpabilité engendrées pour avoir eu de telles pensées peuvent durablement marquer la psyché.

Je suis heureux de voir ici que je ne suis pas le seul à avoir éprouvé ce genre de flash comme le décrit bien Fu, envers les gens que j' aime le plus , ma fille notamment, dans d' autres situations également pendant lesquelles si j'avais suivi " mon impulsion " il n' y aurait pas eu mort d' homme si ce n' est la mienne obligé que j' aurais été de me suicider pour m' épargner la honte et le déshonneur qui s' en serait suivi.
( Et encore , le suicide peut il être considéré comme une tentation du pire à l' instar d' une obsession compulsive ?)

Bref, dieu merci et bien évidemment, , comme pour chacun d' entre vous ici qui a connu ce genre de phénomène, il n' y a jamais eu de passage à l' acte et il n' y en aura jamais, auquel cas cela relèverait de la psychiatrie, du pénal et vraisemblablement de la guillotine pour tous si elle existait encore.

Maintenant , plus serein face à ces impulsions, si elles me reviennent, je saurai qu'elles ne sont que simples et sales constructions mentales sans conséquences ni gravité , et que l' inquiétude que je pouvais éprouver lorsqu'elles arrivaient finalement serait plus rapidement circonscrite et combattue, et que surtout, je ne suis pas le seul à fabriquer en moi-même ce genre de d 'horreur.
Il sera plus compliqué en revanche de me soulager de la culpabilité que j' ai pu éprouver pendant très longtemps en me remémorant certaines de ces très vieilles impulsions que j' ai pu ressentir étant enfant.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran

Avatar du membre
Loefen
Messages : 118
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 17:51
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Loefen » mar. 22 janv. 2019 17:12

Je me pose une question.... j'ai été assaillie de nouveau par ces impulsions il y a quelques jours.
La première fois, j'étais étudiante... je l'ai raconté plus haut.

Je ne vais pas décrire par le menu détail cette impulsion. Cette fois-ci ,elle était tournée vers mes filles, ce que j'ai de plus précieux. D'où culpabilité +++ sentiment de panique +++ Bref.

Comme je suis maintenant avertie, grâce à ce post ô combien salvateur... j'ai pu prendre de la distance (après coup, une fois l'émotion passée) et réfléchir au pourquoi de ces pensées.

La première fois que ces impulsions sont apparues, j'étais confrontée à quelque chose que je n'arrivais pas à surmonter. C'était trop énorme et trop complexe. J'étais paumée.

Cette fois-ci, ces impulsions ont fait suite à une séance particulièrement dure avec ma psy où j'ai perdu mes illusions : celle d'avoir une mère aimante (entre autre réjouissances. ) J'ai fait le deuil de la famille rêvée telle que je la concevais.

Je me demande donc si ces impulsions n'apparaissent pas pour que nous ayons une impression de contrôle lorsque nous sommes confrontés à des situations qui nous échappent.

Me comprenez-vous ?

Je ne peux pas faire en sorte que ma mère m'aime... car c'est un problème qui ne regarde qu'elle. je n'ai aucun pouvoir là-dessus. Et paf, comme je vis quand même mal la chose et que cela me chagrine de comprendre que je ne pourrai rien faire pour remédier à ce problème, j'ai eu cette horrible obsession impulsive contre laquelle je me suis battue bec et ongle en me disant : non, résiste... tu es plus forte que ça, tu peux dominer ces pensées.

A choc extrême, obsession impulsive ?

Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1325
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Unesoprano » mar. 22 janv. 2019 17:57

Il me semble en tout cas que c’est certainement une forme d’expression de stress, d’anxiété, vu de l’extérieur (c’est à dire n’ayant a priori pas vécu ces expériences.)
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire

BrunoMZ
Messages : 3
Enregistré le : dim. 20 janv. 2019 18:52
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9154&p=266543#p266543
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par BrunoMZ » mar. 22 janv. 2019 19:07

Un de mes psy m'a dit (pas avec ces mots) que j'avais l'automatisme d'imaginer toujours le pire qui pourrait se produire dans chaque situation que je vis et que c'est ce qui me paralysait. Sans résoudre le problème, ça m'a aider à mieux le comprendre.

Par exemple: lors d'un cours sur l'utilisation d'outils dangereux au travail, lorsque c'était mon tour de prendre la tronçonneuse et que je l'ai eue dans les mains, je me suis vu massacrer mes collègues de classe avec (une des rares fois que j'ai identifié une image à l'origine de mes pensées obsédantes). La tronçonneuse est un outil qui peut s'avérer une arme si mal utilisée, et c'est le fait que cette affirmation soit vrai qui a déclenché ma peur de faire du mal. C'est valable pour les voitures pour un autre exemple.

Est-ce que ce mécanisme se produit chez d'autres qui vivent les obsessions impulsives?

Avatar du membre
Gioia
Messages : 64
Enregistré le : mer. 13 août 2014 11:26
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t5277.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 33

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Gioia » lun. 21 oct. 2019 00:29

Bonjour/Bonsoir :clin:

Je me permets de remonter ce topic, après en avoir parcouru le contenu, et aussi parce que je suis plongée en ce moment dans ces pensées de m...., visiblement familières à certains d'entre vous. J'ai expérimenté cela avec parcimonie à divers moments de ma vie, et là ça vient me refrapper à l'aube d'un grand renouveau dans ma vie, et donc une période d'inconnu qui se profile.

Je me rends compte que j'ai toujours eu la fâcheuse tendance à m'imaginer le pire, et c'est de là je crois que tout part: "Imagine que tu fais ça dans telle situation", "imagine que tu perds le contrôle et que tu deviens folle", "imagine qu'il t'arrive le même problème qu'un tel", etc etc. Dès lors, ces réflexions vont faire naître un malaise soudain et je vais cristalliser alors de manière irrationnelle toutes mes énergies autour de l'objet de ma peur (imaginaire bien sûr, car dans le cadre du Toc c'est toujours imaginaire). Le cerveau est bien fait, rien de plus logique qu'un conditionnement se mette à opérer par la suite et donc créer non seulement une idée obsessionnelle mais une sorte d'élastique qui va nous renvoyer à cette idée au moindre stimulus observé. Les degrés sont bien sûr variables en fonction de chacun.

C'est cette question, de Loefen, qui m'a donné envie de contribuer au sujet:
"Je me demande si ces impulsions n'apparaissent pas pour que nous ayons une impression de contrôle lorsque nous sommes confrontés à des situations qui nous échappent."
Pour moi oui, définitivement oui. C'est un mécanisme du cerveau qui opère non pour nous détruire mais pour nous protéger de quelque chose de latent, qui nous échappe, qu'on ne contrôle pas. C'est paradoxal, c'est une protection contre la peur, en provoquant un malaise ou de la peur à un autre niveau.

La peur d'une situation imaginaire qu'on va créer de toute pièce peut nous mener à fixer sur ce type d'idées très inconfortables, mais la peur de pouvoir vivre enfin le bonheur aussi. Car si on a passé toute une vie à croire au pire, lâcher cela pour enfin aller vers le bonheur peut opérer une forme de résistance, qui va avoir besoin d'aller puiser dans tout ce qu'on a toujours connu pour ne pas mourir. Ma proposition (qui je pense est la solution si on arrive à maintenir le cap) est d'accepter ces idées, aussi difficiles soient-elles, comprendre qu'elles sont là pour une raison et leur laisser la place qu'elles ont, c'est à dire juste des idées que notre cerveau a crées. Rien de plus, rien de moins. Si notre cerveau les a crées, faisons-lui confiance dans sa capacité à les décréer. Il a exactement le même potentiel dans le processus inverse. C'est l'émotionnel que nous greffons autour de ces pensées qui fait de ce problème un problème. Sans la partie émotionnelle, ce ne sont que des idées qui viennent et qui passent.

:hai:

Avatar du membre
Gail
Messages : 56
Enregistré le : ven. 14 juin 2019 23:08
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10205#p302753
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Vendée
Âge : 37

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Gail » lun. 21 oct. 2019 06:42

@@Gioia Merci d'avoir déterré ce topic et de l'avoir fait maintenant! Il y a une incroyable résonnance entre ce que tu écris et la conclusion de mes réflexions hier soir:
Gioia a écrit :
lun. 21 oct. 2019 00:29
La peur d'une situation imaginaire qu'on va créer de toute pièce peut nous mener à fixer sur ce type d'idées très inconfortables, mais la peur de pouvoir vivre enfin le bonheur aussi. Car si on a passé toute une vie à croire au pire, lâcher cela pour enfin aller vers le bonheur peut opérer une forme de résistance, qui va avoir besoin d'aller puiser dans tout ce qu'on a toujours connu pour ne pas mourir.
Et ta proposition me ramène comme souvent en ce moment à la Pleine Conscience et à la thérapie d'acceptation et engagement (ACT)
Gioia a écrit :
lun. 21 oct. 2019 00:29
Ma proposition (qui je pense est la solution si on arrive à maintenir le cap) est d'accepter ces idées, aussi difficiles soient-elles, comprendre qu'elles sont là pour une raison et leur laisser la place qu'elles ont, c'est à dire juste des idées que notre cerveau a crées. Rien de plus, rien de moins. Si notre cerveau les a crées, faisons-lui confiance dans sa capacité à les décréer. Il a exactement le même potentiel dans le processus inverse. C'est l'émotionnel que nous greffons autour de ces pensées qui fait de ce problème un problème. Sans la partie émotionnelle, ce ne sont que des idées qui viennent et qui passent.
Il ne me reste plus qu'à dévorer tout le fil pour maîtriser cette nouvelle clé de lecture. Je reviendrai compléter avec des réflexions un peu moins égocentrées après ( si tout n'a pas déjà été dit...)
"Si vous entendez un bruit de sabots, pensez à des chevaux, pas à des zeebres"
Aphorisme médical pour inciter les etudiants zélés à rechercher d'abord les diagnostics les plus fréquents plutôt qu'une maladie rare

Avatar du membre
Gioia
Messages : 64
Enregistré le : mer. 13 août 2014 11:26
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t5277.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 33

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Gioia » lun. 21 oct. 2019 12:30

Chère Gail,

Très heureuse que mon message ait pu faire résonnance et au bon moment !
Au plaisir de te lire :coucou:

Avatar du membre
Chini
Messages : 24
Enregistré le : mer. 13 mars 2019 01:32
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Chini » lun. 21 oct. 2019 17:21

Bonjour,
Je viens de lire tout le post et à moi aussi, il me parle beaucoup. Mais plusieurs idées s’entremêlent, alors je les expose car peut-être que cela peut apporter quelque chose à la réflexion.

Je pense que ces images ou obsessions impulsives peuvent être de différentes natures.

Il m’arrive d’avoir ces images dans la tête, ce que Fu appelle des « flashs ». Ce ne sont pas que des images d’ailleurs, ces flashs sont accompagnés de sons, de perceptions (mais cela reste imaginaire, je n’entends et ne sens rien en vrai). Les plus simples à décrire sont survenus à la naissance de mon ainée, ils étaient liés au post-partum. J’avais la chance d’être en psychothérapie à ce moment-là et mon psy m’a apaisée en me parlant d’hypervigilance tout à fait naturelle. J’étais en train de me préparer à mon rôle de mère, identifiant les dangers de ce qui pourrait arriver par ces images (des trucs horribles…) et bien entendu, je faisais également partie du danger potentiel… Le fait qu’il ait normalisé la chose et qu’il ait mis en avant mon énorme imagination ont fait que je n’y ai plus porté attention et que ces images n’étant plus accompagnées d’angoisse ou de culpabilité se sont estompées.

En ce temps-là, je notais mes rêves. Extrêmement détaillés, très visuels. Je ne rêve plus aujourd’hui (ou plutôt tout est bien enfermé depuis des années). Quand j’étais petite, j’ai été sujette aux cauchemars, qui ont duré extrêmement longtemps et étaient paralysants. J’y pensais le jour, j’avais peur et j’imaginais le cauchemar continuer. Toujours beaucoup de détails et de sensations. Mon fils de 5 ans fait les mêmes aujourd’hui. Il ne peut rester seule dans une pièce, il a peur de son imaginaire.

D’autres flashs, mais d’une autre nature. Ceux que j’avais pendant les années où ma mère faisait des épisodes psychotiques. L’anxiété était telle que mon esprit cherchait une solution à ce cauchemar. Et parmi les solutions, venaient des images violentes (mais sans aucune envie de passer à l’acte, cela montrait plus la volonté que ça s’arrête). D’ailleurs, ma mère a décrit des années après les signes avant-coureurs de sa psychose. Parmi ceux-là, le flash de s’exploser en voiture. C’étaient des flashs qui exprimaient la volonté que ça s’arrête aussi, mais ces flashs-là signaient le risque suicidaire.

Aujourd’hui, je suis toujours dans l’ultra-vigilance. Ces flashs continuent, mais pour m’avertir des dangers que peuvent encourir mes enfants par exemple. Et finalement, je les interprète comme dû à mon extrême imagination, un peu à mes traumas (la sensation que le pire peut arriver à n’importe quel moment), le besoin de contrôle, d’anticiper les dangers….

Et enfin, ce que je voulais principalement ajouter à la réflexion.
Depuis que j’ai eu un pré-diagnostic (enfin une suspicion) d’Asperger, je me demande dans quelle mesure les traits autistiques, pour lesquels il semblerait que la pensée se fasse aussi beaucoup par l’image, ne viendraient s’ajouter au tableau… (tout ça n’est qu’hypothétique, car je ne suis pas diagnostiquée, et je tire mes infos de mes lectures très récentes sur l’autisme, il y a peut-être encore des choses que j’interprète mal). Nombreux sont les HP sur ce forum qui se reconnaissent des traits autistiques, ou sont formellement diagnostiqués TSA.

J’ai aussi des rémanences de musique dans la tête, de paroles aussi (cela semble aussi faire partie de mes traits autistiques – c’est la rémanence dans l’épreuve de la mémoire des chiffres qui m’a mis la puce à l’oreille). Un certain système inhibiteur moins performant pourrait en être la cause (le même qui explique l’écholalie). Alors pourquoi est-ce que cela n’arriverait pas aussi avec les images (nous qui sommes submergés d’images violentes dans les films) ? Le système inhibiteur de pensées inappropriées pourrait-il être moins performant et laisser passer ces images parasites – transformées par notre vécu ?

Voilà, désolée si j’ai peut-être dit plein de bêtises toutes emmêlées et désolée pour le méga pavé :1cache: Peut-être verrez-vous mieux que moi ce que j'ai voulu dire :think:

Mais tout cela pour dire que nos cerveaux sont de sacrées machines, liés à nos émotions les plus primitives (la peur du danger). Je rejoins ce que viens de dire @Gioia : "sans la partie émotionnelle, ce ne sont que des idées qui viennent et qui passent"

Avatar du membre
Gioia
Messages : 64
Enregistré le : mer. 13 août 2014 11:26
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t5277.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 33

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Gioia » mar. 22 oct. 2019 13:57

Bonjour Chini :hai:

Je ne sais pas s'il s'agit vraiment de pensées ou images inappropriées en fait. Elles le sont certes d'un point de vue objectif (se focaliser sur sa déglutition n'a rien d'approprié c'est vrai :lol: :rofl: ) , mais je pense qu'elles ont un sens. Pour mon cas par exemple c'est pas la première fois que je fixe sur des idées autour de la bouche, la gorge, et je sais que cette zone est souvent en lien avec l'expression, la communication, chose qui me fait défaut dans la vie de tous les jours. Pourquoi on fixe sur des idées et pas d'autres ? Je pense qu'inconsciemment elles font résonnance avec quelque chose.
Ce qui va rendre le contenu inapproprié pour moi c'est plus la crainte qui va être ressentie tout de suite suite face à l'image, la pensée, la première fois qu'elle nous vient en tête. Car c'est bien ce qui va découler de cela, les pensées et émotions qui vont suivre, qui vont créer et alimenter le cercle vicieux (qui peut se mettre en place super rapidement), plutôt que l'image ou la pensée elles-mêmes.
Exemple: Je suis en train de passer un moment agréable avec mes amis.
Soudain je vais m'imaginer prendre un couteau et les tuer.
Je ressens alors un malaise, voire une angoisse.
Le fait de ressentir ce malaise va me faire cogiter sur le pourquoi je ressens ça, sur le malaise lui-même, ou sur ce que je pourrais vraiment faire ! Etc, etc.
De ce fait ça va constituer une empreinte, le cerveau va enregistrer le malaise, la peur, la menace/le danger, en lien avec l'objet.
Et donc ça va créer un conditionnement du cerveau qui va se souvenir du malaise et qui va l'associer à chaque stimulus (je vois un couteau ---> malaise).
De là va naître un cercle vicieux qui va renforcer à la fois l'angoisse et la pensée "élastique" qui se déploie à vitesse grand V : malaise-stimulus-malaise-stimulus-malaise-ect.


Comment casser la dynamique dès le départ ? On accepte je pense l'émotion qui découle de la première pensée qui surgit, on la voit comme une réaction de notre monde intérieur ("OK, cela me fait peur", "OK, je suis en train de m'imaginer plein de trucs qui ne veulent rien dire", "OK, j'ai une fragilité en ce moment qui fait que je m'imagine le pire", "Ok, c'est pas grave"). Il est nécessaire de se poser tout de suite en spectateur (le plus bienveillant possible) et de rester spectateur, plutôt que d'entrer en scène et être l'acteur du jeu de dupe que nous propose notre cerveau.

Avatar du membre
Chini
Messages : 24
Enregistré le : mer. 13 mars 2019 01:32
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Chini » mer. 23 oct. 2019 00:33

Salut @Gioia,

oui, je suis d'accord avec toi, parfois elles ont un sens caché. Mais pour ma part, j'ai tellement passé de temps à tout analyser pour trouver le sens caché que j'en était trop cérébrale... et à un moment, je me suis dit (hum, le psy a ressassé plutôt) qu'il fallait lâcher prise et passer plus à l'action (aller chercher bonheur quoi! :huhu: ).

Le cercle vicieux dont tu parles, on peut le voir du côté vertueux également (comme tu le dis aussi, mais pourquoi pas en plus actif?). Par exemple, il me semble que la visualisation positive, c'est basé un peu la dessus. Notamment, c'est une des techniques pour communiquer en public. Si tu as une présentation à faire, on dit (enfin les coachs disent - je ne sais pas si c'est vraiment scientifiquement prouvé) que tu peux t'imaginer ta présentation tous les jours pendant une semaine avant le jour J, en pensant au bien être que tu ressent, imaginant tous les détails, visualisant la scène de manière positive, et ton cerveau va finir par croire que c'est réel, va sécréter les hormones et neurotransmetteurs du plaisir, du bien être, etc... et le jour J n'y verra que du feu, pensera que tu as déjà vécu cette scène plein de fois et ne s'emballera pas dû au stress! J'avoue que je n'ai pas essayé, ça demande trop de rigueur et de préparation à l'avance !

En tout cas, ce que tu décris comme regarder en tant que spectateur bienveillant, c'est exactement la Pleine Conscience (le Mindfulness), n'est ce pas @Gail ?

Pour en revenir au sujet initial, pour moi les flashs pourraient quand même être dû à nos instincts archaïques de protection et hyper vigilance par rapport au danger. Quand on a peur de basculer, de passer à l'acte lorsque l'on a ces flashs horribles, on sécrète des hormones du stress... Ça a peut-être un but? Le couteau que tu vois, l'angoisse que tu ressens en t'imaginant tuer tes amis, c'est peut-être juste ton cerveau qui te mets en garde qu'il y a effectivement un couteau, et que c'est potentiellement vraiment dangereux, donc c'est une façon de te préparer à fuir?
L'enfant que tu as dans les bras, qui est si vulnérable, tu le ressens comme ayant d'autant plus besoin de ton hyper vigilance... Mécanisme de conservation de l'espèce? :nesaitpas:

Taem
Messages : 44
Enregistré le : ven. 19 oct. 2018 14:43
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 22

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Taem » jeu. 14 nov. 2019 19:36

Bonjour,

J'ai vécu des phobies d'impulsion pendant quelques mois cette année.

Je ne crois pas avoir envie de trop m'étaler dessus tout de suite, plus par flemme que par pudeur.

Je voulais juste témoigner du fait que, chez moi, ces obsessions étaient principalement l'un des - symptômes - liés à mon anxiété généralisée...
Je n'ai pas eu tant que ça à en chercher le sens, d'ailleurs plus j'en cherchais un plus je m'enlisais dans ces boucles récurrentes et angoissantes.

En travaillant par contre directement sur mon anxiété, source du problème, elles ont finit par prendre beaucoup moins de place. Elles reviennent bien sûr, mais que dans des moments où l'anxiété est aussi présente, et n'ont plus autant d'emprise sur moi. Je peux même dire qu'aujourd'hui je crois n'avoir jamais aussi bien vécu.

Le travail d'auto-éducation vis-à-vis de ce qu'étaient les TOCs en général m'a aussi beaucoup aidé.

Bien à vous !

Avatar du membre
Gioia
Messages : 64
Enregistré le : mer. 13 août 2014 11:26
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t5277.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 33

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Gioia » ven. 15 nov. 2019 18:20

Merci beaucoup de ton message Taem ! :clin:

Je le vis un peu comme un cadeau (si si) à un moment où je me sens à nouveau fragile et que je perds le fil de mes acquis.
J'ai passé les 3 derniers jours à décortiquer le pourquoi du comment de mes idées obsessionnelles qui sont revenues après une période d'accalmie, alors certes j'ai conscientisé des choses nouvelles et intéressantes, mais d'une manière générale ça a bien alourdi mes émotions et ma confiance.
Ton message arrive au bon moment et me fait comprendre que je m'éloigne de la solution: simplement continuer à laisser couler sans ne plus nourrir le toc par les mauvaises pensées engendrées par l'anxiété (m'imaginer le pire, et donc m'imaginer penser à ça ou à ça, ce qui engendre un nouveau toc). Effectivement, quand on n'est pas anxieux et qu'on nourrit pas plein d'idées imaginaires, on développe pas de tocs. Inversement je pense que quand on sait qu'on est dans une problématique d'obsession, on conditionne notre cerveau à la renforcer ou en créer d'autres car plus on va être dans cette énergie-là plus le cerveau va la créer et s'en souvenir. Tout fonctionne par suggestion.
Merci à toi, tu me remets sur le bon chemin ! Un travail d'auto-éducation comme tu dis.

Puis-je te demander comment tu as travaillé sur ton anxiété ?

Perso, je fais des épisodes anxieux généralisés par intermittence depuis l'âge de 6 ans. Des fois ça dure quelques jours, des fois de nombreux mois. La plupart du temps c'est toujours passé tout seul, avant de revenir des années plus tard.

Bien à toi,

:hai:

Taem
Messages : 44
Enregistré le : ven. 19 oct. 2018 14:43
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 22

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Taem » ven. 15 nov. 2019 22:34

Salut !

Malheureusement, je ne vais pas t'être d'une grande aide...

Il semblerait que l'anxiété puisse prendre plusieurs formes. Chez moi, j'ai toujours eu ce fond anxieux mais tout cela a pris une très mauvaise tournure après un bad trip lorsque je consommais de la drogue depuis mon adolescence jusque là semaine dernière...

Donc bien entendu l'arrêt de la substance m'a permir de diminuer mes symptômes en flèche !
A voir dans les semaines qui suivent comment cela évoluera.
La où je ne suis pas sur d'être d'une grande aide c'est que l'anxiété sans cause établie comme tu sembles le vivre est donc plus compliquée à éliminer...

Je ne dirais pas que je ne suis plus anxieux, mais cela ne prend plus les mêmes proportions.

Sinon, je n'hésite pas à m'écouter et à rester au chaud chez moi les jours de moins bien, compensant cela dans mes études par des pics d'activité juste avant les échéances que je dois respecter. Ce n'est pas toujours bien vu des autres bien sûr...

Je fais également attention à mon alimentation...

Des fois, je me demande si l'anxiété n'est pas seulement le signe que le mode de vie moderne nest pas adapté à tout le monde, surtout pour ceux d'entre vous qui travaillent dans des jobs stressants où le manque de contrôle quant aux procédures ou obligations de ponctualité est bien présent.

Ma dépression post-test de cette hiver m'a aussi aidé à sortir de mon ancien cadre mentale, où il fallait toujours que j'en fasse plus pour combler ce vide que je ressentais en moi.

Je crois que j'arrête juste de TROP me remettre en question maintenant...

Ah oui, et le bouquin de Tinoco, Ginola et Blasco fut une vraie bouffée d'air personnellement. Je l'ai lu déjà 3 fois le temps d'en prendre la réelle mesure, et c'est lui qui m'a permit notamment de comprendre plus ou moins que le cygne n'a pas à être canard. Comme si le fait de l'avoir entendu auparavant ne m'avait pas vraiment fait tilté sur l'implication que cela devait avoir...

Pour le fait que ça semble être chronique chez toi, il me manque quelques années de vie pour savoir si c'est le cas également chez moi :D

Taem
Messages : 44
Enregistré le : ven. 19 oct. 2018 14:43
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 22

Re: Obsession impulsive (aka phobie d'impulsion)

Message par Taem » ven. 15 nov. 2019 22:37

Enfin quand je dis sans cause, c'est bien entendu sans cause flagrante, déterministe que je suis ;)

Également, pour couper au plus tôt les crises, lorsque je suis entrain de me lancer dans un schéma angoissant, j'essaye de revenir à mon corps et d'être attentif à des signes d'anxiété... Palpitations, mains moites, agitation, discussion interne mentale au détriment des stimulis extérieurs..
S'il y a, j'essaye au mieux de couper court à toute discussion avec moi même, hormis le fait de me répéter "je suis toqué taem, et C'EST TOUT", un peu comme un mantra jusqu'à ce que je passe à autre chose ! Mais c'est un pansement, pas un médicament :$

Répondre