Dépistage autiste - asperger

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Répondre
Avatar du membre
Catwoman
Messages : 45
Enregistré le : sam. 24 janv. 2015 12:21
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Dépistage autiste - asperger

Message par Catwoman » dim. 23 juin 2019 01:42

Bien le bonjour,
Diagnostiqué "haut potentiel" en 2015, j'ai poursuivi mon chemin avec beaucoup de questions sans réponses.
J'ai reçu mon diagnostique " autiste - asperger" en 2018.

Si vous vous sentez inconfortable dans des événements sociaux, si vous avez du mal à créer ou maintenir des relations, si vous avez une grande sensibilité aux sons, à la lumière, au toucher, enfin si vous êtes curieux ou vous vous posez des questions.

Je souhaite mettre ici une ressource en ligne pour faire un test de "dépistage" pour l'autisme. Ces tests ont une très bonnes réputation auprès des spécialistes de l'autisme.

https://aspietests.org/?locale=fr_FR

Je vous recommande de commencer par le test " AQ", puis selon votre intérêt, le EQ, FQ, et SQ.

Merci, bonne soirée :)


[edit] j'ai beaucoup hésitée à faire une entree en matière plus élaboré, et j'ai bien lu un ancien post sur l'autisme, cependant il remonte à loin et je ne souhaite pas ici devoir me justifier ou débattre de la place et le lien entre autisme et douance. Peut-être simplement lancer une bouteille à la mer, et mettre quelques personnes sur une piste que j'aurai aimé trouver plus tôt.
J'ai une liste de ressource sur l'autisme assez élaboré que je peux partager, si l'intérêt se manifeste.

Melokine
Messages : 755
Enregistré le : dim. 15 juil. 2012 09:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IDF
Âge : 44

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Melokine » dim. 23 juin 2019 15:32

Bonjour Catwoman,

Merci pour ton post, qui part d'une bonne intention.
Je me permettrai toutefois un bémol : certains de ces tests sont utilisés pour le diagnostic de l'autisme, et les avoir déjà passé peut ne pas être une bonne idée.

J'aurais davantage tendance à renvoyer vers des témoignages, par exemple (plutôt pour les femmes mais pas seulement) vers le site de l'AFFA.

Ta liste de ressources est une bonne idée :)

Melokine (autiste Asperger également)
Hypersensibilité mon cul...

Avatar du membre
Catwoman
Messages : 45
Enregistré le : sam. 24 janv. 2015 12:21
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Catwoman » lun. 24 juin 2019 01:22

C'est pas comme un test de qi, quand on répond sincèrement aux questions les résultats demeurent sensiblement les même, peu importe le nombre de fois les questions répondues.

Ce tests est largement distribué entre autres, dans les communauté anglophones, comme depistage. La tele anglaise en a même fait un évènement national.

[edit: cap lock removed because unnecessary]

Melokine
Messages : 755
Enregistré le : dim. 15 juil. 2012 09:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IDF
Âge : 44

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Melokine » lun. 24 juin 2019 13:10

Oui, je sais, mais quand même, avoir déjà lu les questions peut avoir une incidence non contrôlée sur les réponses.
Et puis il y a des éléments de cotation qui ne peuvent exister que dans une passation devant un psychologue, dans le test des regards, notamment.
Mais pas de souci : tu as mis les liens, j'ai mis un petit warning, les gens qui liront en feront ce dont ils ont besoin.
Hypersensibilité mon cul...

Avatar du membre
Swinn
Messages : 1004
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Swinn » lun. 24 juin 2019 13:29

J'avais demandé à la psy qui m'avait fait passer le WAIS de me faire une évaluation d'autisme justement pour valider ou supprimer quelques doutes que j'avais à mon égard.
Elle m'a proposé les liens indiqués par @Catwoman m'expliquant que nombre de psy les utilisaient comme liens d'études préliminaires avant de voir si il fallait faire une recherche plus en profondeur par la suite si les résultats mettaient en lumière des caractéristique autistiques probantes.
Pour la petite histoire, hormis un niveau très bas sur l'échelle de l'empathie, (ce que d'une certaine façon je subodorais un peu) je n'ai pas de traits autistiques marqués.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran

Avatar du membre
Vakhtang
Messages : 14
Enregistré le : mar. 4 juin 2019 13:40
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10179
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 20

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Vakhtang » lun. 24 juin 2019 16:13

J’ai également passé ces tests, le quotient autistique (35/50) et le quotient empathique (18/80) avec la psy et le quotient « amitié et relation » (25/140) sur Internet. Je suis dans la zone autistique à chaque fois et les résultats sont stables.
J’ai fait les tests de lecture de l’état d’esprit à partir du visage et de la voix hier (c’est fatigant). Aucun souci avec les visages (80 %) mais j’obtiens le score moyen des autistes avec les voix (68 %). La barrière linguistique y est sans doute pour quelque chose ; je serais intéressée de découvrir les résultats d’autres personnes ici, avec ou sans traits autistiques. J’ai été très frustrée de constater que je ne trouvais presque jamais dans les choix de réponse le sentiment auquel je pensais.
Je ne connaissais pas le test de quotient de perception sensorielle, il est sacrément long et les questions sont terriblement répétitives ! J’ai eu 47/50 et je trouve ce résultat beaucoup trop élevé, je suis très sensible mais pas tant que ça... :huhu:

Avatar du membre
W4x
Le modo le plus gentil
Messages : 3761
Enregistré le : lun. 21 nov. 2011 23:19
Présentation : c'était là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37
Contact :

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par W4x » mar. 25 juin 2019 23:51

Merci pour la ressource, mais ce serait aussi bien de préciser auprès de qui tu as obtenu ton diagnostic : psy, CRA ... ? Car comme cela a été dit un test en ligne ne peut se suffire à lui-même, nonobstant les portes qu'il peut entrouvrir. Le biais d'entraînement est sans doute moindre que pour les tests de QI, mais à ce titre le regard d'un vrai professionnel me semble indispensable sur un tel sujet où il ne s'agit pas spécialement de "performer".
Mathematics is a game played according to certain simple rules with meaningless marks on paper. D.Hilbert

Avatar du membre
Hanuman
Messages : 67
Enregistré le : sam. 17 nov. 2018 14:26
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Hanuman » jeu. 27 juin 2019 22:13

AQ, EQ, SQ, FQ ce sont les sous-tests de détection de patterns du début des années 2000 issus des travaux de Simon Baron-Cohen sur l'autisme Asperger et à Haut niveau de fonctionnement. Et c'était très ciblé sur les esprits plutôt matheux et scientifiques, ce que tous les autistes y compris Asperger ne sont pas.

Les protocoles de détection actuels de l'autisme (ADOS2, ADI-R, etc.) ne sont pas structurés de cette manière là. Notamment parce répondre à un questionnaire cela signifie être capable de communiquer et… ce n'est généralement pas le point fort des autistes.

Moralité, quiconque est capable et veut se lancer sur ces tests peut le faire sans craindre de biaiser une éventuelle détection ultérieure par un psy, en évaluation ce ne sera pas ce genre de tests. Généralement ce sont les psychiatres qui ont "découvert" l'autisme au début du millénaire et beaucoup joué avec ces rares outils d'évaluation disponibles à l'époque qui continuent à les utiliser "en complément". (Et pour être honnête se former aux outils actualisés c'est un budget que des psy non-spécialistes n'ont pas vocation à dépenser, a fortiori quand les vieux tests traînent un peu partout sur internet gratuitement).

En revanche ces anciens tests sont utiles pour un certain nombre d'autistes qui ne se savent pas l'être : la nature même des questions fait souvent résonner quelque chose intérieurement et permet de prendre conscience de modes de fonctionnement très particuliers; c'est souvent un bon point de départ pour une investigation plus poussée avec un praticien.

Bref, bref, bref.
Comme on dit entre autistes : "On se marre bien. Mais c'est très intérieur."
Explorer of the Uncanny Valley.

Avatar du membre
Catwoman
Messages : 45
Enregistré le : sam. 24 janv. 2015 12:21
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Catwoman » ven. 28 juin 2019 13:38

W4x a écrit :
mar. 25 juin 2019 23:51
mais ce serait aussi bien de préciser auprès de qui tu as obtenu ton diagnostic : psy, CRA ... ?
Pourquoi est-ce que j'aurai besoin de préciser auprès de qui? Comment et de qui j'ai reçu mon diagnostic n'est pas lié à la validité de ces liens ....

Diagnostic reçu à la clinique Autiste Asperger à Montréal.

Avatar du membre
Hortense
Messages : 3
Enregistré le : mer. 3 juil. 2019 21:09
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Hortense » jeu. 11 juil. 2019 08:41

@Hanuman Je ne suis pas d'accord avec toi.

Je suis actuellement en thérapie avec une psychologue spécialisée dans l'autisme. Lors de notre premier entretien, je lui ai expliqué que l'un de ces tests m'avait initialement conduit à son cabinet. Or, elle m'a en premier lieu expliqué que mes problèmes d'anxiété pouvait certes être dus à un éventuel autisme mais également à un trouble anxieux généralisé. Nous avons donc échangé sur la pertinence de faire ces tests pour s'auto-diagnostiquer et je peux vous confirmer que ce n'est pas une bonne idée car ils sont encore utilisés dans le dépistage du syndrome d'Asperger et de l'autisme de haut niveau. Concernant l'ADOS-2, il a effectivement été révisé mais pour ajouter un module "Toddler", qui s'adresse donc aux enfants. Cependant, le module destiné aux adultes n'a, quant à lui, pas été révisé. source

Les avoir faits seul.e, avant une demande de diagnostic, peut biaiser les résultats de ce dernier. Car, au même titre que le WAIS, passer ces tests avec un professionnel permet à ce dernier de relever, en plus des réponses, des éléments clés du comportement du patient (ex: les questions qu'il se pose, la manière d'appréhender une problématique, savoir s'il a réellement compris la question etc...) Ainsi, si la personne repasse par les mêmes questionnaires, ces indices pourraient disparaître et elle pourrait passer à côté de son diagnostic d'autisme. N'oublions pas qu'en France les femmes autistes sont souvent d'abord qualifiée de bipolaires, dépressives et autres pathologies car elles présentent des symptômes qui sont en fait les conséquences de l'autisme. Si on pouvait éviter de nous mettre des batons dans les roues...

Je conseille donc aux personnes qui se sentent concernées de lire les livres de Bruno Gepner (un spécialiste en France) et Tony Atwood. D'ailleurs, ce dernier a également fait des conférences dont les vidéos sont accessibles sur YouTube. Elles sont malheureusement qu'en anglais mais très instructives et très pédagogiques pour les non-initiés.

Edit: Fautes.

Avatar du membre
W4x
Le modo le plus gentil
Messages : 3761
Enregistré le : lun. 21 nov. 2011 23:19
Présentation : c'était là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37
Contact :

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par W4x » jeu. 11 juil. 2019 09:32

Catwoman a écrit :
ven. 28 juin 2019 13:38
Pourquoi est-ce que j'aurai besoin de préciser auprès de qui? Comment et de qui j'ai reçu mon diagnostic n'est pas lié à la validité de ces liens ....
Bien sûr que cela ne remet pas en cause la validité, il ne s'agit pas de te justifier, cependant l'info peut être utile à quiconque se sentirait en questionnement sur le sujet, sans trop savoir de quel côté se tourner :)
Mathematics is a game played according to certain simple rules with meaningless marks on paper. D.Hilbert

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Louise » jeu. 11 juil. 2019 12:47

Précision : Ce sont des échelles d'auto-évaluation. Il n'y a donc aucun problème de biais d'apprentissage, a priori si vous les faites un jour, puis une semaine après, vous répondrez sensiblement la même chose. Je trouve personnellement (aujourd'hui, je vais peut être changer d'avis ^^) que ce sont de bons questionnaires (avec les échelles de camouflage, en train d'être scientifiquement validées) pour un premier screening, avant de se lancer dans les 2-3-4-5 ans d'attente dans les centres spécialisés (!).
Perso, je me repose la question à intervalles réguliers du TSA pour ma pomme, ayant un certain nombre de traits et un enfant avec ces traits + d'autres, et ces échelles m'ont permis de faire pencher la balance vers "j'en suis plutôt pas".
N'oublions pas qu'en France les femmes autistes sont souvent d'abord qualifiée de bipolaires, dépressives et autres pathologies car elles présentent des symptômes qui sont en fait les conséquences de l'autisme. Si on pouvait éviter de nous mettre des batons dans les roues...
Je suis d'acc avec ça, et c'est justement pour cette raison que je trouve que ces tests sont une bonne chose.

Avatar du membre
Catwoman
Messages : 45
Enregistré le : sam. 24 janv. 2015 12:21
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Catwoman » jeu. 11 juil. 2019 14:43

Bonjour, J'ai écrit sur mon cheminement vers mon diagnostic dans mon introduction ( allez au message le plus récent )

Avatar du membre
Hanuman
Messages : 67
Enregistré le : sam. 17 nov. 2018 14:26
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Hanuman » jeu. 11 juil. 2019 14:46

Bonjour Hortense,

Je te remercie pour la remarque et j'entends bien ton point de vue. Je vais cependant maintenir le mien dans son intégralité. Peut-être parce qu'en vieil autiste je manque de souplesse mais plus probablement parce j'ai un point de vue personnel, très arrêté sur ce qui est bon pour la communauté Autiste et plus généralement sur la santé mentale.

D'une part et au risque de me répéter je le redis, les questionnaires de Quotients Autistiques ne se retrouvent pas dans l'ADOS-2. Il serait intéressant de vérifier mais de mémoire même dans la version 1 ils n'y étaient pas. Je ne dévoilerai pas ce que sont les modules de l'ADOS cependant la détection adulte se base sur autre chose qu'un questionnaire et l'élimination des biais est prévue. Non pas parce qu'un adulte aurait pu passer des auto-tests avant et fausser le passage du module et donc que l'on va en tenir compte, mais plus simplement parce que si l'autisme n'est pas dans une forme manifeste et que l'individu à détecter en consultation est adulte il est fort probable qu'il ait eu le loisir de mettre en oeuvre des stratégies d'adaptation masquant ses troubles dans la vie courante. Plus l'individu sera âgé, plus les mécanismes mis en place seront ancrés et ardus à dévérouiller lors du test. Le cas est prévu.

Quant au reste je ne partage pas ton avis. Postuler qu'il existe une seule bonne manière d'appréhender les troubles (lire tel ou tel livre, assister à une conférence, etc.) je trouve que c'est limite criminel. Etre atteint d'un ou de plusieurs troubles cela a en général pour conséquence de mener à une vie difficile, voire carrément de souffrance. Le questionnement, quand il existe, est tout aussi difficile que la vie elle-même ("Je suis fou ? J'ai quoi ? Pourquoi ?", etc.). C'est cette souffrance qui est à traiter en en discernant les causes pour ensuite pouvoir y répondre par une stratégie adaptée et la mise en place d'outils efficients.

Alors en la matière et par analogie avec le droit je considère que "la présomption est libre" et que la plus efficace prime. Peu importe que la personne percute sur un livre, une conférence ou un test en accès libre. L'important c'est qu'elle entre dans un parcours de soins qui va répondre à sa souffrance et à son problème.

Peu importe même que la personne en question percute sur une pathologie qui n'est pas la sienne. Imaginer qu'un psychiatre ou psychologue va apposer une estampille sur la base d'un questionnaire auto-administré par le patient c'est faire montre de peu de considération pour la profession ainsi que pour l'intelligence et les compétences de la personne sous la blouse. En toute logique le professionnel de santé mentale va prendre en compte le signal émis par le patient "Doc, je pense que j'ai un problème, voici pourquoi je le pense/ressens". Il va retenir "la personne a un problème". La nature du problème c'est le professionnel qui va la déterminer. Au besoin en désarmant l'auto-diagnostic du patient ou a minima en le tempérant : "j'entends votre signal, sachez cependant que cela peut effectivement être ce que vous avancez tout autant que telle ou telle autre chose et pour en avoir la certitude je vous propose de...(entretiens/tests/examens/etc.)". Lorsque quelqu'un souffre c'est le protocole d'émettre un tel signal de réception du message (et c'est tout simplement humain) et ensuite de faire atterrir la personne en souffrance, de la stabiliser pour reprendre les éléments caractéristiques et former le diagnostic. Selon les convictions étayées du praticien, non sur la base du ressenti ou des idées du patient.

Dit autrement on n'est pas en train de parler de tests de QI passés dans une officine qui ne vit que de cela et dont il faudrait taire le savoir-faire et les algorithmes sous peine de fausser une stérile mesure de l'ego, on parle de maladies, de troubles voire de handicaps qui nécessitent une action thérapeutique.

Donc peu importe ce qui amène le patient à pousser la porte du cabinet, l'important c'est que dans sa souffrance il trouve la force et le courage de la pousser. Après chacun son rôle : au patient de travailler, au professionnel de traiter.

En pratique le patient arrive avec un auto-diagnostic et ne sait pas discerner ou nommer sa problématique correctement ? Heu... fous-toi de ça ! C'est pas son job. On l'oublie trop fréquemment mais psy c'est un métier qui requiert des études, l'acquisition de savoirs et de compétences, leur mise en oeuvre aussi. Et que je sache HPI n'est pas une équivalence ni ne fait pas partie des UV pour l'obtention du titre. Donnez une chance aux professionnels ! Parfois la surprise sera bonne.


Enfin concernant la problématique propre à l'autisme... au risque de me montrer cynique je tends à penser qu'au delà de la révolution de l'imagerie numérique ces dernières décennies, ce qui a fait bouger les lignes c'est le financement industriel de la recherche sur le sujet. Un peu comme le méthylphénidate ("la ritaline") pour le TDAH, c'est la perspective de vendre de l'ocitocyne ou tout autre composé restant à trouver à un pourcentage non négligeable de la population qui permet d'injecter le cash nécessaire (mais encore insuffisant) dans la recherche sur le sujet. Vendre n'importe quoi n'importe comment à n'importe qui serait contre-productif en matière d'empilement de marge à moyen et long terme. Donc mécaniquement plus le marché va se montrer mature en terme de solutions, plus les techniques de détection proposées vont évoluer pour capter finement et intégralement la part de population concernée. Moralité tous ces tests de quotients déjà obsolètes quand nous avons abordé le sujet sont voués à l'être plus encore au fur et à mesure des avancées de la recherche.

Donc "maintenir le secret" sur une batterie de mesures antédiluviennes mais toujours utilisées par manque dissémination de savoirs plus actuels, cela sert quoi, cela sert qui ? Les autistes qui se savent déjà l'être ? Parce que ceux-ci mettraient une certaine fierté à défendre l'appartenance à la communauté et préfèreraient en restreindre l'entrée ? Sérieusement... être autiste même dans une forme mitigée c'est délicat à porter pour user d'un euphémisme. L'autisme n'est pas une société secrète avec des initiés et des non-initiés. C'est plus un monde malheureusement parallèle, un réseau d'entraide constitué des autistes, de leur entourage et d'insuffisantes ressources en support. Quand tu repères un Frère ou une Soeur autiste tu es plutôt enclin à la compréhension et à ladite entraide. Quand tu repères un Frère ou une Soeur qui ne savent pas encore qu'ils le sont et qui ont une bonne chance de considérer qu'autiste c'est probablement une insulte, qui ne liront peut-être jamais un livre sur le sujet et qui s'intéresseront encore moins à une conférence absconse sur l'autisme...

... personnellement cela ne me dérange pas qu'un vieux test puisse les interroger au point de passer à l'acte et de consulter ensuite un professionnel. Car je le réaffirme ce qui à mes yeux prime c'est l'accès au diagnostic puis à la thérapie et pour le diag je fais confiance au professionnel de santé pour discerner la nature autistique (ou non autistique) du trouble.

Une meilleure connaissance, une meilleure prise en compte et en charge des troubles, pour le plus grand nombre des personnes concernées, une meilleure qualité de vie et d'intégration de la population autiste ou neuroatypique dans le cadre général me semble le seul objectif souhaitable. Ce qui en creux signifie aujourd'hui que nous n'y sommes pas. Si pour avancer vers cet objectif il faut sacrifier de vieux tests, je vote Oui.

Sans l'ombre d'une gêne.


Pour le reste Hortense, bravo de l'avoir fait et armée de l'un de ces pré-tests d'avoir eu le courage de le brandir au nez de ta psy en disant "je veux savoir !". Que tu sois diagnostiquée autiste ou autre chose la démarche entamée te mènera à une meilleure connaissance de toi-même et t'ouvrira le cas échéant la porte à d'autres grilles de lecture et je te le souhaite à une vie très heureuse de HPI + autre chose. A une vie heureuse tout court.

Take care.

Edition: correction orthographique
Comme on dit entre autistes : "On se marre bien. Mais c'est très intérieur."
Explorer of the Uncanny Valley.

Avatar du membre
Hanuman
Messages : 67
Enregistré le : sam. 17 nov. 2018 14:26
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Hanuman » jeu. 11 juil. 2019 15:48

Hortense, je suis désolé d'avoir été aussi véhément. Définitivement je suis un vieux con. Je te présente mes excuses. :honte:
Comme on dit entre autistes : "On se marre bien. Mais c'est très intérieur."
Explorer of the Uncanny Valley.

Avatar du membre
Hortense
Messages : 3
Enregistré le : mer. 3 juil. 2019 21:09
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Hortense » jeu. 11 juil. 2019 16:18

@Hanuman A vrai dire, je ne t'en veux pas! Je trouve ton point de vue cohérent et valable. :)

Et très optimiste sur la mercantilisation de la recherche autour de l'autisme...car pour la "blague" les chercheurs français du pôle de Nice ce sont vus refuser un financement pour un sujet de recherche concernant le SA... parce que bon, la France et l'autisme, ça fait 42... :roll:

Je sais que la question de l'autisme est très sensible mais ce que je sais surtout c'est qu'aujourd'hui, en France, il faut défendre les autistes. Je n'ai pas encore mon diagnostic officiel donc je ne m'affirme pas autiste mais je sais que je le suis. Ce que je sais aussi, c'est qu'au moment où j'ai passé l'AQ j'étais seule devant mon écran et je ne connaissais pas l'autisme. Le résultat m'a terriblement fait peur. J'étais totalement désarmée face à cette nouvelle. Et je ne savais pas non plus quel degré de validité je devais lui donner. C'est pour ça d'ailleurs que le sydrome d'Asperger est devenu mon intérêt restreint. :lol:

Juste, voici la conférence de Tony Attwood et je te promets que, pour ceux qui parlent anglais, c'est pas abscons!

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: Dépistage autiste - asperger

Message par Louise » mar. 16 juil. 2019 13:46

Je suis OK, Attwood est la bible. Isabelle Hénault fait régulièrement des confs en France, elle aussi c'est une pointure, et particulièrement sur le phénotype féminin!

Répondre