C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Avatar du membre
La louve
Messages : 229
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 00:42
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9055
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'ouest

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par La louve » lun. 13 août 2018 17:36

C'est très intéressant, Valdemort… et ça relance une question très personnelle : suis-je la seule ici à voir des mots, des groupes de mots, et parfois même des phrases entières, s'afficher dans mes pensées ? Presque toujours en Français, mais si je baigne dans une autre langue, le mélange se fait en visuel comme dans mes pensées "entendues".

Il s'agit souvent des mots que j'entends, soit quand je m'entends penser, soit quand des conversations secondaires arrivent à mes oreilles (par exemple : ce que disait le prof quand je papotais avec mes voisins ou que je lisais tout autre chose, ou les discussions des tables voisines quand je suis au restau), et parfois même c'est comme un signal d'alerte ("lui dans ma meute!" quand j'ai posé les yeux la première fois sur un homme -effectivement très intéressant :huhu: - est le dernier exemple en date). Dans les 2 premiers cas, ce phénomène semble être une répétition / un ancrage écrit de ce que mon cerveau vient de capter, mais dans le 3ème, ces mots arrivent en premier, et provoquent des réactions (émotions, prise de conscience, amorce d'une réflexion).

Souvent je les vois passer sans les voir, ces mots, comme quelqu'un vivant près d'une gare finit par ne plus entendre les trains. D'ailleurs les lire c'est aussi "freiner" ma réflexion, en quelque sorte.

J'ai réalisé que les autres n'avaient pas ça quand j'étais au lycée. Les autres, quand ils étaient "piégés" par le prof qui leur demandait de répéter ses dernières paroles, utilisaient leur mémoire auditive pour s'en sortir. Moi aussi, un peu, mais c'était plus par une "photo" des derniers mots que j'avais vus passer devant mes yeux. Très efficace.

Est-ce que j'ai mis ça en place dans l'enfance, parce que l'orthographe me semblait très importante, ou ai-je attaché beaucoup d'importance à l'orthographe pour que ces messages soient plus fluides ?? Je lisais tout le temps (vraiment tout le temps) d'après ma mère, ça a pu jouer aussi (?)

Quand je suis fatiguée, ou quand je suis dans une atmosphère zen et que je ne suis concentrée que sur une action, ou quand je veux provoquer ce phénomène : il diminue :think:

J'ai déjà trouvé quelques "étiquettes" sur des fonctionnements neurologiques un peu décalés chez moi : la misophonie, une touche de synesthésie... et ça rassure les "étiquettes", ça fait se sentir moins seul... mais pour cette image des mots, je n'ai rien trouvé, et ça me pèse un peu :-|


Si ça vous parle, si vous avez une idée des ressources que je pourrais consulter pour creuser ce sujet, n'hésitez pas à m'en faire part.
En espérant ne pas trop "squatter" ton sujet, Valdemort :wasntme:
Que les petites filles "surdouées" adviennent (...) que l'autorisation leur soit donnée de prendre place, sans attendre d'être parfaites pour se sentir le droit d'exister. Gianola, Les "surdoués" & les autres-Penser l'écart

Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 459
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par Dark Vadrouille » lun. 13 août 2018 18:08

Je suis je crois très conventionnel, mes pensées ne sont que le fruit de ma parole intérieure.
Je me parle constamment, tout le temps, si je ne parle, je chante, et ce dès que j'ouvre les yeux le matin.

Par contre j'ai une compréhension visuelle, lorsque l'on m'explique quelque chose, il faut que je me la représente plutôt en images, sinon ça peut être nébuleux.

Les rares fois où je n'ai pas l'impression de me parler, c'est peut-être quand un raisonnement est instantané, ça serait ça une fulgurance de la pensée ? J'ai toujours du mal à réellement saisir cette notion, tout comme l'intuition d'ailleurs.

Avatar du membre
Dicizit
Messages : 249
Enregistré le : sam. 5 janv. 2013 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par Dicizit » mar. 14 août 2018 07:26

C'est très difficile pour moi de répondre à cette question.
Dans la plupart des cas, et quand je suis calme, j'entends ma propre voix dans ma tête, mais il me semble qu'en situation de conversations, d'écoute attentive, je n'ai pas le temps de m'entendre! Seulement qq mots ou groupes de mots vont parfois se manifester. Je suis capable de produire des images mentales, mais ça dépend vraiment des situations également.
Quand je lis, soit je prends plaisir à écouter ma voix interne lire le texte, pour le plaisir de la langue, soit la lecture est palpitante ( suspens d'un bon polar par ex. Ou essai demandant une autre forme de lecture, plus attentive) et c'est le sens et lui seul qui semble être privilégié. Les images aussi interviennent quand je lis.
Tout ça me semble imbriqué et très ardu à démêler.
Lors d' échanges oraux, je suis très souvent bloquée par mon expression: les mots ne viennent pas, ou pas LE bon mot, je m'embrouille et n'arrive pas à exprimer aussi précisément que je voudrais ma pensée. Je mets cet état de fait en parallèle avec ce qui se passe dans ma tête: ça fuse, c'est là mais à l'état brut et pas du tout rangé. C'est limpide pour moi tant que je n'ai pas à l'exprimer instantanément. A l'écrit c'est mieux, je prends le temps qu’il faut...

Dahud
Messages : 6
Enregistré le : jeu. 30 août 2018 19:34
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par Dahud » sam. 1 sept. 2018 20:42

C'est cool d'avoir ce genre de sujet, c'est quelque chose qui me passionne depuis longtemps!
Pour ma part, je fonctionne beaucoup sur du verbal et de l'auditif, peu sur des images; mais quand elles viennent (en rêve, en état de méditation, le plus souvent, ou sous forme de réminiscences... j'y reviendrai...) elles sont assez intenses.
Conséquence du fait d'être plus verbale/auditive que visuelle? Je ne sais JAMAIS où sont rangées les choses, je ne repère jamais rien, perds toujours tout, et me perds encore à deux rues de là où j'habite depuis 4 ans...
J'ai une petite voix dans la tête qui commence le matin au réveil à parler et ne finit que quand je m'endors. Quand je suis fatiguée de me parler, j'invente des dialogues avec quelqu'un d'autre... et si ces dialogues ne se passent pas bien, ça peut me mettre vraiment, vraiment en rogne; s'ils se passent bien, je peux me mettre à danser de joie toute seule. Ce qui se passe dans ma tête se lit sur mon visage: du coup en public, je dois me contrôler pour ne pas faire des grimaces en permanence (mais je rigole quand même souvent toute seule...); en privé, franchement, s'il y avait une caméra de surveillance dans mon appartement, j'ai parfois l'impression qu'on me déclarerait folle à lier aussitôt. Je suis à peu près tout le temps perdue dans mes pensées, toute mon attention est fixée sur ce qui se passe dans ma tête et qui n'a bien souvent pas grand-chose à voir avec ce qui se passe autour de moi.

Il y a un truc étrange qui se passe régulièrement dans ma tête, et j'aimerais bien savoir si certaines personnes connaissent ça aussi: j'ai parfois des réminiscences hyper fulgurantes et détaillées de petites choses anodines, une image, un goût... la plupart du temps, des lieux, mais pas que. Rien qu'à écrire ça (penser à ce phénomène a tendance à le provoquer), j'ai revu la place centrale de la ville où j'ai été en erasmus il y a cinq ans. Pourquoi? Mystère... Plusieurs fois, j'ai revu soudainement s'imposer dans mon cerveau la devanture du centre de vacances familial où je suis partie plusieurs fois à mon adolescence (ça fait une grosse douzaine d'années donc...). Une fois, j'ai senti soudainement en bouche le goût du chouchen, et cette fois-là a été la seule où j'ai cru pouvoir tracer un cheminement entre les pensées qui m'occupaient à ce moment-là et la sensation qui s'est soudainement imposée à moi; et c'était un cheminement sacrément tordu incluant des éléments que je n'ai jamais souhaité raconter à personne. Toutes les autres fois (innombrables)... rien. Jamais pu comprendre pourquoi ce souvenir là maintenant est revenu comme un flash. Je me souviens aussi que ça ne m'a pas toujours fait ça, ou alors pas de façon aussi intense, je crois que ça a du commencé sur la toute fin de mon adolescence.

Si quelqu'un a déjà vécu ou entendu parler d'un truc pareil...

Avatar du membre
Swinn
Messages : 114
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 53

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par Swinn » ven. 5 oct. 2018 09:28

Je ne me retrouve que peu dans vos sensations.
Heureusement d' ailleurs il parait sue nous sommes tous différents.

Dans ma tête, il ne se passe pas grand chose, peu de petite voix intérieure ni de sensations ni de musique, image, réminiscence ou manifestation d' une quelconque activité.

Mon cerveau est comme assoupi, il me semble ne rien ressentir de particulier si ce n' est le fonctionnement minima me permettant d' assurer une vie sociale.

Cependant, lorsque j' en ai besoin et sans qu'il ne me semble faire le moindre effort pour cela, mon esprit semble se réveiller et quasiment instantanément il me communique la bonne information à la problématique complexe que je me suis posé ou que l' on m' a posé.
Je ne sais pas d'où cela vient ni comment cela vient, mais j' ai souvent eu le sentiment d' être comme un poste de radio baignant dans des ondes qui lorsqu'on l'allume se met à transmettre des informations. Puis lorsqu'on éteint ce poste la transmission cesse.

Pour donner une autre image, cela me donne souvent l' impression d' avoir une pensée transcendante qui vient de nulle part, et qui tombe comme cela sur les choses, pour dire de manière triviale et comme je me le dis souvent, c' est une pensée qui coupe le saucisson (c' est l' effet que cela me donne)
Une fois la tranche coupée mon cerveau me semble retourner dans son apathie habituelle.

Entre la radio et le saucisson, je n' ai vraiment pas l' impression d' avoir une vie intérieur exceptionnellement exaltante !

Avatar du membre
Proxima
Messages : 85
Enregistré le : mar. 2 oct. 2018 19:23
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par Proxima » dim. 21 oct. 2018 19:08

Je trouve que répondre à ce sujet est très compliqué, parcequ'il est compliqué d'analyser ce qu'il se passe dans ma tête.
Je peux essayer d'y répondre mais il est possible que ce ne soit pas tout a fait juste.
Je pense que je me représente d'abord des concepts, et selon les besoins, je peux les mettre en image. Pour ce qui est des images, il m'est possible de me faire des représentations très précises, mais de préférence au calme, non pas que cela me demande de la concentration, mais plutôt l'absence de perturbations.
Les idées viennent d'elles mêmes, je n'ai pas toujours l'opportunité de savoir d'où elles viennent, mais je m'en rends compte tout de même lorsque je sens que j'ai l'information mais que la partie inconsciente de mon cerveau n'a pas encore retrouvé dans quel tiroir elle est rangée. Je sens que mon cerveau cherche (à l'insu de mon plein grès ! :D) et me présente le résultat final dès qu'il a mis la main dessus. Pour autant, je suis tout à fait capable d'expliquer un raisonnement ou une intuition, mais cela nécessite parfois de faire du rétro-ingeneering...
Pour des problématiques compliquées ou il est nécessaire de jongler avec bcp de données pour trouver une solution, je ne fais en principe pas d'effort, j'accumule seulement les informations, et je ressens comme une forme "d'excitation" lorsque tous les éléments nécessaire à la création de la solution sont en passe d'être collectés. Tout se met en ordre tout seul sans vraiment faire d'effort.
Là où j'ai besoin de faire de gros efforts, c'est sur des domaines totalement nouveaux, ou je dois préalablement comprendre les concepts, ou la "logique", comme une nouvelle règle du jeux à connaitre avant de lancer les dés.

On entends souvent parler de pensé en arborescence chez les surdoués vs pensée linéaire.
Alors j'ai un peu de mal à adhérer à la pensée en arborescence, mais l'idée d'une pensée linéaire me parait totalement étrange et sans efficacité. Je crois que le processus est grandement inconscient, mais si je devais le décrire, je serais plus à l'aise avec l'idée d'un éclair, c'est à dire, une forme d'arborescence dont l'une des branches est plus solide que les autres, sur laquelle repose la suite du processus, dans une sorte d'itération multiple jusqu'au résultat final. Ca, c'est le cas d'un raisonnement conscient.
Une piste que je pourrais explorer mais qu'il est difficile de décrire : au début, j'ai parlé de concepts, je pense qu'il serait plus complet (dans mon cas) de parler de concepts et d'émotions.
Je crois que les psy définissent les émotions en nombre limité, personnellement, je les vois comme un langage interne d'une infini richesse et précision (bien d'avantage que le langage parlé), ainsi, je pense que j'associe des concepts avec ce que je ressens du concept. Ca dois être proche de la kinesthésie, mais au lieu de me représenter des formes ou des couleurs, c'est un autre type de toile qui se peint. C'est peut-être l'une des explications au fait que j'ai longtemps eu bcp de mal à exprimer ce que je ressentais.
Mais bon, je crois surtout que je ne sais pas vraiment ce qu'il se passe dans ma tête, et que le plus grande partie du processing m'est totalement invisible.

Avatar du membre
oxedions
Messages : 9
Enregistré le : ven. 28 sept. 2018 08:56
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: C'est comment à l'intérieur de votre tête?

Message par oxedions » lun. 5 nov. 2018 17:18

Sujet très intéressant.
J'ai lu avec beaucoup d’intérêt vos retours.

Ma contribution :elep1:
Je cherche à comprendre depuis pas mal de temps. Voici mes résultats.

J'ai parfois le sentiment que mon cerveau est un ensemble d'unités de traitement spécialisées, que je qualifie de réseaux neuronales automatiques (qui se créent selon les besoins), et d'unités génériques, que je qualifie de réseau neuronal profond : "la ruche".
Et au milieu pour faire le liant, l'imagination, l'esprit, ce que vous voulez :)

Il y a deux états de mon côté.


Etat 1:

Un premier, passif. C'est l'état que je qualifierai de standard. Les ressources de base sont utilisées pour la partie sociale, qui demande une constante adaptation (comme si il m'était impossible de créer un réseau neuronale automatique, comme pour la conduite par exemple). Je déteste ce gâchis, mais pas moyen de faire sans.

Dans cet état passif, j'ai tout le temps une musique en tête (même à 3h du matin lorsque mon fils me réveil pour changer la couche), et des images qui défilent très vite, mon esprit vagabonde, imagine, etc. J'ai un accès direct aux réseaux automatiques (dialoguer, conduire, bouger, etc.).

On retrouve effectivement des raisonnements en diagrammes/arbres dynamiques, et parfois linéaires, dans la partie automatique. Comme des ASIC (Application-Specific Integrated Circuit).

Mais il y a aussi la sensation que derrière le capot une véritable ruche bourdonne en permanence.
Parlons donc de la ruche maintenant. :vgeek:

Lorsque je rencontre quelque chose à traiter non apte aux réseaux automatiques, (disons par exemple une nouvelle architecture à créer dans mon job, ou alors un énième projet à la maison, ou des choses même très simples comme "je dois acheter un truc, je prends quoi ?"), il y a comme une phase de collecte des données. Le stockage semble sous forme d'images, mais aussi de mots/phrases (visuels), et de sons. Un format type archive donc.

Une fois les données collectées, chaque tâche est envoyée dans la ruche et vie sa vie. Je n'ai absolument aucun contrôle sur ce qu'il s'y passe...
En fonction de la complexité de la chose, la solution revient traitée de suite, mais parfois resurgit beaucoup plus tard (souvent dans un moment de calme, comme lors d'une douche). Avec selon la complexité et la solution trouvée parfois un véritable sentiment d’excitation, surtout s’il s'agit de quelque chose de novateur.

Donc ni du linéaire, ni un arbre, ni un diagramme. Du multi process/threads autonome. La façon dont les données sont traitées dans la "ruche" par contre, alors là... aucune idée. C'est une espèce de nébuleuse, je n'ai pas réussi à comprendre.

Les taches s'estompent avec le temps, et ressurgissent parfois pour fournir une réponse alors qu'il me semblait les avoir oubliés. Rien de binaire donc, le cerveau est selon moi analogique, ou autre chose que binaire dans tous les cas.

Etat 2:
Un état de semi-hypnose, que j'ai appris à partiellement apprivoiser avec le temps. Plus dur à utiliser, car dans ces conditions je perds une grande partie du contact avec le monde extérieur, et certaines conditions sont nécessaires pour y parvenir.
Dans cet état, il me semble prendre le contrôle, ou du moins suivre en temps réel l'une ou plusieurs des taches en cours, et de lui/leur attribuer beaucoup plus de ressources (mais ici encore une partie me reste cachée, frustrant).
J'ai aussi remarqué que mon rythme cardiaque augmente considérablement dans cet état, la dopamine semble affluer, et il me faut environ 15-20min une fois terminée pour retrouver le calme.
Par contre le travail achevé dans cet état est vraiment hors norme.

Je n'ai compris ce fonctionnement qu'il n'y environ 3-4 ans. Je ne comprenais pas pourquoi durant mes études il m'arrivait de ne pas comprendre un cours et pourtant réussir haut la main l’examen : je passais involontairement en état 2 durant le dis examen.


Voilà grosso modo l'état de mon étude. Et comme vous tous, je pense être loin d'avoir fait le tour du propriétaire...

Quelques remarques aussi :
- L'écran semble figer mon cerveau. L'écran me rend "stupide", je "bug". Idem lorsque je lis. Pourtant j'en ai besoin.
- J'ai de grandes difficultés à suivre des conversations longues lorsque je suis fatigué. Mon esprit vagabonde en permanence ailleurs et je "décroche" très souvent, mais mes interlocuteurs ne semblent heureusement pas s'en rendre compte. Idem si j'ai fait une "découverte" récemment, difficile de rester connecté au monde car mon esprit explore les implications possibles.
- Je tente en permanence de respecter les trois lois de Clarke, et ne condamne jamais une idée, même absurde. Cela forge une partie de mon architecture cérébrale je pense.

Ma contribution donc ^-^
Ce qui est certain, c'est que nous sommes tous différents, et c'est une force.
Désolé pour le pavé... :1cache:

Répondre