Le QI est-il une sorte d'aimant?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Répondre
Avatar du membre
Sphynx
Messages : 8
Enregistré le : ven. 15 avr. 2016 10:26
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/salut-t7406.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 28

Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Sphynx » dim. 17 avr. 2016 11:25

Bonjour,

Ayant été diagnostiquée il y a à peine quelques jours, je me pose tout un tas de questions, et il y en a une qui m'intrigue assez. En fait, il se trouve que depuis toujours, j'ai eu du mal à me rapprocher vraiment des gens, et à développer des relations "intime" (et je parle ici d'amitié comme d'amour). Mais depuis mon lycée, j'ai eu l'occasion de me rapprocher fortement de quelques personnes... Ce qui avait fini par m'intriguer est que presque à chaque fois, ces personnes finissaient par me confier qu'ils avaient été diagnostiqués HPI. Effectivement, j'ai mes trois meilleurs amis qui m'ont tous dit ça, ainsi qu'un de mes ex. De plus, mon petit ami (qui s'est inscrit avec moi) a lui aussi été diagnostiqué HPI récemment. Bref, en gros, j'ai l'impression d'avoir une espèce de radar à HP, ou plutôt qu'un radar (car je ne ferais pas confiance à un postulat gratuit de "celui ci doit être surdoué" même si c'est le mien!), je dirais plutôt que j'ai la sensation d'être un aimant à HPI. Ou qu'ils sont des aimants pour moi. De plus, les deux personnes avec qui je me sens la plus proche psychologiquement (l'un de mes meilleurs amis et mon petit ami), ont eu à un point près le même QIT que moi au test.

Est-ce que cela vous fait la même chose? Ce phénomène a-t-il été observé auparavant?

Et, autre question qui va dans le même angle mais qui n'est pas tout à fait la même : est-il possible de se lier très fortement avec quelqu'un qui a un QI éloigné du votre? Personnellement j'ai la sensation de ne pas y arriver, que ce soit dans un sens ou dans l'autre (plus de QI ou moins), tout simplement par manque de compréhension...

(C'est mon premier sujet, j'espère que je n'ai pas commis trop d'erreurs majeurs, sinon soyez indulgents! :rrmiaou: )

Avatar du membre
Astro-notes
Messages : 13
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 20:54
Présentation : En attente des résultats WAIS IV
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Sur la Lune
Âge : 30

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Astro-notes » dim. 17 avr. 2016 15:39

Bonjour Sphynx,

Il est à noter que je n'ai pas encore les résultats de mon test, donc je vais tenter de mesurer mes propos car je n'ai pour le moment aucune certitude de faire partie de la famille des HP..

Sans aller jusqu'à me considérer comme un aimant à HP, je te rejoins assez dans ce que tu racontes.
En effet, les gens dont je me sens le plus proche ont pour beaucoup des profils de HQI et les fonctionnements qui vont avec.
Je remarque surtout que la plupart du temps, mon intérêt pour ces gens se construit à peu près de la même façon : d'abord je les crains, ensuite je les admire, enfin je les approche.
C'est systématique, je passe toujours par une phase de crainte et d'observation puis d'admiration parfois complètement ridicule.C'est un peu comme s'ils me mettaient face à une part de moi même que je redoutes autant que je la chérie, assez particulier. Ensuite, souvent, vient un attachement démesuré à ces personnes là.

Je crois que si je me sens plus proche de ces profils typiques, c'est parce qu'ils me permettent de me sentir moins à part, moins bizarre puisqu'au moins quelques uns de mes fonctionnements ou de mes pensées sont partagées.
Je me suis notamment rapprochée de l'un de mes amis parce que c'est un solidaire (entre autre évidemment, ce n'est pas mon ami que pour ça :lol: ). Par conséquent, avec lui pas de problèmes : si j'ai besoin de me réfugier dans mon monde, il le comprendra et n'essaiera pas d'insister des heures durant pour que je sortes.... Et puis si je me mets à lui parler de la création de l'univers 2 secondes après lui avoir parlé d'un tableau de Van Gogh, il ne regardera pas avec des gros yeux, au contraire...

A côté de ça, j'ai aussi des attaches intenses avec des gens qui, à priori, ne sont pas HQ ; ou qu'en tout cas je ne ressens pas comme tels. Je pense que c'est important de composer sa vie de plein de personnalités différentes et les personnes qui ont un fonctionnement plus normé que le mien me permettent aussi de rester liée à une certaine norme sociale.
Par ailleurs, je parlais de cela avec quelqu'un sur le tchat récemment, c'est parfois reposant de ne pas avoir à faire quelqu'un d'aussi compliqué que soi, quelqu'un qui en quelque sorte vous "remet les pieds sur terre". Quand on est emphatique comme je le suis, cette extreme conscience des émotions d'un hypersensible est trop compliquée à gérer, alors un peu moins de sensibilité ça ne fait parfois pas de mal :)
Ma meilleure amie par exemple bien qu'elle soit brillante ne rassemble pas les particularités psychologiques des HQI. Pour autant, même si nous savons que nous fonctionnons de façon très différente l'une de l'autre, notre relation n'en est pas moins forte... On ne parle pas forcément de tout ensemble non pas parce que nous avons des tabous mais parce que certains de nos intérêts sont diamétralement opposés ; en revanche nous savons toutes les deux que si nous voulons parler de tel sujet dont l'autre se fout, elle fera quand même comme si ça l'intéressait beaucoup :)
Et son côté bien plus "régulier" que le mien me permet souvent de revenir sur terre.

En bref, on se sent forcément aspiré par les personnalités qui semblent aussi complexes que les nôtres. C'est sans doute en raison de ce besoin d'appartenance dont nous parlait ce fameux Maslow :)
Mais pour ma part, je refuse de restreindre mon cercle de proches aux profils HP. Ils me font du bien mais aussi du mal, pas plus pas moins que ceux qui n'ont pas l'air de partager cette particularité. :$

kalgan
Messages : 5
Enregistré le : mer. 16 sept. 2015 15:13
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 45

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par kalgan » lun. 18 avr. 2016 08:59

Bonjour,

Mon test date de quelques mois et je me pose les mêmes questions, bien qu'un peu différemment.

Quand j'en ai parlé à mon meilleur ami, il m'a répondu "j'en étais sur que t'étais HPI".
je me suis rendu compte qu'il avait lu plein de trucs sur le sujet, que sa nouvelle copine est HPI, qu'il se posait la question pour sa fille etc...mais quand je lui ai dit "et toi?", il a répondu "ah non moi non!"( moi je suis sur que si!).
pour finir, ma compagne est également HPI, et c'est grâce à elle que j'ai découvert tout ça.
J'avais également des doutes pour ma nièce et elle vient de voir le psy scolaire...plus trop de doutes.

donc oui, je crois à l'idée du "radar" plutôt que l'aimant.

du coup, je me pose plutôt la question en ces termes : dois je privilégier les rencontres HP?comment faire dans la vie de tous les jours?

il y a quand même quelque chose de gênant et d'un peu malsain à imaginer qu'on ne pourrait avoir des relations de qualité qu'avec cette catégorie de la population, je trouve.

je pense que ce sont des questions qu'on se pose quand le test est encore frais, ensuite les choses s'éclaircissent et se stabilisent.

j'aimerais quand même d'ici quelques temps tenter une rencontre HP sur ce site ou ailleurs...il faut encore que je me débarrasse de mon sentiment d'illégitimité du à mon QI hétérogène et l'absence de chiffre à annoncer!

Avatar du membre
Za
Messages : 2943
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Za » lun. 18 avr. 2016 09:39

On pourrait difficilement nier qu'on se lie plus facilement avec des personnes qui ont une façon de penser proche de la nôtre. Je crois me souvenir que des études ont montré que le QI des personnes en couple, par exemple, tournait généralement autour des mêmes valeurs - enfin disons que c'est rare de retrouver un vrai fossé de ce côté-là. Quoi d'étonnant, en fait ?
Par contre il me semble absurde de penser que plus notre QI sera proche de celui d'une autre personne, plus on aura de choses à partager avec elle : ce n'est qu'une part de ce qui nous définit, et ça ne détermine pas nos valeurs, nos domaines d'intérêt et notre façon de communiquer, qui me semblent avoir plus de poids dans ce domaine.

D'ailleurs, pour avoir été en classe EIP, j'y ai rencontré des gens sympas mais aussi des gens proprement horripilants à mes yeux, et je n'ai d'ailleurs pas gardé de contacts de cette période, alors que j'ai sans doute plein d'amis proches qui ne sont pas HP - bien que je les trouve dans l'ensemble intelligents voire très intelligents. Et je m'entends bien avec plein de personnes qui, sans conteste, ne le sont pas. Tout simplement parce que nous avons d'autres choses en commun : des centres d'intérêts, un certain humour...

Je constate quand même que, dans une soirée par exemple, je vais souvent me retrouver à discuter avec des personnes qui sont peut-être HP, tout simplement parce qu'on s'intéresse peut-être aux mêmes sujets marginaux mais sérieux qui ne vont pas forcément brancher d'autres personnes dans un contexte de détente. Mais je doute franchement que cette donnée ait influencé mes vraies amitiés.
Quant à l'idée de "radar", on a tous rencontré à certains moments des personnes vers qui on s'est senti comme irrésistiblement attirés, avec qui le courant passe tout de suite. Ça m'arrive régulièrement, et dans mon cas si certaines de ces personnes sont peut-être HP, je suis quasiment sûre que d'autres ne le sont pas.
kalgan a écrit :il y a quand même quelque chose de gênant et d'un peu malsain à imaginer qu'on ne pourrait avoir des relations de qualité qu'avec cette catégorie de la population, je trouve.
Totalement. Ce serait un peu comme privilégier les rencontres et amitiés avec des personnes issues uniquement de la même culture ou du même niveau social : après tout, on constate à peu près la même chose par rapport à ces caractéristiques-là, à savoir qu'on est plus souvent ami ou en couple avec quelqu'un de culture et/ou d'origine sociale proche.
Pourtant, ça serait stupide, grotesque et effectivement malsain de chercher à restreindre nos contacts de ce point de vue là... Certains le font, bien sûr. Mais, pauvres d'eux, qu'est-ce qu'ils doivent s'ennuyer !!!!

De la même manière, je suis prête à parier qu'en plus de me paraître absurde (et franchement limite...) ça me fatiguerait/m'ennuierait de devoir ne fréquenter que des personnes HP. Comme le dit Astro-notes, elles "me font du bien mais aussi du mal, pas plus pas moins que ceux qui n'ont pas l'air de partager cette particularité".
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar du membre
Sphynx
Messages : 8
Enregistré le : ven. 15 avr. 2016 10:26
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/salut-t7406.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Sphynx » lun. 18 avr. 2016 11:39

*Za* a écrit :Pourtant, ça serait stupide, grotesque et effectivement malsain de chercher à restreindre nos contacts de ce point de vue là... Certains le font, bien sûr. Mais, pauvres d'eux, qu'est-ce qu'ils doivent s'ennuyer !!!!
Je suis on ne peut plus d'accord avec toi sur ce point là... Mais à vrai dire ma question ne parlait pas de sélectionner nos connaissances et nos relations par rapport au QI, mais plutôt, d'une espèce de rapprochement inconscient et inéluctable. Ce n'est pas que je ne veuille pas me rapprocher des gens au QI différent du mien, simplement que j'y arrive moins, de manière naturelle. Et cela va dans les deux sens. Par exemple, un de mes meilleurs amis a 146 de QI, tandis que je suis à 132. Et, bien que je m'entende bien avec lui, parce qu'on a des attraits pour les mêmes activités, il m'arrive très souvent de me dire que je ne pourrai jamais le comprendre vraiment au fond. Et cela est une espèce de barrière qui n'existe pas avec les gens qui ont presque le même QI que moi. Et j'ai l'impression que ça me fait la même chose pour des gens que je ne sens pas du tout être HP... Et pourtant je déteste cette idée de fragmenter la population et de créer des groupes isolés.

De plus, il me semble que contrairement à ce que tu disais, Za, les HP ont souvent la même manière de communiquer (ou plutôt de ne pas communiquer certaines choses), ce qui aide à créer des relations. Pour ma part, j'ai du mal à me confier trop vite aux gens que je ne connais pas très bien, ou à leur montrer de l'affection (ce que j'ai pu remarquer chez tous mes amis HP...). Et lorsque quelqu'un se confie à moi trop vite ou est trop affectueux avec moi rapidement, cela m'effraie, ou me met une certaine pression qui au finale crée une barrière, involontairement encore une fois.

Après, peut-être que cela vient de moi, car je suis du genre à être constamment en recherche de réflexions, de débats, et de "prise de tête positive". :vgeek: Je m'ennuie très facilement lorsqu'une conversation ne rentre pas assez en profondeur, et je suis complètement incapable de papoter sur des banalités... Ce qui m'a empêché à de nombreuses reprises de garder contact avec des gens. En général, je fuis les activités et conversations futiles car cela me demande un trop grand effort de concentration, que je ne suis pas capable d'apporter... Pourtant je ne pense pas avoir été élitiste de manière consciente une seule fois. :sweat: Simplement, il semblerait que le courant ne passe qu'avec des gens HP, ou qui en présentent les symptômes en tous cas, et encore mieux avec les HP pas non plus trop HQI car sinon je n'arrive pas à les suivre :whew:

Du coup, je constate de par vos réponses que ce "magnétisme inéluctable" n'existe pas pour tout le monde et cela est en quelques sortes rassurant, du point de vue du monde (même si c'est un peu inquiétant concernant mon rapport avec ce monde... :-| ) .

Sureperdu
Messages : 24
Enregistré le : sam. 23 janv. 2016 21:45
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Sureperdu » mar. 10 mai 2016 10:21

Je me reconnais énormément dans vos témoignages, notamment sur le fait de s'ennuyer quand on parle de banalités. Pendant longtemps j'ai cru que j'étais un c*nnard égocentrique et prétentieux car en fait j'avais beau essayer de m'intéresser quand certaines personnes me parlent cela m'était impossible : impossible d'accorder de l'importance à des banalités alors qu'on pourrait parler physique, chimie, psychologie, etc.

Avec ma récente découverte de HPI, je commence à comprendre un peu que ce n'est pas que je suis forcément un être abjecte mais peut-être que j'ai besoin de plus de stimulation intellectuelle.
Après, comme cela a été dit, ça serait réducteur et une erreur, à mon sens, de tenter de se cantonner aux fréquentations qu'avec des HQI : les gens peuvent avoir des qualités autres qui font qu'on peut se lier (en témoigne mon meilleur ami plutôt "déficient" mental, dû à un soucis à la naissance, mais qui est d'une gentillesse si pure et d'une volonté telle que j'éprouve plus de respect pour lui et d'admiration que pour quiconque).

Il n'en reste pas moins que je pense qu'il est naturel que nous nous rapprochions des gens à profil HQI, d'une part car socialement c'est relativement "normal" que nous nous rapprochions de ceux qui nous ressemblent, mais aussi car ils peuvent apporter de l'eau à notre moulin cérébral.

Cassini
Messages : 271
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 20:45
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Cassini » mar. 10 mai 2016 19:16

Ce qui produit l'aimantation, c'est pas le QI... la pensée arborescente, plutôt.

Avatar du membre
Mily_on_air
Messages : 34
Enregistré le : mer. 10 févr. 2016 13:50
Présentation : Mily On Air
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Mily_on_air » mar. 10 mai 2016 21:12

Alors oui, aussi bizarre que cela puisse paraitre, j'ai eu l'impression quand j'ai découvert le Haut Potentiel, que beaucoup de mes amis et fréquentations choisies l'étaient aussi.

Un ami de longue date a d'ailleurs éclaté de rire quand je lui ai dit, m'a dit "ben oui, moi aussi, mais je pensais que tu savais, je voyais pas l'intérêt de t'en parler".
Récemment, une amie perdue de vue depuis longtemps a repris contact en m'envoyant un livre ... sur les surdoués. Et j'ai découvert tout cela parce qu'une jeune femme avec qui j'ai sympathisé sur un forum internet parlant de tout autre chose m'a affirmé qu'elle était persuadée que j'étais HP.

En revanche, les relations que j'ai nouée dans le cadre de mes recherches sur le Haut Potentiel, c'est à dire le fait de rechercher volontairement des HP à qui parler ont tendance à mal se terminer. Souvent, une fois passé le premier effet "ouais super on est surdoués on va bien s'entendre", s'il n'y a pas autre chose, des centres d'intérêt communs en dehors de la douance, ça fait "plouf" :nesaitpas:

Cassini
Messages : 271
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 20:45
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Cassini » mar. 10 mai 2016 21:37

C'est clair, le confort d'être au voisinage de gens qui ne trouvent pas bizarre le fonctionnement de HP, ça risque de tourner court - un peu comme si je sautais sur tous les touristes suisses que je rencontre en voyage, et qu'on veuille absolument se faire une raclette en pleine canicule au nom de notre passeport commun. :wasntme:

Sortez l'Alka-Seltzer...

Sureperdu
Messages : 24
Enregistré le : sam. 23 janv. 2016 21:45
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Sureperdu » ven. 13 mai 2016 16:46

J'ai découvert qu'au moins 5 personnes dont je suis proche sont aussi des HQI et en discutant avec eux, je retrouve beaucoup de similitudes. Dans mon cas, je pense que c'est plutôt leur côté passionné/brillant qui m'a intrigué et qui a fait qu'on s'est beaucoup rapproché.
Bizarrement, beaucoup l'humour aussi, les seuls avec qui mon genre d'humour passe ceux sont avec eux et ils ont le même, comme si tous les "autres" gens nous trouvaient "tarés" (chose que je suis peut-être en fait :D )

Avatar du membre
Yniel
Messages : 562
Enregistré le : dim. 6 avr. 2014 22:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Le QI est-il une sorte d'aimant?

Message par Yniel » dim. 15 mai 2016 22:46

Oui bah moi je dois être réellement tarée alors... il n'y a personne qui me supporte ! (mouai mouai, aucune connaissance, aucune amie ou aucun ami, de longue ou courte durée... juste le forum :) )
Alors non, le HP ne fait pas toute l'attraction, parce que oui des HP j'en ai rencontré des tas, à la louche, à la pelle, dans le milieu familial et professionnel que j'ai, ce n'est pas du 2% mais du 50% voir plus... et ce depuis mon enfance...
Non ce qui compte le plus, c'est histoire personnelle à mon sens.
Personnellement, dès que je sens que quelqu'un a l'air de sortir du lot, il (ou elle) me fait peur. Je sens que je ne vais rien avoir d'intéressant à dire. J'ai l'impression d'être une moule, je me referme et je fais - comme avec tout le monde- tapisserie. J'ai du mal à faire autrement en irl, mais maintenant je sais que je ne suis pas bête, juste inhibée, je me force. Mais que vous êtes tous plus brillants !

Certes je suis un cas extrème... mais c'est un exemple comme un autre. Pourquoi suis je comme ça ? Allez savoir, ce qui est sur c'est que ce n'est pas la faute à mon fichu HP. Je ne l'aurais pas eu que cela aurait sans doute été pire : vous vous rendez compte j'aurais réellement été une moule ? (ou alors je n'aurais pas eu de complexes...)

Radar à HP pour ma part, non, sauf cas particulièrement visible. Repoussoir inconscient à toute personne mettant en branle la sonnette complexe d'infériorité, donc la quasi totalité de mes contacts. Je serais bien incapable de juger de qui est quoi.
Je suis déjà incapable de savoir ce que je suis.

L'histoire personnelle, ce que nous sommes au tréfond de notre personnalité, ça c'est du béton pour une relation (amitié ou autre).
« La vérité est recherchée pour elle-même. Et ceux qui sont engagés dans une quête du savoir par goût de la vérité ne sont pas intéressés par autre chose. La recherche de la vérité est difficile et la route qui y conduit est ardue... »

Alhazen

Répondre