Est-ce si important de savoir?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Avatar du membre
caquette
Messages : 22
Enregistré le : jeu. 23 juil. 2015 09:05
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6494.html
Profil : En questionnement
Test : NON

Est-ce si important de savoir?

Message par caquette » mer. 16 sept. 2015 00:41

Bonjour à tous,

Je ne suis plus venue sur le forum depuis je crois deux mois car j'avais besoin de réfléchir à ce "murmure", qui pour moi s'est plus apparenté à une sorte de sirene hurlante dans ma tête, à un électrochoc, suivi de toutes les phases que chacun a du rencontrer: le doute, l'incrédulité, la panique, l'euphorie,...
J'ai donc dû prendre du recul pendant ces deux mois mais c'est en même temps la période pendant laquelle j'ai le plus entendu parler de la douance...
Des amis ont appris que leur fils était précoce, et mon ancienne boss m'a annoncé aussi la précocité de ses deux enfants il y a quelques jours.
Et puis, j'ai enfin réussi a aborder indirectement la question avec mes parents car l'aborder de front me paraît impossible ( je ne pourrais pas leur demander si ils m'ont déjà pensé précoce ou surdouée).
J'ai justement parlé de ma boss et du diagnostic posé sur ses deux enfants en leur disant que je trouvais ça important de le savoir quand on est enfant pour les aider au mieux dans la vie.
Et ma mère m'annonce alors:" c'est vrai, peut être que ton frère est surdoué j'aurai peut être du lui faire passer le test, il avait vraiment des réflexions de surdoué étant petit".
Drôle de sentiment...nouveaux questionnements : j'ai peut être tout simplement un complexe d'infériorité mal digéré qui m'a fait penser que je pouvais être précoce alors qu'en réalité c'est mon frère qui me serait !
En même temps, j'ai toujours entendu tout le monde faire des éloges sur l'intelligence supérieure de mon frère et cela de m'étonnerait pas du tout s'il était précoce.
Tout cela m'amène à me poser deux questions :
1) en absence de diagnostic posé enfant, est-il vraiment utile, nécessaire, indispensable de savoir étant adulte si l'on est précoce ? Pour les diagnostiqués tardifs, qu'est-ce que cela a changé dans votre vie en bien et/ou en mal ?
2) n'est-ce pas aujourd'hui un phénomème de mode ? J'ai l'impression qu'il y a de plus en plus de personnes surdouées ou précoces?
Je suis désolée si les termes employés pour parler de la douance ne sont pas forcément les bons ( précoces ? Surdoués ? )
"C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume"O. Wilde

Avatar du membre
pounee
Messages : 114
Enregistré le : mar. 15 sept. 2015 17:24
Présentation : Dans ma grotte
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Actuellement sur ma chaise
Âge : 39

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par pounee » mer. 16 sept. 2015 08:29

J'hasarde un début de réponse… mais peut être est-ce le même phénomène que lorsque l'on est enceinte… on voit des femmes enceintes partout. Je veux dire, ton attention était focalisée sur ce point et sans aucun doute que ça doit vraiment te travailler, alors sans doute que tu repères les cas similaires autour de toi beaucoup plus que si le sujet ne t'avais pas autant touché qu'avant. Un effet de loupe en somme.

Enfin c'est une idée comme ça.
Pingouin dans ton champ, hiver méchant.

Avatar du membre
lady space
Messages : 2128
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 55

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par lady space » mer. 16 sept. 2015 08:52

Je te suggère de fouiller un peu le forum, éventuellement à l'aide de la fonction "recherche", car il y a des topics susceptibles de répondre à tes questions sur ce que ça change de se savoir surdoué à différents moments de la vie, l'évolution des gens après le test, etc.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Zéphyr
Messages : 457
Enregistré le : lun. 1 sept. 2014 09:15
Présentation : Ma petite histoire
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Yvelines
Âge : 34

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Zéphyr » mer. 16 sept. 2015 09:02

caquette a écrit : Et ma mère m'annonce alors:" c'est vrai, peut être que ton frère est surdoué j'aurai peut être du lui faire passer le test, il avait vraiment des réflexions de surdoué étant petit".
Drôle de sentiment...nouveaux questionnements : j'ai peut être tout simplement un complexe d'infériorité mal digéré qui m'a fait penser que je pouvais être précoce alors qu'en réalité c'est mon frère qui me serait !
En même temps, j'ai toujours entendu tout le monde faire des éloges sur l'intelligence supérieure de mon frère et cela de m'étonnerait pas du tout s'il était précoce.
Ce passage fait écho chez moi. C'est ma sœur, qui m'a parlé de ses doutes, qu'elle était peut-être surdouée. Ma réaction, a été : notre grand frère l'est, y'a pas photo, toi, ouais, pourquoi pas, ça ne m'étonnerais pas plus. Et là, elle m'a demandé si moi, je pensais l'être. Meuh non, moi à côté de vous deux, je ne fais pas le poids. Avec une image de mon frère et ma sœur loin devant moi et moi qui rame derrière pour essayer de les rattraper. Je pense que c'est la première fois que j'ai identifié l'émotion "jalousie" chez moi :1cache:. Bon, c'est passé bien vite, et finalement, je suis la seule de la fratrie a avoir passé le test pour le moment (mon frère n'en ressent pas le besoin, ma sœur à encore besoin d'un peu de temps).
caquette a écrit : 1) en absence de diagnostic posé enfant, est-il vraiment utile, nécessaire, indispensable de savoir étant adulte si l'on est précoce ? Pour les diagnostiqués tardifs, qu'est-ce que cela a changé dans votre vie en bien et/ou en mal ?
Hum, tu pourras trouver plein de sujets ou des messages qui expliquent tout ça dans le forum, je te laisse chercher. Aller, cadeau : j'en ai un en tête. Certaines personnes font des bilans, tu en trouveras surement dans les présentations.
Pour moi perso, le test a mit en lumière l'ampleur et les conséquences de mon manque de confiance en moi. Ce qui m'a donné l'impulsion nécessaire pour m'attaquer au problème. Je ne regrette pas.
Après, ça dépend de chaque personne, chaque cas est unique. Je sais que mon frère sait qu'il est intelligent, et bien équilibré dans sa vie. Du coup pour lui le test n'a pas d'utilité. Pour moi, c'est devenu un besoin urgent quand j'ai découvert le sujet. Ben ouais, fallait bien que je fasse taire cette partie de moi qui disait que j'étais idiote. Ça va dépendre de ton histoire personnelle et de ton caractère.
caquette a écrit : 2) n'est-ce pas aujourd'hui un phénomème de mode ? J'ai l'impression qu'il y a de plus en plus de personnes surdouées ou précoces?
Peut-être tout simplement qu'on détecte plus ce qui avant, restait dans l'ombre ? Même s'il y a aussi surement un effet de mode, mais pas que. Il y a aussi plus de gens qui s'intéressent au sujet et qui font des recherches dessus. Alors on apprend à connaitre le sujet. Je ne pense pas qu'il n'y ait qu'une seule réponse à cette question ;) .

Avatar du membre
caquette
Messages : 22
Enregistré le : jeu. 23 juil. 2015 09:05
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6494.html
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par caquette » mer. 16 sept. 2015 16:48

Merci pour vos réponses :)

Zéphyr, je suis comme toi, un immense manque de confiance en moi et pas l'impression d'être spécialisée intelligente...Surtout quand toute la famille insiste bien sur l'intelligence de mon frère, sans jamais parler de la mienne!
Le test pourrait être un début de réponse, mais je vais aussi parcourir le forum comme vous me le conseillez.
"C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume"O. Wilde

Avatar du membre
Za
Messages : 2943
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Za » jeu. 17 sept. 2015 09:09

Bonjour caquette,
Je pense que ce sujet fait sans doute un peu doublon avec celui-ci : le choix de ne pas se poser la question, même si l'approche est différente, j'en conviens.
Désolée, cet ancien topic est un peu parti en cacahuète (à de nombreux moments !), et il te faudra faire le tri ; mais il contient à mon avis de nombreuses pistes pour avancer dans ton questionnement.
Surtout n'oublie pas qu'un phénomène de mode qui naît autour d'un concept n'invalide pas forcément le concept... (ce n'est pas parce que les études de genre sont à la mode qu'elles ne font que brasser de l'air ; ce n'est pas parce qu'on nous rebat les oreilles avec les pervers narcissiques qu'ils n'existent pas, etc.)
Bien sûr, il faut faire avec, et ça peut légitimement engendrer des réticences. C'est plus délicat. Ça doit aussi nous rendre plus prudents, plus exigeants. Mais à mon avis il faut se poser la question en dehors de ces aspects "vendeurs" pour savoir si elle est légitime ou non, intéressante ou non.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar du membre
W4x
Le modo le plus gentil
Messages : 3745
Enregistré le : lun. 21 nov. 2011 23:19
Présentation : c'était là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37
Contact :

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par W4x » jeu. 17 sept. 2015 14:25

Tout à fait d'accord avec *Za* au sujet de ta question 2). Pour apporter de l'eau au moulin de ta question 1) tu peux consulter le sujet des diagnostiqués tardifs joliment remonté par sanders il y a quelques jours, et aller jeter un coup d’œil du côté des présentations de ses différents contributeurs, cela devrait aider à t'éclairer un peu :-)
Mathematics is a game played according to certain simple rules with meaningless marks on paper. D.Hilbert

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Oliver Snow » jeu. 17 sept. 2015 20:49

Bonsoir,

Pourquoi est-ce que tes parents pensent que ton frère est surdoué et pas toi ? Il y a tellement de raisons possibles :)
Peut-être que ton faux-self est tellement bien fait qu'il marche terriblement bien (pour les autres, hein, parce qu'en général, pour soi, c'est une catastrophe sur le long terme). Tu renvoies bien l'image que la société (dont tes parents) attend de toi, alors on ne se pose pas la question. Mais finalement, on se fout pas mal de ce que les autres pensent : c'est ce qui est au fond de toi qui est important. Parce que personne ne te connara jamais mieux que toi-même.

Pour ma part, diagnostiqué cette semaine, à 38 ans, c'était très important de savoir. La lecture de deux livres m'a fait prendre la décision très rapidement (j'ai même pris rendez-vous avant d'avoir fini le second). C'était comme une évidence. Ce décalage avec le monde entier depuis aussi longtemps m'a causé tellement de souffrance (des dépressions, une tentative de suicide avec hospitalisation) qu'il était évident pour moi que savoir si c'était ça n'était pas une option.
Aujourd'hui, j'appréhende la vie beaucoup plus sereinement (je suis loin d'être au top, hein, mais j'angoisse moins pour l'avenir) : j'ai décidé de me faire confiance (après tout, si j'arrive à une conclusion différente de 98% de la population, c'est peut-être pas moi qui ai tort... ce qui ne veut pas dire que les 98% qui pensent différemment ont tort, juste qu'ils n'ont peut-être pas considéré tous les tenants et aboutissants de la même manière que moi). J'ai aussi décidé d'entammer un travail avec la psychologue qui m'a fait passer le test. Parce que savoir, c'est bien, mais bon, on en fait quoi après, hein ?
Mes lectures m'ont apporté une lecture de ma vie complètement différente : j'ai cessé de culpabiliser parce que je n'y arrivais pas (à m'insérer, à réussir, à ne pas intellectualiser, à avoir des discussions d'une banalité affligente en soirée et/ou en société, etc.). Le test a rendu cette nouvelle lecture de mon parcours légitime. Ce n'est pas juste une excuse, c'est une réponse. À moi maintenant de prendre les choses en main avec cette nouvelle donnée pour pouvoir être qui je veux être et m'éclater dans cette société (ce qui me paraissait absolument impossible il y a encore 10 jours).

Faire le test, finalement, c'est comme chacun veut. Ne pas le passer, c'est avoir le doute. Si tu sens que tu peux vivre avec ce doute, que tu n'as pas besoin de le lever parce que tout se passe bien dans la vie pour toi, alors ok, pas de problème, la réponse n'est pas indispensable. Sinon, à mon sens, ça vaut le coup de creuser.

Voilà voilà...

Je remercie au passage les intervenants qui ont cité des posts intéressants (ouais, je sais, y'en a pas beaucoup qui ne le sont pas). Comme je manquais justement de lecture sur ce forum (ahem)...

Avatar du membre
caquette
Messages : 22
Enregistré le : jeu. 23 juil. 2015 09:05
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6494.html
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par caquette » jeu. 17 sept. 2015 22:12

Oliver Snow a écrit : Pourquoi est-ce que tes parents pensent que ton frère est surdoué et pas toi ? Il y a tellement de raisons possibles :)
Peut-être que ton faux-self est tellement bien fait qu'il marche terriblement bien (pour les autres, hein, parce qu'en général, pour soi, c'est une catastrophe sur le long terme). Tu renvoies bien l'image que la société (dont tes parents) attend de toi, alors on ne se pose pas la question. Mais finalement, on se fout pas mal de ce que les autres pensent : c'est ce qui est au fond de toi qui est important. Parce que personne ne te connara jamais mieux que toi-même.
Contrairement à moi, mon frère s'exprime beaucoup, ses angoisses, ses idées, et il est fort en maths (pas moi!) alors que contrairement à lui, je ne laisse jamais rien paraître. Du coup, la plupart des gens (mes parents compris) voit en moi quelqu'un de très équilibré, calme, sans problème particulier. Et quand je dis que suis stressée ou angoissée, c'est toujours l'étonnement général.

Je crois qu'en effet j'ai un faux-self de folie! Je n'ai jamais voulu faire de vagues, déranger les autres, être au centre de l'attention.

Je me soigne moi aussi petit à petit, mais le regard des autres a été pendant des années terrible pour moi. Je crois qu'à un moment je faisais tout en fonction du regard des autres, ou plutôt je ne faisais rien à cause du regard des autres.

Ce faux-self m'empêche d'avancer aujourd'hui, et j'ai l'impression qu'à force on finit par oublier qui on est véritablement quand ce faux-self devient trop présent. J'en viens même à me demander parfois si j'ai un avis sur les choses, sur les questions de société, sur la politique, etc...tellement j'ai perdu l'habitude de donner mon avis :o

Je crois que le test peut être une des réponses et comme chacun de vous le dit très bien, ça dépend de sa propre histoire, de son vécu, de ce que l'on en attend.

Après avoir été persuadée que mon métier n'était pas fait pour moi (sentiment d'imposture, de ne pas être à la hauteur), j'ai pris le problème à l'envers, en me disant : c'est moi qui ne va pas, quoi que je fasse ça n'ira pas tant que je n'essaierai pas de changer. Et bien, je vis mon métier beaucoup mieux!

Bon, je m'étale sur ma vie, mais j'espère que mon témoignage pourra apporter quelque chose aux membres de ce forum, parce que le but c'est aussi et surtout d'échanger.
"C'est l'incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume"O. Wilde

Avatar du membre
pounee
Messages : 114
Enregistré le : mar. 15 sept. 2015 17:24
Présentation : Dans ma grotte
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Actuellement sur ma chaise
Âge : 39

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par pounee » sam. 19 sept. 2015 09:06

Merci de partager tout ça avec nous. Vos messages trouvent un écho particulier en moi....
Pingouin dans ton champ, hiver méchant.

Avatar du membre
soazic
Messages : 1578
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par soazic » sam. 19 sept. 2015 16:19

Savoir a juste changé la perception que j'avais de moi même, et c'est déjà beaucoup. Aussi loin que je me souvienne, je me sentais inadaptée.
Ce constat était finalement juste.
Je pensais être inadaptée car stupide.
Remplacer le terme stupide par intelligente m'a apportée une certaine indulgence/sagesse/compréhension. Je n'ai pas confiance en moi mais suis beaucoup plus mon intuition. Savoir m'a permis de faire en permanence ce que JE pense juste.
Re et c'est déjà beaucoup.

Easy29
Messages : 42
Enregistré le : ven. 25 déc. 2015 23:25
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6990.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Easy29 » jeu. 11 févr. 2016 14:59

Alors c'est ça qui est surprenant, j'ai une amie qui m'a dis hier au téléphone : "tu le sais déjà, que le test dise oui ou non tu as déjà compris que tu fonctionnais comme ça". Euh oui mais non en fait, le doute est bien là :( . C'est peut être simplement une idée refuge pour expliquer certains de mes comportements et le test est nécessaire pour que j'objective si oui ou non c'est ça. Après le doute est encore plus flippant depuis que la psychologue que j'ai vu m'a dis : "ça y ressemble", c'est à la fois une forme de soulagement d'entendre ça mais aussi assez flippant. :rrmiaou:
Si je suis HPI alors ... Mais si je ne le suis pas alors ... Bref, mille et un scénari en tête pour ce qui se passera en moi après le test prévu le 14 mars. C'est encore loin ...

Est-ce si important de savoir : OUI pour moi ça l'est. Après je pense que ça dépend du parcours de vie des uns et des autres. Parfois ne pas savoir c'est laisser la possibilité que se soit ça. J'y pense tous les jours et donc si je ne passais pas le test se serait un doute quotidien. Par contre la question c'est qu'est ce que ça va changer de savoir ? Là je suis un peu plus sans réponse. C'est vrai que ma vie est pas mal, côté pro je m'éclate et j'ai trouvé un équilibre qui au final aspire tout le reste. 80% de boulot, 20% au mieux de temps perso dans les meilleures semaines donc vie privé = néant. Normalement c'est pour ça que je voulais consulter et là boum je découvre le HPI :nesaitpas: ben ? Ah mais ça me ressemble cette histoire non ? Alors ça dites donc faut que je comprenne. Et hop, rdv avec une psy et hop rdv pour le passage du test.

On verra ... Et peut-être que je pourrai écrire dans le topic après le résultat qu'il soit positif ou négatif : "le 1er jour du reste de ma vie"
Si c'est négatif je viendrai quand même le dire.

Avatar du membre
Traum
Messages : 521
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Traum » ven. 12 févr. 2016 07:52

Est-ce si important de savoir ? Eh bien, pour moi, ça a été… oui.
Mais j'ai mis presque dix ans à me donner cette réponse. Je rechignais, je trouvais ça très prétentieux de ma part, j'avais l'impression que tout le monde pouvait se retrouver dans les caractéristiques des HPI et, au demeurant, je n'avais pas l'impression de m'y retrouver tout entière, d'ailleurs. Je ne voulais pas non plus être tentée de résumer ma vie à ça. Et puis, à part une amie, au début, quand j'avais 19 ans, personne n'avait évoqué cette possibilité. La seule chose que l'on me reconnaissait, c'est que j'avais des « facilités ». On me reprochait d'être à fleur de peau. Certains me trouvaient « bizarre », enfant. Presque un peu « folle ». Je ne peux pas dire avec le recul que l'on pourrait tout imputer à la douance. Mais… c'est une clef de lecture en plus.

Finalement, c'est parce que j'étais trop lasse de me poser la question que j'ai voulu me donner une réponse : pour passer à autre chose, quoi qu'il arrive.
J'étais d'ailleurs persuadée de ne surtout pas être surdouée, que j'allais éliminé cette hypothèse et devoir aller rechercher enfin ailleurs d'autres réponses à mes questions.

Comme Easy29, je me demandais ce que cela changerait de savoir… Du moins de savoir si j'étais surdouée puisque je croyais savoir ce que cela me ferait de ne pas l'être : j'aurais été triste, j'aurais eu honte, mais j'aurais pu « clore le dossier ».
Je dois avouer que je ne sais toujours pas bien ce que cela a changé, ce que ça change, et ce que cela changera. Je sais juste que rien ne pourra plus jamais être tout à fait comme avant. C'est un peu le travail qui s'ouvre devant moi…

Et puis je pense à mes patients, et je pense à mes hypothétiques futurs enfants, aussi… parce que j'ai beaucoup souffert du système français (même si je suis restée « dans leurs clous »), du fait d'être obligée d'aller à l'école et de subir. Et que si je me trouvais fantasque dans mes revendications envers l'école, là, je ne sais plus trop quoi penser, ni trop quoi vouloir pour l'avenir… Bref, c'est un autre chantier…
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar du membre
nemo
Messages : 578
Enregistré le : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : panda
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par nemo » ven. 12 févr. 2016 09:34

Il me semble important de répondre à la question dès lors qu'on se la pose. Par contre quant à savoir s'il est important de savoir indépendamment du questionnement (par exemple glisser l'hypothèse à quelqu'un qui pourrait être concerné mais ne s'est jamais posé la question), je suis pas sûr.
Important de savoir, pour moi, ça sous-entendu d'importants changements une fois l'information livrée. Et ça, c'est pas garanti du tout. Il y a beaucoup de témoignages de gens pour qui le diagnostic a eu un impact fort. Je crois vraiment que ça dépend des profils.
En ce qui me concerne, c'est récent (2mois) et ça peut changer, mais à moins qu'en tâche de fond se fomente un bouleversement à venir, le savoir ne change pas grand-chose. Passé le petit shoot d'estime de soi, le plus grand changement, c'est l'arrêt du questionnement. Je pense à posteriori qu'un diagnostic négatif aurait eu plus de conséquences pour moi. J'ai toujours pensé que j'avais un problème (en plus de tous les autres mais là je parle d'un problème.... de constitution, disons que je sentais que j'étais pas pareil), et au fil du temps j'ai appris à vivre avec. Maintenant je connais la nature du problème, en quoi je suis pas pareil. Ça met du sens dans le passé mais ça chamboule pas le présent. HPI ok, mais y'a une personnalité. Et dans cette personnalité HPI est une composante qui prend pas la place que j'imaginais y'a 3mois.
Enfin c'est vrai pour l'instant...
Plus légerèrement, avant, dans certaines situations, il m’arrivait de me dire "Qu'il est con!", maintenant je me dis "Qu'il est con!". Puis je me sens coupable...

Avatar du membre
Traum
Messages : 521
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Traum » lun. 15 févr. 2016 08:25

nemo a écrit :Par contre quant à savoir s'il est important de savoir indépendamment du questionnement (par exemple glisser l'hypothèse à quelqu'un qui pourrait être concerné mais ne s'est jamais posé la question), je suis pas sûr.
Je pense que ça dépend de si on sent ou non la personne en souffrance… Quelqu'un qui ne se pose pas la question, qui ne peut pas se poser la question parce qu'il ne connaît pas ce que cela peut impliquer mais qui peut souffrir d'un certain nombre de choses, qu'elles soient liées ou non à la douance, si on peut penser qu'il peut être concerné, il n'est peut-être pas inutile de tâcher de lui en glisser subtilement l'idée (si tant est que c'est possible).

Pour ceux que l'on soupçonne mais qui ne semblent pas en souffrir, voire qui ne semblent pas en souffrance de quoi que ce soit tout court… pas sûr que ce soit pertinent de lui insuffler l'idée…

Mais à vrai dire, je n'en sais rien. Il est difficile de savoir ce que cela pourrait apporter à l'avance.
nemo a écrit :Important de savoir, pour moi, ça sous-entendu d'importants changements une fois l'information livrée. Et ça, c'est pas garanti du tout. Il y a beaucoup de témoignages de gens pour qui le diagnostic a eu un impact fort. Je crois vraiment que ça dépend des profils.
Ça dépend aussi ce que l'on entend par « importants changements ». Certains ici ont tout déconstruit après avoir reçu leur diagnostic. Pour d'autres, ça n'a pas été le cas.
nemo a écrit :En ce qui me concerne, c'est récent (2mois) et ça peut changer, mais à moins qu'en tâche de fond se fomente un bouleversement à venir, le savoir ne change pas grand-chose. Passé le petit shoot d'estime de soi, le plus grand changement, c'est l'arrêt du questionnement. Je pense à posteriori qu'un diagnostic négatif aurait eu plus de conséquences pour moi.
C'est un peu plus récent pour moi encore : trois semaines demain. Alors c'est vrai, je ne me pose plus tellement la question de savoir si je suis « surdouée » ou pas, puisque je le « suis ».
Mais c'est tout ce qu'il y a derrière de relecture qui n'est pas facile. Relecture du résultat de la passation, de la passation, des limites du test, relecture aussi de ce qui s'est joué bien, bien avant, enfant, adolescente, adulte. Enfant surtout. De ce qui peut faire que l'on n'a pas vu, de mon ennui, des rares fois où l'hypothèse a été évoquée devant moi, par ma mère, concernant tel ou tel enfant de notre connaissance et que je pensais : pourquoi pas moi, sans même trop savoir pourtant ce qu'était qu'un « surdoué ». (Bon, c'est sûr, je n'avais pas appris à jouer du violon à deux ans, et d'ailleurs, je n'ai jamais appris, et ce n'est pas à mon âge que l'on devient virtuose.)
J'ai un peu de mal à me dire à l'heure actuelle que ce questionnement me fait « du bien ». Il est sans doute nécessaire pour intégrer cette partie-là de moi.
Un diagnostic négatif me serait plutôt lui apparu comme un arrêt du questionnement : d'accord, je ne suis pas surdoué, il n'y a pas ça en plus, mais il y a tellement suffisamment d'éléments d'explications dans ma vie pour me comprendre que non, je n'avais pas « besoin de ça » en plus.

Bien sûr, on ne peut jamais être sûr, il n'y a pas deux versions possibles de même histoire simultanément (ou alors s'il y a des mondes parallèles dans lesquels on retrouve la deuxième version de nos alternatives, je veux bien le savoir… ça m'intéresserait de savoir ce que ça devient).
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Avatar du membre
nemo
Messages : 578
Enregistré le : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : panda
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par nemo » lun. 15 févr. 2016 10:05

Traum a écrit : Je pense que ça dépend de si on sent ou non la personne en souffrance… Quelqu'un qui ne se pose pas la question, qui ne peut pas se poser la question parce qu'il ne connaît pas ce que cela peut impliquer mais qui peut souffrir d'un certain nombre de choses, qu'elles soient liées ou non à la douance, si on peut penser qu'il peut être concerné, il n'est peut-être pas inutile de tâcher de lui en glisser subtilement l'idée (si tant est que c'est possible).
Je suis d'accord avec ça, ce que je voulais dire, et que j'ai pas très bien dis, c'est que quand on est HPI, on n'est pas que ça et que si ça peut être la source de souffrances, toute souffrance d'un HPI n'est pas forcément lié à la douance. Je ne veux pas du tout minimiser le changement abrupte que ça peut représenter pour certains.
Traum a écrit : Pour ceux que l'on soupçonne mais qui ne semblent pas en souffrir, voire qui ne semblent pas en souffrance de quoi que ce soit tout court… pas sûr que ce soit pertinent de lui insuffler l'idée…
J'ai essayé avec un ami, le concept a été balayé d'un revers de main avec le coté direct du HPI en puissance. Faut pas être susceptible en face quand on est en plein questionnement sur le sujet :)

Traum a écrit :
nemo a écrit :Important de savoir, pour moi, ça sous-entendu d'importants changements une fois l'information livrée. Et ça, c'est pas garanti du tout. Il y a beaucoup de témoignages de gens pour qui le diagnostic a eu un impact fort. Je crois vraiment que ça dépend des profils.
Ça dépend aussi ce que l'on entend par « importants changements ». Certains ici ont tout déconstruit après avoir reçu leur diagnostic. Pour d'autres, ça n'a pas été le cas.
La question était "Est-ce si important de savoir?". Ca peut et c'est peut-être même le plus souvent le cas, je ne sais pas, mais ça peut aussi être juste bien de savoir. Le mot important ne viens qu'a posteriori selon moi à moins de vraiment bien connaitre la personne (typiquement dans une relation psy-patient).
Je trouve qu'il y a un risque à se planquer derrière l'étiquette HPI. Mais peut-être que cette question viens après...
Encore une fois, c'est frais pour moi et j'ai peut-être pas encore intégré tout ce qu'il y a à intégrer. J'ai un petit "so what?"qui se balade à coté de l'étiquette.

Avatar du membre
Traum
Messages : 521
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Traum » mar. 16 févr. 2016 18:04

nemo a écrit :J'ai essayé avec un ami, le concept a été balayé d'un revers de main avec le coté direct du HPI en puissance. Faut pas être susceptible en face quand on est en plein questionnement sur le sujet :)
Je ne sais pas… J'avais moi-même balayé l'idée alors que, pourtant, je me trouvais en souffrance. Mais j'étais persuadée que rien de ces descriptions ne s'avéraient très spécifiques des surdoués, même si je pouvais me retrouver sur certains traits (et quand j'ai lu le livre de JSF, encore moins), et du coup, je n'y croyais pas trop… pour ne pas dire : pas du tout. Sans nier l'existence de la douance, je ne me hasardais pas à me contenter de descriptions qui me semblaient jeter un peu de poudre aux yeux… De surcroît, je ne me reconnaissais pas du tout dans les descriptions d'enfants surdoués. Du coup, selon mon raisonnement, je ne pouvais pas être une adulte surdouée si je n'avais pas été une enfant surdouée.
Quand tu n'es pas prêt du tout à entendre cette hypothèse, pour x, y ou z raisons, eh bien… tu ne l'entends pas. Souffrance ou pas souffrance.
nemo a écrit :La question était "Est-ce si important de savoir?". Ca peut et c'est peut-être même le plus souvent le cas, je ne sais pas, mais ça peut aussi être juste bien de savoir. Le mot important ne viens qu'a posteriori selon moi à moins de vraiment bien connaitre la personne (typiquement dans une relation psy-patient).
Je trouve qu'il y a un risque à se planquer derrière l'étiquette HPI. Mais peut-être que cette question viens après...
Encore une fois, c'est frais pour moi et j'ai peut-être pas encore intégré tout ce qu'il y a à intégrer. J'ai un petit "so what?"qui se balade à coté de l'étiquette.
Est-ce important, est-ce si important… que ce soit l'une ou l'autre question, il me semble qu'il est difficile de répondre aux deux.

Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis : ça vient a posteriori. Du moins, de ce que je pense maintenant. J'ignorais que le fait d'être fixée aurait cet effet-là sur moi.

Est-ce SI important… Dur de répondre… Du moins, dans l'absolu, ce n'est peut-être pas si important, mais en répondant de manière individuelle, pour soi, sans s'encombrer des opinions des autres, oui, on a le droit de penser que c'est vraiment, que c'est si important que ça de savoir.

Mes réponses sont forcément teintées des effets que le test est en train d'avoir sur moi. La digestion est douloureuse, mais j'ai envie de dire que, oui, c'est important de savoir, et que ça peut être si important que ça. Quand je relis mon passé, je me rends compte à quel point on est passé radicalement à côté de moi. Comme ça peut arriver à d'autres enfants. Ça ne veut pas dire que l'on ratera forcément notre vie après-coup, ni qu'il aurait mieux valu le savoir enfant (nombreux sont les enfants qui en souffrent), mais j'aurais eu des parents pour y penser et pour m'accompagner, je n'aurais certainement pas autant souffert.
Et si un jour j'ai des enfants, j'ai envie de dire que oui, c'est si important que ça de savoir : afin de ne pas reproduire bêtement ce que j'ai vécu.
Avant de passer le test, j'avais complètement oublié tout ça. Le test est en train de remettre tout ça en question.

Et si un moment on peut avoir besoin de se planquer derrière l'étiquette de la douance, eh bien, pourquoi pas. Ça peut être une étape nécessaire, un passage, pas une fin en soi.

Mais comme toi, je ne suis « diagnostiquée » que récemment (trois semaines aujourd'hui).

(Sinon, même un psy peut se tromper… — Ça peut être d'ailleurs l'occasion d'un autre débat : un psy doit-il forcément évoquer à son patient une douance qu'il suspecte ?)
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

claireee
Messages : 7
Enregistré le : ven. 12 févr. 2016 13:29
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 33

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par claireee » mar. 16 févr. 2016 22:09

Bonsoir !

Je me retrouve beaucoup dans vos commentaires... les doutes, l'alternance des sentiments...

Je n'ai supposé que très récemment la possibilité "d'en être". Honnêtement, caquette, je passe par les mêmes émotions que toi. L'importance de savoir à mes yeux ? Pour reprendre un commentaire : clôturer un dossier s'il doit l'être, ou enfin comprendre qui je suis ou du moins comment je fonctionne. Me dire qu'au final, je ne suis pas si nulle que ça, pas si anormale, et que moi aussi j'ai quelque chose, moi aussi je peux avoir une place, déjà une place dans mon coeur. Je suis très dure avec moi-même. Certains traits sont parfois difficiles à supporter.

J'ai les mêmes doutes que toi quant à un phénomène de mode, un effet "barnum". Pourtant ça colle plutôt bien. J'ai envie de savoir pour avancer, progresser et m'améliorer. A 30 ans, je me dis que j'ai la vie devant moi. Et que même si j'avais pu en faire quelque chose bien avant si le test devait se révéler positif et que je l'avais su avant, je peux encore apprendre à être moi, pas cette fausse "moi" que je ne reconnais pas, qui me donne l'impression d'essayer de rentrer dans un moule, dans ce que la société attend d'elle, et l'entourage.

J'aimerais avant tout avoir confiance en moi. L'estime que j'ai de moi ? Proche de 0, voire négative. Et je me dis que si faire le test me permet de résoudre en partie ça, je n'ai aucune raison d'hésiter.

Je me retrouve tellement dans vos témoignages, dans les lectures, les livres... et pourtant, tant que je n'aurais pas eu la réponse claire et nette d'un psychologue, je ne pourrai pas avancer.

Avatar du membre
nemo
Messages : 578
Enregistré le : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : panda
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par nemo » jeu. 18 févr. 2016 10:05

Traum a écrit :Je ne sais pas… J'avais moi-même balayé l'idée alors que, pourtant, je me trouvais en souffrance.
Lui n'avait pas balayé l'idée (il est sûr d'avoir un QI > 130), mais tout le concept de spécificité des HPI.
Traum a écrit :.Quand je relis mon passé, je me rends compte à quel point on est passé radicalement à côté de moi.
Ca me parle énormément et le sentiment de gachis qui va avec est désolant. Une de mes premières réactions a été une grande colère. Pour autant, qu'est-ce qu'un diagnostic posé pendant l'enfance aurait pu changer? Est-ce que tous les parents sont en capacité d'accompagner un enfant HPI?
Après effectivement, en tant que père HPI d'une problable HPI, avoir revisité mon enfance à la lumière de ce diag devrait me permettre d'éviter certains écueils qui ont été dévastateur dans ma construction. Dans ce cadre là, je n'ai pas de doute sur l'importance de savoir.
Traum a écrit :Et si un moment on peut avoir besoin de se planquer derrière l'étiquette de la douance, eh bien, pourquoi pas. Ça peut être une étape nécessaire, un passage, pas une fin en soi.
La douance c'est quand même une explication confortable et je préfère une voie ascendante où on intègre la douance progressivement là où c'est pertinent. Je pense que ça peut être compliquer de l'écarter une fois installée.
Traum a écrit :Sinon, même un psy peut se tromper…
Oui mon exemple était bidon.
claireee a écrit :J'aimerais avant tout avoir confiance en moi. L'estime que j'ai de moi ? Proche de 0, voire négative. Et je me dis que si faire le test me permet de résoudre en partie ça, je n'ai aucune raison d'hésiter.
Attention quand même à ne pas verser un seau dans un panier. :)

Avatar du membre
nemo
Messages : 578
Enregistré le : mer. 8 oct. 2014 08:00
Présentation : panda
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par nemo » jeu. 18 févr. 2016 10:14

claireee a écrit :J'aimerais avant tout avoir confiance en moi. L'estime que j'ai de moi ? Proche de 0, voire négative. Et je me dis que si faire le test me permet de résoudre en partie ça, je n'ai aucune raison d'hésiter.
Attention quand même à ne pas verser un seau dans un panier. :)

Avatar du membre
waldezign
Messages : 54
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 08:31
Présentation : waldezign
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : Chalamont
Âge : 46

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par waldezign » mer. 13 avr. 2016 15:45

C'est une excellente question.
Mon problème, c'est que je suis très curieux... Heureusement, le prix du test calme un peu les ardeurs! En attendant de me décider, je fais quelques tests sur internet, même si ça n'a pas ou peu de sens. Au moins ça a le mérite de faire passer le temps! :)
"We hate it when our friends become successful" Steven Patrick Morrissey

Avatar du membre
Astro-notes
Messages : 13
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 20:54
Présentation : En attente des résultats WAIS IV
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Sur la Lune
Âge : 30

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Astro-notes » mer. 13 avr. 2016 19:02

Bonsoir,

Je fais partie de ceux qui pensent que c'est important de savoir.

En ce qui me concerne, j'ose me poser véritablement la question d'une possible douance depuis environs deux ans.
Je suis alors passée d'un état de totale perdition à une perdition relative que je parvenais parfois à expliquer en m'appuyant sur les différents traits des HP. Ca m'a fait du bien, ça répondait déjà à quelques questions que je me posais sur moi, mais ça n'a pas duré bien longtemps parce qu'alors est venu le temps du doute. Ca pouvait être ça, oui, mais ça pouvait aussi ne pas l'être. J'ai commencé à cogiter furieusement, à lire des articles, des livres, mais tout ça ne répondait pas véritablement aux milliers de questions que je me posais. Ca expliquait beaucoup de choses, mais ça ne répondait à rien. Rien de concret, rien de valable, rien d'officiellement "moi" tant que je ne faisais que me poser des questions.

Pour le moment, je n'ai pas la réponse, mais j'ai passé le test la semaine dernière après un premier entretien d'anamnèse à la fin duquel la psy a jugé bon de compléter le bilan. Je suis donc toujours dans une phase de doutes et de questionnements mais je me sens déjà rassurée d'être sur le point d'obtenir de vraies réponses. Ce sera peut-être ça, peut-être pas, mais il y aura quand même des éléments sur lesquels je pourrai m'appuyer à l'avenir pour me sentir plus en phase avec ce que je suis. Mon cerveau moulinera pour quelque chose d'effectif, pas sur des suppositions parfois étouffantes.

Alors cette logorrhée pour dire que le sentiment de mal être que tu as l'air de ressentir, Caqette, et les questions que tu te poses sont à mon sens à elles seules la raison pour laquelle il peut être utile de faire un bilan, même tardif. Un bilan n'a pas pour but de donner un simple QI mais une analyse complète - pourvu qu'il soit bien mené - et si cela peut t'aider à mieux t'appréhender et à faire taire ta "sirène hurlante", pourquoi ne pas le faire ? Bien sur c'est angoissant de se confronter à soi même, à son cerveau qu'on suppose un peu différent, mais au moins tu saurais. Tu aurais quelque chose de concret. Et même si ce n'est pas un diagnostic HP, ça ne changera rien à qui tu es.
C'est en tout cas ce que j'ai fini par me dire... Je le regretterai peut-être au moment des résultats, qu'ils soient positifs ou non, mais je me sens déjà soulagée d'un certain poids.

Quant au questionnement sur un éventuel phénomène de mode de la douance, je n'ai pas cette impression. Comme d'autres te l'ont dit, peut-être que comme tu es "obsédée" par le sujet, tu captes tout ce qui en fait mention...

Voilà, un long poste qui j'espère n'aura ennuyé personne ;)

Avatar du membre
waldezign
Messages : 54
Enregistré le : lun. 11 avr. 2016 08:31
Présentation : waldezign
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : Chalamont
Âge : 46

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par waldezign » mer. 13 avr. 2016 23:09

waldezign a écrit :C'est une excellente question.
Mon problème, c'est que je suis très curieux... Heureusement, le prix du test calme un peu les ardeurs! En attendant de me décider, je fais quelques tests sur internet, même si ça n'a pas ou peu de sens. Au moins ça a le mérite de faire passer le temps! :)
Je voulais dire que c'est une question légitime, mais que ma curiosité passe outre, puisque je veux savoir, de toutes façon. Après, advienne que pourra!
"We hate it when our friends become successful" Steven Patrick Morrissey

Avatar du membre
Girlo
Messages : 19
Enregistré le : sam. 30 avr. 2016 16:53
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 24

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Girlo » dim. 1 mai 2016 20:47

Je me pose souvent cette question aussi: "Est-ce si important de savoir ?" ;)

Certains savoirs sont dangereux, erronés, trompeurs, arriéré, agressif.
Mais d'autres permettent de se défendre, de protéger, de réussir, d'améliorer, de survivre.
Alors au final moi, je suis pour.

C'est peut-être comme l'humour : Il faut savoir, mais pas de n'importe qui, dans n'importe quelles conditions :P
Et puis, certains ne sont pas aptes à acquérir tous le savoir (ou un en particulier).
Moi, par exemple, la médecine, je ne pourrais pas, ce n'est pas mon truc, je ne supporte pas les aiguilles et la vue du sang. Et puis quand on voit tout ce qu'il faut apprendre et maitrisé, c'est fou.
Enfin, dans certaines mesure c'est pas nécessaire, les petits enfant n'ont pas besoin de savoir que le père noël n'existe pas :angel:

Cassini
Messages : 271
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 20:45
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Est-ce si important de savoir?

Message par Cassini » dim. 1 mai 2016 20:55

Pour moi, maintenant, oui. Et pas que pour pouvoir rencontrer des gens de Mensa de mon coin.

C'est comme dédramatiser, justement. Tout comme je me dis " X est transgenre, et alors?", "Y est bisexuel, et alors?", j'en suis à me dire... "HP, et alors?"

On va faire avec. Et viendra le jour où la normalité, ce sera d'être unique en son genre, avec chacun sa dose et son mélange personnel d'oxymores.

Et puis passer plus loin, au lieu de regarder le doigt qui montre la lune. :levi

Répondre