Déclenchement volontaire de l'état de flow

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Répondre
Nada
Messages : 25
Enregistré le : jeu. 16 juil. 2015 15:14
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Nada » mer. 26 août 2015 18:24

Bonjour à tous,

Suite à la découverte de l'effet de flow dans Surdoués mythes et réalités d'Ellen Winner, qui m'a permis de nommer l'une de mes sensations préférées, j'aurais deux petites questions à vous poser.

Tout d'abord plutôt que de paraphraser maladroitement un ouvrage que je n'ai pas sous la main, un petit lien explicatif sur le flow :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Flow_(psychologie)

Première question : quelles sont les activités qui déclenchent chez vous cet état mental ?

Et la deuxième (la plus importante à mes yeux), avez-vous des "trucs" pour déclencher l'effet de flow de façon plus rapide quand une de vos activités le nécessite ?

Pour donner des exemples, sont susceptibles de déclencher des états de flow chez moi : l'écriture de fiction, les réunions de boulot sur un projet créatif, le fait de cuisiner, écouter "activement" de la musique (mais dans tous les cas, ça ne marche pas forcément à chaque fois)... Et en ce qui concerne la seconde question, lorsque j'ai besoin de déclencher volontairement cet état d'hyper-concentration, j'écoute de la musique choisie. Il m'arrive même, dans le cas de textes longs, d'attribuer à chaque texte une "bande originale" que j'écoute en boucle pour créer cette "bulle" qui me permet d'avancer efficacement.

Voilà, j'espère avoir été clair et merci d'avance pour vos réponses.

Avatar du membre
le31
Messages : 145
Enregistré le : sam. 15 nov. 2014 22:03
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... 0.html/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par le31 » mer. 26 août 2015 21:14

Salut,

Je n'arrive pas à faire fonctionner ton lien mais j'ai retrouvé la définition.

SI je l'ai bien comprise alors je ne maîtrise absolument pas cet état.Je ne savais même pas qu'un mot était posé sur cet état. Bon j'arrive à me concentrer quand c'est urgent, que ça m'intéresse, quand j'écris, que j'ai à articuler un cours (j'enseigne), que je lis,que je couds, que je discute sur ce forum! Effectivement parfois je suis tellement concentrée que je ne sais même plus que j'existe et je suis dans un état d'ataraxie!

Mais cet état de "flow" ne se rapproche-t-il pas de la méditation (je n'y connais pas grand-chose)?

Nada
Messages : 25
Enregistré le : jeu. 16 juil. 2015 15:14
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Nada » jeu. 27 août 2015 17:58

Salut,

Alors pour ceux qui ne peuvent pas consulter le lien voici les éléments de base :

"Le flow, littéralement le flux en anglais, est l'état mental atteint par une personne lorsqu'elle est complètement immergée dans ce qu'elle fait, dans un état maximal de concentration. (...)

Csikszentmihalyi a identifié les caractéristiques accompagnant et décrivant l'expérience du flow. Ce sont les suivantes :

Objectifs clairs : les attentes et les règles régissant l'activité sont perçues correctement et les objectifs fixés sont atteignables avec les compétences de l'acteur
Équilibre entre la difficulté de l'activité et les compétences de l'acteur (l'activité n'est ni trop facile ni trop difficile, elle constitue un défi motivant)
L'activité est en soi source de satisfaction (elle n'est donc pas perçue comme une corvée)
Haut degré de concentration sur un champ limité de conscience (hyperfocus)
Une perte du sentiment de conscience de soi, disparition de la distance entre le sujet et l'objet
Distorsion de la perception du temps
Rétroaction directe et immédiate. Les réussites et difficultés au cours du processus sont immédiatement repérées et le comportement ajusté en fonction.
Sensation de contrôle de soi et de l'environnement
La réunion de tous ces phénomènes n'est pas nécessaire pour conduire au flow. Les 3 premiers décrivent des caractéristiques de l'activité propices au flow, les 5 derniers décrivent plutôt l'état de conscience modifié qu'implique le flow."

(Source wikipédia donc...)

En relisant la définition, j'ai effectivement pensé à certains états mentaux que je qualifierais grossièrement de mystiques : éveil dans le bouddhisme, satori dans le bouddhisme japonais ou les "extases" que tu trouves dans les monothéismes. Mais sans réfléchir plus loin. Petit blocage du rationaliste. Et puis surtout le fait que dans la littérature ces états correspondent à l'état de conscience modifiée (les points 5 et 6) mais pas forcément à l'activité en soi (les 3 premiers.)

Ceci dit, du côté de l'activité déclenchante la méditation est une piste intéressante à laquelle je n'avais pas pensée, merci !

(Si quelqu'un qui pratique la méditation peut nous en dire plus, je prends. Mais je reconnais que je cherche des réponses plus prosaïques.)

Avatar du membre
Za
Messages : 2943
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Za » ven. 28 août 2015 07:49

Pour ma part, je ne suis pas sûre que ça se rapproche de la méditation (mais je ne pratique pas), dans le sens où le "flow", si j'ai bien compris de quoi il s'agit, entraîne une forme de coupure de l'environnement (on ne sélectionne plus que ce qui n nous est utile pour la tâche, en négligeant tout le reste, y compris parfois les signaux internes). Or il me semble que la méditation nécessite au contraire une ouverture à tous les stimulis sans hiérarchie, et reste loin du bouillonnement du "flow". Qu'en pensent ceux qui sont habitués à la méditation ?
Par contre il est très possible que ce soit un autre état de conscience modifiée.

Pour répondre à tes questions Nada, je n'ai pas l'impression de pouvoir contrôler cet état, il survient sans que je le veuille, et s'il est certes très agréable (... hypomaniaque ?), j'en sors parfois un peu trop tard à mon goût, au bord de l'hypoglycémie et de la déshydratation, ou encore à une heure trop avancée pour faire tout ce que j'avais à faire !

Quelques activités qui peuvent déclencher ça : la création/fabrication, les sports d'endurance, le jardinage, la lecture sur un sujet passionnant, une conversation avec quelqu'un qui est dans le même délire, la pratique musicale (particulièrement en groupe)la visite d'un endroit extraordinaire, le planchage sur un sujet qui me motive...
En fait, quasiment toutes les opérations longues et méticuleuses ou demandant une forte implication physique et/ou intellectuelle je pense. Mais ça ne marche pas à chaque fois.
En tout cas je retrouve bien les caractéristiques énoncées plus haut, notamment sur la modification de la conscience de soi et de l'environnement.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Avatar du membre
BillyJo
Messages : 23
Enregistré le : lun. 6 juil. 2015 13:25
Présentation : BillyJo
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par BillyJo » mer. 2 sept. 2015 19:23

Merci d’avoir lancé ce sujet ! Personnellement, j’ai découvert le flow avec le TED talk de Mihaly Csikszentmihalyi, puis avec celui de Jamie Wheal (fondateur du flow genome project), qui en donne des explications cognitives. Je n’étais pas revenu sur le sujet depuis la découverte de ma douance, et j’avoue avoir passé quelques heures sur internet en état de flow à comprendre un peu mieux le phénomène. Je vais essayer de résumer quelques points ici.

[tabs:L'autotélisme ]Sur plusieurs sites, le terme de Flow est rapproché du terme d’autotélisme (du grec autos =soi-même et telos = but : qui s’accomplit par lui-même). Le problème, c’est que je vois 2 définitions au terme. D’une part dans le Flow, l’individu est tellement focalisé sur ce qu’il fait que sa propre conscience disparait, son activité a donc l’air de se réaliser toute seule, par elle-même. D’autre part, une activité autotélique est faite juste pour le plaisir de la faire, sans avoir de but supplémentaire. On parle donc d’un poème autotélique parce qu’il est une création qui n’a d’autre but que lui-même. Je trouve quand même le rapprochement des deux définitions intéressantes, car j’ai l’impression que pour être en état de Flow, il faut avoir le plaisir de faire une activité juste pour le plaisir de la faire.

C’est ce qu’explique Csikszentmihalyi :
Csikszentmihalyi a écrit :Dans l’état de flow les individus sont tellement intensément impliqués dans une activité que rien ne semble autrement importer, l’expérience elle-même est si agréable que les gens la fassent même à un grand coût, dans l’intérêt fin de la faire. Ceci implique que l’euphorie n’est pas reliée à un résultat conséquent et extrinsèque à l’activité. Il est au contraire émanant du plaisir inhérent et intrinsèque à l’activité. De ce fait, l’expérience de flow est une expérience autotélique se caractérisant par une récompense intrinsèque (self-oriented reward) impliquant un sens profond d’enjouement, de joie et d’enrichissement.
Il y a pas mal d’information sur le site de Jean Heutte, il décrit notamment une personnalité autotélique, c’est-à-dire les traits de caractères communs aux personnes qui expérimentent le Flow :
Jean Heutte a écrit :sans grand besoin de possessions, de distractions, de confort de pouvoir ou de célébrité, car presque tout ce qu’il fait l’enrichit intérieurement. Comme il expérimente le flow dans son travail, sa vie familiale, ses relations avec les autres, quand il mange et même quand il est seul et inactif, il est moins dépendant des récompenses extérieures qui motivent les autres à se satisfaire d’un quotidien routinier, vide de sens. Il est plus autonome, plus indépendant, parce qu’on ne le manipule pas facilement à coup de menaces ou de récompenses extérieures.

Leur énergie psychique paraît inépuisable, ils sont plus attentifs, remarquent plus de détails, s’intéressent volontiers à quelques choses sans en attendre de récompenses immédiate, ont une attitude joyeuse de curiosité, une volonté de comprendre de résoudre des problèmes. […]Les individus autotéliques sont moins préoccupés d’eux-mêmes et investissent plus d’énergie psychique dans leur rapport à la vie. […] Si ces individus se sentent capables de supporter le choc d’un échec sans en être psychologiquement détruits, c’est aussi parce qu’ils sont confiants en leurs capacités à rebondir, et notamment à rejoindre ou à créer un autre réseau afin de vivre d’autres moments intenses de création collective de connaissances.
[tabs:Modèle cognitif]
Jamie Wheal, dans sa vidéo, explique 3 récentes découvertes sur le Flow :

1/ L’état de Flow fait taire notre critique intérieur (Flow silences our inner critic) (Selfless)
En état de Flow, le cortex préfrontal s’éteint temporairement (transient hypofrontality). Le cortex préfrontal est le siège des fonctions cognitives supérieurs, le sens de la morale, le sens de la volonté et le siège de la conscience. C’est un peu la petite voix dans notre tête.

2/ Le Flow accélère l’apprentissage (Flow accelerates the path to Mastery) (Effortless)
DARPA a fait l’expérience suivante: ils ont pris des snipers débutants et leur ont fait subir une lobotomie temporaire (avec des stimulations magnétiques), ils ont donc éteint leur néocortex. Puis ils ont mesuré en combien de temps ils devenaient des experts, et ils l’ont fait 230% plus rapidement que la normal.
Mc Kinsey a mesuré que les experts qui passent leur temps en mode Flow sont 5 fois plus productifs que les autres

3/Flow is hackable (Timeless)
Il présente ensuite le schéma suivant, qui représente le cycle du Flow dans le cerveau : On commence au Struggle (tiraillement), ou le cerveau est en mode normal, conscient, stressé, avec des ondes béta. Puis vient le moment du relâchement (Release), ou l’on se décontracte, l’oxyde nitrique nettoie le corps des hormones de stress. Puis vient le Flow, le cerveau relâche des hormones de plaisir (dopamine, endorphines) et fonctionne en onde theta/gamma, ce mode de fonctionnement n’est atteint que par les moines en méditation ou par les gens normaux pendant le sommeil. Puis vient la phase de récupération (Recovery), avec une consolidation de la mémoire et l’émission de sérotonine et ocytocine.
Image

Je voudrais ajouter que je suis sceptique sur la précision des informations présentées ici. D'une part la présentation de Jammie Wheal est une simplification d'une théorie qui mérite d’être creusée, peut-être en achetant son bouquin the rise of superman. D'autre part son Flow Genome Project me parait être une entreprise bien lucrative destinée a coacher les entreprises pour rendre ses employés plus productifs. Ils stipulent même sur leur site que "les gens qui étudient le Flow ne sont pas ceux qui en font l'experience..."

[tabs:Les états modifiés de conscience ]
Un état modifié de conscience (ou EMC) désigne tout état mental différent de l’état de conscience ordinaire, « représentant une déviation dans l'expérience subjective ou dans le fonctionnement psychologique par rapport à certaines normes générales de la conscience à l'état de veille »
On distingue :
  • Les états de conscience naturels désignant notamment le sommeil paradoxal qui correspond le plus souvent à un vécu de rêve.
  • Les états de conscience altérés, regroupant les pathologies mentales et neurologiques, ainsi que les intoxications sous substances psychotropes (comme l'alcool, le cannabis, l'ecstasy, la cocaïne et tout hallucinogène).
  • Les états de conscience modifiés volontairement, lors de méditations, relaxations, hypnose, yoga, transe chamanique ou mystique, etc. Dans les cas de pratiques spirituelles et corporelles, les pratiquants parlent couramment d'états de conscience « supérieurs ». Mais comme le souligne l'anthropologue Fernand Schwarz, l’état modifié de conscience n'est qu’un moyen pour changer de plan de réalité, il est un outil et pas un état spirituel supérieur.
  • On peut également citer les EMC provoquées suite à des traumatismes physiques (accidents, pertes de conscience, fièvres, fatigue extrême, expérience de mort imminente). (source:wikipédia)
Ils ont en commun cette fameuse hypofrontalité transitoire (source)

Mon avis serait donc d'ajouter le Flow dans la liste. D'ailleurs ces états me paraissent très semblables. Ce qui les différencie, c'est l'objet de la focalisation. Le Flow va se focaliser sur une activité particulière, quand la méditation va se focaliser sur la personne elle même, son ressenti, ou sur l'univers.


Je tiens juste a préciser mon expérience avec le Flow et les EMC, en forme de mise en garde. Je dirai que certains (la plupart?) EMC provoquent du plaisir, et que tous permettent de s'évader, de ne plus penser a soi. Le Flow permet d’être efficace, d'avancer dans des projets, et est donc forcément valorisé dans notre société. Mais les EMC en général sont des échappatoires. Seuls les états de conscience modifiés volontairement, comme la méditation, permet de passer du temps avec soi même, de se comprendre, et d'avancer...

Pour dire les choses plus concrètement, je pense être totalement autotélique. J'ai commencé a vivre avec le Flow après le lycée, au moment ou les études ont commencées a être intéressante. J'ai trouvé un travail dans lequel je pouvais me plonger entièrement et suis devenu workaholic. C'est quand j'ai changé de travail et que je n'ai pas pu y avoir ma dose de Flow que j'ai cherché un substitut, notamment dans les drogues. Je m'en rend compte maintenant, c'est pourquoi le sujet du Flow m'a obsédé cette nuit. Ce qui n'est expliqué nul part, c'est la relation entre Flow et addiction. Donc attention!

(en fait si, plusieurs articles parlent de la relation Flow-addiction. Je replonge et vous fait peut-être un résumé ;-))

Avatar du membre
soazic
Messages : 1552
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par soazic » mer. 2 sept. 2015 21:04

Chez moi cela coïncide avec le fait d'être en état de création.

saliaskim
Messages : 131
Enregistré le : dim. 2 févr. 2014 21:14
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par saliaskim » mer. 2 sept. 2015 21:50

Oooh tu viens de mettre un mot sur un truc que je ressens depuis tellement longtemps !
Pour moi c'est quand je suis en état de création (édit: comme Soazic) : écriture (poème, nouvelle, texte court), quelques fois au travail quand je dois vraiment avancer sur un dossier. En général j'essaie d'écrire le maximum durant ce temps parce que je suis extrêmement efficace, je peux rattraper 2 jours de travail passé plus ou moins à pas grand chose :D en 1 heure de temps.

Je viens de comprendre aussi pourquoi j'avais cette sensation d'état second quand j'écris un texte. Et aussi pourquoi les textes sont généralement courts... écrire long demande plus d'effort. J'ai remarqué un état de fatigue après ça. En général je termine à la pause café.

Merci pour cette découverte

édit: c'est fou, c'est la sensation que j'essaie d'avoir au quotidien. J'ai la sensation que cet état est le seul qui peut mener à un bonheur durable (ça rejoint la pleine conscience ?). J'étais dans cet état plus jeune, toute mon enfance en fait. Je l'ai perdu à la sortie du lycée et/ou à l'entrée dans le monde du travail :/

Avatar du membre
Thalweg
un petit côté foufou!
Messages : 792
Enregistré le : sam. 27 déc. 2014 21:40
Présentation : Thor et le géologue
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Norska, à travers l'échancrure.
Âge : 29

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Thalweg » mar. 15 sept. 2015 21:14

Je me rend compte que je suis capable de bosser 4 ou 5 heures d'affilée, voire plus, sans distraction ni rien du tout (oui, y compris manger. Manger distrait et risque de briser la concentration, d'un autre côté cet état bouffe tellement d'énergie que je suis vite en hypoglycémie, et là je le sens, et y a un moment où le corps "lache". Toujours sympa de trembler de partout en réunion avec des collègues. Bref). Lorsque je bossais sur mon mémoire, les "grands" moments, je passais une journée à écrire la moitié d'un chapitre de plus de vingt pages, avec mes références dans tous les sens. J'arrive à plus ou moins déclencher l'état, mais il faut quelques conditions:
- Le sujet m'intéresse, qu'il y aie une sorte de challenge (on analyse des masses de données assez conséquentes parfois pour retirer l'aiguille des meules de foin, et par exemple, je sais que quand je cherche à extraire une info à l'aide d'excel, je vais passer en Flow)
Et bah c'est tout en fait. Je replonge aussi très vite dans ma concentration, quand elle a été coupée pour une raison ou une autre. Ca c'est chouette. Je suis capable de détourner mon attention d'un sujet quelques secondes (lire un mail, décider qu'il ne nécessite pas d'action immédiate, classer l'info) et y revenir. C'est sympa. Y a même des fois où je suis tellement dedans que tous mes sens sont bloqués, j'entends plus rien.

J'aime bien ce truc. C'est génial.
¬ ʻʻ … ʼʼ . ʻ … …ʻ … ; ʼʼ , ʻ

Avatar du membre
laurette
Messages : 494
Enregistré le : mar. 9 juin 2015 13:48
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=6357&e=0
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Localisation : Droite dans mes bottes!
Âge : 49

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par laurette » mer. 16 sept. 2015 08:56

Nada a écrit :
Csikszentmihalyi a identifié les caractéristiques accompagnant et décrivant l'expérience du flow. Ce sont les suivantes :

Objectifs clairs : les attentes et les règles régissant l'activité sont perçues correctement et les objectifs fixés sont atteignables avec les compétences de l'acteur
Équilibre entre la difficulté de l'activité et les compétences de l'acteur (l'activité n'est ni trop facile ni trop difficile, elle constitue un défi motivant)
L'activité est en soi source de satisfaction (elle n'est donc pas perçue comme une corvée)
Haut degré de concentration sur un champ limité de conscience (hyperfocus)
Une perte du sentiment de conscience de soi, disparition de la distance entre le sujet et l'objet
Distorsion de la perception du temps
Rétroaction directe et immédiate. Les réussites et difficultés au cours du processus sont immédiatement repérées et le comportement ajusté en fonction.
Sensation de contrôle de soi et de l'environnement
La réunion de tous ces phénomènes n'est pas nécessaire pour conduire au flow. Les 3 premiers décrivent des caractéristiques de l'activité propices au flow, les 5 derniers décrivent plutôt l'état de conscience modifié qu'implique le flow."
Lorsque j'ai pris connaissance de ce sujet, j'ai cherché des informations dessus, pour effectivement pouvoir faire un parallèle avec certains ressentis. Cette "description" des préalables requis (les 3 premiers points) me parle beaucoup.
Je ne connaissais pas le nom du phénomène, ni même qu'on l'avait identifié et étudié.
Cette sensation, je la ressens, comme d'autres ici, pendant les moments de "création" (ça fait un peu pompeux comme terme, mais bon..): quand j'écris, quand je peins, ou quand je lis par exemple. Il faut effectivement que certaines conditions soient réunies. Donc, j'en conclue, à l'analyse de ma propre expérience, que je ne peux pas vraiment déclencher cet état. Il m'arrive d'identifier cette concentration extrême, mais seulement au moment où celle-ci est interrompue, quand la grâce retombe et que je réalise que j'étais "coupée" du monde.
En revanche, en bonne application de la "règle" n°2 "Équilibre entre la difficulté de l'activité et les compétences de l'acteur (l'activité n'est ni trop facile ni trop difficile, elle constitue un défi motivant)", cet état peut "s'installer" mais ne durer que quelques secondes/ minutes lorsque je fais de la musique: quelques portées réussies, les doigts s'enhardissent, la satisfaction croit, puis retombe en une fraction de seconde...lorsque la difficulté dépasse mon niveau de compétence, mais c'est pour ces moments là que je m'accroche. :whew:
Alors pour le déclencher, la toute première condition à mon sens est d'identifier les activités propices... mais apparemment, cela ne suffit pas...
Mon intelligence? elle va de là..................... à de là.

Jisay
Messages : 37
Enregistré le : dim. 13 déc. 2015 09:43
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Jisay » lun. 14 déc. 2015 23:03

La notion de flow m'intéresse beaucoup car c'est quelque chose que je m'amuse à utiliser au quotidien dans le cadre de mon travail (je vois mon travail comme un jeu, et arriver à être le plus efficace en étant le score...). Je précise que je suis informaticien.

Je pense que le plus complexe consiste à déterminer un objectif clair, surtout dans le cadre d'une pensée non-linéaire qui a tendance à partir forcément sur des voies de travers. Du coup, pour contrecarrer cela, j'applique la méthode que je m'amuse à appeler "la méthode Stack". Cette "méthode" consiste à prendre du temps avant toute réalisation pour disséquer ce que l'on va devoir faire en une multitude de petits objectifs précis que je note sur n'importe quel logiciel informatique type bloc-note, evernote (important !). Une fois que cette première liste est faite, je l'ordonne en fonction de l'intérêt que je porte à la sous-tâche et surtout au degré de "connaissance" sur la sous-tâche. Si la sous-tâche est assez subdivisée, que j'en connais totalement les aboutissants, la réalisation est forcément très rapide car il suffit de dérouler ce que j'ai en tête. Puis je réalise la tâche.

Durant la réalisation de la tâche, je ne pense qu'à l'objectif. Si un élément extérieur dans la réflexion arrive à ce moment là, si je me rends compte d'un point auquel je n'avais pas pensé, je n'y réfléchis pas, je le rajoute juste dans la liste des points à faire, et je finis ma tâche sans prendre en compte les nouvelles réflexions, quitte à écrire quelque chose de temporairement faux, pour aller au bout de ce que j'avais prévu sans sortir du flow justement.

Une fois réalisé la sous-tâche, d'autres sont probablement apparues, je la raie, et je réordonne les tâches en fonction de ma connaissance des points, et je passe à la suivante qui me parait "totalement claire" et sur laquelle il subsiste le moins de questionnements. Je continue comme ça à "dépiler" puis "empiler" (désolé pour les termes d'informaticien) jusqu'au bout des tâches. De bout en bout de la réalisation de la tâche, j'aurais été au maximum concentré, jamais pu réellement louper quelque chose (vu que tout est soit amené au bout de la réalisation, soit noté pour réalisation ultérieure).

J'ai essayé ça dans ma vie "pas pro" et ça fonctionne aussi pas mal. Mon tableau blanc est devenu mon meilleur ami :) Par contre, c'est plus compliqué quand on ne peut pas "remplacer" aussi facilement que sur un ordinateur ;) Si jamais vous avez des astuces là dessus, n'hésitez pas ;-)

Avatar du membre
Raphaël
Messages : 411
Enregistré le : sam. 19 janv. 2013 10:06
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rouen
Âge : 36

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Raphaël » mar. 15 déc. 2015 12:24

Je voulais juste indiquer que l'état de flow est une sensation recherchée dans le jeu vidéo, en France on parle souvent de "rentrer dans la Zone".

Cette sensation nécessite une bonne connaissance du jeu au niveau manipulation, afin que l'on n'aie plus besoin de penser à la manette. Les jeux demandant une concentration importante, comme les jeux de course ou les jeux de combat facilitent l'entrée dans ce état de flow.

Des jeux aux manipulations simples mais au challenge élevé peuvent aussi provoquer cet état de flow, tel Tétris!

Je ne vais pas faire une liste de jeux qui peuvent provoquer cet état chez ma personne. Mais je tiens juste à indiquer que Wipeout HD et HD Fury (jeux de course futuriste avec des vaisseaux évoluant au dessus du sol avec de la musique techno) disposent d'un mode de jeu appelé Zone particulièrement propice à l'état de flow.

Dans ce mode, l'on joue en solo, sur un circuit dénudé aux couleurs psychédéliques se modifiant à chaque fois que l'on change de "zone", et donc de vitesse. Le jeu accélère donc progressivement... Le circuit que l'on connait rapidement par cœur défile de plus en plus vite sous nos yeux grands ouverts - les virages deviennent de plus en plus difficiles à prendre - le joueur utilise de plus en plus précisément ses aérofreins, accompagné par la musique électronique syncopée - le compteur de vitesse affiche des chiffres de plus en plus délirants - alors que défilent les lignes élégantes du décor, encore et encore comme si l'on parcourait de plus en plus vite le squelette du serpent Nidhögg devenu Ouroboros - puis, fatalement, l'on se désintègre contre un mur, notre vaisseau s’effilochant ligne par ligne de la même manière que notre égo et nos pensées subsidiaires durant la course contre la course...
Voiles et plumes
ont destinée commune
happer la caresse du vent

Avatar du membre
Melkoa
Messages : 349
Enregistré le : lun. 6 juil. 2015 21:15
Présentation : Par ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Melkoa » jeu. 17 déc. 2015 09:51

Hors-sujet
Haaaa, Wipeout... En effet bel état de flow en y jouant :inlove:
Et vice versa.

invité123

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par invité123 » jeu. 17 déc. 2015 12:37

Melkoa a écrit :
Hors-sujet
Haaaa, Wipeout... En effet bel état de flow en y jouant :inlove:
C'est également avec ce jeu, surtout le 2ème, wipeout 2097 (ou xl selon les pays), que j'ai connu des états de flow en jouant. :)

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Grabote » jeu. 17 déc. 2015 14:18

En plein flow de peinture depuis quelques jours :ensoleillé:
ça monte doucement, et puis ça s'arrête plus ... que c'est booonnnn !!!
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
RegisRobert
Messages : 271
Enregistré le : jeu. 22 sept. 2016 14:02
Présentation : Ni Regis, ni Robert
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 27

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par RegisRobert » mar. 27 déc. 2016 21:24

Le flow. Ça me fait pas mal penser à l'hyperfocalisation.

C'est un état dans lequel je réussissais à me mettre parfois à la fac ou au secondaire. C'était assez ritualisé avec toujours le même groupe de rock instrumental, souvent tard le soir. Dans ces moments-là j'abattais une quantité de travail astronomique mais je ressortais épuisé avec la carafe en surchauffe. Après ça, plus moyen de bosser jusqu'au lendemain.
Artiste presque assumé.

Titi

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Titi » mer. 28 déc. 2016 12:44

Cela m'arrive en jouant effectivement aux jeux vidéos(FPS), mais aussi en faisant une tâche bien définie et architecturée, par exemple si je dois retrouver une panne électrique dans une installation.
Le problème étant que j'ai quelques petits soucis de concentration (hyper-actif étant plus jeune, faux calme timide aujourd'hui), je suis beaucoup plus propice à cela dans un climat mental sûr :
si je ne suis pas angoissé, et si je me persuade de ma capacité a franchir l'obstacle.
Plus ça avance plus les périodes sont rapprochées, pour ma part la difficulté première pour vivre cet état, c'est tout simplement mon égo qui m'empêche encore des fois de relativiser mes échecs, ou d'accepter qu'une autre personne puisse les voir.
Donc en solo, sur les jeux ou solo dans mon métier, le "flow" est assez abordable , en revanche en multi ou avec du monde(observateurs, acteurs ou passifs) , cela devient plus difficile et me demande beaucoup plus d'efforts pour me détacher de tout sentiments et de m'affirmer sur le moment.
Comme le dit Regis ou Raphaël une bande son musicale est la bienvenue, je ne pense pas que le style de musique influe sur le long terme de cet effet, mais bel et bien au début, de par le ressenti de l'auditeur (joie, calme, etc) , ensuite, elle sert plus de barrière au monde extérieur, (moi je la vois comme une arène où, intramuros, je peux être tranquille protégé des "agressions" extérieures (muni d'un casque audio).
La distraction auditive doit jouer sur tout ça, toujours aux aguets même dans le calme, au boulot par ex je me sent mieux avec un casque antibruit sur la tête faute d’écouteurs musicaux, la je suis dans mon monde tout seul et tranquille.
Ensuite la ou mon égo me joue encore des tours, c'est lors que je m’aperçois, de cet effet de "zone".
Je me met alors a me juger à me contrôler, a trop réfléchir sur ce que je dois faire et la c'est la fin de l'extase...
En résumé il faut se détendre être en accord et surtout croire en soi!
Je ne suis pas psychologue, je ne fais qu'expliquer "mon" analyse sur "mon" cas, je dis ça, car je peux parfois être maladroit sans m'en rendre compte sur le moment ! :o

sylvainm
Messages : 21
Enregistré le : ven. 23 déc. 2016 00:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8062.html
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Localisation : Est Eure et Loir
Âge : 26

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par sylvainm » mer. 8 févr. 2017 18:39

Intéressant ce sujet, je me suis rendu compte que j'arrivais a des stades de concentration vraiment puissants pour que je sois complètement absorbé dedans (par exemple je peux passer 6/8h de suite sur un PowerPoint a faire sans décrocher 1 seconde et sans ressentir aucune gène.

J'ai l'impression que tout s'accélère, et que tout est décuplé, et que je peux faire un énorme travail en un temps très court, après c'est vrai que je m'y prends toujours à la dernière minute ou presque pour faire les choses.

Le seul souci c'est que je suis dans cet état de façon récurrente, surtout derrière mon ordi (par exemple pilotage virtuel) mais aussi dans la vie quotidienne (optimisation a outrance) que ça me déconnecte complètement de ce qui se passe autour de moi et je subis les reproches de mes parents de ne rien écouter ou entendre, mais en tout cas, je pense que cela pourrait m'être bénéfique au travail si j'en trouve un.
23 ans, TED NS (maintenant TSA) diagnostiqué en 2001 mais connu en 2016
Test MENSA le 5/2/2017, résultat : admissible a MENSA (reçu le 14/3/2017)

Différente
Messages : 270
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Différente » mer. 8 févr. 2017 19:58

sylvainm a écrit :Intéressant ce sujet, je me suis rendu compte que j'arrivais a des stades de concentration vraiment puissants pour que je sois complètement absorbé dedans (par exemple je peux passer 6/8h de suite sur un PowerPoint a faire sans décrocher 1 seconde et sans ressentir aucune gène.

J'ai l'impression que tout s'accélère, et que tout est décuplé, et que je peux faire un énorme travail en un temps très court, après c'est vrai que je m'y prends toujours à la dernière minute ou presque pour faire les choses.
Je suis exactement comme toi à un détail près : en même temps je regarde la télévision et j'arrive à suivre les deux.

Je peux te faire un résumé des deux téléfilms de cet après midi sur M6 pourtant je n'ai pas cessé de travailler mes cours depuis ce matin 10h et j'y suis encore. Actuellement je vis seule donc je n'essuie aucun reproche de quiconque mais quand j'étais chez mes parents c'était le même chose.

En fait je me souviens très bien du moment où j'ai commencé à me "dédoubler" dans le sens où j'ai commencé à me concentrer sur mon travail tout en pouvant faire autre chose à côté (regarder la télévision, suivre des conversations, observer les autres...). Au début grosse fatigue et mal de tête assurées mais plus maintenant, c'est un automatisme. Je suis même incapable de faire une tâche intellectuelle durable sans faire autre chose en même temps (à la fac je recopiais mes cours de physique pendant que j'écoutais le cours de biologie, ou je regardais des séries sur mon ordinateur, à la maison la télévision est toujours allumée, etc.).

Quant à l'état de flow tel qu'il est défini sur Wiki, effectivement je le vis ponctuellement : pendant un match de foot dernièrement ou en effectuant un travail de quelques heures sur l'ordinateur (power point, dessin, etc.).
« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar du membre
-Olivier-
Messages : 1416
Enregistré le : jeu. 17 nov. 2016 16:52
Présentation : pʁe.zɑ̃.ta.sjɔ̃
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Par ci par là
Âge : 49

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par -Olivier- » mer. 8 févr. 2017 21:21

Je ne sais pas si cela a à voir avec le flow, mais lorsque je fais des recherches dans des documents de 7 ou 800 pages(pour le job) je programme le système pour mettre en couleur le terme de ma recherche, ensuite, je mets ma vision en mode "flou" enfin, je ne sais pas comment dire, et je peux balayer le doc en 4-5minutes, la couleur me saute au "cerveau". Quand je fais ça avec une autre personne, en général, elle ne voit rien, ça va trop vite.
Dans un autre domaine, si je veux lire un livre rapidement sans perturbations extérieures, je suis obligé de mettre de la musique ou une emission de radio. Dans ce cas, je double la vitesse et surtout, j'élimine tous les temps d'absence de lecture.
Je vais réfléchir au sujet, car je crois avoir d'autres moments où je passe en mode "bizarre" mais sur-efficient.
Mes certitudes ne valent que si vous en doutez

Lost again
Messages : 61
Enregistré le : sam. 3 déc. 2016 13:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Neverland
Âge : 49

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Lost again » ven. 10 févr. 2017 14:33

Bonjour,

Je ne crois pas que l'état de flow soit lié à la "sur efficience" .. Je pense que tout le monde le ressent parfois lors d'activité necessitant une forte concentration .. non ?
:^)
"l'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites"
A. Camus

dani
Messages : 840
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par dani » ven. 10 févr. 2017 16:58

Lost again a écrit :Bonjour,

Je ne crois pas que l'état de flow soit lié à la "sur efficience" .. Je pense que tout le monde le ressent parfois lors d'activité necessitant une forte concentration .. non ?
:^)
J'allais faire le même commentaire :)

Par contre, ce qui doit certainement changer c'est la quantité de boulot abattu durant le même temps de concentration, la profondeur de l'analyse, l'aptitude à faire deux choses en même temps, etc.
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)

Avatar du membre
-Olivier-
Messages : 1416
Enregistré le : jeu. 17 nov. 2016 16:52
Présentation : pʁe.zɑ̃.ta.sjɔ̃
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Par ci par là
Âge : 49

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par -Olivier- » ven. 10 févr. 2017 19:12

Hors-sujet
Lost again a écrit :Je ne crois pas que l'état de flow soit lié à là "sur efficience"
Lorsque je parle de surefficience, ce n'est que par rapport à moi même. L'hyper concentration lorsqu'elle est possible, permet certainement à tous une capacité de travail et de réflexion accrue.
Loin de moi la pensée que seuls les HPI puissent avoir accès à cet état. :1cache:
Mes certitudes ne valent que si vous en doutez

sylvainm
Messages : 21
Enregistré le : ven. 23 déc. 2016 00:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8062.html
Profil : En questionnement
Test : MENSA
Localisation : Est Eure et Loir
Âge : 26

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par sylvainm » lun. 20 févr. 2017 11:56

Différente a écrit :
sylvainm a écrit :Intéressant ce sujet, je me suis rendu compte que j'arrivais a des stades de concentration vraiment puissants pour que je sois complètement absorbé dedans (par exemple je peux passer 6/8h de suite sur un PowerPoint a faire sans décrocher 1 seconde et sans ressentir aucune gène.

J'ai l'impression que tout s'accélère, et que tout est décuplé, et que je peux faire un énorme travail en un temps très court, après c'est vrai que je m'y prends toujours à la dernière minute ou presque pour faire les choses.
Je suis exactement comme toi à un détail près : en même temps je regarde la télévision et j'arrive à suivre les deux.

Je peux te faire un résumé des deux téléfilms de cet après midi sur M6 pourtant je n'ai pas cessé de travailler mes cours depuis ce matin 10h et j'y suis encore. Actuellement je vis seule donc je n'essuie aucun reproche de quiconque mais quand j'étais chez mes parents c'était le même chose.

En fait je me souviens très bien du moment où j'ai commencé à me "dédoubler" dans le sens où j'ai commencé à me concentrer sur mon travail tout en pouvant faire autre chose à côté (regarder la télévision, suivre des conversations, observer les autres...). Au début grosse fatigue et mal de tête assurées mais plus maintenant, c'est un automatisme. Je suis même incapable de faire une tâche intellectuelle durable sans faire autre chose en même temps (à la fac je recopiais mes cours de physique pendant que j'écoutais le cours de biologie, ou je regardais des séries sur mon ordinateur, à la maison la télévision est toujours allumée, etc.).

Quant à l'état de flow tel qu'il est défini sur Wiki, effectivement je le vis ponctuellement : pendant un match de foot dernièrement ou en effectuant un travail de quelques heures sur l'ordinateur (power point, dessin, etc.).
Ah la par contre, non pas possible, je n'arrive pas à faire 2 choses à la fois (en tout cas pas de façon efficace), mais quand je suis pas dérangé, la ça marche super bien :)
23 ans, TED NS (maintenant TSA) diagnostiqué en 2001 mais connu en 2016
Test MENSA le 5/2/2017, résultat : admissible a MENSA (reçu le 14/3/2017)

Avatar du membre
Hercules
Messages : 23
Enregistré le : lun. 17 juin 2019 14:13
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Manche

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Hercules » lun. 29 juil. 2019 14:26

Bonjour à @Nada et à tout le monde,
Je connais aussi cette sensation de flow. Je l'ai connue tout d'abord sous le terme de "flux". En sport, quand je faisais du volley-ball, c'étaient ces moments de parfaite succession des gestes, où le temps n'est plus vécu comme quelque chose qui passe, mais comme quelque chose de créé. Le geste est fait, et le geste crée le temps. Superbes instants, mémorables ! Remplissants !
L'âge et le travail ne m'ont plus permis de continuer à vivre de tels moments en sport. Mais quand j'écris, quand je contemple mon jardin, je sens parfois que le temps s'arrête, et "tout descend d'un coup". Comme une petit barrage qui s'ouvre, déversant des compréhensions profondes et des idées nouvelles. Des visions nouvelles.
Cependant, ces moments ne sont jamais volontaires. Ils arrivent quand ils doivent arriver, je suppose.
Mon ex-amie, qui était certainement HP, me disait souvent qu'il fallait vivre de tels moments. Que c'était le signe qu'on s'épanouissait dans son travail / vie / activité.
J'en ai eu beaucoup, mais même à ça je me suis habitué. Ça n'a plus rien de "chouette". Ça n'a plus rien de motivant pour la suite d'être au sommet de soi-même. Oui, parfois j'ai de superbes idées, parfois je suis super-créatif, super-organisé. À l'inverse parfois j'ai des ratés. Bref : à quoi bon ces moments de flow, finalement ? Est-ce qu'il y a "quelque chose" de plus grand, ensuite ? Une étape suivante ?
À propos, je croie que mes chats sont souvent, si ce n'est tout le temps, dans le flow. Ils sont "parfaitement chats". Non non, je suis sérieux quand j'écris ça.
Donc : on vit des instants de flow, on est au sommet de soi, on incarne l'humanité qui s'épanouit, et ... ensuite ? The end ? L'illumination et, cf. le bouddhisme, le choix qui nous serait offert soit de continuer à vivre sur terre pour aider les autres, soit de quitter la vie humaine, pour aller sur un "autre plan" d'existence (celui des demi-dieux).
Quand je pense que j'ai un voison cas soc' qui est scotché devant la télé toute la journée et qui n'arrive même pas à se motiver pour tailler sa haie une fois par an...
(ça c'est pour revenir dans la réalité quotidienne).
Voilà.
Hercules le chat écri-en vain et jardi-niais :elepb: Non, c'est pas vrai ! En fait, si. Ça dépend de mon moral, qui varie fortement d'un jour à l'autre.

Avatar du membre
Swinn
Messages : 906
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : Tel Monsieur Jourdain...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Re: Déclenchement volontaire de l'état de flow

Message par Swinn » mer. 31 juil. 2019 17:41

Un état de flow que j'atteins ma foi assez souvent, c'est quand je joue des congas soit en accompagnant de la musique sur YT soit que je joue avec des gens.
La musique est bonne, le son pas mal (bon, je manque vraiment de technique de ce coté là !), mais la mise en place et le groove parfait.
Là c'est un véritable état de flow qui se traduit par une (presque) parfaite sensation de ici et maintenant. Je frappe la peau ici, pour le son souhaité, et maintenant pour la précision rythmique et tout semble totalement naturel.

C'est un état que de nombreux musiciens atteignent lorsque tout la musique est vraiment calée avec les sonorités justes, et ce, indépendamment du style.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran

Répondre