Page 1 sur 1

Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soit ?

Posté : jeu. 18 juil. 2013 13:58
par Petit Pingouin
Je n'ai pas trouvé d’occurrence de cette question sur ce forum.
En tout cas j'espère qu'elle ne recroise pas trop d'autres sujets.

Sachant la part de génétique qui gouverne nos vies, l'idée évoquée dans la question semble peu probable.
On parle souvent d'enfants surdoués de parents surdoués, mais rarement de parents surdoués de parents surdoués d'enfants surdoués...

Je n'ai pas fait de test donc je ne peux pas témoigner de manière pertinente sur la question.
Mais je serais très curieux de lire des témoignages à ce sujet.
J'ai déjà lu ici ou là que certains d'entre vous ont l'impression d'être des extra-terrestres dans leur famille...
Ce qui pourrait être un indice.

Qu'en pensez-vous ?

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : jeu. 18 juil. 2013 14:57
par Mlle Rose
Il y a des études, il faudrait les retrouver, et je crois que c'est publié dans la partie documentation du forum.

La réponse à ta question est oui, ce n'est pas systématique.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 19 juil. 2013 07:43
par Thibaud
En effet, on devrait trouver des études statistiques la dessus.
Mes parents ont été testé à l'age de 22 ans, puis 45 ans (ils étaient militaires), alors ce n'était pas des test identique comme aujourd'hui (les test ont eu lieu en 1973 et 1995) et aucun d'eux n'a été détecté HP. De mémoire les dernier résultats étaient entre 100 et 110.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 19 juil. 2013 18:41
par Petit Pingouin
Mlle Rose a écrit :Il y a des études, il faudrait les retrouver, et je crois que c'est publié dans la partie documentation du forum.

La réponse à ta question est oui, ce n'est pas systématique.
Ok. Je vais éplucher tout ça alors.
Cette question me fascine un peu.
C'est quand même bien mystérieux tout ça.

Enfin... il doit bien y avoir des cas où deux parents de petite taille engendrent un enfant immense... :grattelatete:

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 19 juil. 2013 18:48
par Mlle Rose
Et des cas où un enfant noir naît de l'union de deux parents blancs sans pour autant qu'il y ait eu cocufiage.

La génétique est encore une science mystérieuse sur bien des aspects. Concernant la douance, "on" pense que la génétique est probablement la meilleure piste, mais ce n'est pas certain à 100%.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 19 juil. 2013 20:40
par Miss dans la lune
S'il y a autant de chance de faire un bébé noir quand on est blanc, que de faire un enfant surdoué quand on est tarte, la proba est faible ;)
Ce qu'il faudrait, c'est trouver des jumeaux surdoués, élevés dans 2 familles diamétralement opposé (style famille papou versus famille texane au hasard) pour justifier une cause génétique.
M'enfin je ne vois pas comment les facteurs environnementaux ne pourraient pas être déterminants...
D'ailleurs est-ce possible de faire passer un WAIS à un papou et que le résultat soit significatif? Qui sont les cobayes de ces tests?

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 19 juil. 2013 21:15
par Petit Pingouin
En fait le facteur environnemental n'a pas l'air de compter beaucoup en ce qui concerne la surdouance :
Je ne sais plus où j'ai lu cela - je vais essayer de retrouver -, mais des tests psychométriques effectués auprès de deux jumeaux surdoués élevés dans deux familles de niveau socio-culturel très différent - genre Groseille et Le Quesnoy - a démontré que l'environnement familial n'avait qu'un très faible impact sur le quotient intellectuel.
Le petit élevé chez les Groseille avait un QI très légèrement inférieur à celui de son frère élevé chez les Le Quesnoy.

Si j'ai bien assimilé mes lectures sur la question :lire2: , la surdouance c'est avant tout un réseau neuronal plus dense que la moyenne. De là découle une plus grande rapidité de transmission des informations sensorielles et émotionnelles ainsi qu'une capacité de réflexion plus arborescente etc.

Après, tout cela est sûrement encore beaucoup plus complexe et recèle une part de mystère sûrement très vaste.
Mais je ne peux m'empêcher de réagir à cette tentation de séparer nettement inné / acquis (ou gènes et environnement).
Je me souviens d'une conférence durant laquelle un généticien affirmait :
"on n'a jamais vu gène sans environnement. Donc on n'a pas de certitude quand à la fonction de tel ou tel gène sachant que l'information qu'il détient peut très bien s'exprimer de manière différente dans un environnement différent. Ce qui est sûr en revanche, c'est que nous sommes des êtres dont le programme de base est contenu dans les gènes. Vous ne verrez jamais une souris voler ou un dauphin pondre un oeuf. Ils ne possèdent pas cette information génétique en eux".
Gènes et environnement, c'est un peu comme l'espace et le temps : en fait, c'est indisociable.

Je crois que toute la question c'est : qu'est-ce qui conduit notre programme génétique à densifier le réseau neuronal au cours du développement foetal ?

Mais peut-être que je me trompe... :silence:
Ce n'est pas un domaine que je maitrise !

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mer. 31 juil. 2013 12:38
par atlantel
Et bien moi, mon père l'était. J'ai des doutes sur ma mère (doute positif) mais mes cousines du côté de mon père le sont et leurs enfants aussi (tous les enfants n'ont pas été tous testés mais ça se voit comme le nez au milieu de la figure pour ceux qui n'ont pas encore été envoyés chez un psy). Mon oncle aussi probablement (leur père).
Bref dans mon cas, j'ai bien l'impression que c'est familial.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 2 août 2013 10:11
par sandrinef
Il faudrait à mon sens davantage détailler la notion d'environnement. "deux familles de niveau socio-culturel très différent ": peut-être, mais pas seulement, si?
Pour moi l'environnement pouvant influer sur le jeune surdoué ne concerne pas le milieu socio culturel dans lequel il vit.
Je pense davantage à un environnement accueillant ou hostile, qui influerait sur le développement du potentiel de l'enfant. Mais cet enfant est né surdoué... :grattelatete:
A mon avis,l'environnement ne crée pas le surdon, il l'inhibe ou lui permet de s'épanouir.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : ven. 2 août 2013 12:32
par W4x
sandrinef a écrit :Il faudrait à mon sens davantage détailler la notion d'environnement. "deux familles de niveau socio-culturel très différent ": peut-être, mais pas seulement, si?
Pour moi l'environnement pouvant influer sur le jeune surdoué ne concerne pas le milieu socio culturel dans lequel il vit.
Je pense davantage à un environnement accueillant ou hostile, qui influerait sur le développement du potentiel de l'enfant. Mais cet enfant est né surdoué... :grattelatete:
A mon avis,l'environnement ne crée pas le surdon, il l'inhibe ou lui permet de s'épanouir.
Il est évident que ce n'est pas l'environnement, et je ne pense pas même que les conditions d'épanouissement y fassent quelque chose. Que le milieu soit accueillant ou hostile, très stimulant ou pas du tout, ça ne changera pas foncièrement le dedans de la tête du gamin. Ça jouera très certainement sur sa scolarité et sa vie future, mais à mon avis pas sur sa douance, sauf si l'un des deux déclare la guerre à ses neurones à coup de substances...

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : sam. 3 août 2013 12:32
par Petit Pingouin
Je rejoins W4x sur la question.
L'environnement affectif joue sûrement sur l'épanouissement de l'enfant.
Très probablement pas sur son fonctionnement cérébral. Un surdoué non épanoui reste un surdoué.
Je ne vois pas comment il est possible d'inhiber un fonctionnement cérébral si ce n'est effectivement à coup de substances ou par prélèvement d'un bout de cerveau...

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : sam. 3 août 2013 12:42
par Keegane
Il est possible de rapprocher ça au complexe de l'albatros, non ? Le fait d'inhiber son potentiel, j'entends.

Rien à voir, mais du coup W4x, tu aurais des études sur l'état cérébral d'un surdoué post-guerre à coup de substances ?

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : sam. 3 août 2013 14:09
par Petit Pingouin
Ah oui, très juste Keegane.

Mais pour le complexe de l'albatros, juste une tentative de nuance : si je ne me trompe pas, ça n'inhibe pas vraiment les aptitudes mais le recours à ces aptitudes. Les aptitudes ou le potentiel ne disparaissent pas. Le sujet s'empêche de les exploiter par blocage psychologique, sans forcément en avoir conscience d'ailleurs. Cela dit, les personnes sujettes au complexe de l'albatros demeurent surdouées.

Après, la nuance peut paraître très ténue j'imagine.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : sam. 3 août 2013 14:41
par Keegane
Je suis d'accord avec toi sur cette nuance, et c'est celle là que j'entendais. Juste en réponse à la possibilité d'inhiber son potentiel ;) Après, je ne sais pas s'il est possible de le faire baisser concrètement.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : sam. 3 août 2013 15:25
par W4x
Hors-sujet
Keegane a écrit :Rien à voir, mais du coup W4x, tu aurais des études sur l'état cérébral d'un surdoué post-guerre à coup de substances ?
Pas vraiment, mais partant du constat destructeur sur le cerveau des substances modifiant la conscience, que l'on soit surdoué ou non il me semble clair qu'à plus ou moins long terme on y laisse des plumes...

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : lun. 5 août 2013 17:11
par sourizeante
Hors-sujet
petit pingouin a écrit :Un surdoué non épanoui reste un surdoué
Ben, je n'en suis pas si sûre. Dans certains cas peut etre, mais dans le cas où le surdouement s'accompagne d'une empathie ultra développée, je crains que le développement intellectuel n'en patisse.

Il me semble qu'il y a eu des études sur l'impact du lien social et du toucher sur le développement, mais je n'ai pas retrouvé.
En lien indirect "http://www.scienceshumaines.com/le-deba ... 24830.html"
Sinon, pour revenir au sujet de départ, il y a des stats ici http://www.douance.org/qi/qicorrel.htm
mais comme toutes statistiques, elles doivent être prises avec toute la réserve nécessaire quant à leur production. :)

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : lun. 5 août 2013 18:26
par Petit Pingouin
sourizeante a écrit :
Hors-sujet
petit pingouin a écrit :Un surdoué non épanoui reste un surdoué
Ben, je n'en suis pas si sûre. Dans certains cas peut etre, mais dans le cas où le surdouement s'accompagne d'une empathie ultra développée, je crains que le développement intellectuel n'en patisse.
Je suis tenté de répondre avec un tout petit peu de provocation : un surdoué idiot reste un surdoué. ;)

Pour le coup, je n'ai pas d'hypothèse sur le rapport entre empathie surdéveloppé et développement intellectuel...

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mar. 6 août 2013 13:24
par sourizeante
Oui, bon, c'est vrai, j'ai fait un "léger" raccourci, qui fait que je mérite surement cette petite pique. :)

Je vais donc m'efforcer de donner à ma reflexion le niveau de précision requise.
Ce que je voulais faire remarquer, c'est que des études ont amené à considérerun lien entre le développement intellectuel et la stimulation affective et emotionnelle.
Ainsi, un enfant, surdoué ou non, qui serait elevé sans affection pourrait ne pas développer les mêmes compétences que s'il était dans un environnement emotionnellement et affectivement riche.

En partant de ces constatations (cf le lien de mon post précédent), et considérant que la sensibilité et l'empathie sont souvent très développées chez les surdoués , je me pose la question suivante :
S'il y a un lien entre développement intellectuel et epanouissement affectif et emotionnel, et , si les surdoués sont plus permeables aux émotions, l'absence de ce type de stimulation ne risque-t-elle pas d'avoir encore plus d'impacts négatifs chez eux?

Est-ce plus acceptable formulé ainsi ? :)

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mar. 6 août 2013 13:48
par Petit Pingouin
sourizeante a écrit : Est-ce plus acceptable formulé ainsi ? :)
C'était déjà fort acceptable dans ton précédent message ! :D

Mais oui, j'imagine bien que dans tous les cas - surdoué ou pas - une carence affective ne favorise pas l'épanouissement intellectuel.
Et si la douance accentue le besoin d'affection comme elle rend plus sensible à l'absence d'affection, alors effectivement, je rejoins ta proposition.

C'est juste que comme il est tout à fait possible d'avoir un QI de 150 sans être pour autant surdoué, j'imagine qu'on peut également avoir un QI de 120 tout en étant "diagnostiqué" surdoué... :grattelatete:
Ou pas ?!?

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mar. 6 août 2013 13:58
par W4x
Petit Pingouin a écrit :C'est juste que comme il est tout à fait possible d'avoir un QI de 150 sans être pour autant surdoué, j'imagine qu'on peut également avoir un QI de 120 tout en étant "diagnostiqué" surdoué... :grattelatete:
Ou pas ?!?
Le sujet revient régulièrement sur la table, on en parle ça et là sur le forum notamment dans les cas de bilans non concluants (et sans doute ailleurs). On peut être surdoué à moins de 130, comme on le répète ce n'est qu'une barrière statistique et seul l'avis du psy fait foi, par contre quand on est au-dessus, oui, le test permet précisément de conclure à la douance.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mar. 6 août 2013 14:04
par Petit Pingouin
W4x a écrit :par contre quand on est au-dessus [de 130], oui, le test permet précisément de conclure à la douance.
Au risque de paraître paresseux en n'allant pas fouiner sur le forum, je te repose directement la question pour être sûr de bien comprendre :
Au dessus de 130, on est forcément surdoué ?
On ne peut pas être juste brillant intellectuellement sans forcément avoir les autres spécificité de la douance ?

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mar. 6 août 2013 16:17
par W4x
Petit Pingouin a écrit :
W4x a écrit :par contre quand on est au-dessus [de 130], oui, le test permet précisément de conclure à la douance.
Au risque de paraître paresseux en n'allant pas fouiner sur le forum, je te repose directement la question pour être sûr de bien comprendre :
Au dessus de 130, on est forcément surdoué ?
On ne peut pas être juste brillant intellectuellement sans forcément avoir les autres spécificité de la douance ?
Au dessus de 130 sur l'échelle de Wechsler oui. Et encore c'est juste une question de statistiques. Ce que le test permet d'ausculter et mesurer justement, c'est un fonctionnement cognitif bien particulier que certaines personnes n'ont pas même en étant très brillantes.
Je t'invite tout de même à lire (et participer!) sur le sujet concernant le WAIS IV car à mon sens il faut aller un peu plus au fond des choses sur la question et au moins savoir comment le test a été élaboré, pour pouvoir en comprendre les conclusions.
D'autre part je viens de m'apercevoir que j'aurais pu citer ce message de Tournesol qui explique très bien la chose, en réponse à une question de l'ordre de celle que tu soulèves. Le reste de la conversation vaut le coup également :wink:

Ici on recentrera le sujet ^^

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : dim. 16 mars 2014 21:32
par stok
Bonjour. J'ai vu un reportage télévisé, il y a peut être 15 ou 20 ans de ça, qui se présentait comme suit :

Une famille (nombreuse) de bons français moyens issus de la France profonde : simples. Chaleureux. Ils avaient une fille (ou une sœur pour les enfants) "surdoué". Elle était THQI et également de très très bons résultats scolaires (Plusieurs années d'avance en terminale, du fait des multiples saut de classes, et des résultats plus qu'excellent). Le reportage donnait très fortement l'impression que cette douance mesurée par les tests peut frapper n'importe où :). Les parents étaient dépassés, et faisaient confiance à leur fille et aux psychologues/enseignants.

Re: Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soi

Posté : mar. 18 mars 2014 09:46
par zwip
Petit Pingouin a écrit :En fait le facteur environnemental n'a pas l'air de compter beaucoup en ce qui concerne la surdouance : Je ne sais plus où j'ai lu cela - je vais essayer de retrouver -, mais des tests psychométriques effectués auprès de deux jumeaux surdoués élevés dans deux familles de niveau socio-culturel très différent - genre Groseille et Le Quesnoy - a démontré que l'environnement familial n'avait qu'un très faible impact sur le quotient intellectuel.
Le petit élevé chez les Groseille avait un QI très légèrement inférieur à celui de son frère élevé chez les Le Quesnoy.
Peut-être était-ce cet article sur l'héritabilité de l'intelligence (évoquant entre autres des cas de jumeaux) : http://douance.org/qi/benesteau.htm ? On peut y lire, entre autre choses :
La corrélation (niveau intellectuel) parents-enfants est de r+.45. Si ces enfants sont adoptés, dès la naissance, et élevés par des parents adoptifs avec lesquels ils ne partagent pas de patrimoine génétique (00%), ils ressemblent pratiquement autant à leurs parents biologiques (r+.43) qu'ils n'ont jamais connus que s'ils avaient été élevés par eux.

Par contre la ressemblance intellectuelle entre les enfants adoptés et leurs parents adoptifs, qui les ont toujours élevés, est de r+.15 dans l'enfance ~r.00 à maturité, c'est-à-dire la même que ce que l'on observe entre des personnes sans parenté génétique élevés ensemble (...).

On n'est jamais arrivé à de telles concordances en exerçant des pressions éducatives et environnementales sur des individus qui n'ont pas de parenté génétique (...) : les enfants continuent de ressembler davantage à leurs parents, et les variations du QI liées aux modifications environnementales sont au mieux de 10 à 15%, quand elles persistent.

Enfin une proportion non négligeable de faux jumeaux élevés comme des vrais, ou de vrais jumeaux considérés à tort comme des faux, continuent de se conduire en fonction de leurs parentés génétiques respectives et non en fonction de ce qu'on a attendu d'eux, càd les résultats sont, pour les premiers, ceux des DZ [dizygotes], pour les seconds, ceux des MZ [monozygotes].