supériorité/égalité - le faux débat

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Répondre
Avatar du membre
lady space
Messages : 1994
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

supériorité/égalité - le faux débat

Message par lady space » mar. 27 déc. 2011 19:44

Je vois sur ce forum pas mal de personnes qui se battent dans les méandres d'une notion de supériorité mal placée à mon avis, comme en témoignent des réflexions sur différents fils.

C'est pourquoi je voudrais livrer quelques réflexions philosophiques pour aider à clarifier et voir ce que ça vous inspire.

Nous naissons tous égaux - en droits (et devoirs) et en valeur.

Mais à part ces fondamentaux, nous naissons tous différents - grands, petits, aux yeux bleus, cheveux roux, avec des talents pour la musique, la menuiserie, les maths, des potentiels divers et variés et qu'en sais-je d'autre encore. Et heureusement car un monde où toutes les personnes seraient identiques ne serait non seulement bien triste mais l'espèce humaine condamnée à très court terme. Imaginez un instant que tout le monde serait cordonnier: on aura vite fait de mourir de faim.

Bizarrement, cette diversité ne pose pas beaucoup de problèmes dans les domaines professionnels, artistiques ou sportifs. Seulement, quand on parle de QI, tous les poils se hérissent ce qui n'est pas bien logique.

Prenons l'exemple d'un type qui fait près de 2m: c'est pratique pour cueillir des fruits en haut d'un arbre, beaucoup moins en avion ou dans une couchette SNCF. Mais est-ce qu'il aurait une quelconque supériorité? Non! Il est juste plus grand que la moyenne. Avec une telle taille, on peut le penser prédisposé à devenir basketteur. Toutefois, s'il a les données biomécaniques, le caractère et le talent pour, il peut tout aussi bien devenir un nageur de haut niveau. Si toutes les conditions sont réunis, il peut même faire partie du club très restreint au monde des hommes capables de nager le 100 crawl sous les 47 sec. Mais ça ne fait toujours pas de lui un homme supérieur à qui que ce soit, il nage juste plus vite.

Bien sûr qu'il va susciter de la part du grand public des sentiments mélangés de jalousie, d'admiration mais ses capacités ne vont pas choquer ni déranger d'un point de vue idéologique. Et tout le monde trouve normal qu'un gamin avec un talent pour un sport bien précis fasse un sport-études. Idem quand il s'agit d'un talent pour la musique, ça ne choque pas qu'une personne au don musical s'exerce et entre au conservatoire, on est même prêt à lui pardonner certains comportements de diva. Et elle va être jalousée par ses pairs et admirée par le grand public mais il n'y aura pas de considérations d'une supériorité quelconque.

Seulement, quand il s'agit d'intelligence, de QI, de facultés intellectuelles, appelez ça comme vous voudrez, on constate tout un tas de réactions épidermiques. Avoir un QI hors norme, ou statistiquement rare, est perçu comme une entorse à l'égalité, on crie à la supériorité, à l'élitisme, à l'arrogance et j'en passe. Aussi parfois de la part des personnes concernées qui butent sur cette notion de supériorité dont elles ne veulent pas.

Et pour cause car elle n'a pas lieu d'être. Je m'explique:

D'accord, j'ai des capacités verbales, de réflexion logique, à saisir des concepts abstraits hors du commun, je réfléchis plus vite aussi. Mais suis-je quelqu'un de supérieur pour autant? Certainement pas. J'ai juste quelques particularités que 98% de la population n'ont pas et les autres 98% des personnes ont des capacités que moi, je n'ai pas. Il s'agit d'une différence, rien de plus, et elle ne fait pas une meilleure personne. Elle a plutôt tendance à me compliquer un peu la vie par moments, mais ça, c'est un autre débat.

Si on veut absolument parler de valeur humaine (une idée qui ne me plaît pas vraiment; pour moi, tout être est de valeur égale et mérite respect et bienveillance), elle ne peut se situer que dans ce que chacun fait de ses capacités, peu importe de quel type de talent il s'agit. Et dans ce contexte on a vu qu'un QI élevé ne veut rien dire, tellement il peut être utilisé à faire le plus grand mal aussi. On pourrait éventuellement parler d'une plus grande responsabilité vu qu'avec des facultés extraordinaires on est capable de faire de plus gros dégâts aussi.

En résumé: QI moyen, HQI, THQI, ce sont des termes pour désigner une différence de fonctionnement, par là de vécu aussi mais en aucun cas d'une supériorité quelle qu'elle soit, ni d'infériorité d'ailleurs.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

IgnacePugnace

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par IgnacePugnace » mar. 27 déc. 2011 22:55

Tu entends quoi par valeur exactement?

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4681
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Cyrano » mer. 28 déc. 2011 08:33

Merci pour ça.

On l'a dit et répété des dizaines de fois, mais c'était bien de le formaliser.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
soazic
Messages : 1309
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par soazic » mer. 28 déc. 2011 11:18

je suis plus à l'aise avec l'idée que la "surdouance" ne se caractérise pas par des capacités supérieurs mais par des capacités plus larges.
pour moi le temr "surdoué" n'est pas très approprié: ce n'est pas en hauteur que cela se passe mais en largeur.

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5589
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 38

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Fabs le vaurien » mer. 28 déc. 2011 11:34

dans son livre, Cecile Bost dit que la douance est un amplificateur..
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Monsieur Noir
Messages : 442
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 00:42
Présentation : Back in Black
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IRL
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Monsieur Noir » mer. 28 déc. 2011 12:06

En l'absence d'étalon universellement reconnu, de toutes façons, la valeur humaine c'est finalement le pifomètre qui en décide. Et comme nous le dit fort justement le Système d'unités pifométriques, " Le pifomètre est strictement personnel, inaliénable, consubstantiel à l'individu et inutilisable par autrui."

Donc en fait, la valeur humaine est tout à fait subjective, et c'est très bien comme ça. Et puis, si les gens ont envie de me considérer comme un être supérieur, c'est leur problème, finalement. :angel4:
lady space a écrit :(une idée qui ne me plaît pas vraiment; pour moi, tout être est de valeur égale et mérite respect et bienveillance)
Qui ne te plaît pas, ou qui t'effraie ? Et pourquoi ? :pirate:
A la recherche de l'imperfection parfaite.

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4681
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Cyrano » mer. 28 déc. 2011 12:44

Monsieur Noir a écrit :En l'absence d'étalon universellement reconnu, de toutes façons, la valeur humaine c'est finalement le pifomètre qui en décide.
Fort justement formulé...
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
Monsieur Noir
Messages : 442
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 00:42
Présentation : Back in Black
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IRL
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Monsieur Noir » mer. 28 déc. 2011 13:02

Je rebondis, suivant le flot de mes pensées :

Si je m'interdis de donner plus de valeur à un être humain qu'à un autre, comment puis-je aimer ?
Pire, sachant que je suis egalement un etre humain, comment puis-je m'aimer ?

Puis-je décemment me retirer le droit de juger, et rester un être humain ?

Ensuite, ce à quoi je décide d'accorder de la valeur, c'est mon affaire. Et si le problème de la définition de l'intelligence était que précisément, l'intelligence est une notion subjective par nature, intrinsèquement, auquel cas vouloir la définir de manière universelle revient à en nier la nature, et donc à mesurer l'immesurable ?

Je vais en rester à ma définition première : "Capacité d'un autre à penser comme moi".
A la recherche de l'imperfection parfaite.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 11860
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par TourneLune » mer. 28 déc. 2011 13:15

On peut tout résumer à de la subjectivité, mais bon entre hitler et Gandhi, je pense quand même qu'on pourra trouver un certain consensus, voire même jusqu'à pousser l'audace à trouver que non, ils ont pas du tout la même valeur.
Qu'on ne puisse pas établir de classement linéaire de toute une population, certes, ça voudrait dire que les gens sont unidimensionnels.
Qu'on ne puisse effectuer aucune comparaison me semble tout aussi loin de la réalité.

Quant à une intelligence plus large.... Ben pas forcément non plus... Encore une fois, on ne parle pas de concepts à une seule dimension, que celle-ci soit la hauteur ou la largeur....
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4681
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Cyrano » mer. 28 déc. 2011 13:19

TourneLune a écrit :On peut tout résumer à de la subjectivité, mais bon entre hitler et Gandhi, je pense quand même qu'on pourra trouver un certain consensus, voire même jusqu'à pousser l'audace à trouver que non, ils ont pas du tout la même valeur.
A l'aune de notre échelle commune oui. Mais qu'en serait-il d'un individu qui proposerait une tout autre échelle ?

Y aurait-il un classement des échelles de valeurs ?
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 11860
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par TourneLune » mer. 28 déc. 2011 13:29

Moi je pense quand même qu'il y a qq chose de commun qu'on pourrait grosso modo définir comme "ce qui prolonge la vie". Après, qu'on se place au niveau de l'individu ou de l'espèce ce n'est pas exactement la même chose mais je crois qu'on aura tous tendance à placer le curseur quelque part entre les 2, jamais purement sur l'individu ou sur l'espèce.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6813
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Zyghna » mer. 28 déc. 2011 14:11

Je suis d'accord avec Ladyspace sur la notion de valeur intrinsèque à l'individu. Ce n'est pas parce qu'une personne est différente (ce que nous sommes tous) qu'elle doit être classée selon une échelle de valeur.
Nous avons tous notre propre code de morale, mais ce n'est pas une raison pour déprécier les autres. Reconnaître que nous n'avons pas d'affinité avec eux, certes, il ne faut pas se voiler la face, mais d'ici à dire qu'ils valent moins ou plus que nous, c'est faire fausse route.
La morale est avant tout une histoire de sauvegarde de l'espèce humaine (ne pas tuer, ne pas commettre l'inceste qui freine la diversité génétique, etc) et elle est à bien distinguer des caractéristiques de l'être humain.
Ensuite, le rapport à l'intelligence est beaucoup plus complexe. L'humanité à une fâcheuse habitude à la stagnation, et tout innovation à tendance à être regardée avec méfiance. Le fait de bousculer l'ordre établit est souvent le fait d'une intelligence supérieure à la normale, qui voit les défaillances du système et l'ancrage dans une stagnation allant à l'encontre de l'évolution.
On attend toujours beaucoup des personnes intelligentes tout en ayant peur des changements qu'elles pourraient apporter. Et aucune autre caractéristique n'est si potentiellement importante que l'intelligence.
Ensuite ce qu'on en fait c'est autre chose: les régimes dictatoriaux ont tendance à vite incorporer les intelligentia à leur système - en offrant une bonne place, ça limite les risques de contestations. Et ceux qui ne veulent pas rentrer dans le système sont réprimés, voire supprimés...

De fait, oui l'intelligence n'est qu'une caractéristique comme tant d'autres du point de vue de la valeur de l'individu. Mais du fait de sa valeur pour l'espèce, je ne suis pas sûre qu'on puisse si facilement la classer au même rang que les autres.
Vive les paradoxes humains...
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Monsieur Noir
Messages : 442
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 00:42
Présentation : Back in Black
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IRL
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Monsieur Noir » mer. 28 déc. 2011 16:07

Moi je pense quand même qu'il y a qq chose de commun qu'on pourrait grosso modo définir comme "ce qui prolonge la vie".
Je suis d'accord. Je dirais même que si on creuse bien, toute valeur est reliée à la perpétuation de la vie (à commencer par la mienne, puisqu'"on" m'en a refilé la charge), même indirectement.
A la recherche de l'imperfection parfaite.

Avatar du membre
Zil2blé
Messages : 811
Enregistré le : ven. 14 oct. 2011 21:00
Présentation : ma présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Zil2blé » jeu. 29 déc. 2011 12:53

Je trouve qu'il ne faut pas mélanger valeur de l'individu et intelligence. L'intelligence est mesurée. La valeur d'un individu est complètement subjective, et de plus elle est multicritères.
J'aime bien l'image de Ladyspace par rapport à la taille. Celui qui mesure plus de 2 mètres va certes avoir des prédispositions pour la nage ou le basket, mais va aussi se cogner fréquemment la tête dans les portes, va devoir acheter des chaussures sur mesures, avoir un lit hors normes, etc.. Il a des avantages et des inconvénients à être grand. Mais au moins, il le sait, on l'a mesuré, on ne le conteste pas.
Pour l'intelligence, c'est différent. Mais comme le souligne Zighna, il n'y a pas que des réticences devant la surdouance. En y repensant, j'ai rencontré tout au long de ma vie des gens qui m'ont soutenu, reconnu alors que moi-même je n'avais pas conscience de ma différence. Il faut aussi en parler.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 11860
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par TourneLune » jeu. 29 déc. 2011 13:07

Zil2blé a écrit :Je trouve qu'il ne faut pas mélanger valeur de l'individu et intelligence.
C'est tout l'objet du topic ;)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)

Avatar du membre
Zil2blé
Messages : 811
Enregistré le : ven. 14 oct. 2011 21:00
Présentation : ma présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Zil2blé » jeu. 29 déc. 2011 15:13

TourneLune a écrit :C'est tout l'objet du topic ;)
Hors-sujet
Tu as noté l'esprit de synthèse ! :$

Avatar du membre
rouzejp
Messages : 373
Enregistré le : mar. 8 nov. 2011 01:09
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par rouzejp » jeu. 29 déc. 2011 16:09

J'ai gommé le mot égalité de mon vocabulaire, pour moi nous sommes tous équivalents, au sens étymologique du terme.

Avatar du membre
Coccinelle
Chirurgien ès Poulet
Messages : 1970
Enregistré le : jeu. 30 juin 2011 18:05
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Coccinelle » jeu. 5 janv. 2012 18:04

@rouzejp moi je me trouve pas équivalente aux autres....nous avons les mêmes droits, les mêmes devoirs, nos vies ont autant le droit d'être sauvées mais je ne pense pas que nous sommes tous équilvalents, sinon j'irais me faire opérer opérer par le boulanger, je changerais les pneux du voisin, et mon voisin ira s'occuper des enfants en difficulté!

Quant à la mesure de la valeur humaine, je sais pas, c'est génant je trouve que ça me met mal à l'aise.
D'abord la valeur de mes enfants va être bien plus importante pour moi que pour n'importe qui d'autre, que dès qu'il y a amour ça multiplie exponentiellement la valeur "objective d'une personne" si toutefois elle peut etre objective.
Deuxièmement, si on voulait une mesure objective, par qui serait-elle réalisée? une sorte de Dieu (moi qui suis athée c'est pas possible), et surtout à quoi elle servirait? on risquerait d'en faire fort mauvais usage!!
La valeur d'une personne dépend forcément de l'amour qu'on lui porte, et pour les gens seuls, moi je trouve ça dérangeant car ça voudrait dire qu'ils aient moins de valeur et ça m'insupporte.

Alors je sais pas comment définir ne serait-ce que le concept de la valeur humaine. Toujours est-il que l'intelligence comme l'a très bien rappelé Lady space ne fait pas d'une personne quelqu'un de supérieure ou de "meilleure", c'est juste une composante.

Avatar du membre
lady space
Messages : 1994
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par lady space » jeu. 5 janv. 2012 18:40

Quand j'ai parlé de valeur, je pensais plutôt à une valeur universelle, de principe. Ma vie mérite autant d'être sauvée que celle de la dame âgée qui habite à côté de chez moi ou celle d'un enfant au fin fond de l'Afrique. Dans cette optique, il n'y a pas de supériorité.

Après bien sûr, dans la vraie vie, dans l'urgence il faut prendre des décisions quand il s'agit de sauver des vies d'un réel danger. Et comme il est impossible de sauver tout le monde tout seul, on est contraint d'opérer des choix en fonction de l'importance que l'on accorde à telle ou telle personne. C'est là qu'intervient l'amour qu'on a pour ses enfants par exemple.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12710
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Mlle Rose » mer. 28 mars 2012 15:54

J'ai mis en post-it, je crois que c'est un des trucs les plus essentiels à retenir en fait.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
Louise
Messages : 1087
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Louise » jeu. 5 avr. 2012 13:16

C'est également un sujet avec lequel je ne suis pas très à l'aise.

Je crois que c'est parce que "être plus intelligent, ou différemment-qui-fait-que-la-mesure-de-l'intelligence-augmente", contrairement à "courir plus vite" ou "sauter plus loin" :
1. dans la société d'aujourd'hui, c'est une valeur importante et reconnue, un outil qui aide à la "réussite"
2. ça touche à une certaine forme de croyance que le plus intelligent est doté de pouvoirs mystérieux et incompréhensibles, qui font qu'il va surement essayer de manipuler la masse tel un psychopathe dans un film américain, ou mettre à jour nos côtés sombres comme le mentaliste, et qu'il faut vite le mettre au bûcher (qui aime avoir le nez dans son caca?)
3. ça pose la question, que je développe plus bas, de l'élitisme, est ce que c'est possible, et /ou souhaitable que les gens "plus intelligents" ou "plus compétents" aient plus de pouvoirs/droits? (courir plus vite le 100m ne confère aucun pouvoir particulier)

Et mes questionnements liés au point 3. vont plutôt dans le sens élitisme vs égalitarisme. Ou libertarisme vs égalitarisme.
C'est ce lien, qui pose un peu la notion d'élitisme de nos jours http://www.bibl.ulaval.ca/doelec/pul/du ... hap19.html qui m'avait interpellée à la base, et puis une discussion fiévreuse avec mon boss d'il y a dix ans, j'avais 20 piges, on était en déplacement et il m'avait tenu un discours où pour lui, les savants, les experts, les élites
► Afficher le texte
devraient avoir le pouvoir d'imposer un monde meilleur (ou plus réfléchi) à la masse. (grosso modo hein)
Ça m'avait fait bondir, à la base c'est absolument contraire à la démocratie. Et d'un autre côté (je suis une piètre débatteuse orale, je m'étais emmêlée dans mes réponses... mais ses arguments étaient cohérents et fondés, et ça m'avait bcp interpellée).

Et ça fait partie des sujets qui me turlupinent à intervalles réguliers :
à vouloir absolument traiter tout le monde de manière égale, en droits certes, mais aussi en obligations, ou en parcours, on oublie que nous sommes tous différents, génétiquement, physiologiquement, et psychiquement (je pense que c'est pour ça que j'ai du mal à me positionner dans le féminisme, par ex, ou dans tous les trucs en -isme, plus généralement). J'ai plutôt tendance à prôner la liberté individuelle, et tout ce qui s'y oppose me fait réagir de façon épidermique et instinctive.
Hors-sujet
Je parle de liberté individuelle vs beaucoup de choses, vs les règles débiles par ex, tiens ça serait un autre sujet, ça, comment vous faites pour justifier, puis faire accepter des règles stupides à vos enfants, qui les remettent en cause, je sais pas quoi faire entre leur dire de
1.les détourner
2. en proposer d'autres, plus intelligentes
3. ne rien faire et faire avec.
Je suis très partagée entre leur faire comprendre la nécessité du cadre et des règles, et la nécessité de la remise en cause des règles inadaptées, et qui est légitime pr fixer les règles...?.
Je pourrais détailler cela sous deux aspects principalement (je n'ai pas de réponses, que des questions, pr le moment) :

Par exemple, nos élites politiques, je trouve qu'elles ressemblent assez peu à des élites selon la définition plus haut, dans le sens, ou déjà elles ne font pas ce que leur charge suppose qu'elles fassent. Le processus de sélection a biaisé la notion d'élite dans leur cas (avis tout personnel).
Mais en théorie, comment demander à un législateur de légiférer sans être expert, comment demander à nos hauts dirigeants et chefs d'entreprise de faire leur boulot s'ils ne font pas partie des "meilleurs" de leur branche? Si les élites accèdent aux pouvoirs, on peut supposer que logiquement, la masse ne s'en portera que mieux. Ce qui amène à la thèse de mon ex chef : donner plus de pouvoir, plus de souveraineté aux élites (dans son esprit, les élites sont les "savants").

Et là on en vient à l'aspect numéro deux : si les élites ont plus de souveraineté, elles vont imposer à la masse des choix que celle ci ne peut appréhender ou comprendre, par définition. Et quand cela déboule dans la sphère privée ou dans un domaine où la liberté individuelle est censée s'exprimer, on arrive à "peut-on forcer quelqu'un à faire quelquechose, contre son gré ou ses croyances/convictions, mais pour son bien (ce à quoi, fondamentalement, je ne peux répondre que non) OU pour le bien de la collectivité (et là, c'est autre chose, par ex, je rentrerai la problématique des vaccins, là dedans, moi)"

Bref je crois que tout cela a à voir avec la notion de responsabilités et "fonction" des élites. Et je pense que la possibilité d'être HQI m'interpelle aussi sous cet angle de responsabilité. Est ce qu'on peut voir les HQI comme une élite? Et quelles seraient leurs responsabilités en tant qu'élite? Leurs devoirs? Leurs limites?

Nous (enfin, je dis nous, vous ^^) avons cette différence, comment, dans quel périmètre et champ d'application la rendre utile surtout, à la communauté?
Hors-sujet
(pffff, tout ça donc pr aboutir à cette question, à quoi sers-je? bravo moi )

C'est ma première tentative de débat aussi poussé depuis bien longtemps, et j'ai du mal à ordonner mes idées, je sens que des choses me chiffent, mais je sais pas tjs bien expliquer quoi. Alors j'espère que c'est à peu près clair, et vous voudrez bien me pardonner si vous n'y pipez pas grand chose, j'essaierai d'éclaircir.

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4681
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 41

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Cyrano » ven. 6 avr. 2012 08:52

Il y a différentes notions dans ton post, et je vais essayer de donner mon avis.
Solenn a écrit : Est ce qu'on peut voir les HQI comme une élite?
Je pense que l'élite est à définir dans les actes, et pas dans la nature. Nous ne pouvons nous considérer appartenir à une élite sur le seul principe que notre potentiel intellectuel est supérieur à la moyenne. Si je réalise mon potentiel, en tant qu'individu, et accède à un immense degré de sagesse, ou de savoir-faire par exemple, je pourrai effectivement me considérer appartenir à une élite. Mais mettre toute une catégorie de la population dans cette case, en raison d'une particularité physiologique, me semble hasardeux. De manière générale, je pense qu'il faut éviter de raisonner à l'échelle du groupe. L'Humain est à ce point complexe, qu'on ne peut rien déduire d'une quelconque particularité le concernant.

Donc, pour être clair, à mon avis, et même si ce débat est plus qu'intéressant, il n'a pas grand chose à voir avec la douance.
Solenn a écrit : Nous (enfin, je dis nous, vous ^^) avons cette différence, comment, dans quel périmètre et champ d'application la rendre utile surtout, à la communauté?
C'est une question intéressante.
Je dirais encore une fois que l'individu a la réponse. La douance révèle des particularités de fonctionnement communs certes, mais encore une fois, nous ne parlons ici que d'un potentiel. Et à ce titre, il ne révèle rien du tout de la capacité d'un groupe à en guider un autre ou même à lui apporter certaines réponses. Et il faut encore que l'individu ait la volonté d'apporter des choses au monde. Je ne pense pas que l'intelligence ne mette quelque pression que ce soit pour venir en aide aux autres. Cette pression serait même malsaine selon moi. L'individu est la clé de tout.

C'est pour ça ici que nous nous efforçons de bien différencier les notions d'intelligence et de supériorié. L'intelligence est un outil, rien de plus.

Prends l'exemple d'un outil lambda.

Deux personnes s'apprêtent à réaliser une sculpture sur bois. Toutes deux sont face à un tronc brut. L'un deux possède un simple ciseau à bois, et l'autre un outil plus perfectionné, électrique, et beaucoup plus précis.

Que peux-tu déduire de cette situation ?
Jugeras-tu de la qualité de l’œuvre finale par rapport à l'outil dont étaient dotés les artistes au départ ?

Tu comprends aisément qu'on ne peut pas déduire que les gens les mieux outillés sont de fait meilleurs, ou qu'ils ont plus de valeur.

En revanche, tes questions sur la place des élites dans nos sociétés est très intéressante, et mériterait un topic dans une section plus générale.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
Louise
Messages : 1087
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Louise » ven. 6 avr. 2012 13:35

Cyrano a écrit : Je pense que l'élite est à définir dans les actes, et pas dans la nature. Nous ne pouvons nous considérer appartenir à une élite sur le seul principe que notre potentiel intellectuel est supérieur à la moyenne. Si je réalise mon potentiel, en tant qu'individu, et accède à un immense degré de sagesse, ou de savoir-faire par exemple, je pourrai effectivement me considérer appartenir à une élite.
C'est effectivement ce qui est détaillé plus loin dans le lien que j'ai posté, mais que j'ai tronqué en copiant la définition d'élite, on ne parle pas de capacités virtuelles mais bien d'"indices élevés" dans la réalité.

Ensuite, pour le parallèle HQI/élite, cela dépend également de la part d'inné et d'acquis dans le développement de la compétence. Chaque compétence ou domaine dans lequel une élite peut exercer peut avoir une part différente d'expérience prépondérante ou de "don" inné prépondérant. Pour moi, les élites dans les domaines reliés aux fonctions testées par le WAIS par exemple ou aux spécificités "plus" des HQI, sont forcément HQI (même si à l'inverse tout potentiel ne se réalisera pas), je vois mal un prix nobel de maths ne pas être un "génie..."
Pour ton exemple...dans le parallèle aptitudes vs ce qu'on en fait, l'outil de l'artiste est la créativité, pas le ciseau à bois.
Et face à des oeuvres (danse, par exemple) ce qui fait la "valeur" d'une oeuvre si tant est qu'elle puisse être mesurée, à l'aulne des émotions provoquées en ce qui me concerne, c'est toujours la sensibilité, l'intensité de l'émotion vécue, le message reçu, plus que la technique pure. (même si, en danse tjs par ex, un minimum est nécessaire au départ, mais la technique, qui s'apprend, est au service de l'aptitude supérieure, le "don" qui ne s'apprend pas, lui)
Sinon, je t'assure que j'ai été face à des problèmes d'outillage il y a peu, et il y a des choses réellement IMPOSSIBLES à faire sans l'outil adéquat, comme passer des câbles électriques dans des gaines sans tire fil ^^.

Malgré tout, chaque personne ne réalisant pas forcément son potentiel d'une part, et, d'autre part, selon le domaine d'activité, chaque élite n'étant pas forcément pourvue d'aptitudes particulières au départ, ses "indices élevés" étant le fruit du travail, une quelconque extrapolation systématique devient effectivement hasardeuse. (hop, une question en moins :cheers: )

D'ailleurs, sur le passage aptitude jusque talent (ou réalisation du potentiel), j'ai trouvé intéressant un des liens que vous avez posté (source : talentdifferent.com) :
Image.

Sur ce, je clôture mon intervention (sauf si super rebondissement de la mort) sur ce topic, puisque je suis en train de digresser, je crois ^^. (Et je sens que j'ai pas fini avec la question de mon utilité et de mes responsabilités, même familiales, même à ma petite échelle..)

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6813
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Zyghna » ven. 6 avr. 2012 19:47

On reste encore sur la notion de potentiel: oui, un surdoué à le potentiel qui pourrait le faire entrer dans une élite, mais je pense que les cas sont assez rare dans notre société actuelle qui demande surtout des spécialistes.
Or, le surdoué est le plus souvent un excellent généraliste: il touche à tout, il comprend les liens entre chaque discipline. Sauf que ça n'intéresse pas grand monde aujourd'hui, ce n'est pas pour rien que l'on se considère souvent incompétent.

Après, un prix noble peut être HQI comme il ne peut être "que" très intelligent, et de fait sans doute mieux adapté au système. N'oublions pas non plus que les prix couronnent le plus souvent des travaux d'équipe, de laboratoire (et chaque doctorant sait très bien à quel point des directeurs de recherche ou leurs collègues piquent souvent dans les travaux des étudiants...).

On en revient toujours au même: oui les surdoués ont une intelligence qui leur permettrait de faire plus, mais le décalage par rapport à la société fait que ce potentiel n'est pas souvent exploité.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Sôsuke (惣右介)
Messages : 667
Enregistré le : sam. 28 janv. 2012 11:02
Présentation :
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: supériorité/égalité - le faux débat

Message par Sôsuke (惣右介) » jeu. 3 mai 2012 12:37

Zyghna a écrit : il comprend les liens entre chaque discipline. Sauf que ça n'intéresse pas grand monde aujourd'hui, ce n'est pas pour rien que l'on se considère souvent incompétent.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi pour dire que ça n'intéresse pas grand monde.

Je passe mes journée de boulot à jongler entre trois types de comptabilités (générale, budgétaire et analytique) à voir les interactions entre 2 ou 3 d'entre elles et à y associer les impacts d'événement/processus logistiques et de ressources humaines.

Ce genre de vue d'ensemble et en simultané est d'après un de mes collègues assez rare.

C'est en tout cas pour cette raison que l'on m'a placé à mon poste, vu que cet espèce de talent intéresse pas mal de responsables d'autres services, directions, cellules de mon administration.

Et je ne dois sûrement pas être le seul dans le cas.

Bien sûr je ne suis pas diagnostiqué surdoué (et après tout qu'importe), mais ce type de pensée multidisciplinaire, il semblerait que j'en dispose, et j'en fais un usage régulier.

Selon les domaines informatiques peuvent aussi largement profiter de personnes capables d'appréhender plusieurs matières/concepts en même temps ou dans un projet commun.
"Ego sum qui sum."

Répondre