Nous sommes le Lun 23 Oct 2017 15:58


Douance et sommeil

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Bradeck

Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Mer 9 Fév 2011 08:51

si le dicton nous informe que "qui dort dine" bah je crois que je dois être un vrai affamé de naissance !!!!

Bon, parlons un peu de nos nuits....à quoi ressemblent elles?

Pour ma part, m'endormir est une galère sans nom alors je tue le temps en écrivant, lisant, matant des films, écoutant de la musique...histoire de ne pas trop cogiter....je crois que mes insomnies ont démarré dans l'adolescence, vers 13/14 ans...je m'y suis habitué désormais..et je reconnais l'avoir très mal vécu par le passé..mais bon, ..pour ma part, je m endors vers 2h30/3H du matin de facon générale, quelque soit l heure a laquelle je me couche...J'hallucine de connaitre des gens parvenant à choper morphée illico leur corps allongé..

et vous? ça va, zavez bien dormi? Vous connaissez des trucs pour mieux pioncer?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Mer 9 Fév 2011 21:57

Petite, je n'arrivais pas à dormir.
Couchée 20h30 tous les soirs par mes parents, je lisais en secret et dans la crainte de me faire prendre parce que je me faisais engueuler....
Puis vers l'adolescence, la fatigue est venue, toujours impossible de trouver le sommeil le soir mais fatigue très importante tous les matins qui n'a tjt pas disparue.

Depuis un an, j'ai pris les horaires que je voulais, globalement, malgré un réveil à 8h30, je n'arrive pas à me lever avant 9H30.... Je rentre tard du coup, mais bon, ça me va mieux et je vois clairement comment je suis improductive le matin et commence à me réveiller quand les autres s'en vont...

Cela dit, quand je commençais à 6h30, c'était bien mieux pour vivre et faire des choses, ça laissait du temps en journée, alors que là, la journée se limite au travail. Mais bon, je ne sais travailler du matin qu'en apnée, ça demande donc bcp de jours de repos ou de soirée pour récupérer.

J'ai également observé un phénomène étrange, du temps où je me levais tous les jours à la même heure contrainte et forcée. J'abordais la rentrée à peu près reposée et le lever du matin était pas facile mais "normal".
Au fur et à mesure que passaient les semaines, j'ai remarqué que mes cycles de sommeil se décalaient pour que le réveil sonne en plein milieu d'une période de sommeil profond. J'ai remarqué le phénomène plusieurs fois.
Acte manqué, inconscient qui s'exprime. Je sais pas, mais c'est vraiment pénible...
En tous cas, les horaires décalés s'ils sont usants, me conviennent carrément mieux. Tous les jours une heure de réveil différente , j'ai moins de problème à me lever.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Jeu 10 Fév 2011 10:25

Sieur Sommeil et moi nous sommes fâchés depuis le début de ma vie. Cet enfoiré ne m'a jamais aimée et je le lui rends bien.

De ma prime enfance, je n'ai que les témoignages de ma famille, narrant les heures passées à tenter de m'endormir, le désespoir s'installant de voir que rien n'y faisait.
J'ai quelques souvenirs de maternelle et de la salle de sieste... où il fallait se coucher dans les odeurs des autres enfants puisque les couchettes n'étaient évidemment pas individuelles, sur des sortes de lits de camp dont la toile était cirée par la crasse et la sueur accumulées au fil des ans... je me souviens des rayons de lumière filtrant à travers ces infâmes rideaux bleu nuit, et du pénible ennui d'attendre le sommeil ou la fin de l'épreuve.
Je me souviens aussi de l'école primaire, où j'ai découvert de quoi tuer mon ennui... la lecture... Cachée sous ma couette avec une lampe de poche et un livre, balancée régulièrement à mes parents par ma soeur qui ne supportait plus d'habiter le lit à côté du mien.

Aux alentours de 10 ans, j'ai commencé à connaître les premières manifestations étranges d'un sommeil qui passa de simplement peu présent à totalement désorganisé et flippant. C'est aussi à cette époque que les premières migraines effroyables sont apparues.
Cela a commencé avec ce que je croyais être à l'époque des hallucinations. La sensation d'être aspirée vers l'arrière à une vitesse folle sans que je sache si je n'allais pas m'empaler sur un truc au passage, à chaque moment d'endormissement. Puis très vite les "hallucinations" ont changé de forme. Il y avait un enfant, un peu plus jeune que moi, avec une longue chemise de nuit blanche, qui venait s'asseoir dans mon lit dès que j'avais éteint la lumière et fermé les yeux. Je sentais son odeur, je sentais le matelas s'enfoncer sous son poids, je ne pouvais pas bouger, pas crier, pas ouvrir les yeux... c'était atroce. Je me suis mise à croire aux fantômes :lol: . Juste avant sa venue, j'entendais comme un claquement dans ma tête, dans mes oreilles. Je ne parvenais pas toujours à me concentrer suffisamment pour sortir de cet état de paralysie insupportable. Pendant quelques années, je n'en ai pas parlé. Et puis un jour je l'ai dit à mes parents... je vous laisse imaginer, la suite étant source de digressions longues je ne détaillerais pas....

Plus tard, d'autres choses sont apparues, au cours de l'adolescence. Il y avait toujours des gens dans ma chambre (pas forcément cet enfant-là), mais en plus, dès que j'étais couchée, j'avais les jambes qui refusaient la position allongée. Elles bougeaient toutes seules. Je ne sais pas où elles voulaient aller mais si je ne me levais pas pour les satisfaire, j'avais un mal de chien, comme si je me trouvais dans un étau.
Un fois, alors que je dormais à la belle étoile dans mon jardin, je me suis trouvée à m'endormir avec l'horrible sentiment de me trouver sous des lignes à haute tension, avec des bourdonnements dans les oreilles intenses et des vibrations dans tout le corps, et un bruit de pas de bipède tout autour de moi. Si je n'avais pas déjà été assez rationnelle, j'aurais pensé que des extra-terrestres étaient venus pour m'enlever :think: . Toujours paralysée, toujours ce même claquement dans les oreilles.


Et je dormais peu. Je dormais très peu. Les hallucinations s'enchaînaient et je ne voulais plus. Je retardais le moment où il faudrait que j'aille dormir. Mais de toutes façons je n'en avais pas réellement besoin. J'étais fatiguée quand je dormais trop. Rien n'y faisait.

Puis, sans que je sache pourquoi j'ai eu une période d'accalmie, vers 19 ans. Les hallucinations se sont espacées (une par mois en moyenne au lieu de 3 par semaine) et étaient moins intenses. J'ai vécu comme cela, un temps un peu moins pénible, où j'avais presque oublié toutes ces choses. Je ne dormais pas plus pour autant, j'étais toujours autant en peine de me coucher le soir et je me suis mise à haïr les matins. A la fac, ça n'allait pas trop mal, j'y allais l'après-midi et bossais jusque tard pour rattraper les cours du matin, fournis par une amie qui faisait exactement l'inverse. Je n'allais pas bien dans ma vie pourtant. Je ne peux pas relier cette état d'accalmie avec une diminution du stress ou de la difficulté à vivre.
La vérité est que j'ai commencé à m'enfermer. A cloisonner toutes mes émotions. A devenir une jeune fille tout à fait acceptable, gommant toutes mes particularités. Ainsi enfermé dans une cage intérieure, le "démon" se taisait presque.

J'ai rencontré mon mari et son papa médecin un peu plus tard et on m'a fait tester tout un tas de médicaments :think: . Inutile de vous dire, rien n'y a fait. Je dormais plus longtemps, j'étais une abrutie totale, une sombre bouse tout au long de la journée, mais cela n'a rien résolu du tout.

Il y a environ un an, en même temps que je me dés-enfermais émotionnellement, tout est réapparu. Violent. Intense. Les hallucinations, les paralysies, les insomnies.
Diverses personnes ou animaux peuplent ma chambre la nuit. Ou alors je passe plusieurs jours sans dormir, ou seulement deux heures, avec dans ces périodes des moments où le sommeil s'invitant lors de l'éveil diurne... mes yeux ne se fermant pas, mais ma mâchoire ne répondant plus, ou mon bras devenant flasque et incontrôlable. Je me suis "réveillée" un jour avec le bruit de la casserole que j'avais dans la main s'écrasant sur le carrelage de la cuisine...
Il y a quelques mois j'en ai parlé à mon médecin...
J'ai vu une pneumologue qui, pour une fois ne m'a pas prise pour une dingue à enfermer. Le but était de déterminer si je ne faisais pas d'apnée du sommeil. J'ai dormi avec ce drôle de truc et le verdict est tombé : non pas d'apnée. Mais elle s'en doutait. Elle m'a fait une lettre pour une consultation au centre du sommeil de Lyon.

La lettre est dans mon agenda. Depuis octobre. J'ai appelé une fois, mais pas aux bons horaires. Depuis, je n'ai pas encore eu le courage de reprendre mon téléphone... me demandant si ce n'était pas de toutes façons absolument vain. Si cette chose est liée à mon être depuis toujours... si les médicaments n'ont jamais rien fait... si c'est ma cervelle qui déconne de toutes façons qu'y feront-ils?

EDIT : le diagnostic est tombé plus tard, ce sont de "simples" parasomnies, avec notamment éveil pendant la phase de paralysie du sommeil (dans le temps du sommeil paradoxal), et désorganisation des cycles. Depuis le diagnostic, tout ça a disparu, sans médicaments, quelques petites techniques à l'endormissement, et la dédramatisation apportée par le médecin ont suffi :-)
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Jeu 10 Fév 2011 11:13

Mon cerveau tourne à plein régime, je pense à tout à rien. Surtout au fait de ne jamais parvenir à ne penser à rien….je me retourne dans tout les sens, je cherche, ‘j’attends…..puis, bien souvent le rite sacré prend le pli sur ma propre maitrise des choses….je commence par ne plus Controller mes pensées…cette arborescence se transforment rapidement en voix bien distincte…aucune des voies n’est la mienne….pourtant, c’est moi-même qui créer toute ces voix, tout c’est dialogue parfois incohérent….A mon niveau, je perçois tout de même ma pensée consciente, celle qui observe ce qui se passe, qui essaye de raccrocher les wagons, de donner un sens à tout ça….les pensées s’entremêlent, se superposent, je suis perdu dans les abysses de ma claustrophobie psychique du soir….mes pieds sont pris vers l’arrières, je m’élève et ressens mon corps entier partir en lévitation….je voyage, je navigue dans le ciel et visite moult pays…mais tentant de me laisser aller, je ne parviens jamais à monter suffisamment haut, comme si j’atteignais une limite et ne peux plus aller au-delà….je suis frustré, je me sens relier à un gros cordon ombilical entre le moi spirituel, cosmique et le moi de chair, enchainé au réel…le réel que je suis, ma solitude de la nuit….alors reviennent les voix qui commente ce que je vis….puis sentant que plus rien n’a de sens, toujours le même bruit crispant…un énorme sons métallique que je ressens dans mon corps et entends distinctement…..ce sons annonce le glas de mon agonie nocturne…stridant, tel un spasme….il m’angoisse enormement…mais je sais, que quelques minutes plus tard, une fois mes battements du cœur apaisés…je parviens finalement sans m’en rendre compte à m’endormir...
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Jeu 10 Fév 2011 11:21

Moi j'ai la solution.
Je ne vais me coucher que lorsque je tiens plus debout...
Ca marche bien, j'ai tendance à tomber et suis peu sujette à l'insomnie dans ce cas
Mais je suis tout le temps crevée....

Cela dit, avec le temps, aller se coucher s'est transformé en angoisse. Une angoisse sourde et profonde, relativement imperceptible mais pourtant bien présente.
J'aime pas aller me coucher...
J'aime pas me lever...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Jeu 10 Fév 2011 11:31

Je fais ça aussi... je n'essaie plus de me coucher si je ne suis pas sur le point de défaillir. Il me faut quelque chose qui prenne la place de ma pensée. Souvent, c'est une vidéo.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Jeu 10 Fév 2011 16:55

mon problème c'est qu'au bout d'un temps je manque de sommeil...et ca me fiche des idées noires et me rend parano....j'ai bien essayé les apports chimique....mais c pire, je comate toute la journée...
je crois qu'une vie en decallé me conviendrait davantage mais bon, la vie de famille exclu d'emblée toute perspective de cette Acabit...peut être d'ici 20 ans....
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Jeu 10 Fév 2011 17:45

Offre moi rien qu'un sirop pour la toux ça fait de moi un zombi pour 24h!
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Jeu 10 Fév 2011 17:51

Lorsque j'avais 4 ans, j'ai subi une intervention chirugicale qui a mal tourné et c'est partie en sucette clinique.....heureusement, j'ai fini par me réveiller....
parfois je me dis que mes difficultés d'endormissement sont liées à une angoisse de mort....et à contrario, mes difficultés de réveil sont liées à une angoisse de vie...je sais pas.. l'entre deux est où? pfff je me rends compte que je suis encore dans le TOUT ou RIEN...au même titre que mes délires nocturnes s'apparentent à une petite folie, mes reveils me ramènent toujours la folie du quotidien....faut pas que j'y pense là......je reverrai de me réveiller en forme. et m endormir en forme également.....mais là je rêve, un peu......éveillé.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Clepsydre » Jeu 10 Fév 2011 19:56

Pour ma part, je suis atteinte de narcolepsie en journée, et d'insomnies la nuit.

Petite, impossible de me faire dormir. Déjà en primaire je ne m'endormais qu'une fois mon bouquin fini, c'est à dire vers 23H ou minuit. En grandissant, ça s'est transformé en de véritables insomnies, allant jusqu'aux nuits blanches en pleine semaine. Quand j'arrivais en cours, j'étais entre le zombie et la méduse.

Puis, j'ai déménagé au Sénégal. Pas de clim', pas de ventilateur, en sachant que supporte très mal la chaleur... Rien qu'au niveau de la température, j'étais obligée d'attendre deux heures du matin pour me coucher sans transpirer et suffoquer.
Mais même ensuite, c'était les souvenirs, les regrets douloureux, l'envie de revenir en arrière. Je me tournais et retournais, je me levais, j'écrivais, je me recouchais, je me mordais le poing pour ne pas hurler, je pleurais, me levais, faisais les cent pas...
C'est là que j'ai découvert les jeux en ligne. J'y passais mes nuits. Il y a des gens qui boivent ou se droguent pour oublier, moi je m'abrutissais sur ces jeux répétitifs. Parfois, à bout de forces, je m'endormais sur le clavier, d'un sommeil non réparateur. Sans rêves si j'avais de la chance... Ou avec une horrible sensation de tomber dans le vide, si j'en avais moins. Je me réveillais une ou deux heures plus tard, et je reprenais de plus belle.
Parfois, j'étais fatiguée avant minuit. Alors je me couchais... Et me réveillais le matin, un cri bloqué dans la gorge, souvent tombée par terre et les larmes aux yeux, après un profond sommeil fait de cauchemars dont je ne pouvais sortir.

J'ai fini par me rendre compte qu'en dormant la journée, je faisais beaucoup moins de cauchemars. Je n'ai jamais eu peur du noir, même enfant. Mais la nuit était ma hantise, impossible de dormir tant que le jour n'était pas levé.
J'ai donc commencé à décaler totalement mon cycle de sommeil. En général, je dormais de 7H à 11H, puis de 17H à 20H.

Une fois rentrée en France, j'étais un vrai vampire. Pâle, cernes, yeux rouges, je dormais le jour et vivait la nuit, évitais les endroits éclairés et le soleil qui me brulait les yeux. Coïncidence amusante, je ne supporte ni le gout, ni l'odeur de l'ail. J'étais donc là, repliée dans mon antre, me nourrissant uniquement d'Ice-tea et de hamburgers surgelés.
Je suis entrée dans une profonde léthargie, et je me suis mise à dormir tout le temps. Nuit ou jour, je ne voyais plus la différence avec mes volets fermés. Je dormais dès que ma tête se posait. Quand je me réveillais, je me retournais et attendait que le sommeil revienne. J'ai commencé à me rendre compte d'un phénomène étrange; je dormais, mais ne me réveillais pas. Quand mon père me forçait à me lever, ou qu'il ouvrait les volets, quand le téléphone sonnait ou que j'entendais la télé, je me réveillais. Mais jamais de moi même. Un jour alors que mon père était parti pour une longue durée, que la télé était éteinte, les voisins absents, mes volets bien fermés... Je me suis endormie dans la soirée, vers cinq heures. La sonnerie du téléphone me réveille, j'ouvre les yeux mais ne vais pas répondre. Tiens, il fait encore jour ? Je regarde l'heure... Je n'ai dormi qu'une petite heure ? Bizarre, j'aurais juré avoir fait une nuit complète. Quelque chose cloche... Non, quand même pas ?! Mais non c'est pas possible... Et si... ? Bon allez, je vérifie, ça coute rien.
A ce moment là, j'ai eu peur. Que serait-il arrivé si le téléphone n'avait pas sonné ?
On était bien le lendemain. J'étais devenue le vampire au bois dormant.

Et puis le moment de reprendre une "vie normale" est arrivé. Je devais aller au lycée, et donc me lever tôt. Ce fut laborieux... Mes muscles atrophiés supportaient mal les aller-retours quotidiens et les escaliers du lycée. Le pire ? Les séances de sport. Du coup, je m'endormais en plein cours, mais les profs hésitaient pas à frapper un coup sec sur mon bureau pour m'en empêcher. Alors, dès que je rentrais chez moi, épuisée, je dormais jusqu'au soir. Une fois réveillée en pleine nuit, impossible de me rendormir. Et le cercle vicieux continuait...

On a fini par me faire passer des examens médicaux. A la suite d'une nuit dans un laboratoire du sommeil, on a constaté que, lorsque je m'endormais (ne serais-ce que cinq minutes), je tombais immédiatement dans le sommeil paradoxal et n'en sortait pas avant le réveil. Le sommeil paradoxal est la phase la plus profonde du sommeil, celle durant laquelle l'activité cérébrale est presque aussi importante qu'éveillé. C'est à ce moment que se produisent les rêves et les cauchemars. Chez un bébé, elle représente 50% de la durée du sommeil, contre 25% chez un adulte. Moi, elle doit tourner autour des 80%.
On m'a donc diagnostiqué une narcolepsie. Je prends des cachets, matin et midi pour me tenir éveillée. Je subis parfois certains des effets secondaires; excitation intense ou anxiété, voire agressivité (assez rare). C'est un peu comme si on m'administrait toutes les heures une cannette de RedBull par intraveineuse. Une fois par erreur, j'ai doublé la dose. Deux heures plus tard, j'ai été saisie d'un fou rire incontrôlable (et "inquiétant" d'après une amie) en plein cours. :grattelatete:
Tant que ça me fait pas pleurer...
En tout cas, ça va mieux. Depuis un mois, j'ai un sommeil à peu près normal ! :cheers: (Si on met de coté les trois réveils disséminés dans ma chambre qui me sont nécessaires le matin, en plus des hurlements de ma mère.)
Clepsydre
 
Messages: 10
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:22
Test: WISC

Re: Douance et sommeil

Messagepar Madame Chevêche » Jeu 10 Fév 2011 23:47

Suis-je la seule à avoir conclu un pacte d'amour infini avec Morphée? Quelles que soient les circonstances, il me faut minimum huit heures par nuit de sommeil, surtout depuis mes dix-huit ans. Et quand je dis huit, c'est souvent beaucoup plus en ce moment. Dans les périodes "fastes", ça peut s'élever à neuf, dix, onze. Pour autant, je ne dors pas bien, suis souvent quand même bien fatiguée et fais beaucoup de rêves. De ce dernier fait je déduis que les nuits ne sont pas reposantes.
La conclusion logique de l'affaire est que la nuit blanche est un concept qui m'est étranger, et que la nuit du 31 décembre, je file au lit à 4h du matin dernier carat.
Madame Chevêche
 
Messages: 47
Enregistré le: Sam 5 Fév 2011 13:11
Test: WISC

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Jeu 10 Fév 2011 23:57

Si j'ai pas mes 8/9h par nuit, ça va pas...
Je jongle entre la nécessité d'aller me coucher quand je tombe de sommeil et le temps qui m'est nécessaire.

Heureusement, je n'ai pas des horaires ordinaires, mais ça pourrait bien changer à la fin du mois. J'appréhende un peu de devoir repointer à 9h tous les matins...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Lun 21 Fév 2011 15:14

Je note une curieuse corrélation entre mon sommeil et mes "performances".

Corrélation atypique on va dire. Car lorsque je fais une "bonne nuit" (là en l'occurrence 3 nuits de 7 à 9h en me couchant tôt - vers 23h), je suis complètement ramollie du bulbe le lendemain. Comme aujourd'hui donc. "Reposée" physiquement, mais intellectuellement proche du flan. Cool, mais lente (j'ai envie de m'auto-infliger des coups de pied au derche), et pas très alerte.

Habituellement, lorsque je ne dors pas, ou très peu (en dehors de mes phases d'hallucinations et incursions du sommeil dans la journée qui apparaissent plutôt à la longue) je peux faire plein de choses à la fois en les gérant bien, voire très bien, je "survole" ma vie fingers in the nose et je "maîtrise" vraiment toutes les choses à faire et à penser....

Je ne sais plus trop bien comment équilibrer tout ça.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Lun 21 Fév 2011 16:05

je me retrouve plus ou moins dans tes propos melle rose

je fais des connexions créatrices assez efficaces en période de manque de sommeil...cela dit, lorsque je suis reposé, je psychote moins....donc me sens mieux en moi.
De ce fait, pour être performant, je dois accepter de me prendre la tête.
si je veux me sentir bien dans mes pompes, je dois en somme, accepter que cela passe par une créativité stérile...

l'équilibre jusqu'à présent, je le trouve par l'alternance entre "état comateux angoissé/cerveau bouillant" et "zénitude/zéro pensée magique....
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Lun 21 Fév 2011 17:06

Tiens c'est marrant, moi aussi j'ai le sommeil qui vient quand j'ai envie de fuir.
Il suffit qu'il y ait des gens chez moi pour que j'ai envie de dormir tôt... Pour peu qu'ils aillent se coucher, j'ai plus sommeil :D

Pour le reste, je suis aussi plus efficace quand j'ai peu dormi, les idées plus claires quand j'ai bossé la nuit et pas dormi derrière...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Lun 21 Fév 2011 17:20

TourneLune a écrit:Tiens c'est marrant, moi aussi j'ai le sommeil qui vient quand j'ai envie de fuir.
Il suffit qu'il y ait des gens chez moi pour que j'ai envie de dormir tôt... Pour peu qu'ils aillent se coucher, j'ai plus sommeil :D



tout pareil !!!

mon drame, c'est qu'ils ne partent pas..et me maintiennent donc en veille.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Lun 21 Fév 2011 21:15

Rappelez moi de ne pas vous inviter, sinon à 22h, on ronfle tous :lol:
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Fabs le vaurien » Lun 21 Fév 2011 21:44

quoique, ce serait un bon concept ça, une soirée dodo.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Lun 21 Fév 2011 22:03

ou un remède aux insomnies...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Dim 27 Fév 2011 19:42

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=15555718
Sommeil et précocité - LOUIS J. ; REVOL O. ; NOIR F. ; DE MAGNEVAL F. ; AMATO M. T. ; FOURNERET P. ;

Une enquête sur les habitudes de sommeil et les manifestations pendant le sommeil a été réalisée sur une population de 196 enfants précoces (QI ≥ 130 tests de Wechsler) recrutés dans 5 cabinets de psychologues et/ou de pédopsychiatres, et une population de 226 enfants témoins de même âge (de 8 à 11 ans) recrutés dans des écoles tirées au sort dans l'agglomération lyonnaise. L'analyse du questionnaire mis au point par l'INSERM met en évidence une prépondérance des troubles du sommeil (35 %) chez les enfants précoces par rapport aux témoins (9 %). Ces troubles correspondent essentiellement à des difficultés d'endormissement. La durée du sommeil est significativement réduite chez les enfants précoces, avec un profil de petit dormeur. Pour les autres paramètres du sommeil, on note que les enfants précoces sont plus grognons au réveil, qu'ils présentent plus souvent des cauchemars, qu'ils ont plus souvent peur du noir et qu'ils ont un sommeil plus agité. Ces paramètres du sommeil sont, au regard de l'analyse des correspondances multiples, caractéristiques du trouble du sommeil avec d'autres critères comme la présence de troubles dans la petite enfance et de difficultés de couchage. Le trouble est corrélé à la durée du sommeil. Ces résultats s'appuyant sur une comparaison stricte entre deux populations, distinctes uniquement par leur niveau de QI, permettent de faire le bilan des effets de la précocité sur les aspects quantitatif et qualitatif du sommeil et devraient servir de base pour la clinique dont elle confirme certaines des observations empiriques.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Dim 27 Fév 2011 22:41

merci :-)
Il faudrait faire cette même étude sur les adultes!
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Dim 27 Fév 2011 22:47

Comme d'hab quoi....
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11429
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Saul » Mar 8 Mar 2011 15:07

Melle Rose: désorganisation des phases il semblerait, absence de sommeil lent profond probable, hypothèse de narcolepsie, éveils répétés durant la phase de sommeil paradoxal avérés (déjà tout raconté là).
J'ai le dossier avec tous les examens préalables et les documents demandés (calendrier du sommeil entre autres) sur le coin de mon bureau. Mais je sais pas.... je ne parviens pas à appeler en ce moment. J'ai des trucs à faire la nuit, si jamais ils réglaient mon problème je serais bien emmerdée (enfin disons que la manière dont je le perçois n'en fait plus une priorité absolue en ce moment, c'est juste une question de changement de regard porté là-dessus...)

J'ai lu ton parcours, he ben! Ne pourrait-il pas y avoir un traumatisme à l'origine? Enfin tant que tu n'auras pas été à la clinique, ça sera difficile de se prononcer. Mais je pense que tu devrais y aller, de toute façon, le problème ne sera pas reglé sur le champ, tu auras le temps de t'y habituer. :wink:

Niveau sommeil, je fais comme TourneLune, j'attends d'avoir les yeux qui se ferment, c'est pourquoi je me couche très tard. Parfois j'en profite, parfois je ne me fais que me divertir et m'abrutir un peu. Je pense que je suis capable d'avoir un rythme plus régulier mais c'est la routine qui ne me plait pas, inconsciemment, je sais que je vais forcément le casser.
"L'homme est quelque chose de sacré pour l'homme." Sénèque
Avatar de l’utilisateur
Saul
 
Messages: 590
Enregistré le: Ven 11 Fév 2011 14:50
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Mar 8 Mar 2011 15:29

Saul a écrit:J'ai lu ton parcours, he ben! Ne pourrait-il pas y avoir un traumatisme à l'origine?

Aucune idée, je ne pense pas néanmoins, c'est depuis ma naissance... Ou alors le traumatisme a-t-il eu lieu lors d'un état moléculaire antérieur :mrgreen: (oui je sais il peut exister des traumatismes in-utéro, mais réellement je n'ai aucun moyen de le savoir).

Saul a écrit:Enfin tant que tu n'auras pas été à la clinique, ça sera difficile de se prononcer. Mais je pense que tu devrais y aller, de toute façon, le problème ne sera pas reglé sur le champ, tu auras le temps de t'y habituer. :wink:

Je sais bien qu'il faut que j'y aille. Merci de me flinguer mes bonnes excuses pfffffff :geek1:
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Discussions et Débats

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Douance et Scolarité
1, 2, 3, 4par Hêraklès » Mar 8 Fév 2011 17:20

Réponses: 95

Vues: 16708

Dernier message par Mlle Rose Voir le dernier message
Mer 14 Mai 2014 09:46
Douance et résilience
1, 2par sourizeante » Mer 27 Avr 2011 09:22

Réponses: 25

Vues: 5301

Dernier message par El Fuego Voir le dernier message
Ven 29 Juil 2011 13:24
Douance et Don
1, 2par Fabs le vaurien » Dim 20 Fév 2011 17:33

Réponses: 28

Vues: 5789

Dernier message par Colonel Moutarde Voir le dernier message
Jeu 9 Juin 2011 16:15
De la douance et de la flemmardise
1, 2, 3, 4par Cyrano » Sam 11 Juin 2011 11:16

Réponses: 76

Vues: 11329

Dernier message par Zébulonne Voir le dernier message
Mer 8 Aoû 2012 18:16
Douance et empathie
1, 2, 3, 4par Madame Chevêche » Ven 4 Mar 2011 15:03

Réponses: 88

Vues: 15020

Dernier message par madeleine Voir le dernier message
Ven 17 Juil 2015 15:15

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité