Nous sommes le Jeu 23 Nov 2017 01:08


Dire sa douance : comment et à qui

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Bradeck

Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Zeus » Ven 15 Avr 2011 09:10

J'ai parlé de ma douance à quelques rares personnes.

Quelle est votre expérience ?
Avez vous "avoué" votre douance et à qui ?
Cela a t il changé quelquechose ?

Merci d'avance à ceux qui voudront bien me répondre.
Zeus
 
Messages: 1409
Enregistré le: Sam 19 Mar 2011 14:59
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Fabs le vaurien » Ven 15 Avr 2011 09:43

est on si mal à l'aise avec notre potentiel pour qu'en parler relève de l'aveu?

Coming out?

bien qu'une petite voix interne me poussait à le crier sur tous les toits, j'ai choisi de "sortir du placard" en sélectionnant les clients.
C'était important pour moi car je crois que je leur devais bien cette vérité, n'excusant pas toutes mes exactions mais peut être atténuant les réponses qu'elles suscitent à l'accoutumée.

coté perso.
J'en ai parlé surtout à des "amis", à ma mère et bien évidemment ma compagne (qui elle a suivi non sans mal tout le processus: des premiers murmures à l'officialisation)
je n'ai pas vraiment eu de réactions négatives à part un peu au début (représentations obliges). Je crois qu'au même titre que ce que je suis les a toujours un peu dépassé, il en était de même sur le "concept HP".
Certains ont fait preuve d'honnêteté à mon égard en m'avouant que parfois j'étais saoulant voir insupportable...c'est la face obscur...mais ca permet de se rencontrer vraiment...
Toutefois, là où je me félicite d'avoir fait ce choix, c'est que non seulement l'ouverture d'esprit de certains m'a mis du baume au cœur, mais surtout que je me suis rendu compte que je fréquentais déjà quelques HP...Cela m'a alors permis de comprendre davantage pourquoi certains me sont si chers et restes non loin de moi les années passant alors que les manifestations affectives se font si rares.

Coté boulot,
certains collègues sont au courant. je travaille dans un contexte associatif où nous sommes tous un peu l'un sur l'autre...Il est vrai donc que la notion de distance est relative et bien souvent, les échanges dépassent l'axe du travail au profit de quelques escapades dans la sphère privée. Toutefois, je n'ai pas fait de coming out puisque ma collègue (qui connait très bien la douance) m'avait fait savoir (2 ans avant que mes propres soupçons apparaissent) qu'elle pensait que j'étais surdoué. A l'époque, j'attribuais cela aux multiples capacités dont je fais preuve et pas, par rapport au decallage que cela suscite.
Donc par rapport au boulot...je te dirais qu'en fonction du lien établi , évoquer cette facette de soi peut être porteur, relationnellement parlant.
Par contre, cette collègue (qui avait deviné avant moi) a cru bon, un jour de conflit d'équipe (en fait il y'a pas très longtemps) vis à vis de moi, de relater la chose à deux autres collègues, histoire de les aider à mieux me comprendre et par la même m'aider aussi....Elle a cru bien faire, sa démarche était profondément bienveillante..
.Bah, finalement, si l'un et plutôt ouvert sur la chose, l'autre est complètement hermétique et si mes relations avec n'ont pas empiré, cela ne les a pas non plus amélioré...ça n'a fait que renforcer une jalousie, déjà présente que je percevais et justifie , de temps à autre, quelques pics pour lesquels je fais bien de ne pas prêter attention...
en définitive, je crois qu'il ne faut pas en parler au boulot, à moins que cela vienne des collègues..mais pas de soi.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Hêraklès » Ven 15 Avr 2011 10:08

Pardonne ma naïveté, sans doute ma maladresse et peut-être mon erreur, mais n'avais-tu pas dit que les résultats du test que tu as passé étaient "négatifs"?

Vient alors la question éternelle : n'est-on réellement surdoué qu'à partir de 130? La réponse est généralement oui, puisqu'il est acquis culturellement et factuellement que le mot "surdoué" renvoie à un résultat supérieur ou égal à 130, dans le cadre du test dont il est question. Cependant, la dénomination arbitraire du terme, limite son concept à la donnée censée le définir, ou du moins... l'esquisser.

Je ne te blâme pas - ma foi n'est pas aveugle en les tests -, cependant, puisque tu as commencé à parler de test et de douance (relative à ce test) à une proche, je me suis posé la question : as-tu précisé à cette personne que ton résultat était inférieur à celui qui définit le "seuil" à partir duquel on définit la douance? Si oui, lui as-tu exprimé tes propres doutes quant au potentiel de vérité qu'il exprime?

Il importe de spécifier si tu as parlé de douance à ton amie dans le sens : j'ai un résultat inférieur à celui "exigé" pour être défini surdoué mais je suis certain d'être surdoué à ma façon, ou bien si tu as fait l'impasse en ne précisant pas ton résultat et en affirmant ta douance - tout en la pensant toi-même bien réelle.

Quant à moi - et cela n'est que mon opinion, et on peut sans douter la contester selon celui dont il est question, et selon son expérience - quant à moi dis-je, il ne me semble pas nécessaire de déclarer à autrui le résultat de son test de Qi. En voici la raison : ce qui importe c'est l'ensemble de ce que l'on dit, fait, crée, produit, bâti, réalise, c'est le discours, l'oeuvre ou l'action, qui importe. Pour moi, ce qui importe, ça n'est pas le potentiel théorique et inactif, c'est la réalisation de ce potentiel. Le résultat d'un test de Qi est une chose abstraite pour le commun des mortels qui ne s'est pas intéressé à la question. Le résultat qui vous déclare donc "surdoué", aura pour conséquence dans l'esprit de celui à qui on le dit tout au plus une espèce d'admiration béate et dépourvue d'objectivité. Par exemple : on admire un homme parce qu'il est (au hasard) Pape, mais ce même homme rencontré sans avoir la connaissance de sa...papauté, on le trouve tout à fait commun, ordinaire, voire foutrement bête et dépourvu des qualités que supposeraient sa position (ignorée, donc) de Pape. Voilà donc que cet homme que l'on trouve ordinaire et que l'on n'adule pas nécessairement nous fait état de sa papauté : sachant que l'idée que l'on peut se faire des conditions à la papauté nous est abstraite, on se projette tout à coup dans une représentation arbitraire, définie par la charge culturelle et prédéterminée que le terme papauté suggère, de la personne qui nous en fait la révélation. L'interlocuteur se retrouve tout à coup recouvert d'une écorce abstraite, conceptuelle, qui se ferait l'assurance du potentiel élevé de son discours et de ses actions, et serait source d'une aliénation - des deux interlocuteurs. On prêterait à celui-là qui se déclare surdoué : logique et puissance de l'argumentation simplement parce que la conception qu'on a de lui est soutenue favorablement par ce qui semble le définir structurellement, et par le fait qu'il soit "avéré" par un organisme tout aussi abstrait auquel on prête volontiers sagesse puisqu'organe de société, et abstraction serait faite de la réalité de son discours. On use de ce stratagème en politique, et il s'étend jusque dans les arts. C'est subliminal dans son effet, purement factuel dans son emploi. Et cela fausse jusqu'à la réalité des phénomènes.

[Exemple pratique : " Qui es-tu homme ridicule, pâlot et déliquescent? - Je suis Néron, empereur de la Rome toute puissante. - Oh! Ave César magnifique, à toi je délivre mon sort et t'accorde le crédit des Dieux"]

Dans un autre sens, je ne suis objectivement pas à même de juger s'il est bon ou non de déclarer sa douance à autrui. C'est une affaire intimement réfléchie. Et mon opinion n'est qu'instituée par l'expérience de ma vie, il en ira peut-être tout à fait différemment de la vue de l'expérience d'un autre. Tout est affaire de charge émotionnelle.
UT RIDENTIBUS ARRIDENT, ITA FLENTIBUS ADFLENT
__________________________________________
[Une citation latine fait un érudit du benêt].
Avatar de l’utilisateur
Hêraklès
Hêraklès
 
Messages: 824
Images: 2
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 15:09
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Zeus » Ven 15 Avr 2011 10:38

Merci de vos réponses.
J'ai un résultat sous le seuil (125) mais la psy me confirme que j'ai plus ou moins consciemment saboté le test et que pour elle, je suis très manifestement un "haut potentiel". Selon elle, j'aurais du avoir un résultat de 10 à 15 points de plus si j'étais moins je m'enfoutiste et si je répondais aux questions simplement au lieu d'essayer de détourner le test.
J'aime pas les notes, les tests, les hiérarchies et les classements. Donc ce truc me paraissait d'entrée de jeu une esbrouffe et je dois dire que j'ai zappé la plupart des questions parce que j'aime pas avoir l'impression d'être évalué.

Je considère aussi que ça n'a pas grand intérêt de le dire à des personnes pour qui ça ne signifierait rien d'autre que "intelligent" , qui a un bon score dans un test. Et puis ça peut effectivement fausser la perception qu'on a de moi. Combien de compassion possible au regard des jugements négatifs ou bien de la distance que ça peut créer ?

Y a les personnes qui vous trouvent "con" malgré tout puisque pour eux QI=intelligence=pas faire d'erreurs. Comme vous en faites autant que n'importe qui, voire plus, ils tournent vite en dérision votre prétention à avoir un peu plus d'agitation mentale comme un truc de mec cérébral, maladroit, renfermé dans sa tour d'ivoire. Bref, un inadapté hautain.

Et puis il y a ceux qui vous trouvent subitement "énigmatique" comme quoi vous auriez des pensées en double tiroirs très spéciales, où des considérations très différentes du commun des mortels. Après, ils se mettent à vous parler avec précaution et le rapport humain s'en ressent (j'ai une amie à qui je l'ai dit et je ressens maintenant cette distance un peu sacrée et absurde, puisque rien n'a changé réellement).

C'est bien ce qu'évoque Heraklès : le vieux bougon en pyjama n'inspire qu'un rapport direct et sincère, mais si vous l'affublez des oripeaux religieux de la papauté (et l'entourer de personnes issues d'un contexte culturel pour qui ça évoque quelquechose), voyez comme le rapport se modifie, comme l'hypnose collective agit.
Zeus
 
Messages: 1409
Enregistré le: Sam 19 Mar 2011 14:59
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Af-Photo » Ven 15 Avr 2011 10:39

Quant à moi - et cela n'est que mon opinion, et on peut sans douter la contester selon celui dont il est question, et selon son expérience - quant à moi dis-je, il ne me semble pas nécessaire de déclarer à autrui le résultat de son test de Qi.


Hêraklès, je partage ton avis sur la question. J'ai défendu cette idée de ne pas en parler tel un tabou jalousement gardé pendant plus de 15 ans et j'ai fini par révéler ma douance seulement maintenant, non pas par fierté comme un étendard mais plutôt justement comme un thème de psychologie qui me passionne pour lequel je souhaite apporter ma petite pierre à l'édifice, faire évoluer la communication ainsi que le regard sur ce sujet à ma façon.
D'ailleurs, pour le peu d'échos que j'ai obtenu sur cette révélation, il semblerait que ma manoeuvre risquée ait finalement été beaucoup appréciée. Beaucoup de personnes ont apprécié ma pudeur masculine de n'avoir jamais révélé ce trait de ma personnalité pendant autant d'années.

Pourquoi avoir caché ma douance pendant si longtemps à mon public et à beaucoup de monde ? Tout simplement parce-que je souhaitais être jugé exclusivement sur mes réalisations artistiques ou littéraires découlant de l'exploitation de mon précieux potentiel, à pied d'égalité avec tous les photographes. C'est tout. :cool:
Avatar de l’utilisateur
Af-Photo
 
Messages: 55
Âge: 35
Enregistré le: Jeu 14 Avr 2011 16:23
Localisation: Dans le Pays de Bray ou dans le Val D'Oise, selon le niveau de créativité...
Test: WISC

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Fabs le vaurien » Ven 15 Avr 2011 10:51

justement, d'où la nécessité pour moi de sélectionner ses interlocuteurs. Actuellement, pour que j'en parle à quelqu'un, faudrait que je me sente bigrement en confiance...mais comme je me sens incapable de créer des liens, je doute pour le moment que l'occasion se présente au long court.

une digression envisageable sur ce topic serait de savoir comment ont vécu ces même interlocuteurs. J'appellerai volontiers un membre de ce présent forum pour qu'elle témoigne de sa réaction lorsque spontanément je lui en ai touché un mot...
Sinon, je crois que je me sentais plus à l'aise à l'idée de parler de mes premiers doutes que du diagnostique lui même..Mais vu que je n'ai pas trainer pour confirmer ou infirmer les doutes, je ne pourrais en dire plus..
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Zeus » Ven 15 Avr 2011 11:07

Sans vouloir faire un hors sujet sur un sujet que j'ai lancé, et pour reprendre ce que dit Fabs, les doutes j'en ai toujours eu et des énormes.
Zeus
 
Messages: 1409
Enregistré le: Sam 19 Mar 2011 14:59
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar TourneLune » Ven 15 Avr 2011 13:07

Pudeur masculine.... Le terme me laisse songeuse....
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11480
Images: 367
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Af-Photo » Ven 15 Avr 2011 13:23

TourneLune a écrit:Pudeur masculine.... Le terme me laisse songeuse....


Pudeur tout court si tu veux :emo: Le principal, c'est de m'être compris tout seul... :nesaitpas:
Avatar de l’utilisateur
Af-Photo
 
Messages: 55
Âge: 35
Enregistré le: Jeu 14 Avr 2011 16:23
Localisation: Dans le Pays de Bray ou dans le Val D'Oise, selon le niveau de créativité...
Test: WISC

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar TourneLune » Ven 15 Avr 2011 13:30

Ben c'est quand même un peu choquant cette façon de te comprendre tout seul sur un forum d'échanges...
Je comprends bien le sens, ça ressemble plus à un lapsus qu'autre chose mais je me demande ce qu'il y a derrière. Une idée de la femme forcément démonstrative et extravertie?

Enfin bon, passons, ce n'est pas le thème du sujet.(par ailleurs intéressant, mais j'y répondrai plus tard)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11480
Images: 367
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Saul » Ven 15 Avr 2011 15:14

Pudeur "masculine", probablement parce que dans l'esprit des gens, un homme aurait forcément mit son intelligence en avant. Enfin c'est comme ça que je le comprends.

Je suis d'accord avec Héraklès, même s'il ne suit pas lui même tous ses principes et moi non plus, mais c'est idéal vers quoi je tends également, à savoir:
il ne me semble pas nécessaire de déclarer à autrui le résultat de son test de Qi. En voici la raison :ce qui importe c'est l'ensemble de ce que l'on dit, fait, crée, produit, bâti, réalise, c'est le discours, l'oeuvre ou l'action, qui importe. Pour moi, ce qui importe, ça n'est pas le potentiel théorique et inactif, c'est la réalisation de ce potentiel.

Quand j'en parle autour de moi de ma propre douance c'est lorque j'ai des soupçons sur mon interlocuteur, en général, une personne dont je commence à me rapprocher. Bien souvent, il y a une telle méprise de ce qu'est la douance que je suis obligé d'expliquer ce qu'elle est et que cela n'a rien à voir avec un complexe de supériorité (ce qui est la principale crainte des gens qui osent le penser pour eux-mêmes). Ensuite j'indique des ouvrages et les tests pour plus de précisions.
Une de mes amies a franchi le pas en début d'année à Cogitoz, alors que cela fait peut-etre 7 ans qu'on en parle occasionnellement, elle cherchait à comprendre ses blocages, ses inhibitions, car autant elle utilise son potentiel dans le talent artistique, dans sa façon d'être et de penser, autant elle ne sent pas libre dans sa vie professionnelle et personnelle. Et effectivement la psy a bien remarqué une inhibition et certains blocages et lui a proposé une thérapie.
Je pense donc que c'est important d'en parler à des personnes que l'on croit concerné dans la mesure où on les sent en difficulté et qu'il est important d'en parler à ses proches s'ils ont la volonté d'essayer de mieux nous comprendre.
Et comme je travaille avec des enfants et ado, quand j'ai un soupçon, j'en parle aux parents et les oriente vers une professionnelle. Bien sûr je peux me tromper, mais le test ne sera jamais inutile s'il est bien interprété et fait dans un cadre adéquat.
Je pense qu'il ne faut pas avoir peur d'en parler, nous avons tous parfaitement le droit d'exprimer ce que nous sommes, mais il ne faut simplement pas le faire à la légère.
"L'homme est quelque chose de sacré pour l'homme." Sénèque
Avatar de l’utilisateur
Saul
 
Messages: 590
Enregistré le: Ven 11 Fév 2011 14:50
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Soiz in the box » Ven 15 Avr 2011 17:37

Fabs le vaurien a écrit:justement, d'où la nécessité pour moi de sélectionner ses interlocuteurs. Actuellement, pour que j'en parle à quelqu'un, faudrait que je me sente bigrement en confiance...mais comme je me sens incapable de créer des liens, je doute pour le moment que l'occasion se présente au long court.

une digression envisageable sur ce topic serait de savoir comment ont vécu ces même interlocuteurs. J'appellerai volontiers un membre de ce présent forum pour qu'elle témoigne de sa réaction lorsque spontanément je lui en ai touché un mot...
Sinon, je crois que je me sentais plus à l'aise à l'idée de parler de mes premiers doutes que du diagnostique lui même..Mais vu que je n'ai pas trainer pour confirmer ou infirmer les doutes, je ne pourrais en dire plus..


on me sonne?

me voilà!
comment j'ai vécu l'annonce ....premièrement connement:
Vaurien "je viens de découvrir que je suis HP"
soiz :shock: "HP???? Hopital Psychiatrique???? comprends pô! :grattelatete:
vaurien "Haut Potentiel"
soiz :^) "intellectuel?"
vaurien "ouai"
soiz :cheers: "voilà une nouvelle qui ne m'étonne point!"

puis j'ai demandé des explications, comment as -tu su? test QI?? (merde! ça se mesure encore au QI c'est choses là!)

puis deuxième phase:
soiz "t'as pas l'air en forme!"
Vaurien "au taf ça passe pas!"
soiz "ça passe pas quoi? le taf ou le fait que tu sois HP?
vaurien "HP"
soiz "comprends pas, qu'est ce que ça change????"
....

ben oui quoi! qu'est ce que ça change! voilà ...le vaurien reste à mes yeux une personne unique et pas à cause de ce plus....
la seule différence c'est que comme je sais pourquoi il lit mieux entre mes lignes, je m'ouvre encore plus à lui...comme pour lui ce qui changeait c'était d'expliquer et d'accepter enfin son décalage avec le reste de la populace, il m'a entrainée dans son sillage sur ce forum et sur mes propres doutes....qui risquent d'être longs à lever!
Soiz in the box
 
Messages: 158
Âge: 37
Enregistré le: Jeu 17 Fév 2011 21:20
Localisation: over the rainbow
Test: NON

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Hêraklès » Ven 15 Avr 2011 23:00

Saul a écrit: Je suis d'accord avec Héraklès, même s'il ne suit pas lui même tous ses principes.


Non, tout à fait. Cependant, ce que je prône est ce en quoi j'ai foi - si tant est que l'on puisse invoquer ici la foi. Un nombre infime de personnes sait que je suis surdoué, du moins surdoué ayant passé des tests de Qi.
Suivre mes principes, comme tu dis, cela nécessiterait de les pouvoir suivre, d'être en mesure de les suivre. Si je l'ai été, je ne le suis actuellement pas, et toute ma vie, le moindre souffle, tout, concourt vers ce dessein. Le reste est perte de temps. Ce qui importe, oui, c'est d'agir, et d'investir non pas une identité théorique, mais d'oeuvrer à l'accomplissement sans lequel tout l'effort de vivre est vain.
Le Qi, c'est une chose impotente en soi, c'est une étape à dépasser, et à dédramatiser - dans le sens : sortir d'une théatralisation intérieur, tragique ou autre, d'une représentation constante d'un objet mineur prétendant exprimer assez bien ce qu'on appelle un potentiel. Ce qui est potentiel, c'est ce qui n'est pas encore, mais qui a la la possibilité d'être. Et je suis bien critique par rapport à cette idée de potentiel : elle suggère ce qui est "en puissance" ou qui peut se produire. Cela reste théorique, car savoir répondre correctement aux matrices de Raven ne signifie pas être capable de faire autre chose que de répondre correctement aux matrices de Raven. Cela veut dire : savoir répondre correctement aux matrices de Raven. Et s'il est dit que structurellement ceux qui savent y répondre sont possesseurs d'un potentiel, je dirais que c'est... une possession potientielle : celui qui saura répondre aux matrices de Raven ne sera que potentiellement possesseur d'un potentiel élevé. Cette idée de potentiel, je la ressens comme une vaste supercherie. Mais trêve de hors-sujet, du moins de déviation : je viens de défoncer une mouche qui me tournait autour. Tiens, les mouches s'intéressent sans doute à la douance (edit: j'avais écrit "seules les mouches", mécaniquement, sans le vouloir, j'ai donc rectifié).
UT RIDENTIBUS ARRIDENT, ITA FLENTIBUS ADFLENT
__________________________________________
[Une citation latine fait un érudit du benêt].
Avatar de l’utilisateur
Hêraklès
Hêraklès
 
Messages: 824
Images: 2
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 15:09
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar NoWest » Dim 7 Aoû 2011 22:53

Euh, d'emblée j'ai un peu l'impression de déterrer le topic.
Mais l'autre soir, j'ai eu une réaction un peu violente lors d'une conversation avec un ami, soit-disant "proche", mais dans le fond c'est plus la fréquence de nos échanges qui fait la proximité.
Je lui ai soudain déballé tous mes doutes par rapport à une hypothétique douance. Au final, je me suis rendue compte que ça avait été une énorme erreur. Je crois qu'il ne comprenait simplement pas ce que je lui racontais :x . Il voulait reprendre toute ma démarche point par point. Moi je lui avais déjà expliquée, j'étais déjà très loin devant |-) , et je n'avais aucune envie de revenir sur ce que j'avais déjà résolu, et qui n'avait besoin que de repos. Une épreuve !
Enfin, là, tout le monde y compris moi doit se demander pourquoi je raconte ça :saoul: . Alors essayons de sortir une problématique de ce témoignage pour le moins étonnant. Pour ceux qui ont "dit" leur douance, outre les préjugés qui resortent, n'y a-t-il pas des réactions qui vous ont fait comprendre que les autres n'arrivent pas plus à comprendre ce qui se passent dans votre tête, voire encore moins, quand ils ont connaissance de vos aptitudes potentielles, et que vous leur expliquez les problèmes affectifs potentiels qui vont avec ?
Voilà, une petite question pas très universelle, mais là c'est un peu l'appel à témoin de "C'est mon choix" qui résonne ! ^^

:amour2:
"Ma tête est ailleurs sur une autre planète, parmi les grands rêveurs aux allures un peu bêtes, comme un gros poisson ça fait des bulles dans mon cerveau, des trucs mal connectés, qui font que j'suis distrait" Saule
Avatar de l’utilisateur
NoWest
 
Messages: 35
Âge: 25
Enregistré le: Jeu 4 Aoû 2011 19:11
Localisation: Quelque part à l'West
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Fabs le vaurien » Lun 8 Aoû 2011 07:45

pour te répondre NoWest, cela m'est arrivé de tenter d'expliquer à quelqu'un et de percevoir que ce n’était pas la peine. Je crois pas qu'il faille insister. C'est comme pour tout autre sujet d'ailleurs. Il y est des échanges inutiles et tenter de dialoguer est parfois plus fatiguant qu'autre chose. Soit l'autre ne peut envisager autre facon d'aborder les choses, soit on est carrément en présence d'une déficience. Autant laisser l'autre se complaire dans ses croyances. De toute façon, je ne crois pas que ce soit si compliqué que cela de percevoir que l'autre ne comprend rien.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Colonel Moutarde » Lun 8 Aoû 2011 07:53

Mais dans ce cas-là n'a-t-on pas provoqué des dégâts irrémédiables dans la relation à cette personne ?
Colonel Moutarde
 
Messages: 913
Enregistré le: Ven 4 Fév 2011 07:56
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Fabs le vaurien » Lun 8 Aoû 2011 08:07

Colonel Moutarde a écrit:Mais dans ce cas-là n'a-t-on pas provoqué des dégâts irrémédiables dans la relation à cette personne ?


je persiste à dire qu'il faille bien sélectionner ses interlocuteurs, si tant est qu'il soit forcément nécessaire d'en parler. Dans cette optique, j'ai du mal à envisager qu'on puisse faire des erreurs de casting.
D'autres sujets sont censés être auparavant apparu comme révélateurs et auraient dû être suffisants pour d'emblée ralentir nos ardeurs de coming out .
Le summum de la grande désespérance vient des leçons de morale que tu te prends dans la tronche et dont tu sais que , quoi que tu puisses dire, tu ne pourras modifier la structure de pensée de l'autre. Vaut mieux laisser pisser, passer injustement pour un neuneu/taré...ça fait travailler l'humilité.

les réactions que j'ai reçu face à l'aveu de mon crime d'intelligence, qu'elles fussent bonnes ou mauvaises, sont fidèles à ce que j'avais déjà observé.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5581
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar sofiane » Lun 8 Aoû 2011 15:17

Pour ma part, que la psy me cofirme que j'étais " surdoué " m'aida simplement à étayer et à cocher une case quant à mon mode de pensée singulier, ni plus ni moins.

En gros, si je vous parle de surexcitation cérébrale et émotionelle, cette même surexcitation qui permet d'aller très vite et de fonctionner différemment dans la manière d'aborder un problème quel qu'il soit, cet état que certaines personnes peuvent qualifier de '' bordeline '' ou encore '' schizophrénie ''.

Pour revenir au sujet d'Azerty, la première personne à qui je me suis confié est une amie à moi dont la réaction fut : " mais arrète, tu n'as pas le profil du mec à lunettes ''.

Ironie de l'histoire, c'est elle qui était avec moi à Paris vu que j'étais chez elle et c'est à elle que fis part des résultats, les seconds bien sur à l'avoir su sont les membres de ma famille, mon père et ma mère ferment leur gueule bien que dans l'erreur et l'ignorance d'un mode de pensée et non d'un chiffre ou d'un bon résultat " ma mère me disait que je mourrai seul et mon père que j'étais un feignant " , la troisième personne à qui je l'ai dit est une amie à moi et tous deux faisons partie d'une petit groupe de quatre personnes, je le lui ai avoué car je ne vois pas encore comment il réussissent à me supporter, ensuite parceque je lui fesais assez confiance, troisièmement pour justifier le fait que je sois attentionné avec elle et pour lui faire comprendre que j'étais comme ca et non pas parceque j'avais un faible pour elle.

L'autre personne à qui j'en parlai un jour dans un moment de déprime est un très bon ami à moi, tout nous oppose '' enfin je crois '' mais il a prouvé au fil du temps et il le prouve encore que c'est un être humain exceptionnel, cependant comme je le craignais il ne comprit pas ma démarche et encore moins que je parle de douance et lorsque je lui confimai que je l'étais, sa réponse fut '' la classe '' comme si je m'en vantais.., bref.

La dernière personne à l'avoir su est un ami à moi , je le considére comme mon montor, sa petite fille présentant toutes les caractéristiques de l'enfant précoce, je lui en parlai pour l'aider à changer l'angle de tir vis à vis de sa scolarité sachant qu'actuellement aussi jeune soit-t-elle se fait traiter de dèbile par un des ses professeurs.
sofiane
 
Messages: 61
Âge: 34
Enregistré le: Mer 8 Juin 2011 19:05
Localisation: Oran
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar MaximeW » Jeu 1 Mar 2012 10:06

Quand on maîtrise l'art de l'évitement comme d'autres maîtrisent l'art du kungfu, dire sa douance est au moins aussi pénible et compliqué que de prendre son pied à faire des nœuds. N'est-ce pas David ? ( :fubar: )
Rien ne me coûte plus que de parler de moi. Je m'épuise et renonce devant cet incommensurable fossé qui sépare le désir de (tout) dire et mon habilité verbale. Môme, je fantasmais de parler comme on écrit. Bref...

La première personne à qui j'ai dit la chose c'est la mère de mon fils.
D'abord par obligation : mon fils et moi partageons beaucoup trop de traits caractéristiques du haut potentiel pour que je puisse envisager de faire l'économie d'un wisc et d'un accompagnement adéquat (il y a une antenne de l'Anpeip près d'ici). Je me voyais mal emmener le fiston chez la psy en douce.

Par commodité ensuite : madame et moi, ça fait presque 15 ans. Quinze longues et pénibles années à se croiser sans jamais vraiment se rencontrer. Frustration, maladresse, rancœur, repli sur soi et sans doute l'espoir réciproque d'une vie meilleure. Un calvaire commun mais deux stratégies distinctes : Introspection désabusée vs Déni amer.
Je lui ai dit : "je veux faire tester Victor parce que le tableau que la maîtresse m'inquiète et qu'il s'agit peut-être de précocité intellectuelle. Je viens de me faire diagnostiqué et le résultat est sans appel. J'ai un Très Haut QI qui me classe dans la catégorie des (pires) surdoués. Et je me pose des questions sur toi."
Le message subliminal c'était : je viens de prendre une sacrée claque et j'ai bien envie de ruer dans les brancards. :ledoigt: l'homéostasie. A ma grande surprise, le message a été plutôt bien accueilli avec un poil de fausse modestie : "moi ? ça se saurait..." Chassez le naturel...

La seconde personne à qui j'en ai parlé est un de mes meilleurs amis ( j'ai autant d'amis qu'on pouvait compter de doigts sur la main gauche de Django Reinhardt). On se voit deux fois par an à tout casser et alors que je me demande si je vais lui dire, voilà qu'il me parle de son enfant qui vit un enfer à l'école. Comme toi Sofiane.
Vous savez ce que c'est, on passe ses relations au crible, à travers le prisme de la douance et l'on voit des HP scintiller tout autour de soi. :sweat: Quand on fréquente autant de monde que de doigts sur les deux mains de Django, ça va vite (qui a dit phobie sociale? :x )

J'embraye donc sur moi et je fais le lien avec ce que les enfants intellectuellement précoces sont parfois amenés à vivre
je lui fais lire ceci. Peser les mots, être le moins confus possible, lutter contre l'urgence d'exposer la problématique de fond en comble, c''est éprouvant. A réserver aux personnes de confiance pour s'épargner d'être mis à l'index.
J'en ai fini avec les doigts et je dédie ce post au Petit Scarabée :rock:
« Le bonheur c’est un plat de frites supplémentaire. »
C. M.Schulz
Avatar de l’utilisateur
MaximeW
 
Messages: 109
Enregistré le: Mar 24 Jan 2012 21:34
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Mlle Rose » Jeu 1 Mar 2012 10:29

Pour d'autres témoignages, il y a aussi un topic ici :
discussions-debats/angoisse-annonce-aux-proches-t582.html
;)
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar funnymoon » Mar 17 Avr 2012 11:46

Bon moi, peut être parce que je suis un peu vindicative comme fille, j'ai fait l'inverse.
Je me suis empressée de le dire à ma famille et à mes amis proches.
Certes ce n'était pas la réaction que j'attendais. Mais je ne regrette pas.

En fait ma mère m'a en gros répondu "Faut pas que ça ce te serve d'excuse pour faire n'importe quoi."... Mais bon, elle pense comme ça. Je ne désespère pas de faire changer lentement son regard vis à vis de la différence et de la prise de risque en général. Ainsi qu'au reste de ma famille.
Mon père est plus curieux... il a commencé à se poser des questions sur lui. L'une de mes sœurs aussi. L'autre m'a dit qu'elle n'était pas surprise mais ne peut envisager de faire un test aussi.

Oui j'ai eu droit à des "félicitations" complètement à côté de la plaque. Mais j'ai l'impression que c'était une étape obligée pour entamer des discutions et lancer le débat autour de moi.
Certaines (rares) personnes ont mal réagit. Mais c'était une manière de couper des relations qui me pesaient déjà avant.
Elles avaient pas mal de traits en commun. Et leur réaction commune fut : "ces tests ne veulent rien dire !".
ça leur faisait peur. Pour différentes raison sans doute. Mais je ne supportais plus de les entendre me dire comment je devais être ou faire ou me donner des conseils à côté de la plaque sans arrêt. Je sentais trop que ces relations me prenaient trop d'énergie.
Cela me sert un peu de "filtre". J'ai peut être tord, mais j'ai l'impression que pour pouvoir m'entourer de personnes avec qui je peux être moi même, pouvoir aborder ce sujet librement et sans jugement est important.

Bizarrement... c'est personne là ont peur du test en lui même. Elles ont peur d'être testée cataloguées, mise dans une case ou pas. C'est bizarre, elles sont les premières à me dire que je suis hypersensible. Et pourtant, l'idée qu'un test puisse dire ça de moi les choque profondément. J'entends les mots : charlatant, manipulation, tromperie... dans leur bouche. Une méfiance à l'égard des tests et des psychologues qui me blesse, mais... Je crois que c'est une méfiance plus générale, qui m'oblige à marcher sur des œufs de toute façon.
Si ça génère une forme de jalousie ou de peur en face, qui ne peut être surmonté par la discussion alors je me dis que je dois garder ces personnes là à distance, ou qu'elles me boufferait mon énergie d'une manière ou d'une autre même si elles disent beaucoup m'apprécier. Mais je suis peut être un peu radicale

Et surtout, comme ça, j'ai découvert d'autres HP dans mon entourage (je ne l'aurai jamais su autrement). Mais j'ai du mal à aborder le sujet avec eux.
Pour l'un je l'ai appris par des moyens détournés sans lui dire que je le soupçonnait chez moi.
L'autre me l'a dit bien après que je lui ai avoué pour moi. Bizarrement il avait réagit par un "félicitation !" exactement identique à ceux des autres. (Faut dire qu'il est très fort pour le masquer je dois lui reconnaitre)

Depuis je n'ai pas réussi à aborder le sujet ni avec l'un, ni avec l'autre.
funnymoon
 
Messages: 13
Âge: 32
Enregistré le: Jeu 2 Fév 2012 18:11
Localisation: Paris
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar apopomme » Sam 28 Avr 2012 11:47

Bonjour à tous,

Si je n'avais pas rencontré un ami de mon frère surdoué, et si je n'avais pas eu la directrice de recherches que j'ai, je n'en serais pas là où j'en suis aujourd'hui dans mon cheminement personnel.
L'ami de mon frère, ma mère et ma grand-mère (et même ma directrice de recherches) m'ont soutenue dans mes démarches, mes questionnements.
Et mes amis dans tous ça, que dire... Je ne sais même plus si je peux encore appeler "amie" les deux filles qui m'ont à chaque fois repoussée dans mes retranchements, en me disant que j'affabulais sur une hypothétique douance (alors que la psy en été convaincue). L'une d'entre-elle m'a dit "Mais moi aussi, c'est pareil." Je me souviendrais toujours le jour où elle m'a dit "attends j'ai trouvé un livre qui réponds à mes questionnements et maintenant je sais pourquoi, nous les femmes, nous pensons trop". Autant vous dire que j'ai eu une soudaine envie de l'étrangler. Quant à la seconde "amie", la cerise sur le gâteau, le pompon, a été lorsqu'au sortir du premier RV chez la psy, elle m'a envoyé par texto "Mais elle t'a vraiment prise au sérieux ?".

Alors, voilà, je me retrouve face à des réaction de ce type. Je vous passerai bien les détails, lorsque mon père m'a dit, après les résultats que "les psys te disent ce que tu as envie d'entendre".

Donc, je le garde pour le moment pour moi. Je ne peux partager les choses qu'avec l'ami de mon frère. Car, au final, cela attire non seulement l'incompréhension de l'autre (qui ignore vraiment ce qu'est qu'être surdoué - ce n'est pas un cadeau), mais aussi souvent sa jalousie...
apopomme
 
Messages: 27
Enregistré le: Jeu 15 Mar 2012 13:32
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar funnymoon » Dim 29 Avr 2012 13:50

apopomme a écrit: Car, au final, cela attire non seulement l'incompréhension de l'autre (qui ignore vraiment ce qu'est qu'être surdoué - ce n'est pas un cadeau), mais aussi souvent sa jalousie...


Je suis d'accord, ça attire souvent l'incompréhension. Mais c'est le cas pour tellement de sujets.
En général quand on doit parler d'un concept entaché de clichés (comme celui de surdoué) ... mais ça pourrait faire pareil en disant le mot finance, politique, féminisme... la liste est infinie. On réagit avec des à priori sur les mots sans savoir ce qu'ils recouvrent concrètement.

Hier un jeune homme qui travaille dans la finance depuis peu me disait qu'il passait beaucoup de temps à expliquer qu'il était normal depuis. Hahaha et oui ça aussi ça fait grimacer.

Bref c'est juste un mot entaché de cliché. Vous avez déjà essayer d'utiliser un autre mot ? On m'a dit que j'étais un ###bipède asthmatique à poils laineux### par exemple ? (là c'est sûr on va vous regarder de travers ;-) Mais ensuite ça laisse l'occasion d'expliquer ce que ce la veut dire. Là la personne en face se rendra compte qu'elle ne sait pas ce que c'est j'imagine.

Dans ce cas parler des réalités "neurologique" du style densité de neuronnes sensoriel qui implique une hypersensitivité pour commencer. J'imagine que ça passe bien.
Tout l'enjeux est d'arriver à faire passer une idée nouvelle avant que la personne se ferme parce qu'elle prend peur. (à l'idée que vous lui soyez supérieur).

Mais bon je continue à penser que ceux qui ont une réaction de jalousie sont à éviter dans notre cercle proche. (Après la famille c'est une autre histoire).
Moi j'essaye de faire passer le message qu'ils le sont peut être encore plus que moi (en filigrane) - ça passe bien au près de pas mal d'amis - qui commencent à se poser la question pour eux au lieu de me prendre la tête. Tout ça pour bien leur faire comprendre que je ne me suppose pas plus intelligente qu'eux. Simplement j'ai trouvé de nouvelles clés pour comprendre mon comportement, et une nouvelle voie pour avancer.
funnymoon
 
Messages: 13
Âge: 32
Enregistré le: Jeu 2 Fév 2012 18:11
Localisation: Paris
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Pier Kirool » Sam 26 Mai 2012 15:13

Moi mon fils (11 ans) qui vient d'apercevoir le titre du forum vient de me demander : "Tu pense que tu es surdoué ?" ; "Beeeen je me pose la question. Tu en penses quoi ?" ; "Surement pas !!".
Ouf : tout va bien...
"La vraie science est une ignorance qui se sait" (Voltaire)
Avatar de l’utilisateur
Pier Kirool
 
Messages: 2320
Âge: 56
Enregistré le: Lun 14 Mai 2012 10:50
Localisation: Bordeaux
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Start me up
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Dire sa douance : comment et à qui

Messagepar Mockinbird » Mer 15 Jan 2014 01:11

En ce qui me concerne, je l'ai dit à tous ceux que je peux fièrement appeler mes amis, à ma mère et à l'une de mes soeurs.

Les amies à qui j'avais parlé de ma démarche de tests avant d'être diagnostiqué m'encourageaient déjà sur cette voie car "cela ne peux qu'être utile de voir un psy pour s'aider à faire le point" (oui, mon entourage amicale est dans le médical/para-médical, ce qui aide énormément quant à l'image des psys)
Donc l'annonce pour elles a été un "en fait, ça m'étonne pas" puis discussion sur le sentiment d'altérité toussa toussa. Bref, réactions impeccables :-D
Celle qui ne savait rien de ma démarche m'a dit également "ça m'étonne pas". Tout comme l'un de mes amis homme (oui, j'ai quelques amis :):):) )
Mon autre ami homme a eu une réaction inattendue "ça te sers à quoi maintenant de savoir que tu es très intelligent ?!"
Mouai, peu mieux faire... Mais j'ai mieux compris quand j'ai vu sa mère, a qui il en a parlé, et qui m'a dit être HP aussi. Ce qui a au passage éclairé cette si belle amitié qui nous lie. Parce que, aux vues de certains de ces comportements, et surtout par le fait qu'il est un des seuls qui me suis naturellement quand je laisse à mon cerveau tout le loisir d'être arborescent, je suis sûr qu'il est HP aussi (ne revenons aps sur le débat "je vois des HPs partout"). Mais, étant fils unique, et dans un milieu qui favorise sa différence, il n'a jamais vraiment vécu les écueils du cerveau qui doit se contraindre à la conformité.
Cela dit je lui ai expliqué le pourquoi de ma démarche et le fait que je ne veux pas qu'on associe ma douance à une forme d'ego surgonflé et il a parfaitement compris. :hello2: D'ailleurs maintenant je lui fait de plus en plus remarquer son mode de fonctionnement et l'utilité qu'il peu, parfois, y avoir à faire le test ^^

Reste la relation la plus sensible. Ceux qui nous ont mit au monde...
Je l'ai annoncé à ma mère, qui n'a rien compris.
Pas une grande surprise évidemment, puisque en parfaite continuité des 25 ans où nous avons vécu ensemble. (Enfin quand même, il y a toujours cette petite voix, qui autrefois criait joyeusement "maman" à la sortie de l'école, qui s'attend à ce que peut-être, par une sublime exception, on soit compris ou au moins à ce que l'incompréhension soit explicitée.)
"Sa ne sert à rien, on est comme on est, point barre. On ne peut pas changer, il faut s'accepter comme on est, et d'ailleurs les psys sont plutôt du genre à embrouiller les cerveaux avec des questions inutiles"
Dans le genre "peu mieux faire", ça réaction se place là...
Mais bon, je lui ai fait comprendre que j'aurai peut-être besoin de retourner voir un psy mais que ça coûte cher et elle m'assure son support financier. C'est déjà ça, et puis après tout c'est peut-être un début de quelque chose.
Elle m'a rappelé 10 minutes après pour me demandé si en fait je n'essayais pas de lui dire que mon métier actuel ne me plaisait pas et que je voulais me réorienter parce que "il n'y a aucun soucis, on te soutient"
Ah ba quand même, ça fait du bien ça !! :-D

En ce qui concerne ma sœur, (4 ans de moins que moi) : "ah bon ? Ben c'est bien :-) " regard d'incompréhension, sourire, regard d'incompréhension, regard d'incompréhension et sourire.

Si je puis me permettre de clôturer ce récit un brin longuet par un conseil, je dirai qu'il vaut mieux bannir des explications tous ce qui renvoie à l'intelligence. L'amalgame intelligence différente / intelligence supérieure est toujours très vite fait, et, personnellement, j'excuse tout ceux qui le font. Les seuls informations parvenues au grand public concernant la douance sont celles que vous savez. Les mots surdouance, QI, et affilié, sont donc uniquement connotés par une échelle de valeur qui leurs a été imposé et qui renvoie à un classement simple : être intelligent ou pas.
La preuve en est que la plupart d'entre nous, avant de faire les tests, se débatte dans les eaux tourmentées du "je me pense vraiment si intelligent ?!"

Lorsque cela risque d'être sensible, je crois qu'il vaut mieux aborder le sujet de la douance en expliquant d'abord les difficultés que cela engendre. Du genre "tu sais que je me trouve trop comme çi ou comme ça "ou "que les gens me disent trop ... ou pas assez...", les difficultés au travail, les problème de socialisation, la sensation que personne ne comprend. Parler de la Bête sans mentionner le Bête en somme.
Et ensuite dire qu'on a trouvé une sorte explication. Que notre cerveau ne fonctionne pas comme celui de tout le monde, en fait. Et vu qu'il faudra tôt ou tard mettre les vrais mots sur ces notions, et sur la manière dont on a acquis la certitude de la douance, je suis plutôt partisan du petit mensonge pour éviter les mauvaise connotations. Du genre "J'ai vu un Docteur en Neuropsychologie" ou en "Neuroscience" pour éviter tout ce que véhicule le "je suis aller voir un psy" et ajouter le crédit du "Docteur" (en insistant sur la majuscule). A mon avis, cela renvoie aussi à la maladie, et vu que vous avez commencé en parlant de "problèmes", peut-être qu'au lieu d'entendre un "il se croit plus intelligent" agressif, l'entourage entendra un "Ah mais il était malade ?! Et maintenant il sait ce qu'il a, ouf !" avec plus de compassion.

Mais ce n'est que mon avis, j'admets volontiers pouvoir me tromper.
Nous avons voté. Et à sept voix contre cinq, nous avons décidé que nous ne sommes pas schizophrène.
Avatar de l’utilisateur
Mockinbird
 
Messages: 42
Âge: 31
Enregistré le: Sam 14 Déc 2013 06:23
Localisation: Saint-Etienne
Présentation: Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Discussions et Débats

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
"Douance et enseignement : comment s'adapter quand on est un prof surdoué ?"
par Azore » Jeu 9 Avr 2015 18:16

Réponses: 13

Vues: 3443

Dernier message par Judas Bricot Voir le dernier message
Mer 23 Sep 2015 13:40
Comment gérer les tsunamis émotionnels?
par luciole dans l'herbe » Sam 27 Déc 2014 22:44

Réponses: 14

Vues: 3185

Dernier message par sayadyn Voir le dernier message
Jeu 22 Oct 2015 11:18
Comment participer à cette section
par Modérator » Mar 12 Juin 2012 13:54

Réponses: 1

Vues: 2141

Dernier message par Mlle Rose Voir le dernier message
Mar 18 Sep 2012 15:35
amitié : qui se ressemble s'assemble?
par Madame Chevêche » Mar 8 Fév 2011 18:08

Réponses: 20

Vues: 7853

Dernier message par Daenerys Voir le dernier message
Ven 16 Nov 2012 21:22
Douance, hérédité et implication familiale
par Easy29 » Mar 5 Avr 2016 21:13

Réponses: 18

Vues: 2202

Dernier message par Mei Run Voir le dernier message
Lun 20 Juin 2016 14:38

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité