Douance et empathie

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.
Madame Chevêche
Messages : 47
Enregistré le : sam. 5 févr. 2011 13:11
Test : WISC

Douance et empathie

Message par Madame Chevêche » ven. 4 mars 2011 15:03

Le sujet me taraude depuis quelque temps et, pour différentes raisons, il est bien remonté à la surface ces derniers temps.
Donc, on vient de m'expliquer doctement que c'est trop demander que de demander aux autres d'adapter leurs propos et leurs attitudes à ce que vivent leurs interlocuteurs - quand ils sont au courant de ce que ces derniers vivent, évidemment. Si on se sent blessé, c'est que le propos n'était pas destiné à X au choix handicapé/cancéreux/infertile/veuf/au chômage/etc..., mais à X comme ça, sans prise en compte des particularité de X.
D'où ma question. Est-ce que c'est moi qui suis totalement égoïste d'attendre que ceux qui savent que l'autre vit quelque chose en tiennent compte dans leur relation à celui-ci? Est-ce que c'est mon trop-plein d'empathie de surdouée qui fait que j'attends une réciproque que les autres ne peuvent pas me donner? Est-ce que l'individualisme est LA valeur qu'il est de bon ton de revendiquer? Ça me cisaille toujours autant de voir revendiquer fièrement un droit à la survie au milieu des difficultés de la vie qui masque en fait la revendication du droit à l'indifférence absolue envers l'autre.

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5592
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par Fabs le vaurien » ven. 4 mars 2011 15:26

Instinctivement, je dirais que ce n'est pas trop demandé. Toutefois, il importe de différencier ce qui est de l'ordre de la diplomatie et celui de l'évitement par tabou.
Soit on fait attention à respecter la souffrance de l'autre en mesurant nos propos et pour le coup, la démarche est plutôt saine, soit on fait une croix sur certains sujets et de fait, la relation est déséquilibrée et finalement pas vraiment authentique puisque l'échange demande un effort pour l'interlocuteur. L'effort de ne pas s'aventurer dans certaines zones épineuses. Pour le coup, l'enjeu pour l'interlocuteur serait de protéger l'autre et donc d'interdire à la relation d'avancer.
Selon moi, il s'agit tout de même d'accepter que malgré tout certains sujets peuvent être abordés (avec pincettes certes mais abordés tout de même). si il est impensable pour l'interlocuteur d'être libre dans la relation, là il y'a un soucis.
Donc, je crois qu'il y a pas d'égoïsme dans ta demande..
Après, comment l'interlocuteur le comprends? et comment le vit il?
Peut on présager qu'il n'a aucune empathie dès lors qu'elle ne se manifeste pas dans ton ressenti? peut être est elle bien là mais difficile pour l'interlocuteur à gérer? ou toi qui ne la décodes pas tout le temps?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Colonel Moutarde
Messages : 913
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 07:56
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Contact :

Re: Douance et empathie

Message par Colonel Moutarde » ven. 4 mars 2011 15:52

En fait, ce topic est né de la réaction de personnes qui amènent immédiatement la question sur le terrain du tout ou rien : c'est soit "je dis ce que je veux et si je blesse, c'est pas moi le problème, c'est l'autre qui est trop sensible, trop centré sur son problème, trop etc" soit "ah bon, alors on peut plus rien vous dire".
Le problème de la notion de respect, c'est qu'elle n'est saine que si elle marche dans les deux sens et si on ne passe pas la nuit à se demander "à qui c'est d'commencer". Pour prendre un bref exemple trivial, dans le milieu du sport, quand une star se comporte d'une manière odieuse, viole contrats, parole, lois et esprit du jeu, elle prétend invariablement dans les interviews qu'on lui accorde complaisamment qu'on lui a manqué de respect. Je crains qu'il en soit du respect comme de l'écoute : tout le monde en réclame, personne ne veut en donner, tout le monde s'estime dispensé d'en donner.
Or, si "avoir ses problèmes" signifie se fermer à l'écoute des autres, alors il n'y aura plus que des foules de dos tournés les uns aux autres. Car effectivement, nous avons tous nos problèmes. Si on attend de ne pas en avoir pour faire attention à l'autre, on va attendre un moment.
Quand une personne revendique le droit de ne pas se préoccuper de la façon dont ses propos seront perçus, parce qu'elle ne "veut pas se prendre la tête", je me demande bien quelle communication elle envisage : qu'attend-elle donc de l'autre ? A quoi sert-il ?

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12574
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par TourneLune » jeu. 28 avr. 2011 09:15

Un article dans Sport et vie, trouvé par hasard au boulot.
Résumé de l'article: "On peut apprendre énormément de choses sur nous-mêmes en observant nos cousins les singes: leurs querelles, leurs façons de gérer les situations de conflits, leurs rituels d'apaisement. Oserait-on le dire? Tout cela ressemble très fort au spectacle sportif. "

La personne interviewer fait notamment remarquer que l'empathie caractérise particulièrement l'être humain même si elle ne lui est pas réservée; que c'est cette empathie qui lui permet de faire les plus belles choses mais aussi les plus terribles. Que sans capacité d'empathie, on ne ferait pas autant souffrir l'autre. C'est la capacité à percevoir ce qu'il ressent qui fait qu'on torture ou qu'on blesse.
Bref, encore une fois, pas un truc tout blanc tout noir, juste une capacité à laquelle nous donnons du sens et orientons selon ce que nous sommes, selon d'autres valeurs présentes en nous.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Cyrano » lun. 4 juil. 2011 10:27

Je rebondis sur ce topic pour essayer d'éclaircir un point...

Intellectuellement, je pense effectivement que sans la préoccupation des ressentis de l'autre, aucune communication n'est possible. Après, il importe de ne pas non plus présager des sentiments de l'autre à l'aune de notre propre ressenti. On s'imagine souvent que l'autre va ressentir ce que nous, nous ressentirions. De nombreux témoignages de gens "différents" évoquent ce constat : "C'est souvent les autres qui sont gênés de parler de ma différence."
A l'inverse, il n'est pas rare (et c'est mon cas bien souvent) de blesser quelqu'un sans même en avoir conscience.
J'ai juste projeté le fait que moi, je ne serais pas blessés par ces paroles.

Beaucoup d'incompréhensions, de débats stériles émergent de tout ça je crois.

N'est-ce pas justement antinomique de se considérer empathiques et à la fois coupé du ressenti des autres si souvent ?
Ou est-ce consciemment que l'on coupe ce lien empathique dans certaines occasions ?
N'a-t-on pas parfois pleinement conscience de blesser l'autre ?

Je n'ai peut être pas le bon raisonnement mais je me dis :

L'empathie est une porte ouverte sur le ressenti de l'autre.
On a donc les cartes pour communiquer avec lui et ne pas le blesser.

Et pourtant...force est de constater que la communication n'est, à priori, pas le point fort des HP. Et l'incompréhension mutuelle n'est jamais loin.

J'essaie de comprendre...
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Colonel Moutarde
Messages : 913
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 07:56
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Contact :

Re: Douance et empathie

Message par Colonel Moutarde » lun. 4 juil. 2011 10:48

Je me suis fait la même réflexion.
Ces derniers temps, pour des raisons très variables, je me suis trouvé en présence de personnes en train de pleurer, sur un sujet qui ne m'était pas indifférent, mais me concernant également de façon variable. Vlam! illico, la pompe à empathie se déclenche à fond les ballons et je me sens fortement ému, jusqu'à la gorge nouée et aux larmes très proches. La connexion d'empathie s'établit jusqu'à la caricature.

Mais c'est un peu comme la lumière à travers un vitrail. Recevoir la lumière plein but parce qu'on a des vitraux au lieu de murs, n'empêche pas que, comme chez tout le monde, la lumière ne nous arrive modifiée par notre propre filtre. Un grand vitrail transforme plus la lumière qu'une plus petite vitre blanche ordinaire. L'existence des flux émotionnels des autres, paraît-il, nous échappe moins, mais il n'est pas dit que nous les recevons tels quels.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12574
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par TourneLune » lun. 4 juil. 2011 11:25

Si je peux me permettre, ce que tu décris là, c'est l'identification ( ou peut-être un autre terme conviendrait mieux), pas l'empathie.
L'empathie, c'est ce qui nous permet de comprendre les émotions de l'autre, pas forcément de les ressentir. Par exemple, c'est aussi l'empathie qui va faire qu'une personne en torture une autre, parce qu'il sait que ça va le faire souffrir. Bref, ça n'a pas grand chose à voir avec une décharge d'émotions, ça peut tout à fait être froid et distant, simplement, on comprend ce qui se passe.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Colonel Moutarde
Messages : 913
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 07:56
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Contact :

Re: Douance et empathie

Message par Colonel Moutarde » lun. 4 juil. 2011 12:03

Dans ce cas la question de Cyrano demeure.
Comment concilier l'image du surdoué empathe et celle du surdoué "en décalage", ayant du mal avec les implicites, etc ?

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12574
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par TourneLune » lun. 4 juil. 2011 12:10

Pour ma part, je pense être assez douée en empathie la plupart du temps, mais j'ai beau savoir à peu près ce qu'ils pensent ou veulent, je suis pas forcément capable de le leur donner, tout simplement.
Cela dit, le sens donné à empathie quand on parle des surdoués est très souvent pas le bon, tout simplement.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5592
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par Fabs le vaurien » lun. 4 juil. 2011 12:14

je crois que l'empathie est plus la capacité à se mettre à la place des autres dans leur souffrance (d'où le derivé pathos), pas forcément qu'on chouine avec eux.

je ne sais pas si c'est de l'empathie chez moi mais je parviens à bien intellectualiser la souffrance chez l'autre. Après , c'est clair que ça ne me bouscule pas.

HS: c'est assez étrange mais dans mon travail, il est demandé aux professionnels de faire preuve d'empathie. C'est donc une qualité essentielle à son exercice...y'a t il une formation à l'empathie ?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12574
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par TourneLune » lun. 4 juil. 2011 12:38

Si tu n'as aucune idée de ce que ressent la personne à qui tu as affaire, tu es forcément à côté de la plaque non?
Si tu souffres avec elle, tu dois pas pouvoir bosser très longtemps...
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Colonel Moutarde
Messages : 913
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 07:56
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Contact :

Re: Douance et empathie

Message par Colonel Moutarde » lun. 4 juil. 2011 12:51

je crois que l'empathie est plus la capacité à se mettre à la place des autres dans leur souffrance (d'où le derivé pathos), pas forcément qu'on chouine avec eux.
Si tu te mets à la place d'une personne submergée par l'émotion pour en pleurer, c'est assez logique d'avoir aussi les larmes qui viennent. "Chouiner avec eux" (pourquoi être péjoratif ? surtout vu à quels événements je faisais allusion) peut exister sans empathie, mais je ne crois pas qu'on puisse être en empathie avec une personne qui pleure en raison d'un contexte bouleversant, sans sentir aussi des larmes.

Si tu intellectualises ce qu'elle ressent, tu n'es pas à sa place : tu l'analyses mais tu n'es pas en prise avec son ressenti, point qui me semble partie intégrante de ce qu'on appelle em/path/ie.

TourneLune, quel serait selon toi le bon sens pour le terme empathie ?

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5592
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par Fabs le vaurien » lun. 4 juil. 2011 13:03

TourneLune a écrit :Si tu n'as aucune idée de ce que ressent la personne à qui tu as affaire, tu es forcément à côté de la plaque non?
Si tu souffres avec elle, tu dois pas pouvoir bosser très longtemps...
justement, c'est parceque j'ai une idée de ce que la personne ressent que je parviens à orienter mon action de façon adaptée (je pense). Et si, je souffrais avec, effectivement, j'aurais vite fait de trouver une réorientation (mon action ne serait que trop affectivée donc potentiellement nuisible pour l'autre). Après je suis peut être, de part mon métier de technicien de l'empathie, à coté de mes émotions pour le coup.


Colonel, pour le terme "chouiner", y'avait pas d'intention derrière. J'aurais très bien pu écrire "s'emouvoir" ou "pleurer".
Ne te formalises pas, y'avait pas d'intention de brusquer. Si c'est le cas, excuse moi.
Colonel Moutarde a écrit : Si tu intellectualises ce qu'elle ressent, tu n'es pas à sa place : tu l'analyses mais tu n'es pas en prise avec son ressenti, point qui me semble partie intégrante de ce qu'on appelle em/path/ie.
peut être. Je dis ce que je ressens pour le coup.
Mais je ne suis pas convaincu qu'il s'agisse de ressentir ce que l'autre ressent mais plutôt de concevoir de façon objective et subjective ce que serait mon ressenti si j’étais à la même place.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Joebar
Chouchou de la maîtresse
Messages : 2906
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 10:31
Présentation : ->
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Joebar » lun. 4 juil. 2011 13:53

► Afficher le texte
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Cyrano » lun. 4 juil. 2011 13:57

"L'empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l'intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion complexe désignant le mécanisme par lequel un individu (un animal dans le domaine de l'éthologie) peut « comprendre » les sentiments et les émotions d'un autre individu voire, dans un sens plus général, ses états mentaux non-émotionnels, comme ses croyances (il est alors plus spécifiquement question d' "empathie cognitive").

Dans l'étude des relations interindividuelles, l'empathie est différente de la sympathie, de la compassion ou de la contagion émotionnelle (la notion d'empathie n'impliquant pas en elle-même l'idée du partage des mêmes sentiments et émotions, ni d'une position particulière vis-à-vis de ces derniers)."

Je pense encore une fois qu'il est important qu'on parle bien de la même chose.

Est-ce que tout le monde est d'accord avec cette définition de l'empathie ?
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5592
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par Fabs le vaurien » lun. 4 juil. 2011 13:59

bah pour le coup, je suis d'accord et parlais à peu près de cela.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Colonel Moutarde
Messages : 913
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 07:56
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Contact :

Re: Douance et empathie

Message par Colonel Moutarde » lun. 4 juil. 2011 14:42

D'accord et en effet ce dont je parlais ne relève pas de l'empathie mais plus de la sym/pathie.

Pour ma part je ne sais alors vraiment pas si je suis assez empathique. Enfin. Si, oui, non. Disons que je me méfie énormément de moi-même et des risques de projeter, d'extrapoler - parce que je sais que j'ai tendance à trop le faire.

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Cyrano » lun. 4 juil. 2011 15:36

hum...la question demeure ouverte.

Tu décris TourneLune le fait que tu comprends le ressenti de l'autre mais que tu ne peux pas, ou ne souhaite pas le cas échéant, lui venir en aide.
Je parlais plus justement des fois où nous ressentons mal les émotions des autres et que nous ne percevons pas que nous allons blesser avec nos paroles.

Bon, je dis "nous" mais en l’occurrence, je parle de mon expérience.

J'ai effectivement parfois cette impression de deviner ce que l'autre ressent, souvent même. (ce qui me fait par exemple exploser quand je ne ressens pas la révolte qu'il devrait, selon moi, ressentir face à une situation injuste qui le concerne...les sujets se croisent)
Je perçois aussi très vite quand j'ennuie quelqu'un ,quand je lui parle. Je m'arrête souvent dans mon discours en lui demandant : "heu...ça t'emmerde ce que je dis ?" L'autre me regarde avec les yeux écarquillés et me répond tout gêné que...bah...non, pas du tout. Bref, je comprends souvent dans quel état émotionnel est la personne à mes côtés.

Mais ça ne m'empêche pas parfois d'être complètement à côté de la plaque et de persévérer dans un discours sans percevoir que je blesse avec mes paroles.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
Joebar
Chouchou de la maîtresse
Messages : 2906
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 10:31
Présentation : ->
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Joebar » lun. 4 juil. 2011 16:15

► Afficher le texte
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5592
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par Fabs le vaurien » lun. 4 juil. 2011 17:43

je crois qu'il faut différencier la perception des émotions de l'autre et la capacité à se mettre à la place de.
Dans mon cas, se joue je pense une espèce de tambouille cérébrale mêlant à la fois ma réceptivité accrue aux stimuli (même les plus infimes détails) et un jeu de connexions ultra rapides (évaluation du contexte, prise en compte de ce que je connais de l'autre...) qui me permettent de dresser le tableau et de comprendre de quel peinture il s'agit.
Aussi, je peux percevoir le malaise chez quelqu'un que je connais sur un détail et avancer des hypothèses pas tout le temps à coté de la plaque. Mais je ne crois pas percevoir l’émotion en tant que telle. Je dirais qu'il s'agit d'un sens aigu des fluctuations environnementales associé à des calculs de probabilités rapides basés sur une observation fine et une connaissance théoricopratique des rapports humains . Aussi, je suis avant tout statisticien (si on puit dire) que directement impliqué émotionnellement. Il y'a, je crois plus de logique que de sensitif en somme.
Je suppute là. Peut etre même que je me mens à moi-même. Mais je crois que c'est ce qui se passe chez moi.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Cyrano » lun. 4 juil. 2011 18:08

Il s'agirait donc d'une déduction inconsciente suite à une détection non moins inconsciente de détails imperceptibles pour les autres...mmm...la finesse de cette déduction serait donc corrélée à tout un ensemble de paramètres personnels.

Quoi qu'il en soit, que la source soit d'origine émotionnelle ou déductive, en y réfléchissant, elle passe de fait au travers du prisme de mon cerveau et donc, est partiellement déformée.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12574
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par TourneLune » lun. 4 juil. 2011 18:41

La sympathie induit l'empathie, je pense.

Cyrano: je ne parlais pas de gens "à aider", je parle de gens qui évoluent autour de moi, tous les rapports ne sont pas basés sur l'aide. Certains voudraient que je me comporte d'une certaine façon, que je sois qq un d'autre;, ben je peux pas, c'est tout. C'est d'autant plus pénible de sentir qu'on est "pas comme il faut" que de ne se rendre compte de rien.

Quand on me demande de l'aide, pas la peine de chercher à jouer sur la corde sensible, ça me fait fuir plus qu'autre chose, je sens venir les choses grosses comme une maison et je n'aime pas ça du tout. J'appelle ça du chantage affectif et j'ai horreur de ça.
Je suis beaucoup plus sensible à la douleur rentrée et pudique qu'à l'explosion d'émotions dans tous les sens.
Ca m'a pas empêchée de me faire avoir une fois ou de pleurer au mariage de ma meilleure amie, mais bon.... globalement c'est comme ça.
Après, je ne suis pas non plus un monstre de froideur, hein.... mais c'est quelque chose que je maitrise à peu près sans que ce soit fermé.
Mais je fais très bien la distinction empathie sympathie ( sympathie est un meilleur terme que celui que j'avais utilisé)
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5592
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et empathie

Message par Fabs le vaurien » lun. 4 juil. 2011 18:55

Cyrano a écrit :Il s'agirait donc d'une déduction inconsciente suite à une détection non moins inconsciente de détails imperceptibles pour les autres...mmm...la finesse de cette déduction serait donc corrélée à tout un ensemble de paramètres personnels.
ouai.
cela dit, je reconnais que cette compréhension mêlant raisonnement et sensibilité se heurte à un autre paramètre lorsque je suis directement impliqué, à savoir: l'affectif.
là c'est autre chose et je ne crois pas qu'il s'agisse là d'empathie...
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Joebar
Chouchou de la maîtresse
Messages : 2906
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 10:31
Présentation : ->
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Joebar » lun. 4 juil. 2011 19:44

► Afficher le texte
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.

Avatar du membre
Monsieur Noir
Messages : 442
Enregistré le : ven. 4 févr. 2011 00:42
Présentation : Back in Black
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : IRL
Âge : 42

Re: Douance et empathie

Message par Monsieur Noir » lun. 4 juil. 2011 20:28

Colonel Moutarde a écrit :Dans ce cas la question de Cyrano demeure.
Comment concilier l'image du surdoué empathe et celle du surdoué "en décalage", ayant du mal avec les implicites, etc ?
Comprendre les émotions de l'autre ne te dit pas ce qu'il attend de toi. Par contre c'est très efficace pour te faire comprendre que, vu la tête de l'autre, t'es à côté de la plaque. :mrgreen:

Et si tu ne trouves jamais la plaque...
A la recherche de l'imperfection parfaite.

Répondre