TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 529
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Dark Vadrouille » lun. 1 oct. 2018 19:40

@sanders tips c'est une astuce pour remédier à un problème.

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1824
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Bradeck » mar. 2 oct. 2018 00:02

Louise a écrit :
lun. 1 oct. 2018 19:32
Bradeck a écrit :
lun. 1 oct. 2018 18:44
J'avais vu des mentions reliant difficulté de planification / organisation pouvant entraîner la procrastination. C'est évoqué par exemple sur ce site là : http://www.tdah-adulte.org/
Mais j'avoue ne pas avoir eu le courage de me lancer dans des textes scientifiques sur le sujet.
Ce que tu décris, ca me fait plutôt penser aux fonctions exécutives et leurs troubles, plus que l attention proprement dite (il y a un post, d adena je crois, qqpart sur le forum sur le sujet des fonctions exécutives : planification, metacognition, etc. L exemple donné plus haut de la personne pour qui c est insurmontable de poster un courrier est pile dedans)
Trois choses :blond:
1/ Je crois bien que j'ai retrouvé le post sur les fonctions exécutives auquel tu fais référence, et il est effectivement intéressant de le mettre en lien dans ce topic.

2/ En le recherchant, je suis tombé sur un autre qu'il me semble également intéressant de mettre ici, à savoir : [QALC] La procrastination

3/ Par rapport aux fonctions exécutives supérieures du type planificationsont impactées dans un TDA (à ma connaissance, dites moi si j'ai tort).
Je dis cela car : lors des test pour le TDA, on regarde si la planification est perturbée (figure de Rey). Et le bilan met bien dans les "raisons" du diagnostique de TDA : "difficulté d'organisation/planification"

Ensuite, dans ledit post d'Adéna, je prend une citation qui me semble corroborer :
[quote="Adena]La motivation et l’intérêt sont des facteurs d’une importance capitale dans la poursuite des buts coûteux. Cela pourrait permettre d’ouvrir la fenêtre attentionnelle donnant accès aux FE. [/quote]
Ceci me fait dire : Comme la motivation permet d'ouvrir et de maintenir la fenêtre attentionnelle, plus cette dernière est difficile à ouvrir et à maintenir, plus il faut de la motivation et / ou de l'intérêt. Ainsi, le TDA à un impact indirect, car pour effectuer une même "tâche" que quelqu'un non atteint de TDA, il faut plus de motivation / intérêt. (C'est à la hache, mais le principe y est)

Mais en plus, la dopamine, qui intervient dans les mécanisme motivationnel, plaisir, boucle de récompense, etc... est justement un des éléments qui fait "défaut" chez les personnes atteintes de TDA (je ne me souviens plus s'il s'agit de la dopamine en elle-même ou de récepteurs défectueux, ce qui me semble être blanc bonnet et bonnet blanc du point de vue des effets). C'est pour cela que les médoc (ritaline) contiennent de la dopamine.
Donc la personne atteinte de TDA a donc également des problèmes de motivation / intérêt. Et ceci peu provoquer de la procrastination. Je met cela juste pour me raccrocher au topic :P

Après, j'avoue que je ne poste que des réflexions par rapport à mon peu de lecture sur le sujet, dans l'espoir que toi (oui, toi Louise :P) et / ou Adena, ou quiconque avec un bagage académique / scientifique sur le sujet éclaircissent le bazard ^^
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1109
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Louise » mer. 3 oct. 2018 07:29

Théorie intéressante, Bradeck, merci!

Comme proposé plus haut, petit topo sur la Ritaline.
Le principe actif de la Ritaline est le méthylphénidate. C'est un psychostimulant (il est aussi prescrit pour traiter la narcolepsie, par ex), mais il semble avoir des effets "inverses" sur l'hyperactivité des TDA/H (d'où la nécessité du diagnostic). Le mode d'action est similiaire aux amphétamines mais ce n'est pas une amphétamine. Elle ne provoque ni dépendance ni accoutumance à usage correct.
est justement un des éléments qui fait "défaut" chez les personnes atteintes de TDA (je ne me souviens plus s'il s'agit de la dopamine en elle-même ou de récepteurs défectueux, ce qui me semble être blanc bonnet et bonnet blanc du point de vue des effets). C'est pour cela que les médoc (ritaline) contiennent de la dopamine.
On supose en effet que c'est l'explication à cet effet inverse, stimulant chez les personnes normales qui sécrètent et recaptent la dopamine normalement, et calmant chez les personnes où cette fonction est déficitaire. Mais il me semble que le mode d'action dans le TDAH est encore un peu flou.
La France prescrit 10 fois moins de Ritaline que les autres pays européens, on serait plutôt en sous -prescription.
Son efficacité à long terme est controversée chez les enfants, mais chez les adultes,elle semble plutôt consensuelle (meta analyse ici : https://link.springer.com/article/10.10 ... 015-4099-3)

L'ANSM (anciennement AFSSAPS, agence pour la santé française) a émis un certains nombres de documents :
Méthylphénidate données d’utilisation et de sécurité d’emploi en France.pdf
28098 ANSM Metylphénidate a5.pdf
Quant aux petits outils et tips, je tâcherai de vous en glaner un peu pendant mon stage (il n'a lieu que les Vendredis, j'avance pas vite!), mais dans la série pas cher et facilement accessible pour diriger de manière sociablement acceptable l'agitation motrice, il y a ce genre de petites choses : coussin pour se balancer, fidgets, balles molles à malaxer (moi perso pour maintenir mon attention gamine, j'étais devenue reine dans le "tournage de crayon autour du pouce"). Ça parait tout con, mais quand on voit (dès le mois de Septembre, hum + grrrr) le carnet de son môme (en 4è hein!! pas en CE1... même si ce sont les mêmes commentaires depuis toujours...) rempli de mots type "fait tomber son crayon" "joue avec sa gomme", "se balance", (et quand y'a trouble praxique avec, ça peut aller avec "fait tomber sa chaise"), "se lève et se promène à travers la classe" (comment ça tout ça sent le vécu? :D), bah finalement, une alternative à l'impulsivité motrice, ça prend soudainement un grand intérêt. (je précise que je ne me pense nullement atteinte de TDA/H, ni mon fils, qu'au feeling je classerai plutôt dans asperger léger, mais tous ces spectres se croisent et se rejoignent, et les outils fonctionnels à mettre en place peuvent être complètement efficaces face à un déficit dans une fonction précise)

Image

Dans la continuité du témoignage perso, un enfant de nos amis, diagnostiqué TDA/H, est sous Ritaline depuis quelques mois. Il ne la prend qu'en période scolaire, mais la différence est réelle et impressionnante et lui permet de suivre une scolarité à peu près normale. (mais le WE, du coup, ça change rien, et il casse toujours autant de trucs chez nous :D, lui il a bien bien le H, en plus c'est un pote de notre fils, donc il est souvent chez nous le WE)
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 529
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Dark Vadrouille » mer. 3 oct. 2018 08:06

Le stylo et la gomme, c'est toute mon enfance et en cp surtout, je me levais tout le temps (pour aider la maitresse aussi à expliquer les leçons que les autres ne captaient pas).

L'accessoire que tu as mis en photo, je l'ai à mon bureau, malheureusement il n'est pas très solide mais ça détresse/défoule bien.

Merci pour les liens.

Avatar du membre
Tipiak
Messages : 481
Enregistré le : jeu. 1 août 2013 20:31
Présentation : attention, bazar sauvage en liberté
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ben en général je me déplace, alors bon...

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Tipiak » ven. 5 oct. 2018 15:46

@@Louise , t'as lu les liens que j'avais postés dans le premier message du topic ?

En fait ce qui est relou c'est que chaque fois qu'on parle de trouble de l'attention, le versant hyperactif / hyperkinétique est le plus voyant, et moi ça m'intéresse pas parce que ça me concerne pas. (Excusez ma franchise hein :) ) J'ai justement besoin d'info sur le darkside du TDA, celui qui bouge pas, qui se voit pas, mais qui t'empêche de te lever de ton siège pour voir si les timbres sont dans le porte-feuille ou dans le tiroir (car oui, ils sont forcément à un des deux endroits, tu le sais, c'est ça le pire !)

Et est-ce que le statut "hypoprescripteur" de la France tient compte du statut hyperprescripteur des USA ? En cours, un prof, j'ai oublié son nom mais on a ptêt eu le même, nous disait que parmis les gamins qu'il voyait en consultation -dans un CHU- 9/10 avaient de la Ritaline pour l'hyperactivité alors qu'en fait c'étaient des enfants en dépression qui le manifestaient par de l'hyperactivité. Je m'en souviens très bien car le chiffre m'avait choqué...

Sinon je pense qu'on devrait renommer @Bradeck en "Starpelle", l'est trop balèze dans le déterrage de trucs utiles :D

@Dark Vadrouille , loin de moi l'idée de te poser un diagnostic que tu m'as pas demandé, surtout gratuitement en plus :D, mais si ça t'intéresse, y'a pas mal de choses que tu décris de ton vécu qui apparaissent sur le site du TDA que j'ai mis en lien dans le premier post là...

Sinon j'ai testé des trucs contre la procrastination l'astuce des 10 minutes m'a permis d'avancer... (Se mettre 10 minutes à la tâche haïe, même si on la fait pas avancer, juste lui consacrer ce temps... Ca permet le starter qui manque...)
Nous ne te lècherons pas car tu es toxique!
Mais ma signature est toujours 20% plus cool, d'ailleurs je retourne sur mon bateau pêcher des colins, signé ton papa le Captain Igloo.

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1824
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Bradeck » ven. 5 oct. 2018 21:36

Tipiak a écrit :
ven. 5 oct. 2018 15:46
Sinon j'ai testé des trucs contre la procrastination l'astuce des 10 minutes m'a permis d'avancer... (Se mettre 10 minutes à la tâche haïe, même si on la fait pas avancer, juste lui consacrer ce temps... Ca permet le starter qui manque...)
Et cela a marché ? Moi typiquement ce truc n'a jamais fonctionné, cela m'a juste fait passer d'horribles soirées car je tentais de multiple fois de m'atteler à la tâche, le livre dans les mains, ou mon mémoire ouvert dans le traitement de texte, à m'interdire de faire quoique cela soit d'autre.
Et les rares fois où cela a marché, c'est à dire que j'ai commencé, quelques minutes, au mieux vingt minute après, au pire moins de cinq minute après, pfff, mon esprit était ailleurs, et je devais recommencer.

Je crois que cette année, j'aurais croisé quelqu'un disant : "Quand on veux, on peut"... :tronco:
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
Tipiak
Messages : 481
Enregistré le : jeu. 1 août 2013 20:31
Présentation : attention, bazar sauvage en liberté
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ben en général je me déplace, alors bon...

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Tipiak » dim. 7 oct. 2018 07:31

Oui, cela a relativement fonctionné, le challenge est de penser à utiliser cette aide maintenant.

Le quand on veut on peut... Ca peut être vrai quand c'est le monster panic qui nous pousse à vouloir... :D Mais franchement c'est pas charitable de prendre les gens de haut de façon culpabilisante comme ça...
Nous ne te lècherons pas car tu es toxique!
Mais ma signature est toujours 20% plus cool, d'ailleurs je retourne sur mon bateau pêcher des colins, signé ton papa le Captain Igloo.

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3386
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Grabote » dim. 7 oct. 2018 10:07

À propos de procrastination, j'ai fait beaucoup de progrès grâce au "bullet journal" qu'on élabore soi-même en fonction de ses besoins.
Quand j'ai vu cette vidéo ,j'ai tout de suite eu la sensation de "ce truc est pour moi " et je l'ai adopté direct. J'en suis à mon deuxième maintenant, il ne ressemble pas du tout à celui de Solange (elle a une vie bien tranquille à cote de la mienne :huhu: ) et je continue de le faire évoluer pour l'optimiser.
Il m'aide vraiment à être plus éfficace, plus productive, je procrastine beaucoup moins de choses et beaucoup moins longtemps, ça m'a allégée ma "charge mentale" d'une manière phénoménale ... bref je l'adore et c'est un véritable outil pour moi qui me sert d'archive une fois terminé.
Pourquoi c'est mieux qu'un agenda classique ?
Alors, pour moi, déjà il y 'a le fait de le fabriquer soi-même. J'ai un gros problème "d'inscription dans le temps" je sais toujours quel jour on est mais rarement le numéro. Fabriquer moi même mon agenda m'aide à "m'inscrire dans le temps " et à assimiler à l'avance les temps à venir et du coup à mieux planifier mes actions.
Cela me permet aussi d'élaborer un outil vraiment adapté à ma vie, et de le faire évoluer en fonction des périodes.
Ensuite, le fait d'insérer les listes dans l'agenda, me permet de les planifier dans la foulée, et de ce fait de m'alléger. Je ne pense plus à tel coup de fil à passer ou tel courrier à envoyer parce que je sais que je l'ai noté et planifié, donc que je vais le faire donc que je peux l'oublier pour le moment.
Je procrastine toujours certaines choses qui me créent du stress ou pour lesquelles la motivation est très très basse, mais nettement moins longtemps et avec nettement moins de tension et il y'en a plein que je ne procrastine plus :rock:
C'est vraiment quelque chose qui a amélioré ma vie !
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3561
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par madeleine » dim. 7 oct. 2018 18:50

Je te remercie pour ce rappel ! Je vais commencer dès demain dans mon travail, j'ai exactement cette impression de faire plein de trucs dont je ne me souviens plus, tout en étant tenaillée par la crainte d'oublier des trucs essentiels.

Si ça marche pour moi je ne manquerai pas de faire un retour.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3386
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Grabote » dim. 7 oct. 2018 20:41

J'ai été contente de ne préparer que le premier mois au début car j'ai mis un peu de temps à organiser le truc adapté pour moi. Il me semble que j'avais visionné aussi le lien qu'elle donne de celui qui l'a inspirée dont je m'étais sentie plus proche d'ailleurs, si je me souviens bien. À oui, un truc que j'ai ajouté et qui est vraiment bien pour moi qui ai plusieurs "casquettes' c'est un code couleur. J'utilise un bic 4 couleurs.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 529
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Dark Vadrouille » mar. 9 oct. 2018 13:51

@Tipiak Je n'avais lu que le 1er lien, le second avec ces 50 astuces est sympa à lire, je trouve ça plutôt motivant d'ailleurs.
Merci pour le partage.

Avatar du membre
Armie
Messages : 618
Enregistré le : jeu. 11 déc. 2014 14:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Armie » mer. 17 oct. 2018 09:35

Dans les commentaires sous la vidéo de Solange dont parle Grabote, y avait une nana TDA qui parlait d'une application qui l'avait beaucoup aidée, à la base une appli de motivation qu'elle a détournée pour l'aider avec son trouble au quotidien. (https://fabulous.fr.uptodown.com/android mais j'imagine que n'importe quelle appli de ce genre ça marche)
Elle explique qu'elle était incapable d'intégrer le moindre rituel, que tout lui demandait un effort de mémorisation et de motivation (et de décision). Elle a configuré l'app de façon à ce qu'elle lui dise chaque tâche à faire l'une après l'autre, une fois que c'est fait tu cliques et l'app' te félicite, puis te dit ce que tu dois faire après. Apparemment ça lui a permis d'intégrer des routines dans son quotidien, et donc faire plus en souffrant moins grâce au fait de déléguer la planification.
Quelqu'un a déjà utilisé ce genre d'outils?
Ça peut être intéressant je trouve, mais je me dis qu'il faut quand même être capable d'obéir quand l'app' te dit d'aller prendre ta douche :huhu:
(finalement c'est un peu pareil que le bullet journal, mais version informatique)

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3386
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 49

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Grabote » mer. 17 oct. 2018 11:01

:D sauf que le BJ ne te félicite pas d'une voix suave (et programmable en genre ?) mais on a quand même la satisfaction de rayer les listes et j'avoue que c'est ce que je préfère ! :P
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1824
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Bradeck » jeu. 18 oct. 2018 11:40

Ce genre d'outil semble en aider pas mal, surtout ceux qui se sentent plus submergé par le côté planification, et sont englués dans la prise de décision de "qu'est-ce que je fais parmi tout ce que j'ai à faire". Un peu comme moi quand j'ai envie de regarder un film, et que je dois choisir celui à visionner. Je peux passer la soirée à tenter de me décider, et finir par me dire : bon, vu l'heure, ce n'est plus la peine :P

Personnellement j'ai essayé ce genre de choses. En papier, ce n'est même pas la peine, il suffit de ne pas ouvrir le cahier et HOP, tout est reporté ^^.

En outil, j'avais essayé avec un gestionnaire de "to do list", dans lequel tu peux assigner des échéances, les découper en sous-tâches si besoin, les décaler etc... avec des rappels et tout et tout.
Alors la partie "je rempli le logiciel / cahier" avec tout ce que je dois faire, en ne blindant pas les jours, pour avoir la "satisfaction" de cocher les cases / désemplir la to do, etc. Cette phase là j'aime bien. Tu prévois tout ce qui est important, et tu te dis : "Nickel, tout va être règle en temps et en heure". Sincèrement, je peux dire qu'elle est plaisante, car au moins tu prends la mesure de ce qu'il y à faire, et te rassure avec un : « Bon en fait c'est faisable ».

En revanche, le passage à l'utilisation... comment dire.
Je pense qu'il faudrait effectivement éprouver une sorte de satisfaction lorsque l'on coche une case, que l'on a fait un truc de sa liste, etc. Ou comme le dit Solange dans sa vidéo "Tâche tourner la vidéo… dans ta gueule". Personnellement, cela ne me procure aucune satisfaction, aucun "génial, tu l’as fait".

J'ai pourtant tenté le coup de me dire : "Bon, ce truc-là n'est pas compliqué et pas trop long, donc tant que tu ne l'as pas fait, tu n'as le droit de rien faire d'autre". Je peux rester bloqué pendant extrêmement longtemps avant de démarrer la tâche, même si je choisi une tâche pour laquelle je sais qu'après j'aurais le sentiment de "une bonne chose de faite". Et donc cela ne m’aide pas à passer à la tâche suivante, car je vais revivre le même calvaire de rester bloquer avant de passer à l’action. Bloqué car mon cerveau ne parvient pas à se focaliser, il repart dans des réflexions de replanification, de « oui mais si je le fais demain, est-ce vraiment un problème », voire à partir sur d’autres considérations diverses et variée. Et le ramener à ce que je devrais faire, le focaliser, me demande un effort colossal, et je pèse mes mots. Et je sais qu’une fois le focus retrouvé, il y a peu de chance qu’il tienne plus de quelques minutes (je veux dire moins de dix minutes…). Je n’ai jamais réussi de ma vie à rester concentré sur une tâche longtemps. Il faut que l’activité nécessite que je fasse plusieurs choses en même temps.

C’est pour cela que j’aimais bien mes métiers, car de la manière dont je les exerçait, je devais faire plusieurs choses en même temps, mais toutes dans un même but, et en passant rapidement de l’une à l’autre.

Ainsi, dans la problématique de planification, analysée dans mon test TDA, il a bien été vu que c’est plus, pour moi en tout les cas, l’exécution du plan qui est baclée, que la planification en elle-même. Je sais ce que je dois faire, mais je « m’en débarrasse ». Vu que les tâches proposée font toute moins de 5 mins, je rentre en mode « Ok, je te le fais ton truc, mais en 2 minutes »
Ainsi, dans mon cas, c’est surtout l’exécution qui pêche. Car soit je ne fais pas, soit tout d'un coup je rentre en mode "hyper-focalisation" et je m’investis corps et âme jusqu'à ce que j'ai vidé la liste, quitte à ne pas dormir voire manger pendant trois jours. Cela m'est encore arrivé cette semaine. Et sincèrement, me retrouve derechef à ne quasiment pas dormir, manger n'importe quoi n'importe comment, c'est pénible, même si cette fois-ci cela n'a duré que 36h, ou j'ai été obnubilé par la tâche à effectuer au détriment de tout le reste. C'est pénible car j'ai raté un mail important pour mon démarrage d'activité, car selon la loi de Murphy, il est arrivé durant cette période après des semaines sans nouvelles.

Je n'ai réussi à m'y mettre que parce que je trouvais vital de pouvoir remettre le fruit de mon effort le jour de la formation que j'avais à assurer. Je me suis imposé de le remettre le jour du cours, car je savais que si je me disais : "Je leur enverrai après par mail", il y a peu de chance qu'ils l'aient eu avant plusieurs mois, voire jamais.
Ainsi, c'était un truc à faire pour les autres. Si la tâche avait été d'une aussi grande importance, mais pour moi... j'aurais coché la case "report" dans ma liste.

On peut toujours discuter du fait que cela soit bien lié au TDA ou non. Pour avoir un moment pas mal regardé, j'ai lu des histoires similaires, des gens dont le TDA a détruit leur vie pro, voire perso parce que justement, il ne "parvenait pas à s'y mettre". Je peux dire que le TDA en est au moins un facteur aggravant, sachant qu'il y a certainement d'autres causes.
Lorsque je lis aussi : Il y a des facteurs d’éducation, environnementaux etc., bien sûr. C’est pour cela qu’il est difficile, pour moi en tout cas, de savoir ce contre quoi je ne peux pas lutter, qui est lié à une particularité corticale, de ce que je peux modifier, car c’est de l’acquis. Mais c’est aussi un peu un jeu de l’œuf de et la poule. Le TDA, tu le portes en naissant. Donc la manière dont tu va agir face à ton environnement est « colorée » par le TDA, tu dois tenter de t’adapter face à des difficultés, en pensant que les autres ont les même. Donc comment dire que cet ‘acquis d’expérience’ n’est pas lié lui aussi, au TDA sur certains aspects ?

En fait, je cherche quelque chose qui n’existe pas, une liste qui dit : Le TDA, de manière concrète dans votre quotidien, cela interdit cela et ceci etc. Pour me dire : Ok, donc pour toute ces choses, je dois trouver un contournement.
Malheureusement : concentration, planification, motivation, sont des termes trop vastes pour savoir ce qui est impacté de quelle manière dans une vie quotidienne, en tous les cas pour le néophyte que je suis. Certainement que mon esprit, qui "veux comprendre précisément", n'aide pas trop non plus, alors qu'il sait très bien lâher prise sur beaucoup d'autre chose, lorsque je m'attaque à la compréhension de quelque chose, je ne parviens pas à faire autrement...

Désole, de ce post très long. Ceela fait un peu grand déballage, mais c’est une préoccupation prédominante chez moi ces temps-ci, et ce fil est un fil de "témoignage" :P
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1109
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Louise » jeu. 18 oct. 2018 13:33

Bradeck, je rebondis parce que des outils de gestion de tâches (en ligne, moi non plus le papier, c'est pas possible), j'en ai testé un bon paquet. Puisque tu as du mal à gérer la partie pratico -pratique, ce qui me saute aux yeux en te lisant, c'est que ce qu'il te faut n'est pas tant une liste avec des cases à cocher, qu'un calendrier avec des tâches assignées et bornées (qui donc inclut le temps de repos!!).

J'avais fait ça fut un temps où j'avais vraiment bcp bcp bcp de choses à gérer en parallèle, et pas assez de temps pour tout, et ça avait bien fonctionné (sur la durée, c'est saoulant, je trouve que c'est un peu brise-créativité et brise-liberté... mais quand y'a des objectifs à atteindre, bin ça m'a été bien précieux) :
1/ Définir les "rôles", les trucs vitaux pour un équilibre dans ta vie. Moi par ex, j'avais "femme", "mère", "épouse", "future psy", "danseuse", "gestionnaire de maison" et une rubrique ajoutée "affutage des outils"
2/ En face de ces rôles, fixer des objectifs, et, chaque semaine, pour ces objectifs un certain nombres d'actions à mener (rapidement j'avais zappé les objectifs pour directement inscrire des trucs comme : "accorder une heure de temps exclusif à enfant 1, enfant 2, repas en amoureux, lire un chapitre de tel cours, etc). Affutage des outils, j'y mettais le sport/yoga/méditation, en gros les trucs pour maintenir corps et esprit affûtés...
3/ Mettre un degré d'importance A, B ou C
4/ Face à un agenda hebdo, placer ces actions, bornées dans le temps, en commençant par les A, puis B, puis C. Ce qui est B ou C peut être déplacé. Le fait de les placer sur un agenda t'"oblige" un peu plus à tâcher de t'y tenir. Le A que tu ne peux pas faire le jour assigné, bin tu le replaces direct le lendemain, en déplaçant un B ou un C, par ex.

Et surtout : Ne pas remplir totalement l'agenda, laisser 20% de temps libre pour les imprévus, et 20% pour les tâches quotidiennes.

Et si te mettre en branle t'es très compliqué, pour chaque tâche (surtout les répétitives), découpe là en tous petits bouts, avec là, pour le coup, une liste à cocher. Comme ça, tu débarrasses ton cerveau de la surcharge cognitive pendant l'exécution.

S'il y a aussi un problème de motivation, accorde toi des petites récompenses en fin de semaine quand tu arrives à tenir ton planning.

Ça ressemblait à ça : j'avais pas mis les plages où j'étais au taf, j'avais pas détaillé les objectifs, mais directement les tâches, un onglet par semaine pour faciliter le copier coller, enfin j'avais adapté le bousin, quoi.
Evidemment, il y avait du report sur les tâches rebutantes, mais d'une ça permet de garder en tête les objectifs, et de deux, c'est quand même plus contraignant et efficace que... rien.
Image

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1824
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Bradeck » jeu. 18 oct. 2018 14:24

Merci Louise,

Ce genre d'outil est vraiment super pour beaucoup de gens. J'en ai également testé beaucoup, en pensant naïvement que l'outil ne m'étais pas adapté. Ors cela fait des années maintenant qu'ils sont vraiment devenu excellent dans l'utilisabilité des outils.

Mais en fait, la planification, découper les tâches longues en petit bout, etc, c'est un éléments important dans mon travail depuis plus de vingt ans, dans lequel je suis reconnu pour être quelqu'un de pragmatique et efficient, malgré le fait que j'ai géré des projet complexes. Donc ainsi, faire ce que tu exposes m'est relativement facile, et je l'ai fait périodiquement. Le planning juste. Le suivre, sincèrement je n'y parviens pas, et il est clair qu'il y a autre chose là-dedans que le simple TDA.

Il me semble qu'un des points clef dans ce que tu dis est de s'attribuer des récompenses, qui représentent selon le point de vu, un élément motivateur. Et là, pour moi, cela ne marche pas. Je n'arrive pas à faire le lien entre : tiens, voilà une récompense parce que tu as fait un truc bien et ledit truc à faire. Ce "mécanisme" là, je ne l'ai pas, il n'a jamais marché. Je n'ai jamais compris que l'on puisse avoir des récompenses pour quelque chose que l'on devrait faire. Alors on pourrait dire que la récompense, c'est pour avoir surmonté la difficulté. Et bien moi, je trouve que le fait d'avoir réussi à surmonter la difficulté est la récompense en soi, car ça cela me plus plaisir que m'offrir un truc. A la source de mon vécu du TDA, il y a cela : quoi trouver pour activer les circuit motivation / récompense.

Lorsqu'il s'agit d'effectuer des tâches pour quelqu'un d'autre, Cela reste problématique. Je m'y met au dernier moment, voire après, et donc je vis très mal la phase où j'entre en hyper-focalisation, mais c'est fait. A la limite, je pense que je pourrais en prendre mon parti, et diminuer le côté mal vécu. Là je le vis mal surtout parce que je souhaiterais faire autrement, me transformer sur cet aspect-là, et que je n'y parviens pas. Je ne l'ai pas si mal vécu que cela durant les 46 ans qui ont précédé ma reconversion.

Si ce qui est à faire est uniquement pour moi, et donc actuellement pour le lancement de mon activité, c'est extrêmement difficile. Et même si je m'installe dans une profession de service, le coup de me dire "Pense à tous les gens qui ne bénéficient pas de tes super formations"... On va dire que mon égo n'est pas assez grand pour considérer ces arguments valables.

Donc effectivement je recherche quelque chose de pratico-pratique, dans le sens ou je cherche à bâtir "ma solution" à "mon problème" qui est lié au TDA. Parce qu'à ce jour, j'ai essayé pleins de choses qui ont marchées pour certain, et rien n'a fonctionné pour moi dans ces "trucs" là.
Le véritable soucis c'est qu'il m'est difficile de trouver, dans ma problématique, et pour construire "ma solution", ce qui est modifiable ou non.

Je vais tenter une métaphore : On va dire que ma manière de fonctionner est une grande maison compliquée avec pleins de pièces et donc plein de murs, et je cherche à en modifier l'agencement cassant des murs. Mes "acquis d'expérience", qui sont modifiables, sont des cloisons. Il y en a des plus fine que d'autre, donc elles sont plus ou moins faciles à casser, mais je peux les casser. Le TDA lui est représenté par des murs porteurs, qui sont impossible à casser, je dois faire avec. Pour faire avec, il faut que je parvienne à les repérer.
On va dire que la dedans, la motivation qui me pousse à agir, est un parcours parmi des pièces et des couloirs. Et il n'est vraiment pas optimal, parce que lorsque je le parcoure, je suis perturbé par ce qui se passe dans plein d'autres endroit de la maison. Je m'égare, voire j'arrive dans une pièce toute noire dont les règles sont : "Tu te fais bien mal au moral, tu restes coincé ici longtemps, et tu passes ton tour".
Donc je voudrais réagencer le couloir, optimiser le trajet, en cassant des trucs. [EDIT] Dans cette métaphore, je n'ai pas besoin que l'on me donne des outils en me disant : voilà, ça c'est pour casser une cloison, ça c'est pour faire des nouveaux murs.[/EDIT] Non, j'aimerai bien qu'un architecte me dise : Alors ce mur là, on ne peut pas le casser, celui-là non plus, mais on peut y mettre une porte, etc. Mais il me semble qu'en l'état actuel de ce que l'on sait sur le TDA, il n'y a personne capable de répondre à ce besoin. Au début je pensais que si, vu que c'est tout de même étudié sérieusement depuis longtemps. Et parce que je suis un grand naïf aussi :P

C'est pour cela que je parlais d'une sorte du manuel du TDA qui explicite : Le TDA, dans le quotidien, cela veut dire que ceci est faisable, ceci non, ceci oui mais à condition que, etc. Et cela, je n'ai pas trouvé. Je suis éventuellement en train de me faire mon manuel à moi en essayant des choses et en constatant la faisabilité, mais on va dire que le process est désagréable, et en plus j'y joue mon avenir. Oui, j'aurais pu y penser avant. En fait, j'y avant pensé avant, j'ai juste sous-estimé la force du blocage. J'ai fait "plouf, dans l'eau" en me disant que là je n'aurais plus le choix. Et euh... cela ne marche pas terrible comme plan :P

Désole, je n'aime pas trop les posts que j'écris dans ce fil. J'ai l'impression de commencer à trop parler perso, alors que ce n'est pas le lieu, on est quand même dans "le grand salon - la douance". Or il n'est pas question de douance, et perso je n'ai pas, à ce jour, vraiment de matière à fournir en dehors de mon vécu expérienciel, qui est très loin d'être généralisable. Quelqu'un qui lit ces post va se dire : lui, ca doit vraiment être le bordel dans sa vie. Mais non, tout comme le TDA est compensé par la douance, en fait tout va bien en règle générale.

Sauf sur un point précis, très précis même, mais qui de part ma situation actuelle est extrêmement important. Un peu à l'image de certains risques dont le pourcentage de chance que l'évènement se produise est extrêmement faible, mais s'il se produit, on est très mal. C'est un peu une situation comme ça, que je tente de gérer, et d'améliorer. Et un des facteurs important là dedans, mais ce n'est pas le seul, c'est le TDA.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1109
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Louise » jeu. 18 oct. 2018 15:35

Moi non plus, les systèmes de récompense ça ne marche pas.

Je crois que tu ne trouveras pas de réponses génériques toutes faites, parce que justement, tu es unique, avec une combinaison unique de capacités / fonctionnements cognitifs / valeurs, etc etc. Plus tu vas décortiquer dans le détail ton fonctionnement, plus tu auras des clés sur la nature du mur, s'il est porteur ou non, etc... mais en fait, même ça, ça marche pas tout à fait comme ça : ton mur.. bah il est dynamique et il change. Tes capacités et ton portefeuille de stratégies/outils fluctuent, avec l'expérience, l'apprentissage, l'évolution des valeurs, la fatigue, la motivation, qui n'est jamais linéaire... Mais je ne vois pas comment faire autrement que comme tu le fais : essayer des trucs, garder ce qui marche, et passer autre chose quand ça ne marche pas.
Moi mon boulot ces dernières années, ça a été... accepter. Accepter que 1/ soit je vais tout accepter par enthousiasme, et n'arriverais pas à tout faire, ou pas tout faire aussi bien que je voudrais (et si je bâcle, je bâcle en effet souvent MA partie), du coup tu bosses sur ton perfectionnisme. Soit 2/ je ne peux pas tout faire, et je dois faire du tri, du coup tu bosses ta capacité à dire non, et à renoncer. (Ce n'est pas une problématique de TDA, à se mettre à faire, mais ça la rejoint, parce que moi, je veux tout faire, et me lance dans tout en même temps sans jamais vouloir renoncer à aucun projet :D)

La balance de ce que ça me coûte est à ce jour à la faveur du 1/, qui n'est pas parfait, loin de là, mais qui est mon compromis actuel avec moi même.

Pour revenir sur le A de attention, bah en effet y'a pas 36 chemins : soit tu bosses sur l'exogène : les distracteurs pour les minimiser, soit tu bosses sur l'endogène : ce qui favorise ton attention. (médoc, exercice pour accroître les capacités attentionnelles, mieux inhiber les distracteurs, etc)

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12066
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par TourneLune » jeu. 18 oct. 2018 15:42

Moi je les trouve très bien tes messages et je m'y retrouve beaucoup, surtout en ce moment, j'ai l'impression que plus le temps passe, plus c'est difficile et les mécanismes mis en place pour compenser certaines difficultés que tu décris arrivent à épuisement. Surtout après les gros conflits et soucis que j'ai vécu au travail ces dernières années et malgré l'amélioration fulgurante de ces problèmes. Vraisemblablement je n'y arrive plus et je ne suis plus la même.
Je n'ai aucun diagnostic de TDA, ni n'ai cherché à en avoir un et ni vraiment, jusqu'à aujourd'hui, ressenti le besoin de creuser. N'empêche que tout ça, même si c'est gérable et que ça n'a pas les conséquences que ça peut avoir dans ta nouvelle situation, c'est fatiguant.
Les appli, ça a l'air bien mais idem, les listes de choses à faire font que je fais plein de listes et je coche rarement. Par contre, ça me donne une bonne raison de ne pas réaliser et de continuer à faire des listes de listes, des découpages de découpages de tâches...
Mais je vois très bien ce que tu dis, on a beau chercher et identifier ses propres murs porteurs et ceux qui le sont moins, à un moment, ça devient vraiment difficile....

Quant à renoncer.... 8o :1cache:
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

En ligne
Miss souris
Messages : 1419
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 47

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Miss souris » jeu. 18 oct. 2018 18:09

Je le dis pour ce que ça vaut : j'écris mes découpage de tâches sur des feuilles différentes (j'ai plein de brouillons tout pourris, les arbres ne souffrent pas plus... :)). Que je froisse et jette par terre au fur et à mesure que c'est fait ...Ramasser et jeter ces papiers, ainsi que les froisser, c'est pour moi matérialiser ce qui a été fait. Je vois disparaître ma pile (je pioche dedans par ordre de priorité, ou au hasard, suivant la taille du merdier à gérer) , s'accumuler les boules de papier au sol, et ça active une sorte de circuit récompense très primaire, mais pas mal efficace...
Et Bradeck, je ne trouve tes posts ni hors sujet, ni nombrilistes, ni pas clairs ...

Avatar du membre
sanders
Pseudo Violet
Messages : 2650
Enregistré le : jeu. 4 oct. 2012 08:04
Présentation : Bon ben ... Bon bain ...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Syndrome Lisa Simpson
Âge : 49

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par sanders » jeu. 18 oct. 2018 20:36

Bradeck, je trouve que ton témoignage est suffisamment précis pour rester dans le thème du sujet, suffisamment clair pour être compris sans amalgame et suffisamment détaillé pour donner matière à une compréhension fine de la procrastination qui ne soit ni moralisante (même si c'est ce que toi tu peux te dire à toi même :( ) ni trop mignonne (ce qu'on peut voir sur plein de des (pardon pour l'exagération et merci Dark Vadrouille d'avoir souligné) conférences genre c'est super de procrastiner et tout et tout, vous zetes des créatifs toussa toussa, par exemple celle-ci ou celle-là basée sur la première)

Le circuit de la récompense, la motivation, le starter qui impulse l'action ... mériteraient un sujet à part entière tant c'est transversal à plein de problématiques (addictions par exemple) .
Pourtant expliciter ça dans des situations concrètes permet d'éviter d'en rester à de la pure théorie (certes nécessaire) qui si elle permet de comprendre n'aide pas à voir ... la nature du mur que tu as sous les yeux ...

Donc, merci Bradeck, ce que tu écris est limpide pour moi (pas du tout TDA je crois mais circuit de la récompense pourri) et m'aide bien à avancer.
Bradeck a écrit :
jeu. 18 oct. 2018 14:24
Il me semble qu'un des points clef dans ce que tu dis est de s'attribuer des récompenses, qui représentent selon le point de vu, un élément motivateur. Et là, pour moi, cela ne marche pas. Je n'arrive pas à faire le lien entre : tiens, voilà une récompense parce que tu as fait un truc bien et ledit truc à faire. Ce "mécanisme" là, je ne l'ai pas, il n'a jamais marché. Je n'ai jamais compris que l'on puisse avoir des récompenses pour quelque chose que l'on devrait faire. Alors on pourrait dire que la récompense, c'est pour avoir surmonté la difficulté. Et bien moi, je trouve que le fait d'avoir réussi à surmonter la difficulté est la récompense en soi, car ça cela me plus plaisir que m'offrir un truc. A la source de mon vécu du TDA, il y a cela : quoi trouver pour activer les circuit motivation / récompense.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)

Avatar du membre
Dark Vadrouille
Messages : 529
Enregistré le : sam. 7 avr. 2018 14:27
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9301
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Dark Vadrouille » jeu. 18 oct. 2018 21:23

Hors-sujet
sanders a écrit :
jeu. 18 oct. 2018 20:36
(ce qu'on peut voir sur plein de conférences genre c'est super de procrastiner et tout et tout, vous zetes des créatifs toussa toussa).

Sur quoi s'appuient les conférenciers pour affirmer ce genre de chose ? Des études étayent ce discours ?

Avatar du membre
InMedio
Messages : 139
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 25

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par InMedio » ven. 19 oct. 2018 13:34

Bradeck et Louise,
Comme TourneLune, vous dernières interventions m'ont interpelé. Ça va faire quelques mois que je suis ici, et je ne m'étais jamais posé de question sur mes capacités d'attention. Je m'étais intéressé un peu à "comment ça marche" en lisant Antoine de la Garanderie il y a quelques années, sans pour autant me dire que j'avais un trouble de l'attention. Je n'ai pas fait de test et ne sais pas si j'en ferai un jour.
Toujours est-il que les problèmes que tu exposes, Bradeck, sont d'une similarité totalement violente avec les miens. Ça m'a mis un bon coup de poing dans la face.
Pour moi non plus, cette histoire de récompense ne marche pas, pour moi aussi, il y a de l'hyper-focalisation quand il s'agit de faire pour les autres, pour moi aussi bloquer devant une tâche que je m'impose c'est du quotidien, et l'effort surhumain pour essayer d'avancer, je connais. L'organisation je sais faire, j'ai mes petits outils (comme miss souris, je suis plutôt papier, mais j'ai des tableurs et des notes sur ordi aussi), mais il me manque de la puissance dans la motivation pour me maintenir dans la tâche.

J'a étudié diverses possibilités : les hormones qui cyclent :wait: , les phases de la Lune :fubar: , des phases de l'année, et par extension les saisons, mon alimentation, la qualité de mon sommeil, l'influence émotionnelle de mes fréquentations... J'ai passé tout ce que je pouvais au crible. Résultat, rien ne tient vraiment debout très longtemps. :doh:

Et là j'ai un truc à rendre, mais :swear: ça me prend la tête !
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

dani
Messages : 700
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par dani » ven. 19 oct. 2018 14:15

C'est fou comme on se sent moins seule en lisant ce fil !

Mes capacités d'attention sont très variables en fonction de la fatigue, de l'intérêt de la tâche, et du niveau stress généré par le truc à faire (si le stress est présent mais gérable ça me booste, mais si il lié à des émotions désagréables (ce que les autres vont penser de moi, quand je m'auto mésestime etc...) je bloque totalement).

Je suis revenue de manière plus systématique à l'EFT (les tapotements sur certaines zones du visage et du corps pour faire diminuer le stress) car je viens de traverser une période émotionnellement très éprouvante. ça marche bien pour moi, je travaille sur les émotions et pensées négatives, je me calme et j'arrive ensuite à retrouver une attention convenable et à bosser relativement correctement). Mais bon, j'ai pas de preuve à ce propos, et ça reste anecdotique. Je me demande dans quelle mesure l'EMDR pourrait être efficace, là il y a des études intéressantes qui se développent. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29573702


Sinon, je suis bien trop flemme pour les to do listes online etc... Je prends une bête feuille A4, les thèmes principaux soulignés et dessous je note juste les différentes activités à faire. Et surtout sans délai car je suis incapable de respecter un planning, je me mets juste une dead line. Je me balade partout avec, ne la regarde quasi jamais, mais je la complète au fur et à mesure avec ce que j'ai mis sur des posts it (car même si je me balade avec j'ai la flemme de la sortir, je note sur les paquets de post it posés sur le bureau. Quand il y a trop de post it je suis motivée à sortir et compléter la liste et là je trace ce qui a été fait)

Ce qui est embêtant, c'est quand je perds la liste et que je me retrouve avec une grosse pile de post it :P
Il faut avoir moins peur de l'intelligence artificielle que de la stupidité naturelle - Joël de Rosnay

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1824
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 48

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Bradeck » sam. 20 oct. 2018 19:55

En même temps faudrait pas déclencher une "épidémie de suspicion de TDA" :lol:

Il est une chose que j'ai fréquemment lue à l'époque où je me suis intéressé à la chose : on attribue au surdouay pas mal de choses qui sont dans le spectre du TDA. Je me méfie de ce genre de choses parce que perso, je n'aime pas les portraits robots de surdoué, puisque le portrait le plus connu est établi à partir d'une population consultant dans la sphère psy, et qu'il y a donc un gros biais de recrutement.
Ceci étant dit, cela me fait dire que certaines manifestations du TDA sont également régulièrement présentes dans la population des surdoués identifiés, puisqu'on est majoritairement identifié lorsqu'on cherche à résoudre un truc qui nous démange. Le taux de TDA/H est estimé entre 3 et 7% de la population, et l'on peut bien évidemment être surdoué et présenter un TDA, mais il faut faire gaffe à l'effet barnum quand même.
Après : les trucs partagé par les personnes atteintes de TDA peuvent profiter à tout plein de monde, puisque tout le monde à des problèmes d'attention, selon la fatique, l'intérêt, et beaucoup d'autres facteurs.

Par contre, et c'est là un des points fondamentaux des réflexions que j'ai ces derniers mois : pour la perturbation de l'attention, il faut être vigilant entre source exogènes et endogènes, et pour ces dernière entre ce qui est acsquis, et ce qui est inné (l'inné dans cette schématisation, c'est le TDA). J'explicite avec la problématique : j'ai du mal à m'y mettre lorsqu'il faut fournir un effort. Je suis sûr d'en avoir déjà parlé quelque part, mais ce n’est pas grave, je remets le couvert ^^
Durant toute mon enfance, mon adolescence, et jusqu'à la fin de mes études : je n'ai pas eu besoin de faire d'efforts. Un moment en prépa bio j'aurais dû en faire en maths et en physique parce que je perdais pied, je n'ai même pas cherché à le faire. Tout au long de mes études je n'ai rien foutu, pas un seul devoir à la maison hormis les très très rares DM, et ces derniers je les faisais à la va-vite le dimanche en fin d'après-midi. J'ai donc raté les concours, je suis allez à la fac, où je me suis contenté d'utiliser mes facilités, car en bio, j'ai vraiment énormément de facilité. Il me suffisait de lire une fois pour avoir la sensation de comprendre comment cela marchait. J'ai tenu jusqu'à bac+5 comme cela Et en DEA, mes camarades de classes me regardais : "Mais euh... tu ne prends pas de note ??!". Et puis après mon travail, durant les premières années je le trouvais tellement passionnant que c'était un jeu. Après c'était moins un jeu, mais je n'avais toujours jamais vraiment besoin de m'y mettre. J'imagine que cette histoire, je ne suis pas le seul ici à l'avoir vécu. Alors un moment, quand il faut, pour une fois, s'y mettre, je dois lutter contre 40 ans d'acquis, et ce n'est pas chose facile.
C'est pour cela que je me pose toujours cette question : suis-je en train de lutter contre un acquis, contre le fait que je n'ai jamais eu à construire ce sens du goût de l'effort, , ou contre un problème de neurotransmetteurs pour lequel seule la médication pourrait m'aider.
A lire ce récit, et sachant que je suis atteint de TDA, il y a donc des deux. Mais où est la frontière ?

Moi, je n'aime pas du tout la médication qui agit sur le cerveau, et tout comme pour les médicaments pour le cœur, tant que cela n'est absolument pas nécessaire, je préfère m'abstenir. En plus, ce sont des médoc à prendre quotidiennement, et ça... je n’y arrive pas, même en me mettant des alarmes et tout le tintouin, j'en oublie fatalement très régulièrement :1cache:

Nous vivons également désormais dans un monde qui fait tout pour désorganiser nos mécanismes d'attentions, puisqu'il y a concurrence entre tous les "réseaux sociaux", et ils ne sont pas les seuls, pour capter la vôtre. Et ceux qui se collent au problème de la captation de votre attention, sont très nombreux, sont parmi les meilleurs chercheurs en neurosciences, sauf qu'ils jouent pour le secteur privé qui les chasse durant leur études. Cet aspect est tellement prouvé que désormais j'ai vu des discours sur le surdiagnostic du TDA aux USA qui finissent par remettre en cause l'existence même de ce trouble, indiquant que le fléau n'est pas endogène, mais uniquement exogène, du aux écrans et aux mécanisme intrinsèquement perturbateur de l'attention que nous créons.

C'est une véritable problématique : pour diagnostiquer un TDA, on prend en compte des symptômes. Ors, ces symptômes peuvent-être du à des causes exogènes. Et c'est, je pense, pour cela que l'on voit, comme le pointe Sanders, de plus en plus de vidéos sur la procrastination, mais qui en font limite un jeu. Je me suis beaucoup intéressé à ces mécanismes addictifs et capteurs d'attention, en en prenant conscience, déjà que pour certains je n'étais pas très susceptible, j'en ai tout de même repéré certains où j'allais droit dans le panneau. J'ai réussi à modifier mes comportements là dessus.

Puis j'ai commencé donc petit à petit à voir comment me mettre en condition pour éliminer les conditions exogames de perturbation de l'attention lorsque je devrais travailler. J'ai trouvé les "conditions optimales" pour moi. Mais ces conditions me permettent de tenir une heure, pas plus.

J'ai travaillé longtemps là-dessus, réfléchis à ce qui pourrait être mes points de blocage. Comme le dit Louise, j'ai très souvent été confronté à la situation : "Bon, là je vais donner mon plein potentiel", pour finir par "Bon ben non, je n'ai pas réussi, j'ai même plutôt échoué lamentablement". C'est ce qui m'a le plus frustré, à limite en déprimer, cette dernière année. Parce qu'à tous les gens qui trouvent mon travail bien et me rétorquent que je devrais arrêter d'être perfectionniste quand je dis que j'aurais pu faire mieux. J'aurais voulu ne serais-ce qu'une fois, faire "au mieux de mes capacités" pour mon mémoire, mais surtout pour moi, pour me montrer que j'étais capable. Ce mémoire a été félicité, j'ai fait un truc qui me ressemble, j'ai majoré la promo, tout ce que l'on veut. Mais si j'ai réussi du point de vue académique, d'un point de vue personnel, j'ai un zéro pointé.

Pour moi, ce fut une réalisation douloureuse que de me dire : "Mince, j'ai énormément de facilités, et pourtant... j'ai un handicap, il est des choses que je devrais pouvoir faire, mais quelque chose en moi sur lequel je n'ai aucun contrôle, m'en empêche." Là, et seulement là, j'ai pris la mesure de ce "TDA non pathologique". Non pathologique dans le sens : ne pose pas suffisamment de problèmes pour être handicapant. Je vais passer sur le côté franchement énervant de se dire factuellement que l'on est pas capable de donner son plein potentiel, pour insister sur le fait que la perception du handicap dépend du contexte.

Pour la première fois de ma vie, je me trouve face à un mur que je ne peux pas franchir, et je n'arrive pas à en trouver les contours, et sans cela, je ne pourrais pas trouver les conditions pour lever le handicap. Je sais que cela est faisable avec le temps, cet aspect là ne me fait pas peur, enfin, pas tant que cela, ce sont plus les impacts destructeurs sur ma vie pro qui me font vraiment peur.
Je croise les doigts, je sais aussi que j'ai des atouts pour que cela démarre bien, je sais que mon profil est apprécié par des apporteurs d'affaire, et c'est ma porte de sortie.

Je me suis mis dans une position où j'y suis confronté tout les jours, dont l'impact sur ma vie pro est juste colossal maintenant que je me suis lancé, et au fond, il n'y a eu personne avant pour me dire, au nom de ce sacrosaint "Non pathologique" : "vous savez, cela risque d'être très compliqué pour vous, au vu de votre situation de vie personnelle, et de votre situation cognitive". Et je m'en veux, personnellement, car c'est la première fois que je me trompe autant sur mes "capacités de transformations".
Mais bon, je dis que c'est le TDA, c'est peut-être juste parce que je ne suis plus tout jeune :P

Enfin breyf, je pense sincèrement avoir dit tout ce que je pouvais dire sur le sujet, en me répétant même parfois.
Mais on en revient au final à un problème de base : pour connaître ses limites, quelques soient leur origines, il faut y être confronté. J'ai la plupart du temps réussi soit à les repousser, soit à trouver un moyen de faire avec. Là, au vu de l'effort consacré chaque jour là dessus depuis des mois, je commence à avoir des doutes sur ma capacité à pouvoir y arriver un jour.
Mais ça, seul l'avenir le sais.

EDIT : Je souhaite conclure par ceci, afin de tenter de faire comprendre combien je trouve ce TDA insidieux, car ce message est en filigrane mais jamais condensé : J'ai été diagnostiqué atteint de TDA, cela fait maintenant un peu plus de deux ans, dont 6 mois d'introspection et d'étude quasi quotidienne sur mes actions et mes freins. Et à ce jour, il me reste extrêmement difficile de dire, dans mes difficulté, ce qui est du au TDA ou non. C'est là le plus frustrant: quand se dire que ce n'est pas la peine de lutter, qu'il faut lâcher prise sur quelque chose qui est important pour son avenir, pour diriger ses forces vers autres choses parce que l'on y arrivera pas, de part ses propres limitations.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1109
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: TDA (trouble de l'attention) & Procrastination, appel à témoignages

Message par Louise » lun. 22 oct. 2018 10:47

Et à ce jour, il me reste extrêmement difficile de dire, dans mes difficulté, ce qui est du au TDA ou non.
Et encore!! au TDA tel que défini aujourd'hui :D. D'après mon maître de stage, à l'instar des TSA (DSM-V) versus TED (DSM - IV) qui ont par ex supprimé le syndrome d'asperger et intégré des troubles de la communication, dans une sorte de grand spectre autistique avec plein de petits continuums dessus, il y a des chances que la nomenclature se dirige de plus en plus vers une catégorie "troubles neuro-développementaux" générique, qui aura à l'intérieur plein de petites échelles plutôt fonctionnelles (et qui correspondent aussi, enfin ça c'est un avis perso, aux avancées et au "découpage" des fonctions en psychologie cognitive &neurosciences) : communication / impulsivité / attention / fonctions exécutives, etc.

Ce qui aura, toujours à mon sens, le double avantage de ne pas apposer une catégorie pathologique limitante à un individu, et de s'attacher à ses problématiques dans la vie réelle : le trouble correspond à la fonction déficitaire, et du coup, cela aide aussi à définir ce qui doit être mis en place derrière. Chaque personne aura une idée de son puzzle personnel.

Après, je pense que c'est un peu comme se demander ce qui est inné et acquis : en fait, plus on avance, plus on voit que cette dichotomie n'existe pas : l'un influence l'autre qui réinfluence l'un, tout est lié, intriqué. Bah moi j'ai l'impression que c'est pareil dans nos vies et fonctionnements, nos cognitions modèlent notre cerveau, qui influence nos pensées et inversement, on recâble en permanence... et qu'il est probablement illusoire (et fatiguant) d'imaginer faire réellement la part des choses et demêler tout ça. Peut être plutôt oeuvrer plutôt à lister nos capacités et incapacités à un instant t (vu qu'on ne sait toujours pas dire lesquelles resteront, lesquelles sont améliorables, et dans quelle mesure..tout est en nuances de gris!), et avoir suffisamment de connaissances et de stratégies pour en imaginer 2 ou 3 à tester en face.

Moi je souffre surtout de biais d'optimisme et d'incapacité à refuser des projets qui m'emballent :D, je pense toujours être capable de faire tout en parallèle avec une motivation et une énergie sans faille. Alors certes j'ai beaucoup d'énergie et de projets en parallèle, mais y'a toujours un moment où il faut que j'admette que j'ai présumé de mon temps / ma motivation!! Mais c'est pas grave, je commence à me connaître, alors je me mets en position de finalement changer d'avis et limiter la casse.

Répondre