Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 30

Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par korosion » mar. 6 mars 2018 22:26

Voilà, j'ai été diagnostiqué à l'âge de 11 ans, à cette époque la psychologue a défini mon QI à 150. J'étais évidement déçu d'apprendre que le test ne permettait pas d'aller au-delà et que je n'avais pas le droit de passer le test des adultes, mais j'étais encore un jeune môme.

Je n'ai jamais remis en cause la justesse de ce test, mais arrivé à 29 ans je me pose la question de sa pertinence aujourd'hui.

Bien sûr, une partie de moi est curieuse, j'ai toujours aimé les tests, même quand ils sont futiles. C'est amusant... Mais vu que ça couûte un peu plus de 200 euroballes au total, ça représente un sacré paquet de Voici.

Mais je me demande quand-même si cela pourrait être utile, sachant que le WAIS semble assez peu fiable aux extrémités... mais d'un autre côté, cela permet aussi de faire un bilan psychologique.

Alors je voulais savoir si certains qui furent diagnostiqués dans l'enfance ont réitéré à l'âge adulte, et si oui ce qu'il en est ressorti.

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 356
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par Fish » mar. 6 mars 2018 22:46

Je crois que la question fondamentale est: qu'est ce que toi tu espères découvrir en repassant le test ?

Le test d'aujourd'hui n'est pas tellement plus élargi qu'hier, désormais la limite est de 160, et effectivement le test n'est pas réputé très précis au delà de 145. Cela n'est pas très important: quand on atteint ce genre de score, c'est que tout va bien sur le plan cognitif. D'ailleurs le bilan psychologique peut se révéler succinct: que veux-tu que te dise une psy si tout va bien ?

Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 30

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par korosion » mer. 7 mars 2018 11:08

Fish a écrit :
mar. 6 mars 2018 22:46
Je crois que la question fondamentale est: qu'est ce que toi tu espères découvrir en repassant le test ?

Le test d'aujourd'hui n'est pas tellement plus élargi qu'hier, désormais la limite est de 160, et effectivement le test n'est pas réputé très précis au delà de 145. Cela n'est pas très important: quand on atteint ce genre de score, c'est que tout va bien sur le plan cognitif. D'ailleurs le bilan psychologique peut se révéler succinct: que veux-tu que te dise une psy si tout va bien ?
C'est une question de point de vue...

Justement, je cherche à savoir si cela peut m'aider, mais je ne sais pas encore trop pourquoi.

Globalement, je suis en quête de réponses sur le malaise que je ressent au quotidien par rapport à moi-même, mon métier, ma relation avec les autres, ma place dans la société, etc.
A côté de cela, je souffre un peu du syndrome de l'imposteur. Oui j'ai été un enfant très précoce, mais j'ai picolé et fumé comme un trou à l'adolescence et fait de la merde de mes études. J'ai du me cramer assez de neurones pour être devenu un crétin. La preuve, t'as fini par être incapable d'avoir plus de 3/20 aux partiels d'algèbre ou d'analyse à la fac.

J'occupe un poste digne d'un ingénieur en ayant tout juste un bac et j'ai l'impression d'être arrivé là par hasard sans l'avoir jamais mérité. Et pourtant je m'y emmerde et je sens que c'est pas assez bien pour moi.

Au fond, je sais que j'en ai pas besoin pour savoir que ce qui cloche chez moi, outre le diagnostic initial je suis bourré de signaux qui hurlent "HPI", mais je reste depuis mon diagnostic dans une boucle de phases de deuil vis-à-vis de ça (déni, colère, dépression | déni...).

Ce dont j'ai besoin c'est de trouver ma phase d'acceptation, pour être enfin en paix avec moi-même. Je me demande si refaire le test ne pourrait pas m'aider à sortir de ce déni latent et me mettre au pied du mur.

Marginalement, avoir un test tout frais pourrait aussi me permettre de me rapprocher éventuellement d'associations comme Mensa ou 999 sans devoir passer par un examen coûteux à l'autre bout de la France. Mais je ne sais pas encore si j'en ai besoin et envie ou pas.

Avatar du membre
Choupinne
Pseudo Rose
Messages : 643
Enregistré le : sam. 18 juin 2016 16:21
Présentation : C'est par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Paris

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par Choupinne » mer. 7 mars 2018 11:46

Hors-sujet
Un wisc est parfaitement suffisant pour intégrer Mensa ! J'ai été diag a 7an1/2, et ya pas eu de soucis :)
"Il me fallait une bonne citation à mettre en signature, mais j'ai rien trouvé de sympa..."
- Choupinne

Avatar du membre
Lyra
Messages : 318
Enregistré le : ven. 3 mars 2017 16:59
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 28

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par Lyra » mer. 7 mars 2018 11:47

korosion a écrit :
mer. 7 mars 2018 11:08
Ce dont j'ai besoin c'est de trouver ma phase d'acceptation, pour être enfin en paix avec moi-même. Je me demande si refaire le test ne pourrait pas m'aider à sortir de ce déni latent et me mettre au pied du mur.
Comme je l'ai récemment lu ici, je pense qu'il est prudent de ne pas toujours chercher l'explication à nos problèmes dans la douance. Je comprends l'aspect obsessionnel des tests et des réponses, moi-même je me bats encore contre ça parfois.

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.


Comme tu le dis, c'est toi-même que tu cherches à accepter. Et toi-même, tu l'es déjà, peu importe les mots qu'on met dessus.

De plus, je me dis que si tu es dans le déni de tes capacités et de ton intelligence (quelle qu'elle soit), il y a des chances que tu continues de l'être peu importe le nombre de preuves qu'on puisse t'apporter. Je vois un peu ça comme une sorte de perfectionnisme : ça ne sera possiblement jamais assez pour te convaincre. Après, je ne te connais pas, c'est un simple questionnement ! On dirait que tu as besoin de te prouver quelque chose, mais justement, te prouver, et non que quelqu'un ou quelque chose d'autre le fasse à ta place ?

Je n'ai pas pris le temps de lire en détails tes interventions ; tu as pensé à éventuellement voir quelqu'un pour cette problématique, sans forcément passer par la case "retest" ? Afin de voir d'où ça vient tout ça, et permettre de cibler avec plus de précision tes problématiques ?
Aimant la ritournelle, les calembours et les gros mots

Avatar du membre
Louise
Messages : 1090
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par Louise » mer. 7 mars 2018 11:53

Perso, plus ça va, pire est mon syndrome de l'imposteur. (je trouve que le tampon THPI l'a même rendu très saillant, mais je ne peux pas généraliser mon cas particulier, peut être toi il te légitimera à tes yeux)
Je m'efforce de bosser sur la notion de mérite, et la dissocier de la notion d'effort. Puisque jamais (ou rarement) on en chie pour apprendre ou réussir qqchose cognitivement, c'est comme si jamais on ne méritait les succès qui y sont liés. Mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'engagement. Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de temps et de ressources cognitives accordées. On ne fait pas complètement rien. On fait des choses qui ne nous sont pas si compliquées intellectuellement parlant.

Pour ma part, plus je dois allouer de ressources cognitives à une tâche, plus je ressens de plaisir (et non pas de souffrance ou d'effort). Alors quand là dessus se greffe la fierté de la réussite (on est humain, hein), eh bin elle se teinte automatiquement de culpabilité. Merde non seulement je réussis un truc dur, mais en plus en fait c'était pas si dur et c'était surtout chouette et grisant. Du coup, l'ai-je vraiment.. réussi? mérité? Et avec qui partager ça? Ceux qui en ont vraiment chié pour atteindre un niveau inférieur? (baaah bof, ou comment se faire haïr en 10 leçons)
Ces aspects avaient bien été mis de côté pendant la période vie amoureuse, ponte et élevage d'enfants, où l'essentiel est ailleurs. Mais là je re-rentre dans un système universitaire. Avec des notes. Des évaluations standardisées. De la sélection. Impossible de dire oui, mais, j'ai pris mon temps, tout le monde peut le faire, etc... Et je me retrouve comme si j'avais 15 piges à me dépêtrer dans ces sentiments ambivalents.

Alors je bosse sur l'acceptation. De ce que je sais faire, et pas les autres. De ce que les autres savent faire, et pas moi. De mes ressentis face à cela. De la valeur de mes succès. De leur exposition à la vue de tous, ou pas. D'ailleurs je me détache de la notion de valeur, qui est tellement subjective et tellement multidéterminée pour me recentrer sur la notion d'objectif (le pourquoi), et de plaisir (le comment). Je fais ces études pour une nouvelle vie pro. Une vraie vie pro, en fait, sur mesure. Et j'y prends un plaisir immense. Et en fait le reste, j'essaie de m'en foutre. Mais c'est pas simple.

Avatar du membre
korosion
Messages : 59
Enregistré le : lun. 5 mars 2018 16:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Lille, France
Âge : 30

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par korosion » mer. 7 mars 2018 14:00

Louise a écrit :
mer. 7 mars 2018 11:53
Merde non seulement je réussis un truc dur, mais en plus en fait c'était pas si dur et c'était surtout chouette et grisant. Du coup, l'ai-je vraiment.. réussi? mérité? Et avec qui partager ça? Ceux qui en ont vraiment chié pour atteindre un niveau inférieur? (baaah bof, ou comment se faire haïr en 10 leçons)
C'est clairement ça :D

Le pire c'est que l'entourage peut être sans le vouloir assez délétère là-dessus. "C'est dégueulasse tu arrives toujours à tout sans effort", "c'est dingue comment tout est facile pour toi".

Et puis quand la réussite est tellement facile, la peur de l'échec est encore plus grande... et consentir le moindre effort sans garantie de succès est une gageure.

J'ai découvert récemment le concept d'underdoing, et ça fait clairement écho à ce que je peux faire inconsciemment...

Enfin, comme cela a été évoqué le mieux serait peut-être de prendre un RDV préliminaire chez un psychologue pour exposer ma situation et mon état d'esprit, il pourra déterminer avec moi la pertinence de repasser le test.

Il faut que je trouve une adresse sur Lille où je pourrais faire ça en dehors des horaires de bureau par contre :^)

Avatar du membre
pixelvois
Papa Ours
Papa Ours
Messages : 5956
Enregistré le : dim. 27 nov. 2011 10:50
Présentation : moi-jeu...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : planète Mars en navet rond
Âge : 46

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par pixelvois » mer. 7 mars 2018 14:32

Fish a écrit :
mar. 6 mars 2018 22:46
le bilan psychologique peut se révéler succinct: que veux-tu que te dise une psy si tout va bien ?
Le bilan psychologique ( et surtout le compte-rendu de celui-ci ) peut déjà se révéler très succint, même quand le test révèle certains "problèmes" :think: ...
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 356
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par Fish » mer. 7 mars 2018 18:15

Oui, c'est bien ce que je voulais dire : à mon sens il ne faut pas espérer apprendre grand chose d'un nouveau bilan psychométrique quand on sait déjà qu'on a un QI de 150 ou plus. Le bilan ne te dira pas pourquoi tu vas mal dans le monde du travail. Ce n'est pas une question de point de vue : quand on a un score élevé, le bilan ne peut pas dire grand chose d'autre que "tout va bien sûr le plan cognitif". Ça ne signifie pas que tout va bien dans la vie. La WAIS ne permet pas d'identifier la cause de n'importe quel problème psychologique. Elle permet seulement d'écarter des problèmes cognitifs.

Avatar du membre
pixelvois
Papa Ours
Papa Ours
Messages : 5956
Enregistré le : dim. 27 nov. 2011 10:50
Présentation : moi-jeu...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : planète Mars en navet rond
Âge : 46

Re: Diagnostiqué enfant : utilité d'un test adulte ?

Message par pixelvois » mer. 7 mars 2018 18:44

( l'idée n'était pas de te contredire, mais de te compléter ^^ : même s'il y a un ou "des problèmes cognitifs", il n'est pas garanti d'avoir un compte-rendu -- et du coup un bilan -- très détaillé, à part l'indication laconique d'aller consulter un spécialiste du domaine concerné ;) )
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )

Répondre