Critique - constructive - des tests de QI

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Little-Tiger
Messages : 57
Enregistré le : jeu. 26 janv. 2012 22:07
Test : NON
Localisation : Région parisienne
Âge : 36

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Little-Tiger » sam. 28 janv. 2012 22:13

Tanateo : angoisses tu de passer le test en te disant que si tu échoues finalement il n'y aura pas d'explication a ta différence ? Tu perçois ces autres comme différent de toi puisque tu te sens différent . Dis toi bien que certaines personnes surdouées ou non on du se retrouver en face de toi et se dire "ce mec et vachement cool, me sens naze a cote, différent" et toi de te dire la même chose a son propos ;) toute douance mise a part
A vaincre sans péril on triomphe sans gloire

tanateo
Messages : 32
Enregistré le : jeu. 5 janv. 2012 23:00
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par tanateo » sam. 28 janv. 2012 22:30

-- message édité ; l'auteur ne souhaite pas d'archivage internet de ses écrits, encore moins de ses conversations --

Avatar du membre
Little-Tiger
Messages : 57
Enregistré le : jeu. 26 janv. 2012 22:07
Test : NON
Localisation : Région parisienne
Âge : 36

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Little-Tiger » sam. 28 janv. 2012 22:48

Désolée pour les fautes et les lettres manquantes, j'écris de mon iPhone bien au chaud sous la couette :)

Pour te rassurer, chaque etre, chaque personne est différente avec une plus ou moins grande conscience de soi. Plus on a cOnscience de soi, plus on se voit agir, plus on angoisse de comment on est avec les autres. Certaines personnes sont dans le présent, l'action et perdent ce recul mais du coup donnent l'impression d'être a l'aise en société. Mais dis toi bien que d'autres, surdoués ou non ressentent les mêmes angoisses, seulement ils le cachent bien. Enfin si ça peut te rassurer et te faire rire un peu, la semaine dernière jetais chez picard (le paradis du surgelé) je faisais mes courses avec ma fille dans sa poussette et je "marmonnais toute seule: alors Si je prenais ça, ah non plutôt ça" (je fais tout le temps ça) ben un des vendeurs est venu me voir pour savoir si tout allait bien, j'ai lu linquietude dans ses yeux LOL, en clair il mas prise pour une barge errant au milieu des poissons panés... Bah j'ai préfèré en rire. :D les gens sont beaucoup dans le paraitre mais rassure toi ils sont nombreux a se sentir "différent" aussi.
A vaincre sans péril on triomphe sans gloire

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Fabs le vaurien » dim. 29 janv. 2012 10:23

 ! Message de : Fabs le vaurien
ici c'est le topic critique constructive des tests de QI
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
amalia
Messages : 985
Enregistré le : ven. 11 nov. 2011 12:11
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/pres-equipe/bo ... t1011.html
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : Au sud de la banquise
Âge : 51

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par amalia » dim. 29 janv. 2012 16:06

je vois souvent la notion de "réussir" ou "échouer" le test...je comprends que cela mette la pression mais ce n'est pas du tout la bonne façon de penser les test...

un test d'intelligence ou de personnalité ne donne pas une notion de valeur intrinsèque de la personne, qqn qui est bien au-delà de 100 et naze en deça ; ça n'a aucun sens et ce serait dramatique au point de vue humain ;

un test est là pour permettre de mieux comprendre le fonctionnement, les forces et les faiblesses d'un individu, dans une optique de compréhension, de remédiation si nécessaire et/ou d'adaptation (du milieu de vie, des conditions d'apprentissages etc...)

en aucun cas pour discrimer les bons des mauvais ;

par ex, je travaille auprès d'autistes adultes handicapés ; certains ne sont même pas évaluables par les tests, d'autres se situent aux alentours de 70 de qi ;
mais ils sont tous différents notamment dans leurs capacités sensorielles : certains perçoivent mieux les infos visuelles sous forme de photo, ou de dessin ou de picto, d'autres les infos auditives ; certains ont de bonnes capacités praxiques --> on peut leur proposer des activités manuelles simples ; d'autres ont de bonnes compétences en catégorisation --> on leur propose des activités de tri....

etc...

le tout est de trouver pour chacun la bonne place, la bonne activité qui va leur permettre de progresser et/ou de s'occuper sans être en échec voire même trouver un certain plaisir ;

pour ce qui est du test de qi, 2 individus peuvent obtenir sensiblement les mêmes scores mais avec des façons de faire différentes : un trouble visuo-constructif peut affecter l'indice de performance aussi bien qu'une anxiété importante (ex : un enfant que je testais s’arrêtait à une épreuve chronométrée pour regarder le chrono --> mauvais score mais pas à cause de ses capacités visuo-constructives, à cause de la pression qu'il s'est mis) ;

donc, le travail du psy n'est pas de pondre un chiffre mais de savoir ce que ce chiffre représente en terme de fonctionnement cognitif et de retranscrire au patient ce qu'il en est.
Je n'ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c'est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson.''Rebecca West

tanateo
Messages : 32
Enregistré le : jeu. 5 janv. 2012 23:00
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par tanateo » dim. 29 janv. 2012 23:40

-- message édité ; l'auteur ne souhaite pas d'archivage internet de ses écrits, encore moins de ses conversations --

En ligne
Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12610
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par TourneLune » lun. 30 janv. 2012 00:28

Oui enfin quand c'est logique, c'est logique, il n'y a pas non plus 36 solutions.
Trouver une solution hyper mega compliqué alors qu'il en existe une simple, c'est pas très cohérent non plus. En tous cas on peut se dire qu'on a loupé un truc.
Enfin les tests sont de toutes façons faits pour qu'il n'y ait qu'une seule réponse. Évidemment c'est plus facile en calcul que pour les définitions où, je suppose, certains mots sont attendus. N'empeche que si tu as ta propre définition des mots et que tu n'es pas capable d'en trouver une relativement commune et partagée, tu as loupé quelque chose aussi.
C'est comme les questions sur les règles de société ( je ne sais plus le terme exact ni si ça existe encore dans le IV).
On peut vivre totalement en marge de la société et les connaître, avoir un avis complètement différent mais ce qui est attendu est évident.

Cet argument de "différentes logiques" est souvent avancé mais personnellement, j'ai trouvé toutes les réponses logiques évidentes. Parfois je ne savais pas mais la logique était claire et unique.
Par exemple quand on vous demande "pourquoi fait-on qq chose", ça ne veut pas dire qu'il faut faire une dissert sur le fait que faire ceci est vraiment utile et si ça sert vraiment à q chose ou au contraire si ça marche pas et que c'est une perte de temps, d'ailleurs on ferait mieux de faire comme ça parce qu'en fait ça a telle conséquences , etc..."
Non on demande simplement pourquoi on fait ça, de façon simple et communément admise, même si soi, on n'est pas d'accord.
La logique est simple et unique puisque ce n'est pas un avis qu'on nous demande.

Un cheminement peut à la rigueur être complexe là où la réponse était simple, donnant un score biaisé mais là c'est aussi au psy d'en tenir compte. Maintenant c'est pas parce que c'est complexe et tortueux que c'est "une autre logique". Souvent c'est juste pas logique du tout.... Là encore, le psy doit faire la part des choses et c'est parfois assez délicat, je te l'accorde.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Cyrano » lun. 30 janv. 2012 07:26

Il m'est arrivé pendant le test, de partir un peu dans tous les sens, alors que la réponse était sous mon nez...
La psy sait ce qu'il en est, et recadre. Ce n'est pas un ordinateur, à qui on a affaire.

Deux ou trois fois elle m'a dit :

- Non plus simple, plus simple.

Elle a su faire la différence entre une réponse fausse, et le reste...et avec bienveillance. (D'où l'importance encore une fois de choisir la bonne personne.)
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Zyghna » lun. 30 janv. 2012 09:41

Oui le psy recadre régulièrement. J'ai un peu foiré ma note de vocabulaire parce que j'ai un gros soucis avec les implicites: je ne donne jamais la réponse évidente, c'est tellement évident que je ne vois pas pourquoi on me poserait une question pour avoir une réponse si simple.
Un gros défaut qui m'a joué pas mal de mauvais tours pendant mes études ^^
Le psy doit prendre tout cela en compte lors de son bilan.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Fabs le vaurien » lun. 30 janv. 2012 09:47

Zyghna a écrit :Oui le psy recadre régulièrement. J'ai un peu foiré ma note de vocabulaire parce que j'ai un gros soucis avec les implicites: je ne donne jamais la réponse évidente, c'est tellement évident que je ne vois pas pourquoi on me poserait une question pour avoir une réponse si simple.
Pareil. J'ai abordé le test, au début avec l'impression qu'il fallait que je formule des réponses intelligentes... Du coup, j'ai cru que la psy se foutait de ma gueule...
J'aime bien l'image de "qui veut gagner des millions?", c'est un peu ça en effet. Sauf que je suis parvenu à foirer les questions à 100 euros et pas celles à 300 000... :cheers:
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Zyghna » lun. 30 janv. 2012 09:52

Enfin faut voir le côté positif, j'ai appris plein de trucs à la psy en culture générale hihi ^^

Autre problème: plusieurs questions se réfèrent au passé et les réponses attendues ne sont pas "justes", même si communément admises.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Louise » jeu. 14 juin 2012 10:46

Bon, sortant du test avec un résultat bien plus haut que ce que j'aurais imaginé (avant de passer le test, parce qu'une fois passé le test et vu comment il était construit, je pensais bien être pas loin du plafond), je me pose évidemment 10000 questions sur ce qu'ont mesuré réellement les épreuves que j'ai faites... et à qui elles l'ont comparé. Y'a des trucs que j'arrive pas à capter (y a-t-il un statisticien dans la salle?) et j'ai un ressenti différent du résultat du test.

L'exactitude du test
Chaud chaud de parler d'exactitude quand on mesure une comparaison, je trouve.
1. Biais effet Flynn
La WAIS III est encore censée être d'actualité, j'imagine que cela sous entend que l'effet Flynn ne donne pas encore un biais significatif.

2. Le biais origines sociales
A mon sens, il y a un biais sur la scolarisation, la qualité de l'enseignement et l'accès (ou le poussage) au savoir, DONC un biais en fonction des origines sociales, sur une bonne partie des subtests de la partie QIV , j'en mettrais ma main au feu. (d'ailleurs il me semble avoir vu une étude là dessus, et ça serait également confirmé par le lien plus haut qui parle de 20 points de QI gagné ou perdu avant 20 ans).
Ce biais n'interviendrait pas puisque les individus de l'échantillon test de la WAIS sont répartis dans des niveaux d'études et des catégories socio-professionnelles bien différents.

Tentative d'explication de mon ressenti d'inexactitude : le biais de la population dans laquelle MOI j'ai évolué?
J'ai eu l'occasion dans ma scolarité de cotoyer d'autres élèves, qui a mon sens avait des facultés d'abstraction ou de compréhension identiques, voire supérieures au miennes. Je dirai un ou deux par classe au lycée, et 10-15 dans les amphis de 100 à 200 personnes.
On est loin du 1 sur 1000 qui est sensé fonctionner comme moi.
Si le niveau d'étude constitue un biais, je ne crois pas qu'il le soit tant que l'école est obligatoire, et je n'ai pas été en école privée, et pour moi mes camarades de collège-lycée étaient assez représentatifs de la population française (bon, ok, ptet pas, c'était un quartier pas mal loti et une école, certes publique, mais assez côtée, mais alors ça veut dire que c'est pas si compliqué de se retrouver entre semblables, finalement.. ce qui pourrait être une explication supplémentaire à mon non-sentiment de décalage).


La précision du test
J'imagine également qu'il a été conçu par des statisticiens, et donc que ceux ci prélèvent un échantillon représentatif et suffisant en nombre pour être significatif.

Voici ce que j'ai trouvé (c'est pas une source "officielle", mais ça recoupe d'autres sources plus fiables)
"Caractéristiques de l’étalonnage : normes pour la WAIS-III :

Les normes sont fondées sur des groupes considérés comme représentatifs de la population française adulte âgée de 16 à 89ans. Un plan d’échantillonnage a été construit sur la base du recensement général de la population de 1990 afin d’assurer la représentation de toutes les catégories d’adultes dans l’échantillon d’étalonnage. Quatre critères ont été choisis :
- L’âge : l’échantillon est divisé en 10 groupes d’âges correspondant à ceux de l’INSEE. Chaque groupe comprend entre 78 et 100 sujets.
- Le sexe : un nombre égal d’hommes et de femmes est pris dans chaque groupe d’âge (sauf à partir de 70ans où les femmes sont plus nombreuses).
- La catégorie socioprofessionnelle : l’échantillon a été stratifié selon 8 catégories socioprofessionnelle issues des statistiques de l’INSEE.
- La catégorie de commune : les proportions d’urbains et de ruraux, de sujets dans chaque région etc. sont respectées dans l’échantillon.

Autres caractéristiques prises en compte : il a été également tenu compte du niveau d’étude (<CEP, <BAC, BAC, BAC+1, BAC+2, >BAC+2). L’échantillon ne comprend pas de sujets déficients mentaux en institution, de sujets souffrant de troubles cérébraux ou d’handicaps physiques pouvant entraver l’épreuve.
"

Donc sur ma tranche d'âge statistiquement, entre 1 et 2 sont > 130 et 0 > 145, alors boudiou comment peuvent-ils pondre un chiffre précis? et l'échantillon est encore plus faible pour la WAIS IV!!!
Dans ce cas, ils sortent un chiffre de comparaison à une population MAIS si t'as 150 t'as fait mieux que tous, statistiquement, et quand t'as 140, t'as AUSSI fait mieux que tous.
Donc il n'y a pas QUE comparaison à l'échantillon (résultat relatif)... il y a forcément affinage avec le résultat absolu?
Mais enfin : pourquoi donnent-ils ce chiffre, pas une fourchette ?
Hors-sujet
Parce qu'il y a un boulot, je trouve, pour en sortir, du chiffre.
Et encore, pour le moment, je suis seule testée de la cellule familiale, mais j'imagine le jeu des comparaisons en famille, surtout si tout le monde l'est. Plus tu l'es, et plus tu es de la famille??, brrrrr.
(Je n'ai que le vernis de base en stats hein, il y a peut être une notion essentielle qui m'échappe ^^)
Bon bref, ok, j'ai des pistes d'explications sur mon ressenti bizarre d'inexactitude, par contre, niveau précision, c'est vraiment tout moisi.

Autre interrogation.
L'échelle de la WAIS mesure jusque 150, pourquoi? Est ce que pour le WISC on étalonne de 40 à 160 (mais dans ce cas l'écart type ne devrait plus être de 15???) Ou est ce qu'à partir de 150 on estime que ce n'est plus significatif (moi je trouve que ce n'est plus significatif bien avant...) Mais le WISC n'a pas été étalonné sur plus de monde, vérification faite...

Hors-sujet
Petit off pour rebondir
Tournesol a écrit : La logique est simple et unique puisque ce n'est pas un avis qu'on nous demande.
Je ne me suis pas trop posé de question non plus sur les réponses attendues. Je lui ai demandé si cela suffisait que je donne un synonyme, ou si elle voulait plus précis. Elle m'a dit qu'un synonyme suffisait, que si elle voulait des précisions, elle demanderait. Du coup j'ai fait au plus... simple, logique. Du coup, quand elle me demande c'est quoi bleu, je réponds pas une partie du spectre du visible gnagnagna, mais "une couleur" et si elle me demande pas de précision, c'est qu'elle attendait pas plus ^^. (et en moi je me dis mais y'a VRAIMENT des gens qui savent pas ça??? :shock: )

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12808
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Mlle Rose » jeu. 14 juin 2012 10:51

Hors-sujet
Bleu :
-couleur moche et triste la plupart du temps (comme le bleu des offtopic), sereine quand il s'agit d'autres teintes plus tirant vers le violet
-flic
-novice
-bourré/saoûl
-pas bien cuit (pour la viande)

Moi j'ai parlé pendant une heure à chaque fois, un peu dans ce genre :mrgreen: Elle en avait marre :lire2:
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Louise » jeu. 14 juin 2012 10:53

Mouahaha, c'est pas beau de vouloir faire tourner un(e) psy en bourrique. :wait:

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12808
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Mlle Rose » jeu. 14 juin 2012 12:10

Hors-sujet
Elle a payé pour tous les autres psys qui ont essayé de me perdre dans des pensées qui n'étaient pas les miennes :ledoigt:
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6823
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Zyghna » jeu. 14 juin 2012 12:48

oui enfin avec les synonymes j'ai trouvé ça totalement stupide puisque les psy ne prennent que ce qui les intéresse comme réponse... le nombre de fois où j'ai eu le droit à "je n'ai pas cette solution dans ma liste, trouvez autre chose"... ça m'a laissé fortement sceptique :p
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
Saul
Messages : 592
Enregistré le : ven. 11 févr. 2011 14:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Saul » jeu. 14 juin 2012 13:02

Solenn a écrit:
Je dirai un ou deux par classe au lycée, et 10-15 dans les amphis de 100 à 200 personnes.
On est loin du 1 sur 1000 qui est sensé fonctionner comme moi.
Attention, il s'agit de statistiques, ça ne veut pas dire que l'on ne peut pas trouver une forte concentration de surdoués dans un endroit donné. Ce forum en est un bon exemple.
Zyghna a écrit:
le nombre de fois où j'ai eu le droit à "je n'ai pas cette solution dans ma liste, trouvez autre chose"... ça m'a laissé fortement sceptique :p
C'est malheureusement incontournable en raison de la standardisation et du fait qu'il s'agit d'un test convergent. Après, il ne faut pas non plus que le ou la psy reste inflexible dans son analyse, mais ce n'est pas la réponse originale ou différente qui est recherchée mais celle donnée par le plus grand nombre.
"L'homme est quelque chose de sacré pour l'homme." Sénèque

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Louise » jeu. 14 juin 2012 13:51

J'édite, j'ai intégré ma réponse dans mon développement + haut. Ceci peut être supprimé, du coup. (je ne peux plus le faire, trop tard!)

Avatar du membre
Saul
Messages : 592
Enregistré le : ven. 11 févr. 2011 14:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Saul » jeu. 14 juin 2012 14:53

Ce n'est jamais dû au hasard, lol, si on en trouve parfois beaucoup dans une même famille on pourra le lier à la génétique, si on en trouve beaucoup dans une école, on trouvera une explication plutôt environnementale (éducation, classes sociales, valeurs). On peut même se demander quel type de surdoués on va trouver dans tel ou tel milieu (scientifique, artistique, etc.), mais il n'empeche que même si la moyenne se situe à un surdoué par classe à l'école, ce n'est évidemment pas toujours le cas. C'est même parfois bien plus et parfois moins.
Les stastistiques ne peuvent pas être prises pour argent comptant.

En ce qui concerne le test, pour qu'on reconnaisse ses qualités métriques, il doit être sensible, fidèle et valide.

La sensibilité: Un test doit pouvoir discriminer les sujets et donc avoir une échelle de mesure assez fine. Ainsi si tous les sujets ont la même note, le test perd toute signification. La lecture de l'étalonnaga doit permettre de juger de la sensibilité du test.

La fidélité: La note obtenue par un sujet doit être représentative du comportement de ce sujet dans le test. Autrement dit, la note d'étalonnage des sujets doit rester à peu près identique si l'on effectue la mesure plusieurs fois.

La validité: Est-ce que le test mesure bien ce qu'il est censé mesurer? Il y a plusieurs types de validité ( du contenu, prédictive ou liée à un critère externe, du concept).

Pour ce qui est des stats, on estime qu'on au delà d'un nombre, l'échantillon est valide, il me semble que c'est 12, en dessous, la loi normale ne peut plus s'appliquer.
"L'homme est quelque chose de sacré pour l'homme." Sénèque

Avatar du membre
Coccinelle
Chirurgien ès Poulet
Messages : 1970
Enregistré le : jeu. 30 juin 2011 18:05
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Coccinelle » jeu. 14 juin 2012 15:22

En biologie la validitéest appelée la spécificité
Plus un test est à la fois sensible et spécifique meilleure il est.
Pour les tests en médecine (mesure biochimique, test Elisa, radiologie, échographie etc...), la sensibilité doit être au minimum de 80% pour être considéré comme bon (c'est à dire avoir le moins de faux négatif possible) et la spécificité idem(c'est à dire avoir le moins de faux positif possible). Il n'existe pas à ma connaissance de test avec une sensibilité de 100% et de spécificité de 100%.
Ceci peut facilement se comparer avec les tests de QI....

Avatar du membre
LilouVG
Messages : 40
Enregistré le : ven. 25 mai 2012 17:40
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Le Caire, Egypte
Âge : 32
Contact :

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par LilouVG » dim. 17 juin 2012 20:20

En ce qui concerne la partie plutôt vocabulaire, les similitudes et les définitions, il ne me semble pas que ce soit vraiment un problème qu'il n'y ait qu'une réponse possible, c'est aussi une capacité intellectuelle de comprendre ce qui est attendu et non de donner une réponse à sa sauce. Tout comme dans les mathématiques, pour répondre au problème, il faut donner un chiffre, pourtant on pourrait aussi donner un raisonnement, une fraction, que sais-je encore... Mais on comprend que ce n'est pas ce qui est demandé.
Enfin, ce n'est que mon avis.
"Chacun de nous se trouve quotidiennement au point où il faut décider s'il veut participer à la solution ou rester une part du problème" Uexküll
"Pour marcher au pas, le cerveau est superflu, seule la moelle épinière compte" Einstein

Avatar du membre
Aïnoa
Bras de fer
Bras de fer
Messages : 2633
Enregistré le : lun. 28 nov. 2011 21:13
Présentation : Un des plus beaux villages de France...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Nulle part... si loin...

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Aïnoa » dim. 17 juin 2012 21:17

Coccinelle a écrit :En biologie la validité est appelée la spécificité
Et la "fidélité" la reproductibilité :wink:

Et non Cox, pas de test avec 100% 100%, dommage...
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann

Avatar du membre
Louise
Messages : 1182
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 41
Contact :

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Louise » lun. 18 juin 2012 06:37

Je vois que nous sommes plusieurs plus habituées aux tests biologiques qu'aux stats ^^.

Le problème de la reproductibilité dans ce cas précis étant qu'à mon avis, il y a quand même un effet apprentissage...assez difficile à estimer.

Pervenche
Messages : 58
Enregistré le : jeu. 31 mai 2012 21:43
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t2672.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Pervenche » lun. 24 sept. 2012 21:47

C'est passionnant tout ça et ça alimente pas mal mes questions sur le sujet.

J'ai fait, un temps et entre autres, des études de pédagogie… dans un endroit où on était à fond pour les pédagogies nouvelles, plutôt donc de gauche, ouverts, voire quelquefois un peur évolutionnaire et souvent mal vus. j'aimais bien les profs qui savaient poser des questions pertinentes mais tout de suite j'ai vu aussi les limites de leur système…

Bref je m'égare encore. Tout ça pour dire que lors d'un séminaire on a parlé de façon tout à fait passionnante de l'évaluation.
Et, j'ai été très surprise d'apprendre que même une copie de maths pouvait recevoir deux notes diamétralement opposées. Il me semble que c'était le résultat d'une expérience menée avec un groupe de correcteurs; dans ce groupe il y en avait une proportion minime qui avait mis une bonne note et une proportion minime aussi une très mauvaise note.
Faudrait que je retrouve.

On parle du WAIS et de sa conception, des limites ou pas de ses tests et subtests; on pose comme condition de tomber sur un "bon" psy (difficilement évaluable quand même, ça aussi, surtout a priori…); mais qu'en est-il de l'estimation subjective de la personne qu'on a en face de nous?
Et si avec un autre psy et grosso modo les mêmes réponses on avait des résultats très différents?

J'imagine que ce seraient des différences légères, un faible pourcentage mais au fond, qu'est-ce qu'on peut en savoir?

D'où une autre question:
Comment un test peut-il prétendre être objectif si ses résultats ne sont pas reproductibles? (puisque l'on ne peut pas le passer plusieurs fois).

Et une précision sur laquelle vous êtes peut-être plus informés que moi :
- Est-ce que dans la conception des tests, ils ont par exemple fait des exercices de notation devant un écran. Par exemple, un testé est film pendant son test et plusieurs psys corrigent en même temps pour confronter leurs résultats?

Perso je crois, comme beaucoup d'entre vous que c'est "grosso-modo" juste, que les résultats indiquent une tendance plus qu'autre chose, et que les chiffres ne veulent au fond pas dire grand chose. Mais ce ne sont quand même là que des représentations qu'on s'en fait.
Perso aussi, je sais aussi pertinemment que le vrai problème n'est pas là, mais relève de notre positionnement au monde et en société et de notre épanouissement par l'épanouissement de nos capacités.

Mais ça ne suffit peut-être pas. Puisqu'on n'a que ces outils là, en tous cas les plus légitimes et a priori indiscutables, il faut qu'on puisse aussi les défendre. Pour nous et pour les autres.

Bref je pense que critiques très virulentes contre les tests ont aussi leur pertinence et qu'il faut les regarder en face.
J'ai attendu 13 ans pour passer les tests moi-même parce que j'étais troublée par tous ces avis contraires et parfois violents et que je ne voyais pas ce que ça pouvait m'apporter. trop de critiques me semblaient dignes d'intérêt. J'ai perdu du temps. des années de galères et cetera, parce qu'au fond je ne savais pas objectivement ce que je savais subjectivement et que cela ne m'était donc d'aucune aide puisque le problème (le mien en tous cas) est précisément dans ce rapport aux autres, donc dans l'objectivité, voire dans l'objectivation des uns et des autres.

Peut-être que je me trompe, mais dans ce cas c'est que je manque d'informations sur le sujet.
Je demanderai à ma testeuse à l'issue du bilan.

Les attaques contre les tests (et la définition de la douance) que j'ai entendues :
- Les profs et autres pédagogues… J'ai suivi des cours avec un génial disciple de Meirieux que cette question révoltait et qui devenait violent dés qu'on abordait le sujet de la douance. avec des arguments anti-eugénistes et cetera (toute l'équivoque du sujet contre laquelle met trés bien en garde Cécile Bost au début de son livre) Pénible. Et je suis portant sûre (pour un tas de raisons) qu'il est radicalement surdoué lui-même.
- De parents d'élèves. J'en ai eu deux dont je mets ma main à couper qu'elles sont surdouées. Deux cas très différents au demeurant. La mère de l'une est devenue aussi une amie, c'est pourquoi on en a parlé sans gêne. Elle-même est surdouée et le sait (repérée enfant par ses parents enseignants qui expérimentaient sur leur progéniture les tests psychométriques) qui a toujours très mal vécu son inadaptation. Leur fille est dys-tout-ce-qu'on-peut-imaginer. Et extrêmement inquiète de ne pas réussir. Du coup plutôt que d'en prendre le risque, elle refuse obstinément d'essayer… et pourtant elle dit et crie sa motivation. C'est terrible pour un prof. On se sent impuissant.
- J'ai aussi le cas de ma nièce testée vers 4 ans à la demande des parents, et dont les résultats les dérangent profondément. Au début ils étaient fiers, maintenant qu'ils ont une préado, ils essayent d'écraser tout ça. Si bien qu'ils refusent tout net toute la spécificité, l'invention et la créativité de leur fille. J'ai assisté, entre autres, à cette scène récemment: la petite passe au collège: "j'espère que ma mauvaise réputation ne me suivra pas". Le père: "t'as qu'à pas être aussi chiante et vouloir te démarquer des autres". On leur a parlé d'une école qui prend les enfants HP près de chez eux mais tous argumentent, l'enfant concernée comprise "il ne faut pas parce que dans la vie, après, il faut que je puisse m'intégrer avec les autres… alors que si je vais dans une école de surdoués, on va rester "entre nous" et on ne va pas apprendre ça = la vraie vie…"

Ça me mets hors de moi, l'impuissance.

Tout ça pour dire qu'il ne faut pas sous-estimer les arguments des anti… ils font de sacrés dégâts mais parfois on ne sait pas comment leur répondre.

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12808
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Critique - constructive - des tests de QI

Message par Mlle Rose » mar. 25 sept. 2012 08:51

Pervenche a écrit : D'où une autre question:
Comment un test peut-il prétendre être objectif si ses résultats ne sont pas reproductibles? (puisque l'on ne peut pas le passer plusieurs fois).
On peut les passer plusieurs fois, mais y'a un délai à respecter (1 an). Et les résultats sont tout à fait reproductibles. Les études montrent une grande stabilité du QI dans le temps, ce qui tend à valider ces tests.
J'ai un exemple d'un membre ici qui a passé le test enfant et qui a eu strictement les mêmes résultats à l'âge adulte. Ce qui tend également à prouver que les diverses échelles sont assez bien corrélées.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Répondre