A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
orazur
Messages : 19
Inscription : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 33

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par orazur »

Je vais rajouter ma pierre à l'édifice, et tenter de retranscrire mon début de chemin dans cette "aventure".

Premier contact avec ma psy pris en visio pendant le confinement.
Passation du test environ un mois et demi après.
Une fois assis devant elle, pas de temps perdu, moins de cinq minutes de présentation et on attaque avec les cubes.
Pour la plupart des tests, il s'est passé la même chose dans ma tête : au début ce fut facile, puis à la première petite résistance, je me trouvais con que "la réponse ne coule pas de soi". Du coup je me suis intérieurement dispersé, mon cerveau a parfois fait "pouf" et se vidait pour ne laisser que du blanc et même pas l'envie de chercher... J'ai essayé d'évacuer ce sentiment à l'oral en blaguant pendant l'épreuve, et pas mal de fois un "je suis vraiment nul" finissait par sortir de ma bouche...
Le temps est passé vite, j'ai particulièrement peiné dans les épreuves de chiffres. A l'inverse, tout la partie verbale m'a semblé plus "simple" et plus intéressante.
Le test s'est fini par une question de sa part : ce que j'avais le plus aimé et le moins aimé. Même si sur le moment j'ai eu l'impression de foirer, j'ai bien aimé les suites logiques à compléter, car ça m'avait forcé à faire davantage appel à mon intuition et à du "laisser aller", ce que je souhaite clairement travailler chez moi. J'ai par contre beaucoup moins aimé les chiffres (interprétation perso que je verrai avec ma psy ultérieurement : ça ne m'intéresse pas, c'est assez dépourvu de sens pour moi ce genre d'exercice, et n'ai jamais investi un iota d'énergie dans cette gymnastique durant ma vie).
Avant de partir, ma psy m'a dit en rigolant que j'aurai une très mauvaise note en estime personnelle, ce qui ne m'a absolument pas étonné.

Contrairement à d'autres, j'ai eu la chance d'avoir mon rdv d'interprétation de la passation seulement 6 jours plus tard. L'attente fût donc pénible, mais brève.

Je m'attendais aux résultats : hétérogènes partout, elle m'a quand même donné mon QIT et mon IAG, mais aucun des deux n'est significatif (plus de 30pts d'écarts entre l'ICV à 135 et l'IMT à 100).
Son observation clinique révèle à l'oral que pour elle il y a douance, mais que mes résultats ont été perturbés par de très fortes émotions intérieurs. Quoi qu'elle en dise, je me retrouve donc le "cul" entre deux chaises, comme pas mal ici je crois, avec une très forte suspicion de douance, mais des chiffres objectivement insuffisants.

Je me suis un peu "pris la tête" depuis (même si je n'aime pas cette expression), et je crois avoir trop pris au sérieux cette histoire de douance et de résultats. Pas qu'ils soient dépourvus de sens, mais j'ai surchargé d'importance cette démarche, en espérant obtenir un résultat net et tranché, absolu, et révélateur de ma nature qui m'échappe pour l'instant.

Si je devais faire une comparaison, je pense que je ne souhaite pas être diagnostiqué HPI pour le plaisir d'exhiber fièrement un objet, mais plutôt parce que ça m'aurait permis de savoir la nature de ce que je suis, et je pensais qu'on me filerait un manuel d'utilisation et les mises en garde d'utilisation, ainsi que comment entretenir l'objet :p
Seulement, l'humain est plus compliqué dans son fonctionnement qu'un objet manufacturé. Ces tests et ces chiffres ont tendance, je crois, à réduire la complexité de l'homme à des objets plus simples afin de pouvoir les manipuler plus facilement et de mieux les aider. Mais c'est bien entendu réducteur, je le sais, et il ne faut probablement pas totalement céder au chant des sirènes de la simplification, ce que j'ai malgré moi fait depuis mardi dernier...

Édit Napi : quelques précisions sur les épreuves supprimées

Avatar de l’utilisateur
Napirisha
Messages : 3275
Inscription : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6392.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 38

Ancien Membre de l'équipe

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Napirisha »

Merci pour ce retour, j'y retrouve bien ce que j'avais ressenti. (J'ai juste enlevé quelques précisions sur les épreuves dans ton textes, pour éviter à ceux qui le liraient avant de passer les épreuves de se dire que ça fausse leur résultats parcequ'ils savaient à quoi s'attendre)
C'est tellement tentant de se dire que le test apporterait un mode d'emploi... Comme tu t'en rends compte, ça ne marche pas exactement comme ça...mais ça permet de mieux connaître une partie de son fonctionnement, et ça peut réellement être utile à plus long terme, promis !
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Taem
Messages : 93
Inscription : ven. 19 oct. 2018 14:43
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9634
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 23

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Taem »

orazur a écrit : dim. 21 juin 2020 10:41 Je vais rajouter ma pierre à l'édifice, et tenter de retranscrire mon début de chemin dans cette "aventure".

Premier contact avec ma psy pris en visio pendant le confinement.
Passation du test environ un mois et demi après.
Une fois assis devant elle, pas de temps perdu, moins de cinq minutes de présentation et on attaque avec les cubes.
Pour la plupart des tests, il s'est passé la même chose dans ma tête : au début ce fut facile, puis à la première petite résistance, je me trouvais con que "la réponse ne coule pas de soi". Du coup je me suis intérieurement dispersé, mon cerveau a parfois fait "pouf" et se vidait pour ne laisser que du blanc et même pas l'envie de chercher... J'ai essayé d'évacuer ce sentiment à l'oral en blaguant pendant l'épreuve, et pas mal de fois un "je suis vraiment nul" finissait par sortir de ma bouche...
Le temps est passé vite, j'ai particulièrement peiné dans les épreuves de chiffres. A l'inverse, tout la partie verbale m'a semblé plus "simple" et plus intéressante.
Le test s'est fini par une question de sa part : ce que j'avais le plus aimé et le moins aimé. Même si sur le moment j'ai eu l'impression de foirer, j'ai bien aimé les suites logiques à compléter, car ça m'avait forcé à faire davantage appel à mon intuition et à du "laisser aller", ce que je souhaite clairement travailler chez moi. J'ai par contre beaucoup moins aimé les chiffres (interprétation perso que je verrai avec ma psy ultérieurement : ça ne m'intéresse pas, c'est assez dépourvu de sens pour moi ce genre d'exercice, et n'ai jamais investi un iota d'énergie dans cette gymnastique durant ma vie).
Avant de partir, ma psy m'a dit en rigolant que j'aurai une très mauvaise note en estime personnelle, ce qui ne m'a absolument pas étonné.

Contrairement à d'autres, j'ai eu la chance d'avoir mon rdv d'interprétation de la passation seulement 6 jours plus tard. L'attente fût donc pénible, mais brève.

Je m'attendais aux résultats : hétérogènes partout, elle m'a quand même donné mon QIT et mon IAG, mais aucun des deux n'est significatif (plus de 30pts d'écarts entre l'ICV à 135 et l'IMT à 100).
Son observation clinique révèle à l'oral que pour elle il y a douance, mais que mes résultats ont été perturbés par de très fortes émotions intérieurs. Quoi qu'elle en dise, je me retrouve donc le "cul" entre deux chaises, comme pas mal ici je crois, avec une très forte suspicion de douance, mais des chiffres objectivement insuffisants.

Je me suis un peu "pris la tête" depuis (même si je n'aime pas cette expression), et je crois avoir trop pris au sérieux cette histoire de douance et de résultats. Pas qu'ils soient dépourvus de sens, mais j'ai surchargé d'importance cette démarche, en espérant obtenir un résultat net et tranché, absolu, et révélateur de ma nature qui m'échappe pour l'instant.

Si je devais faire une comparaison, je pense que je ne souhaite pas être diagnostiqué HPI pour le plaisir d'exhiber fièrement un objet, mais plutôt parce que ça m'aurait permis de savoir la nature de ce que je suis, et je pensais qu'on me filerait un manuel d'utilisation et les mises en garde d'utilisation, ainsi que comment entretenir l'objet :p
Seulement, l'humain est plus compliqué dans son fonctionnement qu'un objet manufacturé. Ces tests et ces chiffres ont tendance, je crois, à réduire la complexité de l'homme à des objets plus simples afin de pouvoir les manipuler plus facilement et de mieux les aider. Mais c'est bien entendu réducteur, je le sais, et il ne faut probablement pas totalement céder au chant des sirènes de la simplification, ce que j'ai malgré moi fait depuis mardi dernier...

Édit Napi : quelques précisions sur les épreuves supprimées
Eh beh, en seulement quelques jours ou semaines, je trouve que tu fais preuve d'un recul impressionnant et d'une vraie maturité dans tes écrits... Je suis un peu jaloux j'avoue ! :blond:

Honnêtement c'est le genre de questionnement qui permet d'ajouter une pierre à l'édifice, et avoir un mur sans trou c'est quand même plus agréable, mais ça n'est certainement pas la dalle de béton dans son ensemble c'est clair :) Ni à négliger, ni à surinvestir !

orazur
Messages : 19
Inscription : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 33

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par orazur »

Mes excuses pour la diffusion d'une petite partie du test. J'aurais du me dire que ça ne devait pas être révélé pour ne pas influencer toute personne susceptible de le passer...

Plein de choses sont difficiles dans les résultats obtenus, sans doute parce que l'on s'y rend dans un état de confusion interne qui demande d'y mettre des mots et d'effectuer un travail assez conséquent sur soi par la suite. Les résultats sont probablement le second pas concret, plus actif et sollicitant encore que la passation... du moins, ça l'est pour moi, en terme de construction identitaire.

Je me pose tout de même une question : la différence entre HQI et non-HQI est-elle de qualité et/ou de quantité ?
Si l'on parle de rapidité, de score etc., on se situe avant tout dans l'ordre de la quantité. Il n'y a ainsi pas énormément de différence entre un QIT de 131 et de 129, sinon répondre un peu plus vite à certaines questions, avoir fait qqes erreurs en moins... Mais pas de différence profonde dans la manière d'aborder le monde.
Pourtant, le fait qu'il existe un terme "HQI", pour distinguer certains individus d'autres, suppose qu'il y a plus qu'une seule différence de quantité, ou du moins qu'il y a nécessité de distinguer deux catégories de personnes, avec suffisamment de différences pour mériter un traitement différent. Or, la différenciation surgit souvent là où il y a des problématiques différentes. C'est ce que toute la littérature que j'ai pu consulter semble signifier : la différence de vitesse et de justesse dans les tests ne sont qu'une partie de la facette du HQI, celle mesurable et observable. Mais il en existe une autre, probablement non quantifiable, qui créé un sentiment de décalage avec l'entourage et la société, plus ou moins consciemment, et qui dans mon cas me pose un problème identitaire.

Et c'est là que je veux en venir : s'il y a bien une "manière d'être au monde" qui unit pour ainsi dire un certain nombre de HQI, cette manière d'être leur est-elle spécifique ou peut-elle se retrouver aussi chez des individus non-HQI ?
Pêle-mêle, je me sens : motivé par la difficulté et le défis, flemmard, rêveur, touche à tout, ouvert d'esprit et exempt de jugement moral envers autrui, non-matérialiste, très irrégulier dans mes résultats, investi d'une mission de vie sans pour autant la connaitre, dépressif, souvent léthargique, en perpétuelle remise en question sur tout, comme devant ne pas stagner dans la vie et devoir toujours évoluer, mais en même temps aimant profiter de la nature et me laisser aller -sans pour autant y arriver la plupart du temps-, maniaque au niveau de la logique et de l'argumentation d'autrui, très (trop??) sensible aux émotions négatives véhiculées par les autres, diplomate, ne voulant pas blesser, adorant la lecture en tout genre, artiste à mes heures perdues, foutrement contradictoire... Si l'on parle de quantité, des pensées qui fusent, et un langage qui peine à aller assez vite pour tout transmettre (ce qui m'a bien posé des soucis lors de mes examens oraux pour devenir prof...) [liste non exhaustive].
Toutes ces caractéristiques possèdent des fois un aspect négatif, sur lequel je devrais travailler pour correspondre à la bien-séance sociale contemporaine...

Je suis sujet à la pression sociale, je le sais, pas toujours certes mais suffisamment pour que ça me marque. Or, apprendre que je suis HQI m'aurait permis non pas de gonfler la poitrine pour me pavaner (même si ça ne m'aurait pas fait de mal en terme de confiance personnelle), mais d'arrêter de me sentir illégitime dans ma manière d'être. Je m'en fous des compétences (bon, pour être honnête pas totalement non plus), ce que je veux surtout c'est arrêter de lutter contre moi, ou plutôt de trouver une raison suffisante d'arrêter de lutter contre moi.

Si un non-HQI peut posséder ce genre de caractère et que ce soit légitime, alors j'accepterais bcp plus facilement l’hétérogénéité de mes résultats au WAIS IV.

Désolé pour ce déballage en vrac, j'ai besoin d'écrire...
Va vraiment falloir que j'apprenne à poster au bon endroit cela dit si je veux rester sur ce forum car, pour le moment, ce n'est pas mon point fort ! Mes excuses :(

EDIT : [mention]Taem[/mention], désolé de montrer que je ne suis pas si "mûr" que cela ! Disons que les oscillations entre les pics de joie et les creux de perte de repères sont moins violents, mais que je suis tout de même ballotté par plein de choses dans ma tête.

Taem
Messages : 93
Inscription : ven. 19 oct. 2018 14:43
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9634
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 23

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Taem »

Je trouve ton texte très touchant :) oui le navire de la douance tangue beaucoup au début et l'océan peut avoir tendance à se déchaîner un peu ! Voir beaucoup :p

Pour tes questionnements, je pense que tu prendras plaisir à explorer les différentes ''chapelles'' qui existent vis à vis de la douance, que ce soit en vrac, JSF, Cécile Bost, Carlos Tinoco, Nicolas Gauvrit, Olivier Revol, Fanny Nusbaum, et qui sais je encore...

Une sorte de travail d'élagage afin de retirer de tout ce fatra ce qui nous intéresse, nous parle le plus. Mais aussi un jeu intellectuel plaisant en confrontant les points de vu, en contre argumentant, en remettant en question ce que l'on croyait enfin savoir.

La douance est un chemin tumultueux mais je crois que ce forum témoigne bien du fait que le savoir permet quand même, en général, de faire plus de bien que de mal.

Et je crois que philosophiquement c'est un sujet intéressant, car à l'heure actuelle on ne connaît pas la vérité je crois, donc on peut continuer encore et encore à se questionner quand l'envie nous prend :grin:

On sent qu'il y a un truc, mais c'est dur de l'objectiver. Sauf peut être via les tests de QI et encore, quand on sait qu'un dys peut être HP ou un TDAH aussi et donc que stricto-sensus son QI mesuré ne sera pas dans la fourchette très supérieur. Bref, passionnant, usant et déroutant à la fois.

orazur
Messages : 19
Inscription : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 33

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par orazur »

J'ai déjà parcouru plusieurs livre -avant de prendre mon rdv chez la psy- : "Trop intelligent pour être heureux" (JSF), "Je pense trop" (PetitCollin), "Les Philo-Cognitifs" (Nusbam & Co).

Sans rejeter toutes ces lectures, je leur reproche tout de même une orientation qui me semble être un chouilla commerciale (je n'arrive pas à m'en défaire pour l'instant). C'est comme si chaque malaise pouvait s'expliquer par la douance... Et quand on ne se reconnait pas dans un ou plusieurs traits, la réponse est là : chaque HQI est différent, le concept d'"HQI" est un archétype qui ne se rencontre jamais totalement chez qqn, même diagnostiqué +.

Cela étant dit, ils possèdent aussi du bon, au moins car ils m'ont permis de poser les premiers mots sur des ressentis confus voir inconscient que j'avais depuis... fort longtemps je crois.

Merci en tous cas pour vos réponses à tous. Ce forum est très agréable, et je m'y sens bien :)

Avatar de l’utilisateur
Bulle d'o
Messages : 1479
Inscription : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9657] un bout de moi [/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : bof
Âge : 42

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Bulle d'o »

[mention]orazur[/mention] .... à la lecture de tes derniers échanges, ma tête m'a dit "jolie tête pensante, de la maturité de vie, effectivement, HP ou pas HP, chouette personne, jolie réflexion, plaisir potentiel à échanger avec". (c'était presque à peine moins mécanique que la forme avec laquelle, je le décris).

C'est pas ça l'important, de trouver de la communication plutôt détendue avec d’autres? Ici, à mon avis, tu devrais prendre un certain plaisir dans l'exploration, voire vivre des petits moments de co-construction bien sympas. Éclate-toi, avant tout, ça sert aussi à ça, une tête bien faite.
"Je ne communique pas mes jugements, je ne suis pas un donneur de leçons, l'observation du monde ne suscite chez moi qu'un dialogue intérieur, un interminable dialogue avec moi-même."

Les désorientés (2012) de Amin Maalouf

orazur
Messages : 19
Inscription : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 33

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par orazur »

Merci [mention]Bulle d'o[/mention] pour ce gentil message qui m'a donné le sourire pour la journée à venir ! :)

Puisque tu parles d'exploration, j'ai fait un tour sur ton profil, sur ton message de présentation, ai lu des commentaires, et de fil en aiguille, suis tombé sur deux topics qui ont illuminé également mon début de journée :

- La genèse du forum (https://www.adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=3&t=9900) : je trouvais ce forum particulièrement bien organisé, très clean au niveau de sa modération, en plus d'être de surcroît fréquenté par de bien belles personnes. Mais je ne me doutais pas du si long engagement que certains ont fournis pour lui permettre d'exister. Un grand merci à eux pour ces beaux combats "ordinaires" (je me permet ce terme non pour en dénigrer le mérite, mais bien plutôt pour éviter de sombrer dans un travers qui me semble particulièrement prégnant chez les HQI et assimilés : le sentiment d'être les seuls à subir certaines épreuves... Les incompréhensions, les conflits font partis de la vie de tous). J'avais lu un dicton qui est resté gravé dans ma mémoire (suédois, nordique ou de je ne sais quel pays scandinave) : "Le sérieux dans les petites choses n'est pas une petite chose". Je le trouve très beau, tellement j'admire ceux capables de réaliser de grandes choses en affrontant jours après jours des petits obstacles. Bravo, donc, à tous les membres pilliers de ce joli forum, d'avoir malgré les difficultés, réussi à créer ce havre au milieu de la toile (de nos esprits).

- Second sujet qui m'a beaucoup plu : les caractéristiques du casse... euh, des surdoués (http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=20&t=6368) : enfin un endroit où sont rassemblés de manière claire (et surtout sans pédanterie narcissique, fausse modestie ou martyrisation inutile) des points communs qui semblent toucher beaucoup de HQI. J'ai convenu avec ma psy que pour mon premier rdv post résultat WAIS IV, j'allais préparer une liste des caractéristiques des HQI, et que j'indiquerai là où je me retrouve et là où je ne m'y retrouve pas. Ca lui semblait être un bon point pour commencer à travailler. Ce topic me sera du coup bien utile !

Très belle journée à vous tous ! Des bisous !

Avatar de l’utilisateur
Guuuiii
Messages : 7
Inscription : dim. 5 juil. 2020 20:38
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10775
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 29

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Guuuiii »

A mon tour de partager mon expérience du test.

J'ai pris rendez-vous pour le passer 5 mois en amont. J'ai d'abord commencé par venir ici pour me renseigner sur la douance, tout en restant sceptique sur le fait que moi je puisse être surdoué. Avec deux doublements, un parcours scolaire qui ressemblait plus à un chemin de croix qu'autre chose? Non pas possible.

Étant facilement abattu par les déceptions, j'ai rapidement laissé tomber l'idée de vraiment m'informer sur le sujet. "Si je n'y pense plus, alors je ne vais pas me créer d'attentes artificielles" me disais-je. Mais je me leurrais bien évidemment, et cette idée que je puisse être surdouée est restée dans un coin de ma tête, revenant régulièrement à la charge lorsqu'une situation s'offre à moi et que je ressens une différence inexplicable avec mon entourage de par mes réactions, mes sentiments.

La seconde étape de mon "plan de déculpabilisation" en cas d'échec au test a été de ne pas me renseigner du tout sur le test. Non seulement je ne voulais pas m'imposer cette anxiété liée à toute préparation d'événement ayant un enjeu (cf le permis, où l'angoisse de rater me l'a fait rater 3 fois), mais en plus je craignais un retour de bâton sous la forme du syndrome de l'imposteur si je m'y préparais.

Ce vendredi 3, j'ai donc pris la route sans la moindre préparation du test. Les heures de train ont été autant de temps accordé aux pensées invasives : Et si ma mère, qui m'a orienté sur la piste de la douance, s'était trompée? Et si au contraire elle avait raison, qu'est-ce que ça changerait pour moi? Il parait que le test mesure notre logique, on va se rendre compte que j'excelle dans l'illogisme ! Et puis, qu'est-ce qui me dit que ce psychologue est effectivement compétent? On me l'a recommandé, mais il y a aussi des témoignages de personnes découvrant ultérieurement une erreur de diagnostic. Bon je penses trop là, allez on met de la musique et on va essayer de lire du fantastique...mais en fait non, les pensées continuent d'affluer. Bon ben je vais faire avec.

J'arrive donc chez la psychologue, en panique après m'être rendu compte que j'avais largement sous-estimé le temps nécessaire entre la gare et son cabinet et que je risquais d'être en retard. Ouf, elle est encore en consultation avec quelqu'un, le temps pour moi de me calmer un peu.

Quand vient mon tour, nous commençons l'entretien par des questions sur mon vécu, ce qui m'amène à passer le test, ce que j'en attends. Et là, les souvenirs m'assaillent : la scolarité, les crises émotionnelles, la sensibilité exacerbée, les situations d'injustice. Et cette impression aussi, surtout, que j'essaye d'orienter mes propos en me basant sur ce que j'ai pu lire sur la douance, avec l'espoir secret que ça influe sur le résultat du test. Je ne voulais pas qu'on m'annonce m'être fait des illusions, que je n'avais absolument rien d'exceptionnel.

Puis viennent les exercices. Tout de suite, mon regard est attiré par un objet circulaire, d'un gris anthracite sur la table, avec quelques boutons sur le dessus et un écran. Un chronomètre. Moment de panique. Je regarde la praticienne et lui demande s'il y a un temps limité. Réponse positive. Montée d'anxiété.

Nous commençons donc par un exercice de manipulation de cubes. Coup d’œil au chronomètre dont l'écran m'est invisible, tremblement des mains, chute d'un cube, auto-critique à voix haute. La psychologue me fait remarquer mes tremblements, dont je n'avais pas pris conscience. J'essaye de m'apaiser, et mes gestes sont plus fluides, ma pensée aussi, mais je n'arrive pas à faire tous les exercices pour autant. J'exprime donc ma frustration, rapidement apaisée par mon interlocutrice qui me rassure en m'indiquant qu'il était extrêmement rare que quelqu'un les réussisse tous.

S'ensuit l'exercice des matrices. Encore de la logique, je ne vais vraiment pas faire long feu. Les premiers exercices me semblent assez faciles, mais le niveau semble croître rapidement. Parfois, j'ai l'impression d'avoir la solution, mais je ne sais pas l'expliquer. Alors je réfléchis, comme on m'a appris à l'école, à ce qui m'amène à dire que ça serait telle ou telle réponse qui est bonne. Pendant ce temps, le chronomètre tourne. A chaque réponse, je guette la main de la praticienne pour voir si elle entoure (bonne réponse) ou non un élément sur sa feuille. Ces moments de vérité me font l'effet d'un ascenseur émotionnel, entre le doute sur ma possible douance et l'espoir que finalement, ça soit possible.

Nous continuons, avec des exercices de mémoire. A ce moment là, je me maudis de ne pas avoir retenu la technique utilisée par les professionnels de la mémoire en championnats. Avant de me réjouir : au moins, je n'aurais pas de syndrome de l'imposteur sur cet exercice. Viennent ensuite les associations de mots. Certains semblent si évidents que je me demande vraiment si la psychologue attend une réponse. À un moment, je fixe mon interloctrice pendant 5 secondes puis répète un mot d'un air interrogateur. Son accent était passé par là, aussi se corrige-t-elle et rions-nous de cette incompréhension. Je me détends.

Retour sur un exercice avec des formes. Tout ce que je déteste, considérant avoir une très mauvaise représentation dans l'espace. Partant sur une fausse piste, je suis rapidement interrompu par la psychologue qui m'indique que je m'impose une contrainte supplémentaire et que la consigne est plus simple.

Une fois le test terminé, elle m'invite à sortir une trentaine de minutes le temps de faire l'analyse de notre échange et des exercices. Je patiente donc, échangeant avec ceux qui savent que je passais le test ce jour, tentant d'anticiper une nouvelle fois les implications du résultat, mais convaincu que j'avais misérablement échoué tant les exercices de logique m'ont semblé légion.

L'attente terminée, la psychologue me montre une courbe de QI. Elle y place mes résultats, en quelques secondes j'estime ma moyenne de QI. Déception. C'est alors qu'elle m'explique qu'il suffit d'avoir plus de 130 à l'un des scores pour être considéré comme surdoué, car la structure du cerveau est différente du reste de la population. Et tout à coup, c'est une tempête de pensées qui s'abat sur moi. J'écoute autant la praticienne que mes propres questions. Elle pointe du doigt là où je suis (très) bon, là où je le suis moins, m'explique le pourquoi du comment. Et, pressé par l'heure du train du retour, m'indique que j'aurai le compte rendu complet par mail assez rapidement.

Trois jours se sont écoulés depuis, la tempête bat toujours son plein dans mon esprit, avec des pics d'intensité et des accalmies. Des remontées intempestives de souvenirs, pour lesquels j'ai enfin une explication à ce qui me semblait inexplicable jusqu'à présent. Et comme cette impression que le test n'était que le début d'un autre test plus grand, plus vaste : celui de trouver la voie qui correspond à ce que je suis au plus profond de moi-même.


Edité par la jardinerie pour suppression de quelques détails. :tourne:

Avatar de l’utilisateur
Brunehilde
Messages : 227
Inscription : mer. 15 juil. 2020 15:29
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10783
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bordeaux
Âge : 39

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Brunehilde »

Et voilà c'est mon tour de donner mon témoignage sur la passation du test :)

Ça faisait deux ans que je me posais des questions, ma psy ne m'avait trop poussée dans ce sens car elle voit régulièrement des enfants dont les parents sont convaincus de la surdouance de leur rejeton, alors qu'en fait ils ont d'autres problèmes (merci la pathologisation de la douance...). Du coup j'ai laissé ça de côté un temps et ai essayé de règler mes autres problèmes psy et physiologiques.
Début 2020 je commençais à me sentir mieux, j'étais plus apaisée, et puis le sujet est revenu sur la table, abordé par mon conjoint ("dis-moi tu ne serais pas une ...?"). Et là je me suis dit : OK, si lui aussi a des doutes, c'est bien qu'il va falloir que j'y passe pour avoir une réponse claire (je précise que je n'avais jamais osé lui en parler, donc c'est vraiment venu de lui)

Là-dessus confinement, séances à distance avec ma psy, je finis par lui dire que je veux faire le test. Elle me dit que oui bien sûr ça peut se tenter, mes difficultés sociales pouvant venir de là et/ou d'autre chose. Elle me donne des adresses de neuropsy (elle-même peut faire passer le test mais a plus l'habitude de le faire passer aux enfants, et plutôt pour détecter la déficience mentale), je fini par prendre RDV pour le 30 Juin (on est alors fin Mai).
Et puis quelques jours après la neuropsy me renvoie un mail en me disant qu'une place s'est libérée le 09 Juin, je dis OK, puis après je me dis "oh mais du coup c'est beaucoup plus proche !", et là un stress commence à s'enclencher, c'est imminent.

Quelques jours avant le RDV j'ai quelques petits soucis de santé qui altèrent mon sommeil, mais j'y vais le jour dit, après tout j'ai pris mon après-midi pour ça donc...
Elle me fait entrer dès que j'arrive, elle a un masque évidemment. On parle pendant une demi-heure pour l'anamnèse, je lui explique mon passif d'enfant harcelée, mes doutes, mes insertions sociales toujours manquées où que j'aille. Je ne lui parle pas de mes petits soucis de santé, après tout j'estime que ça ne m'impacte pas à l'instant T.
On commence le test par les cubes, mes mains tremblent un peu mais je me prends au jeu, évidemment au début je vais vite, puis je prends mon rythme tranquille et je les fini tous. À part un où j'ai dû corriger ce que j'avais fait, tout s'est bien passé. La psy me le fait remarquer et me dis que c'est très bien.

Ensuite c'est le verbal : similitudes d'abord, quelque chose me chiffonne dans ce qu'on me demande mais elle me dit que c'est normal et je continue tranquille, elle me pose souvent des questions pour que j’approfondisse, je me sens bête par moment car j'ai l'impression de dire des choses évidentes.

Ensuite les chiffres, j'ai juste un petit sursaut au début, la suite se passe bien. Il n'y a que pour la fin où je ne suis pas sûre à 100% du coup moins de confiance en moi. Pour la suite je bafouille plus, j'ai l'impression de me forcer à être sûre, j'aurais peut-être dû être moins perfectionniste, pour la dernière partie ça va plutôt bien.

De nouveau du verbal : vocabulaire, j'ai l'impression de peiner, elle me pose souvent des questions pour que je donne plus de précisions, je me sens encore bête de devoir détailler des trucs comme ça. Je vais jusqu'au bout. Ouf.

Ensuite c'est la culture G, tout me parait simple jusqu'aux trois dernières questions, une je réponds au pif et retrouve la réponse 30sec après, tant pis je ne lui dis pas. Et pour une question je la regarde avec des yeux ronds comme des billes en me disant "mais il y a 12 réponses possibles à celle-là !". Et là je revois l'histoire liée à la question qui se déroule dans ma tête. Elle me dit que cette question fait souvent cet effet-là, je finis par lui répondre la bonne réponse quand même, ça nous fait rire toutes les deux.
Pendant le test j'ai vu qu'elle notait si j'avais 0, 1 ou 2 points et j'ai fini par détourner le regard, je ne veux pas me mettre la pression toute seule.

Puis vient l’arithmétique, je trouve que c'est hyper simple, je vais très vite. Elle ne met même pas le chrono au début. Seule la dernière question me prend du temps, je la fait répéter, tout ça pour comprendre que j'avais le bon résultat.

Ensuite c'est les symboles, j'y vais tranquillement mais j'ai besoin de tout vérifier deux fois, et puis j'ai mal à la tête avec le balayage visuel (je sais déjà que mes yeux n'aiment pas ça, j'ai deux rééducations orthoptiques au compteur). La neuropsy s'en rend compte, me demande si je veux faire une pause (jusque là je ne voulais pas), et je lui dis que en effet j'ai mal à la tête. Pendant 5 mn elle en profite pour me demander ma situation familiale et d'autres détails sur ma vie.

Puis on reprend avec les matrices, ça se passe bien tout me semble facile. Peut-être un doute sur la dernière, je réponds comme je le sens.
Ensuite c'est les puzzle visuels, les trois derniers me demandent plus de temps, la dernière je donne un résultat au pif, mais bon globalement ça va.

Et enfin en dernier le code. Et là c'est le bordel, mes yeux n'arrêtent pas de faire des aller-retour pour vérification et encore une fois ça me pète les yeux bien violent, je panique un peu sachant que c'est chronométré. La neuropsy est surprise de mon résultat moyen, je vois bien que je suis loin d'avoir tout rempli.

À la fin elle me demande si je n'allais pas bien, je lui explique mon problème et elle me dit "vous devriez faire un bilan neurovisuel chez un orthoptiste, en insistant bien sur le terme. Je lui dit que je vais voir ça. Ensuite elle me dit qu'il n'y a pas besoin d'un autre subtest, on prend RDV pour le 23/06 pour le bilan (quinze jours, ça va être long mais bon ses autres dispos ne sont pas possibles pour moi).

Le lendemain je déniche une orthoptiste qui peut me prendre le surlendemain, au téléphone elle me demande si c'est bien un bilan neurovisuel et pas un bilan classique, je lui dit que oui c'est bien ça.
Je lui explique le pourquoi du comment je suis arrivée là dans son cabinet, le surlendemain donc, elle me dit "ah oui je fait souvent des bilans pour des enfants surdoués, ça va souvent avec ce genre de problème, vous avez dû compenser avec le reste de vos capacités et c'est passé inaperçu".
Je lui précise quand même que je n'ai pas les résultats encore, donc je ne suis certaine de rien.
Sa conclusion est sans appel : il me faut de la rééducation neurovisuelle ET orthoptique, mais tout ça est ré-éducable. Banco je suis bonne pour 10 séances environ. Je m'imagine déjà les maux de tête à venir. :roll:

En plus elle me dit "ça peut poser des problèmes pour la recherche et la mémoire visuelle, le graphisme etc... Et moi de lui répondre : "ben je suis quand même graphiste de formation...". Elle : "et vous avez eu votre diplôme ?". Moi : "oui, oui et j'ai exercé en tant que telle pendant 10 ans quand même. Bon je ne lui suis plus vraiment maintenant, mais bon...". Elle : "Vous avez dû bien compenser alors !".
C'est là que j'ai quand même repensé que le dessin était l'apprentissage le plus difficile que j'ai connu, pas fluide comme le reste, je comprends pourquoi maintenant. J'ai toujours eu du mal avec les proportions et le fait de définir une forme globale avant de rentrer dans le détail, et les cours de croquis de nu me laissent encore un souvenir stressant...

10 jours après je retourne chez la neuropsy qui ni une ni deux me met mes résultats sous le nez : je vois direct qu'un seul score est au-dessus de 130 et je me dis direct "j'en suis pas". En effet elle m'avait précisé que pour elle il faut avoir deux indices au-dessus de 130 pour considérer un haut potentiel, sa congrégation considérant qu'un seul indice est trop peu (elle aussi reçoit souvent des parents d'enfants jugés précoces car à problèmes et fait beaucoup de déçus)
Elle m'en parle et me dit que je suis l'exception qui confirme la règle : le QIT n'est pas significatif car trop d'écart entre QIV et IVT (44 points !). Voilà le détail :
ICV 141
IRP 126
IMT 128
IVT 97
Elle me dit qu'elle me situe tout juste en-dessous de 130 avec précocité verbale, mais qu'elle me donnerait la mention quand même au vu des autres résultats très proche de 130, même si elle ne peut l’écrire sur le bilan.
Je lui parle du bilan orthoptique qui confirme son hypothèse, elle est contente que ça ait permis de détecter ça.

Puis elle me dit que de toutes façons avec un tel indice verbal c'est logique que j'ai des soucis de communication générale (moi je pensais pas avoir bien réussi ça car je me suis trouvée lente, mais à priori c'est normal que ce soit plus "poussif" que le reste).

Et puis elle me parle aussi du fait que j'ai fait des fautes d'inattention, dans l'arithmétique où je suis allée trop vite, alors que j'avais manifestement calculé toutes les réponses sans problème et aussi dans la mémoire des chiffres. Et je vois que pour la culture G il y a deux réponses que j'avais mais que je n'ai pas osé expliquer complètement (la peur d'avoir l'air trop intello qui revient même là ?)

Je repars dans le brouillard, j'ai des réponses intéressantes mais aussi un sentiment d'inachevé, et je repense aux petits soucis de santé qui avaient perturbé mon sommeil, au poids que peut avoir une grosse fatigue visuelle dans l'état général et la concentration.

Pendant plusieurs jours je ressasse tout ça, puis 10 jours après je vois ma psy habituelle qui au vu de mes résultats me dit que je peux me considérer surdouée (pourtant elle était plutôt du genre "il faut dépasser 130 sur les 4 indices pour être surdoué...), et qu'on pourra peut-être repasser l'IVT après la rééducation neurovisuelle vu que ça n'est pas faussé par la mémoire du test.
Au pire je pourrais repasser le test entier dans deux ans, peut-être même avant si la WAIS 5 sort entre-temps.

Bref maintenant je me considère faisant partie du lot même si je sais que j'ai un profil hétérogène et un peu particulier. La rééducation bat son plein avec son lot de maux de tête, j'ai aussi vu un posturologue pour redresser tout le reste, les progrès doivent arriver incessamment sous peu quand j'aurais rééduqué mes stratégies visuelles. Donc je me tape des "Où est Charlie" et plein de puzzles ou de mots cachés, j'ai l'impression de revenir en enfance. :huhu:

Merci pour votre patience si vous avez lu jusqu'au bout :favorite:


Édité par la jardinerie pour suppression de quelques détails.
Qu'on se le dise : les Walkyries chevauchaient des loups !
Ça explique sûrement pourquoi je n'aime guère ceux qui peignent des rayures à leurs chevaux... :guitare

Abyssale
Messages : 8
Inscription : jeu. 28 nov. 2019 23:52
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Abyssale »

Bonjour tout le monde,

Depuis ma présentation du 8 janvier 2020, il y a eu le flottement dû au coronavirus puis, tout s’est accéléré.

Le déconfinement venant, j’ai pris mon courage à deux mains ainsi que mon téléphone, savait-on jamais ?

tuuut, tuuut (sonnerie du téléphone qui s'éternise...). :aspi:

Mais oui monsieur, un rendez-vous pour dans un mois vous irez ? Gloups, euh oui. C’était parti, la trappe s’ouvrait vers de nouveaux horizons !

Je vous passe les détails de l'anamnèse, échanges d’environ une heure avec la psychologue. Elle est ouverte, agréable et tout se déroule sans accroc. On commence le test alors !, me lance-t-elle, comme s’il ne s’agissait que d’une formalité.

Cubes (chrono)
Peut-être la seule épreuve me concernant où j’ai constaté une montée en « difficulté ». Les premiers assez « simples » et rapidement réalisés. Puis arrivent les 2 derniers. Le premier je le finis presque mais la psychologue me dis de plutôt passer au dernier (le chrono ?). Je passe au dernier et là, je regarde la figure et étrange phénomène, je dis à la psychologue, je ne le ferais pas, mon cerveau comprend comment le faire mais bloque pour le faire. Désolé, c’est difficile d’expliquer ce qu’il m’est arrivé. Fatigue ?

Similitudes
Bon, rien de bien difficile sur cette épreuve, à tel point que je redemande si j’ai bien compris la consigne. Oui oui, je l’ai comprise me dit la psychologue. :honte:

Mémoire des chiffres (chrono)
L’exercice me semble au départ très simple en soit mais je perçois bien où va se situer la difficulté. Le dernier item de la dernière partie me voit lâcher prise en plein milieu. Encore ce maudit cerveau qui se permet de s’arrêter puisqu’il a compris la consigne. C’est un de mes plus gros problème / défaut sur le test voire dans la vie.

Matrice
Bon, pas de problème particulier là, un item m’a totalement laissé sans solution. Bizarre.

Vocabulaire
Cette épreuve m’a mis en difficulté. Non pas que je ne sache pas donner la définition des mots, juste que je suis tellement tatillon que je m’embrouille tout seul comme un grand. Bah quoi, un mot est un mot et il veut dire ce qu’il signifie nan ?

Arithmétique (chrono)
Là, je me suis plutôt "baladé". Sauf sur le dernier où j’ai réussi le fabuleux exploit de m’empêtrer tout seul comme un grand une fois de plus. La psychologue, souriante sous son masque : euh, arrêtez, c’est bon, c’est bien la solution que vous avez.

Symboles (chrono)
Je n’ai pas compris la difficulté, même dans sa dimension de vitesse de traitement. Ce qui m’a le plus dérangé, c’est d’avoir eu un score moyen +, mais sans aucune explication de la psychologue après coup. Je n’ai donc pas compris ce qui m’avait fait chuter et cela m’ennuie.

Puzzles visuels (chrono)
Là, mon cerveau a un peu chauffé. Le dernier continu à tourner dans mon cerveau vers l’infini et au-delà. :P

Information
C’est peut-être l’item le plus bizarre pour moi étant donné que la psychologue ne vous indique pas où vous vous êtes trompé. Hors je me souviens des questions et de mes réponses. Vérifications faites, tranquillement chez moi, j’ai commis 2 erreurs, enfin, pas répondu parfaitement, mais ne pouvant en dire plus ici, je ne comprends pas mon score. Mes 2 erreurs devaient comporter un nombre de points plus important peut-être.

Code (chrono)
Plutôt rébarbatif comme exercice, et donc j’ai tout fait, juste selon la psychologue, mais pas en gagnant le maximum de point. Va comprendre, même les explications de la psychologue étaient floues (elle ne peut pas trop en dire sans dévoiler le mystère du test non plus lol).

Voilà, j’ai passé encore une demi-douzaine de tests mais ils sont facultatifs donc je n’en parle pas.

Je sors, pas un mot de la psychologue qui ne veut se baser que sur les faits de la correction à venir.

Et là, supplice vicieux au possible, attente pour le résultat d’une durée de…10 jours ! :devil:
C’est à la fois lointain et très proche. Que les 2 derniers jours ont été longs et anxiogènes !

10 jours après donc, me voilà de retour. La psychologue attaque direct son compte rendu et je suis submergé par la foule de termes qu’elle emploi. Je l’écoute, docilement, comme hypnotisé d’être enfin arrivé à la fin de ce parcours du combattant.

Elle confirme tout ce qui finalement m’était « connu », je n’ai pas de surprise à proprement parlé dans sa transcription du bilan.

J’ai un score légèrement hétérogène avec un écart maximal de 16, donc elle m’a quand même calculé le QIT. Je suis bien HP, avec un résultat qui je cite : « ne serait pas entièrement le reflet des réelles capacités de Mr ABYSSALE. Le QIT a tout de même été calculé et fait part de résultats se situant dans les normes très hautes. ».

Ce qui m’a le plus intéressé, ce sont certaines parties de son analyse qui posaient des mots sur des concepts, des parties de mon fonctionnement. Cela m’a fait un bien fou.

Exemple :
Jusqu’alors, il était de notoriété publique que je m’y prenais au dernier moment pour faire quelque chose. Pour moi, notez que je n’ai jamais ressenti ce phénomène de dernier moment. Mais allez vous faire comprendre des personnes qui ont cette certitude.

Donc nan, je ne m’y prends pas vraiment au dernier moment. Mon fonctionnement fait que je traite vite et en masse les informations. Donc je sais ce que j’ai à faire, et je le ferais au moment voulu (le dernier en l’occurrence :lol: ). Certes, vu de l’extérieur, maintenant je comprends que cela donne l’impression que je lambine et ne fait rien…jusqu’au dernier moment.

Et maintenant ?
J’ai dit à la psychologue que je lisais bien ces mots : HP (HAUT POTENTIEL), mais que cela ne changeait pas grand-chose au final, pour le moment dois-je bien préciser. Car ce que j’étais avant d’arriver chez elle pour ce test demeurait ce que j’étais en sortant.

Elle m’a dit que cela était tout à fait normal, que j’avais besoin de rencontrer une personne connaissant plus en avant le haut potentiel afin qu’elle puisse « m’expliquer » de quoi il retournait. Que l’on me montre le chemin à emprunter pour que s’ouvre enfin à moi mon vrai potentiel.

Merci pour votre attention et probablement à plus tard.
"...je me suis arrêté devant l’épouvantable inutilité d’expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit." Charles Baudelaire

Avatar de l’utilisateur
Nébulive Sakura
Messages : 155
Inscription : sam. 22 août 2020 13:59
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10812
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bruxelles
Âge : 48

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Nébulive Sakura »

Bonjour,
J’avais commencé à lire les témoignages puis très rapidement, je me suis arrêtée. Je continuerai ma lecture après avoir écrit le mien.

Je me suis intéressée à la douance après avoir lu l’article d’Arielle Adda : « Enfants doués non reconnus / non identifiés : Conséquences à l’âge adulte ». Cet article m’a bouleversée au point de ne plus pouvoir m’arrêter de pleurer pendant un bon quart d’heure… Un vrai tsunami.
Remuée au plus profond de mon être, j’ai commencé à me documenter discrètement. Comment pouvais-je penser ne fusse un instant être à haut potentiel intellectuel…

J’ai voulu en avoir le cœur net. Quitte à me prendre un mur.
Étant en dépression majeure, et ayant été hospitalisée pour des crises de panique et d’angoisse, j’ai voulu suivre une thérapie avec une psychologue concernée par le haut potentiel. Elle se dit HP et a créé une association pour aider les personnes à haut potentiel en difficultés.

La psychologue m’a fortement conseillé de passer les tests de QI. Prenant mon courage à deux mains, j’ai accepté la passation de tests.
Conseil personnel, ne passez pas le WAIS en étant en dépression et ayant un traitement médicamenteux lourd.

N’ayant jamais apprécié les examens, tests, compétitions, passer le WAIS fût pour moi, une rude épreuve, crises d’angoisse, nuits blanches etc. Peur extrême d'être en dessous des 100 de QI.
J'étais tellement anxieuse que plusieurs fois, la psychologue m'a fait suivre un peu de cohérence cardiaque avant de commencer.
Lors d'une des épreuves faisant appel à la mémoire, j'étais tellement tétanisée par la peur (confiance en moi déplorable) que je n'ai rien pu dire. Blocage total et mutisme de quelques secondes, heureusement, le programme de cohérence cardiaque s'est subitement remis en route et le son m'a fait sursauter, sans réfléchir, j'ai donné la réponse d'une traite et sans erreur.

Après la première partie (deux indices), la psychologue m’a fait miroiter que j’étais HP et très certainement à très haut QI. J’ai fondu en larme puis j’ai pu voir l’horizon s’éclaircir un peu.
J’ai eu le malheur de poser des questions concernant le QI et les écarts types dans le groupe de parole online de l’association. Je me suis faite descendre et ai eu des commentaires assez durs sur mon ego. J’ai été, je dois avouer, estomaquée surtout que mon estime de moi commençait à peine à remonter. Ma confiance en moi a été réduite à néant et ma joie également d’avoir pu trouver des pairs et un groupe avec qui discuter sans craintes d’être à côté de la plaque.
Malheureusement j’ai dû être, une nouvelle fois, hospitalisée pour crise d’angoisse majeure.
Une semaine après ma sortie j’ai voulu terminer ces « foutus » tests de QI, il aurait mieux valu que j’attende.
La seconde partie a été, à mon sens, plutôt déplorable (je suis extrêmement exigeante à mon égard).
J’ai fait des erreurs monumentales et j’ai eu des absences terribles.

D’après la psychologue, j’ai sous "performé" étant en dépression majeure et ayant un traitement lourd. Cela n’excuse pas le fait que j’ai un sentiment terrible d’échec. Cela peut sembler complètement étrange mais c’est le sentiment que j’ai. J’ai un point de QI en dessous des 145 (percentile 99,8), donc je ne suis pas THQI. Même si la psychologue dit le contraire.
Mon QI est homogène.
Mon sentiment de solitude incommensurable et de décalage immense ne sont pas dus au fait d’être THQI puisque je ne le suis pas.

Finalement et à présent, je suis heureuse d’avoir eu le courage de le passer. Depuis, je sais et je ne suis pas seule à être atypique.
J'encourage tous ceux et celles en questionnement de passer les tests de QI (chez un.e psychologue clinicien.ne)... C'est libérateur de ne plus être dans le doute. :-)

Avatar de l’utilisateur
Fu
Messages : 1245
Inscription : dim. 4 févr. 2018 21:54
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9137
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Fu »

Nébulive Sakura a écrit : mar. 25 août 2020 10:20[…]J’ai eu le malheur de poser des questions concernant le QI et les écarts types dans le groupe de parole online de l’association. Je me suis faite descendre et ai eu des commentaires assez durs sur mon ego. J’ai été, je dois avouer, estomaquée surtout que mon estime de moi commençait à peine à remonter.[…]
C’est un truc paradoxal que l’on a déjà observé : ces mêmes surdoués qui se plaignent d’être trop malheureux parce que les personnes « normales » les maltraitent, sont les premiers à maltraiter une personne qui se présente comme THQI. Je me rappelle d’un gars, sur le site zebra-crossing, qui se faisait flinguer parce qu’il avait « THQI » dans son pseudonyme.

Avatar de l’utilisateur
Chris De Nice
Messages : 63
Inscription : sam. 2 mai 2020 10:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10707
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Complètement à l'ouest
Âge : 52

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Chris De Nice »

Nébulive Sakura a écrit : mar. 25 août 2020 10:20 (...) J’ai un point de QI en dessous des 145, donc je ne suis pas THQI (percentile 99,8). Même si la psychologue dit le contraire.
Mon QI est homogène. (...)
Je suis un point en dessous de toi et la mienne m'a dit la même chose.
Elles ont leurs raisons. Elle m'a spécifié par exemple que j'employais des stratégies très particulières pour trouver les réponses. Les épreuves se complexifiant, mes approches différaient alors que la logique de résolution était la même. Aux matrices, aux balances et à l’arithmétique par exemple. De plus ayant plafonné à plusieurs sous-tests et en n'ayant pas pris le temps sur d'autres (vous avez compris la logique, ça perd de son intérêt donc votre concentration s'envole, m'a-t'elle dit), elle m'a signifié qu'elle me voyait plus haut.
Je suis allé voir sur le topic consacré aux THQI pour y trouver quelques réponses et je me suis reconnu dans énormément de points => viewtopic.php?f=43&t=1424
Est-ce que tout cela veut dire quelque-chose, je n'en sais rien. Tout ce qui m'importe est que ça puisse me permettre de bouger les bons leviers pour que ma vie soit plus cool.
D’après la psychologue, j’ai sous "performé" étant en dépression majeure et ayant un traitement lourd.
Imagine alors si tu avais été en pleine forme ?
:blond:

Abyssale
Messages : 8
Inscription : jeu. 28 nov. 2019 23:52
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Abyssale »

Personnellement, depuis que j'ai passé ce test, j'ai des sentiments difficiles à gérer. Non pas sur le résultat HP à proprement parler, mais plutôt sur une impression qui ne me quitte pas concernant les scores sur certains subtests.

Autant ceux où j'ai obtenu des indices élevés sont clairs pour moi, certains où j'ai eu des indices "bas" sont aussi limpides : je sais très bien où j'ai fauté. Non, ceux qui me posent problèmes, ce sont ceux où j'ai eu des indices moyens+. Je ne comprends pas où ni comment j'ai pu me tromper.

Ai-je perdu des points tout court ? Les items où j'ai échoué étaient-ils doté d'une valeur plus importante ? J'ai bien essayé de lui demander des taux, ou le nombre de réponses fausses, mais elle n'a pas l'air de vouloir coopérer. :D

C'est très désagréable, car cela reviendrait au fond à dire à la psychologue : "Excusez-moi, pourriez-vous re-vérifier ces subtests, s'il vous plaît ? N'auriez-vous pas par hasard oublié des points, fais des erreurs avec les différentes tables de conversion etc. ?".
Je ne sais pas si une part de l'observation de la psychologue entre d'une manière ou d'une autre dans les notes obtenues dans les subtests etc.

Quelque chose me chagrine et je ne sais pas quoi. :lol:
"...je me suis arrêté devant l’épouvantable inutilité d’expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit." Charles Baudelaire

Avatar de l’utilisateur
Chris De Nice
Messages : 63
Inscription : sam. 2 mai 2020 10:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10707
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Complètement à l'ouest
Âge : 52

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Chris De Nice »

[mention]Abyssale[/mention]
Si c'est comme moi à l'IVT, ma psy m'a dit que je n'éprouvais aucun intérêt à ces épreuves qu'elle qualifie de bas niveau. Retenir et exécuter.
Après, je me suis trouvé plutôt pas mal aux barrages et n'ai pas eu l'impression de traîner aux codes. Pourtant, mes résultats sont moyens.
En même temps, je pensais être mauvais à l'ICV et très bon aux matrices. Ce fut tout le contraire.
Comme quoi, ces tests nous apprennent parfois que nous ne savons pas grand-choses sur nos forces et nos faiblesses.

Abyssale
Messages : 8
Inscription : jeu. 28 nov. 2019 23:52
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Abyssale »

Ne sachant pas comment sont attribués concrètement les points, en fait, je suis très dubitatif sur certains de mes scores.
Certains items sont restitués dans le rapport avec détails pour souligner le bilan de la psychologue, d'autres plus du tout.
Ce qui est dérangeant pour moi c'est que ce sont justement ces derniers qui ont un score moyens+ et que la psychologue ne "veut pas expliquer", car sinon elle dévoile trop la méthode... :x
"...je me suis arrêté devant l’épouvantable inutilité d’expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit." Charles Baudelaire

Avatar de l’utilisateur
Chris De Nice
Messages : 63
Inscription : sam. 2 mai 2020 10:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10707
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Complètement à l'ouest
Âge : 52

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Chris De Nice »

La méthode de résolution des items ?
Si c'est pas trop indiscret, de quels sous-tests il s'agit ?
Désolé, je me prend encore comme exemple pour comparer mais mon bilan comporte tous les items (13), leurs notes et leur significations. Sans pour autant révéler quoi que ce soit de particulier sur les items proprement dits. Bref j'ai toutes les infos dont j'ai besoin pour comprendre ce qu'ils disent sur mes capacités.
Le reste, peu importe si on n'a pas les réponses aux questions auxquelles on a mal répondu, c'est pas important pour se comprendre. Non ?
La fiabilité du résultat peut-être, c'est ça qui te chagrine ?

Différente
Messages : 309
Inscription : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?t=7780]C'est ici ![/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 33

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Différente »

Chris De Nice a écrit : mar. 25 août 2020 11:24Si c'est comme moi à l'IVT, ma psy m'a dit que je n'éprouvais aucun intérêt à ces épreuves qu'elle qualifie de bas niveau. Retenir et exécuter.
Qu'est ce que ça m'agace de lire ce genre de propos. :violent:
HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar de l’utilisateur
Chris De Nice
Messages : 63
Inscription : sam. 2 mai 2020 10:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10707
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Complètement à l'ouest
Âge : 52

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Chris De Nice »

Hors-sujet
Différente a écrit : mar. 25 août 2020 12:15
Chris De Nice a écrit : mar. 25 août 2020 11:24Si c'est comme moi à l'IVT, ma psy m'a dit que je n'éprouvais aucun intérêt à ces épreuves qu'elle qualifie de bas niveau. Retenir et exécuter.
Qu'est ce que ça m'agace de lire ce genre de propos. :violent:
Perso je n'ai pas été très bon en vitesse d’exécution, c'est ce que ça semble vouloir dire. Je trouve ça dommage, moi qui pensais être rapide justement.
Je ne vois rien de péjoratif dans ces épreuves, je ne fais que relater ce qui m'a été dit. Mais il est vrai que je ne suis pas en désaccord avec ça, n'ayant pas effectivement trouvé ça amusant ou intéressant, comme les puzzles, les épreuves verbales ou encore l'arithmétique. Est-ce que ça vaut excuse à ma contre performance, je ne suis pas compétent pour le dire. Je relate, encore une fois, étant bien trop vert dans ce domaine pour tenter une explication plus fouillée.
C'est justement là que ces tests s'avèrent intéressants. Ils déterminent outre nos capacités nos centres d'intérêts et les renforcements des compétences correspondantes au fil de nos vies.
Je suppose que tu as aimé ces épreuves, c'est possiblement spécifique à tes centres d'intérêts.
J'ai bon ?

Avatar de l’utilisateur
Nébulive Sakura
Messages : 155
Inscription : sam. 22 août 2020 13:59
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10812
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bruxelles
Âge : 48

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Nébulive Sakura »

Chris De Nice a écrit : mar. 25 août 2020 11:11
D’après la psychologue, j’ai sous "performé" étant en dépression majeure et ayant un traitement lourd.
Imagine alors si tu avais été en pleine forme ?
:blond:
Je n'aurais pas le derrière entre deux chaises, ce que je trouve très inconfortable !
Mais hors de question de repasser le WAIS pour quelques points de QI. Et me connaissant, je serais encore capable avec mon inhibition intellectuelle d'avoir moins.

Je n'ai pas mon passe-droit pour la Triple Nine Society. Zut ! :huhu: :(

Abyssale
Messages : 8
Inscription : jeu. 28 nov. 2019 23:52
Profil : Bilan +
Test : WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Abyssale »

Chris De Nice a écrit : mar. 25 août 2020 11:53 La méthode de résolution des items ?
Si c'est pas trop indiscret, de quels sous-tests il s'agit ?
Désolé, je me prend encore comme exemple pour comparer mais mon bilan comporte tous les items (13), leurs notes et leur significations. Sans pour autant révéler quoi que ce soit de particulier sur les items proprement dits. Bref j'ai toutes les infos dont j'ai besoins pour comprendre ce qu'ils disent sur mes capacités.
Le reste, peu importe si on n'a pas les réponses aux questions auxquelles on a mal répondu, c'est pas important pour se comprendre. Non ?
La fiabilité du résultat peut-être, c'est ça qui te chagrine ?
Je ne prends rien pour acquis et j'adore comprendre, juste ou faux. :D

Lorsque la psychologue m'a fait le bilan, elle a listé les 10 subtests obligatoires (je passe les facultatifs) que j'ai passé avec leurs notes et leurs significations (pas tous expliqués en détail, je persiste).

Exemple d'un retour détaillé, sans révéler de trop bien entendu : Mémoire des chiffres. J'ai ma note, et j'ai une explication détaillée sur les 3 séries de cet item avec pour chacun le nombre de réponses justes. OK, clair et net, je prends.

Exemples d'un retour qui me pose problème :
Information, j'ai la note et basta. Je ne sais pas quel est le plafond de cet item ni comment sont répartis les points par bonne réponse, mais pour obtenir ma note, j'ai du en faire des erreurs :rofl: Le problème c'est que je n'ai pas le souvenir d'en avoir fait autant...

Cubes : 2 cubes non réalisés, note moyenne, pas compris là. Les derniers cubes étaient-ils dotés de points énormes pour me faire ainsi chuter la note. Pas d'explication.
"...je me suis arrêté devant l’épouvantable inutilité d’expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit." Charles Baudelaire

Avatar de l’utilisateur
Brunehilde
Messages : 227
Inscription : mer. 15 juil. 2020 15:29
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10783
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bordeaux
Âge : 39

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Brunehilde »

Abyssale a écrit : mar. 25 août 2020 12:43
Exemples d'un retour qui me pose problème :
Information, j'ai la note et basta. Je ne sais pas quel est le plafond de cet item ni comment sont répartis les points par bonne réponse, mais pour obtenir ma note, j'ai du en faire des erreurs :rofl: Le problème c'est que je n'ai pas le souvenir d'en avoir fait autant...

Cubes : 2 cubes non réalisés, note moyenne, pas compris là. Les derniers cubes étaient-ils dotés de points énormes pour me faire ainsi chuter la note. Pas d'explication.
Il faut prendre en compte également le facteur temps, par ex les cubes c'est chronométré, peut-être que ça a joué dans ton cas ? :?
Qu'on se le dise : les Walkyries chevauchaient des loups !
Ça explique sûrement pourquoi je n'aime guère ceux qui peignent des rayures à leurs chevaux... :guitare

Différente
Messages : 309
Inscription : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?t=7780]C'est ici ![/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 33

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Différente »

Hors-sujet
[mention]Chris De Nice[/mention] Excuse j’aurais dû préciser mes pensées : ce qui m’agace c’est que l’IVT est systématiquement critiqué et depuis toutes ces années que je lis les commentaires ça donne juste l’impression qu’il est mis de côté, y compris par les spécialistes (je te visais pas particulièrement) simplement parce que la majorité des personnes testées n’arrivent pas à obtenir des scores élevés. Et on lui trouve tout un tas d’excuses comme le désintérêt, que je comprends en partie, ou le perfectionnisme. De là à avoir des écarts de 30-45 points ??? Ça m’interpelle toujours.

Et si c’est un indice est si inutile alors pourquoi il perdure dans la WAIS ? Je veux bien l’entendre mais du coup je trouve qu’il y a un non sens avec la définition de la douance. La WAIS essaye de mettre en avant des écarts d’aptitudes cognitives par rapport à une moyenne donc justement pourquoi obtenir un score élevé en IVT ne serait pas synonyme d’un potentiel hors de la norme et répondrait donc bien à la définition de la douance, puisque même de nombreux surdoués obtiennes des scores dans la norme ?

Je sais pas si je suis très claire.... En tout ça j’expose simplement des interrogations. D’ailleurs le sujet a déjà été évoqué ponctuellement sur le forum. On avait évoqué la piste d’un mauvais étalonnage ou d’un éventuel biais de recrutement. Et pour te répondre, j’ai aimé ces épreuves effectivement mais sans lien avec mes centres d’intérêts.
HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar de l’utilisateur
Chris De Nice
Messages : 63
Inscription : sam. 2 mai 2020 10:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10707
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Complètement à l'ouest
Âge : 52

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Chris De Nice »

Nébulive Sakura a écrit : mar. 25 août 2020 12:37
Je n'aurais pas le derrière entre deux chaises, ce que je trouve très inconfortable !
Oui je comprend, ça me fait un peu ça. Mais c'est un peu un problème de riche, ça doit pas être la même chose qu'être à 129. Là, le doute doit assaillir méchant, alors qu'honnêtement, si ça s'arrêtait à ça. Juste pour une histoire de seuil, forcément arbitraire dans la description d"un fonctionnement.
Bon, je ne sais pas trop quoi en penser. Je cherche, fouinasse, pour le moment.
C'est mon hyper-émotivité et mes accrocs réguliers avec les autres qui m'a mené sur cette piste cela dit, pas ma supposée intelligence (parce que je la cherche encore et c'est pas de la fausse modestie).
On devrait peut-être passer la "chiosité" chronique à la moulinette de la loi normale. Là, je serais sûr d'être à dix milles écarts-type de la moyenne.
Abyssale a écrit : mar. 25 août 2020 12:43

Exemples d'un retour qui me pose problème :
Information, j'ai la note et basta. Je ne sais pas quel est le plafond de cet item ni comment sont répartis les points par bonne réponse, mais pour obtenir ma note, j'ai du en faire des erreurs :rofl: Le problème c'est que je n'ai pas le souvenir d'en avoir fait autant...

Cubes : 2 cubes non réalisés, note moyenne, pas compris là. Les derniers cubes étaient-ils dotés de points énormes pour me faire ainsi chuter la note. Pas d'explication.
Ok, je n'ai pas eu ce problème avec ma psy, elle a répondu à toutes mes questions lors de la restitution. Pas évident dans ces cas-là de se situer véritablement en effet.
Hors-sujet
[mention]Différente[/mention]
Pas de problème, il faut croire que l'IVT est enseigné de cette façon au sujet des HQI (à vrai dire j'en sais rien du tout).
Je poserais la question à ma psy.

Répondre