Quelle évolution après confirmation par le test ?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Korydween
Messages : 799
Enregistré le : sam. 24 août 2013 09:03
Présentation : Par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : À mi-chemin de l'horizon
Âge : 30

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Korydween » jeu. 18 sept. 2014 08:42

Joebar me l'ayant gentiment suggéré, et comme il est temps que j'arrête de procrastiner, voici mon évolution depuis le test.
Toute ressemblance avec un message posté sur un fil de présentation n'est pas fortuite du tout. Et oui, je suis paresseuse.

Résumé des épisodes précédents :
Je suis arrivée ici un peu "par hasard", après des crises d'angoisses et un sentiment de "mais qu'est-ce que je fous là?", pensant que comme tout autre forum j'allais y rester quelques semaines, quelques mois tout au plus, participer pendant ces quelques mois et puis je m'effacerais petit à petit.
Dans l'ensemble j'étais persuadée que ma vie était trop bien et qu'il n'y avait rien à changer. J'ai pas mis longtemps à passer the test, qui s'est révélé positif. Et je me suis dit "bon ben c'est nickel, maintenant tu travailles un peu sur les trucs qui te manquent et ta vie sera encore plus cool". Oui mais... (car dans toute bonne série, il y a un mais !)

Et après ?
Par la suite je me suis rendue compte que ma vie, les autres la trouvait géniale, mais moi je m'y ennuyais à mourir et que c'était devenu un enfer. Le diagnostic n'est pas le seul en cause, mais comme m'a dit la psy "Il m'a forcé à l'authenticité. Et une fois qu'on y a goûté, plus moyen de revenir en arrière." Au final, j'ai lâché cette vie qui m'ennuyait en ayant acquis la certitude que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire pour moi. Ça n'a pas été simple, beaucoup m'ont dit qu'ils m'ont trouvée courageuse, de mon point de vue je n'avais pas le choix: Si je ne le faisais pas, je me perdais.

Aujourd'hui je suis HEUREUSE bor*el ! Je ne le crois plus, j'en suis sure et je le dis haut et fort. Aujourd'hui j'ai un peu plus confiance en moi, et ça, je le dois au diagnostic, à vous avoir lu, écrit, rencontré et à tout ce chemin que j'ai parcouru en si peu de temps. J'ai le sentiment depuis quelques mois que mon cerveau se réveille. En arrivant ici, je me disais « non mais ils pensent tous à des trucs de fous, moi je ne fais pas d'analyse express comme eux, je n'ai pas le cerveau qui tourne à plein régime sur des questions existentielles (je m'en pose, comme tout le monde, mais je n'y réfléchis pas plus que ça)". Et puis maintenant non seulement je me rends compte que c'est pas "comme tout le monde", que si j'y réfléchissais déjà un peu, mais surtout que je "réfléchis" de plus en plus. C'est comme si je m'autorisais enfin à avoir le cerveau qui tourne à plein régime, que j'avais enlevé le limiteur de vitesse.
En 8 mois, ma vie a pris un virage à 180°, et dans le bon sens qui plus est (et là, le lecteur averti dira : Gné ?? :^) ). Un jour où j'ai demandé à une amie qui avait suivi tout le truc : "Ça se voit que je suis mieux dans ma peau ?" Elle m'a répondu : "C'est pas que ça se voit, ce que tu brilles tellement de bonheur que tu illumines absolument toutes les pièces dans lesquelles tu te trouves et tous les gens présents." Maiseuh... :$
Et aujourd'hui, pour reprendre une formulation de Mlle Rose dans le topic "Depuis que je suis intelligent ça va mieux" (puisses-tu me pardonner de te copier. Promis, je copyright!), je suis cap'
- cap' de rire haut et fort en public et de fusiller du regard toute personne à qui ça déplairait.
- cap' de dire que j'aime la robotique, la psychologie, la musique, la natation, les chevaux, que tous ces sujets n'ont rien à voir les uns avec les autres, mais que je m'en tamponne l'oreille avec une babouche
- cap' de redresser la tête et les épaules quand je marche dans la rue
- cap' de me dire que j'ai le droit de décider de ce qui est bon pour moi sans tenir compte de l'avis des autres
- cap' de me barrer de la conversation quand elle ne m'intéresse pas
- cap' de m'accorder des moments de solitude et d'anti-sociabilité, juste parce que j'en ai besoin.

Il y a encore du chemin à parcourir bien évidemment, mais quand je vois celui déjà fait en 1 an, je suis plutôt contente, et même un peu fière de moi. Et vous savez quoi ? Je n'ai plus aucune réelle crise d'angoisse ! Quelques coups de stress par-ci par là, et de moins en moins violents.
La psy m'avait dit que les surdoués fonctionnaient en sinusoïde très contrastée : il ressentent beaucoup plus fort que les autres, tant en positif qu'en négatif, mais passent également beaucoup plus vite de l'un à l'autre. Et qu'elle ne serait pas trop inquiète pour un surdoué qui passe un peu de temps en bas de la courbe (sans que ça s'éternise bien sûr), mais beaucoup plus concernée par un surdoué qui reste au milieu, sans monter tout en haut ni parfois descendre tout en bas. Parce que cela signifie qu'il se renie et s'empêche de vivre ses émotions et ses ressentis complètement. Je pense que j'ai vécu des années au milieu de cette courbe, et que je n'ai ouvert les portes des extrêmes que l'an dernier. Et maintenant, je vis, et c'est cool ! :rock:
Never tell a young person that anything cannot be done. God may have been waiting centuries for someone ignorant enough of the impossible to do that very thing.
- John Andrew Holmes -

Ge-R
Messages : 15
Enregistré le : jeu. 15 mai 2014 09:13
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4995.html
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Localisation : Le Havre
Âge : 39

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Ge-R » jeu. 18 sept. 2014 19:33

Quel magnifique message plein d'optimisme, de réussite et d'espoir Korydween !
Ça fait plaisir a lire :-)

Avatar du membre
romu
Le Rouquin du Chat
Messages : 858
Enregistré le : lun. 28 avr. 2014 12:53
Présentation : ma_presentation
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 22

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par romu » dim. 28 sept. 2014 10:24

Bonjour à toutes et à tous, en lisant vos témoignages, j'ai voulu à mon tour apporter ma contribution, et aussi motivé par les propos d'une membre m'ayant qualifié de "squatteur" :lol:
Je vais donc vous apporter mon témoignage :).

Avant le test :

Avant LE test, j'étais un adolescent très renfermé, que l'on remarquait au premier coup d'oeil, totalement atypique mais semblant bien dans sa peau, ce n'était pas réellement le cas, mais j'ai joué le jeu jusqu'au jour où je ne pouvais plus supporter ce mal être, j'ai donc commencé à sombrer dans un long tunnel, mon entourage a alors pris conscience du problème, et j'ai de ce fait consulté un psychologue.
Les premières séances ne m'apportaient rien, et je continuais à sombrer. Un jour, lors d'une séance, la psychologue m'a demandé si j'avais été détecté "surdoué"? J'ai répondu que je n'avais jamais passé le test, elle m'a demandé si cela m'intéresserait, et la séance s'est clôturée sur ces mots...
En rentrant chez moi, j'en ai touché deux mots à ma mère, et elle m'a dit que je devrais les passer.


Après le test :

Après de longues semaines à hésiter et à refuser le test, j'ai été contraint par ma mère à le passer.
Le jour de résultats, je ne voulais pas y aller, je me demandais ce qu'il allait se passer, et je craignais de n'être plus résumé qu'à mon QI... Je pensais de toutes manières ne pas être un HP, le résultat a donc été une douche froide :lol: .
A la sortie du compte-rendu, j'étais encore plus perdu, puis j'ai refusé d'en parler pendant plusieurs semaines, c'était fait, mais je ne voulais pas en parler.
Puis, en Avril, j'ai pris conscience de ce mal être de plus en plus profond, et je me suis mis à faire des recherches, mais je voulais discuter avec des gens, des gens à HP. J'ai donc atterri dans les parages, je ne savais pas où j'étais, et je n'avais pas pensé rester longtemps, à votre contact, j'ai compris que ce n'était pas une fatalité, on peut être surdoué et heureux, et ça, ça m'a beaucoup aidé. :-)

Et maintenant :

Maintenant, j'ai accepté ce diagnostique, depuis les premiers jours du diagnostique, j'ai évolué, j'ai appris à ne plus me refouler, j'ai appris à devenir moi même, à ne plus rester enfermé sur moi même, je parle plus ouvertement de mes émotions,...
En somme, je ne regrette pas ce test, je remercie même ma mère de m'avoir forcé à le faire :).
Avant, je n'osais même pas répondre à une question posée par des jeunes de mon âge, aujourd'hui, avec de la motivation, je peux interagir avec eux plus facilement (ce n'est pas aisé, mais je reste confiant ;) ), je commence à reprendre confiance en moi, je comprends mieux mes différences.
Je sais que le chemin est encore long, mais je sais que je suis sorti de ce long tunnel, et je n'aurais jamais imaginé qu'un simple bout de papier aurait pu me donner la raison de mes soucis...


Merci de m'avoir lu jusqu'au bout,
au plaisir de vous lire.
Romu.
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Charles Baudelaire (l'Albatros.).

Avatar du membre
Mei Run
d'obédience britannique
Messages : 776
Enregistré le : mar. 30 sept. 2014 19:11
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Âne & cie
Âge : 34

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Mei Run » ven. 21 nov. 2014 13:31

Avant :
De manière un peu maladroite, je dirais que je me suis toujours sentie sur le fil, un peu nulle, un peu très bête, vraiment bizarre, pas normale, remettant en cause continuellement mes propres opinions et avis car c'était forcément stupide vu comment tout tombait à plat dans les discussions (et tellement difficile de trouver exactement les mots justes qui pourraient au mieux imager mes ressentis), ou mêmes mes connaissances/savoirs car j'étais forcément illégitime/tricheuse vu le peu de travail/efforts fournis.


Après :
Le résultat (tombé mardi) me fait juste comprendre que non. Chu juste normale parmi les gens atypiques et même si quelque chose en moi ne tourne pas rond si l'on en croit "les gens", a priori je suis pas si con... :1cache:
Et en fait je crois, mais je n'ai que 3 jours de recul (sur quelque chose qui en fait est su tacitement depuis 25 ans... Paradoxe...), que ça a déjà juste rassérénée cette partie de moi, en levant tous les doutes et questions incessantes, et en posant enfin une certitude.
J'ai eu l'impression de mieux comprendre mes blocages depuis toujours en écoutant le retour, le pourquoi, et de pouvoir avoir une influence sur le cheminement maintenant, afin de gagner encore en efficacité et en bien-être.

D'ailleurs, premier pas, j'ai promis, je n'ai plus le droit de dire que je suis nulle, et plus le droit de taire mon avis :$


Brayf, tout baigne \o/
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."

Avatar du membre
soazic
Messages : 1531
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par soazic » lun. 24 nov. 2014 21:07

avant: je pensais m'être trompée de planète, je me suis toujours sentie inadaptée à ce monde. les regards extérieurs me le confirmaient d'ailleurs. C'était la vie à l'arrache comme courir avec la mer jusqu'aux genoux sans faire de bruit. A force de ne pas faire de bruit je me suis enfoncée petit à petit dans la dépression.
C'est là que j'ai été testée, à 23-24 ans, je ne sais plus.
après: je n'ai pas cru au résultat, il ne faisait pas sens pour moi. Je l'ai oublié. La vie a continué, peu à peu en mieux.
Je suis devenue maman, et ma fille a montré à 5ans des signes de dépression, puce à l'oreille de son instit' direction la psy scolaire; Test positif. Le compte rendu. Et les souvenirs qui remontent.
Digestion lente, mais libération. Enfin comprendre, pouvoir être soi.

Avatar du membre
cade
Messages : 191
Enregistré le : dim. 27 avr. 2014 20:12
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 41

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par cade » mar. 25 nov. 2014 00:33

Bonsoir,
avant les tests, un tel sentiment d'extra terrestre, de solitude immense, une aspiration à quelque chose de si grand que je ne pouvais jamais matérialiser, aspiration qui m'a d'ailleurs conduite petite, pour tenter de donner corps à cette sensation à sortir en pleine tempête avec un parapluie dans le fol espoir que les éléments m'emportent très loin, loin au dessus du monde...suite à visualisation de cette image dans un livre pour enfants qui se voulait dissuasif. Il y a tant de choses à dire, je n'en dresserai pas la liste.

Maintenant, je ne comprends pas bien ce que cela signifie, en fait rien de spécial je crois, simplement que cela me permet d'ouvrir toutes les portes que j'avais closes et tentais de condamner, en colmatant tant bien que faire se peut chaque fissure qui s'y faisait jour comme pour étouffer un cri. Aujourd'hui, pour la première fois de ma vie je me trouve normale, je ne me dis plus que j'ai vraiment un problème comparée aux autres; je comprends aussi pourquoi plus ça allait et plus je m'ennuyais en soirées, à tourner autour des mêmes sujets (bien qu'en compagnie de personnes intelligentes), et à parler d'une voix empruntée, à esquisser les mimiques attendues, en ne sachant plus qui j'étais vraiment. bon, il est vrai que je n'arrive toujours pas à décrocher de ce rôle mais laissons le temps...au temps; J'ai donc appris à varier mes plaisirs, à m'octroyer des moments propres pour m'oxygéner, d'autant que, chose qui m'émeut jusqu'aux larmes, je ne m'interdis plus de penser. Ce dont j'avais le plus peur, c'était moi-même, peur de ce que je pensais, où ces pensées pouvaient m'entrainer, j'avais si peur, toutes mes émotions m'inquiétaient, et si je ne les contrôlais pas et qu'elles s'échappaient et que je parvenais plus à les rattraper? Alors tout a été maintenu sous un couvercle très lourd, bien sous contrôle. Aujourd'hui recommencer à penser est une chose merveilleuse, je suis si heureuse, heureuse, je m'envole si loin dans mon esprit et je n'ai plus peur, quasiment pas en tout cas parce que j'ai compris qu'il n'y a rien d'étrange à se poser des questions sur tout ce qui nous entoure. Je n'en reviens pas à quel point tout ce que l'on vit est extraordinaire, je veux dire le fait d'être, ce qui nous constitue, et cette capacité de réflexion, l'intelligence, les sentiments, l'amour, la nécessité de se regrouper et de former société, nos tentatives admirables pour expliquer nos origines, et l'impossibilité pourtant de nous extirper de nos systèmes de pensée pour adapter peut être nos réflexions... Je m'arrête là! Bien sûr je ne passe pas mes journées à ça, les diverses occupations nécessitant une certaine attention, mais quel bonheur d'avoir ôté la chape, l'entonnoir en somme ;) Ceci dit j'évite quand même de m'exprimer en ces termes en société, je l'ai fait une ou deux fois et j'ai provoqué comme un silence gêné, j'ai du passer pour une illuminée. Je reconnais que c'est possible, mais c'est l'enthousiasme de retrouver toutes ces sensations, je suis toute à ma joie :-)
Voilà, c'est très positif

Camille

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Camille » dim. 4 janv. 2015 15:29

Bonjour,

Je vais aussi tenter de vous décrire mon parcours depuis mon diagnostique il y a, je viens de calculer, presque 10 mois quand même!

Avant le test j'étais complètement perdue, l'impression d'être un ovni inadapté et inadaptable. 5 ans que j'avais passé mon bac, quatre réorientation, une vie sentimentale passant de catastrophique à inexistante, et des relations amicales me faisant me sentir encore plus à côté de la plaque et mal dans mes baskets avec des phases anxieuses se rapprochant dangereusement de dépression profonde.

J'ai décidé de passer le test après avoir vraiment pensé pendant plusieurs moins que j'avais une maladie mentale pas marrante du tout, soit un retard mental, une bipolarité ou que sais-je encore. au final je passe le test, je me découvre surdouée à 23ans.

Je suis passée par beaucoup de phase, en vouloir comme beaucoup d'entre vous a mes proches qui ne l'avaient pas remarqué, au corps enseignant de ne pas avoir su me guider. Ensuite j'ai passé un temps fou à tout décortiquer ce qui s'était passé dans ma vie pour me reconnecter avec qui j'étais. J'ai mis un terme à certaines amitiés nocives qui me demandait beaucoup d'énergie mais ne m'apportaient rien. J'ai lu beaucoup de choses pour comprendre les spécificités des hp et j'ai donc posé des mots sur mes maux dans les joies et dans les peines.

Mais après plusieurs mois, dont un voyage de trois mois sans aucune phase anxieuse, j'ai repris de nouvelles études en alternance mais je ne pense pas que ce soit encore ça, je ne dors de nouveau plus, me questionne de nouveau sur mes choix et n'ai au final pas tant l'impression que ça d'avoir avancé.

Donc la au jour d'aujourd'hui, je dirai que j'ai beaucoup progressé sur la compréhension de qui je suis mais j'ai encore énormément de difficultés et ne sais pas encore bien ce qu'il me faut pour devenir une douée épanouie! Donc deuxième rendez vous chez la psychologue pris, j'espère pouvoir trouver des pistes pour mieux vivre avec moi et les autres et surtout réussir à trouver ce qui fera de moi une personne épanouie! J'ai peut être encore la chance de ne pas avoir découvert ma douane trop tard et d'en faire quelque chose se rapprochant plus de nouvelles ailes pour m'envoler que du boulet sans nom que j'ai traîné pendant un bon nombre d'années au pied!

fleueenn
Messages : 69
Enregistré le : lun. 5 mai 2014 09:36
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 60

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par fleueenn » lun. 19 janv. 2015 14:41

Quant a moi, ma prise de conscience se fera apres la lecture du livre "Trop intelligent pour être heureux?" De JSF Qui explique en détail ce que surdoué veut dire et ne veut pas forcément dire. Les progrès en neuro-science ont fait une grande avancée depuis les annee 70. Je suis entrain de me reconstruire intérieurement pour ensuite pouvoir faire quelque-chose a l'extérieur. Je compte faire des études de psychologie. Actuellement j'étudie en autodidacte pour passer le bac que je n'ai pas. Changer de peau n'est pas chose facile . Ca demande des efforts et une bonne dose d'énergie plutot pour conserver son ancienne peau. Autant etre soi meme. :)

un pas de coté

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par un pas de coté » mar. 20 janv. 2015 20:01

Avant
Des fées pas très cools sur mon berceau. Beaucoup de jours de pluie et de grisaille. Des incompréhensions à la pelle, un sentiment de ne pas être « d’ici » et la pensée récurrente d’être, peut-être, membre de la famille Axe 2 du DSM IV.
Une estime de moi à l’extrémité du gros orteil de la chaussette. Sentiment d’errance, insatisfactions chroniques, corps souffrant, adaptation constante à tous et à tout.
L’envie de « partir » aussi quelques fois…et des années de thérapies.
Dans le « faire», à fond, toujours. Et paradoxalement sans envie ou lassée très vite.

Un job qui m’a laminé. Un mal pour un bien, testée pendant mon actuel arrêt maladie, il y a 6 mois.
Avant c’était quand même pendant près de 47 ans…

Après
Beaucoup d’émotions et des réponses à une floppé de questions ! Une relecture de mon histoire avec une multitude d’astérix en bas des pages.
Le sentiment d’être passé d’un gros mensonge à la vérité de qui je suis. J’ai trouvé mon mode d’emploi !

Etonnant et déstabilisent dans un premier temps. Réconfortant maintenant. C’est une grande respiration. Je ne suis plus « en guerre » contre moi-même, ni contre les autres. Enfin tout dépend des autres :lol:
J’apprends à me protéger, à prendre soi de Moi, à respecter les besoins de ma singularité, ça fait du bien.

Pour l’instant je m’ancre dans le temps présent. Je travaille à remettre les choses à l’endroit.
J’ai une équipe de choc autour de moi. Une psychologue, et le neuro-psycholoque qui m’a testée. Je le vois une fois par semaine en thérapie cognitivo-comportementale.
J’ai également suivi un programme MBCT de 8 semaines cet automne, je poursuis sur le groupe de suivi une fois tous les 15 jours.

Et puis je ris aussi ! Beaucoup plus qu’avant (ai-je au moins ri avant ?). Je ne restreints plus mon sens de l’humour particulier et j'assume mes goûts. Oui j’ai détesté la famille Bélier et j’ai adoré l’Irlandais de Mickael Mc Donagh.

madeleine a écrit : Je pense qu'intrinsèquement le haut potentiel (rhâgn ces appellations :tapette !) est plus facile à manier quand on vieillit, et même si ce n'est pas valable pour tout le monde je voulais quand-même l'écrire pour tous ceux qui ont 20 ans et qui en bavent : on a un gros cube, pas de permis ni d'instructeur alors on tombe beaucoup mais on finit par y arriver si on lâche pas son bon sens.
D'ailleurs peut-être pourrait-on envisager un post "mieux vieillir avec son QI"

Je partage l'avis de Madeleine et son encouragement à ne pas lâcher son bon sens pour les jeunes. Maintenant pour les moins jeunes et plus particulièrement pour les détectés assez tardifs le souci, me semble-t-il, vient souvent du nombre important de "valises" qu'il peut y avoir dans le coffre, sur le siège arrière et sur le toit ...et qu'il faut apprendre à délester ;)

Merci pour le retour des plus anciens. C'est encourageant.

Après c’est quand même mieux, même s’il y a beaucoup du boulot en perspective.

Ethel
Messages : 53
Enregistré le : ven. 22 janv. 2016 12:20
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Ethel » mar. 26 janv. 2016 12:45

"Reste un certain nombre de points faibles dont je ne sais pas si je vais un jour arriver à y remédier, à commencer par une estime de moi catastrophique. Qui est en parfaite contradiction avec une certaine confiance en mes capacités quand même. En gros, le sentiment de toujours pouvoir m'en sortir d'une façon ou d'une autre, parfois pas trop mal, mais sans que pour autant cela me confère l'intime conviction d'être quelqu'un de bien.
N'importe comment, les contradictions semblent être systématiques chez moi."


Bien que non testée, j'aurais pu écrire ces phrases ! Sauf qu'avec le temps, j'ai de moins en moins ce sentiment de pouvoir trouver toujours une solution, et de plus en plus l'impression que mes capacités intellectuelles déclinent. Est-ce aussi le cas d'autres sexagénaires qui fréquentent le site ? Et est-il vraiment raisonnable de passer le test si je dois rester enfermée dans ce même sentiment d'être un paradoxe ambulant ?

Avatar du membre
Loefen
Messages : 118
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 17:51
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Loefen » mer. 3 févr. 2016 11:01

Merci d'avoir lancé ce sujet Kid Pharaon.

A mon tour d'oser m'y frotter... Je me sens prête. Je voulais attendre d'aller mieux pour poster un témoignage plein d'optimisme, mais ce serait nier ce que je suis en ce moment. :pale:


Avant :

Une personne ayant la sensation d’être anormale dans tout ce qu’elle est et ce qu’elle entreprend, cela, dès la maternelle. Regard étrange de la famille entre désolation et incompréhension, des camarades de classe entre haine et mépris, puis, plus tard, des collègues… Une construction de soi douloureuse dans un contexte familial pas glop qui donnera lieu à la plus mauvaise estime de soi qui existe au monde ! Si, si… j’en ai fait un sport olympique et je rafle la médaille chaque année… ça en fait des trophées ! :smile4:

Lorsque je me suis inscrite sur le forum, je n’ai même pas fait de présentation digne de ce nom tant je pensais n’être qu’un misérable vermisseau n’ayant pas droit à la parole. C’est que, ma parole, j’ai appris consciencieusement à l’étouffer. Question de survie.

Et pourtant, il y avait et il y a toujours cette force en moi qui m’a toujours guidé vers l’avant malgré la vie rarement tendre et les autres toujours si blessants. :punch:

L’espoir trouve toujours une fissure par laquelle entrer afin d’y planter une graine qui germe et qui pousse même dans l’obscurité. La nature s’adapte à tout… l’espoir est pour moi une plante rompue à toutes les adversités. Je ne me reconnaissais pas dans les autres ni dans mes proches… tant pis, je pouvais me reconnaitre dans Verlaine, Rimbaud, Lavoisier, Holmes, d’Artagnan, Satan Petit Cœur (Dragon Ball), Hyoga (Les Chevaliers du Zodiaque), Mozart, Bach, De Vinci, Vermeer, Bruce Lee et j’en passe des centaines d’autres réels ou imaginaires qui m’ont permis de me construire.

Puis J’ai eu ma première fille, si différente des autres enfants. Je n’ai pas voulu qu’elle passe par ce par quoi je suis passé. J’ai creusé et j’ai trouvé le terme magique de HPI ! Le terme qui expliquait tout ce qu’elle était… et par extension, tout ce que j’avais été.

Je suis tombée sur le forum et petit à petit, grâce à vos témoignages et grâce à la douce insistance l’un des membres, j’ai trouvé le courage de passer le test il y a 9 mois.

Après :

J’attendais trop de ce test. J’attendais qu’il soit l’élément clé de ma reconstruction. Je pensais qu’en « savant », fortes de mes nouvelles certitudes, je pourrais avancer dans ma vie tel un bulldozer, sans plus rien craindre des autres et de moi… de moi, surtout !
Quelle désillusion.
En relisant mon passé à travers le prisme de la douance, j’ai pu arrêter de me voir comme un monstre. Toutes les pièces du puzzle ont pu s’emboiter à la perfection. Tout prenait sens : ma sensibilité exacerbée qui attirait les moqueries des camarades, les impatiences de mes parents, les jugements hâtifs des collègues ; mes passions dévorantes sans lien entre elles qui me faisaient passer au mieux pour une mono maniaque, au pire pour une folle ; mes manies à la con…. Ho, et puis, la liste est longue… Mais j’ai pu dire « ouf » et me réconcilier avec l’enfant normale, en fin de compte, que j’étais !

Mais alors, passé ce sentiment de gratitude, la colère m’a envahi. :@

Comment ? Mes parents, les profs, la psy que j’avais consulté période CM1 parce que j’étais morbide n’ont jamais rien vu ! Quel scandale ! Ils ont tous attribué mes différences à de l’anormalité ! Trop… Loefen est toujours trop, dans l’excès… ça ne va pas… ça ne va jamais !
Et si j’avais su ! J’aurais pu apprendre ce qu’est la confiance en soi, et je n’aurais pas fait les choix que j’ai fait, choix motivés par la peur, une piètre estime de soi, une manie à toujours se rabaisser et à ne vouloir que le pire parce qu’un être comme moi n’avait pas sa place, pas le droit d’être pour ne pas ennuyer les Autres... ces Autres que je craignais mais dont je voulais l'amour...

La dépression a succédé à la colère.

Aujourd’hui, je suis vidée, relavée, je ne me connais plus. Qui suis-je ? Où dois-je aller ?

Mais en vous lisant, ici, je comprends que ce douloureux passage reste celui qui me permettra de me reconstruire, de me trouver et enfin, de ne plus avoir peur de moi.
Je veux briller ! Je veux m'aimer ! Je veux que tous sachent qui je suis vraiment ! La personne sûrement géniale (en toute modestie :angel: ) qui est toute ratatinée au fond de moi, je veux qu'elle sorte enfin. Elle a trop longtemps été retenue prisonnière pour de mauvaises raisons.

Seulement, je n’y arriverais pas seule… il me faudra passer par la case psy.

Le meilleur restera à écrire ! :ensoleillé:

ziboulette
Messages : 92
Enregistré le : mar. 19 janv. 2016 13:47
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par ziboulette » mer. 3 févr. 2016 11:13

Je crois que, quelque soit la personne que tu as été, (enfin que tu as cru être) depuis toute petite, peu importe si tu l'as aimé ou non, il faut en faire le deuil avant de repartir.
Et comme tout deuil, il y a la phase de colère, celle de la tristesse et des regrets et enfin la reconstruction...
Tu es sur la bonne voie me semble-t-il ^_^

TerryTate

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par TerryTate » sam. 6 févr. 2016 15:29

De mon coté, depuis le diagnostic positif, je suis encore plus sûr de moi qu'avant ( sachant que j'avais déjà pas mal gagné confiance en moi 3 ans avant ) ( j'ai 27 ans ) ( diag le 22 oct 2015 ).

Combien d'années j'ai fait des choses pour qu'on pense de moi que je suis normal et comme tout le monde, ô combien aujourd'hui je n'en ai plus rien à foutre de ce que les gens peuvent bien penser de moi !

Je suis comme je suis, je ne suis mieux que personne, je suis moins bon que personne non plus et au delà de ça, j'ai la sensation d'avoir une explication rationnelle concernant l'orientation qu'a pris ma vie. Je me sens libre en fait depuis le diagnostic, j'ai plus de chaines c'est au moins l'impression que j'ai.

Je fais ce que je veux quand j'en ai envie et si j'en ai envie alors qu'avant je faisais les choses parfois dans le seul but d'être accepté dans la société ( je schématise mais en gros c'est ça )

Avatar du membre
Rachel
Messages : 66
Enregistré le : sam. 6 févr. 2016 12:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 45

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Rachel » mar. 22 mars 2016 17:22

Depuis que j'ai passé le test et eu les résultats dans la foulée, je me sens bizarre... et bête... :roll: !
C'était il y a 15 jours, donc c'est jeune.
Déjà, je n'ai pas apprécié les conditions dans lesquelles j'ai passé ce test : trop rapide, pas d'explication sur le déroulement global du test avant, temps de présentation archi court, quand j'ai demandé une petite pause au milieu car le stress commençait vraiment à trop me bouffer, la réponse a été niet et, enfin, insatisfaction que je n'arrive pas à digérer quant aux erreurs que j'ai faite et dont je me rappelle très bien.
En fait, je ne suis ni contente de la psy qui m'a fait passé le test ni de moi-même. Et s'il y a bien des choses que je suis capable de ruminer longtemps, ce sont mes erreurs.

Et puis, j'ai l'impression que je fonctionne au ralenti depuis, c'est assez étrange. Je suis comme bloquée.
Le test me donne un QI homogène et pile à 130 avec diagnostic surdouée en prime. En somme, quelqu'un d'assez équilibrée, finalement et qui correspond sûrement à ce que je suis aujourd'hui après des années d'auto-bridage et d'inhibition intellectuelle. Mais je crois que ce que je voulais, c'était que la petite fille, celle qui en a bavé pendant des années avant de réussir à rentrer dans le moule non sans mal, passe ce test et soit reconnue pour peut-être pouvoir se libérer enfin et vivre sans se cacher... et cette petite fille que j'étais n'aurait certainement pas eu ce résultat. J'aurai aimé retrouver mes résultats de l'époque (testée en 6e) mais malheureusement, ils sont perdus.

Voilà, donc en gros, j'ai du boulot avec moi-même et après tout le boulot fourni pendant des années pour réussir à gommer justement mes différences, j'aurai aimé que ce test soit comme un coup de baguette magique : pof, je peux être moi-même alors que je sois ! Du coup, je crois que ça me plombe.

Bien sûr, ce sont les ressentis du moment, à 15 jours du test. Pour l'instant je fais le dos rond, j'attends... jusqu'au moment où je vais me mettre en branle, sûrement :diabloo: !

Avatar du membre
Benzouz
Messages : 57
Enregistré le : lun. 11 mai 2015 18:04
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Près d'un point d'eau
Âge : 31

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Benzouz » sam. 21 mai 2016 12:28

Salut à tous,

Pour ma part, cela va faire un an cet été que j'ai passé la WAIS avec comme résultat un diagnostic +, malgré le fait qu'un QI total n'ait pas pu être calculé du fait de l'hétérogénéité des résultats.
Cependant, pendant plusieurs mois suivants ces résultats, j'ai laissé complètement de côté cette nouvelle facette de moi-même. En effet, assez bizarrement, je me retrouve moins dans les "caractéristiques" du HP que pendant ma période de questionnement !

Alors, surdoué, moi ? Bah je ne sais pas trop, et franchement ce qui m’embête le plus, c'est que je ne sais comment intégrer cette donnée dans mon cheminement personnel. Qu'en faire pour "progresser" dans la connaissance de soi et la résolution, ou du moins l'acceptation, de mes difficultés, notamment sociales.

Heureusement, je commence depuis quelques temps à reconsidérer cet aspect de ma personnalité, et j'ai trouvé une psy qui a de l'expérience sur les HP et aussi sur la bipolarité (diagnostic qui a été posé l'an dernier, peu de temps avant le passage du test d'ailleurs). J'ai ainsi hâte de voir l'aide qu'elle va pouvoir me fournir pour y voir un peu plus clair.

Pour finir, j'en viens donc à ces questions :
- Avez-vous aussi eu cette période où vous êtes demandé "qu'est-ce que je fais de ça maintenant" ?
- Quelqu'un a-t-il aussi ce double diagnostic bipolaire/HP ? ma psy m'a dit qu'il n'était pas rare que les deux se chevauchent.

Cassini
Messages : 271
Enregistré le : lun. 18 avr. 2016 20:45
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Quelle évolution après confirmation par le test ?

Message par Cassini » sam. 21 mai 2016 15:51

Se chevauchent... d'après quelques psychiatres avec lesquels j'ai causé, la bipolarité pourrait être mise en diagnostic différentiel à cause de l'hypersensibilité, des risques élevés de burn-out. Ce qui n'exclut pas le double diagnostic.

Mais il paraît quand même que c'est une erreur de diagnostic assez courante.

Répondre