Haut Potentiel et QI hétérogène

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Lemano
Messages : 18
Enregistré le : ven. 26 juil. 2019 04:59
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10318
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Léman
Âge : 41

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Lemano »

Différente a écrit :
mer. 6 mai 2020 11:23
Je partage ton point de vue seulement je ne comprends toujours pas pourquoi la chute de l'IVT est systématiquement attribué à du perfectionnisme.
Mei a écrit :
jeu. 7 mai 2020 13:19
je ne crois pas non plus qu'il y ait un lien si clair entre IVT et perfectionnisme.

Lorsque le diagnostic fonctionnel de HPi est certain, avec par exemple aucun indice en dessous de 120 et un ou plusieurs indices atteignant 140, on constate que l'épreuve symbole est fréquemment la moins bien réussie, il est relativement fréquent que son score soit proche de la moyenne. Il est théorisé qu'il s'agit d'une perte d'attention par le caractère barbant, recrutant peu de fonctions cognitives "supérieures" ET un besoin de vérifier ses réponses.

Autre cas qui semble relativement habituel, un IVT significativement + faible que les 3 autres indices, donc avec les épreuves symbole et code moyennes alors que tous les autres subtests scorent entre 15 et 19. Il semble logique d'incriminer le perfectionnisme, le besoin de tout vérifier, faisant chuter l'IVT, surtout si par exemple la personne va très vite aux cubes et pointe directement les bonnes réponses aux matrices, dans ce dernier cas, elle peut ensuite vérifier longuement. Ainsi l'IVT peut chuter par rapport à la vitesse réelle de traitement des données par le cerveau.

Par contre lorsque IRP, IMT et IVT sont dans la norme, je trouve illégitime de parler de chute de l'IVT si seule l'ICV est très élevé.

--------------------------------------------

Le Styx a écrit :
jeu. 7 mai 2020 16:23
Tu disais "Le 1er réflexe semble de prendre le score le plus élevé et de considérer les autres scores comme biaisés comme si le potentiel n'était pas exploité ou révélé, par ex.: TDAH, anxiété, troubles dys, etc." : En ce qui me concerne, la dyspraxie est notamment apparue de façon flagrante à la professionnelle sur certaines épreuves. Elle n'a pas déduit qu'il y'avait un troubles dys, mais l'a observé, a posé des questions en lien, et l'a pris en compte. Je pense que c'est la même démarche de détection et non de présomption pour les autres troubles dys et soupçon de TDA, qui semblent avoir une "comorbidité" plus ou moins élevée dans le HPI hétérogène crois-je savoir.
L'hétérogénéité est en fait plus fréquente que l'homogénéité lorsqu'un indice se rapproche ou atteint le plafond (150)

----------------------------------------------

Le Styx a écrit :
ven. 8 mai 2020 09:23
Gaffe effectivement à ne pas présumer non plus ( ce que tu n'es pas du tout en train de dire, j'e suis conscient mais ça met selon moi le doigt sur un truc) d'une anxiété ou d'un stress bloquant. Je disais plus haut qu'il ne faut pas présumer d'un trouble dys, neuro, moteur ou autre sans élément concret, on pourrait avoir aussi une dérive du point de vu stress et anxiété : "Bah alors petit loulou chat, t'arrives pas avec les méchants cubes, dis donc ça doit être ton anxiété bloquante autosabotrice de HPI pauvre loulou!". Alors qu'en fait non.
Oui surtout que le test est étalonné sur une population représentative, ainsi elle inclue de nombreuses personnes stressées par le test, angoissées, peu sûres d'elles, perfectionnistes, etc.
L'interprétation des psychologues comporte une part de subjectivité, avec, me semble-t-il, de gros biais selon la psychologie et les croyances non factuelles de nombreux psychologues, possiblement même plus souvent parmi les psychologues "spécialisés" dans le HPi, ce qui n'est pas paradoxal finalement puisque leur appétence pour le HPi les incite à le voir plus souvent que leurs pairs formés aux tests QI mais n'en faisant pas leur passe temps ou gagne pain majeur. Par exemple, sans nommer une star du domaine, certains psychologues diagnostiquent comme HPi des individus ayant une intelligence dans la norme supérieure qui ne frôlent pas du tout le 130, s'ils sont considérés "hypersensibles", ce qui est très loin d'être un critère scientifiquement valide, et fait exploser le nombre de "HPi", pouvant vite atteindre 10% de la population générale, soit 4 fois plus que ce qu'il est censé être...cf caractéristiques de la courbe de Gauss.

Le critère international le plus consensuel pour le diagnostic de HPi est QIT de 130 ou +. Ensuite, si un trouble AVéRé à lui seul peut expliquer un résultat inférieur, le diagnostic est considéré légitime.



Posts rassemblés par la jardinerie. Plutôt que de multiplier les posts successifs, vous pouvez utiliser la fonction éditer (disponible pendant vingt-quatre heures), cela rend la lecture plus fluide. Les diverses possibilités de mise en page permettent de bien séparer les sujets si on le souhaite.
- Le bonheur n'est pas une destination, mais une manière de voyager.
- En deux occasions prenez garde à bien fermer votre bouche: en nageant, et en colère.
- Ce que je fais ce jour est important puisque j'y consacre un jour de ma vie .
- Quand la vie vous botte le train, que cela vous serve à avancer !
- Tout le monde savait que c'était impossible. Un jour est venu un imbécile qui ne le savait pas, et qui l'a fait.

Différente
Messages : 299
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?t=7780]C'est ici ![/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 32

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Différente »

Lemano a écrit :
ven. 8 mai 2020 10:21
Lorsque le diagnostic fonctionnel de HPi est certain, avec par exemple aucun indice en dessous de 120 et un ou plusieurs indices atteignant 140, on constate que l'épreuve symbole est fréquemment la moins bien réussie, il est relativement fréquent que son score soit proche de la moyenne. Il est théorisé qu'il s'agit d'une perte d'attention par le caractère barbant, recrutant peu de fonctions cognitives "supérieures" ET un besoin de vérifier ses réponses.

Autre cas qui semble relativement habituel, un IVT significativement + faible que les 3 autres indices, donc avec les épreuves symbole et code moyennes alors que tous les autres subtests scorent entre 15 et 19. Il semble logique d'incriminer le perfectionnisme, le besoin de tout vérifier, faisant chuter l'IVT, surtout si par exemple la personne va très vite aux cubes et pointe directement les bonnes réponses aux matrices, dans ce dernier cas, elle peut ensuite vérifier longuement. Ainsi l'IVT peut chuter par rapport à la vitesse réelle de traitement des données par le cerveau.

Par contre lorsque IRP, IMT et IVT sont dans la norme, je trouve illégitime de parler de chute de l'IVT si seule l'ICV est très élevé.
Je sais tout ça, nous exposons le fait que malgré notre perfectionnisme nous avons obtenu un score élevé en IVT, et que nous ne comprenons donc pas ce raisonnement. Le besoin de tout bien vérifier et la chute de l'IVT ne pourraient-ils pas également s'expliquer par un manque de confiance en soi plutôt que du perfectionnisme ? C'est une réelle interrogation et non un jugement, j'insiste sur ce point. Nous sommes peu dans cette configuration IVT élevé ce qui rend nos "arguments" peu crédibles mais cela n'empêche pas de s'octroyer le droit de se poser la question.

Le côté barbant je l'ai ressenti en passant les subtests de l'ICV, la culture générale et le vocabulaire je m'en fiche royalement et n'y vois pas tellement d'intérêt, je ne dis pas que l'ICV n'a pas d'intérêt dans la WAIS, je dis que je n'y apporte personnellement aucun intérêt et c'est effectivement l'indice que j'ai chuté. A l'inverse j'ai eu beaucoup d'attrait pour l'IRP et l'IVT, ce sont des domaines dans lesquels j'ai développé des potentiels et que j'aime exploiter.

Est-ce qu'on développe un potentiel dans un domaine parce qu'on est attiré par ce dernier ou est-ce qu'on est attiré par un domaine parce qu'on a su développer un potentiel dans ce dernier ? Et à quel point cela peut impacter notre profil cognitif et donc les résultats de la WAIS ? Je ne sais pas.
HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Le Styx
Messages : 41
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Le Styx »

Lemano a écrit :
ven. 8 mai 2020 11:02
Le critère international le plus consensuel pour le diagnostic de HPi est QIT de 130 ou +. Ensuite, si un trouble AVéRé à lui seul peut expliquer un résultat inférieur, le diagnostic est considéré légitime.
C'est bien le seul critère on est d'accord. Je parlais bien sûr dans mes posts précédents des nombreuses personnes 130+ concernée par des troubles connexes, notamment dys, si fréquents quand on commence à taper dans des scores élevés et a fortiori hétérogènes.

Concernant la question de choses prendre et mettre en avant l'hypersensibilité et faire un lien directe et univoque avec Hpi comme tu le mentionnais, no comment... il s'agit purement été simplement selon moi de dérives manipulatrices et pseudo scientifiques visant à jouer sur la méconnaissance et le besoin d'être valoriser pour vendre une soupe inconsistante, cf le topic sur le HPE.

Étant fraichement inscrit sur le forum et récemment détecté, je suis particulièrement remonté et frustré de toutes ces dérives. J'ai le sentiment d'être seul et contraint au silence face à mes (modestes) difficultés pendant que la moitié des gogo de France s'invente une vie sur mon dos, me contraignant d'autant plus à garder mes difficultés pour moi. C'est con on entre les avancées neuroscientifiques, le décodage du génome humain et le reste, plus ça va plus on se rapproche de comprendre le bouzin (ce qui pourrait inciter à penser qu'on pourrait en parler plus facilement) et a côté l'image véhiculée auprès du grand public est de plus en plus frappée.... Je découvre l'eau chaude la nan?

Avatar du membre
Lemano
Messages : 18
Enregistré le : ven. 26 juil. 2019 04:59
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10318
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Léman
Âge : 41

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Lemano »

Le Styx a écrit :
ven. 8 mai 2020 11:51

Étant fraichement inscrit sur le forum et récemment détecté, je suis particulièrement remonté et frustré de toutes ces dérives. J'ai le sentiment d'être seul et contraint au silence face à mes (modestes) difficultés pendant que la moitié des gogo de France s'invente une vie sur mon dos, me contraignant d'autant plus à garder mes difficultés pour moi. C'est con on entre les avancées neuroscientifiques, le décodage du génome humain et le reste, plus ça va plus on se rapproche de comprendre le bouzin (ce qui pourrait inciter à penser qu'on pourrait en parler plus facilement) et a côté l'image véhiculée auprès du grand public est de plus en plus frappée.... Je découvre l'eau chaude la nan?
Je pense que les progrès à faire dans la connaissance et la compréhension sont immenses, que nous sommes à la "protohistoire" dans ce domaine.
Dans nos pays, culturellement et socialement, mieux vaut s'abstenir en général de partager son diagnostics de HPi avec les non concernés ou non professionnels, un peu comme de parler de son salaire. ;)
- Le bonheur n'est pas une destination, mais une manière de voyager.
- En deux occasions prenez garde à bien fermer votre bouche: en nageant, et en colère.
- Ce que je fais ce jour est important puisque j'y consacre un jour de ma vie .
- Quand la vie vous botte le train, que cela vous serve à avancer !
- Tout le monde savait que c'était impossible. Un jour est venu un imbécile qui ne le savait pas, et qui l'a fait.

Avatar du membre
Lemano
Messages : 18
Enregistré le : ven. 26 juil. 2019 04:59
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10318
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Léman
Âge : 41

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Lemano »

Différente a écrit :
ven. 8 mai 2020 11:19

Je sais tout ça, nous exposons le fait que malgré notre perfectionnisme nous avons obtenu un score élevé en IVT, et que nous ne comprenons donc pas ce raisonnement. Le besoin de tout bien vérifier et la chute de l'IVT ne pourraient-ils pas également s'expliquer par un manque de confiance en soi plutôt que du perfectionnisme ? C'est une réelle interrogation et non un jugement, j'insiste sur ce point. Nous sommes peu dans cette configuration IVT élevé ce qui rend nos "arguments" peu crédibles mais cela n'empêche pas de s'octroyer le droit de se poser la question.

Le côté barbant je l'ai ressenti en passant les subtests de l'ICV, la culture générale et le vocabulaire je m'en fiche royalement et n'y vois pas tellement d'intérêt, je ne dis pas que l'ICV n'a pas d'intérêt dans la WAIS, je dis que je n'y apporte personnellement aucun intérêt et c'est effectivement l'indice que j'ai chuté. A l'inverse j'ai eu beaucoup d'attrait pour l'IRP et l'IVT, ce sont des domaines dans lesquels j'ai développé des potentiels et que j'aime exploiter.
Bien entendu que le manque de confiance en soi peut diminuer l'IVT, tout comme le perfectionnisme. Nous avons tous nos particularités.
Au test j'ai aussi obtenu un IVT très supérieur à la moyenne, mais franchement je me suis fait violence de ne pas vérifier toutes mes réponses, je me suis dit, allé c'est une épreuve de vitesse, joue le jeu, débranche la réflexion et ton besoin de vérifier, cela m'a réussi mais j'aurais pu perdre beaucoup de points je pense si je m'étais laissé aller à ma nature.
Différente a écrit :
ven. 8 mai 2020 11:19
Est-ce qu'on développe un potentiel dans un domaine parce qu'on est attiré par ce dernier ou est-ce qu'on est attiré par un domaine parce qu'on a su développer un potentiel dans ce dernier ? Et à quel point cela peut impacter notre profil cognitif et donc les résultats de la WAIS ? Je ne sais pas.
La poule ou l'oeuf ?
A ma connaissance, il est plutôt admis que le potentiel intellectuel est déterminé, avec une "petite" marge environnementale. Le calcul du QI peut varier si le potentiel n'est pas exploité. Donc nous ne développerions pas beaucoup la valeur d'un indice par nos centre d'intérêts, nous l'exploiterions simplement bien. Par contre par manque d'intérêt ou divers facteurs limitants, nous pourrions sous-exploiter des compétences.
Personnellement, je crois que le QIT peut grandement chuter par rapport au potentiel optimal d'un individu pour de nombreuses raisons. Par exemple, un ingénieur, issu d'une famille intellectuelle, qui a donc fait des études, qui est à l'aise de parler devant les autres, non bloqué par une peur d'être jugé, sans anxiété de performance, épanoui avec les chiffres, etc. a bien plus de chances de bien exploiter son potentiel que quelqu'un de réservé, mal dans ses pompes, n'ayant pas fait d'études, vivant dans un milieu peu intellectuel...
- Le bonheur n'est pas une destination, mais une manière de voyager.
- En deux occasions prenez garde à bien fermer votre bouche: en nageant, et en colère.
- Ce que je fais ce jour est important puisque j'y consacre un jour de ma vie .
- Quand la vie vous botte le train, que cela vous serve à avancer !
- Tout le monde savait que c'était impossible. Un jour est venu un imbécile qui ne le savait pas, et qui l'a fait.

Le Styx
Messages : 41
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Le Styx »

Lemano a écrit :
ven. 8 mai 2020 18:08
Le Styx a écrit :
ven. 8 mai 2020 11:51

Étant fraichement inscrit sur le forum et récemment détecté, je suis particulièrement remonté et frustré de toutes ces dérives. J'ai le sentiment d'être seul et contraint au silence face à mes (modestes) difficultés pendant que la moitié des gogo de France s'invente une vie sur mon dos, me contraignant d'autant plus à garder mes difficultés pour moi. C'est con on entre les avancées neuroscientifiques, le décodage du génome humain et le reste, plus ça va plus on se rapproche de comprendre le bouzin (ce qui pourrait inciter à penser qu'on pourrait en parler plus facilement) et a côté l'image véhiculée auprès du grand public est de plus en plus frappée.... Je découvre l'eau chaude la nan?
Je pense que les progrès à faire dans la connaissance et la compréhension sont immenses, que nous sommes à la "protohistoire" dans ce domaine.
Dans nos pays, culturellement et socialement, mieux vaut s'abstenir en général de partager son diagnostics de HPi avec les non concernés ou non professionnels, un peu comme de parler de son salaire. ;)
Clairement on sent qu'au cours des années / décénnies à venir on va en apprendre beaucoup plus... Mon pari c'est que dans 10 15ans, pour les mecs comme moi on aura trouvé une autre case, une autre explication et une autre dénomination, tous comme pour d'autres neuroatypies d'ailleurs. Dans 10 ans, on m'appelera plus "haut potentiel de de celà", ou "trouble dys ceci" mais - reve-je?- un terme dénué de jugement et de placement par rapport à une norme mais plutôt qui réfère à un profil cognitif spécifique et polarisé apparu depuis des 100aines de milliers d'années, gravé dans le génome humaine (comme autres atypies neuro, psy et de l'humeur). Je parle pas d'une Nieme mode à zébrure ou philo-cognitivo-machin. Mais un truc plus neutre, objectif ne me plaçant pas sur une echelle de valeur par rapport à la population générale. Les skizo, les bipolaires, les HPI, les autistes, TDA/H et tout ce beau monde existe depuis des 100aines de millieurs d'années et sont essentiellement dus à des prédispositions génétiques qui se sont affinées au cours de notre évolution pour nous permettre de trouver une place, une niche, spécifique, dans l'écosystème humain, comme un organisme dans un écosystème. C'est mon opinion, et je me désole que "les gens" nous percoivent toujours à travers le prisme d'une échelle de valeur par rapport à la population générale. Dans une équipe de foot, de travail ou une unité militaire, il vaut mieux avoir des gens avec des modes de pensé différents et complémentaires dans l'intéret de tous, les neuroatypies (d'origine génétique) c'est la même chose dans l'humanité.

Le gars est en roue libre manifestement, va falloir Te recentrer sur la question du QI hétérogène le styx, les gens viennent pas ici pour se farder tes digressions mec....

orazur
Messages : 14
Enregistré le : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par orazur »

Bonjour à tous,

Je me permet de prolonger le topic de la page précédente où certains membres partageaient leurs résultats hétérogènes. J'avais ouvert une discussion relative à mon récent bilan, que les modos ont a juste titre déplacé à la suite de ma présentation. Si en reparler ici leur parait déplacé, prévenez-moi !

Comme je le disais, comme un certain nombre d'entre vous, mes résultats sont mitigés, malgré une conclusion assez "tranchée", du moins à l'oral et après avoir clairement posé la question, de la part de ma psy.
QI : 122
IAG : 128
IMT :100 (grosse plantouille), IVT = 111, IRP = 112, ICV = 135

Extrait de son rapport :

"M. xxx présente un tableau très hétérogène qui lui donne un QI peu significatif de 122, soit dans un fonctionnement supérieur. [...] L'IAG est à 128 mais il est également hétérogène avec un raisonnement verbal très supérieur à la moyenne et un raisonnement perceptif réussi de façon instable.
L'hétérogénéité va également être de mise à l'intérieur des épreuves de mémoire avec une capacité à résoudre des calculs extrêmement complexes et dans le même temps des blocages sur des répétitions courtes de chiffres. La fluidité n'est pas la règle chez lui ni la confiance en lui. Bien qu'il semble prendre plaisir à la gymnastique intellectuelle de nombreuses épreuves, il parait émotionnellement déstabilisé lorsqu'il est confronté à la difficulté. Il a ainsi tendance à se dévaloriser fortement et à se blâmer sur ses incapacités devant certains exercices sans forcément prendre en compte la complexité réelle des dits exercices.
Il est manifeste que des aspects psychologiques entravent fortement ses réalisations et l'empêche de déployer son plein potentiel. Celui-ci est pourtant très au-dessus de la norme (pour en témoigner, ses performances à deux des plus importantes épreuves du raisonnement verbal le classe au-dessus de 99.7% de la population). M. xxx devrait donc en prendre pleinement acte pour apprendre à relâcher un peu la pression".

Je me sens mi-figue mi-raisin face à ce bilan : autant je comprends tout à fait la partie blocage émotionnel et le manque de confiance en moi, autant à la relecture du bilan, c'est comme si elle souhaitait me redonner confiance, quitte à me "faire croire" à une douance qui serait susceptible de me rassurer.

Je ne remets pas en cause ses compétences, ni son humanité (le courant est très bien passé pour ma part), mais... l'après-test est moins simple que ce que j'anticipais...

Je ne sais pas si je tiens à absolument à me situer dans le créneau institutionnel des HPI pour me redonner confiance, par vanité, pour trouver un "groupe d'appartenance" à partir duquel me (re?)construire, ou que sais-je encore.

Du coup, je crois qu'en postant ici, je cherche un regard extérieur sur ma situation et sur ce bilan, vous qui avez plus d'expérience dans ce domaine...

Belle journée à tous :)

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 3200
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-t6392.html]bonjour![/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Napirisha »

Je crains qu'on ne puisse rien dire de plus que la psy, qui est formée à ça et t'as observé lors de la passation. Si elle estime qu'une partie de tes résultats n'est pas significative, on ne va pas la contredire :)
Mais c'est vrai que c'est déstabilisant d'être confronté à ces résultats, on s'interroge sur ses performances intellectuelles et on est renvoyé à d'autres problématiques, il faut un moment pour digérer ça et savoir ce qu'on va en faire. Bon courage pour le chemin qui reste à faire. Tu as fait une démarche pas simple en te confrontant au test, ça te donne des éléments de plus pour réfléchir à ce dont tu es capable et ce dont tu as besoin. Quelle que soit l'étiquette, c'est quelque chose de très positif, même s'il te faut du temps pour assimiler.
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Avatar du membre
Traum
Messages : 589
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Traum »

Comme dit Napirisha, juste au-dessus, c'est la psy qui t'a fait passer le test qui a encore le plus de connaissances et aussi d'éléments cliniques sur toi, ne serait-ce que le jour de la passation, la manière dont tu as abordé et résolu les épreuves, qui est la plus à même de commenter les résultats et de conclure.
Souvent il est vrai que les résultats hétérogènes, surtout quand ils sont perçus comme « limites », sont vécus comme difficiles à croire / accepter.
Le critère « diagnostic » du haut potentiel est avant tout un critère statistique, issu de convention. On considère qu'une personne est surdouée quand ses résultats à des épreuves qui ont la prétention d'évaluer l'efficience de ses fonctions cognitives à un instant T s'écartent significativement de la moyenne. En médecine et en psychologique, on considère que tout résultat est « a-normal » (au sens statistique, sans préjuger d'une quelconque pathologie) au-delà de deux écarts-types, en plus ou en moins.
Par convention, donc, sur les échelles de Wechsler, pour la douance, il s'agit de 130. C'est du moins le seuil retenu en général en France. (En Belgique, c'est 125.)
Comme c'est une convention, elle se discute. Elle doit être confrontée aux données issues du réel. C'est là-dedans que se trouve toute la valeur ajoutée du travail du psychologue. D'autant plus que l'outil de mesure (la WAIS-IV en l’occurrence pour les adultes) n'est pas un outil parfait (c'est un bon outil, mais avec ses défauts) et que les conditions de mesure peuvent se révéler plus ou moins favorable à une évaluation qui soit représentative de la qualité des fonctions cognitives du sujet.

Prends le temps de lire, de te renseigner, de… juste laisser aussi un peu de temps passer. :clin: Ce n'est pas toujours facile, mais parfois, le temps fait aussi très bien son œuvre.
Et si tu as la moindre question, n'hésite pas à demander à la psy que tu as vu : c'est aussi son travail que de répondre à tes questions.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

orazur
Messages : 14
Enregistré le : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par orazur »

Merci pour vos réponses.

Ce qui me perturbe pour l'instant, c'est que je lui ai tout de même posé clairement la question à l'oral : pour elle, en terme de resenti, y a-t-il douance, malgré les résultats non significatifs?
Sa réponse à été claire : oui. Pour elle il y a clairement eu perturbations de mes résultats du à mes émotions absolument pas maîtrisées.

Mais je suppose que c'est le genre de chose qui peut être dite à l'oral, dans le cadre d'un échange humain qui ne souhaite pas réduire le patient à une donnée numérique, et qui laisse la place au jugement empreint d'expérience. Par contre, ce genre de "conviction" qu'elle a exprimé (peut-on utiliser un autre mot, car il n'y a pas là de savoir qui coïncide avec des données numériques objectives et mesurées) ne peut probablement pas apparaître sur un compte-rendu, dont la valeur repose sur l'observation de faits mesurables et mesurés, quantifiables...

En somme je suis face à ce putain de clivage : savoir rationnel et objectif VS expérience humaine. Les deux ne s'excluent pas, mais le doute reste plus largement permis face à l'expérience humaine.

Cela étant dit, si je suis là parmi vous c'est parce que je ne me fis pas assez à mon intuition, qui au final quand je me détend du slip, fonctionne quand même plutôt bien, à mon grand étonnement.

Le doute objectif reste donc permis, mais mon actuel mal-être témoigne peut-être être d'un point sur lequel je dois bosser : me fier davantage à cette foutue intuition...

EDIT : ce qui m'embête surtout, je crois, c'est que ce résultat non-tranché ne résout pas (aggrave ?) ce sentiment d'imposture que je ressens. Je me sens différent, sans pouvoir vraiment le légitimer de manière claire pour l'instant.

Le Styx
Messages : 41
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Le Styx »

Je pense que tu gagnerais effectivement à suivre ton intuition. Comme dit plus haut ne pas s'attacher aux étiquettes plus que de raison, le bilan cognitif est vrai un topo de ton fonctionnement cognitif personnel, qui est unique.

Cette borne miracle des 130 peut sembler déroutante, mais pour des raisons deja évoquées, elle a ses raisons. On ne change pas radicalement de personnalité a quelques points de QI et il ne faut pas trop être binaire entre d'un côté un profil HPI et de l'autre un profil neurotypique. On se situe tous sur un continuum sur les différentes capacités /caractéristiques psy ou neuro.

J'ai quand même du mal a comprendre cette prévalence de l'hétérogénéité au sein des HPI, et la comorbidité avec les troubles dys et TDA/H. L'ICV est elle presque systématiquement celle qui part dans les tours? Ya t'il des profils recurants pour ainsi dire au sein du HPI hétérogène ?

orazur
Messages : 14
Enregistré le : dim. 19 avr. 2020 15:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10695]Ma présentation[/url]
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 32

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par orazur »

Je comprends ce que tu dis Le Styx, et ne critique pas le palier des 130 points (il en faut bien un).

Est-on certain que l'ICV est aussi déterminante pour statuer sur le cas clinique d'un patient ?

Avatar du membre
Traum
Messages : 589
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Traum »

Pour l'hétérogénéité, un article de J. Grégoire et G. Labouret qui renseigne sur l'hétérogénéité dans les profils HPI.
Par ailleurs, il y a la thèse de Mehdi Liratni.
Enfin de façon plus générale : « la légende noire des surdoués », de F. Ramus et N. Gauvrit.
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Traum pour son message (3 au total) :
HoliorazurLe Styx
Classement : 3%
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Taem
Messages : 78
Enregistré le : ven. 19 oct. 2018 14:43
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9634
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 23

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Taem »

orazur a écrit :
jeu. 18 juin 2020 14:33
Bonjour à tous,

Je me permet de prolonger le topic de la page précédente où certains membres partageaient leurs résultats hétérogènes. J'avais ouvert une discussion relative à mon récent bilan, que les modos ont a juste titre déplacé à la suite de ma présentation. Si en reparler ici leur parait déplacé, prévenez-moi !

Comme je le disais, comme un certain nombre d'entre vous, mes résultats sont mitigés, malgré une conclusion assez "tranchée", du moins à l'oral et après avoir clairement posé la question, de la part de ma psy.
QI : 122
IAG : 128
IMT :100 (grosse plantouille), IVT = 111, IRP = 112, ICV = 135

Extrait de son rapport :

"M. xxx présente un tableau très hétérogène qui lui donne un QI peu significatif de 122, soit dans un fonctionnement supérieur. [...] L'IAG est à 128 mais il est également hétérogène avec un raisonnement verbal très supérieur à la moyenne et un raisonnement perceptif réussi de façon instable.
L'hétérogénéité va également être de mise à l'intérieur des épreuves de mémoire avec une capacité à résoudre des calculs extrêmement complexes et dans le même temps des blocages sur des répétitions courtes de chiffres. La fluidité n'est pas la règle chez lui ni la confiance en lui. Bien qu'il semble prendre plaisir à la gymnastique intellectuelle de nombreuses épreuves, il parait émotionnellement déstabilisé lorsqu'il est confronté à la difficulté. Il a ainsi tendance à se dévaloriser fortement et à se blâmer sur ses incapacités devant certains exercices sans forcément prendre en compte la complexité réelle des dits exercices.
Il est manifeste que des aspects psychologiques entravent fortement ses réalisations et l'empêche de déployer son plein potentiel. Celui-ci est pourtant très au-dessus de la norme (pour en témoigner, ses performances à deux des plus importantes épreuves du raisonnement verbal le classe au-dessus de 99.7% de la population). M. xxx devrait donc en prendre pleinement acte pour apprendre à relâcher un peu la pression".

Je me sens mi-figue mi-raisin face à ce bilan : autant je comprends tout à fait la partie blocage émotionnel et le manque de confiance en moi, autant à la relecture du bilan, c'est comme si elle souhaitait me redonner confiance, quitte à me "faire croire" à une douance qui serait susceptible de me rassurer.

Je ne remets pas en cause ses compétences, ni son humanité (le courant est très bien passé pour ma part), mais... l'après-test est moins simple que ce que j'anticipais...

Je ne sais pas si je tiens à absolument à me situer dans le créneau institutionnel des HPI pour me redonner confiance, par vanité, pour trouver un "groupe d'appartenance" à partir duquel me (re?)construire, ou que sais-je encore.

Du coup, je crois qu'en postant ici, je cherche un regard extérieur sur ma situation et sur ce bilan, vous qui avez plus d'expérience dans ce domaine...

Belle journée à tous :)
Salut,

J'ai lu tes messages avec attention et tu finis celui-ci en précisant que tu recherches un regard extérieur sur ta situation, c'est donc ce que je m'apprête à faire avec ton aimable autorisation.

Tu viens de passer ton bilan et celui-ci est hétérogène et, malheur à toi, il ne passe pas la fameuse barre des 130 au niveau du QI global. Avec d'autres praticiens, l'hétérogénéité de tes indices aurait conduit le psy à ne même pas te fournir de QI total, ce dernier n'étant pas significatif en cas de trop forte hétérogénéité.

T'imagines, dans ce cas-là tu aurais eu seulement pour appui les dires de ton professionnel ainsi que tes résultats aux subtests et différents indices... L'angoisse !

Pour autant, la détection du HPI se fait auprès d'un psychologue via une évaluation qualititave et quantitative. Et c'est ce que tu as fais. La conclusion de cette psy, oralement et textuellement, et que tu possèdes un profil HPI (quoique cela veuille bien signifier... Car à ce sujet on creuse encore, oui il y a des similitudes sinon ce forum n'aurait même pas lieu d'être. Mais d'un autre côté on peine à comprendre ce qui nous rassemble précisément vu qu'on est également tous unique, comme chaque homme en général. Semblable et différent. Bref, fin de la digression sorry..)

Donc, t'as pas eu de QIT > 130 à cette passation. Quid d'une autre passation dans d'autres conditions à un autre moment de ta vie ? Seul Dieu le sait.

La mesure du QI est-elle le vrai QI ? Encore une autre question. Malheureusement nous ne sommes pas des robots et nous sommes influencés et affectés par de nombreuses composantes internes et environnementales. Bref.

Revenons-en à nos moutons. Tu te demandes ce que tu peux bien chercher dans cette étiquette. Ça, je pense que le temps te permettra d'y répondre, comme il l'a permit à beaucoup d'entre nous ici présent. Entre moment de parfaite fusion où l'étiquette semble expliquer toute notre vie et prise de recul sur des réalités souvent bien plus nuancées. Chacun son chemin à ce sujet et il n'y a pas deux parcours tout à fait identiques suite à un bilan cognitif.

Donc, désolé de te l'apprendre, mais ton test ne te permettra sûrement pas d'intégrer une étude sur les sujets qui ont +130 de QI et de faire avancer la science 😁 car la science a besoin de ces critères objectifs et tranchées pour avancer parfois. Et tirer des conclusions généralisables.

Pour autant, tu t'es posé une question, tu as suivi la démarche "officielle" de te confronter au regard d'un psychologue et d'un bilan, et ce dernier t'a indiqué son avis de professionnel comme allant dans le sens de ton intuition. Appuyé par ses outils et son expérience clinique.

Est-ce vraiment une démarche d'usurpateur illégitime ? Je te laisse te faire ton avis.

Est-ce que malgré tout l'erreur est possible et humaine et qu'on ne sera jamais sur à 100% et que donc il faudrait aller voir d'autres psys, faire d'autres tests, mais à intervalle de 2 ans minimum pour assurer leur validité, lire tous les livres, se confronter à tous les témoignages et se débattre entre acceptation béate de cette étiquette et rejet épidermique de ce '' truc qui existe même pas de toute façon !! " (c'est moi ça 😜) ? Oh probablement que oui. Mais bon, les probabilités, ça permet de relativiser sur le fait que demain la terre va exploser suite à l'impact d'une méga météorite qui n'aura pas été anticipé assez tôt.

Et finalement on retrouve (un peu) de sérénité 😉

Bon voyage à toi en ces terres encore fraîchement inconnues mais somme toute assez agréables :)

Le Styx
Messages : 41
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Le Styx »

Traum a écrit :
ven. 19 juin 2020 21:53
Pour l'hétérogénéité, un article de J. Grégoire et G. Labouret qui renseigne sur l'hétérogénéité dans les profils HPI.
Par ailleurs, il y a la thèse de Mehdi Liratni.
Enfin de façon plus générale : « la légende noire des surdoués », de F. Ramus et N. Gauvrit.

Merci infiniment pour les sources, je trouve beaucoup de réponses à mes questions.

Je note qu’effectivement, l’hétérogénéité est largement la norme de que l’aspect verbal de l’intelligence semblerait être le point fort des HPI de façon générale. De plus, plus on monte dans les scores et plus les écarts sont marqués ce qui explique justement ces QI « non évaluables » car trop hétérogènes. 86% des HPI seraient hétérogènes… Même si le même terme peut regrouper des styles cognitifs différents. Mon propre profil (IMT, IRP et IVT dans les 110-120 et ICV très élevé) semble courant d'ailleurs. Toujours en ce qui me concerne, la dyspaxie et les faibles compétences visiospatiales semblent presque logiques, avec une polarisation forte des compétences entre le psychomoteur d’un côté et le raisonnement verbal de l’autre.

Je lis aussi que l’hétérogénéité du profil se retrouve chez les autres neurotypiques (dysphasie, dyslexie, dyspraxie, TSA, TDA…) d’une façon générale… Ca donne du grain à moudre je trouve.

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 13198
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par TourneLune »

Je trouve étrange qu'aucun professionnel ne remarque les différences de scores maximum aux sub tests.
Je ne me souviens pas de tout mais il me semble avoir eu 19 en vocabulaire malgré une erreur. Et en matrice, une erreur vaut 15, avec une note maximale de 17 (dans ma tranche d'âge)
Je suspecte quand même vraiment un problème d'étalonnage plus que léger par rapport à la précision qu'on aurait envie de demander au test en tant que surdoué.
J'ai passé la WAIS III en ayant un score plutôt très homogène, j'ai repassé la IV et il deviensmt hétérogène... J'ai une perte en mémoire mais elle était due à des éléments extérieurs. Mais le reste est également hétérogène avec IVT > IRP sans tellement d'autre raison que les différences des test en eux-mêmes.
D'un côté plus il y aura d'indices plus il y aura d'hétérogénéité mais de finesse possible d'interprétation.
Mais quand l'hétérogénéité est quasi tjr dans le même sens..... L'étalonnage semble un peu étrange quand même.

En tous cas ce genre de phénomène n'apparait semble-t-il que depuis la WAIS IV donc je suis pas persuadée qu'il faille en tirer des conclusions trop précises ni trop moudre de grain....
L'outil est intéressant et indispensable mais il a aussi de grosses limites.
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Traum
Messages : 589
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=6895
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Traum »

Quand tu dis que tu trouves étrange qu'aucun professionnel ne remarque les différences de scores maximum aux subtests, que veux-tu exactement TourneLune ? Je ne suis pas sûre de comprendre la question.

Effectivement, il y a des effets seuils et des effets plafonds, à la WAIS-IV. À Vocabulaire, il est possible de commettre plusieurs erreurs d'avoir quand même la note maximale. Mais je suppose que l'on s'est rendu compte, lors de l'étalonnage, que seul 1/1 000 (c'est la fréquence d'une note à 19) arrivait déjà à obtenir tant de points, alors un peu ou beaucoup plus, ensuite, ça faisait une différence tout à fait négligeable. (Les notes standard sont aussi réparties selon une loi normale représentée par une courbe de Gauss, médiane / moyenne à 10 et écart-type de 3.)
En revanche, à Matrices, on n'arrive pas à obtenir des items qui discriminent de manière suffisamment fine aux extrémités, d'où le fait que l'effet plafond arrive très vite.
Le fait de multiplier les indices induit de manière mécanique une augmentation a priori de l'hétérogénéité. Je dis bien a priori, puisqu'il n'y a pas d'études très fines sur les haut et très haut QI. (On n'a la possibilité d'étudier la significativité des différences entre indices et du taux observé que pour les QI > 120 et pas au-delà, pas de manière plus fine pour tout QI > 130. La WAIS-IV n'est pas un outil qui discrimine de manière très fine aux extrémités.)
Et l'étalonnage a été fait à partir d'une population considérée comme représentative de la population générale, pas à partir des surdoués. Il y a aussi peut-être un biais de sélection : on peut imaginer que ce sont majoritairement ceux qui ont un ICV plus élevé qui consultent, et que soient identifiés surtout avant tout ceux qui ont un ICV et / ou un IRP significativement plus élevés. Ça et d'autres hypothèses, comme quoi, notamment, les surdoués étant plus puissants au plan intellectuel, il était aussi normal que l'intelligence cristallisée soit « enrichie », et donc l'ICV (meilleur reflet de l'intelligence cristallisée à la WAIS-IV par rapport aux autres indices) plus élevé. Etc.

Pour l'hétérogénéité toujours dans le même sens, tu parles de l'ICV au-dessus des autres indices ?
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Le Styx
Messages : 41
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Le Styx »

Je me permets de faire part d'une réflexion personnelle : je me targuais dans ma présentation de mon hpi hétérogène qui m'authorisait à être "a la fois tres intelligent et complètement con". Je me rends compte que ces derniers mois j mettai beaucoup en avant ce que je je considère être mes handicaps et ce que percevait comme un profil spécifique. En fait je me rends compte que je suis largement un cas courant de hpi, presqu'un stéréotype... ce qui m'oblige bien a assumer le terme HPI seul et sans y ajouter aucun adjectif permettant de le relativiser. 6 mois* après la détection, je commence juste à envisager de me définir comme HPI et non "HPI hétérogène et dyspraxique-visio-machin-truc".... Pourtant javais tout sous les yeux depuis le début. J'imagine que cetait le temps de l'acceptation. Moment de vide du coup : j'ai accepté, je me suis pardonné, j'ai a peu près compris... Et maintenant ? Comme dirait Lénine, que faire...

Edit: pas 6 mais 9 mois déjà...

Avatar du membre
Gail
Messages : 112
Enregistré le : ven. 14 juin 2019 23:08
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10205#p302753
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Vendée
Âge : 38

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Gail »

Le déni, la colère, le marchandage, la dépression et, finalement, l'acceptation... les phases du deuil sont aussi valables pour certains événements marquants...
Le Styx a écrit :
mar. 23 juin 2020 17:43
Et maintenant ? Comme dirait Lénine, que faire...
Sortir du grand salon et passer du temps entre le bar et le jardin :rofl:
"Si vous entendez un bruit de sabots, pensez à des chevaux, pas à des zeebres"
Aphorisme médical pour inciter les etudiants zélés à rechercher d'abord les diagnostics les plus fréquents plutôt qu'une maladie rare

Taem
Messages : 78
Enregistré le : ven. 19 oct. 2018 14:43
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9634
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 23

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Taem »

Le Styx a écrit :
mar. 23 juin 2020 17:43
Je me permets de faire part d'une réflexion personnelle : je me targuais dans ma présentation de mon hpi hétérogène qui m'authorisait à être "a la fois tres intelligent et complètement con". Je me rends compte que ces derniers mois j mettai beaucoup en avant ce que je je considère être mes handicaps et ce que percevait comme un profil spécifique. En fait je me rends compte que je suis largement un cas courant de hpi, presqu'un stéréotype... ce qui m'oblige bien a assumer le terme HPI seul et sans y ajouter aucun adjectif permettant de le relativiser. 6 mois* après la détection, je commence juste à envisager de me définir comme HPI et non "HPI hétérogène et dyspraxique-visio-machin-truc".... Pourtant javais tout sous les yeux depuis le début. J'imagine que cetait le temps de l'acceptation. Moment de vide du coup : j'ai accepté, je me suis pardonné, j'ai a peu près compris... Et maintenant ? Comme dirait Lénine, que faire...

Edit: pas 6 mais 9 mois déjà...
Personnellement, ma phase de déni a été lié à une exploration d'un potentiel trouble associé, TDAH ou autisme principalement. Comme s'il fallait que je trouve forcément un problème à y associer car je ne pouvais pas être "que" HPI. Mais bon maintenant je comprends que c'était surtout une manière de faire de l'évitement ^^

YomisterYo
Messages : 2
Enregistré le : ven. 31 juil. 2020 10:18
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Localisation : Alsace - 68
Âge : 27

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par YomisterYo »

Salut,
Je viens d'obtenir aussi les résultats de ma WAIS-4 et ces derniers me laissent un peu dans l'expectative (même si comme cela a été écrit plus haut, le chiffre de 130 n'est pas une fin en soi). La psychologue conclue son rapport en disant que "selon elle" mon profil est à placer dans le HPI. Après si je regarde les chiffres c'est plus discutable car il y a hétérogénéité et des chiffres dans les normes...

QIT = 122.
ICV = 128 (Vocabulaire 17 / Similitudes 15 / Compréhension 15)
IRP = 100 (Cubes 6 / Matrices 10 / Puzzle 8 / Balances 12 / Complément d'images 8 )
IMT = 131 (Mémoires chiffres 18 / Lettres-chiffres 17 / Arithmétique 13)
IVT = 108 (Code 11 / Symboles 12 / Barrage 13)

Voilà voilà je ne sais pas trop quoi en penser mais je pose ça là ^^.

Avatar du membre
lady space
Messages : 2414
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/lance-t133.html]vers mon orbite[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 56

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par lady space »

L'ennui c'est que les chiffres ne font pas tout et que la part de l'observation de la psy lors de la passation joue tout autant et fournit même des informations bien plus intéressantes/exploitables que les seuls chiffres.

C'est une position inconfortable pour un esprit qui aimerait bien avoir quelque chose de tranché clair, net et précis à se mettre sous la dent et, pour des raisons de déontologie, les membres de ce forum ne sauront te dire quoi en penser. La seule personne qui pourra t'expliquer ce que racontent ces chiffres est la psy qui t'a fait passer le test. Mais il faut parfois un peu de temps et de recul pour être en mesure d'entendre les renseignements que le professionnel peut nous fournir, tellement on est obnubilé par les chiffres et le sac de nœuds émotionnels que le passage du test a pu réveiller.

Bon courage pour cette période d'apprivoisement qui n'est pas évidente à vivre !
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Pascalita
Messages : 1540
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : viewtopic.php?f=78&t=7720&p=228775#p228775
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Haut Potentiel et QI hétérogène

Message par Pascalita »

Effectivement les chiffres sont trop hétérogènes pour fournir un diagnostic clair comme de l'eau de roche ; pour être fixé (si c'est ce que tu souhaites), le mieux serait de demander à ta psy ce qui l'a amenée à conclure au haut potentiel malgré cette hétérogénéité et ce qui, selon elle, pourrait expliquer la disparité - par exemple, soupçonne-t-elle une dyspraxie ou un problème de vision ?

Répondre