Haut Potentiel Emotionnel : qu'est-ce que c'est, quel test ?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

Bonjour à tous,

Suite aux interrogations de quelques forumeurs sur le test HPE que j'ai passé, je propose ici de partager ce que je connais de la question. Je n'ai aucune connaissance en psychologie, je ne savais même pas que le Haut Potentiel Emotionnel existait jusqu'à il y a un mois, donc mon apport sera brut, et sans beaucoup de recul. Je vous le livre tel quel. J'ai découvert le HPE en m'intéressant à l'hypersensibilité, dans laquelle je me reconnaissais.

Le Haut Potentiel Émotionnel correspond à une intelligence émotionnelle particulière, très supérieure à celle des personnes de sa classe d'âge (dans les 2 %). Il ne s'agit pas de l'intelligence cognitive. Le HPE est le degré qui vient juste au-dessus de l'hypersensibilité. Il se caractérise par une capacité à percevoir l'environnement ou ce qui se meut en nous-même : forte sensibilité des sens, forte sensibilité émotionnelle. A cela s'ajoute la capacité à utiliser ces informations perçues pour agir sur soi ou sur l'environnement, de façon consciente ou inconsciente. Cela parait formidable, mais c'est aussi source de soucis quand on n'arrive pas à gérer le trop plein d'informations perçues. D'après ce que j'ai compris, une partie des HPI sont aussi de facto HPE (ça va souvent ensemble). Mais un HPE peut ne pas être HPI.

Pour savoir si je suis HPE, j'ai passé un bilan émotionnel et de personnalité. C'est un ensemble de tests et questions auxquels on se soumet chez un psychologue (séance de 2h + 1h de restitution/questions). Le résultat chiffré est présenté sur une courbe de Gausse, comme pour un test HPI. Le résultat en commentaire est expliqué dans un bilan écrit.

Plusieurs questions se bousculent dans mon esprit, sur le bilan-même et sur ce que je vais en faire. Vos réactions sont les bienvenues :)

PS petite question aux modérateurs : j'ai été embêtée pour renseigner les champs "test" sur mon profil, car le bilan HPE est un ensemble de tests et questionnaires. Cet ensemble n'a pas de non spécifique. J4ai donc bien été testée, je suis HP quelque chose (E, à défaut d'être I). Comment puis-je le signifier dans mon profil ?
Avatar du membre
Fanetys
Messages : 314
Enregistré le : mer. 22 mai 2019 14:33
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 55

Merci pour ces précisions Papyrus. :)
Saurais-tu de quels tests il s'agit plus précisément ? Leur nom doit être indiqué sur ton bilan écrit je suppose... Cela me permettrait de faire ma petite recherche... Je ne suis pas sûre que l'on puisse définir un QE chiffré, comme le QI, parce que je ne connais pas de tests calibrés scientifiquement pour cela. Mais bien sûr, on peut tenter de situer quelqu'un par rapport à la population générale.
Il est certain qu'une très forte sensibilité sensorielle et émotionnelle aura des répercussions sur la vie quotidienne. Qu'un psychologue valide une sensibilité hors-normes te permettra peut-être de mieux t'accepter ainsi (j'imagine que tu ne l'avais pas attendu pour t'en apercevoir mais la confirmation par un regard extérieur, a priori objectif, est probablement rassurante). Et du coup, de mieux vivre avec, voire de travailler à en gérer les excès... ;)
"J'ai la peau de l'âme trop sensible. Il faudrait apprendre à son âme à marcher pieds nus." Jean Cocteau
Le Styx
Messages : 20
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 16:24
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Je pense que l'histoire de HPE est une sorte de relooking bankable de l'hypersensibilité/hyperémotivité qui concernerait à priori dans les 20% de la population selon E. Aron de mémoire.

A mon avis pour la question de l'hypersensibilité t'es forcément sur des questionnaires déclaratifs, comme pour la détection de troubles anxieux (et c'est normal). On pourrait se poser la question de la mesure de choses comme l'intelligence inter-personelle et intrapersonnelle qui pour le coup peuvent être objectivables, mais je pense pas que ce soit l'objet.
Avatar du membre
TourneLune
Messages : 13134
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Je vais pas faire plaisir mais le haut potentiel émotionnel grosso modo, c'est du pipeau.... Ça mime le travail effectué autours du QI mais bien sûr sans le côté scientifique qui va avec.

Ces "tests" n'en sont pas, ils n'ont pas plus de valeur que ceux de femme actuelle. On pourra vous présenter toutes les courbes qu'on veut, elles n'ont aucune valeur parce que ces tests ne sont reconnus que de leur créateur (qui, d'ailleurs?) , ne sont pas calibrés ni valides.
C'est du blabla enrobé de plagiat.

Ça vient à la base du livre l'intelligence émotionnelle de Goleman et le plus drôle c'est que pour lui, plus on gère ses émotions plus on a un "QE" élevé. Le contraire, donc, de cette nouvelle mode "développement perso"...

On vous a simplement arnaqué mais ce genre de pratique est de plus en plus courante. C'est pratique, y a aucun cadre scientifique, ça ressemble à des trucs qui parlent et ça coûte pas cher... C'est qu'un test de QI ça coûte cher, créer son propre Q qq chose sous forme de plagiat et le vendre c'est bcp plus intéressant....

Moi ça me fout en colère ce genre de pratique. Ce n'est honnête à aucun niveau.... On se fiche du patient et on le trompe en plus de lui soutirer de l'argent.

Désolée pour vous mais ce que vous avez passé c'est du niveau d'un test de magazine avec des traits de personnalité éventuellement. Si vous pouvez en faire quelque chose par ailleurs, tant mieux.
Mais le vocabulaire qui singe le QI est ridicule ... Vous n'y êtes pour rien, vous êtes tombé sur quelqu'un de pas très sérieux...

Concernant le profil, malgré ce que vous a fait croire ce professionnel, vous n'avez été testée par rien qui ne soit scientifique et calibrés. Quant au HP, on peut parler de HP pour tout alors... HP Sportif
HP musique..etc...

Malheureusement, HPE n'a aucune consistance serieuse...
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur TourneLune pour son message (2 au total) :
Chris De NiceTraum
Classement : 2%
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

C'est intéressant. Je n'y connais presque rien : il y a un bouquin de Daniel Goleman qui pourrait être en lien avec ce sujet, L’Intelligence émotionnelle : Comment transformer ses émotions en intelligence, mais je ne l'ai pas lu. Il me semble qu'Antonio Damasio parle du potentiel émotionnel dans L'Erreur de Descartes, un livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir et qui m'avait paru plutôt bon à la lecture, mais je ne me souviens plus de ce qu'il en dit. A creuser...
Merci de tes informations, @Papyrus.
Avatar du membre
lady space
Messages : 2344
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/lance-t133.html]vers mon orbite[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 56

Je connaissais déjà le QE (quotient émotionnel) de Goleman et il y a une ou plusieurs discussions sur l'intelligence émotionnelle sur ce forum. Le concept de Goleman s'articule autour de la capacité à identifier, nommer et tenir compte des différentes émotions chez soi-même et chez autrui et il s'agit d'une capacité qu'il est possible d'acquérir, d'apprendre, qui n'a rien d'immuable et qui est malheureusement trop peu enseignée dans nos sociétés. Mais elle n'englobe aucun volet sensoriel. Et je ne comprends pas la hiérarchie que tu sembles établir entre l'hypersensibilité et ce HPE.

Aurais-tu des sources à partager à ce sujet ?

Après, il y a bien le concept de Dabrowski des hyper-excitabilités (ou hyperstimulabilités) émotionnelles, sensorielles, psychomotrices, intellectuelles et imaginatives et une série de tests développée par ses collaborateurs.

Mais j'ai du mal à voir ce qui peut bien être un haut potentiel émotionnel. Pour ce que j'en sais, il est possible de mesurer par des questionnaires la capacité d'une personne à identifier et ensuite gérer de manière appropriée les différentes émotions, mais je vois mal comment mesurer cette capacité à l'état de potentiel, donc quand elle ne s'exprime pas forcément. En même temps, comme il s'agit d'une capacité que tout le monde peut apprendre et améliorer, il s'agit d'un potentiel par définition, donc inutile à mesurer tel quel (du moins à mon avis très personnel, sachant que je ne suis pas psy).

Pour ce qui est du champ test du profil, il se rapporte uniquement aux tests de QI car, comme tu le dis toi-même, on peut être HPI sans HPE et vice versa, et ce champ ne conditionne qu'une infime partie de la participation à ce forum, comme expliqué dans la section "fonctionnement et esprit".
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

Merci pour vos retours ! Je manque de temps cet après-midi, mais reviendrai rapidement pour répondre aux questions que vous posez et réagir ...
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

La séance de passation comportait un certain nombre de tests de personnalité, de tests évaluant l'intelligence émotionnelle et l'intelligence créative et des temps d'entretien. Le but n'était pas de mesurer la manifestation de l'intelligence cognitive, mais de mesurer l'hypersensibilité sensorielle, l'hyperémotivité et l'intelligence émotionnelle. Le but était de mesurer à quel degré se situent ces éléments (degré plus ou moins fort, sur une échelle). J'avoue ne pas avoir posé la question des types de tests utilisés par le psy. Mais à partir de la séance, j'ai cherché moi-même et voici ce qui ressort (je lui demanderai confirmation quand je le reverrai). J'ai répondu à des questions et observé des images qui viennent de :
- test de sensibilité sensorielle et émotionnelle du type de celui de Elaine Aron
- entretien diagnostic du type DIVA pour TDAH
- un test de type MSCEIT de Mayer et Slovey
- un questionnaire issu du questionnaire de structure de tempérament de Rusalov & Trofimova (STQ Structure Temperament Questionary) et les réponses qui devaient être données étaient sur l’échelle de échelle de Likert: « fortement en désaccord (1) », « pas d'accord (2) », « d'accord (3), » « fortement d'accord (4) »
- le test de Rorschach
- le DSM-5
La batterie de tests est donc plus large que simplement l'approche du HPE (je reviendrai sur ce terme d'ici quelques lignes).
La sensibilité sensorielle, émotionnelle, l'empathie, l'intelligence émotionnelle, l'intelligence inter-personelle et intra-personnelle etc ... existent chez tout le monde, comme l'intelligence cognitive. C'est tout cela que l'on a cherché à mesurer. Mais elles se manifestent chez certains de manière plus forte dès l'enfance. C'est bien quelque chose qui est là, et qui évolue bien ou mal en fonction de facteurs internes ou externes. C'est donc un potentiel qui s'exprime par des compétences à travers des performances à un instant T. Comme pour l'intelligence cognitive. Le psy a précisé que le bilan ne donne une image de tout cela qu'à un instant T, celui où on fait les tests, même si on répond aux questions en se basant sur un vécu qui est plus large que l'instant T.
Cette situation me fait sourire, de me retrouver avec des résultats hauts à une évaluation de compétences émotionnelles. En effet, je suis plutôt cartésienne dans mon fonctionnement de vie général, plutôt rationnelle, ce qui agace parfois ma famille :) J'ai même tendance à rejeter ce qui "tombe" trop dans l'émotion. C'est paradoxal.

D'après ce que j'ai lu, il n'y a pas de corrélation entre être dans la fourchette haute dans les compétences émotionnelles et être dans la fourchette haute dans le potentiel cognitif. Un HPI peut ne pas avoir de compétences émotionnelles hautes, un non HPI peut avoir des compétences émotionnelles hautes. Le test que le psy va me faire passer en HPI est la WAIS-IV. Pour être honnête, je ne pense pas être HPI, enfin il y a un doute quand même, mais je n'y connais rien ou pas grand-chose. Le test me permettra de voir comment mon cerveau fonctionne, ce qui sera en soi une bonne avancée sur moi.

@Fanetys : oui, c'est tout à fait ça, je le vis comme cela. C'est une aide, pas une fin en soi. Cela confirme seulement ce que je pensais et me donne la légitimité d'aller chercher des outils pour m'aider ou pour développer certains aspects.

@Le Styx : oui, c'est de l'hypersensibilité, hyperémotivité. Mais dans ces deux termes, on a le sentiment d'une généralité, or il y a des degrés plus ou moins élevés. Evaluer pour positionner l'hypersensibilité et hyperémotivité sur des degrés permet d'apprendre des choses, d'apporter des outils adaptés. De plus, malgré ce que l'on dit sur l'hypersensibilité et l'hyperémotivité, les personnes qui en sont ne sont pas dénués d'une intelligence émotionnelle (présente également chez tout le monde), qui est une utilisation de cette sensibilité et de cette émotivité. On a souvent tendance à penser que ces personnes ne sont pas capables de gérer et d'utiliser leurs émotions : ce n'est pas exact. Et cette capacité aussi peut être mesurée, même si c'est plus dans une fourchette qu'avec un chiffre précis.

@Judith : je connais le titre du livre de Goleman, mais je n'ai pas lu l'ouvrage, et je ne connais pas les autres éléments que tu donnes ... à creuser :)

@lady space : à ma connaissance (mais je débarque vraiment dans tout cela, je ne m'y intéressais pas jusqu'à il y a un mois), l'expression "HP" dans HPE n'est qu'une façon de désigner la fourchette haute de l'hypersensibilité sensorielle et émotionnelle. Toutes deux résultent d'une forte stimulation des récepteurs et des nerfs. J'avais trouvé un article qui faisait le lien entre les deux, mais je ne l'ai pas retrouvé, je suis désolée. Mais on peut être l'un ou l'autre, sans être les deux à la fois.

@TourneLune : si j'ai bien compris ce que j'ai lu, Goleman a repris une thèse (celle de Mayer et Slovey), mais en l'orientant d'une manière qui n'est pas celle de ses fondateurs. Pour ses fondateurs, ce que Goleman appelle le QE a une base d'inné, et le reste s'acquiert. En même temps, on pourra bien présenter un test avec des chiffres à un enfant qui n'a jamais appris à compter, il ne saura rien en faire même s'il est HPI. Il y a donc bien une part d'acquis aussi dans ce que l'on évalue dans les tests HPI. Dans HPE, on peut enlever le terme "HP" et ne conserver que "Emotionnel", si cela gêne. Mais c'est quand même quelque chose qui est de l'ordre du potentiel, d'une capacité. C'est quelque chose d'évaluable, même difficilement. Je reste convaincue que c'est tout de même moins précis qu'une évaluation HPI et que comme c'est une évaluation mise en avant de façon "assez récente" dans le domaine de la psychologie, on tâtonne. Il n'en reste pas moins que quand on est dans la fourchette haute par rapport à une norme, ça signifie quelque chose. Comme je passe la WAIS-IV avec ce psy prochainement, je pourrai le questionner sur la séance "HPE" : à la lumière de ce que vous m'avez dit dans votre poste, je pourrai mesurer si c'était quelque chose de pas sérieux. Pour la WAIS-IV, je me fais moins de souci, car c'est un test courant pour les HPI apparemment : pensez-vous que je cours un risque d'être mal évaluée ?
Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12843
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/topic28.html]ici[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Hello,
Si on veut parler du HPE, il faut encore savoir ce qu'est le potentiel émotionnel, ce que ça recouvre exactement, si on peut vraiment parler de "potentiel" (et du coup le mesurer de manière fiable), si on parle plutôt de compétences, ou de traits de personnalité, ou de fonctionnement émotionnel. Il faut replacer le concept dans l’ensemble plus large dont il est issu.

Il y a plusieurs écoles, plusieurs définitions, plusieurs modèles théoriques et plusieurs manières de tester/mesurer ce qui est inclus dans ces définitions ou modèles théoriques qui tournent autour de l’ « intelligence » émotionnelle ou sociale.
Le concept de « potentiel » émotionnel n’est l’émanation que de l’une de ces écoles, qui considère les émotions, leur compréhension, leur identification, leur gestion comme des aptitudes ou compétences ; et celui de HPE a fini par en découler, se développant en même temps que toutes les mouvances autour du développement personnel ; dont des tas de mouvances new age qui piochent et bricolent du grand n’importe quoi avec des bouts de ces modèles théoriques et arrangent tout ça à leur sauce pour faire du business.

En d’autres termes, le HPE est un sous-concept de sciences humaines et sociale issu des théories d’une chapelle particulière parmi l’ensemble des chercheurs travaillant autour du concept général d’intelligence émotionnelle ou de fonctionnement émotionnel.
Il est fréquemment utilisé n’importe comment, mal compris, beaucoup le confondant avec le concept d’hypersensibilité.

Ses bases posent aussi problème : elles reposent sur l’idée qu’une évaluation de « performances » émotionnelles est possible. Qu’on peut standardiser des compétences dans le domaine des émotions, retrouver des bas potentiels et des potentiels « normaux ».
Mais normer quelles performances exactement et sur la base de quoi ? Comment ?
Les tests proposés (même ceux proposés par des psychologues diplômés) sont essentiellement des tests déclaratifs (questionnaires, fortement dépendants de la subjectivité du sujet testé, avec donc un niveau de preuve faible) ou ils dépendent de la subjectivité de celui qui analyse.
Faire ce genre de test (et encore faut-il que ce soit un test suffisamment sérieux, reposant sur de réelles bases théoriques, et réalisé par un professionnel qui saura quoi en faire et pourquoi il choisit d’explorer cette voie) ça peut être intéressant pour révéler à un sujet telle ou telle difficulté ou aptitude dans un domaine particulier lié à sa perception, identification, compréhension, utilisation ou gestion de ses émotions, et lui permettre un travail en psychothérapie si nécessaire. Mais au-delà…

Pour creuser :
2 articles intéressants à lire
- https://www.cairn.info/revue-enfance2-2 ... age-59.htm#
- https://www.cairn.info/revue-travailler ... ge-113.htm#

Et une thèse, avec une bonne explication de ces concepts de compétences émotionnelles : thèse de Sophie Brasseur pour l'obtention d'un doctorat en psychologie juin 2013
Que je ne parviens pas à insérer dans le message, mais qui est facilement trouvable sur le net.
Ces utilisateurs ont remercié l’auteur Mlle Rose pour son message (2 au total) :
PapyrusMikirabelle
Classement : 2%
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

Mille mercis @Mlle Rose, tu synthétises et creuses là où il fallait aller, ce que je ne suis pas parvenue à faire en si peu de temps. Ma compréhension de tout cela est parcellaire et cela me gêne beaucoup. C'est super !

"Faire ce genre de test (et encore faut-il que ce soit un test suffisamment sérieux, reposant sur de réelles bases théoriques, et réalisé par un professionnel qui saura quoi en faire et pourquoi il choisit d’explorer cette voie) ça peut être intéressant pour révéler à un sujet telle ou telle difficulté ou aptitude dans un domaine particulier lié à sa perception, identification, compréhension, utilisation ou gestion de ses émotions, et lui permettre un travail en psychothérapie si nécessaire. Mais au-delà…"
C'est justement ce que je cherche : sur quoi je dois travailler pour améliorer certaines choses. Le "au-delà" ne m'intéresse pas, parce que je ne vois pas à quoi d'autre on peut aboutir, le travail sur soi est déjà un grand pas à franchir, c'est suffisant. Le travail en question est ce que m'a suggéré le psy suite au test passé.

Je m'en vais lire les supports documentaires que tu as proposés.
Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12843
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/equipe-f78/topic28.html]ici[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Mais du coup dans ce cas est-ce que te situer par rapport à une "norme" théorique plus ou moins floue est intéressant réellement ?
Imagine qu'on te dise que tu gères très bien tes émotions au regard de tel ou tel questionnaire et des réponses habituelles des gens, mais que TOI, à l'intérieur, tu sentes qu'il y a un truc qui déconne avec ça, ben du coup les réponses des autres gens ça te fait un peu une belle jambe, et ça te fait aussi un peu une belle jambe de savoir que tu les gères mieux qu'eux, ça changera pas ton ressenti qu'il y a un truc qui déconne. Au pire ça te fera relativiser, mais ce n'est pas nécessairement ça que tu recherches si le but est d'améliorer certains aspects de ton fonctionnement émotionnel qui te posent souci au quotidien.
Tu peux trouver un bout de ficelle à dérouler à partir de là, mais tant qu'il n'y aura pas de plongée dans le vécu, dans le fonctionnement psycho-affectif global et dans les expériences passées, ça reste un vague outil très parcellaire pour regarder vite fait à la surface.

Pour moi on entre in fine dans le domaine de l'impalpable et de l'intime, dans l'inquantifiable par essence, dès qu'il est question de ressentis et d'émotions.
C'est un peu comme les échelles de douleur, le ressenti est propre à chacun. Quand t'as deux personnes avec la même blessure, genre un clou planté dans la main, t'auras deux quantifications différentes. Et bon courage pour dégager une norme et dire que par exemple la douleur normale pour le clou planté dans la main est de 5. C'est possible en théorie, si tu prends mettons 1000 personnes, que tu leur plantes des clous dans la main, et qu'après tu demandes à combien est leur douleur sur une échelle de 1 à 10. Mais ça n'avance à rien. Il faudra quand même traiter la douleur, selon le ressenti de chaque patient.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Chris De Nice
Messages : 30
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 10:14
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 51

Il n'y a rien à faire, les sciences dures c'est quand-même mieux, on ne peut pas tricher, inventer des trucs, on se fait rappeler à l'ordre très rapidement par le réel. Et quand on cherche des réponses, elles se résument à quatre possibilités seulement : c'est ceci (c'est démontré et vérifiable), c'est probablement cela, ce n'est pas ça (c'est démontré et vérifiable) et on ne sait pas.
Perso, je trouve que l'immense majorité de ce qu'on peut lire sur la "douance" sent vraiment le bullshit. Le concept de HPE à mon avis en est la parfaite illustration.
En psycho, j'ai cette désagréable impression que dériver est permis.
Je trouve scandaleux que ce "flou artistique" autorise certains pros ou pseudo-pros à s'enquiller de leurs petites théories et de très vite les appliquer dans leurs pratiques en toute impunité.

Et pour un questionnement personnel, ça aide franchement pas.
Chuchumuchu
Messages : 95
Enregistré le : mer. 9 janv. 2019 22:39
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9816
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 26

Hors-sujet
@Chris De Nice Les "sciences dures" ont leurs écueils aussi, on peut aussi y tricher ou y inventer. Par exemple la phrénologie a été inventée par un neurologue, elle ne s'est pas montrée fiable pour autant. D'autre part les études scientifiques font parfois des erreurs énormes. Donc soit, en principe, les "sciences dures" ne font pas d'erreurs... Mais en réalité elles en font aussi. Une vidéo récente de "Science Etonnante" le met bien en lumière.

Je n'aime pas le terme de "sciences dures" car il implique qu'il y a des "sciences molles", les sciences humaines, alors que celles-ci aussi on des choses intéressantes à apporter pour peu qu'elles respectent des méthodes scientifiques cohérentes.
Je ne prétends ni à l’exhaustivité, ni à une parfaite objectivité, deux qualités qui dans mon métier relèvent de l’illusion et du vœu pieux. — (Michel de Pracontal, L’imposture scientifique en dix leçons, Seuil, 2005, page 17)
Chris De Nice
Messages : 30
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 10:14
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 51

Je ne crois pas que la phrénologie ou l'économie sont des sciences dures. D'ailleurs, rien que le concept "sciences économiques" me hérisse le poil.

J'avais en tête la physique pour tout dire. Et ici, même s'il y a eu tentative de fraude (encore que je n'ai pas d'exemple en tête), c'est très vite balayé.
Et vous ne verrez jamais une théorie physique fantaisiste enseignée à l'école.
Une science dure, c'est ça : on suppose oui, mais on doit démontrer à terme, sinon au mieux en attente, au pire c'est poubelle.


J'aime bien ce terme de "science dure" personnellement, car il explicite clairement qu'il existe plusieurs approches scientifiques qui ne se valent pas toutes en terme d'exactitude.
Je n'ai pas vu de concept théorique en psychologie aussi précis et démontrable que ceux de la physique.
Une question d'outils j'imagine.
Alors je hiérarchise oui peut-être mais c'est pour moi historiquement et factuellement justifiable.
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

@Mlle Rose : oui, c'est ça, les tests sont seulement une étape pour un travail profond ensuite.

@Chris De Nice : Pour rebondir sur la possibilité de mesurer ce que les tests mesurent concernant l'émotionnel, on n'est évidemment pas dans la science dure. Il faut l'accepter : tout, dans le monde, ne peut pas être appréhendé par les sciences dures. Les autres sciences et les autres approches qui ne sont pas des sciences ne sont pas pour autant à jeter. Ou alors, il faudrait toujours renoncer à étudier ce qui n'est pas quantifiable ou cernable. Par nature, les manifestations du cerveau ne sont pas toutes quantifiables de façon précise. La pensée et les émotions sont dans ce cas. C'est comme ça. C'est pour cela que je ne cherche pas un chiffre comme on le donnerait pour un QI. Je cherche une fourchette, une tendance, un profil. Si on veut mesurer la douleur chez mille personnes par rapport au même stimulus, on n'aura pas des chiffres de niveau de douleur identiques, mais on aura une tendance : l'ensemble sera plutôt entre 8 et 10 par exemple pour tel stimulus, ou la moyenne sera de 8,5, car certains auront donné un chiffre inférieur. Ok ce n'est pas précis, mais ça donne une indication : ce stimulus donne une douleur très violente en général, et pas une douleur ressentie de 3-4. Donc, si une personne ressent une douleur de 2, c'est qu'il y a un souci, un problème à éclaircir, une cause à chercher. Pour les émotions, c'est pareil. Lorsque l'on parle des sensations, or la douleur est une sensation, les tests sur l'hyperesthésie ne valent rien non plus si on se dit que toute évaluation donnée par la personne évaluée est subjective et donc pas pertinente. Est-ce que l'on doit repousser la psychologie parce que cette discipline ne peut pas quantifier ? On a besoin de la psychologie. Cela ne dispense pas cette discipline d'avoir une démarche scientifique, à défaut de pouvoir avoir des résultats quantifiés lors de ses recherches.

Le test MSCEIT de Mayer et Slovey repose sur une démarche scientifique et a pour objet des éléments difficilement quantifiables pourtant. On n'arrive pas à quelque chose de vraie de façon absolue, mais on arrive à quelque chose quant même. C'est perfectible, peut-être que dans 20 ans aura trouvé une méthode qui rend l'approche plus précise.

En tout cas, je suis ravie de ces échanges sur le sujet, qui confortent mon envie de prudence, tout en me disant que c'est une piste exploitable dans une certaine mesure.
Chris De Nice
Messages : 30
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 10:14
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 51

Papyrus a écrit :
mer. 6 mai 2020 17:26


@Chris De Nice : Pour rebondir sur la possibilité de mesurer ce que les tests mesurent concernant l'émotionnel, on n'est évidemment pas dans la science dure. Il faut l'accepter : tout, dans le monde, ne peut pas être appréhendé par les sciences dures. Les autres sciences et les autres approches qui ne sont pas des sciences ne sont pas pour autant à jeter. Ou alors, il faudrait toujours renoncer à étudier ce qui n'est pas quantifiable ou cernable. Par nature, les manifestations du cerveau ne sont pas toutes quantifiables de façon précise. La pensée et les émotions sont dans ce cas.
Absolument d'accord avec ça.
Sauf que la notion de HPE n'apparaît nulle part dans la littérature scientifique (le QE n'est pas cela, qu'on me reprenne si je me trompe) et quand je lis qu'un professionnel vous attribue ce profil, ça me dépasse.
Le sens de mon propos est que j'aime quand c'est clair donc je préfère ce qui s'éclaircit bien.
C'est tout. :)
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

@ Chris De Nice Ok, je comprends mieux ce que tu as dit :) Et je suis bien d'accord aussi, parce que ce n'est pas très confortable pour la personne qui passe les tests que ce ne soit pas scientifiquement précis ...
Je repars dans les documents donnés par Mlle Rose ...
Chris De Nice
Messages : 30
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 10:14
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 51

Attention, je n'ai émis qu'un avis personnel.
On me reproche souvent d'être trop rigide sur ce point.
La science, c'est un peu ma religion, même si je ne suis pas foutu de poser une équation.
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

Je reviens de ton post de présentation et que vois que tu as déjà un fonds de documentation sur la question. Ça explique que tu aies un avis argumenté sur la question du sujet HPE. Comme je n'aime pas rester dans le flou, je vais essayer de rattraper mon retard :)

@Mlle Rose : je parcours les documents et reviendrai pour en discuter ...
Chris De Nice
Messages : 30
Enregistré le : sam. 2 mai 2020 10:14
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 51

Oulà non ! en psycho je n'ai que des notions très vagues. C'est juste que j'ai tendance à appliquer le filtre de la physique à toutes les disciplines possibles et imaginables.
Un biais que je trouve très efficace pour éviter de gober n'importe quoi.
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

Pour compléter notre appréhension du HPE (ou un autre nom si on veut lui donner un autre nom) : https://www.adulte-surdoue.org/2016/01/ ... s-gauvrit/ (j'ai trouvé cela sur le forum). Le compte-rendu du chapitre 8 traite de cela.

Pour répondre d'une façon plus précise à une question qui m'avait été posée, voici les tests que j'ai passés (j'ai passé la WAIS aujourd'hui, donc j'ai pu questionner le psy sur les tests passés auparavant pour HPE) :
- pré-test de sensibilité sensorielle et émotionnelle du type de celui de Elaine Aron
- test de quotient émotionnel (cf. Simon Baron-Cohen)
- test de Schutte
- le test de Rorschach
- le DSM-5
Avatar du membre
Papyrus
Messages : 34
Enregistré le : dim. 3 mai 2020 17:25
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10711
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Ile de France
Âge : 40

@Mlle Rose
Je viens de lire le second article (https://www.cairn.info/revue-travailler ... ge-113.htm). Cette synthèse m'a permis de recoller les morceaux de compréhension que j'avais glanés ici et là. Il met la notion d'intelligence émotionnelle en perspective.
Cette lecture me conduit à mieux séparer dans mon esprit la notion de sensibilité émotionnelle et la notion d'intelligence émotionnelle (qui permet des compétences émotionnelles).
Avatar du membre
Jahroo
Messages : 568
Enregistré le : lun. 24 déc. 2018 09:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9836] Salutation! [/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ici et ailleurs
Âge : 41

J'aurai bien aimé y voir un peu plus clair aussi là dedans mais je n'arrive pas à lire l'article depuis ce lien Papyrus. ("page non-trouvée")
"J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle."
Avatar du membre
Napirisha
Messages : 3107
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-t6392.html]bonjour![/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Mlle Rose a écrit :
mer. 6 mai 2020 13:30

Pour creuser :
2 articles intéressants à lire
- https://www.cairn.info/revue-enfance2-2 ... age-59.htm#
- https://www.cairn.info/revue-travailler ... ge-113.htm#

Et une thèse, avec une bonne explication de ces concepts de compétences émotionnelles : thèse de Sophie Brasseur pour l'obtention d'un doctorat en psychologie juin 2013
Que je ne parviens pas à insérer dans le message, mais qui est facilement trouvable sur le net.
Jahroo, fallait remonter un peu :grin:
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar du membre
Jahroo
Messages : 568
Enregistré le : lun. 24 déc. 2018 09:45
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9836] Salutation! [/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ici et ailleurs
Âge : 41

Ah merci Napirisha! :tmi:
"J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle."
Répondre