Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
Sputnik
Messages : 6
Enregistré le : lun. 17 juin 2019 16:25
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Message par Sputnik » dim. 7 juil. 2019 22:29

Bonjour (ou bonsoir) à toutes et à tous.

Je tiens tout d'abord à m'excuser d'avoir créer un nouveau sujet; mais après avoir parcouru le forum j'ai l'impression que j'aurais pu poster mon message dans au moins 10 sujets déjà créés (imposteur, dyssynchronies, résultats, hétérogénéité etc.).
Je m'excuse aussi par avance car le post va être long et probablement indigeste :(

J'ai donc passé le Wais 4 le jour de mon anniversaire (quel cadeau) fin mai. j'ai reçu 10 jours plus tard le rapport et j'ai eu mon entretien final le lendemain de cette réception.
Le compte rendu m'avait laissé déçu/perplexe, la discussion que j'ai eu le lendemain avait permis de lever des doutes mais ils sont revenus au galop, alors je me dis que je pourrais peut-être trouvé des personnes ayant une plus grande habitude/connaissance que moi de tout ce jargon et mode de calcul que je n'arrive vraisemblablement pas à comprendre (comme quoi être HP/###Charcutier-zingueur en reprise d’études ###/surdoué/il pense beaucoup le monsieur - ne résout rien :clin: ).

Je vais commencer par la conclusion du rapport qui est la suivante: "Les résultats de la présente évaluation actuelle révèlent un profil développemental, comportemental et cognitif très clair de douance associé à des dyssynchronies au niveau de la mémoire de travail et les fonctions exécutives."

Là ou ça se complique, c'est qu'en voyant les résultats de mon WAIS, ça ne ressemble pas du tout à de la douance. Les résultats au Québec ne sont exprimés qu'en rang centile, alors que je sais qu'en France et après avoir parcouru le forum, les données sont chiffrées. De surcroit, j'ai eu le droit à deux colonnes dans la fiche de résultats (histoire de compliquer la donne) avec une colonne intitulée "Performance en fonction de l'administration standardisée" et une seconde intitulée "performance lorsqu'on teste les limites basées sur les données brutes obtenues en fonction du meilleur item réussi (Pfeiffer, 2015)".
Les résultats ont été les suivants (première colonne - puis deuxième):

Echelle générale: 96eme rang centile - non interprétable
Indice d'habiletés générales: 97eme rang centile - 99.6eme rang centile
Indice de compréhension verbale: 99eme rang centile - 99.9eme rang centile
Indice de raisonnement perceptif: 86eme rang centile - 95eme rang centile
Indice de mémoire de travail: 82eme rang centile - non interprétable
Indice de vitesse de traitement: 85eme rang centile

le tableau est entouré de deux paragraphes. Le premier: Aussi, dans un contexte où l’on soupçonne une douance et des dyssynchronies, les ouvrages portant sur les meilleures pratiques dans l’évaluation de la douance recommande une approche comparative potentiel-performance (Reis, Baum et Burke, 2014). À ce titre, un testing de limites prenant en considération le dernier item réussi parfaitement (le plus difficile) est reconnu comme une méthode permettant l’estimation du potentiel intellectuel chez les individus présentant une douance associée à des dyssynchronies. Ceci s’avère particulièrement pertinent d’un point de vue clinique lorsqu’un individu présente des performances fluctuantes, c’est-à-dire une tendance à échouer des items faciles et réussir des items plus difficiles, comme c’est le cas chez M. Sputnik. Cette analyse complémentaire tend d’ailleurs à révéler de meilleures performances en fonction du meilleur item réussi comparativement à celles obtenues à l’administration standardisée.

Et le deuxième: Chez M. Sputnik, notre analyse clinique nous permet de retenir son résultat extrêmement élevé (99,6 e rang centile) à l’Indice d’Habiletés Générales (GAI)
du WAIS-IV et ce, avec la mesure des limites recommandée notamment par Pfeiffer (2015) et Silverman (2018), comme un représentant valide de son potentiel intellectuel.


Alors après tout ce gloubiboulga, la question (ou plutôt les questions) qui me ronge est: C'est bien gentil tout ça mais si on s'appuie sur le meilleur item le plus difficile réussi pour "diagnostiquer" quelqu'un de surdoué ( en l'occurrence moi), il va falloir élargir un peu la zone d'acceptation parce que ça va être légèrement (beaucoup) plus que 2% de la population qui va se retrouver dedans. Donc comment accorder du crédit à ce résultat alors que j'ai l'impression que la neuropsy a été bien gentille. Avez vous déjà vu ce genre de résultats? Et si vous en connaissez les tenants et les aboutissants, quelqu'un.e pourrait il m'expliquer ce qu'est l'approche comparative potentiel-performance (Reis, Baum et Burke, 2014)?

L'autre chose que je ne comprends absolument pas, c'est que lors de l'entretien, j'ai demandé à la neuropsy ce que ces rangs centile signifiait en terme de QI chiffré. Elle m'a donc répondu qu'il était interdit au Québec de donner un chiffre brut puisque ce chiffre n'est valable qu'à un instant T (et ça je trouve que c'est du sens commun) mais qu'elle pourrait me donner une fourchette.. Mon QI total , qui d'après elle n'a strictement aucun sens vu l'écart entre les différents indices, et le fait que suite a des commotions cérébrales importantes, dont une m'ayant laissé dans le coma, les indices de vitesse de traitement et de mémoire de travail ne sont pas pertinents, mon QI total, prenant en compte absolument tous les indices se situerait entre 127 et 137. et que si on considère mon GAI (ce qui lui semble être un meilleur indicateur de mon potentiel intellectuel), mon QI se situerait entre 137 et 147.
La encore une fois, je n'ai pas fait maths sup mais d'après les tableaux comparatifs que j'ai pu observé, 96e rang centile au QI total, ca fait 126-128, donc je comprends pas d’où vient le 137.
Et pour le GAI c'est la même chose, 97e rang centile, ca fait "que" 129-130, donc bien loin des 137-147 dont elle m'a parlé.
Ce qui est extrêmement frustrant et déconcertant, c'est que selon ce à quoi on se réfère, je passe de techniquement pas surdoué à 127, à THQI si on se réfère à l'extrême haut du GAI chiffré. Où et surtout comment me situer avec des informations contradictoires de la sorte?

Voilà la fin du pavé, merci à ceux qui l'ont lu en entier, et doublement merci par avance à ceux qui pourraient éclairer ma lanterne. Je sais que les premières réponses vont sûrement me dire "on est pas ton psy c'est à elle qu'il faut demander". Alors je le ferai très certainement, mais je voudrais savoir si certain.e.s d'entre vous ont des infos sur le pourquoi du comment (pourquoi certains indices et pas d'autres, pourquoi un tel écart entre rang centile et données chiffrées, etc..).

Merci merci merci et... merci de votre attention.

Roland
Messages : 131
Enregistré le : mer. 8 mai 2019 21:43
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 41

Re: Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Message par Roland » dim. 7 juil. 2019 23:29

Hors-sujet
Bonjour , j'ai lu avec attention ton " pavé" et je n'ai malheureusement pas les connaissances nécessaires pour t'aider à lever tes doutes et ne peut rien te dire si ce n'est d'insister auprès des praticiens afin qu'ils les levent. J'espere ne pas te décevoir par cette réponse de sens commun mais je tenais à de dire je t'ai lu.

Cordialement Roland

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 521
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Message par Fish » lun. 8 juil. 2019 10:41

Je ne suis pas psychologue non plus, mais il me semble que tu donnes toi-même des réponses à tes questions:
sputnik a écrit :si on s'appuie sur le meilleur item le plus difficile réussi pour "diagnostiquer" quelqu'un de surdoué, il va falloir élargir un peu la zone d'acceptation parce que ça va être légèrement (beaucoup) plus que 2% de la population qui va se retrouver dedans.
Mais le rapport que tu cites précise explicitement:
le psy a écrit :un testing de limites prenant en considération le dernier item réussi parfaitement (le plus difficile) est reconnu comme une méthode permettant l’estimation du potentiel intellectuel chez les individus présentant une douance associée à des dyssynchronies. Ceci s’avère particulièrement pertinent d’un point de vue clinique lorsqu’un individu présente des performances fluctuantes, c’est-à-dire une tendance à échouer des items faciles et réussir des items plus difficiles
La tendance de la très grande majorité de la population est de réussir les items les plus faciles puis d'échouer plus ou moins loin dans la progression. C'est beaucoup plus rare d'avoir l'inverse. Dans ce cas seulement, les auteurs de l'étude conseillent d'accepter que les "vraies" performances de l'individu sont celles des items difficiles qu'il a réussi.

Elle m'a donc répondu qu'il était interdit au Québec de donner un chiffre brut puisque ce chiffre n'est valable qu'à un instant T
La relation entre QI et percentile est purement mathématique. Ce sont deux manières d'exprimer rigoureusement la même chose. L'expression en percentile est tout aussi "temporaire" que l'expression en QI, et les deux sont encore rigoureusement équivalentes à exprimer une fréquence dans la population "1 sur XXX individus". L'explication donnée ne me semble pas avoir beaucoup de sens.
En revanche, l'expression en percentile évite l'effet "waouh" assez factice que peut présenter l'expression en fréquence (le "XXX" du "1 sur XXX individus" à tendance à exploser avec les hauts QI). L'expression en QI pose aussi soucis parce que les gens ont tendance à la voir comme une échelle linéaire. Genre si tu as 140 de QI tu es deux fois plus intelligent qu'un type à 70, ce qui est faux. L'expression en percentile est la moins chargée de fausses idées préconçues.

Pour passer du percentile au QI, la formule suivante doit être valable aussi bien dans LibreOffice (que j'ai) que dans Excel (que je n'ai pas):

=ARRONDI(LOI.NORMALE.INVERSE(96%;100;15);0)

Le "96%" est à remplacer par la valeur qu'on veut (en gardant bien le pourcentage).
Pour le test de Standford-binnet, le "15" est à remplacer par 16. Pour le Cattel, il faut remplacer par 24.

Si on fait les conversions de tes percentiles, on trouve des scores allant de 114 pour l'IMT à 146 pour la borne supérieure de l’intervalle de confiance sur l'ICV. Il n'y a rien de surprenant à ce que ton psy valide un profil HPI avec ce genre de score. D'autant plus que la définition de HPI est assez floue, certains psychologues se basant sur le QIT, d'autre acceptant de prendre en compte l'IAG en cas d"hétérogénéité, d'autres encore se contentant d'un seul indice au delà de 130 pour valider le profil HPI.
Dans tous les cas - et je me répète un peu - les membres de ce forum ne sont pas là pour confirmer ou infirmer le rapport du psy.

Avatar du membre
Traum
Messages : 517
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 32

Re: Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Message par Traum » lun. 8 juil. 2019 11:34

Bonjour Sputnik,

Tout d'abord, bienvenue parmi nous.
Les questionnements, remise en cause et en question(s) au lendemain du résultat d'un bilan psychologique ne sont pas rares. Tu trouveras sans doute ici et ailleurs des éléments de réponse, mais le meilleur remède à tes tourments émotionnels bien légitimes est sans doute le… temps.

J'ignore comment sont usuellement exprimés les résultats au Québec. En tout cas, les exprimer en rang percentile est une possibilité pour le psychologue. Ce n'est pas la plus pratiquée en France, pour ce que j'ai pu voir et entendre (mais bon, ma lorgnette n'est pas l'exact reflet des pratiques ;) ), mais c'est une possibilité. Certains psys préfèrent parce qu'ils trouvent ça plus clair.
Je ne connais pas la pratique utilisée par la psychologue qui t'a fait passer la WAIS-IV qui indique à donner les résultats selon deux colonnes. Pour le coup, si cela t'interroge, mieux vaut lui poser la question, elle devrait pouvoir te répondre. Un psychologue est toujours responsable des bilans qu'il fait et des conclusions qu'il en tire et qu'il restitue à ses patients / clients. De ce que j'en comprends, cette méthode permet une meilleure estimation des compétences d'un sujet lorsque l'on se trouve en présence de résultats hétérogènes / de dyssynchronies.

Il y a bien des critères pour identifier un haut potentiel intellectuel. (Ça ne se diagnostique pas, ce n'est pas une pathologie.) Si les résultats sont hétérogènes et que trancher devient plus difficile, on peut s'appuyer sur divers indices / arguments. Un indice qui peut être utile de considérer est l'Indice d'Aptitude Générale (IAG, que ta psy nomme GAI, qui est à mon sens l'acronyme en anglais). L'IAG permet de considérer un certain nombre de performances cognitives en dépouillant ces dernières des biais liés à la vitesse de traitement et à ma mémoire de travail.
Pour donner une comparaison, dont je ne me souviens plus si elle est fidèle à celle que j'avais reçu en formation, l'IMT et l'IVT seraient la puissance du moteur cérébral là où l'ICV et l'IRP désignaient la qualité des processus de raisonnement sous-jacents. On peut ainsi aller très vite, mais avoir des modes de raisonnement assez pauvres. Tandis que l'on peut raisonner avec une grande qualité mais perdre beaucoup de temps en route pour des tas de raisons (perfectionnisme, sensibilité au stress, trouble dys divers, etc.). L'IVT est même l'indice couramment le moins réussi chez les personnes HPI.

Sinon, l'hétérogénéité des résultats est plutôt la norme chez les personnes surdouées. (Cette phrase n'est pas parfaite, il y aurait beaucoup à en redire mais disons que d'après les abaques de la WAIS-IV, la plupart des profils de résultats obtenus lorsque l'on teste des personnes que l'on qualifie ensuite de surdouées sont hétérogènes. Il est souvent difficile de trouver des sujets qui sont très bons partout.)

Les intervalles qui t'ont été donnés correspondent aux intervalles de confiance à 90 ou 95 %, c'est-à-dire qu'il y a 90 % de chance (ou 95 % selon l'intervalle choisi) que ta note réelle se situe dans l'intervalle correspondant.

Sinon, à 127, on peut déjà potentiellement parler de douance selon le profil de résultats et selon la clinique de la passation.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

Sputnik
Messages : 6
Enregistré le : lun. 17 juin 2019 16:25
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Message par Sputnik » lun. 8 juil. 2019 16:53

Tout d'abord merci Roland, au moins je me suis senti écouté, et c'est déjà pas mal.

Fish, je te (je me permets le tutoiement) remercie également pour ta réponse qui a un peu conforté ce que la psy m'avait dit, je voudrais juste revenir sur quelques points que tu as soulevé.
Dans tous les cas - et je me répète un peu - les membres de ce forum ne sont pas là pour confirmer ou infirmer le rapport du psy.
Je n'ai bien évidemment jamais voulu que qui que ce soit confirme ou infirme le rapport que j'ai reçu. Tu as sûrement raison de le préciser au cas où, mais je voulais que ce soit clair. Comme beaucoup de monde, cette démarche de passer cette évaluation neuropsychologique a été entreprise dans pour m'apporter des réponses, et si les réponses sont confusantes, je cherche alors à les rendre plus intelligibles pour que je puisse les "digérer" tranquillement.
D'autant plus que la définition de HPI est assez floue, certains psychologues se basant sur le QIT, d'autre acceptant de prendre en compte l'IAG en cas d"hétérogénéité, d'autres encore se contentant d'un seul indice au delà de 130 pour valider le profil HPI.
Oui alors ça j'en ai parlé avec la psy lors de la restitution, et voici les arguments qu'elle m'a avancés: Le GAI (Global Abilities Index), est pour beaucoup de praticiens (en tout cas en Amérique du Nord) le critère qui est le plus déterminant, puisqu'elle m'expliquait que pour les adultes, les indices de mémoire de travail et de vitesse de travail sont les plus sujets à changements. Ils sont par exemple fortement "entraînables". Elle me parlait d'études qui ont montré qu'en l'espace de quelques semaines, des sujets avaient franchement augmenté leurs scores généraux en augmentant les indices IMT et IVT (par une sorte d'entraînement) alors que ce n'est quasiment pas le cas pour les indices qui composent le GAI.
Elle m'a d'ailleurs dit que sur le WISC 5 (à confirmer) qui est sorti il y a peu de temps, le score retenu n'est plus l'échelle globale mais le GAI. Ils attendent de voir ce qu'il va en être sur le WAIS 5 je crois...
La tendance de la très grande majorité de la population est de réussir les items les plus faciles puis d'échouer plus ou moins loin dans la progression. C'est beaucoup plus rare d'avoir l'inverse. Dans ce cas seulement, les auteurs de l'étude conseillent d'accepter que les "vraies" performances de l'individu sont celles des items difficiles qu'il a réussi.
Voilà une info qui m'interresse grandement (les autres aussi hein :D ). La psy m'a en effet dit que c'était arrivé sur beaucoup des sous tests, que j'avais tendance à avoir le cerveau qui ronronnait sur les tâches "faciles" et qu'il avait tendance à se réveiller et se mettre en branle lorsqu'il considérait qu'il était suffisamment "Challengé", et que, comme tu le confirmes, c'était assez rare. le fait d'écrire ces phrases je me rappelle d'ailleurs d'un commentaire qu'elle m'a fait qui expliquerait en partie pourquoi il y a une telle différence entre les résultats de mon tableau et les chiffres qu'elle m'a donnés.
J'aurais apparemment poussé au bout absolument tous les exercices, alors qu'elle m'expliquait que beaucoup de personnes vont réussir les deux premiers, avoir de la difficulté à finir le 3eme puis échouer le suivant et que donc le test s'arrête là, alors qu'elle a bien insisté sur le fait que je suis allé au bout de chaque test et sous test, et que ça "rapporte" plus de points pour l'évaluation finale (à confirmer avec des experts du WAIS?).

Traum, à ton tour maintenant ;)
Merci déjà pour ta réponse et ton soutien dans ces moments difficiles :D .
J'ai en effet cru comprendre que pour beaucoup de personnes dont les résultats sont assez difficiles à expliquer, le processus semble être un peu plus long. Et là je rentre dans des détails plus philosophiques que techniques mais j'ai, comme beaucoup, l'impression d"usurper ce titre" de HPI, il va sûrement falloir que je m'y fasse et comme tu le dis justement, ça risque de prendre du temps.

Merci à vous pour vos réponses et le temps passé à me répondre.

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 521
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Compte rendu WAIS (Québec) qui me laisse perplexe

Message par Fish » lun. 8 juil. 2019 17:14

Pour préciser un peu les choses: il y a des subtests pour lesquels il n'y a pas de progression de difficulté, comme par exemple "Information". La performance de l'individu est évaluée par l'extensivité de son champ de connaissance, mais chaque question n'est pas plus difficile qu'une autre. Pour ces subtests, on pourrait poser les questions dans n'importe quel ordre.
Et puis il y a des subtests dont la difficulté est croissante, comme les matrices, les similitudes, les tests de mémoire, les puzzles etc. Pour ces tests, l'ordre est important. L'accroissement de la difficulté est validé lors de l'étalonnage: le test est pratiqué sur un échantillon représentatif de la population. La fait que la difficulté soit croissante pour la plupart des gens n'est pas qu'une hypothèse - même si la construction du test repose au départ sur une certaine intuition - mais une certitude. Les cas de cerveaux qui restent en veille tant que la difficulté n'est pas challenging sont forcément rares, sinon ça se verrait à l'étalonnage.
La stratégie consistant mettre de coté les tests faciles ratés reste un cas très particulier, et on ne verrait pas exploser le nombre de surdoués en appliquant cette stratégie de manière générique. La plupart des gens va être capable de répondre aux premières questions, puis sécher à partir d'un certain seuil, et seront incapables de répondre à aucune des questions suivantes.

Répondre