A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Répondre
Avatar du membre
Nébulive Sakura
Messages : 56
Enregistré le : sam. 22 août 2020 13:59
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10812
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Localisation : Bruxelles
Âge : 47

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Nébulive Sakura »

Chris De Nice a écrit :
mar. 25 août 2020 13:28
Oui je comprend, ça me fait un peu ça. Mais c'est un peu un problème de riche, ça doit pas être la même chose qu'être à 129. Là, le doute doit assaillir méchant, alors qu'honnêtement, si ça s'arrêtait à ça. Juste pour une histoire de seuil, forcément arbitraire dans la description d"un fonctionnement.
Oui, je sais que je suis à Haut Potentiel. Au moins, c'est déjà une certitude (même si le syndrome de l'imposteur pointe encore régulièrement le bout de son nez).
Avec du recul, je me dis que je devrai peut-être écouter et apprécier le fait que la psy m'ait dit que j'étais THQI. Je ne dois pas m'arrêter à un point que j'aurai certainement eu si je n'avais pas eu un traitement lourd pour soigner mes traumatismes et ma dépression.

Faire un peu confiance un peu à la psychologue serait peut être positif. :-)
" Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous croyez entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous croyez comprendre, ce que vous comprenez. Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même... " Bernard Werber

Avatar du membre
choueps
Messages : 6
Enregistré le : mer. 24 avr. 2019 02:39
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par choueps »

Bonjour

Je viens également de passer mon test après un an à hésiter. Ce qui m'a décidé est autant le fait que si je n'avais pas "lâché" l'hypothèse c'est qu'il devait y avoir à creuser, que le fait que si je commence à m'y identifier sérieusement il fallait avoir un VRAI résultat afin de confirmer ou invalider et ne pas continuer se construire en auto-diagnostic.
(Puis ça fait du bien de venir vous le raconter, parce que j'ai personne avec qui le debrieffer...).

Moi je l'ai pas si bien vécu contrairement à d'autre.
J'y ai mis beaucoup trop d'enjeu, comme si ma vie se jouait, clairement. Du coup au lieu de le voir comme une chance de se connaitre je l'ai clairement vécu comme un test scolaire ou il FAUT le score sinon je vais devoir affronter ma honte et tout le "pour qui tu te prends". C'est dommage, mais finalement ça me parle aussi beaucoup de moi la dedans...
Je tiens à dire que j'ai super apprécié le contact avec la psy qui m'a fait le test, très positive, j'ai ressenti beaucoup de bienveillance de patience lors de la passation. Elle a également été super à l'écoute de mes états, m'encourageant à aller marcher un peu ou faire un exercice de respiration lorsque je paniquais. Bref, super.
Du coup je l'ai passé en 2 fois et TANT mieux. Car la première séance j'étais tellement terrorisée d'être une imposture que j'ai passé la première heure en crise d'angoisse et pleurs, impossible de redescendre et de commencer le test. Il aura fallu beaucoup de patience et de bienveillance de sa part pour finalement que je revienne en état stressé, mais capable de commencer. Elle m'a laissé le choix de reporter ou non.

Je ne connaissais pas les exercices prévu au WAIS donc pas d'appréhension. En désordre mémoire des chiffres vocabulaire, similitude, cube: bien. Elle me dit que ça s'est super bien passé (malgré les temps long 1min30 au dernier cube).
-Seconde partie une semaine plus tard. Là j'avais cherché le nom des subtests (genre ok ça va être du visuo-spatial et du calcul mental) et... franchement? Piiiiiiiiiiiiire erreur. Je me suis convaincue que j'en étais incapable. Je conseille bien fort de ne même pas regarder de quoi se composent les indices avant d'y aller parce qu'au final: pas d'info, pas d'appréhension.
Mes deux faiblesses sont chronométrées. Je vis tout ça en grosse panique, et attitude de renoncement-abandon:
-Arithmétique, l'horreur, le chrono me panique, je n'arrive à faire aucun calcul même si le raisonnement est bon. On va jusqu'au bout du subtest mais je pense avoir 3-4 fautes. Je me démoralise, je chouine un peu, je reste bloqué sur cet échec pendant 10min après la fin du subtest.
-Puzzle visuel, ça a toujours été une faiblesse et une raison pour laquelle je voulais pas me faire tester... alors en 30 seconde, avec l'enjeu personnel que j'y mettais...un désastre. J'ai du clairement dépasser le temps à chaque fois et je trouve ça super difficile dès le 3ème item. J'ai du réussir 50% max.
-Code et symbole, tout le monde critique en mode "aucun intérêt" mais franchement moi j'ai trouvé ça super fun d'essayer d'aller vite ! En plus ça faisait du bien une coupure intellectuelle. Impossible de se jauger.

Dernier item, culture générale et je passe mon temps à chouiner et me plaindre (Un bon gros 5 fautes je pense). Je ne suis VRAIMENT pas fière de moi, j'ai été super immature, je me suis déresponsabilisée complètement de ça genre " oui mais aussi j'aimais pas ça la physique à l'école" je pense que ça a du être très désagréable en face mais la psy est restée super pro et agréable. Bref, pas un beau spectacle, j'ai honte, mais je la remercie. On finit tout ça avec elle qui me dit que ça va aller, qu'il y a de belles forces la-dedans et quelques défis.
J'ai la certitude d'en avoir BIEN réussi 4 (plafond mémoire des chiffres je penserai), absolument COULÉ 3 (un dans chaque indice finalement IMT, ICV, IRP), et pas la moindre idée de mon IVT.

Au final, ma passation s'est faite dans de belles conditions et j'en suis reconnaissante. J'ai trouvé le test accessible dans mes forces et impossible dans mes faiblesses (bien réparties dans chaque indice hahaha). Je pensais que le plus dur serait de passer par dessus la "honte" de s'être présenter à un test HP quand on ne l'est pas (non j'ai pas mon bilan, juste auto-évaluation et un gros feeling) mais mon plus gros remord sera finalement ma propre attitude dans cette passation. Il m'aura fallu quelques jours pour dezoomer et reconnaitre que ce test, même s'il ne s'est pas passé comme MOI JE VEUX est quand même très représentatif de mes forces/faiblesses. Je ne sais pas ce que j'apprendrais sur moi au bilan mais en attendant j'en ai beaucoup appris sur ma façon d'être dans un cas de stress extrême et du travail sur moi.

Je n'ai pas survolé ce test comme certains en mode "ça mesure qqch ça au moins?". Les items ou ça s'est très bien passé (similitude ou mémoire des chiffres je pense par exemple) ça m'a QUAND même demandé mon maximum, je ne me suis jamais baladée. Du coup je me sens un peu bizarre comme si "tout se joue à un fil" ou "tout se joue sur l'IMT", je sais que si je suis Diag+ (mais je doute bien fort que ça soit suffisant) ça sera juuuuste sur la limite.

J'hésite un peu à écrire à ma psy juste pour m'excuser de l'attitude ou attendre le bilan dans un mois?
Merci à ceux qui auront pris le temps de me lire :), j'ai essayé de ne pas trop mettre l'accent sur chaque test mais plus la passation générale.

Différente
Messages : 306
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?t=7780]C'est ici ![/url]
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 32

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par Différente »

choueps a écrit :
sam. 12 sept. 2020 02:44
Je conseille bien fort de ne même pas regarder de quoi se composent les indices avant d'y aller parce qu'au final: pas d'info, pas d'appréhension.
Cela dépend de chacun, c’était tout l’inverse pour moi, savoir ce qui m’attendait, nom et principe succinct des subtests, et lesquels étaient chronométrés m’a permis de passer le test plus sereinement. Pas dans le sens « je vais tout réussir » mais « je sais où je vais avoir des difficultés et là où je vais m’amuser » donc je savais à quoi m’attendre.

choueps a écrit :
sam. 12 sept. 2020 02:44
J'ai la certitude d'en avoir BIEN réussi 4 (plafond mémoire des chiffres je penserai), absolument COULÉ 3 (un dans chaque indice finalement IMT, ICV, IRP), et pas la moindre idée de mon IVT.
Parfois on pense ne pas avoir réussi un subtest et ce n’est pas le cas donc ne t’inquiète pas.

choueps a écrit :
sam. 12 sept. 2020 02:44
Je n'ai pas survolé ce test comme certains en mode "ça mesure qqch ça au moins?".
J’ai personnellement jamais compris (dans le vrai sens du terme, aucun mépris de ma part) les personnes qui disent avoir survolé le test car pour moi cela revient à dire qu’ils n’auraient eu aucune difficulté et par conséquent qu’ils devraient avoir bon à tout or je ne pense pas qu’il y ai beaucoup de membre ayant plafonné à presque tous les subtests...

Si cela peut te rassurer je me suis donnée à fond tout le temps, j’étais épuisée. Je n’ai pas du tout « survolé le test » pourtant je suis HQI avec « beaucoup de THQI » pour reprendre les mots d’une neuropsychologue.

L’attente est difficile à gérer mais garde en tête que la WAIS ne change rien en qui tu es, et peu importe les résultats. Tu as eu la force de te confronter à toi même c’est déjà beaucoup.

Plein de courage
HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 13241
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Bilan +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Message par TourneLune »

Cette histoire de survol c'est sans doute lié à ton vécu. Ayant fait une prépa et ayant été bien entraînée pour les concours, j'ai trouvé ça facile et bien moins fatiguant que la majorité de ce que j'avais fait pendant mes études. Ça ne veut pas dire ne faire aucune erreur mais la majorité des questions sont faciles avant d'arriver aux difficiles, c'est logique vu la construction du test (et ça ne veut pas dire qu'on ne s'est pas planté aux faciles )
Je pense que ça dépend aussi de la concentration et l'enjeu qu'on y met, on peut très bien souffrir de répondre à des questions faciles si on se met suffisamment la pression 😄
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Répondre