La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?
Répondre
Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 635
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9657
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : en haut de la tour Eiffel, juste à côté.
Âge : 40

La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Bulle d'o » dim. 10 mars 2019 18:34

Pour ne pas réaliser un sujet dans une présentation (ô pardon), je lance ici le débat sur ce thème.

Je reprends quelques éléments d'interrogations ayant menés à cela.

Pour résumer : (échange : Bulle d'o, Enufsed, Swinn)
B.O. : "Moi qui n'ai pas un temps inouï depuis mon test, j'arrive pas à en voir le côté "réel" de cette "fameuse intelligence" , sentant toujours bien des gens plus "perspicaces", "pertinents" et en définitive "intelligents" que je ne me sens être.
Par contre, je relativise en regardant le fait qu'on m'ait pointé mon "perfectionnisme". Et ainsi donc cela explique en partie pourquoi je reste dans une recherche de "toujours plus"."

Serait-ce là finalement le fléau de l'intelligence, ne pas pouvoir se reconnaître du fait du "trop"... Le mieux étant l'ennemi du bien?

E. : "je crois que c'est l'écueil fondamental de l'interprétation de ce test, nous cherchons par un réflexe aussi vieux que notre linguistique à cristalliser la douance en un animal qu'on appelle le surdoué.
Rien que la notion de "pertinence" : on peut la comprendre dans le sens d'une compétence, souvent en vertu d'une connaissance et d'une maîtrise préalables. Et à l'inverse on sacralise de plus en plus "l'impertinence" comme signe d'intelligence, le surdoué serait celui qui sort du cadre, le fameux qui propose des solutions auxquelles personne n'avait pensé, une sorte de singe qui saute sur les branches de son fameux arbre mental chercher la banane de la connaissance.

D'ailleurs pour synthétiser tes propos, ne pourrait-on pas dire qu'être intelligent c'est avoir la perspicacité de reconnaître qu'en général on n'est pas pertinent ?"


S. : "Je ne suis pas sûr que la culture rend pertinent, cela peut rendre savant. Je pense qu’il y a plus important que la culture en soi : la capacité d’archivage et l’aptitude au traitement de l’information que tu possèdes.
Pour ma part, moi qui ne suis absolument pas cultivé au niveau universitaire, encyclopédique, populaire....le peu d’infos que je possède je le possède bien et je sais bien l’utiliser. En ce sens, je n’ai pas beaucoup de réponses ni de pertinence comme tu le dis à donner de belles réponses, mais au moins, le peu que je connais en plus d’un tout petit peu d’intelligence me permet de poser les bonnes questions, ce qui je trouve n’est pas si mal."

E. : "La pertinence comme la perspicacité sont des appréciations éminemment subjectives. On y met tellement de soi dans ces jugements. Ce ne sont pas des mesures de l'intelligence. Ce qui importe alors c'est de savoir ce que l'expression "je le/la trouve (plus) pertinent (que moi)" dit de nous quand nous l'utilisons.
Pour la culture je rejoins Swinn : avoir réponse à tout ne signifie pas qu'on sache en faire quelque chose."

La culture rend elle donc savant ou pertinent? Est ce lié à sa propre objectivité?

B.O. : "Je sais bien que tout ça est subjectif mais mon sentiment d'imposture est là, pas du côté du HP. Mais depuis longtemps, alors que j'ai un bagage universitaire, que je sais explorer tant de choses en partant d'un détail et en apportant une analyse assez juste sur le vivant : de la plante à l'animal-homme et ben, je me sens "con" car j'ai une culture que je trouve pauvre!
Après, tout ce que je lis, je le retiens, pas dans du par coeur mais parce que ça fait sens et du coup, plus je lis, plus je deviens cultivée et plus, surtout, je suis à même de m'en servir comme d'une boîte à outil mais, je lis peu.

Mais avec ce perfectionnisme : Jamais satisfaite. Constamment l'impression de devoir faire plus!
Jamais réussi à être pleinement confiante et ça a des incidences sur beaucoup de choses dont "toucher le plafond de verre de l'autre" (voire de vair) en contexte de travail."

Ce qui reviendrait à dire que la perspicacité et la pertinence serait aussi un construit dans le lien à l'autre, outre le regard subjectif sur soi? Et le perfectionnisme pourrait il flouter cela?


E. : "Le sujet mériterait peut-être un topic même si on est au croisement de plein de problématiques. La question de la pertinence n'est pas bien-sûr que liée à l'histoire de culture générale ou de regard sur soi.
ça m'est revenu ce matin, en voyant des étudiants de ma promo parler sur le groupe whatsapp de leurs devoirs qui semblaient être riches d'un gros travail et d'une recherche poussée. Pourtant, l'an passé mes résultats étaient meilleurs que les leurs, et en suivant leurs propos je repère des choses qui me choquent dans leur compréhension des sujets, limite hors-sujet ou parfois péchant par excès de fourre-tout. Et là je me dis qu'il y a problème de pertinence alors que visiblement le travail documentaire en amont est considérable et supérieur au mien."

Donc, si je résume,
La pertinence et la perspicacité est- elle en lien avec l'intelligence?
La connaissance, la culture (dans le sens générale) et le savoir sont ils constitutifs de cette pertinence?
L'impertinence serait-elle un des traits observés qualifiant l'intelligence singulière des "doués"?
La question de pertinence et de perspicacité est -elle toujours liée à la subjectivité que l'on met dessus?
Et enfin, le perfectionnisme comme trait d'exploration du savoir et de la connaissance, allié à l'utilisation de l'intelligence, peut il apparaître comme un frein dans l'exposé qui en est fait dans un contexte social? (dont le travail par sa codification sociale imposée...)

Si vous voulez rebondir sur tout cela.... à votre bon cœur....

Avatar du membre
enufsed
Messages : 1051
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : La Mort Dorée
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Dans mon Mortbillard, sous une pile de livres
Âge : 44

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par enufsed » dim. 10 mars 2019 20:15

Préalablement à toute discussion il y a nécessité de se mettre d'accord sur les termes. Nous ne pouvons certes pas nous lancer dans des analyses lexicales complexes mais ici le sujet convoque beaucoup de concepts : connaissance, pertinence, culture, perspicacité.
Souvent le problème naît du hiatus inexprimé entre les interlocuteurs, nous entamons une discussion alors que nous ne sommes pas d'accord sur les concepts manipulés.

Je considère ici synonymes connaissance et savoir. Culture générale est une forme de connaissance (c'est-à-dire domaine qui concerne le vrai et dont les assertions possèdent des valeurs de vérité : infirmation / vérification des énoncés) mais dans le sens commun d'une connaissance plus versatile et superficielle : on connaît les rois de France sans pour autant être en mesure de produire un discours solide sur la monarchie française et la construction de la nation etc. etc.
Perspicacité : je pense à Sherlock Homes ou l'inspecteur Maigret. La capacité de proposer une réponse juste sans avoir en sa possession les éléments de connaissance nécessaire (ce qui la rapproche de l'intuition)
Pertinence : fournir la bonne proposition dans le cadre d'une problématique complexe. J'y vois une forme d'efficacité intellectuelle.
impertinence : n'est pas antinomique avec pertinence, mais c'est plutôt la capacité à faire des pas de côté, fournir des propositions hors des limites qui peuvent s'avérer pertinentes.
Perfectionnisme : désir ou inclination à épuiser tous les aspects d'un sujet pour ne pas produire des énoncés faux, hors de propos ou n'ayant pas de pertinence. On pourrait considérer une opposition entre perfectionnisme et pragmatisme / perfectionnisme et dilettantisme sans pour autant établir de synonymie entre dilettantisme et pragmatisme (non je ne fais pas de politique !)

Do we have a deal ?

Avatar du membre
Bulle d'o
Messages : 635
Enregistré le : sam. 3 nov. 2018 01:10
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9657
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : en haut de la tour Eiffel, juste à côté.
Âge : 40

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Bulle d'o » dim. 10 mars 2019 22:16

Deal!

En ligne
Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 485
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Fish » dim. 10 mars 2019 23:01

Sur la notion d'efficience, un travail conséquent n'est pas forcément synonyme de pertinence. Mon expérience personnelle en entreprise me suggère que ça peut même être l'inverse: des gens compensent le manque de maîtrise d’un sujet par un travail acharné bien que totalement inutile. L'idée est plutôt de se défausser en disant "si jamais ça merde à la fin (ce qui est possible vu que le sujet n'est pas maîtrisé), on ne pourra pas dire que j'ai rien foutu". Le volume de travail n'est pas destiné à acquérir des connaissances ou des méthodes, seulement à maintenir une image de bosseur auprès des collègues ou de la hiérarchie.

Avatar du membre
Jahroo
Messages : 326
Enregistré le : lun. 24 déc. 2018 09:45
Présentation : Salutation!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ici et ailleurs
Âge : 41

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Jahroo » lun. 11 mars 2019 01:49

enufsed a écrit :
dim. 10 mars 2019 20:15
impertinence : n'est pas antinomique avec pertinence, mais c'est plutôt la capacité à faire des pas de côté, fournir des propositions hors des limites qui peuvent s'avérer pertinentes.
Je suis d'accord sur la première partie mais la seconde m'interroge un peu plus.
La capacité à faire des pas de côté c'est l'aptitude à pouvoir changer son regard, à faire évoluer le cadre de référence en le redéfinissant par au moins 1 nouvelle dimension (qui n'était pas visible par l'angle de départ) afin d'offrir une analyse innovante. Cela peut perturber ceux qui s'accrochent au référentiel initial et effectivement leur paraître parfois arrogant (selon leur capacité à le remettre en question). Je conçois aussi qu'une attitude provocante puisse éventuellement être recherchée mais j'ai du mal à réduire l'intention qui anime ce changement de perspective à seulement de l'impertinence. Après j'avoue ne pas réussir a trouver le terme adapté à cette capacité (divergence ne me plait pas plus) et je pars peut-être aussi d'une définition erronée d'"impertinence" auquel cas je te prie de bien vouloir me repréciser ce terme enufsed.
"J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle." J.Mazarin

dani
Messages : 813
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par dani » lun. 11 mars 2019 09:17

C'est passionnant, merci pour avoir posé ainsi ce questionnement. Bel os à ronger

Les pistes que j'aimerais pouvoir documenter sur la base de mon intuition sont, si je reprends ton résumé :

La pertinence et la perspicacité est- elle en lien avec l'intelligence?

Ben forcément, comme pour tout. Mais c'est quoi l'intelligence déjà ? Mon intuition est que l'intelligence (en termes de capacités cognitives essentiellement) est essentielle mais ne suffit pas pour être réellement pertinent et perspicace. Je suis dans un milieu avec pas mal de chercheurs (à priori leur niveau intellectuel est donc plutôt élevé, ils ont un doctorat ou au moins un niveau master). Ils sont donc une population qui devrait être particulièrement pertinente et perspicace. Et ils le sont, pour leur propre sujet de recherche. Beaucoup moins pour d'autres sujets ou thématiques, surtout si ils sentent en concurrence avec d'autres chercheurs ou si ils sont très susceptibles. Dans cette histoire, je pense donc que la personnalité et la gestion des émotions, l'estime de soi etc .. joue aussi un rôle majeur. ça me fait penser à un article que j'avais vu passer, je vais tenter de retrouver cela.

La connaissance, la culture (dans le sens générale) et le savoir sont ils constitutifs de cette pertinence?

Constitutifs, je ne sais pas pas. Je ne pense pas, comme le relève Swinn plus haut il n'y a pas besoin d'avoir une culture générale étendue pour avoir une réflexion pertinente et perspicace. Par contre c'est une force supplémentaire je pense. Ma culture générale à moi est très lacunaire, et j'en souffre dans certaines de mes réflexions du moment qu'elles sortent de mon champ d'intérêt habituel. Sinon, mon raisonnement est identique au point précédent : pour moi la personnalité, son propre développement personnel joue probablement un rôle important dans l'usage perspicace de ces connaissances. J'ai hâte de savoir si il y a de la littérature à ce sujet.

L'impertinence serait-elle un des traits observés qualifiant l'intelligence singulière des "doués" ?

Bof, je ne suis pas convaincue du tout que ce soit en rapport avec la douance. Certains surdoués diagnostiqués de ma connaissance sont soit très impertinents, soit au contraire très inquiets de blesser autrui et sont au contraire très réservés dans leur propos. Je verrais plus un lien avec la personnalité ici aussi. Ou autre chose (le TADAH ?). Là aussi j'ai vu passer une réflexion là dessus, faut que je retrouve cela.

Je m'arrête là même si les autres questionnements sont passionnants aussi, suis en retard, je fileeeeeeeee !
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)

Avatar du membre
enufsed
Messages : 1051
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : La Mort Dorée
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Dans mon Mortbillard, sous une pile de livres
Âge : 44

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par enufsed » lun. 11 mars 2019 10:05

Sur la notion d'impertinence je n'entendais pas épuiser le champ sémantique du concept : je fais bien la distinction entre l'impertinence dite morale ou sociale qui va être vécue comme un manque de respect par l'interlocuteur, c'est l'acception courante et une impertinence intellectuelle que je voulais différencier d'une absence de pertinence (ce que signifiait autrefois impertinence d'ailleurs, mais c'est un usage vieilli). Dans les deux cas on peut penser à une attitude qui ne respecte pas les règles et les codes mais dans le champ intellectuel cela peut aboutir à du nouveau (c'est un irrespect créateur) : on peut considérer que Du Bellay et les poètes de la Pléiade ont eu l'impertinence de défendre la poésie en langue française, ou que Kandinsky (et d'autres à la même époque) ont eu l'impertinence de s'affranchir du mimétisme et des modèles réels.

Avatar du membre
blue hedgehog
Messages : 322
Enregistré le : jeu. 5 juil. 2018 13:53
Présentation : Coucou
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : B-Lux
Âge : 38

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par blue hedgehog » lun. 11 mars 2019 11:02

Mon petit grain de sel:
Ma culture générale est très lacunaire, surtout dans certains domaines comme le cinéma, la musique française, les stars et starlettes, la poésie, la psycho etc.
Donc pour certains sujets de ce forum, je suis hors course comme par exemple "jouons avec les images de films / avec les chansons", pourtant quand je vois ce qui est posté, je peux y associer des observations, déductions, impressions etc. qui seront pertinentes. Plusieurs personnes de mon entourage me disent que je vois tout/ j'entends tout, moi j'appelle ça l'observation. Pour moi l'observation n'est pas liée à l'intelligence, mais l'étape suivante celle qui se passe en moi souvent même sans que ce soit tout à fait conscient, je parle de l'analyse et de la synthèse des observations donc en bref les déductions sont, selon moi, des processus liés à l'intelligence. Après c'est encore l'intelligence qui décidera quelles sont les informations pertinentes à retenir et quelles sont les informations secondaires moins utiles ou inutiles. Certains diront donc que je suis perspicace.
Quand Enufsed décrit l'impertinence comme une pensée hors-cadre, moi je me dis que mon cerveau a bien pris en compte ce qui est pertinent pour lui mais qui sera sans-doute impertinent pour les autres. Donc finalement, la pertinence dépendrait, selon moi, totalement du référentiel.
Petit exemple du quotidien: Ma belle-mère m'appelle pour me demander de venir chez elle parce que sa machine à café ne fonctionne plus. Je lui demande pourquoi elle me demande à moi et le me répond "parce que toi tu sais toujours réparer" (pas du tout la pression hein ;)). En plus non, je ne "sais" pas, je ne connais pas sa machine, ni ce genre de machines en général, j'aime pas le café enfin c'est pas mon truc quoi! Mais voilà, je regarde le bidule (j'ai pas de mode d'emploi parce qu'elle ne le retrouve pas), je touche , j'observe, je déduis et je remets la machine en route après 10 minutes (après avoir décoincé un joint de soupape). Elle est toute contente, moi moins parce que mes mains sentent le café même après les avoir lavées. Elle me dit qu'elle n'avait pas trouvé d'ou venait la panne et que mon beau-frère lui aussi présent n'avait rien su faire non plus. Dans les situations comme ça je me dis que ce n'est pas possible, qu'ils font preuve de mauvaise volonté mais à bien les observer non, ils voulaient vraiment "réparer" la machine... Alors faut-il conclure que j'ai eu de la chance d'avoir trouvé, ou que le processus cognitif était plus pertinent ou même efficace? :honte:
Parce que en somme, ne peut-on pas dire que la pertinence amène l'efficacité?

Allez là dessus,je vais aller reposer mon :neuns:
Une bougie offre sa lumière aux alentours, pendant qu'elle se consume. (Proverbe chinois)

En ligne
Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 485
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Fish » lun. 11 mars 2019 12:45

Après j'avoue ne pas réussir a trouver le terme adapté à cette capacité
Ne serait-ce pas de l'anticonformisme ? Mon ressenti est que l'impertinence est toujours négative. Ce n'est peut-être plus de l'absence de pertinence, mais cela inclut toujours une forme de futilité. L'anticonformisme peut être positif ou négatif, selon l'intention de l'auteur. Il peut être un reproche de ne pas suivre les bonnes règles tacites, ou au contraire être un objectif, comme dans l'art ou lors d'une séance de brainstorming.
Pour moi l'observation n'est pas liée à l'intelligence, mais l'étape suivante celle qui se passe en moi souvent même sans que ce soit tout à fait conscient, je parle de l'analyse et de la synthèse des observations donc en bref les déductions sont, selon moi, des processus liés à l'intelligence.
La capacité à observer ce qu'on a vraiment devant soi, et pas seulement la partie qui nous intéresse dans le cadre d'une démarche intellectuelle en cours, est l'une des grandes qualités d'un chercheur. Un exemple typique est la découverte fortuite des rayons X par Roentgen alors qu'il menait des expériences qui n'avaient aucun rapport.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wilhelm_R%C3%B6ntgen

Quand je faisais du tests et de la validation, je dirais à la louche qu'un quart des bugs que je trouvais n'étaient pas ceux spécifiquement recherchés par les tests. Un testeur qui négligerait de répertorier ces bugs au motif que "ce n'est pas l'objectif de la procédure qu'il est en train de suivre" serait un bien piètre testeur.

Il s'agit d'une capacité à mettre en pause le but que l'on suit et à s'étonner d’événements inattendus, une forme de curiosité, qui a peut-être plus à voir avec la créativité (ou la divergence) qu'avec l'intelligence au sens "résolution de problèmes". Mais je suis d'accord que cette curiosité permet d'autant plus d'apporter de bonnes solutions. Ca me semble lié aussi au "biais de confirmation", bien connu en psychologie et en sûreté de fonctionnement.

dani
Messages : 813
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par dani » lun. 11 mars 2019 13:22

Ok, merci des précisions Enfused, j'ai rédigé mon post à l'arrache sans lire attentivement tes définitions des termes utilisés sur ce fil.

Contrairement à Fish, l'impertinence pour moi n'est pas forcément négative (mais elle peut être aussi juste le signe d'un comportement très impulsif, c'est pour cela que je faisais le lien avec le TDAH), mais elle a impérativement une visée sociale, à savoir bousculer des idées reçues (je pense aux sketchs de Blanche Gardin : si justes, lucides et si impertinents, ce qui fait justement leur force).

L'anticonformisme est une attitude qui peut être plus personnelle, moins visible socialement sans forcément viser à remettre publiquement en question des valeurs de société (pour éviter l'affrontement). L'anticonformisme est alors vécu de manière "privée", juste pour être en accord avec soi-même.

Mais les surdoués ne sont de loin pas tous anticonformistes non plus. Ou disons, cela dépend peut-être de leur étape de vie. Je vois évoluer plusieurs surdoués depuis leur naissance, et il me semble observer chez eux comme un processus : ils sont tous anticonformistes, mais de manière d'abord très "innocente" (leur logique implacable les amène depuis petit à des analyses très lucides du fonctionnement du monde et de la société, ils ne comprennent vraiment pas pourquoi les adultes ont des attitudes totalement anti productives (relationnellement, avec leur environnement etc..), mais soit ils s'éteignent (pour s'adapter à un milieu familial très sensible au jugement social et conformiste par "nécessité") soit ils ont un environnement qui non seulement tolère leurs particularités mais les nourrit (ce qui est à risque aussi de les faire glisser dans un fonctionnement qui serait socialement conforme à ce que l'on attend d'eux... donc un anticonformisme qui n'en n'est plus vraiment un !).

L'anticonformisme conscient et assumé peut mener à l'impertinence ou en tout cas à un affrontement social (par l'art, les médias, la politique etc.) qui, il me semble, n'est possible que quand certaines étapes de développement sont atteintes, selon le modèle de Dabrowski viewtopic.php?f=53&t=585 . Donc, pour moi, je reste convaincue que l'intelligence n'est pas seule en jeu dans vos questionnements mais que la personnalité, le développement personnel (et donc aussi émotionnel) sont des données à prendre nécessairement en compte aussi.

Maintenant, je ne suis pas certaine que cela ne concerne que les surdoués et cela reste un raisonnement tout à fait personnel :think:
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)

Avatar du membre
Jahroo
Messages : 326
Enregistré le : lun. 24 déc. 2018 09:45
Présentation : Salutation!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Ici et ailleurs
Âge : 41

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Jahroo » lun. 11 mars 2019 14:36

@enufsed
Merci pour ton éclairage sur la notion d'impertinence intellectuelle. Je la comprend comme une pensée qui ne serait à priori pas académique ou culturellement reconnue (du moins dans l'immédiat). J'ai tout de même encore du mal à la différencier d'un jugement de valeur. Si tu as des liens pour m'aider à cheminer sur ce concept ça m'interresse.

@Fish
Anticonformisme s'en rapproche effectivement mais il a le gros inconvénient de posséder le préfixe "anti". Comme je suis un adepte de l'origami capillaire (voilà ça c'est dit si vous ne l'aviez pas remarqué), je trouve que definir un concept par opposition à un autre les enferme toujours dans une dynamique manichéenne et empêche finalement de se détacher des contraintes liées au cadre (l'attention est même focalisée dessus).

Non, pour moi la capacité à faire ce pas de côté nécessite de vraiment pouvoir penser différemment afin d'apporter des nuances de couleurs qui se distinguent du noir et du blanc. Si je devais mettre un mot sur mon idée je parlerai sans doute d'alter-optasie (wai c'est pompeux à souhait et digne d'un concept de best-seller ça me va bien :clin: ).

Désolé, ma pensée est assez confuse, je m'apperçois que j'ai moi même du mal à me comprendre... :?
"J'aime la règle qui corrige l'émotion. J'aime l'émotion qui corrige la règle." J.Mazarin

Avatar du membre
hosen
Messages : 254
Enregistré le : ven. 7 oct. 2016 18:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7857.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Pays de Loire
Âge : 66

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par hosen » lun. 11 mars 2019 15:17

Hors-sujet
La définition exclusive — dire ce qu'est une chose en définissant par la preuve ce qu'elle n'est pas — est indispensable à la pensée. Surtout à l'époque contemporaine où tous la plupart des modèles sont épuisés ou près de l'être (que ce soit en physique ou en philosophie).
Attention au vertige des nuances conceptuelles, j'observe que les précoces raffolent souvent de cette extase, qu'ils se repassent comme un trésor imaginaire, ou comme un merveilleux miroir.
► Afficher le texte
Je me suis mis à la méditation. C'est beaucoup mieux que de rester assis par terre sans rien faire.
Jean Yanne

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3819
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par madeleine » lun. 11 mars 2019 18:14

Ce qui - comme tout plaisir entre adultes consentants - ne se conteste ni ne se moralise :)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
Tamiri
Encyclopædia UniverChatlis
Messages : 460
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 21:43
Présentation : Ah? Bon.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Tamiri » jeu. 14 mars 2019 20:43

Des termes impertinence ou anticonformisme, je n'ai pour ma part pas tellement l'impression que l'un soit resté vraiment exempt de connotations. Il me semble plutôt qu'à des degrés et dans des contextes certes différents, les deux termes peuvent ou ont pu se trouver investis d'une valeur de jugement, positif ou négatif, variant selon la position de l'observateur. Il est toutefois avéré, dans le langage courant, que l'appréciation négative de l'anticonformisme est de nos jours plutôt réservée à l'expression de la répulsion, dans une posture « réactionnaire », envers une attitude plus généralement perçue comme constructive, car favorisant la remise en cause et donc l'expérimentation – et ceci, comme le dit Fish, indépendemment du jugement porté sur le résultat final. À l'inverse, l'impertinence revêt certes moins fréquemment une connotation positive, mais cela arrive tout de même, par exemple quand il s'agit de louer par ce terme les vertus de la satire ou de la franchise – ainsi l'impertinence, vécue comme un défaut dans une relation sociale, devient-elle une qualité dans le langage de la critique d'art... À l'inverse encore (et enfin), il ne me semble pas que le qualificatif de conformiste soit porteur de quelque forme de connotation positive que ce soit, nous ne l'employons dans la langue courante que pour décrire au mieux l'impuissance à échapper à une norme, au pire l'étroitesse d'esprit. Dans ces conditions, il reste peu probable que son contraire puisse échapper à toute connotation.

Mais je crois aussi que nous pouvons convenir pour une fois de nous abstraire de ces valeurs de jugement... conformiste, pour le coup ; et je puis imaginer que nous puissions, ici et entre adultes consentants (:lol : ), utiliser les ressources lexicales dont nous disposons en les soustrayant à leur trop fréquente fonction de support à jugements implicites. Surtout que, comme dit plus haut, l'absence d'un terme indépendant pour cerner plus précisément ce dont nous voulons parler nous conduit, faute de mieux (et peut-être provisoirement), à nous contenter de définitions fonctionnant par exclusion.

Et donc, au total, dans ce qui a été décrit plus haut comme impertinence ou anticonformisme, je ne vois en ce qui me concerne pas grand-chose d'autre qu'une méthode de raisonnement utilisant le doute et le questionnement à bon escient. Dans un domaine observable ou expérimental, elle consiste à interroger les connaissances existantes, à s'appuyer sur les moins sujettes à caution, et à faire évoluer (ou transgresser) les protocoles expérimentaux en usage dans un contexte donné, en recherchant, attentivement et de bonne foi, tout ce que l'on peut raisonnablement déceler et qui risque de mettre fortement à mal la crédibilité de la démarche expérimentale. Dans un registre strictement déductif ou abstrait, il s'agit alors d'une conduite méthodique du processus dialectique, où l'on procède avec soin pour se garder le plus possible de l'erreur de raisonnement à laquelle pourraient conduire le sophisme, la croyance ou quelque autre artifice que ce soit.
De sorte que, pour ma part, je ne sais pas dans quel sens cela peut relever (ou non) de l'intelligence, mais au moins, cela procède de la prudence et de l'humilité – au sens où, au contraire, tenir des choses pour immuablement acquises, s'appuyer sur une forme quelconque de dogme, croire possible d'affirmer de manière irréfutable, me semble relever dans le meilleur des cas de l'imprudence et de la maladresse, et au pire, de la prétention et du péremptoire.

Reste que dans un certain nombre de cas, le conformisme (au sens de tenir des choses pour acquises sans jamais les remettre en question) peut représenter un confort, et donc, se conformer serait une paresse intellectuelle ? De ce seul point de vue, je ne me souviens pas avoir jamais entendu parler d'une relation formelle entre intelligence et paresse.
Au contraire, si la capacité à douter (au sens cartésien du terme) est l'une des clefs d'un développement pertinent du savoir (tant dans un processus expérimental que dialectique), alors on pourrait imaginer qu'un esprit besogneux, lent, peu performant, mais assidu et se donnant donc la peine de ne rien tenir pour définitif, parviendra à produire (lentement) un raisonnement et une connaissance qui tiendront la route ?

J'arrête là dessus car vous voyez ici le triste et élucubratoire résultat d'une partie emmerdante de mon après-midi:P



Dans un autre registre :

Si par perspicacité on entend ce qui constitue le talent d'Hercule Poirot et de Sherlock Holmes, alors je me trouve généralement d'une grande nullité à ce jeu, et ne résous que péniblement les énigmes et autres casse-têtes, mais peut-être n'est-ce qu'une appréciation personnelle en l'absence d'un échantillon de comparaison valable. Paresse aussi sans-doute car dans un film policier, je me contente souvent du plaisir de me laisser ébahir par le raisonnement du détective plutôt que de me me tordre les méninges pour essayer d'élaborer ma propre théorie. Or depuis qu'un certain test m'a indiqué que contrairement à ce que je pensais, je m'en sortais bien en calcul mental et en bidules visuels alambiqués, je me garde beaucoup plus d'avoir des certitudes qu'auparavant.
Si par perspicacité on désigne la capacité, qu'indique l'étymologie, à voir au travers, alors je me considère également, habituellement, comme « pas terrible », mais il y a vraisemblablement un gros biais. J'ai eu un parcours d'études où, notamment dans les disciplines strictement littéraires et artistiques, régnait l'obsession dogmatique de l'implicite, et où l'on semblait réduire l'expression artistique à sa capacité à porter un propos censément « subtil » et à l'enfouir au delà du premier degré pour obliger à un déchiffrement. Personnellement ça me sortait par les yeux, ça me semblait seulement intellectuel et pas du tout sensible, et donc j'ai eu tendance, par réaction, à me défier absolument de tout ce qui consistait à prendre devant l'art une attitude volontairement réflexive. Le résultat est que je m'intéresse : d'une part à mes propres réactions émotionnelles sans trop chercher à comprendre pourquoi, parce que seul compte finalement le plaisir de s'émouvoir dans ces cas-là ; et d'autre-part aux aspects formels, historiques et contextuels qui constituent pour moi un outil indispensable pour explorer le champ artistique et avoir le plaisir de découvrir de nouvelles œuvres, et qui permettent aussi et surtout de se projeter dans la position du spectateur d'une époque ou d'un contexte donné pour goûter l'oeuvre avec toute la capacité d'émerveillement possible.
Et donc, ceci pour dire qu'a priori, j'ai peu l'habitude de « voir » trop loin dans le sens de l'implicite ou du caché, j’ai plutôt tendance à accumuler des expériences ou des connaissances sans trop me demander pourquoi j’aime ça, avec un certain degré de rejet de la recherche de sens. Mais sans-doute ceci ne dit-il rien de mon « potentiel » en la matière – et justement, depuis le fameux test, en termes de potentiel, je ne peux évidemment plus jurer de rien. Si ce n'est que je suis vraisemblablement la personne la plus mal placée pour me qualifier moi-même de bête ou d'intelligent(e), voilà voilà...

Avatar du membre
Loupdessteppes
Messages : 75
Enregistré le : jeu. 11 avr. 2019 22:54
Présentation : Penser est un sport de combat
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : banlieue de Strasbourg
Âge : 72

Re: La pertinence, la perspicacité et l'intelligence

Message par Loupdessteppes » mar. 30 avr. 2019 19:50

Fil passionnant...

J'aime aussi atypique et original vs impertinent dont le sens courant reste péjoratif. CF le dico des synonymes de l'Université de Rouen (CRISCO).

Cette originalité/atypicité vient selon moi de la capacité de faire des liens logiques entre des patterns, ou gestalts, là ou un un esprit dit « normal » n'en verrait pas. Cause probable : l'acuité d'observation qui semble plus fine qui permet de repérer des connotations fines et moins évidentes, ce qui semblerait démontré par des observations neurologiques, ainsi qu'une plus grande rapidité de circulation des influx électriques de la myéline donc les neurones. Sous réserve de vérification.

Quant à l'influence des émotions... bien sûr ! L'intelligence est comme le moteur de la voiture, plus il est puissant, plus la voiture est performante, mais plus l'accident est prévisible et grave si le conducteur est malade...

Voili, voilou !
Penser est un sport de combat

Répondre