Page 22 sur 24

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 14:17
par francky191
Moi je propose un pseudo rose pour les filles et bleu pour les garçons.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 14:21
par Niarky
Hors-sujet
francky191 a écrit :
mer. 16 mai 2018 14:17
Moi je propose un pseudo rose pour les filles et bleu pour les garçons.
Pour info : Je crois qu'il faut savoir parfois s'abstenir et ne rien dire.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 15:36
par francky191
Je voulais juste faire une petite touchette d'humour sur cet ample sujet. Si le sexisme c'est de montrer que les hommes et les femmes sont inégaux, j'en ai bien la preuve face à l'humour.
Je voulais juste provoquer et faire réagir mais sûrement pas dans ce sens là. C'est pas bien grave. Je vais me repentir de ma boulette et je reviendrai.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 15:37
par madeleine
Bah ! Je l'ai trouvé marrante cette pub, et de là à en faire l'apologie de l'alcoolisme. .. Ça serait dommage que ce fil sombre dans la caricature.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 15:42
par Niarky
madeleine a écrit :
mer. 16 mai 2018 15:37
Bah ! Je l'ai trouvé marrante cette pub, et de là à en faire l'apologie de l'alcoolisme. .. Ça serait dommage que ce fil sombre dans la caricature.
Pourtant la pub, dans ce cas présent, fait preuve de caricature, nan ?

francky191 a écrit :
mer. 16 mai 2018 15:36
Je voulais juste faire une petite touchette d'humour sur cet ample sujet. Si le sexisme c'est de montrer que les hommes et les femmes sont inégaux, j'en ai bien la preuve face à l'humour.
Je voulais juste provoquer et faire réagir mais sûrement pas dans ce sens là. C'est pas bien grave. Je vais me repentir de ma boulette et je reviendrai.
Et là, pouvons nous rire de tout sous couvert de l'humour ?
Provoquer, faire réagir ça je l'ai vu.
L'humour, pas tellement, peut être que cela a manqué de subtilité ?
A l'écrit ce n'est jamais évident, l'humour.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 16:05
par francky191
Ma première phrase n'avait rien d'offensant, je voulais juste faire un brin d'humour sur le sexisme, jusque là rien de grave je pense. Mais je pense que de proposer de m'abstenir ou ne rien dire me fait penser à mon enfance quand je mettais mon grain de sel dans une conversation d'adultes et qu'on me répondait "laisse tomber t'es trop jeune pour comprendre" ou en résumé "ferme là", oui ça m'a foutu en colère, j'estime être sur un forum avec le droit de m'exprimer, de faire un peu d'humour parfois. Oui j'ai fait une remarque machiste, je m'excuse car c'était sur le coup de la colère, mais en aucun cas je suis sexiste, et je dirai même féministe tant que les droits des femmes ne seront pas égaux aux hommes. Oui on est différents, physiquement et mentalement, pour autant on peut vivre en symbiose et profiter des avantages de chacun. On est pas des Lions, et bien heureusement !

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 16:37
par Judas Bricot
Ah zut mon fils me fait des cœurs, j’adore ça et j’ai des T-shirts roses.... Serais-je une femme qui s’ignore? :o :P

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 16:41
par Niarky
Judas Bricot a écrit :
mer. 16 mai 2018 16:37
Ah zut mon fils me fait des cœurs, j’adore ça et j’ai des T-shirts roses.... Serais-je une femme qui s’ignore? :o :P
Tu sais que ça n'a rien à voir :huhu:

Ce sont les clichés qu'entourent toute cette pub qui me font tiquer (après pour le coup, je ne reçois pas les pubs et ça me va bien je me sens pas obligé de demander qu'on m'offre une tireuse à bière pour une fête que je ne conçois pas :glasses: ) mais j'ai avoué que je faisais ma reloue et que je tirais le trait exprès, faute avouée à moitié pardonnée, nan ? :honte:

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 16 mai 2018 16:54
par TourneLune
En même temps, c'est le principe de la pub de briser les codes sans trop les briser sinon on comprend plus et y a pas de message qui passe.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 10:06
par Choupinne
N'empêche, si ça avait été une pub pour une pipe à crack "pour la meilleure des mamans" ça aurait été choquant. Scandale !!

Mais je dérive un peu du sujet la...

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 13:36
par sandrinef
On verra si pour la fête des pères on a une pub pour un aspirateur. Moi je l'ai trouvé pathétiquement drôle cette pub, tout le monde sait bien que les mamans boivent du rosé et pas de la bière. :2deg ( Je précise, des fois que.)

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 13:55
par Miss souris
Révélation. Je ne suis pas une mère.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 15:05
par Choupinne
sandrinef a écrit :
jeu. 17 mai 2018 13:36
On verra si pour la fête des pères on a une pub pour un aspirateur. Moi je l'ai trouvé pathétiquement drôle cette pub, tout le monde sait bien que les mamans boivent du rosé et pas de la bière. :2deg ( Je précise, des fois que.)
Oula, ça m'étonnerait ! Une pub pour une tireuse pour maman, c'est rigolo et flatteur pour les mamans ! Par contre un aspirateur pour les papas... V'la l'humiliation !

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 15:17
par sandrinef
"Flatteur"? Sérieux? Non, c'est juste con en fait. Comme la fête des mères d'ailleurs. :P

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 16:38
par TourneLune
Nan regarde les pubs lidl dans ta boite aux lettres. Ils font gaffe de mettre des mecs dans les articles ménages régulièrement. Par contre, c'est aussi des mecs qui bricolent, faut pas déconner.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 16:56
par Judas Bricot
Choupinne a écrit :
jeu. 17 mai 2018 15:05
sandrinef a écrit :
jeu. 17 mai 2018 13:36
On verra si pour la fête des pères on a une pub pour un aspirateur. Moi je l'ai trouvé pathétiquement drôle cette pub, tout le monde sait bien que les mamans boivent du rosé et pas de la bière. :2deg ( Je précise, des fois que.)
Oula, ça m'étonnerait ! Une pub pour une tireuse pour maman, c'est rigolo et flatteur pour les mamans ! Par contre un aspirateur pour les papas... V'la l'humiliation !
Si c’est la gamme des aspirateurs automatiques, qui évitent les meubles, ça passe :)

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 17 mai 2018 17:48
par lady space
sandrinef a écrit :
jeu. 17 mai 2018 15:17
Non, c'est juste con en fait. Comme la fête des mères d'ailleurs. :P
En fait, historiquement parlant, la fête des mères est pire que con : faut pas oublier que c'est Hitler qui l'a inventée pour récompenser la femme au foyer allemande de ses efforts en vue de lui fournir un maximum de chair à canon petits soldats blonds aux yeux bleus. D'ailleurs très malin comme concept de récompense où ce sont les autres qui paient et l'état ne débourse rien. Contrairement aux médailles décernées aux mamans de familles vraiment nombreuses. Heureusement qu'on n'en est plus là quand même...

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 12 sept. 2018 09:49
par Grabote
Tout à fait dans l'esprit du questionnement que j'avais envie de stimuler sur ce fil,
moi aussi je me prends régulièrement en flagrant délit de misogynie :1cache:
Je me suis encore rendue compte récemment que j'étais beaucoup plus indulgente avec les hommes qu'avec les femmes :?
http://www.youtube.com/watch?v=MDcat4CN41g&t=12s

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 12 sept. 2018 16:47
par Kallio
Je suis en questionnement depuis des années sur le féminisme en général et sur mon propre comportement vis-à-vis des femmes et en tant que femme.

Je suis aussi (mais de moins en moins) plus indulgente avec les hommes qu'avec les femmes. Comme le dit Solange, nous sommes le fruit de la société dans laquelle nous vivons, encore profondément patriarcale. Notamment, nous avons intégré que les garçons parlent de sujets sérieux et les femmes de sujets frivoles. Pourtant, effectivement, en quoi un homme qui parle de gaming, de foot ou de bagnoles serait plus "sérieux" qu'une femme qui parle de vernis, de pilate ou de machines à coudre.

Pour ce qui est de cette histoire d'indulgence, je me suis imaginé faire une expérience (et je veux bien votre avis sur le sujet, en toute honnêteté) : imaginons un studio d'étudiant. Il est globalement rangé et propre, mais pas "complètement nickel", genre deux/trois affaires qui traînent et la poussière qui n'est pas faite. Votre réaction sera-t-elle exactement la même si l'occupant est un homme ou une femme ? A titre personnel, je ne suis pas sûre... J'aurais tendance, je crois, à trouver que le garçon a fait des efforts et que la fille aurait pu mieux faire. C'est tellement ancré dans mon inconscient qu'une femme, ça range et ça nettoie, que mon curseur n'est pas le même en fonction du genre. Et c'est ma mère qui me l'a transmis ("si tu ne tiens pas mieux ta maison, ton mari pourrait se lasser", véridique !).

J'ai lu il y a quelques temps "King king théorie" de Virginie Despentes. Il m'a aidée à conscientiser certains aspects de mon comportement comme étant liés à notre société. Par exemple, je reste assez réservée en public par peur du jugement parce que j'ai intégré dans mon comportement le fait que la société n'accepte pas une femme qui "se donne en spectacle". Pourtant, enfant, j'étais très exubérante, mais je me suis bridée à l'adolescence.

Bref, il semble que je sois féministe et sexiste en même temps...

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 12 sept. 2018 17:14
par Fu
Sur la page précédente de ce sujet, je donnais un lien vers un article coup de gueule contre la sacro-sainte immaturité des hommes, excuse ancrée très solidement dans la société et à l'origine de cette indulgence devenue réflexe. C'est difficile de chasser un réflexe, peut-être impossible, mais en attendant on peut toujours essayer de lutter contre ce qui le crée, par exemple en s'insurgeant contre cette idée d'immaturité quand elle est proférée.
lady space a écrit :
jeu. 17 mai 2018 17:48
En fait, historiquement parlant, la fête des mères est pire que con : faut pas oublier que c'est Hitler qui l'a inventée pour récompenser la femme au foyer allemande de ses efforts en vue de lui fournir un maximum de chair à canon petits soldats blonds aux yeux bleus.
En relisant ce message de Lady Space, j'ai été pris de curiosité, j'ai fait des recherches et ce que j'ai trouvé (un lien parmi d'autres) ne correspond pas. Alors oui, les chefs d'état militaires ont glorifié la mère pour les mêmes raisons, mais on ne peut pas dire qu'Hitler l'ait inventée. Et non, ce ne sont pas les fleuristes non plus. :)

fu

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 12 sept. 2018 20:50
par Niarky
Hors-sujet
Kallio a écrit :
mer. 12 sept. 2018 16:47
Pour ce qui est de cette histoire d'indulgence, je me suis imaginé faire une expérience (et je veux bien votre avis sur le sujet, en toute honnêteté) : imaginons un studio d'étudiant. Il est globalement rangé et propre, mais pas "complètement nickel", genre deux/trois affaires qui traînent et la poussière qui n'est pas faite. Votre réaction sera-t-elle exactement la même si l'occupant est un homme ou une femme ?
Heu.. En fait je comprend pas la question...
Ma réaction si je rentre dans un studio est relativement neutre, je viens pour voir la personne pas son intérieur.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : mer. 12 sept. 2018 22:14
par Fish
J'imagine que l'expérience comporte deux groupes de personnes: pour l'un le studio est tenu par un homme, pour l'autre par une femme. On note ce que les membres de chaque groupe pensent du niveau de propreté.

Ce genre d'expérience est courante en psychologie sociale, avec plein de stéréotypes (pas seulement homme/femme). Par exemple (tiré du MOOC "introduction à la psychologie à l'université" sur FUN), on montre à deux groupes une vidéo de deux femmes qui discutent, mais sans le son. On présente au préalable les deux comédiennes comme une assistante sociale et un cas social, et on demande d'estimer l'attitude de chaque femme (agressive, empathique, nerveuse...). Évidemment entre les deux groupes on a interverti les rôles prétendus des deux comédiennes. La conclusion est prévisible: l'assistante sociale est perçue comme empathique, le cas social comme nerveuse, indépendamment de la comédienne.

C'est une mise en évidence du "jugement": on juge une personne en fonction de son sexe, de sa classe sociale, du travail qu'elle occupe, de son âge, etc.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 13 sept. 2018 07:34
par Kallio
@Niarky Fish a très bien répondu pour moi, je n'aurais pas pu mieux expliquer mon propos. Je parlais ici d'une expérience sociologique et non d'une visite à une connaissance.

Mais ta remarque m'a fait me poser une question secondaire. En fait, mon mari a la même réaction que toi, à savoir que quand tu vas chez quelqu'un, l'environnement ne t'importe pas et tu te focalises sur la personne que tu viens voir. De mon côté, je ne peux pas m'empêcher de remarquer des choses. Je n'émets pas de jugement (quoique inconsciemment, peut-être), mais mes yeux se posent sur un détail et mon cerveau le note. C'est tout, je ne peux rien y faire. Ce que je sais, en revanche, c'est que mon cerveau ne fait pas de différence par rapport au sexe de l'occupant des lieux (je verrai autant de détails chez un homme que chez une femme). Alors, est-ce que c'est quelque chose de particulièrement "féminin" de remarquer ces détails, justement parce que nous sommes formatées à être des "ménagères" ?

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 13 sept. 2018 08:13
par Niarky
Kallio a écrit :
jeu. 13 sept. 2018 07:34
Mais ta remarque m'a fait me poser une question secondaire. En fait, mon mari a la même réaction que toi, à savoir que quand tu vas chez quelqu'un, l'environnement ne t'importe pas et tu te focalises sur la personne que tu viens voir. De mon côté, je ne peux pas m'empêcher de remarquer des choses. Je n'émets pas de jugement (quoique inconsciemment, peut-être), mais mes yeux se posent sur un détail et mon cerveau le note. C'est tout, je ne peux rien y faire. Ce que je sais, en revanche, c'est que mon cerveau ne fait pas de différence par rapport au sexe de l'occupant des lieux (je verrai autant de détails chez un homme que chez une femme). Alors, est-ce que c'est quelque chose de particulièrement "féminin" de remarquer ces détails, justement parce que nous sommes formatées à être des "ménagères" ?
Mauvaise pioche... Je suis une femme.

Du coup je ne comprend pas ta question en conclusion.. Ni le rapprochement avec ton mari.

Pourquoi chercher à faire une différence homme/femme à tout prix ?

Le fonctionnement de chacun ne dépend pas de son sexe.

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Posté : jeu. 13 sept. 2018 08:22
par Fish
Je doute que ça soit spécialement féminin. Je pense plutôt que ton mari n'a pas conscience qu'il relève lui aussi de nombreux détails. Après, il y a peut-être des différences dans les détails qui sont notés.
"On" m'a parlé d'une expérience de psychologie, où on présente des photos de femmes à des hommes et des photos d'hommes à des femmes. On relève le cheminement immédiat de l’œil. En gros, les hommes "scannent" les attributs liés à la fertilité, alors que les femmes vérifient la présence d'une alliance... Bon ça doit être le voisin de palier du beau-frère de mon coiffeur qui m'en a parlé, faudrait que je retrouve l'expérience pour être sûr que c'est un truc bien solide.