Que lisez-vous en ce moment ?

Avatar du membre
Mei
Messages : 30
Enregistré le : lun. 2 sept. 2019 11:37
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 33

Zéro Janvier a écrit :
dim. 16 févr. 2020 13:20
En ce début d'année 2020, je m'étais fixé comme objectif de lire ou relire de grands classiques de la littérature française.

J'ai commencé avec la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola. J'en ai lu la moitié, avec de très belles découvertes ("La Fortune des Rougon", "La Curée", "La Conquête de Plassans", "Son Excellente Eugène Rougon", "L'Assommoir"), des lectures agréables sans plus ("Le Ventre de Paris", "Pot-Bouille"), et d'autres qui m'ont plutôt ennuyé ("La Faute de l'abbé Mouret", "Une Page d'amour", et "Nana").

Je poursuis actuellement la saga avec la lecture de "Au Bonheur des Dames", sur l'essor des grands magasins parisiens, qui démarre plutôt très bien à mon goût.
Zéro Janvier, mais dis moi, tu lis à une vitesse prodigieuse ??!?? Tout ça depuis janvier ?
Wahou, tu me laisses rêveuse. Moi aussi je me fixe des challenges lectures mais malheureusement quand le livre m'ennuie (ce qui est le cas présentement), ça patine méchamment. Et comme j'ai un petit coté fixe/obsessionel, je ne lis pas autre chose jusqu'à ce que ce soit fini. Bravo ! :)
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1802
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

J’ai lu les Rougon-Macquart environ au même âge que Judith, et régulièrement j’ai envie de les relire car j’ai le souvenir moi aussi d’un grand émerveillement. La variété des sujets abordés m’avait impressionné, et cette soif de lecture qu’elle savait entretenir. Pour l’instant, je n’ai pas franchi le pas. Mais c’est suffisamment cyclique pour que je m’y lance... peut-être cet été?

Actuellement, entre deux livres sur le cerveau (j’attends « système 1, système 2 »), je relis le « seigneur des anneaux », mais dans sa nouvelle traduction. J’aime beaucoup ce qu’elle apporte au livre. Je suis fascinée des nouvelles facettes qu’offrent ou laissent à découvrir une nouvelle traduction à un livre. Ma première expérience est venue au travers des « lettres à un jeune poète » de Rilke, un peu par hasard. Car suite à un livre trop abîmé de mes relectures successives depuis l’adolescence, je m’en suis offerte un neuf. Et par mégarde, une autre traduction. Un nouveau voyage.
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Unesoprano a écrit :
lun. 17 févr. 2020 09:43
je relis le « seigneur des anneaux », mais dans sa nouvelle traduction. J’aime beaucoup ce qu’elle apporte au livre.
Est-ce que tu peux préciser (si ça ne t'ennuie pas)? J'ai toujours trouvé la traduction de Francis Ledoux décevante, même si elle a son intérêt propre, donc si celle de Daniel Lauzon est bonne, je pense que je la lirai. Merci d'avance!
Avatar du membre
Zéro Janvier
Messages : 46
Enregistré le : sam. 15 févr. 2020 18:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10584
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Nantes, France
Âge : 40
Contact :

Judith a écrit :
lun. 17 févr. 2020 07:43
Mes préférences sont différentes des tiennes : j'ai un faible pour les deux romans sur le clergé, La conquête de Plassans et La faute de l'abbé Mouret et je n'ai jamais réussi à vraiment aimer L'Assommoir (bizarre, c'est un chef-d’œuvre qui me laisse froide).
Mais le meilleur est dans la seconde partie du cycle, donc je t'envie d'avoir encore à découvrir La joie de vivre, La terre, Le Rêve, et surtout Le Docteur Pascal.
Voici quelque chose que j'apprécie avec les Rougon-Macquart : certains romans plaisent à certains et pas à d'autres, qui eux-même sont étuis par un autre roman qui aura ennuyé les premiers. L'éventail des sujets abordés par Emile Zola dans sa saga est tel qu'il y en a pour tous les goûts. Une bonne illustration est notre différence de point de vue sure les deux livres sur le clergé : tu dis avoir apprécié les deux, tandis que j'ai été emballé par La conquête de Plassans, qui parle principalement du rôle politique du clergé, tout en étant profondément insensible au côté plus spirituel de La faute de l'abbé Mouret. Les deux sont pour moi très différents.
Mei a écrit :
lun. 17 févr. 2020 09:25
Zéro Janvier, mais dis moi, tu lis à une vitesse prodigieuse ??!?? Tout ça depuis janvier ?
Wahou, tu me laisses rêveuse. Moi aussi je me fixe des challenges lectures mais malheureusement quand le livre m'ennuie (ce qui est le cas présentement), ça patine méchamment. Et comme j'ai un petit coté fixe/obsessionel, je ne lis pas autre chose jusqu'à ce que ce soit fini. Bravo ! :)
Je suis un lecteur vorace, je lis habituellement beaucoup et plutôt vite, de l'ordre d'une centaine de livres par an en moyenne. C'est encore plus le cas ces derniers mois : étant en arrêt de travail, j'ai plus de temps à consacrer à mes lectures, cela m'a permis d'avancer effectivement très vite dans les Rougon-Macquart.

Je suis moins obstiné que toi dans mes lectures : j'ai longtemps eu du mal à abandonner un livre commencé, mais je m'essaye d'être plus souple désormais : quand après un tiers ou la moitié du livre je m'ennuie vraiment profondément, je me force à laisser tomber. Il y a tellement de livres qui m'attendent, je préfère ne pas "perdre de temps" avec ceux qui ne me plaisent pas malgré mon insistance.
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1802
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Non, cela ne m’ennuie pas, c’est avec plaisir que je te fais part de mes sensations, arrivée désormais dans ma lecture au début du 2d livre.

Bon déjà, je pense que les poésies ou chansons sont bien plus fluides car... j’ai plaisir à les lire (avant j’avais tendance à les survoler). Il me semble que c’est car elles ont quelque chose de plus simple et plus juste. Ma dernière lecture du seigneur des anneaux date d’une vingtaine d’année, mais sur ce point je note une vraie différence de comportement, et je ne crois pas que ce soir l’âge. :huhu: Je les trouve mieux intégrées à l’histoire, faisant désormais clairement partie d’une logique d’écriture et de composition de la saga qui ne m’apparaissait pas vraiment auparavant. Cela participe désormais à l’ambiance du récit, indéniablement.

Les 4 hobbits sont différenciés dans cette 2de traduction lorsqu’ils prennent la parole : chacun du coup est mieux caractérisé et cela contribue donc à nous faire sentir des interactions entre eux de manière plus subtile. Par ailleurs ils ne sont plus du coup « Les hobbits » mais vraiment Frodo (et non plus Frodon), Sam, Merry et Pinpin. Chacun prend plus sa place ainsi, il y a moins « Frodo » et les autres. Tous ont un rôle à jouer, c’est bien plus clair et ce dès le premier volume. Bien des changements de vocabulaire ainsi créent des ambiances différentes au sein du récit : je ne crois pas qu’il y avait dans l’autre traduction la voix «aigre » des Cavaliers Noirs. Ça, ça m’a vraiment séduit comme choix d’adjectif. Aragorn se nomme désormais L’arpenteur au lieu de Grand Pas : là encore je trouve que cela caractérise autrement le personnage. Ce sont des petites choses posées ci et là qui finissent par apporter un parfum vraiment différent au récit. Il « sonne » autrement. Cela change vraiment quelque chose. Il me semble vraiment redécouvrir l’histoire ... alors que je connais bien tout ce qui va arriver.
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Merci beaucoup pour tous ces détails qui me permettent de me faire une idée. Tu m'as convaincue de tenter la relecture.
L'Arpenteur pour the Strider va me poser problème (parce que pour moi, l'Arpenteur est indissociable du Château de Kafka et que retrouver le terme chez Tolkien, même dans un autre sens, va me faire une impression bizarre :honte: :D )... Mais ces questions d'onomastique sont particulièrement importantes chez Tolkien, donc rien que ce point mérite quelques heures de promenade en Terre du Milieu.
Avatar du membre
enufsed
Messages : 1317
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=8303]La Mort Dorée[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Dans mon Mortbillard, sous une pile de livres
Âge : 45

One edition to rule them all and within the leather hardcover bind them B)

Image

Bon ok je l'ai lu en français version grand pas mais un jour j'auroy le courage d'attaquer ce fleuron de ma bibliothèque

Arpenteur ça fait quand même le mec qui bosse pour le cadastre. Aragorn géomètre ça fait pas rêver.
"My name's Tony, I've got some bacon" - Andra tutto bene
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1802
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

@enufsed C’est malin... je vais avoir envie de ricaner pendant encore deux tomes... Aragorn géomètre. Ouais mais lui il a forcément une belle voix, grave. Et pas aigre. B)
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire
Avatar du membre
Tartempion
Messages : 672
Enregistré le : mer. 25 janv. 2017 13:33
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=8172#p242276]pour en savoir plus[/url]
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Tarn
Âge : 43

Nul n'entre ici s'il n'est géométre =)
Arpenteur ça me fait penser à celui qui mesurait les champs lors des partages des héritages. Je crois qu'il y en a un dans un tome des Rougon Macquart (la Terre si je me souviens bien) que j'ai dévorés il y a une quinzaine d'années.
L'erreur est humaine, mais un véritable désastre nécessite un ordinateur.

Les systèmes de croyances créent des filtres à travers lesquels le chaos se résout en ordre. Frank Herbert
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Tartempion a écrit :
lun. 17 févr. 2020 20:46
Je crois qu'il y en a un dans un tome des Rougon Macquart (la Terre si je me souviens bien)
C'est exact : l'arpenteur Grosbois, qui partage (mal) les terres des Fouan dans La Terre.

J'ai un peu regardé ici ou là les choix de traduction de Daniel Lauzon pour les noms du Seigneur des Anneaux, et certains sont très beaux : les Ents par exemple, qui deviennent chez lui Barbebois, Bouclefeuille, Vivécorce, Primebranche. :clap: Les noms des Hobbitts m'enchantent moins, surtout les personnages secondaires : Muguette Brun pour Lily Brown, Lobelie serre-ceinture pour Lobelia Bracegirdle, ou Blairote pour Brockhouse, euh... Mais les toponymes sont très bons en général, apparemment : sauf peut-être Fendeval pour Rivendell, parce que Fondcombe sera difficile à oublier...

Bon, j'arrête, je pourrais en discuter des heures. Je vais lire les bouquins, on verra bien.
Avatar du membre
Zéro Janvier
Messages : 46
Enregistré le : sam. 15 févr. 2020 18:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10584
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Nantes, France
Âge : 40
Contact :

Quand vous parliez de nouvelle traduction, je pensais qu’il y avait quelques différences mineures, mais quand je vois les exemples de nouvelles traductions de noms propres données par Judith, je vois que le travail est bien plus conséquent.

Je ne sais pas quoi en penser. J’ai lu Le seigneur des anneaux pour la première fois en français quand j’étais adolescent, avec les anciens noms propres traduits en français (Grand-Pas, Fondcombe, etc.), je crois que j’aurais du mal à le relire avec de nouveaux noms. Entre temps je l’ai lu à plusieurs reprises en anglais, les noms en « VO » sont donc devenus une habitude pour moi, ils sont en quelque sorte les « vrais » noms (ceux que Tolkien avait choisis) mais en français je pense que je resterais attaché aux noms tels que je les ai découverts avec mes yeux d’adolescent émerveillé.
Avatar du membre
Swinn
Messages : 1151
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&p=279551#p279551]Tel Monsieur Jourdain...[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Adolescent, j'avais lu 3 fois Le Seigneur des anneaux en français que j'ai naturellement adoré.
J'ai essayé de le relire il y a une dizaine d'année, impossible de rentrer dedans, la froideur du style , le rythme de l'écriture l’absence totale d'émotion (hormis lorsque Galadriel offre 3 de ses cheveux à Gimli) j'ai laissé tombé au milieu du tome 1 assez déçu de ma déception.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

A pas aveugles de par le monde (Leib Rochman)
Au lendemain de la Shoah, un homme parcourt les débris de ce qui fut le monde juif à la recherche de ses fantômes. De ghettos déserts en cimetières éventrés, de shtetls hantés de morts-vivants en quartiers chrétiens où des habitants trop vivants le fuient ou le menacent, le narrateur multiplie les errances et les rencontres, s’entretenant avec les cadavres autant qu’avec les embryons en gestation, collectant inlassablement les souvenirs des premiers pour les transmettre aux seconds. Fluctuant dans son identité, dans ses réminiscences, dans ses rêves, il personnalise le peuple juif d’Europe, géant aveuglé qui divague dans un territoire physique et mental devenu indéchiffrable, entre fin et commencement d’un monde où la déréliction toujours renouvelée semble l’unique avenir possible.
Un étonnant chef-d’œuvre, peu connu en France où il n’a été traduit que tout récemment. Impossible à résumer, c’est un livre-monde qui tente de dire l’indicible (la Shoah, mais aussi l’histoire qui l’a précédée et celle qui la suivra) dans une structure rhizomique entremêlant registres et thèmes en radicelles presqu’infinies. L’ouvrage est d’une générosité prodigieuse, répandant un flot de langage qui charrie voix des anonymes et passé prestigieux de la littérature européenne, d’Homère à Thomas Mann, les décompose et les recycle dans des formes nouvelles à la mesure des événements rapportés. Devenu au fil des pages aussi halluciné que le narrateur aux visages changeants qu’il suit, le lecteur partage ses cauchemars et ses presciences et sort du livre à la fois hébété et renouvelé.
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

La discussion précédente m'ayant donné envie de relire du Tolkien, j'ai choisi Le Silmarillion. Je l'avais lu en même temps que le Seigneur des Anneaux et trouvé très inférieur, mais j'étais gamine, et une fois relu avec un regard d'adulte (et en anglais pour éviter les problèmes de traduction), eh bien... C'est très beau. C'est lent, hiératique, souvent redondant, mais il y a des passages absolument enchanteurs, et certaines des histoires relatées sont vraiment merveilleuses : la création du monde par la musique, ou la tragédie de Beren et Luthien (une histoire d'amour douloureuse entre un humain et une elfe), par exemple, sont de vrais bijoux. Une agréable surprise.
Avatar du membre
Artémis
Messages : 86
Enregistré le : jeu. 11 avr. 2019 18:58
Profil : En questionnement
Test : NON

Après des années à avoir délaissé les livres, je m'y suis replongé avec délice au milieu de l'année dernière et depuis, je n’arrête plus.

J'ai redémarré avec 11 minutes de Paolo Coelho. Je ne connaissais l'auteur que de nom et j'ai pioché ce livre un peu au hasard dans une bibliothèque perdue dans la montagne. Ce fut un véritable coup de cœur, l'histoire et la narration sont rentrées en résonance avec mon vécu et mes questionnement actuel. L'écriture est belle, simple mais puissante. Un roman humain qui donne à réfléchir, mais surtout à vivre et ressentir. Voici le résumé Wikipédia pour ceux qui auraient envie de découvrir.

"Toute jeune Brésilienne, Maria n'aspire qu'à l'Aventure, au grand Amour. Au cours d'une semaine de vacances à Rio de Janeiro, elle fait la connaissance d'un Suisse qui lui propose de devenir danseuse de cabaret à Genève. Elle croit voir là le commencement d'une nouvelle vie, le début d'un conte de fée. La réalité est bien différente : Maria en vient à se prostituer, en apprenant à bien séparer l'âme du corps et en s'interdisant de tomber amoureuse. Mais le sexe, comme l'amour, reste pour elle une énigme.

Le roman contient quelques scènes osées, mais c'est loin d'être un roman érotique."


J'ai continué de tenter de rassasier mon appétit de lecture avec la trilogie des elfes de Jean-Louis Fetjaine. Là, j'ai failli m'arrêter.... Mais comme je ne sais pas laisser quelque chose d'inachevé, je me suis entêtée ^^. C'est une trilogie, et je n'ai pas du tout trouvé l'écriture à mon goût, peu de vocabulaire, sensation d'une histoire bâclée, mais j'ai tenu bon ! Les choix de l'écrivain m'ont donné l'impression qu'il voulait écrire une parodie d'héroic fantasy et puis finalement non un ouvrage sérieux, puis en fait non vraiment une parodie, bref le gars un peu paumé ! Le troisième tome était plus agréable à lire, un peu plus de recherche, un peu plus d'émotion ce qui finalement m'a laissé une impression d'un bon moment, mais sans plus. Si certains d'entre vous l'ont lu, je suis curieuse de vos retours. Pour ceux qui ne connaissent pas, le résumé :


"La terre est partagée entre les quatre tributs de Dana : les hommes, les elfes, les nains et les monstres. Chacune des espèces possède un talisman : la pierre de Fal pour les hommes, le chaudron de Dagda pour les elfes, l'épée de Nudd (Excalibur) pour les nains et la lance de Lug pour les monstres.

Le Grand conseil des races a été réuni à Loth, la capitale du vieux souverain Pellehun de Logres. Baldwin, roi des nains sous la montagne rouge réclame vengeance pour le meurtre de Troïn, roi des nains sous la montagne noire. Le conseil décide de composer une troupe pour capturer le meurtrier, l'elfe Gaël. Les elfes nomment la reine Lliane et le chasseur Till pour faire partie de la troupe. Les hommes nomment le guerrier barbare Freïr et les chevaliers Rodéric et Uther le Brun. Les nains nomment le chevalier banneret Miolnir et le maître maçon Tsimmi. Le soir venu, Baldwin révèle aux deux nains que Gaël a tué le roi Troïn pour lui dérober l'épée de Nudd…"


Les fêtes étant arrivées, on a soufflé au père Noël que j'avais apprécié Paolo Coelho et il m'a apporté L'Alchimiste, que je viens de finir. Bingo. Le début de lecture était compliqué, car je n'étais plus neutre et j'avais des attentes envers l'auteur et cela m'a gênée dans l'immersion. Mais une fois que j'ai réussi à laisser couler, je suis partie... La beauté des mots et toujours cette simplicité pour décrire la vie, la complexité humaine et l'amour simple. Court, mais efficace, un petit bijou à glisser dans sa poche et à ressortir dans les moments de doutes, de peur et d'égarements.

"Le héros de ce court roman est un jeune berger espagnol, Santiago. Il a fait ses études au séminaire, mais il a renoncé à être prêtre, contre le souhait de ses parents. Il préfère une vie au contact de la Nature, tout en continuant à se cultiver par la lecture. À la suite d'un rêve lui révélant l'existence d'un trésor caché au pied des pyramides d'Égypte, il décide d'entreprendre le voyage qui le conduit d'Andalousie jusqu'à Gizeh, en passant par Tanger et le désert du Sahara. Si le cadre géographique du récit est réaliste, ce voyage initiatique est l'occasion de rencontres improbables, telle celle d'un marchand de pop-corn, qui « n'a jamais compris qu'on a toujours la possibilité de faire ce que l'on rêve », en même temps que celle d'un vieillard, Melchisédech, si vieux qu'il était déjà roi aux temps dont parle la Bible. Ce personnage légendaire lui indique les clés qu'il lui faut découvrir pour réussir, en particulier sa « Légende personnelle ». Dépouillé de son argent à Tanger, il choisit de travailler chez un marchand de cristaux pour pouvoir continuer son voyage. En transformant cette obscure boutique en un commerce florissant, il découvre ainsi les capacités d'accomplissement qu'il a en lui. Mais c'est surtout « l'Alchimiste », qu'il rencontre dans une oasis au cœur du désert, qui l'initie et le guide à travers les épreuves qu'il doit surmonter dans l'accomplissement de sa quête.

Cette « Légende personnelle » est le projet particulier et favorable dont nous sommes tous porteurs et dont l'accomplissement dépend de notre capacité à retrouver nos envies profondes : « Si vous écoutez votre cœur, vous savez précisément ce que vous avez à faire sur terre. Enfant, nous avons tous su. Mais parce que nous avons peur d’être désappointé, peur de ne pas réussir à réaliser notre rêve, nous n’écoutons plus notre cœur. Cela dit, il est normal de nous éloigner à un moment ou à un autre de notre « Légende personnelle ». Ce n’est pas grave, car, à plusieurs reprises, la vie nous donne la possibilité de recoller à cette trajectoire idéale. "

Je viens d'en entamer un autre et les premières pages sont captivantes !
"Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé."
Saint-Exupéry
Avatar du membre
Holi
Messages : 1087
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

Artémis a écrit :
sam. 7 mars 2020 21:35

J'ai continué de tenter de rassasier mon appétit de lecture avec la trilogie des elfes de Jean-Louis Fetjaine. Là, j'ai failli m'arrêter.... Mais comme je ne sais pas laisser quelque chose d'inachevé, je me suis entêtée ^^. C'est une trilogie, et je n'ai pas du tout trouvée l'écriture à mon goût, peu de vocabulaire, sensation d'une histoire baclée, mais j'ai tenue bon ! Les choix de l'écrivain m'ont donné l'impression qu'il voulait écrire une parodie d'héroïque fantasy et puis finalement non un ouvrage sérieux, puis en fait non vraiment une parodie, bref le gars un peu paumé ! Le troisième tome était plus agréable à lire, un peu plus de recherche, un peu plus d'émotion ce qui finalement m'a laissé une impression d'un bon moment, mais sans plus. Si certains d'entre vous l'ont lu, je suis curieuse de vos retours.
Je l'ai entamé sur les conseils de la bibliothécaire et il m'est tombé rapidement des mains :( Je n'ai pas eu ta constance.
Lire pour moi est un plaisir et là il n'y en avait aucun. C'est lourd, l'écriture n'est pas agréable, je ne trouvais même pas un fil au quel m'accrocher pour continuer...
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

@Artémis :clap: Reprendre la lecture après un temps mort, c'est comme rentrer au Paradis après en avoir été exilé!
Je ne connais pas Coehlo mais ton message m'a donné envie d'en lire. Je vais essayer L'Alchimiste.
Avatar du membre
Holi
Messages : 1087
Enregistré le : jeu. 8 mars 2018 18:07
Présentation : viewtopic.php?t=9243
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 56

L'alchimiste est le premier que j'ai lu, mais c'était il y a très longtemps et je me souviens juste que j'avais beaucoup aimé
À force de penser à ce que les autres pensent de nous, on en oublie de se penser soi-même.
Christophe André
Avatar du membre
Artémis
Messages : 86
Enregistré le : jeu. 11 avr. 2019 18:58
Profil : En questionnement
Test : NON

Judith a écrit :
dim. 8 mars 2020 09:25
@Artémis :clap: Reprendre la lecture après un temps mort, c'est comme rentrer au Paradis après en avoir été exilé!
Je ne connais pas Coehlo mais ton message m'a donné envie d'en lire. Je vais essayer L'Alchimiste.
C'est exactement ce que je ressens, j'ai retrouvé un bout de mes ailes d'ange. Je t'encourage à le lire en espérant qu'il te plaira autant qu'il m'a touché.

@Holi Eh, oui, je m'entête.... C'est peut-être dommage, car l'une de mes plus grandes frustrations (depuis mes 5-6ans) c'est d'avoir compris que je ne pourrais jamais lire tous les livres du monde... Et je perds peut-être mon temps avec des ouvrages qui ne m’intéresse pas ou peu, mais je n'aime pas l'inachevé ^^
"Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé."
Saint-Exupéry
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Artémis a écrit :
dim. 8 mars 2020 20:52
l'une de mes plus grandes frustrations (depuis mes 5-6ans) c'est d'avoir compris que je ne pourrais jamais lire tous les livres du monde...
Exactement pareil.
Avatar du membre
Zéro Janvier
Messages : 46
Enregistré le : sam. 15 févr. 2020 18:14
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10584
Profil : En questionnement
Test : WAIS
Localisation : Nantes, France
Âge : 40
Contact :

Je continue ma lecture des vingt volumes des Rougon-Macquart (ou relecture pour certains).

J'ai terminé ce matin La joie de vivre et je dois dire que ce douzième volume fut pour moi une très belle. Je n’attendais pas grand chose de ce roman qui ne figure pas parmi les plus connus ni parmi les plus appréciés au sein de la saga d’Emile Zola, et j’ai pourtant été séduit par cette histoire de famille située en Normandie, avec ses malheurs, ses histoires d’argent et de cœur, ses jalousies et ses sentiments entravés. Avec une mention spéciale pour Lazare, le fils de la famille, enchainant les passions vite abandonnées et les projets ratés, angoissé par la mort au point de ne pas savoir profiter de la vie. Tout ressemblance avec l'auteur de ces quelques lignes sur ce forum serait purement fortuite, etc. ;)

J'enchaine tout de suite avec l'un des gros morceaux de la saga : Germinal, déjà lu quand j'étais adolescent et dont j'avais gardé un bon souvenir. Je ne doute pas que je l'apprécierai d'autant plus avec "quelques" années de plus.
Judith a écrit :
lun. 9 mars 2020 06:04
Artémis a écrit :
dim. 8 mars 2020 20:52
l'une de mes plus grandes frustrations (depuis mes 5-6ans) c'est d'avoir compris que je ne pourrais jamais lire tous les livres du monde...
Exactement pareil.
C'est l'un des drames de ma vie, si ce n'est mon plus grand regret.
Avatar du membre
Unesoprano
Messages : 1802
Enregistré le : lun. 19 nov. 2018 21:12
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=9696
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Rhône/Alpes
Âge : 48

Zéro Janvier a écrit :
lun. 9 mars 2020 18:06
.
Judith a écrit :
lun. 9 mars 2020 06:04
Artémis a écrit :
dim. 8 mars 2020 20:52
l'une de mes plus grandes frustrations (depuis mes 5-6ans) c'est d'avoir compris que je ne pourrais jamais lire tous les livres du monde...
Exactement pareil.
C'est l'un des drames de ma vie, si ce n'est mon plus grand regret.
Pour moi aussi.
« Nos têtes sont rondes pour que nos idées puissent changer de direction. »Francis Picabia

«Ne méprisez la sensibilité de personne; la sensibilité de chacun, c’est son génie. » Charles Baudelaire
Avatar du membre
Pascalita
Messages : 1446
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-t7720.html]Un coup d'œil sous l'écorce[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Artémis a écrit :
sam. 7 mars 2020 21:35
11 minutes de Paolo Coelho
Je l'ai lu il y a longtemps, je me souviens avoir été incroyablement touchée, par l'histoire et par l'écriture. Tu me donnes envie de le relire, je vais fouiller dans ma bibliothèque...
Artémis a écrit :
sam. 7 mars 2020 21:35
Le roman contient quelques scènes osées, mais c'est loin d'être un roman érotique
Et oui, c'est exactement mon souvenir.


Sinon, et je suppose que d'autres l'ont déjà mentionné plus haut, je ne peux me lasser de La vie devant soi, d'Émile Ajar (Romain Gary). Tellement d'humanité.
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Zéro Janvier a écrit :
lun. 9 mars 2020 18:06
J'ai terminé ce matin La joie de vivre et je dois dire que ce douzième volume fut pour moi une très belle. Je n’attendais pas grand chose de ce roman qui ne figure pas parmi les plus connus ni parmi les plus appréciés au sein de la saga d’Emile Zola
C'est l'un des plus beaux Zola, à mon sens. Un de ceux où il réussit le mieux à tenir l'équilibre entre le symbolisme et le naturalisme, un des mieux construits. Son contenu très autobiographique (la mort de la mère, ses hantises personnelles attribuées à ses personnages -il est autant Lazare que Pauline) lui donne une chaleur, une vibration toute particulière. Sans compter la riche représentation de la féminité et de son ambivalence : rahh, il faut que je le relise! :D
Avatar du membre
Artémis
Messages : 86
Enregistré le : jeu. 11 avr. 2019 18:58
Profil : En questionnement
Test : NON

Je n'ai lu que les misérables, l’assommoir et Nana de Zola, mais la façon dont vous parler des autres, me donne juste envie de tous les lire !!! Pourquoi ne suis-je pas tombé dans ce fil plutôt, c'est très chouette de partager tout cela avec vous !
Mais en même temps ça ne fait qu'accroître ma soif de lecture qui ne sera jamais satisfaite ^^. Comment j'ai pu tenir aussi longtemps sans tenir un livre ! Enfin ce n'est pas du tout vrai, j'ai beaucoup lu, mais uniquement des ouvrages techniques sur le maraîchage, permaculture, résilience et j'en passe. Des lectures qui m'ont plus, mais qui ne concernait que mon travail, certes, boulot passion, mais j'ai peut-être un peu trop sacrifié. Vos partages me donne plus qu'envie de me jeter dans les livres.
J'ai même envie de relire le seigneur des anneaux avec la nouvelle traduction, même si comme certain à mon avis les changements de nom vont me choquer ^^
"Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. Tu es responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé."
Saint-Exupéry
Répondre