Que lisez-vous en ce moment ?

Avatar du membre
Swinn
Messages : 1151
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&p=279551#p279551]Tel Monsieur Jourdain...[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Je viens de commencer : Ce que nous ne saurons jamais, de Marcus du Sautoy, un excellent vulgarisateur mathématique qui a écrit également La Symphonie des nombres premiers et la Symétrie ou Les maths au clair de Lune (les 2 opus que j'ai lu de lui).
Le thème de "ce que nous ne saurons jamais" explore les limites actuelles de notre savoir scientifique mathématique et physique essentiellement , limites qui visent à être un jour dépassées, et les limites de ce que nous ne pourrons jamais connaitre, quelque soit les progrès de la science.
C'est très bien écrit (traduit) , peu complexe et absolument passionnant pour qui se passionne à ce qui se passe aux "confins".
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran
dani
Messages : 1057
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Swinn a écrit :
sam. 31 août 2019 16:00
Je viens de commencer : Ce que nous ne saurons jamais, de Marcus du Sautoy, un excellent vulgarisateur mathématique qui a écrit également La Symphonie des nombres premiers et la Symétrie ou Les maths au clair de Lune (les 2 opus que j'ai lu de lui).
Le thème de "ce que nous ne saurons jamais" explore les limites actuelles de notre savoir scientifique mathématique et physique essentiellement , limites qui visent à être un jour dépassées, et les limites de ce que nous ne pourrons jamais connaitre, quelque soit les progrès de la science.
C'est très bien écrit (traduit) , peu complexe et absolument passionnant pour qui se passionne à ce qui se passe aux "confins".
Je ne suis pas sûre que ce soit si accessible que ça, mais je résiste pas, je vais le commander, merci Swinn !
Rien ne vous emprisonne excepté vos pensées, rien ne vous limite excepté vos peurs, rien ne vous contrôle excepté vos croyances. (Marianne Williamson)
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Entre les murs (François Bégaudeau) : brillant, percutant, plus malin que profond. L'intérêt principal m'a paru résider dans le jeu sur les langages et le dialogisme interne : à la langue de bois du proviseur, vide absolu du jargon de l’Éducation Nationale, font écho la langue orale des élèves, tout aussi vide mais rythmée par les joutes du rap, et la langue familière des enseignants épuisés. Le dialogue à propos des « pétasses », où la syntaxe joue à plein son rôle de marqueur social, évoque Molière : les vains efforts de Bégaudeau pour combler par la pédagogie l’abîme qui le sépare de ses élèves sont hilarants. On le voit mainte fois expliquer l’importance d’une préposition, l’usage du passé simple ou du subjonctif à des adolescents rétifs qui perçoivent mieux que lui son embarras de nanti au pays des exclus et jouent subtilement de sa mauvaise conscience. Du bon comique social.
Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1655
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/pointblanc-t6002.html]là[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 46

J'ai lu hier Les Derniers jours d'Emmanuel Kant, par Thomas de Quincey, traduit par Marcel Schwob. En moins d'une centaine de pages, on voit vaciller et s'éteindre un feu, la démence qui ronge, le langage qui manque et l'isolement qui s'accroît. C'est évidemment émouvant à lire, parce que cette déchéance est, selon les cas, quelque chose qu'on craint, ou quelque chose de déjà familier. Mais ça l'est aussi - surtout - parce que c'est l'être de raison par excellence qui capitule.

Découvert également Jean-Pierre Martinet, dont j'ai lu La Grande vie. Un petit type minable occupé à "vivre le moins possible, pour souffrir le moins possible". C'est de la laideur ordinaire, venimeuse, avec quelque chose d'obscène, de sale, d'hypnotique aussi.
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Rima
Messages : 4
Enregistré le : lun. 22 avr. 2019 22:39
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 25

Période de Noël, je lis depuis quelques jours (ou plutôt je relis car je l'avais lu au collège) A christmas carol ou un conte de Noël de Charles Dickens. Un grand classique de la période :)
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

Ah, moi aussi. Je le relis tous les ans à Noël! :)
Avatar du membre
Swinn
Messages : 1151
Enregistré le : lun. 24 sept. 2018 21:13
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&p=279551#p279551]Tel Monsieur Jourdain...[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 54

Une histoire passionnée de la France de Jean Sevilla.
Cela commence environ environ 10 000 avant JC jusqu'aux périodes récentes Sarkozy et Hollande.
Bien évidemment cela va très vite sur les faits mais cela permet d'avoir un fil conducteur pour comprendre les différentes époques et la notre, si complexe, peut être un peu moins mal.

@PointBlanc suite à ton post j'ai lu La Grande Vie de Martinet. Je suis sans doute passé à coté de ce livre. J'en ai lu ton avis puis ce qu'on en disais ici où là sur le net. Ce livre m'a laissé froid.
C'est dommage mais ce n'est pas grave.
"Nous sommes des farceurs : nous survivons à nos problèmes"
Cioran
Avatar du membre
Traum
Messages : 558
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=6895]Ici[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Tout droit jusqu'à l'étoile du matin
Âge : 33

@PointBlanc, à te lire, La Grande Vie de Martinet ressemble un peu à ce que j'avais éprouvé à la lecture de M. Houellebecq (Les Particules élémentaires étant le seul ouvrage que j'ai lu de lui, et ça m'a suffit : ce n'est pas le genre d'écriture qui me convient). Ou encore, d'une manière moins acide, à la manière dont Flaubert a pu traiter ses personnages, notamment dans L'Éducation sentimentale.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain
Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1655
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/pointblanc-t6002.html]là[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 46

Je viens de le relire - c'est court.
On est vraiment très éloigné de Flaubert, tant pour le style (on sent l'influence des monologues à la Faulkner) que pour le rapport aux personnages (Flaubert, sans pour autant les épargner, ne va pas jusqu'à laisser les siens batifoler dans le caniveau, en un sens quasi littéral).
Houellebecq, que je n'aime pas beaucoup lire moi non plus, donne plutôt dans la désaffection, pour le souvenir que j'en ai : tout est raconté au même niveau, comme à travers un brouillard d'anxiolytiques. D'où le génial :"Je bande ; il pleut" inventé par je ne sais plus qui pour résumer son style et son propos.

Martinet, c'est encore autre chose : son narrateur est cerné par la laideur, il y participe, il en est conscient, il reste capable de la reconnaître telle même quand il s'y soumet. Il ne se révolte pas, en revanche : on dirait qu'il il parle en même temps qu'il pourrit, un peu comme un personnage de Beckett qui aurait élu domicile dans un recoin sordide du quatorzième.
(Ce qui fait beaucoup de raisons très compréhensibles de ne pas accrocher !)
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Avatar du membre
Tartempion
Messages : 672
Enregistré le : mer. 25 janv. 2017 13:33
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=8172#p242276]pour en savoir plus[/url]
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Tarn
Âge : 43

PointBlanc a écrit :
dim. 22 déc. 2019 16:59
D'où le génial :"Je bande ; il pleut" inventé par je ne sais plus qui pour résumer son style et son propos.
Mon moteur de recherche me trouve cette critique (que j'ai volontairement tronquée pour ne pas spoiler d'éventuels lecteurs) :
Dans l’entretien qu’il a accordé à la N.R.F. (Nouvelle revue française), Houellebecq explique :

« J’essaie de ne pas avoir de style ; idéalement, l’écriture devrait pouvoir suivre l’auteur dans les variétés de ses états mentaux, sans se cristalliser dans des figures ou des tics. »

Pour ne pas avoir de style marqué, encore faut-il bien écrire !

Michel Houellebecq aurait donc comme style spécifique le choix de juxtaposer, à l’aide d’un point-virgule, deux phrases qui n’ont rien à voir, ce qui produirait un effet incohérent, voire parfois absurde. L’effet « je bande ; il pleut » est un peu facile en tout cas, pas de quoi revendiquer un style.
Et aussi le nom de Raphaël Meltz comme auteur de cette dernière phrase.

Bref pour revenir au seul livre (Soumission) de Houellebecq que j'ai lu (et qui m'a dégoûté d'en lire d'autres), il ne se passe pas grand chose (malgré une bonne idée de départ) et on accompagne le personnage principal dans son introspection et ses lamentations.
L'erreur est humaine, mais un véritable désastre nécessite un ordinateur.

Les systèmes de croyances créent des filtres à travers lesquels le chaos se résout en ordre. Frank Herbert
Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1655
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/pointblanc-t6002.html]là[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 46

Il est dur, Raphaël Meltz, je trouve. Parce que s'il y a un truc que je reconnais à Houellebecq, c'est bien d'être parvenu à accoucher de cette fadeur étudiée, comme si la vilaine langue sans aspérités des éditoriaux des grands quotidiens et des articles wikipédia avait contaminé la littérature au point de devenir un style.
Pour ma part, je lui reproche surtout d'être un romantique refoulé et un faux pessimiste. C'est un grand sentimental, Houellebecq :)
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Avatar du membre
Pascalita
Messages : 1446
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/bonjour-t7720.html]Un coup d'œil sous l'écorce[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

PointBlanc a écrit :
lun. 23 déc. 2019 07:45
d'être un romantique refoulé et un faux pessimiste. C'est un grand sentimental, Houellebecq
Je rebondis sur ce que tu dis, PointBlanc, parce que j'ai la même perception de lui à travers son écriture.

Je précise que je ne le connais pas comme personnage public ; je n'écoute ni ne lis rien d'autre que ses livres, et pour ma part, j'aime son écriture. Je ne suis pas spécialiste non plus, je n'ai pas lu tous ses livres (et notamment pas Soumission, ne serait-ce qu'à cause de la polémique ; je le lirai sans doute plus tard) mais j'ai aimé ceux que j'ai lus, précisément à cause de ce point que tu soulignes : à travers la désillusion, la fadeur et le cynisme, j'entends le manque criant et le regret d'un "autre chose" qui est si nécessaire et fait tant défaut (je pense particulièrement à Plateforme). Et ce mordant, ce cynisme, je les sens comme la réaction de l'animal blessé. Mais bien sûr, je ne saurais faire la part des choses entre ce qui appartient à mon regard de lectrice et ce qui relève du projet d'écriture.

Et donc, je ne sais pas pourquoi tu le lui reproches, si c'est parce que selon toi cet aspect transparaît (involontairement) et que ça gâche l'objectif de noirceur totale, ou si c'est parce que tu estimes que c'est délibéré et que... ça gâche l'objectif de noirceur totale :huhu: ; moi j'ai toujours pensé que c'était délibéré, et en cela je trouve que c'est réussi, justement parce que ce qu'on sent en filigrane, loin au fond, donne de la profondeur et une sorte de dédoublement à l'ensemble, comme un reflet qu'on apercevrait fugitivement dans un miroir le temps d'un éclat de lumière, un reflet fantôme, un mirage sans doute. Mais pour que ce reflet transparaisse, il faut que son image préexiste - on ne peut regretter que ce qu'on connaît, ce dont on a une idée.

(Et d'ailleurs, n'est-ce pas ce qui sous-tend ton écriture aussi, PointBlanc ?)


Edité pour coquilles.
Avatar du membre
Nellylou
Messages : 18
Enregistré le : mar. 19 nov. 2019 20:37
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS

Je me refais l'intégrale "Marvel les années 2000". Je viens de finir X-Men ^^
:tourne: "Agis comme si tu avais la foi, et la foi te sera donnée". :tourne:
Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1655
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/pointblanc-t6002.html]là[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 46

Pascalita : je pense moi aussi que c'est volontaire et que c'est au fond ce qui lui tient à cœur. Et donc, c'est ce qui fait que je n'accroche pas, ce sentimentalisme : comme lecteur et dans ce que j'écris, je suis porté à beaucoup plus de noirceur, ou alors à beaucoup plus de distance (je peux aimer un poème d'amour écrit il y a des siècles sur un autre continent ; plus près dans l'espace et le temps, je n'y crois plus).
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Roland
Messages : 184
Enregistré le : mer. 8 mai 2019 21:43
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 42

Bonjour,
Je viens de finir Surcouf de Hubinon et Charlier.
Il existe en album intégral.
A mettre entre toutes les mains...
C est enlevé, bien replacé dans le contexte historique, relevé d encarts techniques ou culturels.
Océans, navires, aventures, amour de la France, tout est là pour plaire. Une excellente idée de lecture, de relecture ou de cadeau.
Avatar du membre
ederl
Messages : 90
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2019 03:31
Présentation : [url="https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10448"]ICI[/url]
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 45

Je lis en ce moment Marina Tsvetaeva Boris Pasternak Correspondance (1922-1936) j'espère que j'arriverai au bout, c'est tellement beau et riche que ça me bouleverse. Ce sont deux poètes qui décrivent l'amour qu'ils portent l'un pour l'autre, pour leurs œuvres, jusqu'au fin fond de leurs plus fins sentiments, jusqu'à la limite de leurs réflexions existentialistes et personnelles. Le tout avec une justesse touchante. Leurs sensibilités est là, simplement là et ils se le disent. :inlove:
Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 441
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : [url=http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049] C'est ici[/url]
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Je crois que je ne sais pas vraiment dans quoi j'ai mis les yeux et si j'en ressortirai jamais indemne.

Je viens de commencer Dune, de Franck Herbert.

(C'était juste en attendant les prochains Pratchett qui devraient arriver demain, mais j'ai bien peur qu'ils aient à attendre)
Avatar du membre
El Dragone
Messages : 25
Enregistré le : mer. 11 déc. 2019 12:26
Profil : En questionnement
Test : NON

Actuellement je lis "Empathie et manipulation, les pièges de la compassion" de Serge Tisseron et en parallèle "La psychothérapie: approches comparées par la pratique" des éditions Elsevier Masson.
Tsa (type asperger).
Avatar du membre
Miss souris
Messages : 2579
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 48

@ederl : Marina Tsvetaeva Boris Pasternak Correspondance, ça a été le sujet d'une fiction de france culture l'an dernier... Ca passait vers 20 heures, j'étais dans la voiture, et c'était scotchant. Le texte, et les voix des acteurs, je n'arrêtais pas de me répéter que c'étaient des acteurs et pas les vrais poètes ...:) Je n'arrivais pas à le croire, tellement ils m'emportaient avec eux.
Avatar du membre
UnPosteur
Messages : 67
Enregistré le : sam. 30 nov. 2019 02:15
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 30

Je viens de terminer Nino dans la nuit, roman français de Simon et Capucine Joannin, paru en Janvier 2019.
Truffée de dialogues truculents, l’écriture pleine de vivacité de ce roman plante à la perfection ses personnages. Nino, dix-neuf ans, raconte ses galères pour survivre sans argent à Paris. Amoureux de Lale, il voit son couple menacé par la pauvreté, contre laquelle il essaie coûte que coûte de lutter sans perdre sa volonté de vivre. C’est une vie de débrouille ponctuée de fêtes, celle d'une jeunesse qui cumule les petits boulots et les trafics en tout genre. Les réflexions et observations pleines d’acuité de Nino sur ce qui l’entoure esquissent le portrait d’une génération qui tente de trouver sa place dans un monde où il n’y en a plus, d’envisager un avenir. Contre l’accablement, la fureur de vivre anime les personnages de cette fresque nocturne mouvementée, fidèle à notre époque. Simon Johannin a grandi dans l’Hérault. À 17 ans, il suit des études de cinéma à l’Université de Montpellier, qu’il déserte rapidement. Il travaille en intérim puis vend des jouets, avant d’intégrer l’atelier d’espace urbain de La Cambre à Bruxelles, de 2013 à 2016. Son premier roman L’Été des charognes paraît en 2017. Quant à Nino dans la nuit, il résulte d’une collaboration avec Capucine Spineux, cerveau de la désertion initiale et de la route suivie depuis par les deux.
Nino, personnage principal x narrateur, a une vision du monde plutôt sombre. Le titre du roman est bien trouvé, il avance dans la nuit comme un drakkar enflammé à la dérive. Le style est à la fois sobre, proche du langage parlé, et très étoffé par la quantité d'images au vitriol qui rendent le texte dense et brutal, le lecteur n'ayant pas le temps de digérer la vision précédente qu'une nouvelle vient s'y superposer, et la persistance rétinienne fluidifie le tout comme le plasma le sang. C'est un voyage halluciné au bout de la nuit. Eh oui, le rapprochement est facile. Bref, Nino et Lale fusionnels errent dans l'hiver, et je vais en rester là parce que je suis très nul pour parler des livres. C'est bien écrit.
Je recommande chaudement.

PS : si ça intéresse quelqu'un je lui donne pour Noël. Format epub.

Bisous :angel:
Avatar du membre
Tartempion
Messages : 672
Enregistré le : mer. 25 janv. 2017 13:33
Présentation : [url=https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=8172#p242276]pour en savoir plus[/url]
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Tarn
Âge : 43

InMedio a écrit :
mar. 24 déc. 2019 10:17
Je crois que je ne sais pas vraiment dans quoi j'ai mis les yeux et si j'en ressortirai jamais indemne.

Je viens de commencer Dune, de Franck Herbert.

(C'était juste en attendant les prochains Pratchett qui devraient arriver demain, mais j'ai bien peur qu'ils aient à attendre)
Bon courage ! J'ai mis une quinzaine d'années à lire tous les tomes jusqu'à la Maison des mères. L'empereur Dieu ayant été le premier tome pour lequel j'ai mis plus de trois ans à finir un livre (je l'ai laissé de côté plusieurs fois pendant de longs mois).
Les livres de Pratchett se lisent beaucoup plus facilement =)
L'erreur est humaine, mais un véritable désastre nécessite un ordinateur.

Les systèmes de croyances créent des filtres à travers lesquels le chaos se résout en ordre. Frank Herbert
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

InMedio a écrit :
mar. 24 déc. 2019 10:17
Je viens de commencer Dune, de Franck Herbert.
Je t'envie de le découvrir. A mon avis, c'est un des plus grands romans de science-fiction jamais écrits, et sur certains points, il est devenu presque prophétique. On y trouve deux des questions qui hantent notre époque (la manipulation religieuse et ses effets géopolitiques, et les abîmes ouverts par les erreurs écologiques) traitées avec une intelligence et un sens narratif confondants.
J'espère qu'il te plaira. Personnellement, pour mettre un bémol, je trouve que seuls les trois premiers tomes sont de haute qualité. A partir de L'empereur-dieu de Dune, c'est du ressassement.
Avatar du membre
yokainoshima
Messages : 441
Enregistré le : jeu. 25 juil. 2019 15:52
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Oh il faudrait que je retente de les lire, ça me donne envie comme tu en parles @Judith
Avatar du membre
ederl
Messages : 90
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2019 03:31
Présentation : [url="https://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=10448"]ICI[/url]
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 45

@Miss souris le livre a l'air tout aussi prenant... ça devait être bien en effet à écouter d'après ce que tu en dis.
@Judith Dune du coup c'est le livre dont Lynch a fait une adaptation du même nom ?
Avatar du membre
Judith
Messages : 742
Enregistré le : dim. 21 mai 2017 08:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 47

@yokainoshima : tu peux toujours lui redonner une chance. La manière d'Herbert est si particulière qu'en une cinquantaine de pages, on sait si on accroche ou non.
@ederl : oui, c'est bien ça. Le film est assez éloigné du livre.
Répondre