Ces mots qui vous touchent...

Répondre
Avatar du membre
VictorMenard
Messages : 478
Enregistré le : ven. 15 sept. 2017 10:32
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t8807.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par VictorMenard » lun. 5 mars 2018 16:28

enufsed a écrit :
ven. 2 mars 2018 22:35
J'avais une discussion récemment au sujet des voyages, je n'arrivais pas à définir pourquoi j'avais un sentiment mélangé relativement à ça, la peur d'être dans une consommation et d'y chercher les mauvaises choses.
Réminiscence de Nicolas Bouvier, dans L'usage du monde je crois mais il faut tous les lire, où il explique que pour réellement faire un voyage, on doit accepter la possibilité d'être défait par le voyage.
Autrefois j'étais indécis, mais à présent je n'en suis plus aussi sûr.

Avatar du membre
Nelea
Messages : 902
Enregistré le : dim. 5 mars 2017 15:05
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 30

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par Nelea » mar. 16 oct. 2018 20:17

Brrr...

Barbara

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vus qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N’oublie pas
Cette pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l’arsenal
Sur le bateau d’Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé
C’est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent commes des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.
Jacques Prévert
"The only real conflict you will ever have in your life won't be with others, but with yourself", Shannon L. Alder
"Nous avons peur de nous-même et de ce que nous apercevons de nous chez les autres." Henning Mankell

Avatar du membre
Tiamat
Messages : 32
Enregistré le : lun. 24 juil. 2017 17:07
Présentation : Zone aphotique
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Abysses

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par Tiamat » jeu. 29 août 2019 17:55

PSAUME

Ô, combien perméables sont les frontières humaines !
Voyez tous ces nuages qui passent, impunément,
ces sables du désert filant d'un pays à l'autre,
ces cailloux des montagnes pénétrant chez l'ennemi
en d'insolents sursauts !

Est-il besoin de prendre un à un les oiseaux
qui volent ou qui se posent sur la barrière baissée ?
Mettons, rien qu'un moineau, et voilà que déjà
sa queue est limitrophe, et son bec indigène !
Et puis, qu'est-ce qu'il gigote !

Dans l'essaim des insectes je prendrai la fourmi
qui, entre le pied droit et gauche du douanier,
ne se sent pas tenue d'avouer ses vadrouilles.

Oh, saisir d'un regard cette immense confusion
sur tous les continents !
N'est-ce pas là le troène qui, de l'autre bord du fleuve,
passe en contrebande sa cent millième feuille ?
Et qui d'autre, pensez-vous, que la pieuvre aux longs bras
viole les sacro-saintes eaux territoriales ?

Comment peut-on parler d'ordre dans tout cela,
s'il n'est même pas possible d'écarter les étoiles
pour que l'on sache enfin laquelle brille pour qui ?

Et que dire du brouillard qui traîne où ça lui chante !
Et des poussières des steppes sur toute leur étendue,
comme si, en leur milieu, elles n'étaient pas coupées !
Et ces voix qui résonnent sur les ondes serviables,
pépiements séducteurs et allusifs glouglous !

Seul ce qui est humain peut nous être étranger.
Le reste c'est forêts mixtes, travail de taupe et vent.

– Wisława Szymborska, Grand Nombre (1976), in De la mort sans exagérer

Sabrikolle
Messages : 25
Enregistré le : ven. 30 août 2019 08:43
Présentation : viewtopic.php?f=9&t=10338
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 30

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par Sabrikolle » lun. 2 sept. 2019 10:37

"Oui c'est assurément la plus belle histoire du monde puisque c'est la nôtre.
Nous la portons au plus profond de nous-mêmes: notre corps est composé des atomes de l'univers, nos cellules enferment une parcelle de l'océan primitif, nos gènes sont, en majorité, communs à ceux de nos voisins primates, notre cerveau possède les strates de l'évolution de l'intelligence, et quand il se forme dans le ventre maternel, le petit d'homme refait, en accéléré, le parcours de l'évolution animale.
La plus belle histoire du monde, qui pourrait le nier ?
Mais quelle que soit la vision, mystique ou scientifique, que nous portons sur nos origines, quelle que soit notre conviction, déterministe ou sceptique, religieuse ou agnostique, il n'y a qu'une seule morale qui vaille dans cette histoire, une seule donnée essentielle : nous ne sommes que de dérisoires étincelles au regard de l'univers.
Puissions-nous avoir la sagesse de ne pas l'oublier."

Dominique Simonnet

Avatar du membre
PointBlanc
Messages : 1662
Enregistré le : sam. 7 mars 2015 18:56
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 45

Re: Ces mots qui vous touchent...

Message par PointBlanc » sam. 5 oct. 2019 17:57

"Ceux-ci n'ont pas voulu à tout prix faire du "véritablement sensationnel", ils ne furent pas lâchement complaisants envers la vie, ils n'ont pas voulu se réconcilier avec elle de manière prématurée. Ils eurent le courage de reconnaître leur situation, de voir les choses en face, de ne pas nier la catastrophe ni la flétrissure ; ils s'exercèrent à ne pas imaginer un autre lendemain que celui qui devait arriver ; c'est pourquoi ils restèrent à un seul endroit, c'est pourquoi ils purent témoigner et apporter quelque chose qui demeura. Quelque chose qui n'était pas pris sur le vif mais qui vivait."

Ludwig Hohl.
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?

Répondre