Comment aider un oiseau tombé du nid

Répondre
Avatar du membre
Pascalita
Messages : 683
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : Un coup d'œil sous l'écorce
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Comment aider un oiseau tombé du nid

Message par Pascalita » mer. 11 juil. 2018 11:20

C'est la saison, et ça vient de m'arriver : un petit moineau par terre sous le nid, apparemment pas blessé mais pas encore capable de voler, à la portée du premier chat venu.

Je pensais avoir vu un sujet sur le forum, mais apparemment il n'y en a pas.
Je dépose donc ici les renseignements que j'ai trouvés, sous forme d'une petite fiche synthétique mais qui évitera peut-être à d'autres l'erreur que je pense avoir faite faute d'avoir trouvé tout de suite le paragraphe important dans ce site très riche en informations : http://www.ornithomedia.com/pratique/co ... 00330.html.
  • On peut prendre un oisillon dans ses mains. Si on a des gants à proximité, c'est mieux (pour soi-même aussi, parce que l'oiseau pourrait être porteur de parasites) mais il ne sera pas forcément rejeté par ses parents si on l'a touché.
  • S'il ne semble pas blessé, la chose la plus sensée à faire est de le remettre aussi vite que possible dans son nid ou le plus près possible, dans un endroit protégé des prédateurs et d'une nouvelle chute (un carton, par exemple, ou une boîte). En effet ses parents l'ont peut-être déjà repéré, et vont venir le nourrir là où il est.
  • Si on n'a pas pu le remettre dans le nid, observer pendant une heure ou deux, vérifier que les parents s'occupent effectivement de lui.
  • S'ils ne viennent pas ou si on n'a pas pu le mettre à proximité du nid, alors il faut le nourrir et l'hydrater.
  • Et dans ce cas, il est important de le mettre au calme d'abord, dans un carton par exemple, avec un peu de journal au fond, ou des feuilles, dans un endroit pas trop lumineux ni bruyant, et d'attendre qu'il soit calmé avant d'essayer de le nourrir.
  • Le faire boire n'est pas forcément une bonne idée. J'explique : ça a été mon premier réflexe, lui donner de l'eau avec un peu de miel pour le requinquer. Mais : les oisillons ne savent pas bien boire et risquent d'inspirer l'eau à la place de l'avaler, et de s'étouffer. Il faut donc faire attention à ne pas le forcer à boire. Juste lui présenter une pipette non blessante devant le bec et attendre de voir s'il l'ouvre. Là, il boira de lui-même la petite goutte à disposition au bout de la pipette.
  • Le mieux cependant est de lui donner de la nourriture qui soit assez humidifiée pour qu'il se réhydrate en même temps : il paraît que les croquettes pour chat ou chien sont adaptées, ou alors une pâte faite de farine de maïs ou d'avoine mélangée à du jaune d'oeuf cuit et de l'eau. Le tout à température ambiante.
Voilà ce que j'ai retenu des mesures d'urgence.
Je ne suis pas spécialisée en ornithologie, j'ai juste reproduit les renseignements qui m'ont paru les plus essentiels et les plus fiables ; si quelqu'un peut compléter ou au contraire infirmer certains des points, je vous en prie.

Le site que j'ai mis en lien me semble bien fait et complet ; il donne plein d'infos sur les différents régimes alimentaires (granivore, insectivore, frugivore) en fonction de l'espèce, le stade de croissance et les besoins de l'oisillon selon ces stades.
Cette page-ci parle spécifiquement de l'alimentation : http://www.ornithomedia.com/pratique/co ... 00027.html

Avatar du membre
baptiste
Messages : 474
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Comment aider un oiseau tombé du nid

Message par baptiste » mer. 11 juil. 2018 12:59

Alors pour donner mon avis de "specialiste" (4ans en centre de sauvegarde)

Tout le début est bon.
Pour la nourriture la plus part des passereaux sont insectivores au stade poussin et juvénile mais leur régime change au stade immature.

Dans tout les cas prendre contact avec un centre de sauvegarde avant de faire quoi que se soit :

Www.secours-faunesauvage.eu

La nourriture pour chat ou chien est trop pauvre pour suffire sur le moyen terme préférer le steak haché maigre (aussi plus facile à donner en boulettes).

Ne pas essayer d'élever l'animal sois même.

La détention d'un animal sauvage est passible de 5ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende. Que ce soit un moineau ou un aigle royal

Édit maintenant j'ai plus mon patron sur le dos : un copier coller d'un post fait sur un autre forum désolé pour l'orthographe je tape depuis mon téléphone.

Donc, que faire face à un animal sauvage en détresse ?

1 identifier l'espèce ou à défaut la famille


Suivant l'espèce, la conduite à tenir est franchement différente. Par exemple un martinet trouvé au sol est systématiquement en détresse alors que par les merles font souvent semblant d'être blessés pour attirer les prédateurs loin du nid.

Pour l'identification, ne pas faire confiance à internet. Un exemple édifiant : tappez "bébé buse" dans Google image, dans les 10 premières photos seule deux sont effectivement des buses, et les deux premières images ne sont même pas des rapaces.

Connaître l'espèce vous donne des notions sur l'écologie de celle ci ce qui est utile pour la suite.

2 observer et analyser

L'animal est il vraiment en situation de détresse ? Blessure ? Signe de choc ?Un jeune trouvé seul dans la nature est parfaitement normal pour certaines espèces (chevreuil, chouette hulotte, cheveches...) mais problématique pour beaucoup d'autres (effraie, hérisson...).
De même un animal nocturne trouvé en plein jour est quasi systématiquement signe de problème.
Prenez le temps d'analyser le contexte aussi, un animal qui reste immobile en bord de route à potentiellement été frappé par une voiture.
Il est parfaitement normal de trouver un immature (emplumé mais non volant) en dehors du nid, y compris au sol.


3 avant de faire quoi que ce soit contactez le centre de sauvegarde le plus proche de chez vous


Liste disponible sur www.secours-faunesauvage.eu

Ils sont les seuls habilités à recevoir la faune sauvage et à la réhabiliter à des fins de relâcher dans la nature.
Le fait de les avoir prévenu vous donne droit à une dérogation pour le transport de L'animal vers le centre le plus proche.

si il est impossible de joindre le centre
La plupart ont un fonctionnement associatif donc il n'y à pas de ligne d'urgence d'autres répondent quasi 24h/24. Certains ont des relais dans leur zone, d'autres des box sécurisés pour recevoir les animaux en période de fermeture. Il n'y a pas de règles.

Dans ce cas c'est à vous de prendre la décision en votre âme et conscience de capturer l'animal. Mais dans tout les cas il convient de contacter le centre dès que possible.
Les chances de survie d'un animal sauvage diminuent de 50% par jour entre le trauma et la prise en charge.

capture d'un animal sauvage

D'une manière générale il faut commencer par se protéger soi avant tout.
Commencez par identifier la partie dangereuse (serre chez un rapace, bec chez un oiseau d'eau, mâchoire chez un carnivore...) et ne vous en approchez pas.
Ensuite dans la mesure du possible portez des gants et protections adaptées.
Prenez un tissu épais (veste, blouson...) et jetez le sur L'animal. Puis emballez le tout façon sushi. Tenez le fermement sous votre bras le plus loin possible de votre visage.
La plupart des oiseaux ne sont pas fait pour fonctionner dans le noir donc il devrais se calmer.
Ne jamais le toucher directement, la plupart des animaux sauvages sont porteurs de tout un tas de saloperies.
Dès que possible placez le dans un carton, le plus proche possible de ses dimensions. Un carton trop grand peu occasionner des blessures supplémentaires. Si besoin rajoutez du journal froissé pour que L'animal ne puisse pas trop bouger.
Fermez le carton et stockez le dans un endroit calme (pas de bruit, pas de lumière) et tempéré en attendant le transport vers un centre.

ne jamais nourrir ou abreuver un animal sans avis du centre

Pour le transport même consignes au calme (pas de radio...) tempéré (pas la clim à fond pas en plein soleil) et en douceur...

Ne pas exhiber l'animal, ne pas le prendre en photo, ne pas le placer à proximité d'un animal domestique.

Le stress est la première cause de mortalité dans 20% des cas il meurt littéralement de peur avant de pouvoir être pris en charge.

cas d'un jeune
Les jeunes animaux doivent être maintenus au chaud (pas au soleil) donc si possible sur bouillotte (bouteille d'eau chaude dans une chaussette).
Ne pas le nourrir si il n'est pas réchauffé.
Ne pas le forcer à manger ou boire

oisillon
Si en plume ou en duvet le maintenir au chaud, ne pas le nourrir ou l'abreuver de force.
Si détention supérieure à 6h laisser à disposition une gamelle basse avec un peu d'eau (couvercle de pot de confiture) attention si il se mouille il risque l'hypothermie. Et éventuellement quelques insectes morts ou viande ou
Viande hachée.

Si nu avec les yeux recouverts. Maintenir le plus au chaud possible (37degré) si ouvre le bec y déposer délicatement une petite boulette de viande hachée légèrement humectée. Et ce dés qu'il ouvre le bec.

jeune mammifère
Si yeux ouverts même consigne que pour les oisillons en plume.
Si yeux fermés
Fabriquer un réhydratant système D (dans 50cl d'eau tiède dissoudre 1cuillere à café de sel et deux de sucre) proposer à la seringue toute les deux heures. Ne jamais forcer
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
Pascalita
Messages : 683
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : Un coup d'œil sous l'écorce
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Comment aider un oiseau tombé du nid

Message par Pascalita » mer. 11 juil. 2018 23:02

@baptiste : Merci pour les précisions et les compléments, baptiste. Je pensais bien que tu pourrais apporter des éléments ! :clin:

Juste une question : tu dis que le début est bon ; mais y a-t-il des choses fausses (en plus du problème des croquettes), à ne vraiment pas faire, dans ce que j'ai mentionné ? S'il y a des parties à modifier, je pourrai encore le faire demain matin (ah non : ce matin B) ).

Avatar du membre
baptiste
Messages : 474
Enregistré le : mar. 22 mars 2016 23:38
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Comment aider un oiseau tombé du nid

Message par baptiste » jeu. 12 juil. 2018 07:20

Non ce que tu a dis est bon.

Quelques précisions toutefois:
- chez la plupart des oiseaux le jeune quitte le nid avant d'être volant, les parents continuent de le nourrir au sol (un peu comme un ado qui prend un appart sans être capable de se faire cuire un plat de nouilles). Avant de le ramasser, il faut observer si les parents reviennent. De préférence de loin et caché, les parents ne viendrons pas si il vous détectent afin d'éviter d'attirer l'attention sur le jeune.

Il est donc parfaitement normal de trouver un jeune emplumé mais non volant au sol.

Il est souvent possible que les parents arrêtent de nourrir le jeune pour le pousser à s'envoler de lui même. Ils l'affament pour le pousser à chercher la nourriture lui même mais dans ce cas là ils restent à proximité et l'appellent.

- ne jamais forcer un oiseau à manger ou boire. Toujours le réchauffer avant (les oiseaux perdent facilement leur capacité à réguler leur température surtout en cas de stress ou de choc) un oisillon ouvrira le bec de lui même si il est en état d'être nourri. Si il n'est pas à température optimale le fait de le nourrir va le tuer à brève échéance.
Si il ouvre le bec il faut le nourrir à chaque fois donc environs toute les 20 minutes du lever au couché du soleil.

- la plupart des oiseaux (y compris les jeunes) peuvent passer 24 à 48h sans manger ni boire.

Quelques chiffres pour terminer :
- dans le centre ou j'ai travaillé accueillait 2500 animaux par ans avec seulement deux salariés. À la période des jeunes on travaillais facilement 90 heures par semaine.
- sur les 2500 animaux accueillis environs 50% de jeunes, sur ces jeunes 90% ont été recueillis sans raison et n'auraient jamais dû nous être envoyés.
- le coût moyen de prise en charge d'un animal est de 80€, 150 dans le cas d'un jeune. Alors si vous déposez un animal en centre n'hésitez pas à faire un don. Ils ont tous un fonctionnement associatif et reçoivent peu ou pas de subvention

Pour partager mon expérience perso la nurserie à la "periode" était un cauchemars. Imaginez une pièce de 20 m2 remplie de cages sur plusieurs hauteurs. On travaille à la chaîne pour nourrir tout le monde, nettoyer les cages, impossible de prendre une seconde de retard sinon ça décale tout les nourrissages. Souvent on est seul dans la pièce de 7h à 23h si on à le temps de manger c'est en 5minutes. On termine chaque journée épuisés, dépressif et souvent il faut enchaîner une nuit de garde pour les urgences ou les animaux ayant besoin de soins constant. Sur une certaine période, on se nourrissait quasi uniquement de café, on tombais dans les pommes de fatigue, en essayant de pas tomber dans le passage pour pas gêner les collègues qui n'avaient même pas le temps de nous relever.
La période commence de mars à août. À partir de ce moment là ça deviens de la survie, on a plus le temps de rien. On prie pour recevoir de l'aide des bénévoles. On reçois tellement d'animaux que le triage se fait à la chaîne et on dispose d'a peine quelques minutes pour décider du sort de chaque animal. Je me suis vu travailler sous perfusion parce que j'avais pas le temps de boire assez. J'ai vu des soigneurs pleurer d'épuisement.

Alors si on gueule parce qu'un découvreur à ramassé un animal qui va bien, ou fait n'importe quoi avec faut pas le prendre mal. Si vous avez du temps allez faire du bénévolat en centre. Si vous emmenez un animal, amenez du café, un gâteau ou un peu d'argent ça aidera toujours un peu les soigneurs. Et par conséquent les animaux
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique

Avatar du membre
Pascalita
Messages : 683
Enregistré le : dim. 14 août 2016 11:26
Présentation : Un coup d'œil sous l'écorce
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Comment aider un oiseau tombé du nid

Message par Pascalita » jeu. 12 juil. 2018 09:29

Je comprends, baptiste. Donner du temps et de l'énergie (autant de temps et d'énergie) en ayant du mal à faire ce qu'il faudrait pour tous les animaux qui en ont besoin, et voir arriver des petits qui ont été ramassés sans raison, il y a de quoi s'énerver. Le chiffre de 90% que tu cites est effarant, jamais je n'aurais imaginé ça... Tout comme les résultats de recherches sur gogol...
Merci d'avoir insisté là-dessus et d'avoir expliqué.

Comme je vis à la campagne, je connais les habitudes des animaux autour de moi et je suis partie de l'optique que le besoin de secours avait été mis en évidence avant de faire quoi que ce soit... Du coup, j'ai complètement zappé toute la partie discrimination de l'espèce et du besoin.

D'autre part, j'aurais certainement eu l'idée d'appeler un centre de sauvegarde ou d'aller chez un vétérinaire avec un milan royal (pas d'aigles chez moi) mais pas avec un moineau ou un jeune merle - justement pour ne pas encombrer : si tout le monde apportait ses moineaux... D'ailleurs je ne savais pas que la détention d'espèces non menacées ou non protégées était également interdite - en plus, on ne peut pas dire que je les détienne : ils habitent déjà chez moi, et sans m'en demander l'autorisation ! :devilish:

D'où le souci de leur venir en aide, efficacement et uniquement dans la mesure où leur vie est en danger.
Or même ça, c'est déjà interférer dans la vie sauvage et le cours naturel des choses, c'est clair. (Mon âme et conscience ont déjà été mises à contribution plusieurs fois entre l'envie de ne pas laisser mourir un animal et le respect de l'ordre des choses et des lois de la vie et de la mort...)

Et merci pour les liens.

Avatar du membre
Osia
Messages : 206
Enregistré le : lun. 16 janv. 2017 12:02
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 40

Re: Comment aider un oiseau tombé du nid

Message par Osia » dim. 22 juil. 2018 01:28

Hors-sujet
:favorite: Merci à vous deux pour ce partage de conseils et expériences, ce post est très enrichissant.
«Les grandes personnes sont décidément très très bizarres».
Le Petit Prince

Répondre