QALC : A quoi sert un composteur ?

Avatar du membre
Pataboul
Patamobile
Messages : 903
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par Pataboul » jeu. 13 déc. 2018 16:02

TourneLune a écrit :
jeu. 13 déc. 2018 15:45
Mais bon, ça concerne toujours des trucs en surface et j'imagine quand même que si les anciens faisaient ça c'est que c'était pas si idiot, même si avec la connaissance scientifique on se rend parfois compte qu'on peut faire mieux.
Ca dépend de quels "anciens" on parle. L'agriculture moderne qui produit d'énormes quantités de lisier et fumier et n'a pas la patience de le composter, c'est très récent en fait et concerne à tout casser 4 ou 5 générations d'agriculteurs. Et ça fait déjà plus d'une génération qu'on a le recul nécessaire pour constater que la plupart de ces techniques sont très néfastes à long terme.

On en sait aujourd'hui assez pour dénoncer aussi les pratique plus anciennes, qui on prit si longtemps que ce n'était pas perceptible à l'échelle d'une vie humaine, mais ont bel et bien dégradé les sols où elles étaient pratiquées. Dan la diversité de celles-ci, il y en a qui semblent avoir trouvé un juste équilibre, mais c'est pas celles qui furent les plus répandues dans nos contrées.

Avatar du membre
Loupiotte
Messages : 109
Enregistré le : jeu. 25 oct. 2018 22:17
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 28

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par Loupiotte » jeu. 13 déc. 2018 16:06

Pataboul a écrit :
jeu. 13 déc. 2018 16:02
On en sait aujourd'hui assez pour dénoncer aussi les pratique plus anciennes, qui on prit si longtemps que ce n'était pas perceptible à l'échelle d'une vie humaine, mais ont bel et bien dégradé les sols où elles étaient pratiquées. Dan la diversité de celles-ci, il y en a qui semblent avoir trouvé un juste équilibre, mais c'est pas celles qui furent les plus répandues dans nos contrées.
Hors-sujet
A quelles pratiques penses-tu ?

Avatar du membre
Pataboul
Patamobile
Messages : 903
Enregistré le : dim. 18 janv. 2015 21:02
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par Pataboul » jeu. 13 déc. 2018 16:14

Hors-sujet
Brûlis et labour principalement. Si c'est très efficace à court terme, trop souvent répété cela dégrade les sols.

Avatar du membre
Le Renard
Messages : 1778
Enregistré le : sam. 10 mars 2012 22:49
Présentation : http://kibu.fr/presentatronche/
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 36

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par Le Renard » ven. 12 avr. 2019 08:21

Pataboul a écrit :
jeu. 13 déc. 2018 11:48
Enterré, ce n'est PAS du compostage! C'est juste enfouir ses déchets, la matière organique y mettra très longtemps à se dégrader, de manière incomplète, quand elle ne deviendra pas fossile.
Bon bin madame a déterré des déchets de cuisine qu'on avait enterrés depuis novembre. Quelques dizaines de litres. Il a gelé quasiment toutes les nuits sur la période, et les journées sur presque deux mois. Malgré ça, ce qu'elle a trouvé était en état de décomposition suffisamment avancée pour qu'on ne reconnaisse pas si c'était des épluchures de légumes ou les traces d'une affaire criminelle non-résolue. C'était une bouillie noire et grouillante de vers de terre, qu'elle a mélangée au fumier des chevaux qui habitent juste à côté, le tout pour engraisser le potager.

Avatar du membre
Nono
Messages : 205
Enregistré le : jeu. 7 juil. 2016 12:50
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 22

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par Nono » ven. 12 avr. 2019 15:02

D'accord avec Pataboul. Si je me souviens bien de mes cours et pour donner un appui théorique à tout ça, il existe plusieurs manières de transformer la matière organique (épluchures, caca d'animaux, etc.) en substrat digne de ce nom. En fonction des conditions dans lesquelles on met les déchets, ils ne réagissent pas pareil.
En plus de tout ce que vous avez dit, les composteurs modernes sont censés, s'ils sont bien conçus, optimiser ces conditions pour permettre de former le plus rapidement possible un compost de la meilleur qualité possible. Ça passe par un milieu plus ou moins fermé (pas totalement pour ne pas qu'il y ait fermentation), avec des apports d'eau réguliers (il y a pas mal de tutos sur internet, je ne me souviens plus du processus idéal).
Si le compost est bien fait, la température doit monter à un moment (à cause de la respiration) vers 70-80 °C (phase de dégradation, qu'on appelle abusivement la phase de fermentation - et après on s'étonne qu'on s'y perde). Ça permet d'augmenter la vitesse de minéralisation de la matière organique (transformation en CO2), et aussi de stériliser en tuant la plupart des organismes et pathogènes des plantes qui ne sont pas tolérant à ces températures (mais il ne faut pas monter plus au risque de tuer les autres aussi).
La température doit ensuite baisser lentement vers 40-45 °C (phase de maturation). Les organismes du sol qui se développent alors sont plus communs dans nos sols, et la structure final du sol (dont notamment l'humus, une forme relativement stable de la matière organique qui donne leur couleur noire aux sols et qui permet, entre autres, de retenir les minéraux dans les sols) peut se former.

La page wikipedia sur le sujet explique tout ça très bien.

Du coup, si on enterre nos déchets dans un sol peu aéré ou qu'on n'aère pas assez le compost, à la place de la phase de dégradation, il peut y avoir une phase de fermentation (si je me souviens bien, le compost a alors un aspect gras - était-ce le cas Goupil ?). Les organismes du sol produisent alors du méthane (beaucoup moins bien que le CO2 pour le réchauffement climatique). Pour l'anecdote, c'est d'ailleurs de là que viennent les feux folets : dans les marais, la matière organique fermente très souvent, ce qui produit des poches de méthanes qui peuvent s'enflammer très longtemps.
En cas de fermentation, les ions minéraux présents dans la matière organique sont beaucoup moins bien retenus dans les sols et finissent souvent par partir dans les nappes phréatiques...

Si on se contente d'épandre la matière organique sur le sol (comme souvent en agriculture), la dégradation est beaucoup plus lente que dans un compost mais il n'y a pas de fermentation pour autant : ça marche moins bien mais ça marche quand même.

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 278
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par InMedio » sam. 13 avr. 2019 09:05

Ah le compostage ! J'ai envie de répondre mais j'ai pas le temps. Je reviens apporter mes explications, un jour. Promis.
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Avatar du membre
soazic
Messages : 1528
Enregistré le : mar. 23 août 2011 18:31
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t724.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par soazic » sam. 13 avr. 2019 12:20

je n'y connais pas grand chose mais fait du compost et ai un composteur depuis quelques années, mon enthousiasme est partagé par l'hôte qu' il héberge depuis quelques semaines à savoir: soit un rat, soit un surmulot (logé et nourri donc)… :-( Depuis je me suis mise à la percu sur composteur, lui balance de la menthe poivrée et fait des chemins de croquettes jusqu'au lieu dit pour les chats du quartier (dont la mienne!!)sans succès.

Avatar du membre
InMedio
Grille pain
Messages : 278
Enregistré le : ven. 5 janv. 2018 12:37
Présentation : Ça se passe par ici :
http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php?f=9&t=9049
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Angers
Âge : 26

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par InMedio » dim. 14 avr. 2019 15:10

Je voudrais apporter ma pierre à l'édifice des ces explications sur le compostage et l'intérêt d'un composteur.
Le lombricompost est un truc à part. Il faut produire suffisamment de déchets organiques pour nourrir les vers, on obtient du jus et du compost prêt à l'emploi assez rapidement à condition de maintenir une bonne qualité de vie aux vers.


Le compostage dont parle Renard, dans le jardin, répond à plusieurs questions :

Que faire des déchets organiques du foyer ?

Comment apporter de la matière organique au jardin ?
(Et d'autres d'ordre éthique et tout ça mais je zappe)


Il y a plusieurs éléments à prendre en compte :

Le foyer produit une quantité de déchets organiques au quotidien (plus ou moins important selon la taille de la famille, mais c'est une évidence)

Le foyer produit une certaine qualité de déchets organiques (selon la saison et les habitudes de consommation, ça varie beaucoup)

La matière organique ne se décompose pas tout l'année de la même manière (chaleur, aération du compost, composition des déchets)

Il y a plusieurs manières de mener son compost.
Là on entre dans le sujet, ne partez pas. Quand je collecte mes déchets de cuisine dans un seau que je vide aléatoirement dans le jardin à même le sol, d'une part je ne composte rien du tout, mon jardin sent comme et ressemble à une décharge d'autre part. Ces déchets certes organiques vont mettre un an, voire davantage de temps pour se faire décomposer par la vie en surface du sol, qu'elle soit macro ou microscopique. On commence à faire du compost quand on veut accélérer et optimiser ce processus naturel.

Premièrement la vie du sol est moins active en surface que "juste en dessous de la surface", parce qu'il lui faut une couverture non hermétique (la paille est assez idéale) qui l'abrite du soleil direct, de la pluie directe, du vent et des grosses variations de température. Le composteur est une façon de faire un cocon à la microfaune pour qu'elle soit active et heureuse. Il doit être fermé mais respirant, placé à l'ombre de préférence et pas trop trop loin de la cuisine (il existe un flux, un trajet cuisine-composteur à rendre pratiquable toute l'année).
Sans composteur on peut composter en tas " sur place " ce qui n'empêche pas de couvrir le tas : gazon de tonte, paille..
Sur l'enfouissement : on n'enfouit que du compost mûr, qui a fini la phase de compostage dont on parle ici. Hors de question d'enterrer des déchets frais, c'est source de mauvaise dégradation de la matière organique (dégradation anaérobie, rendant la matière inutilisable par la microfaune responsable de la minéralisation). Exception notable : La bouse de corne, préparation biodynamique spécifique, consiste en l'enfouissement de bouse de vache dans une corne de vache pendant j'sais plus combien de temps et hop, le champ est fertile. Je ne veux pas en parler davantage ici.

Dans le cas, familial et ultra courant, d'un apport quotidien de déchets frais sur le tas de compost, un problème va arriver : la décomposition se faisant en plusieurs étapes et la microfaune du début n'étant pas la même que celle de la fin du processus, rajouter du frais sur du mûr va contrarier tout le monde.
Je conseille donc vivement d'avoir plusieurs bacs. Seul le bac dit de maturation doit être fermé comme susdit, le composteur est idéal pour remplir ce rôle. Le compost à l'intérieur doit cependant pouvoir être remué une a deux fois par an. De ce bac sort le compost mûr qui sent le sous-bois et est d'un couleur marron foncée. C'est ce truc qui va nourrir le jardin, le compost mûr.
Le reste, c'est dans les autres bacs : déchets frais et déchets secs séparés. On les mélangera dans le bac de maturation à proportion à peu près égale en volume (au pifomètre). Ça monte en température (jusqu'à 60°C voire plus !) puis ça redescend et se stabilise en compost mûr en 3 à 6 mois (elle est justement là l'efficacité recherchée dans le questionnement "pourquoi diable ferais-je un compost ?") suivant la qualité des déchets et la saison : trop froid ou trop chaud, la microfaune part en vacances.

Un autre problème a été soulevé : le compost est un véritable hôtel. Tout rongeur comprend qu'il y aura de la bouffe à l'infini et de quoi se loger à volonté dans votre compost, donc protégez-vous : un grillage fin entre le sol et le bas du compost arrête les animaux qui viennent du bas, des panneaux de bois ou des parois de ... Composteur en plastique (encore lui ! C'est sacrément utile, en fait) arrêteront ce qui vient des côtés et du ciel (autres animaux qui ne se déplacent pas sous terre genre des oiseaux).

C'est totalement indispensable en réalité. Quand le compost est infesté, je ne vois qu'une chose à faire : déplacer le tout, casser le tas et tout reformer, avec grillage et parois / couvercle solides, à un autre endroit. Il faut absolument interdire l'accès au compost à toute forme de vie supérieure à 5 cm.

Je ne peux pas m'empêcher de mettre un petit disclaimer en fin de propos toutefois : ce que je dis tient uniquement de mes lectures et mes expériences perso sur le sujet, je ne suis pas expert et donc je peux m'être trompé sur quelques éléments. Même si je suis assez sûr de ce que j'avance, n'hésitez pas à me tacler en cas de bourde, parce que je le ferai pour vous et parce que c'est en faisant des erreurs qu'on progresse.
Une lueur typique chez les individus qui se sont découverts d'une intelligence supérieure à celle de la majorité de leur entourage mais qui n'ont pas encore compris qu'ils seraient encore plus malins s'ils s'abstenaient de le faire savoir. T.P

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3835
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 52

Re: QALC : A quoi sert un composteur ?

Message par madeleine » dim. 14 avr. 2019 21:20

Si on a un chat efficace, les rongeurs ne restent pas longtemps dans le compost, c'est arrivé deux ou trois fois ici et on n'a pas eu besoin de le déménager :)
On y ajoute de la terre assez régulièrement, aussi, pour équilibrer.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Répondre