Page 1 sur 1

Le réveil ?

Posté : lun. 14 mai 2018 11:27
par Holi
Comment êtes vous le matin au réveil ?
Dés que le réveil sonne vous avez les yeux grand ouverts, les pieds par terre, les neurones en actions et le cerveau à 100% :w4x:
OU
Il vous faut tout un temps pour réaliser ce qui se passe, un réel effort pour émerger du sommeil, et un démarrage au ralenti en mode pilotage automatique parce que tout n'est pas encore connecté... |-)

Re: Le réveil ?

Posté : lun. 14 mai 2018 12:23
par Miss souris
les deux mon général ! Au ralenti au point de monter dans la voiture et d'arriver sur mon lieu de travail par inadvertance, en pilote automatique somnambule...Pas de réveil officiel avant le thé de 8 heures et les premiers élèves. Et dans le même temps,capable de commencer (avec moi même, les autres membres de la famille ne sont pas opérationnels à l'heure où je les quitte...) une discussion sur à peu près n'importe quoi et son contraire... Ce qui donne des atterrissages brutaux, le plus souvent dans la voiture. Ce matin ça a donné ça : "non mais quand même Pédigree ça n'a rien à voir avec les romans de Simenon il est beau ce nuage il faut que je fasse des photoco et Macron il le fait exprès de toujours parler à la première personne ou pas Merde je suis au volant je dois faire gaffe mais quand même je savais pas que Cocteau avait fait une bande annonce pour la Belle et la Bête je me demande si elle a pas été montée après ah ben je suis arrivée... ad lib, jusqu'au thé ...

Re: Le réveil ?

Posté : dim. 20 mai 2018 07:37
par InMedio
J'ai aussi envie de dire les deux ! En fait mon mauvais matin ressemble à celui de miss souris, mais quand je suis (c'est souvent) dans un bon matin, je suis plus proche de Taz, à la manière tornade. Où à l'écureuil dans Nos Voisins les Hommes qui voit tout le monde au ralenti quand on lui donne enfin une boisson énergisante.
Le café et la tisane de menthe font effet très vite chez moi et m'aident à convertir le paresseux en diable de Tasmanie quand c'est nécessaire (journée de travail à suivre, rendez-vous important, stage d'aïkido).
À part ça je ne suis pas de mauvaise humeur le matin, ou alors faut réellement vouloir me mettre de mauvaise humeur. Au mieux je serai ennuyé par anticipation de ma journée, mais bien rarement ronchon, bougon, ou d'autres mots en -on.

Re: Le réveil ?

Posté : lun. 21 mai 2018 18:37
par Tamiri
Troisième version : peu de passage en mode "pilote automatique" une fois sur pieds mais, dans les cas où il est impératif de finir par me lever, une sortie plus ou moins progressive du sommeil paradoxal et donc du dernier rêve, et simultanément, la conscience qu'il me faut d'une part récupérer l'usage de mon corps, d'autre-part ouvrir les yeux, ce dont je ne me souviens pas un seul jour d'avoir eu sincèrement envie. Me lever est une souffrance quotidienne :huhu:
Quand il n'y a aucune nécessité : j'ai alors le choix et prends fréquemment l'option "retour au sommeil paradoxal". Comme j'ai fréquemment des rêves "conscients" en fin de nuit, je vais entendre les bruits de l'extérieur et le clocher voisin, sentir que les chats sont paisiblement endormis contre moi (habituellement ils me réveillent vers 5h, viennent au lit pour un court câlin et on se rendort ensemble), et je fais le choix de retourner dans le rêve en cours. S'il y a plusieurs stimuli successifs (le week-end, ça peut être le clocher... qui va sonner toutes les demi-heures à partir de 8h), je peux parfois enchainer plusieurs séquences du même type : je sais que je suis en train de rêver, que je pourrais me réveiller, mais je sais aussi que je n'ai rien de mieux à faire que de me payer un peu de sommeil paradoxal en plus. Arrive finalement un moment où je ne parviens plus à y retourner - ou alors les chats se réveillent avant moi et me sollicitent - et là, je dois me résoudre à me lever, et c'est là le seul désagrément.
On l'aura compris, j'ai horreur de me lever...