Lecture-Torture

Le lieu de Culture, comme le titre de la rubrique l'indique. Ici il s'agira d'Oeuvres et d'Auteurs du vaste paysage culturel. Textes, photos, vidéos...
Rappelons que vos propres créations ont leur lieu consacré!
Répondre
Tyflore
Messages : 7
Enregistré le : sam. 14 juil. 2018 00:08
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Lecture-Torture

Message par Tyflore » mer. 18 juil. 2018 23:05

Bonjour,

Je franchis donc le pas et initie mon premier topic !

Je trouve qu'on ne vilipende pas assez certains auteurs pour leurs ouvrages parfois (assommants/dénués d'intérêt/sans fantaisie) rayer la mention inutile. Dans le but de me sentir moins coupable j'ouvre donc ce topic (qui nous sera bénéfique, à tous, par son effet cathartique).

J'ouvre donc le bal de ces livres qui vous tombent des mains avec un roman que je n'ai pas pu finir : Réparer les vivants de Maylis de Kerengal.

Je l'ai trouvé assez barbant. Les tournures de phrases sont trop alambiquées, et l'historie est suffisamment bancale pour qu'on perde le fil de la lecture avec toutes les circonvolutions auxquelles elle s'adonne.

Et vous ? Quels livres vous posent problème ?
"Nous vivons à une époque où l'ignorance n'a plus honte d'elle-même". Robert Musil

Avatar du membre
enufsed
Messages : 507
Enregistré le : mer. 8 mars 2017 17:07
Présentation : La Mort Dorée
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Morbihan
Âge : 44

Re: Lecture-Torture

Message par enufsed » jeu. 19 juil. 2018 00:06

Forcément quand on met du Musil en citation (et qu'on s'est farci les deux volumes de l'homme sans qualité), c'est difficile de passer sur du Kerengal :huhu:

J'ai jamais eu de problème spécial avec les livres, en général je sais d'instinct ce qui captera mon attention. Après je dis pas que je passe pas à travers un bouquin mais la difficulté de lecture est plutôt une bonne chose avec moi (Joyce par exemple).

À part la phéno de l'esprit de notre ami Hegel...euh si j'ai un souvenir de survivant sur les deux tomes infinis de Au bord de l'eau un truc chinois de 2000 pages que dans mon acharnement habituel j'avais mis un point d'honneur à finir (comme Musil mais ça c'était bien même si j'ai tout oublié!). L'auteur de ces pavés c'est Shi Nai-An, et ça date du XIVe (un peu comme se farcir tout l'Astrée en somme) :whew:

Miss souris
Messages : 1272
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 46

Re: Lecture-Torture

Message par Miss souris » jeu. 19 juil. 2018 09:10

Là, comme ça, je dirais L'Elegance du Hérisson. Coming out : je l'ai toujours soigneusement caché, vu l'enthousiasme que ce livre a provoqué même chez des gens que j'aime, mais pour moi, c'est une succession de poncifs, alors que c'est sensé les dynamiter. ( Faut que je fasse attention, je finis par parler avec les mêmes formules toutes faites que dans le programme du Off d'Avignon...ça doit se trouver sur le net, et je vous recommande chaudement / c'est de saison... la lecture de ces critiques qui n'en sont pas...plus de 1000 spectacles et un bon gros paquet qui se ressemble... Faites vos propres catégories, en voilà un jeu sympa pour l'apéro, ne me remerciez pas, où en étais-je ?)

Donc. Ce Hérisson. Dynamitant les poncifs. Où la Concierge qui veut passer pour une Concierge met bien en évidence sa tranche de jambon, en cachant dessous le plat élaboré qui symbolise qu'en fait elle est bien plus complexe que la tranche de jambon. Ce qui sous entend donc que seuls les gens frustes mangent du jambon. Ce Hérisson, où le comble du raffinement est porté par le personnage japonais. Originaaaal ...Et pareil : la culture de la Concierge, acquise en cachette parce qu'elle est concierge, bien sûr, c'est la liste des livres à lire pour avoir l'air cultivé en société... Et vous avez compris mon idée : l'ado associale parce que tellement différente des autres, elle aussi répond à un cahier des charges assez standard pour sa catégorie...

Donc, et pardon pour ceux qui aiment, mais pour moi, on a affaire à une dynamitage de poncifs qui ne fait que les conforter inconsciemment, puisque ledit dynamitage Intègre le poncif... La vraie transgression aurait été que la concierge mange son jambon par plaisir !

Tiens, je vous livre une pépite festivalière dynamiteuse de clichés : Machin et Machine forment un couple hors norme. En effet, Machin aime le sentiment et la délicatesse, alors que Machine aime faire l'amour et regarder le foot... Voilà. Pour moi, c'est le même esprit.

Vous l'aurez compris, je ne lirai pas la suite du travail de Muriel Barbery... :huhu:

Avatar du membre
Tamiri
Messages : 228
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 21:43
Présentation : Ah? Bon.
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Lecture-Torture

Message par Tamiri » jeu. 9 août 2018 18:34

Un jour qu'avec un groupe d'amis nous cherchions, pour notre second court métrage en amateur, un sujet concis, contemporain et compréhensible (notre premier film était un concentré de private jokes), quelqu'un m'envoya un recueil de nouvelles d'Anna Gavalda en recommandant tout particulièrement à mon attention l'un des récits. L'ouvrage m'est effectivement tombé des mains, quoiqu'il fût mince, et l'intérêt que son expéditrice lui accordait m'apparut d'autant plus mystérieux que cette personne, du reste, connaissait à peu près mes propres goûts littéraires, et disposait aussi d'une culture plus solide que la mienne en la matière.
Or :
Je ne m'intéresse pas spécialement aux récits psychologisants et donc encore moins quand cette prétention sert à ne pas entrer directement dans la catégorie des récits sentimentaux ;
J'avoue bien humblement ne lire que très peu de littérature de fiction contemporaine et donc n'avoir que peu d'éléments de comparaison ; et quand je le fais, ce n'est pas pour me replonger dans la banalité de mes semblables.
Par ailleurs, je suis assez formaliste, c'est-à-dire que je préfère les écritures un peu travaillées, ce qui me délecte le plus se trouvant être la tragédie classique en vers. J'en ai besoin, disons, à la manière de quelqu'un qui, en musique, aurait du mal à sortir de la musique tonale. Pour un texte contemporain dans une langue actuelle, je peux faire un effort si le sujet m'intéresse. Mais s'il est truffé de dialogues transcrivant la langue orale, c'est beaucoup m'en demander.
Abondance de dialogue qui fait, d'ailleurs, que je n'ai jamais compris en quoi il aurait alors fallu m'en confier la réalisation, à moi plutôt qu'à l'un de mes deux comparses apprentis-réalisateurs, puisque mon truc, c'est le muet !
Si j'ai bien compris, ce genre de littérature séduit un public qui recherche l'identification plus que l'altérité ; pour moi, c'est fondamentalement morne et ennuyeux, et esthétiquement, j'hésite entre lisse et moche.

Avatar du membre
Kliban
Messages : 295
Enregistré le : mar. 15 oct. 2013 18:15
Présentation : bah !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 48
Contact :

Re: Lecture-Torture

Message par Kliban » mer. 15 août 2018 14:43

Je suis dans un groupe de lecture. C'ers un peu compliqué depuis quelques temps, la plupart des livres proposés me tombent des mains.

Certains sont pourtant objectivement bien écrit, comme ce Chardonneret de Donna Tart - j'ai un mal de chien avec la littérature américaine, bavarde. L'idée du livre est stimulante, et j'aurais pu, je pense, aller au bout, n'étaient le nombre de pages prohibitif, ramené à la logorrhée propre aux auteurs d'outre-atlantique et l'absence de réelle intrigue prenante (il y a du post-moderne, dans ce roman en première personne où il faut sans cesse se demander qui est le narrater pour qu'il nous raconte ce qu'il nous raconte). Bref, je n'ai pas pu.

Mais il y eut pire, comme ce Les dieux voyagent toujours incognito (Laurent Gounelle), poncif de toutes les théories du coaching tout comme Le monde de Sophie le fut de la philosophie (et que je range dans la même catégorie des insupportables). Niaiseux, didactique, saturé de fils blancs mal cousus. Je n'ai pas pu (je suis désolé si l'auteur est sur ce site...).

Il y a aussi une bonne partie de ce qu'Onfray écrit désormais. A ire des textes militants, allons voir Césaire ou Fanon. A lire des textes au réactionnarisme déo-décadent, Houellebecq, oui. A lire des philosophes en violence avec le monde, Badiou. Mais Onfray... Je ne peux tout simplement pas m'accommoder de ce que je perçois comme des vomissures de mauvaise fois sans équilibre - il y a peut-être là du militantisme, et ne se présenterait-il pas sous les guises du penseur, je pourrais être séduit. Mais il y a si peu de pensée et tant de prétention, que... c'est juste pas possible. Du moins c'est l'impression que j'en ai eu il y a plus de dix ans et qu'aucune de ses interviews n'est parvenu à modifier.

Ah, oui. David Eddings. Les deux cycle, Belgariade et Mallorée. Un peu de fantasy. Beaucoup de puritanisme adolescent-américain. Tout le monde est amoureux, les hommes courent après les femmes, les femmes hésitent, on ne couche pas, on évoque le marriage, la possibilité de marriage, les ruptures de promesse de marriage, etc. Comme Orson Scott Card (La voix des morts, Xénocide) avec moins de style et bien moins d'inventivité dans l'imaginaire. Bref, j'ai failli bruler les livres (je ne lis pas trop de fantasy pour y retrouver les émotions didactiques qu'un puritanisme de bazar réserve à ses teenagers ; et quand la construction des rapports entre personnages se résume à cela, j'ai juste envie de brûler le livre).
De main gauche à main droite, le flux des savoirs - en mes nuits, le règne du sans-sommeil - en mon coeur, ah, if only!, le sans-pourquoi des roses.

Avatar du membre
sandrinef
Messages : 1960
Enregistré le : jeu. 15 nov. 2012 12:11
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Âge : 41

Re: Lecture-Torture

Message par sandrinef » ven. 31 août 2018 04:48

Hors-sujet
Sans compter la déforestation... Que d'arbres détruits inutilement pour fabriquer... Du vide...
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain

Répondre