Hitchcock et ses obsessions (attention spoilers)

Le lieu de Culture, comme le titre de la rubrique l'indique. Ici il s'agira d'Oeuvres et d'Auteurs du vaste paysage culturel. Textes, photos, vidéos...
Rappelons que vos propres créations ont leur lieu consacré!
Répondre
giratoire
Messages : 101
Enregistré le : mer. 5 nov. 2014 16:16
Profil : En questionnement
Test : NON
Âge : 40

Hitchcock et ses obsessions (attention spoilers)

Message par giratoire » mar. 26 avr. 2016 21:27

Alors voilà,

Lundi soir était diffusé sur arte "Vertigo" de Hitchcock. De lui, je n'ai vu que "La mort aux trousses" et "Les oiseaux", il y a un bout de temps déjà.

Attention, ya des spoilers dans mon post, alors que ceux qui n'ont pas vu "Sueurs froides" /"Vertigo" détournent les yeux.

Deux scènes m'ont particulièrement marquée, celle où Scottie (James Stewart) file Madeleine (Kim Novak) jusqu'à l'hôtel où elle loue une chambre. Hôtel dont on apprend qu'il fut une résidence de la tragiquement défunte grand-mère de Madeleine.
Et, comme un écho à cette scène, celle plus tardive où Scottie file encore celle qui lui rappelle tant Madeleine, Judy, jusque ... là encore un hôtel.
Alors forcément Hichcock est trop fort. Il te balance comme une bille de flipper, car entre ces deux hôtels, Scottie vacille, Madeleine est morte et l'on est comme deux ronds de flanc.

Ces deux scènes... dans l'un des hôtels, le mystère Madeleine s'épaissit pour Scottie et pour nous. Dans l'autre, il est résolu pour nous puis pour Scottie.

Je n'ai pas vu "Psychose" mais il semble bien que là encore l'hôtel soit un lieu central de l'intrigue. Un lieu où se nouent puis se "dénouent" les questions que nous pose Hitchcock à travers ses personnages.

Alors donc, pourquoi les hôtels comme lieux de mystère puis de résolution? J'ai vachement pensé au théâtre. Ces hôtels dans "Vertigo" sont les scènes où les individus s'achètent une autre vie, se mettent en parenthèse de leur vie réelle, se cachent derrière des habits qui ne sont pas les leurs.
L'hôtel comme sanctuaire anonyme, où la présence de Scottie est une intrusion, comme un viol de l'intimité de Madeleine/Judy. Vous en pensez quoi vous?
Et puis, ce personnage Madeleine/Judy, c'est moi ou David Lynch s'en est laaaaargement inspiré pour Mullholand drive?

N'étant pas une encyclopédie du cinéma, encore moins une spécialiste de Hichcock, j'imagine ce fil ultra ouvert et prompt à s'enrichir des analyses de chacun. Que ce soit à propos de la figure de l'hôtel comme d'une autre dans la filmographie de Hitch (expert en séduction, for real).

Répondre