Nous sommes le Dim 26 Mar 2017 06:21


A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement

Modérateur: Zyghna

A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar TourneLune » Mar 8 Fév 2011 23:05

Ce n'est pas vraiment une question, vu que je suis testée, mais plus la volonté d'ouvrir un espace de partage d'expérience.

Le passage du test est un moment stressant et difficile à appréhender alors les témoignages de ceux qui sont passés par là peuvent très certainement aider.


 ! La modération a écrit:
Attention, dans ce fil il s'agira de ne pas dévoiler des éléments précis des tests afin de ne pas biaiser les choses pour ceux qui ne l'ont pas encore passé! Merci d'avance de faire preuve de discernement dans ce que vous dévoilez!

Egalement, juste une petite précision parce que les derniers messages de ce topic (au 10/01/13) semblent lui donner une toute autre voie...

Ce topic a été créé à la base pour que les gens donnent leur ressenti et leur vécu sur cette épreuve qui est rarement envisagée de façon très sereine.

Il ne s'agissait pas de venir comme à la fin d'un contrôle au collège dire "j'ai bien réussi telle épreuve, j'ai foiré celle-là", etc... j'ai envie de dire ... on s'en fout....

Les détails sur les divers subtests ne sont pas l'objet du présent sujet mais vraiment l'ambiance, l'état d'esprit, le vécu si possible à chaud, et ceci dans un but de partage envers ceux ne l'ayant pas encore passé.

Donc SVP, un petit effort pour rester dans le partage et non dans le monologue.

Et de façon générale, gardez toujours à l'esprit qu'un forum, c'est avant tout s'adresser à des gens et non pas simplement d'étaler ce qu'on a sur le coeur.



Je commencerai donc par ma propre expérience.
Le passage du test m'a très vite semblé indispensable dès que la question de la douance s'est présentée à moi.

Parmi les adresses qu'on m'a proposé, j'ai privilégié le coût et la faible durée, je n'avais pas du tout envie de poireauter 15 jours entre chaque rdv.

Donc me voici à Paris, dans le 16ème, je crois.
Je trouve une place pour me garer tout près de l'adresse.... Ca commence bien, allez ça va bien se passer.
La tension est très présente, je l'ai plus ou moins maitrisée en ne tentant de donner de l'importance qu'au résultat en tant que connaissance de soi, mettre l'accent sur "savoir qui je suis " et surtout ne pas chercher à réussir un examen ou passer une barre fatidique.
Minimiser l'enjeu en me disant aussi que je n'étais vraisemblablement pas surdouée. Mes réflexions et aventures sur un autre forum m'avait renvoyé une image trop équilibrée et pas assez en souffrance pour être vraiment surdouée. Je devais être un de ces BB ou simplement intelligente mais sans plus...

Donc voilà, je pousse la porte du cabinet, Chopin en fond sonore....
Puis c'est mon tour....
La petite fille que j'étais refait surface, toute mignonne, toute polie, presque à s'enfoncer dans sa chaise et à disparaitre... ( en fait, si je pouvais...)
Malgré toutes les précautions, la tension est très importante, pourtant, j'en ai vécu des situations de stress et de concours....

La psy me met à l'aise, elle est gentille et m'explique bien comment ça va se passer.
Elle m'explique que pour gagner du temps, elle va corriger en même temps, elle me demande si ça ne me dérange pas et me dit que je ne dois donc pas être mal à l'aise si elle écrit ou si elle tape sur son ordinateur.
Elle me demande pourquoi je suis là, qu'est-ce qui motive le passage de ce test, je baragouine un truc, je sais plus trop quoi.
Comment expliquer tout ça en quelques phrases?

Le test commence. Les questions s'enchainent, ça me semble très facile. J'arrive bien souvent à la fin des séries à part une ou 2 questions qui résistent...
Ca me semble simple, je ne comprends pas trop ce qu'on veut de moi en fait...
Pendant les cubes, elle me dit que les maths ne devaient pas trop poser de problèmes à l'école en rigolant.
Les questions de mémoire, de culture générale me semblent un peu moins faciles....
Ca passe vite, très vite et tjr pas de vraies difficultés même si je n'ai pas répondu correctement à tout.

Ca y est, c'est fini. Soulagement, tension très importante, mais piouf, c'est fini.
Enfin en tous cas, ce n'est plus entre mes mains.
Je ne sais pas trop à quoi m'attendre. J'ai l'impression d'avoir bien répondu mais c'était franchement assez facile donc va savoir où sont les exigences....
La psy a l'air contente, toute sourire. Elle tapote un peu sur son ordi, moi je ...je sais pas, je suis ailleurs, un peu partie.
Puis elle me tend une feuille, l'air triomphant....

Je la saisis et c'est comme un déferlement, comme quelque chose qui s'effondre totalement en moi.
Suis-je si loin du compte?
Moi qui étais venue limite pour évacuer l'idée de la douance, je suis THQI.....
Ca a l'air de réjouir la psy qui y voit une bonne note, moi ça a l'effet inverse.
Je m'effondre en larmes, comme dit dans ma présentation, je suis envahie du sentiment d'être un monstre, une impression de solitude à tout jamais, atmosphère d'impuissance et d'injustice. Et au-delà de ça, comme une révolte sourde d'avoir réussi à être celle que je suis MALGRE ça....
La psy essaie de me parler mais rien à faire, aucun mot ne sort de ma bouche, je suis comme abasourdie.

Alors elle me laisse partir.
J'ai passé en tout et pour tout 2h chez elle.
Je remonte dans ma voiture.... J'appelle mon cher et tendre pour lui annoncer la nouvelle.... qui au moins ne lui semble pas spécialement bonne...au moins on se comprend....


Voilà pour le passage du test précisément. Les choses ont énormément bougé en moi les temps qui ont suivi.
Remise en cause, sentiment d'incomplétude, de temps gâché.
L'impression de n'être qu'un faux-self tout vide, d'être passé à côté de moi-même , d'être celle qu'on voulait que je sois.
L'impression d'avoir été enfermée dans une boite tout ce temps à tel point que j'avais pris la forme de la boite...
Et puis....
Et puis ça m'a donné confiance, et puis ça explique un tas de chose, c'est bête mais si je ne me limite pas à ce simple nombre, ce simple nombre me donne à mes propres yeux une certaine légitimité.
J'en connais très bien les limites mais sur ce point précis, quand c'est pour prendre confiance, je m'autorise à lui donner plus de poids qu'il n'en a.
Ou peut-être simplement à accepter qui je suis?

Et puis parce que j'en ai eu marre de subir, d'avoir peur, de me sentir nulle. Parce que peut-être que ce que je perçois n'est pas la réalité, peut-être qu'il est temps de ressortir l'arme de la lucidité objective et de mettre de côté le doute et la remise en cause.
Pourquoi?
Pour progresser, pour sortir de cette boite, pour avancer et pour devenir moi-même.

Parce que j'ai compris que je ne pourrais pas être moi-même en me satisfaisant du minimum, en me contentant de faire mieux que la majorité dans certains domaines "attendus" (scolaire, professionnel etc..)
Parce qu'être moi-même ne dépendait pas des autres justement, mais simplement de moi. Je devais me réaliser moi, sans chercher à me minimiser pour ne pas faire de l'ombre, sans chercher à être quelqu'un d'autre pour faire plaisir.
Et qu'a priori, ceci ne serait pas possible dans la facilité, qu'il allait me falloir prendre des risques et donc, me tromper, me ramasser, me faire mal.

Continuer à avancer, essayer de devenir quelqu'un de juste et de fort, quelqu'un de vivant dans toute la réalité de mes émotions...
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11205
Images: 352
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Fabs le vaurien » Mer 9 Fév 2011 00:25

Pour ma part, j'ai fais le choix de passer le WAIS peu de temps après que les premiers soupçons m'eurent murmurés l' éventualité du peut-être (1mois et demi environ).
Je ne savais pas comment m'y prendre pour trouver LE psy. Alors, j'ai surfé sur le net , taper sur google les mots clés: test Qi psychologue. Je suis finalement tombé sur un site internet. Celui d'un psy cognitiviste..je trouvais son site assez complet, cela m'a quelque peu attiré. Alors rapidement je lui ai écris un mail, m'excusant d'oser prétendre envisager être surdoué, géné egalement par une demande presque prétentieuse: me passeriez vous un test de QI....? C'était un samedi en mai 2010

celle-ci me contacta par téléphone, me demanda quelles idées farfelues me passent dans la tête pour faire une telle démarche...je bafouille, me justifie à outrance, lui parle de la mère faschin et de toutes mes grandes tragédies existentielles. Et ce dans un laps de 5 minutes de contact téléphonique.
Elle me dit qu'elle fait passer des tests de QI, que cela à un cout et qu'il serait de bon ton que nous nous rencontrions avant car une évaluation préalable est, pour elle, nécessaire. Le rendez-vous est pris.
Je doute. je doute et redoute de plus en plus...

je doutais car je me disais que si je me reconnaissais dans bien des traits caractéristiques aux dits hp (au niveau emotionnel notamment), d'autres aspects (définis par le livre de jeanne siaud Fachin) ne me correspondent pas vraiment. je redoutais que ce ne soit juste une volonté de valider ma différence qui me poussait a croire en cette étiquette..histoire de ne pas affronter ce que je suis....un type un peu decallé et bougrement névrosé....

et si cela était avéré, en serais je davantage heureux? n'avais je pas déjà tout ce qu'il fallait pour ne pas me plaindre?

je crois que savoir que j'avais cette différence m'aurait donné en quelque sorte l'impression de prendre ma revanche sur ma vie.....les autres...pas dans le sens de me sentir supérieur bien évidemment....mais au sens où avec les années, j'ai cultivé une certaine amertume....Non pas pour le crier sur tout les toits...mais me dire juste au fond de moi que finalement, c'est logique que j'ai vécu ce que j'ai vécu et ressenti tout ca depuis bien longtemps....me dire que ce n'est pas moi qui ne comprends pas les autres ou peine a m'adapter au code de la normalité...ni les autres qui ne me comprennent pas....c'est tout simplement un monde que je n'aborde pas de la même facon....le savoir, juste le savoir , belle revanche pour moi qui peut être provoquerait un déclic dans mes relations au autres....c vrai quoi, me sachant diffèrent d'emblée, je n'aurai plus chercher à plaire a tout prix mais serait moi avec mes tares et ma spécificité....Je n'aurais plus à jouer moins un role, ne chercherais plus à coller aux codes qui n'ont pas de sens pour moi...je serai vrai.....moins dans l'attente de quelque chose....

bref, le premier contact avec la psy s'est bien passé. Je l'ai prévenu d'emblée que ce que j'allais dire pouvait être une tentative chez moi de coller aux critères....nous avons parler de TOUT et de RIEN pendant pratiquement 2 heures...a l'issue de l'entretien, elle me confia qu'il serait peut etre approprié que je passe un test de QI.
- Mais c'est vous qui devez faire ce choix, recontactez moi quand vous voulez.

je n'ai pas attendu longtemps (l'après midi même) pour la recontacter et lui annoncer que je souhaitais passer le test.
Le RDV est callé est je doute encore et toujours. je lui envoie un mail pour lui demandais ce qu'elle avait pensé de notre précèdent entretien, si selon elle j'étais potentiellement haut potentiel. Celle ci me répondis qu'elle pense que oui. Mais que le test viendra le confirmer ou pas. elle me dit egalement avoir déceler certains signe, non pas sur mes grands discours, mais sur des réponses apporter a des questions simple , n'ayant en théorie, rien a voir avec la douance (genre: comment allez vous? êtes vous heureux?).
ME VOILA gonfler a blok pour passer le test.
Planning étriqué (vie de famille, travail et activités diverses obliges), j'ai pu avoir un créneau pendant ma pause déjeuner un jour où je bossais. Ce jour là (gardez le pour vous) mais j'ai fait annuler une réunion importante au taf juste pour me rendre dispo 3 heures...
C'était un mardi, je venais d'apprendre que j'avais validé la première partie d'une formation que je passais.
je suis arrivé donc détendu mais interrogatif dans le bureau de la psy.
Celle ci m'a rassuré en me disant que nous allions passé un moment ludique ensemble.

le test a duré 3h sans pause (malgré la proposition de la psy que j'en fasse une pour m'en griller une et assouvir ma nicotinique dépendance)
Durant le test, j'ai senti en face de moi, une personne encourageante, valorisante, qui ne se gardait pas de me dire qu'elle me trouvais impressionnant dans ma rapidité. J'ai donc à peu près tout reussi bien que je me sois vautré sur des choses simples et pas sur les plus compliqués...je dois avouer (pardonnez moi ma modestie) avoir trouver le test facile...

A la fin de l'épreuve, la psy réitéra son propos quand à mon impressionnante performance. Tiens dont.
nous refixons un rendez vous d'une heure, 1 semaine plus tard pour le bilan.

Je n'ai pas eu besoin d'attendre trop longtemps puisqu'elle m'a recontacter 3 jours plus tard pour m'informer que je faisais partie des personnes HP (sans aucun doute)..Malgré mon excitation,, une question deumerait, combien avais je donc de QI.....du moins, comment je me place dans tout ça...
il a fallu attendre le RDV bilan pour le savoir et le coup du 99eme percentile m'a un peu perturbé, je dois le reconnaitre....mais bon.

j'ai donc passé en tout et pour tout 6h30 environ dans le bureau de la psy.
j'ai très bien vecu ce moment et en garde d'excellent souvenir...

pour le reste? ban , j'essaye de comprendre, , d'accepter et de construire un peu plus tout les jours..mais c'est pas simple.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Colonel Moutarde » Mer 9 Fév 2011 22:58

J'aurais pu écrire plusieurs de ces paragraphes presque à l'identique...
Pour moi, quand nous sommes revenus habiter sur Lyon, comme il me fallait poursuivre un suivi, j'ai cherché un psy spé HQI. Je suis passé par une asso pour m'en faire conseiller un.
Lors de la première rencontre, je lui ai dit pourquoi je pensais que la douance pouvait me concerner. Tout en me laissant entendre qu'il était bien vraisemblable que ce fût le cas, il m'a dit qu'il était selon lui indispensable de faire le test - test complet avec bilan cognitif - pour réunir un maximum d'éléments tangibles, pour savoir comment je fonctionnais. A l'issue de ce premier entretien d'environ une heure, J'ai donc repris rdv pour le test.

J'ai fait celui-ci avec une autre thérapeute du même cabinet. Objectif annoncé : ne pas biaiser le bilan cognitif - où le testeur observe et analyse les réactions du testé face à un problème posé - par les impressions nées du premier entretien. J'étais évidemment stressé à bloc, à osciller entre la confiance née du 1er contact (et du diagnostic "à la volée" fait chez cogitoz Avignon) et le syndrome de l'imposteur. Toujours à craindre de sortir une énorme connerie. Toujours en train de vérifier avant de répondre... Alternant entre la facilité et la terreur de rater un truc enfantin, de ne pas avoir bien compris. Incapable de me rendre compte, "pendant", si ça se passait bien ou pas.

A la fin du test, la thérapeute m'a simplement dit qu'à vue de nez, il n'y avait pas trop de questions à se poser sur la douance... M'enfin je n'ai pas fait le fier jusqu'au rendu des résultats (une semaine après, je crois).

Là, donc, retour avec le 1er psy, celui qui devait me suivre. Qui a pris connaissance des résultats et échangé avec la testeuse. Première phrase : "J'avais bien dit qu'il ne fallait pas se limiter à des impressions, qu'il fallait du solide. Vous êtes pas précoce." Pause d'un cinquième de seconde pendant laquelle j'ai eu le temps d'entendre le début d'une péroraison de mon tyran intérieur : "ben voilà, c'était trop beau, je m'en doutais, quelle id..." et là, deuxième phrase : "vous êtes un super-précoce." (sic). Ouais. QI dans le percentile 99,8... :shock: Précoce je m'y attendais, syndrome de l'imposteur à part; mais bon, allez, "tout juste précoce" OK mais sûrement pas plus ! Alors, agloup ! C'est la vitesse de traitement qui "plombe" le total, à cause de l'anxiété, de la peur de rendre des réponses non parfaites (dans mon système : "on doit être parfait ou alors on va prendre une baffe méritée"), des vérifications incessantes, et tout.

Ensuite, il a explicité tout cela. et je suis reparti avec le petit bilan relié spirale où il y a bien tout, les intervalles, les subtests, et le bilan cognitif avec les commentaires de la testeuse.

Ensuite, le doute est revenu au bout d'une heure ou deux, mais c'est déjà un autre chapitre de l'histoire...
Colonel Moutarde
 
Messages: 913
Enregistré le: Ven 4 Fév 2011 07:56
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Mlle Rose » Mer 9 Fév 2011 23:43

J'ai passé le test au mois de novembre 2009.

Il a bien fallu.

Je ne pouvais pas continuer à faire des suppositions sur moi-même.

Soutenue à distance par d'autres, que j'avais rencontrés à Avignon un 31 octobre... j'ai pris rendez-vous. A Lyon. Chez la psy que j'avais fait tester par mon fils avant moi :angel4:

Je me souviens de la veille. Du stress. Des piques de mon mari. De ses moqueries.
Je me souviens de la première bière, du premier pétard que je lui avait volé en douce. De la seconde bière et de Noir Des qui emplissait ma tête mais ne parvenait pas à m'empêcher de penser... pas beaucoup de la suite hormis de l'heure sur le réveil quand je me suis couchée .... 6h... merde...
Je me souviens du trajet. Matinal. Et sous le soleil. Avec une chaleur assez étrange.
Je me souviens du sms d'un acolyte du sud qui avait grandement perturbé mes hormones me disant qu'il montait et m'attendrait dans la salle d'attente "au cas où ça n'aille pas après" ... :silence:

Je me souviens ensuite de l'entretien, pendant lequel j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps.
Le test en lui-même, assez facile. Même rigolo dans l'ensemble.
Pour la partie mémoire de chiffres j'ai eu besoin de me lever car ma mémoire est dans mon corps et je ne pouvais PLUS rester assise, impossible. Besoin de mettre tout ça en notes dans ma tête et de visualiser sur mon corps (bon je sais c'est bizarre, et la psy a bien ri, n'empêche j'ai tout retenu à l'endroit et à l'envers ^^)
Galère par contre pour les problèmes de math. Mon point faible. Je me suis dit que j'allais tout foirer. En fait non, j'ai tout réussi, et j'en ai même pleuré tellement je me croyais pas capable. Je n'ai juste pas tout fait dans le temps imparti.
J'ai triché au dernier item des cubes en usant d'une stratégie qui m'est chère : "quand ton point de vue ne te permet pas de résoudre le problème, changes-en".
A la fin, elle m'a dit ne pas avoir trop de doutes, mais qu'il lui fallait dépouiller les résultats. Nous avons encore un peu parlé, j'ai encore chialé. Et puis la sonnette de la salle d'attente a retenti et je suis allée rejoindre mon acolyte.
Excitée, épuisée, dans un état émotionnel de transe ahurissante....
Nous sommes allés dans un petit resto lyonnais qui m'est cher et qui devint par la suite un QG pour les rencontres, puis je suis rentrée chez moi... retrouver le sourire narquois de mon mari.

Deux semaines plus tard... entretien de synthèse. Et résultats. "oui vous êtes bien comme votre fils, surdouée aussi" .... ben merde alors.... Quelle blague! Avec ce que je m'étais mise la veille du test... :lol: j'ai commencé à me dire que ce tests devait être sacrément pourrave...

Inutile de préciser que mon mari a continué à se moquer de moi, notamment sur la taille supposée de mes chevilles d'avoir osé faire une telle démarche, et cela jusqu'à ce que je me casse définitivement à peine un mois plus tard. Libérée. ET surtout avec un grand champ vierge devant moi à moissonner.

Je l'ai vécu comme une naissance.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12691
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Leanni » Sam 12 Fév 2011 19:27

Pour ma part je n'ai que peu de souvenirs du déroulement du test.
Ca a été très rapide. 1h15-1h20 tout au plus (because bâclage vers la fin car plus possible de me concentrer et étincelle de lucidité sur l'éventuel "échec" qui pourrait découler du test).

Les raisons pour lesquelles j'ai voulu 'enfin plutôt "j'ai accepté", car ça n'était pas de ma propore initiative, sont les suivantes:
- J'avais 17 ans et jétais en dépression bien comme il faut, en échec scolaire depuis quelques années mais seulement récemment remarqué,
- sous médocs, doses de cheval (anxio et anti-D en veux-tu en voilà... médication à outrance qui m'a complètement zombifiée pendant deux ans et qui a grandement affecté ma mémoire depuis, bon, pour la mémoire, c'est mon interprétation personnelle, mais j'assume et je pense être dans le vrai car je n'ai quasiment pas de souvenirs de cette période de ma vie)
- Ils m'étaient prescrits par une psychiatre que je voyais toutes les deux semaines (en hôpital de jour pour ados, où j'étais "accompagnée" le reste du temps par une infirmière psychologue incompétente et shootée elle aussi à je sais pas trop quoi, mais en tout cas elle était toujours très "peace" et nous (me?) prenait pour des neuneus qui aiment dessiner des fleurs sur tout et n'importe quoi à longueur de journée ), bref, je voyais une psychiatre qui m'a dit un jour (alors qu'on faisait une espèce de bilan de mes séances, en présence de ma mère et en s'adressant à elle: ) "peut-être que X (X c'est moi hein..^^) n'a tout simplement pas les capacités de suivre une scolarité normale et qu'il faut l'orienter vers des métiers manuels" (vexation, on touche à mon ego, eh oh!!) ...
- réaction vive de ma part "désolée madame mais là c'est... non, c'est trop, je peux plus" et je suis partie. Ma mère est restée discuter avec la psy et j'ai attendu dehors. A la sortie elle me demande "et maintenant on fait quoi?" ce à quoi je lui réponds que je sais que j'ai besoin d'aide, d'être suivie, mais que je ne veux plus que ça soit par elle. Elle me ropose alors d'être suivie par une psychologue et me parle des tests de QI qu'elle fait passer, un bon moyen de vérifier si effectivement je n'avais pas les capacités de faire un cursus normal, auquel cas j'irai en CFA ou autre, comme la psychiatre le suggérait.
Deux semaines plus tard je passe le test, petite appréhension mais pas trop puisque zombifiée par les médocs et "je m'en foutiste/abandonniste" par la dépression carabinée. Ca se passe normal, un peu chiant, je décroche une fois ou deux, et puis je décroche complètement parce qu'incapable de me concentrer plsu longtemps sur des trucs pour lesquels il faut mobiliser le cerveau pour de vrai.
Une heure et quelque plus tard, je ressors, convaincue d'avoir tout foiré mais avec, en fond un "de toute façon si ça foire c'est pas grave, j'ai bâclé la fin"... pour minimiser les dégâts sur l'ego bien sûr^^ (c'est un peu comme "abandonner c'est pas échouer parce que c'est volontaire"......... c'est aussi débile mais ça rend les choses un peu plus supportables)

Deux semaines plus tard, toute la famille est réunie chez la psy pour l'annonce des résultats...
Je suis surdouée, tout le monde chiale je sais pas trop pourquoi alors je me mets à chialer aussi parce que quand même ça fait mal au coeur de voir sa famille pleurer, et on repart tous les quatre crevés. au passage, je précise que j'étais quand même soulagée de ne pas être "bête" comme je le craignais après ce que la psychiatre avait dit.

Peu de temps après j'ai commencé mon rejet de la douance en bloc, pour des raisons que tout le monde connaît... "c'est pourri ça me fait du mal et en plus ça me met des bâtons dans les roues.. blaaa blaaa bla." Rejet, donc, de la douance, de tous les ouvrages sur la question.. d'autant que mon père se les est acaparés car il s'y retrouvait complètement... (et le voilà parti pour deux trois semaines de chialage parce que "mon dieu mais c'est toute mon enfance"...) et que du coup je n'avais plus le "soutien" de mes deux parents, car il avait besoin de se consacrer à lui-même à cette période-là.. double rejet des lectures sur le sujet donc, et double rejet de la douance car ne voulant absolument pas ressembler à mon père avec qui j'étais en conflit quasi-permanent à l'époque.

S'en sont suivies huit années de psychothérapie (avec interruptions plus ou moins longues) chez cette psychologue (qui, au passage, ne m'a pas fait de débriefing ni rien, elle avait juste annoncé un résultat chiffré et dit à mes parents que je m'en sortirai toujours dans la vie.. ce que j'ai trouvé (et que je trouve toujours) très bizarre comme réflexion, surtout que par la suite, elle n'a plus jamais voulu aborder le sujet de la douance avec moi, même quand je lui demandais.. d'ailleurs je ne comprends toujours pas pourquoi), puis un départ à l'étranger suivi d'un retour avec changement de psychologue (l'actuelle est spécialisée douance) qui m'a fait beaucoup de bien.

Euh bref, tout ça pour dire que le test a provoqué des sentiments mitigés chez moi.
Ca faisait longtemps que je n'avais pas écrit un roman...^^
Leanni
 

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Colonel Moutarde » Sam 12 Fév 2011 20:33

Deux choses me marquent dans ces témoignages. En fait une : la présence de la violence.
- La violence dans la réception du résultat : "je suis abasourdie", "je chiale", etc. Violence qui me surprend d'autant que je n'ai pas connu un tel choc. De même que je n'ai pas pleuré en lisant TIPEH. Est-ce parce que quelque chose au fond de moi savait ? avait assez d'orgueil pour se sentir juste conforté par la dimension "valorisante" de cette caractéristique ? Enfin, peu importe "moi" : indépendamment de cela, je suis frappé par la récurrence de ce témoignage d'une révélation qui prend la forme d'un choc.
- La violence vécue par les intervenants, avant, éventuellement pendant et après le bilan. Entre les séjours en HP aux mains d'assommeurs à coups de drogues, l'entourage aux attitudes toxiques dévalorisantes, le rejet complet, il y en a pour tous les goûts mais là encore, rares sont ceux qui y ont échappé.

Je ne sais pas vraiment comment le comprendre, mais je le vois et ça me trouble.
Colonel Moutarde
 
Messages: 913
Enregistré le: Ven 4 Fév 2011 07:56
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Fabs le vaurien » Sam 12 Fév 2011 22:43

Colonel, je n'ai pas non plus laisser la lacrymale émotion s'emparer de moi...j'étais surtout excité et curieux....mais je comprends tout à fait la variété des réactions, que ce soit à l'annonce du résultat ou a la lecture du bouquin...En fait, tout est fonction du moment où se situe la personne dans sa propre histoire...Aussi, si ca se trouve, en me découvrant tel que je suis mais 5 années plus tôt, je me serai peut être foutu en l'air (qui sait)...Avec difficulté, Je parviens à me dire que de toute facon, cette connaissance de soi n'arrive jamais par hasard dans son chemin de vie, peu importe que ce soit potentiellement trop tôt, ou trop tard...Ce qui compte, c'est ce qu'on en fait après, et comment tout cela est accompagné...Et c'est là que le bas blesse...la réponse sociale et psychoéducative ne propose jamais un panel suffisamment élargi pour que chacun s'y retrouve, en particulier le surdoué lui même...
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar fab » Jeu 24 Fév 2011 17:08

Le test...
Par chance dans la région où j'étais à l'époque l'une des personnes "contact" de l'AFEP était une psychologue qui travaille évidemment beaucoup avec les enfants précoces et fait tout un tas de choses pour eux (je l'ai appris plus tard).

Plusieurs mails tout d'abord, puis je me décide à téléphoner pour prendre rendez-vous. Le rendez-vous arrive, je ne sais plus exactement ce qu'on s'est dit. On a parlé de mon enfance, ce qui m'avait amenée à penser à la douance. Et je lui dit que si c'est pas ça c'est que je suis bonne à enfermer! Et que je me suis reconnue à un tel point dans les livres lus, que je vois pas pas ce que ça peut être. Au final elle me dit qu'il serait bon de faire le test, mais que pour ma fille c'était encore trop tôt vu son âge.

En parallèle je lisais "Être adulte à haut potentiel, paroles et témoignages", et j'y vois que les cachets peuvent avoir une incidence sur les résultats ou plus exactement sur tes capacités au moment où tu passes le test (et j'avais à l'époque de bonnes doses d'antidépresseurs). J'en informe la psy qui me dit on verra selon le résultat.

Je suis arrivée stressée, et pressée. Le test se passe, je perds mes moyens j'arrive pas à me concentrer et en même temps certains tests passent les doigts dans le nez.

La restitution s'est faite plusieurs semaines plus tard (grrr quelle idée elle a eu de partir en vacances!). Elle me fait le détail de mes résultats. Un grand n'importe quoi!!!! des tests où je suis à la limite du handicap mental, et d'autres dans la douance. Je m'écroule et je chiale comme une madeleine, si c'est pas ça c'est que je suis bonne à enfermer!!!
Nous continuons à échanger, je lui explique un peu ma situation de l'époque. Elle m'explique (sur le coup je ne l'ai pas intégré trop obnubilée par mon échec et par les tests où je suis limite "handicapée) que je me suis plantée sur tous les tests où il y avait une notion de temps et que j'étais archi stressée. Pour elle par expérience elle me dit qu'elle sait que je suis surdouée, mais elle ne peut juste pas pour le moment scientifiquement l'attester. Elle me dit de ne pas rester dans un état pareil (il est vrai que j'étais au fond du trou à l'époque), et m'oriente vers un groupe naissant de parents d'EIP pour y trouver des pairs pour moi et pour ma fille.

Alors voilà, surdouée mais reste à définir un de ces jours le degré de handicap :2deg
Pas très présente, mais ça arrive des fois!
Avatar de l’utilisateur
fab
 
Messages: 35
Âge: 38
Enregistré le: Mar 22 Fév 2011 09:58
Localisation: 29
Présentation: presentations/encore-est-version-courte-t151.html
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar TourneLune » Ven 25 Fév 2011 11:39

Il me semble que tu es tombée sur une vraie professionnelle.
Adresse à conserver et à faire passer.

Pour tes "handicaps", y a surement du boulot, mais rien n'est perdu, bien au contraire ;) Le début d'une renaissance?
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11205
Images: 352
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar lady space » Ven 25 Fév 2011 11:41

Je suis passée par toutes les étapes d'émotions parfois violentes, colère, tristesse etc. en me documentant pour mes enfants, les textes concernant les adultes surdoués étant rares à l'époque. Je m'étais reconnue dans beaucoup de descriptifs d'enfants surdoués, j'avais remarqué que j'avais quelques principes éducatifs hors norme, et je me devais à moi et à mes enfants de vérifier cette hypothèse pour mieux pouvoir les accompagner et mieux me comprendre moi-même.
J'ai donc abordé ce test pour valider ou non une hypothèse, comme dans n'importe quel processus de recherche, avec l'esprit "voyons-voir ce que ça donne..." avec pas mal de nervosité, syndrome de l'imposteur "et si je me trompe, si je suis juste mégalo...???", mais sans véritable pression n'ayant jamais connu l'anxiété de l'examen.
Le passage du test était plutôt rigolo, parfois facile, parfois je n'ai rien compris (dans la bande dessinée notamment), je me suis surprise avec les suites de chiffres à mémoriser et la partie calcul, bien embrouillée avec les des et assez confiant dans l'ensemble.
Le résultat a été tout simplement libérateur: si je me sens incomprise, ce n'est pas les restes de l'adolescence rebelle, c'est qu'il n'y a que très peu de personnes qui pensent comme moi, si je me sens bizarre, c'est l'histoire du 99e centile aussi etc.
Mon hypothèse était donc validée.
Depuis, je sais que ce THQI est un facteur de ma personnalité, et un gros, mais ce n'est quand même pas tout. Je considère que c'est quelque chose à savoir pour éviter des accrocs, un peu comme il faut savoir qu'on est diabétique pour ne pas se retrouver dans le coma par manque de connaissance.
A partir de ce savoir, il ne me reste "plus qu'à" avancer pour comprendre les autres causes de mes malheurs. Et pour ce faire, il est assez salutaire de savoir que c'est possible que c'est moi qui ait raison envers et contre tout parce que je ressens et comprends des choses que les "normaux" ne perçoivent même pas.
ça m'a apporté beaucoup de bienveillance envers moi-même et les autres aussi, ça a enlevé ce questionnement concernant l'adaptation sociale.
Je suis celle que je suis, point barre... reste à savoir qui c'est précisément. Et cette recherche est tantôt passionnante, tantôt douloureuse, tantôt à l'arrêt complet mais je ne peux pas faire autrement...
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1917
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Lisa » Dim 6 Mar 2011 20:23

Wais 3 passé en novembre 2007.
bon souvenir, très stressée avant, pendant, et après avant les résultats. :mrgreen:

puis très "étonnée" par les résultats quand meme. (je me disais sur la fin, pour qui je me prends, je vais au plus avoir un bon 120, et ça sera un grand max, non mais!...)mais non. :-? un percentile 99,4.
(j'ai meme pleuré avec ma feuille de résultat..(parce que quand mem bcp de gens m'ont considéré comme allumée ou légerement déficiente durant ma vie. :saoul: ))

alors s'est mis en place cet étrange complexe de l'imposteur, que j'ai trainé un moment (et encore...)
puis j'ai trouvé une super psy (ue autre car celle qui a fait le test était...trop chère) qui a su m'aider a poser mes lourdes valises, et faire le tri.
ensuite j'ai bcp mieux compris pourquoi mes enfants étaient surdoués, pourquoi je n'avais jamais trouvé qui'ls étaient differents des autres (parce que tout le monde à la maison marche pareil), et en fin d ecompte j'ai pris bcp de recul vis à vis de tout ça.

aujourd'hui avec le SA donc c'est une autre porte qui s'ouvre et là je me sens à ma place.Je n'ai plus qu'à enfin apprecier d'etre moi meme et adapter ma vie professionnelle à ma personnalité (et non l'inverse ce qui fait trèès mal...) :roll:
le plus dur c'est de gérr les souçis des enfants, (pour l'un d'eux, thqi, c'est les montagnes russes..., pour un autre, soupçons aspie, c'est souçis d'integration..)
voilà pour moi.

Mais chez nous en tout cas on sait ce que c'est la difference, et on fait avec. :ensoleillé:
Aspergirl et hpi. Maman d'hpis, .chouette tribu!.
[i]http://cnahp-web.com
Lisa
 
Messages: 95
Enregistré le: Mer 2 Mar 2011 20:59
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Maluna » Mar 26 Avr 2011 12:55

Je m'etais dit que je viendrai raconter ma passation de la WAIS. Je trouve enfin un peu de temps pour le faire.
J'ai passe d'abord un entretien avec la psy afin d'expliquer pour quoi j'etais la : c'etait la premiere fois que je voyais un psy... A la fin de l'entretien elle m'a un peu explique comment allait se derouller le test, notamment elle m'a explique qu'elle allait volontairement me mettre a chaque fois en situation d'echec puisque le but est de me faire aller au maximum de mes capacite dans les diffrentes epreuves. J'ai ensuite passer le test une semaine plus tard.
Je m'y suis rendue sans trop de stress me disant que quelque part le resultat etait deja ecrit puisque ce test etait cense etre au moins en partie le reflet de ce que je suis. On a donc commence.
Je me suis sentie assez a l'aise sur les definitions. Pour les similitudes je ne voyais pas d'entree ce qui sautait aux yeux, je partais souvent dans des choses plus compliquees. Les suites de chiffres et chiffres-lettres ont revele que j'avais de meilleurs resultats a l'envers qu'a l'endroit (mystere?) Je me suis surprise sur les questions de culture generale, j'ai repondu a des trucs auxquels je n'aurais jamais pense pouvoir repondre! Je me suis meme permise de corriger la psy sur certaines choses qui etaient inexactes... Les problemes mathematiques ne se sont pas si mal passes que ca alors je j'ai commence en disant que je detestais le calcul mental (ce qui est vrai!) Globalement les epreuves chronometrees m'ont davantage stressee. D'une maniere generale je me suis sentie moins a l'aise sur les epreuves de performances a part peut-etre les matrices ou d'ailleurs j'ai eu une bonne note. Je n'ai pas du tout aime l'arrangement d'images, ca m'a gonfle et d'ailleurs j'ai obtenu une note catastrophique alors que j'ai plafonne sur d'autres tests.
Bref ca a dure 3h, alors qu'au depart elle m'avait annonce environ 2h. Je me suis demandee comment certaines personnes pouvaient faire ca en 1h de moins!!! Je me suis dit que je devais etre vraiment nulle!!! Elle m'a dit qu'elle s'etait basee sur les tests enfants et qu'en plus elle m'avait fait faire tous les test optionnels donc ca m'a un peu rassuree. Je suis sortie de la videe, pressee comme un citron. Certaines epreuves etaient amusantes mais d'autres (comme les problemes et les suites de chiffre) m'ont demande pas mal de concentration. Le passage du test a eu un effet (ephermere!) reboostant car je me suis vue reussir des choses dont je ne me pensais pas capable. Je me suis dit en sortant que finalement je n'etais peut-etre pas si nulle que ca.
Elle a pris 15 jours je crois pour depouiller le test. Je ne savais pas du tout a quoi m'attendre. Je trouvais que a certains moments ou j'etais en difficulte la psy m'avait encourage et meme aide a 2-3 reprises et du coup je me demandais comment elle comptabilisait, si ca ne pouvait pas biaiser les resultat... Au moment de la restitution elle a commence par me donner les resultats des epreuves verbales. Verdict : QIV = 133! Je n'en croyais pas mes oreilles. Bon OK je m'en etais bien tiree sur certaines epreuves mais je ne pensais pas atteindre ce chiffre-la. Puis sont venus les epreuves de performances et la : resultat moyen (QIP = 103) Je suis tout a coup tombee de haut. Je n'avais absolument pas imagine que le resultat pourrait etre de ce type... Elle m'a bien detaille le CR de chaque epreuve, les 4 indices (moins heterogenes que les 2 QI je trouve). J'ai essaye de poser des questions pour comprendre l'origine de ce resultat, savoir ce que l'on pouvait en tirer comme conclusion. Je n'ai pas eu de reponse satisfaisante et suis ressortie du cabinet completement sonnee, deboussolee avec finalement encore plus de questions que j'en avais au depart.
Ce n'est qu'en allant consulte une autre psy que j'ai obtenu des explications et des reponses, pas toutes bien sur mais ca a permis de clairifier un peu. Je regrette de ne pas avoir passe le test avec elle surtout que c'etait elle que j'avais contacte au depart mais n'ayant pas reussi a la joindre j'avais tente l'autre... Bref voila pour moi.
Apres ca vous vous doutez bien que j'ai fouille la biblio pour en savoir plus quant aux QI heterogenes et je suis notamment tombee sur une etude qui montrait les profils d'enfants HP a profil heterogene et ce qui etaient vraiment surprenant c'est que mes notes aux differents subtests ainsi que les 4 indices suivaient exactement la tendance decrite dans l'etude! Mes recherchent m'ont donc permis de constater que ce type de profil se retrouvait assez souvent chez les personnes HP.
Meme si pour la 2eme psy mon haut potentiel ne fait pas de doute, il y a des caracteristiques dans lesquelles je ne me reconnais pas, ce fameux resultat un peu antinomique et une estime de soi pas terrible qui font que je n'arrive pas a me penser "surdouee" et que donc je continue de douter...
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute" (P. Desproges)
Avatar de l’utilisateur
Maluna
 
Messages: 505
Âge: 42
Enregistré le: Mer 13 Avr 2011 13:23
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: par ici
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Zeus » Mar 26 Avr 2011 13:31

J'ai passé le test un peu par désoeuvrement et aussi pour comprendre euh...des trucs.
J'étais pas stressé, je me suis dit "ça va être dur, je vais m'humilier".
Pourquoi je papillonne dans les connaissances, pourquoi les gens me paraissent lents, pourquoi je ne partage pas les enthousiasmes communs tout en étant très enthousiastes sur des trucs spécifiques, etc
Et aussi en lisant des articles sur les surdoués, pour comprendre si c'est l'effet Barnum qui résonne et raisonne en moi ou bien autre chose de plus tangible.

Le test a commencé un peu trop facile, j'ai commencé à ricaner intérieurement et ne plus prendre la chose au sérieux.
J'ai pas mal ironisé du coup, et parfois refusé de répondre au question en faisant de l'humour plutot qu'en cherchant à gratter des points ("point commun entre ces deux mots ?" ils ont des sens différents...)
J'ai pas non plus aimé les trucs de bandes dessinées à remettre dans l'ordre (j'ai saboté si je trouvais pas assez vite)
Sur les définitions de mots, j'ai un peu été trop loin ou trop abstrait dans mes explications et ça m'a valu des zéros.
J'ai retenu les chiffres de suite bien au delà de ce que je pensais imaginable, à l'envers aussi. J'aurais des scores "rares".

J'ai eu un score de 125 et un équilibre "exceptionnel" entre les deux scores (scores identiques aux deux).
Selon la psy je suis un haut potentiel, mais j'ai tendance à globaliser de trop et me distancier émotionnellement, ce qui sous évaluerait le résultat du test.

J'ignore un peu ce que ça signifie même si je vois bien que je suis un peu toujours dans la synthèse et la substantifique moëlle dans mon approche des problèmes.

J'ai revu la psy, on a parlé à batons rompus mais je ne sais pas trop malgré tout quoi penser.
On dit que le surdoué pense beaucoup et est sensible mais ce sont des aspects bien difficile à quantifier ou mesurer par une introspection ou un test.
Me reste un score, qui n'est pas suffisant "officiellement". Et quelques phrases comme quoi je suis brillant, performant, etc...

Quelquepart, c'est aussi une bonne chose ce doute, ça me permet de revenir un peu à ce que j'aime être et faire plutôt que me sentir mis en demeure d'être "surdoué" ou essayer de comprendre ma singularité à travers ce concept plutot que directement. Mais c'est un peu angoissant malgré tout.

Après, j'ai revu un peu mon passé et ça a éclairé pas mal de choses que je persistais à interpréter de façon erronée.
Et aussi de discuter avec des gens ici ce qui m'a beaucoup apporté.

Voilà.
Zeus
 
Messages: 1407
Enregistré le: Sam 19 Mar 2011 14:59
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Af-Photo » Lun 2 Mai 2011 14:07

Maluna a écrit:Je m'etais dit que je viendrai raconter ma passation de la WAIS.
Elle a pris 15 jours je crois pour depouiller le test. Verdict : QIV = 133! Je n'en croyais pas mes oreilles. Bon OK je m'en etais bien tiree sur certaines epreuves mais je ne pensais pas atteindre ce chiffre-la. Puis sont venus les epreuves de performances et la : resultat moyen (QIP = 103) Je suis tout a coup tombee de haut. Je n'avais absolument pas imagine que le resultat pourrait etre de ce type... Mes recherchent m'ont donc permis de constater que ce type de profil se retrouvait assez souvent chez les personnes HP. Meme si pour la 2eme psy mon haut potentiel ne fait pas de doute, il y a des caracteristiques dans lesquelles je ne me reconnais pas, ce fameux resultat un peu antinomique et une estime de soi pas terrible qui font que je n'arrive pas a me penser "surdouee" et que donc je continue de douter...


Par définition, toute personne est unique. Il y a des surdoués homogènes et d'autres, complètement hétérogènes avec parfois plus de 30 points d'écart. Si nous étions tous pareils dans notre fonctionnement, ce serait trop beau ! La nature nous a voulu tous différents pour mieux nous apprendre à coexister. Ton QIP bas signifie simplement que c'est une partie de ton cerveau qui ne s'est pas développé pareil ou alors qu'il existe des blocages. QIV et QIP, c'est un peu comme un parterre de fleurs au printemps : Tu as des zones du parterre de fleurs qui ont écloses beaucoup plus vite que d'autres.
Le cerveau, c'est un peu pareil chez certains HP. Il faut s'accepter comme nous le sommes.

Globalement, sans prendre la place d'un spécialiste mais cela m'a été expliqué par une personne compétente, un QIV > QIP est un profil effectivement extrêmement courant. J'ai été diagnostiqué enfant au WISC-III de cette façon avec un QIV > 125 et QIP dans ma moyenne. On pourrait dire d'ailleurs, en tous les cas, c'est mon sentiment et c'est ce que j'ai pu aussi lire chez les spécialistes de l'enfant surdoué que ce genre de phénomène du "meuble bancal" produit les HP qui connaissent les scolarités les plus difficiles.

En tous les cas, ma scolarité fut cauchemardesque à cause de cette disharmonie entre mes deux QI. J'ai connu les pires difficultés d'intégration scolaire dès le CP. Ce qui est assez frappant, c'est de constater que la personnalité que tu décris est la mienne, trait pour trait. Intérêt donc supplémentaire de discuter et de confronter nos impressions. En règle générale, quand les deux QI sont si différents, un psychologue selon la règle inculquée par Mr TERRASSIER doit prendre le QIV comme référence. Autrement dit, pour la seconde psychologue que tu as consulté, tu es un haut potentiel avec un QIV = 133. Voilà ce que cela signifie. Tout comme moi, ma psychologue avait tablé en 1994 sur mon haut potentiel avec un QIV > 125.

Encore une fois, le QI n'est qu'un diagnostic parmi tant d'autres qui est juste là pour assister le ou la psychologue dans son analyse mais bien d'autres critères (notamment la discussion préliminaire que tu as avant les tests) sont pris en compte par les psychologues pour le repérage d'un "###bipède asthmatique à poils laineux###". Même encore aujourd'hui, assez souvent, je doute fortement personnellement sur ma ###hyperplasie des apophyses latérales### (c'est notre cruel lucidité sur nous-mêmes qui fait cela) mais ma vie d'enfant et ma vie d'adulte sont constamment là pour m'interpeller sinon illustrer incontestablement de cette différence intellectuelle ainsi que comportementale avec les autres.

Dernièrement, la lecture d'ouvrages sur le sujet (notamment celui de JSF) m'a permis de m'auto-dresser le profil de l'adulte que je suis devenu car je ne comprenais pas notamment pourquoi mon comportement de passivité avait autant pris de place à l'âge adulte par rapport à mon profil d'enfant boulimique de culture que j'étais avant. Mais, ce que l'on oublie de considérer souvent dans l'analyse quand notre esprit n'est pas éveillé sur le sujet, c'est que surdoué = créativité. Or, avec l'âge, le processus créatif évolue. Il m'aura fallu croiser trois livres pour parvenir à un profil satisfaisant de mon moi afin de me permettre de reprendre le cours de ma vie, l'esprit apaisé et les cartes en mains pour m'orienter.

Douter est une qualité et il n'y a rien d'anormal là-dedans, surtout pour un ou une surdoué(e) mais saches que tu n'es pas la seule dans ce profil. Le mieux étant encore d'apprendre à mieux vivre avec cette singularité et d'en faire plutôt ton atout. En réalité, QI homogènes ou hétérogènes, ce n'est pas ce qui intéresse le bon psychologue mais plutôt la façon comment il va pouvoir te conduire à ton épanouissement en fonction de la carte intellectuelle qu'il a dressé de toi au travers de ces tests. Voilà ce que je pouvais dire.
Avatar de l’utilisateur
Af-Photo
 
Messages: 55
Âge: 34
Enregistré le: Jeu 14 Avr 2011 16:23
Localisation: Dans le Pays de Bray ou dans le Val D'Oise, selon le niveau de créativité...
Test: WISC

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar TourneLune » Lun 2 Mai 2011 18:58

Tu sais, je connais des gens au score de QI très élevé et assez homogène qui ont aussi eu une scolarité désastreuse....
Au final, il y a plein de raisons d'être ce que nous sommes et d'avoir l'histoire que nous avons.
Certaines sont dus à nos traits de caractères, d'autres à l'environnement, mais comme tu dis, le principal, c'est de comprendre notre propre route et ce qui fait de nous un individu unique.
N'empêche que nous sommes aussi ici parce que cette unicité a aussi besoin de trouver un écho chez l'autre, parce que nous avons besoin de nous trouver des points communs, des choses qui nous rassemblent avec d'autres, si petites soit cette communauté.
Il ne faut pas pour autant s'enfermer dans cette ou ces communautés, mais s'appuyer dessus pour avancer.

Tu me sembles en bonne voie ;)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11205
Images: 352
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Af-Photo » Lun 2 Mai 2011 20:57

TourneLune a écrit:Tu me sembles en bonne voie ;)


En excellente voie, je pourrais même dire... ;) ;)
Qu'est-ce qu'il me fait du bien ce forum ! ;)

Si cela peut servir aux autres qui souffrent comme moi d'un QI fortement hétérogène entre verbal et performance (15 points ou plus), voici un lien particulièrement pertinent : http://dysmoi.over-blog.com/pages/eip-et-dys-3674876.html

Dans mon cas, cela étant mentionné dans le dossier de ma psychologue de l'époque qui était effectivement une vraie professionnelle conseillée à mes parents par l'AFEP (Clin d'oeil à Fab :hai: ), si j'en lis les témoignages des autres. Le haut potentiel, c'est déjà quelque-chose mais quand il se mélange avec des troubles dysquelque-chose, il peut passer totalement inaperçu alors qu'il est bien là, le petit coquin !
C'est alors le professionnalisme de la psychologue qui fera la différence pour le suivi du patient.

Bonne nuit à tous.
Avatar de l’utilisateur
Af-Photo
 
Messages: 55
Âge: 34
Enregistré le: Jeu 14 Avr 2011 16:23
Localisation: Dans le Pays de Bray ou dans le Val D'Oise, selon le niveau de créativité...
Test: WISC

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar TourneLune » Lun 2 Mai 2011 22:23

un petit topic sur le QI hétérogène pour ceux qui viendront ensuite??
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11205
Images: 352
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Maluna » Jeu 5 Mai 2011 13:31

Merci Arnaud pour ton intervention :smile: J'ai deja du l'expliquer sur un autre topic mais la 2eme psy que je suis allee consulter pour obtenir un meilleur eclairage sur mes resultats m'a dit que j'avais en fait un Trouble des Apprentissages Non Verbaux (TANV) masque par mon potentiel et vice versa i.e. un haut potentiel masque par un TANV.

TourneLune je suis tout a fait pour ouvrir un topic dedie a ce sujet ou nous pourrons partager nos experiences, vecus, et references sur le sujet :smile: On le laisse dans cette section?
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute" (P. Desproges)
Avatar de l’utilisateur
Maluna
 
Messages: 505
Âge: 42
Enregistré le: Mer 13 Avr 2011 13:23
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: par ici
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Maluna » Jeu 5 Mai 2011 13:46

Maluna a écrit:TourneLune je suis tout a fait pour ouvrir un topic dedie a ce sujet ou nous pourrons partager nos experiences, vecus, et references sur le sujet :smile: On le laisse dans cette section?


C'est fait :smile:
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute" (P. Desproges)
Avatar de l’utilisateur
Maluna
 
Messages: 505
Âge: 42
Enregistré le: Mer 13 Avr 2011 13:23
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: par ici
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar géraldg » Mar 17 Mai 2011 20:49

Bonjour,

Je l'ai vécu relativement mal la première fois. J'avais alors 16 ans presque révolus quand je l'ai passé gratuitement grâce au conseiller d'orientation-psychologue de mon lycée. J'avais un tempérament dépressif et ne fichait rien en classe, si ce n'est pour débattre de politique et d'idées générales. J'avais déjà redoublé une fois. Je vous passe les détails sur le stress de la passation. J'avais mis mes parents au courant, puisqu'il fallait leur autorisation. Mais il rejettait en bloc l'idée de passer un test de QI, je cite :"pour moi tu n'es qu'un feignant qui ne fout rien à l'école"...J'ai donc signé l'autorisation. Le jour de la passation j'étais donc stressé. Quelques jours plus tard score : 127 verbal, 99 performance!!! Je n'y comprenais rien, cela confirmait certaines choses et en infirmait d'autres. En effet, j'étais déjà convaincu que mon QI P était mon point fort et les aspects cristallisés de mon intelligence mon point faible. Je me suis donc informer sur le test que j'avais passé. J'ai appris que non seulement mon CO-PSY ne m'avait pas fait passer des subtests essentiels à l'établissement du QI Performance mais qu'en plus il n'avait absolument pas suivi les consignes de passation pour le test de Kohs (les cubes). Je ne pouvais pas lui en vouloir, je crois que cela ne dépendait pas de lui.
Des années passent, je redouble ma terminale, en rendant copie blanche en philosophie et en littérature. Je l'ai finalement eut la deuxième année. Une fois libéré du joug familial, à l'université ce test me turlupinait, me rongeait de l'intérieur. Evidemment, mon image de soi était au 36ème dessous, pourtant j'avais du mal à croire à mon diagnostic alors que j'excellais en mathématique et en logique (on étudie la logique en faculté de philosophie), qui sont des aptitudes plus liées au QI P qu'au QI V. J'ai donc pris mon courage à deux mains et ait décidé de passer les tests de Mensa en 2006 pour leur coût peu élevés. Résultat, test des dominos D70 niveau Mensa, test de Cattell (aculturel) niveau Mensa et test verbal BV16 presque le niveau. Conséquence...diagnostic moins étonnant mais complétement en contradiction avec le premier test. Un peu plus rassuré malgré tout. Cependant, j'avais du mal à comprendre mon fonctionnement. J'ai donc fait des recherches (le fait de bénéficier d'une bibliothèque universitaire comme celle de Reims c'était super pour répondre à toutes mes interrogations concernant l'intelligence et les tests). Evidemment, je doutais toujours de moi. Sauf qu'avec tous ces livres, je pouvais me faire une idée sérieuse sur le sujet.
Entre temps, j'ai découvert le test de Laurent Dubois sur Internet le 916 test test de QI pour les HQI, avec un aspect de pensée divergente prise en compte dans le résultat. Résultat : 152,5. J'en reste là pour ce test.
Ce n'est que 3 ans et demi après que j'ai eu la chance de pouvoir être testé dans les règles, avec un diagnostic de personnalité, de créativité... Résultat QI V 123, QI P 145 (ICV 131, IMT 108, pour le verbal, IVT 148, IOP 142). Complété par les tests de RAVEN, Standard 60/60 QI 135 +; Avancées 36/36 QI 148 + (ce sont les tests les plus saturés en facteur G). Complété par un test de créativité, qui fait apparaître une très très grande fluidité créative (2,5 fois le plafond pour être considéré comme ayant une grande fluidité de la pensée divergente) mais ce test n'avait presqu'aucun fondement théorique (la WAIS/WISC non plus d'ailleurs mais c'est LE test reconnu du moment). En ajoutant, croisant, disséquant, analysant tous ces tests, la psy a considéré que j'étais bel et bien surdoué, et même THQI vu les résultats les plus corrélés en facteur G.
Elle m'indiqua que mon QI V pouvait être dû à un manque d'investissement du domaine intellectuel durant mon enfance, ce qui n'est pas étonnant puisqu'il n'y avait aucun livre chez mes parents et même très peu de communication, relevant plus du "passe moi le dentifrice" que du débat philosophique, mais je comprends mes parents. Ainsi, j'essaie de rattraper mon retard et cela me réussit dans mes études supérieures, dans les échecs, le permis de conduire...
Aujourd'hui je le vis bien, comme toujours je me sens différent mais j'en fais une force sociale (en terme de décision de groupe, et d'humour, même si ça ne se voit pas dans mon article), une force critique. Bref, je suis relativement épanoui.
J'ai énormément de projets pour ma vie, et je ne suis plus dépressif. J'évite de parler de QI avec mon entourage, j'essaie de m'adapter et d'apprendre de tous.

Bonne vie à tous,
géraldg
 

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Af-Photo » Mar 17 Mai 2011 21:34

géraldg a écrit:Complété par un
test de créativité
, qui fait apparaître une très très grande fluidité créative (2,5 fois le plafond pour être considéré comme ayant une grande fluidité de la pensée divergente)


Tiens, tiens, il existe encore ce machin-là ! :-)

2,5 fois le plafond ! Bienvenue au club alors des gens complètement divergents !
Moi aussi, ces tests de créativité, je les ais passé en 1997 : Explosion du plafond !

C'est bien de tomber sur des semblables, on se sent moins seul. :smile:
Avatar de l’utilisateur
Af-Photo
 
Messages: 55
Âge: 34
Enregistré le: Jeu 14 Avr 2011 16:23
Localisation: Dans le Pays de Bray ou dans le Val D'Oise, selon le niveau de créativité...
Test: WISC

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar TourneLune » Mar 17 Mai 2011 21:43

Merci pour toutes ces précisions techniques, Geraldg mais tu n'es pas très bavard sur la façon dont tu as vécu les tests personnellement ;)

Ca en fait beaucoup, du coup;)
Ce serait cool de nous faire un topo sur ces divers tests, dans un nouveau topic, avec avantages/inconvénients et tes commentaires. ( Evidemment, ce n'est pas une obligation ;) )
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11205
Images: 352
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar cathtreca » Ven 27 Mai 2011 11:35

J'ai assisté à une conférence d'Arielle Adda en mai 2009, J'en ai profité pour demander les coordonnées d'un psy qui ferait passer des tests aux adultes, j'ai appelé et pris rendez-vous, c'est étrange, mais je n'ai pas de souvenir quant aux questions qu'on a pu me poser sur les raisons qui m'avaient amenées à faire le test, je me souviens juste avoir exprimé le besoin de le faire.
Le psychologue était assez loin de chez moi, c'était en juin, il faisait beau, c'était une journée particulière, comme entre parenthèses, pour moi, un premier pas...
Je me souviens que j'avais étudié et mémorisé le plan de la ville, comme je le fais quand je n'ai pas de copilote.
J'ai passé le test en 2 parties, une le matin, une l'après-midi.
Je me souviens que j'étais très tendue.
J'ai fait le test sérieusement, je me souviens de ne pas avoir tout réussi, et je me souviens m'être fustigée en pensant que j'aurais du tout faire, que j'aurais du être capable de restituer toutes les séries de nombres, que j'aurais du réussir tous les puzzles, qu'il aurait fallu que tout soit parfait (c'est un petit défaut que j'ai ;) )
Je me souviens que certaines "notes" ne peuvent excéder certaines valeurs, fonction de l'âge, et vu que le mien est grand, j'ai trouvé cela injuste!
A la fin du test, le psy m'a dit qu'il ne se posait pas de question quant au résultats, mais qu'il lui fallait quand même dépouiller, et m'a invitée à revenir la semaine suivante.
Je me souviens tiré parti de mon expérience pour optimiser le trajet ;) .
Le résultat est tombé: QIV 150 QIT 139 QI total 150.
Le psy a pointé le fait que j'étais hyper-émotive et hyper-sensible, et que j'aurais intérêt à acquérir de la méthode pour atténuer mes doutes, et augmenter la confiance.
Sur le moment, je crois que j'ai été soulagée, même si je me suis dit que les tests n'étaient surement pas bien étalonnés et que la plupart des gens auraient mieux réussi que moi.
Je pense que j'ai surtout cru que c'était efficience qui était évaluée, je comprends petit à petit que ces résultats ne sont pas si importants, finalement, mais qu'ils pointent un mode de raisonnement différent, ce forum est très enrichissant pour cela.
Mieux comprendre qui je suis, tirer parti de mes forces et faire preuve d'auto-bienveillance face à mes "particularité",
c'est un cheminement.
cathtreca
 
Messages: 11
Enregistré le: Mar 24 Mai 2011 09:07
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar Enyshy » Ven 1 Juil 2011 12:13

Après rencontre du 3ème type, je vous propose ma rencontre avec WAIS IV !
Tout frais car de ce matin !

Tout d'abord l'avant :
- une semaine angoissante...
- une nuit d'environ 2h de sommeil la veille
- arrivé sur place 1h avant... de gros doutes... de très gros doute... je rentre chez moi ? NON !
- j'entre chez la psychologue 10 min en avance la peur au ventre mais j'y suis ! On commence !

Maintenant l'environnement :
Psychologue agréable qui m'a mise à l'aise. Blabla d'une demi heure sur l'explication du pourquoi je veux faire le test et qui je suis puis des explications sommaires sur le déroulement. Je me sens déjà un peu mieux. OUF !
Petit bémol sur l'environnement quelqu'un a commencé à jouer du piano pendant le test... pas cool... un peu de perte de concentration de ma part du coup mais rien de grave. :-)

Et le pendant :
Beaucoup de tests chronométrés ! Ça m'a foutu la pression j'ai pas trop aimé. Par contre au global c'est suffisamment diversifié pour rester intéressant. Un peu plus de 2h de tests, cela reste gérable niveau concentration.

Je n'ai pas l'impression d'avoir été vraiment bon... Heureusement je n'ai pas non plus le sentiment de m'être complétement planté donc je devrai éviter le classement dans huitre et fruits de mer...
Certaines questions m'ont semblé extrêmement facile et pour d'autre je suis resté dubitatif sans vraiment comprendre soit l'énoncé soit ce qu'on attendait vraiment de moi...

Enfin l'après :
A la fin j'essaie de glaner une ou deux infos mais je n'ai pas eu mieux qu'un : "j'ai l'impression que ça c'est bien passé et maintenant on verra la semaine prochaine" [Je reformule un peu] Avec en prime un petit discours plus inquiétant sur le chiffrage qui quand il est sous 130 ne veut pas forcément dire qu'on est pas surdoué...

Un grand soulagement ! C'est fini !!! ;)
Ensuite le questionnement sur le résultat... Et déjà les excuses du manque de sommeil et du stress qui affluent pour expliquer un éventuel plantage.

Je suis fatigué mais content d'avoir tenu bon et de l'avoir fait maintenant que sera sera.

La suite lors du retour...
Enyshy
 
Messages: 39
Enregistré le: Lun 20 Juin 2011 11:26
Localisation: Aux abords d'une singularité gravitationnelle
Test: WAIS

Re: A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?

Messagepar altima » Ven 1 Juil 2011 12:20

VIendrais ajouter mon expérience de cobaye du wais IV aussi.
Pour l'instant, chui schlass aussi.

En tout cas ma plus grosse peur est éradiquée : chui pas "entre les deux" ou à la limite.
Et j'ai ptêt trouvé ma vocation : releveuse de plaques minéralogiques. :roll:

Sinon bah sceptique quant à la pertinence du test, vite fait et je vais pioncer un peu : n'importe quelle personne d'un certain niveau d'études ou de culture peut réussir, du coup je me dis que mon résultat est socio-culturel, et que pour quelqu'un de plus défavorisé socialement aurait échoué. Ca me dégoûte un peu en fait...

Test créé par une élite pour une élite? :grattelatete:
J'attends de lire ou relire des témoignages contraires.
Avatar de l’utilisateur
altima
 
Messages: 683
Âge: 37
Enregistré le: Mer 18 Mai 2011 14:42
Présentation: presentations/etre-pas-t410.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Diagnostic, Tests, Psys et Thérapies

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Quel psy avez-vs choisi et comment? Pr QI ou thérapie?
1, 2par Etoile filante » Lun 20 Jan 2014 10:59

Réponses: 48

Vus: 6719

Dernier message par Kirigol Voir le dernier message
Sam 21 Mai 2016 21:30
Les psys qui ne veulent pas vous tester.
par piqueboeuf » Dim 16 Sep 2012 18:52

Réponses: 18

Vus: 4502

Dernier message par Korrigan Voir le dernier message
Ven 19 Fév 2016 09:27
Comment bien se préparer au passage du WAIS
1, 2par Sphax » Sam 15 Fév 2014 22:05

Réponses: 42

Vus: 11919

Dernier message par Lost again Voir le dernier message
Sam 28 Jan 2017 13:15
Comment expliquer la prédominance de l'ICV sur la WAIS4 pour la majorité des surdoués?
par janikest » Ven 24 Juin 2016 22:01

Réponses: 20

Vus: 1323

Dernier message par *Za* Voir le dernier message
Jeu 30 Juin 2016 06:35
Et quand le test dit non!
1 ... 10, 11, 12par dédale » Ven 28 Sep 2012 07:15

Réponses: 299

Vus: 51801

Dernier message par sanders Voir le dernier message
Ven 24 Mar 2017 20:38

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Marina et 2 invités