Nous sommes le Lun 27 Fév 2017 03:12


Hésiter à consulter et passer des tests

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement

Modérateur: Zyghna

Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Gouttedeau » Jeu 3 Nov 2016 23:58

Bonsoir, bonjour,

Je me permets de créer ce fil après avoir évidemment fort fouillé le forum.
Je vais écrire à la première personne mais je pense et espère que d'autres qui sont, comme moi, "en questionnement", s'y reconnaîtront, au moins en partie, et y trouveront par conséquent quelque profit.

L'idée est d'"objectiver" les freins au diagnostic et à l'accompagnement — rien de plus.

Alors que je me pose ces questions depuis disons trois ans, et que, par ailleurs, mon état général depuis quelques lustres nécessite de toute évidence un accompagnement, je n'ai jamais passé de test, ni suivi de psychothérapie.

Pourquoi ?

- Contacter un professionnel, parler de soi

Il y a d'abord les expériences passées, mauvaises, ou du moins insatisfaisantes : depuis l'enfance, des consultations qui quasi systématiquement finissaient au premier rendez-vous, le jugement ou sentiment que l'effort est inutile, malgré la conscience vive du besoin d'un secours extérieur.
Mais il y a plus.
Il y a, quand on s'habite, hélas, en permanence, la lassitude de soi, causée par un vieux et constant ressassement de son passé, de ses drames, comme une autobiographie qu'on écrit plutôt que de vivre, souvent ; la répétition des vains et vaniteux introspections et examens de soi-même ; la crainte des biais et illusions en conséquence...
Tout cela qui bloque la langue : parce que verbaliser, se dire, se raconter, se présenter même seulement, en quelques phrases nécessairement insuffisantes, mal tournées, biaisées, provoque comme un dégoût anticipé, une suspicion à l'égard de soi et de l'autre en retour...
Autrement dit je me vois déjà là, assis, à devoir dire ce que je suis, où j'en suis, pourquoi je suis ici... sans porter de masque (mais est-ce possible ?) et à vouloir repartir aussitôt et fermer la porte !
Si seulement l'autre pouvait sonder les reins ! Puisqu'on ne peut pas faire confiance au langage... du moins quand il sort de ma bouche.

- Parler de son questionnement, "justifier" sa volonté de passer des tests

De quel droit je me pose ces questions ? Quelques lectures, quelques témoignages dans lesquels ont croit se reconnaître... on a vite fait de s'imaginer des choses. Mais j'en ai honte — d'oser m'imaginer ces choses.
Certes, je me reconnais sincèrement dans les "profils psychologiques", avec tous les traits maintes fois listés, des "surdoués"... et je ne vais pas reprendre cette liste. Mais tout aussi sincèrement l'idée d'avoir un "QI" supérieur à la moyenne me laisse profondément perplexe.
Bien que j'ignore tout ou presque du contenu des tests, moi qui suis si mauvais candidat devant Question pour un champion, moi qui n'ai jamais aimé les mathématiques et connaissais avec les chiffres maintes difficultés (et qui n'ai pas pratiqué depuis des années), moi qui brille plus par une sorte de vague esprit poète ou philosophe (les deux étonnamment confondus — ou pas), et une "originalité" sans génie, et le comportement du méditatif misanthrope, du dogmatique un peu rigide, du type largué et paumé, gauche... je n'ai pas une intelligence supérieure.
Je suis assurément un peu, voire très "spécial", et j'en souffre en conséquence ; j'ai certainement un "profil psychologique" un peu particulier... mais je ne suis pas un "surdoué" !
Accidentellement névrosé mélancolique inadapté cinglé artiste inverti mystique systématique idéaliste introverti malade... tout ce qu'on veut, mais "surdoué" !

- La peur des tests et des résultats

Toute échéance, toute occasion pour ainsi dire fatidique de faire la démonstration de quelque chose, me paralyse.
Combien de copies blanches rendues, de révisions jamais faites, de brouillons infinis, de tétanies face à l'épreuve, de forfaitures, de déroutes, d'abandons, de résignations, de paniques ? C'est presque mon existence qui se trouve ainsi caractérisée. Je suis même, maintenant, littéralement bloqué. Toute occasion de me débloquer pointe son nez que je me bloque d'autant plus, d'autant mieux. Alors rester calme et concentré pendant de longues minutes pour un test !
Il y a cette faiblesse et ce puissant fatalisme. Ce renoncement.
Et puis la peur de savoir la vérité, un semblant de vérité objective, "scientifique" : peut-être que je suis plus bête que la moyenne ? Ou, éventuellement pire : dans la moyenne ?! Et puis si ce n'est pas le cas (mais en réalité je ne parviens pas à l'imaginer vraiment), qu'est-ce que cela voudrait dire ? Et puis quoi ? Comment je réagirais ?
Et si on me disais que je suis tout simplement un dépressif chronique, ou je ne sais quoi ? Que je dois m'allonger sur le divan à vie ou avaler des médocs ? Je partirais en courant : ce qui me caractérise est tellement moi que ce serait comme sauver ma peau alors qu'on me la veut arracher... Névrose ultime ?

On peut ainsi longtemps rester sans rien faire, à se regarder se dégrader, sans se faire accompagner, sans demander de l'aide.

Je suppose que beaucoup de gens, "surdoués" ou non, quoique n'objectivant pas la chose à ce point, s'empêchent de consulter alors qu'ils le devraient peut-être.

Que faire ? Assurément c'est une étape importante de la démarche qui consiste à se connaître et à mieux se vivre.
Gouttedeau
 
Messages: 5
Âge: 25
Enregistré le: Sam 29 Oct 2016 22:12
Présentation: Ici
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar marienat23 » Ven 4 Nov 2016 18:47

Bonjour,

je ne suis plus en questionnement mais la période est récente. Je me permets donc de répondre brièvement. Je pense qu'il y a trois cas au moment ou on pense à cette piste : le refus catégorique de faire test car on n'en voit pas la peine et ce n'est pas important d'avoir une confirmation, l'hésitation et le passage du test sans se poser trop de questions.

Personnellement, ma phase d'hésitation a peu duré car je ne voulais pas rester en questionnement, c'était plus épuisant je pense que d'être fixée.

La question à se poser c'est, en écartant les doutes sur le fait de "rater", la peur du résultat, est-ce que je ressens quelque part l'envie de savoir ? Je pense que s'il y a, même tapie dans un recoin, cette envie d'être fixé(e), à terme il faudra le faire. Cela évite de se poser mille questions supplémentaires, même si dans les les deux derniers cas listés au-dessus, on est tous passés par la phase : et si je me trompais ?
Je ne parle pas de l'aspect financier qui serait un frein par contre.

Et je rassure, je suis aussi archi nulle à questions pour un champion (mais j'ai des connaissances) :D
"Le véritable poète a pour vocation d'accueillir en lui la splendeur du monde." Goethe
Avatar de l’utilisateur
marienat23
 
Messages: 187
Âge: 36
Enregistré le: Dim 25 Sep 2016 16:51
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Terpsichore » Dim 6 Nov 2016 13:37

Tout cela qui bloque la langue : parce que verbaliser, se dire, se raconter, se présenter même seulement, en quelques phrases nécessairement insuffisantes, mal tournées, biaisées, provoque comme un dégoût anticipé, une suspicion à l'égard de soi et de l'autre en retour...
Autrement dit je me vois déjà là, assis, à devoir dire ce que je suis, où j'en suis, pourquoi je suis ici... sans porter de masque (mais est-ce possible ?) et à vouloir repartir aussitôt et fermer la porte !
Si seulement l'autre pouvait sonder les reins ! Puisqu'on ne peut pas faire confiance au langage... du moins quand il sort de ma bouche.

- Parler de son questionnement, "justifier" sa volonté de passer des tests

De quel droit je me pose ces questions ? Quelques lectures, quelques témoignages dans lesquels ont croit se reconnaître... on a vite fait de s'imaginer des choses. Mais j'en ai honte — d'oser m'imaginer ces choses.
Certes, je me reconnais sincèrement dans les "profils psychologiques", avec tous les traits maintes fois listés, des "surdoués"... et je ne vais pas reprendre cette liste. Mais tout aussi sincèrement l'idée d'avoir un "QI" supérieur à la moyenne me laisse profondément perplexe.


Bonjour ! :)

Je suis moi aussi en questionnement, et je pense qu'on est beaucoup, moi y compris, à se retrouver dans les doutes et les inquiétudes que tu as formulés. Ayant fait plusieurs années de psychothérapies avec plusieurs praticiens aux méthodes diverses, je vais essayer de te rassurer en partie sur les points que je cite ci-dessus.

Tout d'abord, concernant la peur de ne pas savoir formuler le jour de la consultation, elle était mienne également avant la première rencontre chez la psy (j'avais demandé un entretien préalable, indépendant de la passation, juste pour discuter sans pression du test). J'ai donc pris un carnet et j'ai écrit tout ce que j'avais besoin d'exprimer, à tête reposée, une semaine avant le rendez-vous, puis j'ai sélectionné les points importants. J'ai amené le carnet à la consultation, et pendant que je parlais, je le consultais pour voir si je n'avais rien oublié. C'était bien scolaire, mais je ne regrette pas... par contre, j'ai quand même oublié deux-trois trucs :tmi:
Et puis, la consultation, c'est un espace de parole qui t'appartient, tu as tout le temps de reformuler les choses comme tu le souhaites, de te reprendre, de dire que tu n'arrives pas à exprimer exactement ce que tu ressens... Tu peux même t'exprimer auprès du psy exactement de la même manière que tu l'as fait ici, sur ce forum.
Personnellement, je vais même jusqu'à considérer qu'aucune convention sociale ou de langage n'a besoin d'exister dans ce genre de contexte, à part la politesse élémentaire, et à condition d'être intelligible, bien évidemment.

Par ailleurs, un psy ne juge pas un patient : il est là pour l'aider à résoudre un problème, et ce même si le patient raconte n'importe quoi, ou fait preuve d'une pédanterie sans précédent (et, à la lecture de tes inquiétudes, je pense que ce sera loin d'être le cas pour toi). Si tu te sens jugé par un psy, ou si tu te sens tout simplement mal-à-l'aise, je te conseille de le lui formuler, et, si ça ne s'arrange pas, de couper court à la consultation. De surcroît, tu consulteras surement un psy spécialisé dans la question de la douance, qui a vu des dizaines et des dizaines de patients qui lui ont tous dit "Je souhaite passer le WAIS" et qui connaît très bien les différentes inquiétudes qui peuvent y être liées. On a tendance à se juger très sévèrement, à trouver illégitime le fait de se poser la question de la douance, mais en réalité, un professionnel de la question ne trouvera jamais un tel questionnement illégitime, d'autant plus lorsque le patient est en souffrance.

En fait, quand j'écris, je me rends compte que je te répète ce que je me suis moi-même formulé pour trouver le courage de décrocher le téléphone :lol:

La dernière inquiétude à m'avoir quittée est celle du résultat. Elle est partie lorsque je me suis rendue compte que, de toute façon, l'état psychologique dans lequel je suis est tellement inconfortable, douloureux et incompréhensible que je ne peux pas continuer à vivre comme ça, et que l'angoisse du résultat n'est qu'un bien moindre mal face au malaise actuel. En bref, le rapport bénéfice/risque en terme de bien être mental au long terme du test est fort élevé : même si il existe un (relativement faible) risque qu'il ne m'apporte rien ou me rende plus angoissée qu'avant, ce risque vaut quand même le coût d'être pris par rapport aux pistes de compréhension de moi-même que le test peut m'apporter.
Avatar de l’utilisateur
Terpsichore
 
Messages: 10
Âge: 22
Enregistré le: Sam 5 Déc 2015 12:34
Présentation: Hello
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Gouttedeau » Ven 11 Nov 2016 16:46

Merci pour vos réponses.
Gouttedeau
 
Messages: 5
Âge: 25
Enregistré le: Sam 29 Oct 2016 22:12
Présentation: Ici
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Dark_Lady » Jeu 8 Déc 2016 01:36

Gouttedeau a écrit:On peut ainsi longtemps rester sans rien faire, à se regarder se dégrader, sans se faire accompagner, sans demander de l'aide.


Coucou,

Cette phrase résume parfaitement où j'en suis. J'ai un peu les mêmes questions que toi, les mêmes craintes et je ne sais pas si un jour j'aurai le courage de passer le test.
Personnellement, je ne me suis jamais sentie capable d'être heureuse car mon cerveau est constamment en train de me mettre la pression, de m'inventer mille scénarios catastrophe où je finis par me dire que je suis vraiment mais vraiment "à jeter".

J'espère que tu trouveras le courage de le faire et d'obtenir surtout des réponses à ce qui semble te poser des problèmes dans ta vie d'adulte.
Dark_Lady
 
Messages: 9
Âge: 35
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 17:28
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar eauvive » Dim 8 Jan 2017 07:06

Coucou Gouttedeau !

Je pense que nous avons une peur commune : si nous ne sommes pas " Haut Potentiel", serions nous plus apte en "Hôpital Psychiatrique" ?
Je crois qu'il y a aussi d'autres possibilités, celles de voir toutes les autres options possibles afin d'améliorer notre vie. si tu n'es pas à l'aise pour t'exprimer oralement, voir tout ce qui pourrais t'aider (développement personnel, chant, autres...).
Le sport, la méditation...
Et puis pour avoir rencontrer bon nombre de "psy" en tout genre dans ma vie, l'important c'est de trouver celui ou celle qui te permettra de dépasser cette difficulté qui t'empêche de pouvoir t'exprimer.
Dépressions, traitements chimiques, suivis c.m.p, privé, hospitalisations, j'ai tout connu jusqu'à être reconnue handicapée, et pourtant tu vois je ne lâche pas le morceau, même si je déprime encore chaque hiver, je ne veux plus de traitements chimiques, et je veux passer le test.
Mon message, c'est te dire de ne rien lâcher, bats toi afin d'arriver à passer les tests, et même si tu les ratais, il y a d'autres options que la maladie "psy".
Je me lance, car plus je réfléchis, moins j'avance, et plus je suis anxieuse, donc vu que maintenant j'ai l'argent nécessaire, ben je veux y aller sans attendre que mes "et si...et au cas ou...et avant...et après..."
A trop me questionner, je réfléchis et je fais du sur place, je reporte, et puis, ben l'envie est présente, et concrètement rien ne se passe.
Dès que j'ai des coordonnées sérieuses, je prends rendez vous, j'aimerais que ce soit au printemps car c'est une meilleure période pour moi, là c'est insomnie aiguë...

Je n'ai pas envie de regretter de ne pas avoir passer le test, positif ça m'éclairera, et négatif ce sera une voie à éliminer qui ouvrira d'autres voies puisque la vie continue.

:elepw:
Avatar de l’utilisateur
eauvive
 
Messages: 22
Enregistré le: Jeu 23 Juin 2016 21:23
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Réglisse » Dim 8 Jan 2017 18:41

eauvive a écrit:...même si je déprime encore chaque hiver, je ne veux plus de traitements chimiques, et je veux passer le test.
Mon message, c'est te dire de ne rien lâcher, bats toi afin d'arriver à passer les tests, et même si tu les ratais, il y a d'autres options que la maladie "psy".
Je me lance, car plus je réfléchis, moins j'avance, et plus je suis anxieuse, donc vu que maintenant j'ai l'argent nécessaire, ben je veux y aller sans attendre que mes "et si...et au cas ou...et avant...et après..."

Je suis un peu comme toi, a la croisée des chemins... quelque part je me dis que si je n'y vait pas je n'irais jamais (ce que je me dit quand j'hésite a me lancer, du coup je me lance de force, bref), et que du coup je laisserais tomber la démarche que jai entamée et qui me semble légitime...
Je trouve qu'au-delà d'un certain degré d'implication dans une démarche, quand on a mis le doigt, la main, le bras dans l'engrenage, autant y aller jusqu'au bout. Un peu comme au poker (encore qu'en l'écrivant je me demande si mon exemple ne sera pas négativement teinté), si l'on est suffisamment averti sur le sujet et que l'on pense raisonnablement avoir assez de bille pour se lancer, alors il faut se lancer. Quelque soit le résultat, en particulier négatif, on sera pas ridicule de l'avoir fait, et le croupierpsy dirait la même chose. On en apprend tout de même sur soi, le chiffre final et le oui/non ne fait pas tout, il y a le bilan et des ouvertures possibles.
Comme tu le dis la vie continue, et puis plus ça avance plus je me dit que pour l'effet Barnum il y a un seuil critique : celui où entreprendre une démarche se fait un besoin irrépréssible, et au-delà duquel on n'en fait plus rien (sous-entendu : de scientifiquement concret), et où on laisse le questionnement s'éloigner au profit de ses propres certitudes, avec les écueils que cela comporte...
Avatar de l’utilisateur
Réglisse
 
Messages: 23
Enregistré le: Mer 24 Juin 2015 22:42
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Différente » Ven 20 Jan 2017 07:59

La solution formelle pour savoir si on est HP ou pas c'est de passer le test donc je pense que la question à se poser c'est plutôt "Suis-je prêt à vivre éternellement dans le doute et dans les questionnements ?" Si la réponse est oui, alors le test peut attendre ou ne pas de faire mais si c'est non, il ne sert à rien d'attendre, il faut prendre son courage à deux mains et prendre rendez-vous. Dans tous les cas ça ne change rien en qui on est, au mieux on obtient des réponses à tout à un tas de questions, au moins mieux on se retrouve dans la même situation qu'avant la passation mais avec l'hypothèse de la douance en moins, et c'est déjà une avancé dans la quête de soi.
Tu passes la moitié de ta vie à hésiter avant de te décider de quelque chose et le reste du temps t'es pas sur d'avoir pris la bonne décision.
Différente
 
Messages: 173
Âge: 28
Enregistré le: Ven 9 Sep 2016 12:00
Présentation: C'est ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar *Za* » Ven 20 Jan 2017 09:09

Tu y vas fort quand même, Différente :) même si en effet je comprends ton point de vue. Ça tient debout, mais on peut nuancer peut-être, et se poser la question un peu plus neutre "Ai-je besoin de savoir ?".

Pas la peine de se culpabiliser si on n'en a pas envie, simplement ça restera, en effet, une question sans réponse - comme tant d'autres.
Le doute sur ce sujet n'est pas forcément inconfortable à tous, après tout, et je peux comprendre aussi que certains préfèrent éviter ce qu'ils vivraient (peut-être) comme un rangement dans une petite case.

Personnellement, je n'ai pas choisi de passer le test, on me l'a fait passer. Et je me demande si j'aurais choisi librement de le faire plus tard. J'ai l'impression que non... mais comme le test fait aussi partie de mon histoire et que mon histoire influence forcément mon avis... dur à dire :)
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2476
Images: 21
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Différente » Ven 20 Jan 2017 10:44

*Za* a écrit:Tu y vas fort quand même, Différente :)


Tu trouves ? C'est possible... mais ce n'est pas facile d'exposer ses pensées par écrit. En plus avec le téléphone je n'ai pas accès aux émoticons... double difficulté. ^^

En tout cas c'est en me disant ce que j'ai écrit plus haut que je me suis lancée dans la démarche et je ne regrette rien.

:-)
Tu passes la moitié de ta vie à hésiter avant de te décider de quelque chose et le reste du temps t'es pas sur d'avoir pris la bonne décision.
Différente
 
Messages: 173
Âge: 28
Enregistré le: Ven 9 Sep 2016 12:00
Présentation: C'est ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Traum » Ven 20 Jan 2017 12:57

C'est effectivement un peu fort aussi (mais pas violent) pour quelqu'un comme moi qui a attendu… dix ans. (D'ailleurs, j'ai passé ma WAIS-IV un 20 janvier…)
Dix ans, c'est le temps qu'il m'a fallu pour comprendre que je n'allais peut-être pas mourir si le résultat était négatif et que je ne pouvais plus tellement faire autrement que de passer le test. (Bon, je croyais surtout dur comme fer qu'il serait négatif, mais j'étais prête à vérifier ça.)
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Traum
 
Messages: 327
Âge: 30
Enregistré le: Jeu 15 Jan 2015 22:22
Localisation: Paris.
Présentation: Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar *Za* » Ven 20 Jan 2017 15:04

Différente a écrit:Tu trouves ? C'est possible... mais ce n'est pas facile d'exposer ses pensées par écrit. [...]
En tout cas c'est en me disant ce que j'ai écrit plus haut que je me suis lancée dans la démarche et je ne regrette rien.

Non, je pense juste que ça a été très vrai pour toi, que tu étais vraiment dans l'urgence de savoir. Dans ce cas, c'est sûr, il faut se lancer ! Comme tu l'as dit toi-même, si tu ne l'avais pas fait, tu aurais eu l'impression de "vivre éternellement dans le doute et les questionnements" (c'est cette tournure que je trouvais un peu forte pour la généraliser).

Mais d'autres personnes auront besoin de douter encore un peu, comme Traum, voire douteront un moment puis passeront à autre chose qui sait, et dans ce cas, exit la damnation éternelle - heureusement !
A chacun ses besoins et son moment pour les satisfaire. Et passer une échelle de QI alors qu'on n'y est pas vraiment prêt, ça pourrait faire du dégât : de ce qu'on lit ici tout les jours, c'est quand même une "grosse" démarche :)
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2476
Images: 21
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar RegisRobert » Sam 21 Jan 2017 18:07

Différente a écrit:Dans tous les cas ça ne change rien en qui on est, au mieux on obtient des réponses à tout à un tas de questions, au moins mieux on se retrouve dans la même situation qu'avant la passation mais avec l'hypothèse de la douance en moins, et c'est déjà une avancé dans la quête de soi.

Haha, c'est typiquement ce que je pourrais me dire pour outrepasser mon ressenti quand je suis totalement flippé. C'est d'ailleurs typiquement ce que j'ai fait pendant très longtemps.
C'est un raisonnement très mathématique que j'ai servi à bon nombre d'amis en proie au doute sans tenir compte de la valeur émotionnelle des événements pour eux ou pour moi.

Mais bon. Il suffit pas de se dire "je ne veux pas être flippé donc je ne le serai pas", parce que tôt ou tard on se rend compte qu'on est à côté de ses pompes un peu quand même.

(Je dis tout ça sans attaque, bien sûr.)
Projet du moment. MAJ au 23/02/17
A vos yeux je semble être invisible.
Je suis là et j'observe.
Avatar de l’utilisateur
RegisRobert
 
Messages: 223
Âge: 25
Enregistré le: Jeu 22 Sep 2016 14:02
Présentation: Ni Regis, ni Robert
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Nono » Sam 21 Jan 2017 19:10

*Za* a écrit:D'autres personnes auront besoin de douter encore un peu, comme Traum, voire douteront un moment puis passeront à autre chose qui sait, et dans ce cas, exit la damnation éternelle - heureusement !


Pour appuyer les propos de *Za*, je peux évoquer aussi mon expérience personnelle.

Si je me suis inscrit sur ce forum, ce n'est pas parce qu'il parle de douance. C'est parce que j'ai rencontré des membres IRL, que le courant est bien passé, que j'ai eu envie de participer à leurs débats.
Cependant, je me suis retrouvé dans beaucoup des traits que l'on prête aux surdoués, et la lecture des sujets consacrés à la douance m'a beaucoup apporté pour mon propre développement personnel.

Suis-je HP ? Je dois prendre en compte l'effet Barnum : je ne sais pas. Seul un test me permettrait de savoir, et je dois avouer que je suis curieux d'en connaître le résultat.
Cependant, ça s'arrête là. J'ai de la curiosité, mais je ne ressens personnellement pas de besoin insurmontable. Je me suis donc posé cette question : devrais-je passer le test ?
Dans mon cas, la réponse a été évidente. Je ne relie pas mes problèmes personnels à une éventuelle douance, alors passer le test ne servirait qu'à satisfaire une curiosité. Je n'en ai pas besoin. Je doute, mais je ne me sens pas damné.
Quoique. :diabloo:

Si, un jour, je consulte un psy et qu'il me recommande le test comme support de travail, ou si j'estime que j'ai besoin d'un bilan pour avancer sur mon travail sur moi, alors je reconsidérerai le problème.

Donc, oui, on peut vivre sans savoir et sans en souffrir. Ceci dit, mon expérience est particulière. La plupart des gens qui font la démarche de s'inscrire sur ce site ont déjà un questionnement fort, un besoin de réponse. Si c'est le cas, bien sûr, il faut considérer la question avec plus d'intérêt.
Avatar de l’utilisateur
Nono
 
Messages: 110
Images: 1
Âge: 20
Enregistré le: Jeu 7 Juil 2016 12:50
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Lectrix » Sam 21 Jan 2017 22:53

Vos interventions sur ce sujet m'intéressent tout particulièrement à un moment où la question commence à se poser pour moi.

Nono a écrit:Si, un jour, je consulte un psy et qu'il me recommande le test comme support de travail, ou si j'estime que j'ai besoin d'un bilan pour avancer sur mon travail sur moi, alors je reconsidérerai le problème.


En une phrase, tu as résumé la situation dans laquelle je me trouve ! Certes, cela fait longtemps que je me pose plus ou moins la question de la douance. La question vient, puis s'en va, puis revient... Et effectivement, depuis que je suis arrivée sur le forum il y a quelques mois, les interrogations se font plus pressantes. Mais pour plusieurs raisons, je ne me sentais pas particulièrement prête à chercher la réponse.
En revanche, je commençais à trouver urgent de consulter pour les problèmes que je rencontre au quotidien. Alors effectivement, j'ai choisi une psychologue spécialisée, entre autres, dans la question du Haut Potentiel mais je ne comptais pas lui parler de mes doutes, pensant que le sujet ne serait pas abordé ( :1cache: oui, vous allez me dire que je me suis piégée moi-même mais j'étais réellement persuadée que la question ne se poserait pas pour moi ou qu'en tout dernier recours). Et pourtant, si, le sujet a été évoqué dès le tout début du premier rendez-vous (pas par moi !) de telle sorte qu'il m'a même fallu interrompre la psychologue pour lui rappeler pourquoi je venais vraiment. Et même là, je n'ai pas réussi à la faire changer de sujet : pour elle, les deux sont liés, c'est là qu'il faut que je cherche la réponse à mes problèmes.

Sauf que ce n'est pas si simple... Déjà parce que plus j'essaie d'envisager l'hypothèse, plus j'ai l'impression que cela ne colle pas et que la psychologue, qui ne me connaît pas beaucoup, se trompe à mon sujet. Mais surtout, il y a un certain nombre de questions qu'il me faut me poser. Les fameux "et si le test disait oui ?" "et si le test disait non ?" qui sont liés à la grande question : ai-je vraiment plus à y gagner qu'à y perdre ? :worried:
C'est vrai qu'il devient important pour moi de régler certains problèmes mais sans cela, je n'aurais jamais entrepris de démarches et j'aurais gardé mes doutes pour moi sans qu'il me semble impératif d'y apporter une réponse. Bref, la question du test ne se serait pas réellement posée !
En effet, je sais aussi que le maigre équilibre que j'ai réussi à me construire malgré tout est fragile. Niveau confiance en moi, estime personnelle, etc... ce n'est déjà pas le top. Suis-je vraiment prête à envisager tous les résultats possibles ? Je ne sais pas. C'est bien parce que la période n'est pas facile qu'il me faudrait des réponses mais le test ne risquerait-il pas de venir encore plus me bouleverser ? Est-ce le bon moment ? Je ne peux même pas écrire que j'ai besoin de savoir parce que ce n'est pas moi qui en ressens le besoin, c'est plutôt la situation qui risque de me l'imposer.

En même temps, en lisant les propos de Différente, je me dis que chacun réagit selon son tempérament. Je ne suis pas vraiment du genre à foncer, je n'ai pas le goût du risque. Alors cela me ressemble de me poser des tas de questions, quitte à rester sur place justement quand ce serait peut-être le moment d'avancer...


Petit édit en guise de commentaire post-post : comme d'habitude, mon ami le doute est venu s'installer dans ma petite tête et s'ensuit une multitude de questions. Est-ce qu'en fin de compte, je ne me contredis pas moi-même dans mon propre message ? Est-ce aussi peu clair à l'écrit que dans ma tête ? Pouvais-je légitimement poster un tel témoignage ? N'est-il justement pas trop personnel ? Bref, mes excuses pour tout cela... voilà pourquoi je n'ose guère apporter ma contribution sur les discussions collectives. :x
Avatar de l’utilisateur
Lectrix
 
Messages: 15
Âge: 21
Enregistré le: Mar 13 Sep 2016 16:05
Présentation: Par ici
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Hésiter à consulter et passer des tests

Messagepar Tartempion » Jeu 2 Fév 2017 13:02

Nono a écrit:
Suis-je HP ? Je dois prendre en compte l'effet Barnum : je ne sais pas. Seul un test me permettrait de savoir, et je dois avouer que je suis curieux d'en connaître le résultat.
Cependant, ça s'arrête là. J'ai de la curiosité, mais je ne ressens personnellement pas de besoin insurmontable. Je me suis donc posé cette question : devrais-je passer le test ?
Dans mon cas, la réponse a été évidente. Je ne relie pas mes problèmes personnels à une éventuelle douance, alors passer le test ne servirait qu'à satisfaire une curiosité. Je n'en ai pas besoin. Je doute, mais je ne me sens pas damné.
Quoique. :diabloo:

Si, un jour, je consulte un psy et qu'il me recommande le test comme support de travail, ou si j'estime que j'ai besoin d'un bilan pour avancer sur mon travail sur moi, alors je reconsidérerai le problème.

Donc, oui, on peut vivre sans savoir et sans en souffrir. Ceci dit, mon expérience est particulière. La plupart des gens qui font la démarche de s'inscrire sur ce site ont déjà un questionnement fort, un besoin de réponse. Si c'est le cas, bien sûr, il faut considérer la question avec plus d'intérêt.



Coucou,
Je vais raconter un bout de ma démarche et ça rejoint en partie la tienne.
Je me sens différent depuis très longtemps, au début, j'ai attribué ça au fait que j'ai déménagé plusieurs fois pendant ma scolarité (j'ai fait 5 établissements complétement différents en 15 ans).
Le seul questionnement fort que j'avais en m'inscrivant ici était de savoir si les tests que j'ai passés à l'armée étaient un petit ou un gros indice de douance. J'ai cru comprendre que c'était un petit ; encore plus petit avec les tests avec uniquement des matrices de Raven et encore plus avec les tests proposés sur mon-qi.com (mais ça, je m'en doutais).
Bref, je pense vivre bien avec ce que je pense être moi-même (remarquez toutes les précautions).
Par exemple, Montélimar, c’est du nougat. Et Montcuq, c’est du poulet ?

L'erreur est humaine, mais un véritable désastre nécessite un ordinateur.
Avatar de l’utilisateur
Tartempion
 
Messages: 31
Enregistré le: Mer 25 Jan 2017 13:33
Localisation: idf
Présentation: .
Profil: En questionnement
Test: NON



Retourner vers Diagnostic, Tests, Psys et Thérapies

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Passer la Wais quand on a fait des études et stages en neuropsychologie.
par Gioia » Sam 4 Juin 2016 10:14

Réponses: 14

Vus: 734

Dernier message par Gioia Voir le dernier message
Lun 13 Juin 2016 17:29
Critique - constructive - des tests de QI
1 ... 9, 10, 11par TourneLune » Mer 17 Aoû 2011 10:37

Réponses: 250

Vus: 24245

Dernier message par Fish Voir le dernier message
Dim 26 Fév 2017 20:58
Pourquoi les tests de QI ne sont pas des instrument de mesure de l'intelligence
par Armie » Ven 24 Juin 2016 19:42

Réponses: 21

Vus: 1786

Dernier message par Armie Voir le dernier message
Mer 29 Juin 2016 15:12
Fiabilité des tests en ligne
1 ... 5, 6, 7par BicheFurtive » Lun 4 Juil 2011 18:09

Réponses: 150

Vus: 76035

Dernier message par sylvainm Voir le dernier message
Mer 15 Fév 2017 22:25
A propos des tests MENSA
1 ... 8, 9, 10par Zeus » Ven 19 Aoû 2011 12:40

Réponses: 244

Vus: 46929

Dernier message par sylvainm Voir le dernier message
Lun 20 Fév 2017 12:29

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités