Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Julien
Messages : 74
Enregistré le : sam. 26 mars 2016 00:13
Présentation : Par ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Marseille
Âge : 45

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Julien » dim. 3 juil. 2016 19:46

Ah ! Je comprend mieux ^^ Merci Back2Basics :)
¿Couaco mé kiki? Averell

YumeLys
Messages : 6
Enregistré le : jeu. 29 déc. 2016 11:55
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par YumeLys » dim. 15 janv. 2017 19:26

Bonjour... J'espère que ça ne dérange pas trop que je déterres ce topic. =) Je me dis que j'ai besoin de m'exprimer, malgré tout. J'avoue que j'ai bien hésité parce que souvent, les sujets ont déjà été abordés, il y a déjà plein de témoignages et ça me donner un peu l'impression que tout a été dit et fait...
Bref.
J'ai été diagnostiquée il y a un peu plus d'un mois maintenant, après m'être posée la question pendant un peu plus d'un an de lectures et de doutes ("mais non c'est pas possible, tu te prends pour qui?" "oui mais, et si..."). L'avantage, c'est que la partie "oui" est plus forte maintenant même si c'est difficile de faire taire les doutes ("est ce que c'est VRAIMENT possible que les autres personnes n'aient pas autant de pensées en tête?").
Donc, pour l'instant, toujours assez destabilisée, et la tête remplie de questions. Ceci dit je commence à accepter que je fonctionne différemment, tout comme lorsque j'ai découvert pour la première fois le mot "introverti" (ouiii donc c'est normal si je me fatigues aussi rapidement pendant les moments de sociabilisation!). Ceci dit je suis en pleine phase de questionnement, où je me demande si telle ou telle particularité est liée à la douance aussi, et comment je peux faire pour la "maitriser" (comme la méditation pour le flot de pensée, que je commence, mais qui effectivement fait du bien!).
Il y a aussi plein de moments ou je doutes encore, parce que j'ai très peu de confiance en moi, et qu'un rien la détruit et me fait penser que je suis vraiment très bête, pas à ma place, et pourquoi je n'arrives pas à faire ci ou ça (je suis une thérapie EMDR au niveau confiance en soi, mais je n'ai pas l'impression d'avoir quoi que ce soit de traumatisant dans mon passé alors je ne sais pas trop quoi en penser et si ça va aider)... Parce que paradoxalement, il y a des moments où j'ai vraiment l'impression de fonctionner moi vite que les autres. Je bloque sur des détails, ou j'ai besoin de temps pour réfléchir en tête à tête avec moi même. Peut être du perfectionisme, je ne sais pas trop.
Bref.
Voilà où j'en suis pour l'instant. Grosse avalanche de questions, mais j'espère que ça va s'éclaircir petit à petit.

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1789
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 47

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Bradeck » dim. 15 janv. 2017 20:09

Pas de soucis, c'est même bien de déterrer des topics, cela permet à certains de les (re)découvrir.
Et sur certains sujets, comme la "digestion", même si lire les réflexions et expériences des autres peut aider, il est clair qu'il y a aussi besoin d'exprimer soi-même son ressenti personnel, car cela fait avancer.
Se dire : Bon, tout est déjà dis, et donc se museler et rester dans son coin permet de faire avancer le schmilblik, mais moins vite si je puis dire :P

Donc déjà, une fois le test passé, une fois les explications données, ce n'est pas pour cela que tout ce qui nous enquiquine s'envole comme par magie. De plus, les contours de la douance :
1/ Ne sont pas clairement définis
2/ Englobent des caractéristiques qui n'en sont pas l'apanage, par corollaire il est très complexe, encore plus étant adulte et donc "construit" (de guingois peut-être, mais construit) de dire : ça c'est dû à la douance, ça non. Et à la limite on s'en fiche. Exemple: Quelqu'un est hyper-sensible et cela lui pose problème. En creusant, abracadabra la douance est là, et cela explique tout. Est-ce que la méthode pour vivre avec cette hyper-sensibilité sera différente que si l'on avait dit "Ben non, vous n'êtes pas surdoué... juste hyper-sensible".
3/ Résultent souvent d'observations dont l'échantillon est biaisé. Ce qui ne veut pas dire qu'elle soient fausses, juste qu'il faut se méfier de la généralisation.
4/ Et on draine aussi malgré tout souvent des gros clichés, par exemple : Je suis surdoué donc je devrais tout capter plus vite. Ben nan hein :P

La meilleure chose à faire, c'est de tenter de mettre le doute de côté. Pourquoi ? Et bien c'est un pro dont c'est le métier qui t'a fait ton bilan (bon, ok, sauf si c'est le grand voyant médium international à résultat 100% garanti qui t'avait laissé un petit papier dans ta boite au lettre qui te l'a dit)
Ensuite: Car laisser les questions du genre "Mmouais, j'ai encore des doutes" permet de se concentrer sur l'essentiel.

Là je me permet une généralisation (j'espère ne pas être lapidé lors du WEAAS...) : On ne cherche pas à savoir si l'on est surdoué juste pour se dire "Fichtre, c'était donc cela, je suis surdoué ! / Damned, je ne suis pas surdoué mais alors quoi ?", mais parce que l'on a des choses qui grattent, et l'on se dit un moment: Ces choses qui me gratouillent, seraient-elles dûes à la douance ?

Après le diagnostique, peut-être grattouillent-elles moins, voire peut-être chatouillent-elles, reste que c'est toujours là, et que l'on doit soit y remédier, soit les accepter, selon les cas et nos capacités.

L'enjeu est là... mais souvent l'on sent rend compte uniquement lorsque l'on finit justement de se prendre la tête sur le "Fichtre, donc, je suis surdoué"... Le fait d'avoir posé le mot "douance" peut nous aider à accepter certaines de nos particularités, ce qui est un grand pas pour voir ce que l'on fait avec lesdites particularités, mais guère plus.

Aussi donc, toutes ces questions sont "normales", la digestion se fait...
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
carine
Messages : 71
Enregistré le : ven. 6 janv. 2017 15:25
Présentation : presentations/questionnement-t8098.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par carine » lun. 16 janv. 2017 19:54

YumeLys a écrit :Bonjour... J'espère que ça ne dérange pas trop que je déterres ce topic. =) Je me dis que j'ai besoin de m'exprimer, malgré tout. J'avoue que j'ai bien hésité parce que souvent, les sujets ont déjà été abordés, il y a déjà plein de témoignages et ça me donner un peu l'impression que tout a été dit et fait...
Bref.
J'ai été diagnostiquée il y a un peu plus d'un mois maintenant, après m'être posée la question pendant un peu plus d'un an de lectures et de doutes ("mais non c'est pas possible, tu te prends pour qui?" "oui mais, et si..."). L'avantage, c'est que la partie "oui" est plus forte maintenant même si c'est difficile de faire taire les doutes ("est ce que c'est VRAIMENT possible que les autres personnes n'aient pas autant de pensées en tête?").
Donc, pour l'instant, toujours assez destabilisée, et la tête remplie de questions. Ceci dit je commence à accepter que je fonctionne différemment, tout comme lorsque j'ai découvert pour la première fois le mot "introverti" (ouiii donc c'est normal si je me fatigues aussi rapidement pendant les moments de sociabilisation!). Ceci dit je suis en pleine phase de questionnement, où je me demande si telle ou telle particularité est liée à la douance aussi, et comment je peux faire pour la "maitriser" (comme la méditation pour le flot de pensée, que je commence, mais qui effectivement fait du bien!).
Il y a aussi plein de moments ou je doutes encore, parce que j'ai très peu de confiance en moi, et qu'un rien la détruit et me fait penser que je suis vraiment très bête, pas à ma place, et pourquoi je n'arrives pas à faire ci ou ça (je suis une thérapie EMDR au niveau confiance en soi, mais je n'ai pas l'impression d'avoir quoi que ce soit de traumatisant dans mon passé alors je ne sais pas trop quoi en penser et si ça va aider)... Parce que paradoxalement, il y a des moments où j'ai vraiment l'impression de fonctionner moi vite que les autres. Je bloque sur des détails, ou j'ai besoin de temps pour réfléchir en tête à tête avec moi même. Peut être du perfectionisme, je ne sais pas trop.
Bref.
Voilà où j'en suis pour l'instant. Grosse avalanche de questions, mais j'espère que ça va s'éclaircir petit à petit.

Bonjour,

Pour ma part, je ressors aussi des sujets du forum et, étant toute nouvelle sur le forum, j'ai également besoin d'échanger... et non pas uniquement lire les témoignages des années précédentes...

Je passe le test dans 11jours... je reviendrais par ici...
Mais déjà entre le 1er RDV où la psy m'a directement parlé de douance sans que j'en parle et l'attente du test, je suis déjà bien déstabilisée...

à bientôt sur ce post... ;)

YumeLys
Messages : 6
Enregistré le : jeu. 29 déc. 2016 11:55
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par YumeLys » mar. 17 janv. 2017 19:00

Bradeck: Merci pour la réponse et de me rassurer, c'est gentil =)
Oui, en un sens je me dis: si je lis les sujets bien en détail, je pourrais probablement trouver des réponses- d'un autre coté je sens que j'ai besoin d'exprimer je suppose.

Je comprends ce que tu veux dire, je ne peux pas non plus tout "lancer" sur le dos de la douance, vu que c'est très flou. Et depuis que j'ai passé le test, ça fait quand même un peu de bien de moins se poser la question, je suppose qu'il faut comme tu le dis que je "digères" pour que ça passe complètement.

En fait oui je suis d'accord, la grosse question c'est "Ces choses qui me gratouillent, seraient-elles dûes à la douance ?".
Je dirais que je suis un pied (quelques orteils?) toujours dans la phase de doute, et l'autre dans "ok maintenant, ça, ça s'explique par ... et je peux faire ça."

Avatar du membre
Dromadaire
Messages : 53
Enregistré le : lun. 9 janv. 2017 17:48
Présentation : Schrödinger et dromaludaire
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 27

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Dromadaire » sam. 21 janv. 2017 21:15

Bon.

Je ne sais pas trop où poster.

Ceux qui ont suivi mon cas savent que ma semaine a été rude, ma journée d'hier notamment : je ne sais pas s'il y avait un rapport avec le test.
Je ne me sens pas d'aller poster dans "comment avez vous vécu le test", je crois n'avoir pas grand chose à raconter pour l'instant.

En revanche, après le test, la psy me dit que c'est terminé et qu'elle va faire ses premiers calculs "sans la machine" pour avoir un premier résultat, que je ne reparte pas sans rien. Ok. Ca me soulage, je vais savoir avant de partir d'ici.
Je vais aux toilettes, je croise ma psy (celle qui me "soigne") qui la rejoint dans le bureau.
En revenant des toilettes, elles parlent avec une espèce de connivence, j'ai du mal à percevoir les mots, à en comprendre le sens, mais j'ai l'impression de m'être plantée. Je m'asseois, je ressors un mouchoir, je me sens vide et pas très en forme.
Celle qui m'a fait passer le test commence à parler. Je ne me souviens plus de ce qu'elle a dit, à part que je me sentais de plus en plus mal.

Et puis elle lâche un nombre. Bien au-dessus de la "barre" fatidique. Trop au dessus. C'est vertigineux. C'est trop. J'explose en larmes. De soulagement surtout, de fatigue nerveuse, d'espoir, de désespoir, de trop plein, de "tout". Elle continue à parler, me montre la gaussienne, "voilà vous êtes par là", je secoue la tête, ma vue est floue. Ca me parait iréel.
C'est à la fois trop beau et trop terrible.

Et puis on parle. La discussion redevient normale, je les regarde papoter entre elles comme deux vieilles copines, elles me parlent de super-pouvoirs, de X-men et de plein de trucs. Je ne sais pas quoi dire, je voudrais leur demander le mode d'emploi pour savoir quoi faire, comment passer ma semaine mais les mots ne sortent pas, on parle d'autre chose.
Ca résonne dans ma tête. Je ne suis pas folle, je ne suis mythomane, je ne suis pas bonne à enfermer, je suis juste surdouée. Ce terme commence à devenir familier mais j'ai l'impression de ne pas trop savoir quoi faire avec au fond.
Elles parlent de moi et de mes capacités d'adaptation remarquables mais j'ai l'impression qu'on parle d'une autre personne.

Je finis par sortir du cabinet. Je me sens surtout soulagée par ce résultat. Je me suis rendue compte qu'au fond de moi, j'étais terrifiée par l'idée que le test soit négatif, mais je n'étais pas convaincue qu'il puisse être positif.

Voilà.

Depuis ce moment, j'oscille entre l'envie de pleurer de joie et de soulagement, celle de partir dans un rire hystérique, celle de le crier à tout le monde, celle de... Je ne sais pas.

Ce soir, je me sens fatiguée et embrouillée. Je ne sais pas si je suis destabilisée.

Well, je suis contente d'avoir fait la démarche.

Edit : orthographe qui rendait une phrase incompréhensible :D

Avatar du membre
-Olivier-
Messages : 1352
Enregistré le : jeu. 17 nov. 2016 16:52
Présentation : pʁe.zɑ̃.ta.sjɔ̃
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Par ci par là
Âge : 48

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par -Olivier- » sam. 21 janv. 2017 22:16

Bravo.
Mes certitudes ne valent que si vous en doutez

Avatar du membre
carine
Messages : 71
Enregistré le : ven. 6 janv. 2017 15:25
Présentation : presentations/questionnement-t8098.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par carine » dim. 22 janv. 2017 17:45

Dromadaire a écrit :B

Et puis on parle. La discussion redevient normale, je les regarde papoter entre elles comme deux vieilles copines, elles me parlent de super-pouvoirs, de X-men et de plein de trucs. Je ne sais pas quoi dire, je voudrais leur demander le mode d'emploi pour savoir quoi faire, comment passer ma semaine mais les mots ne sortent pas, on parle d'autre chose.
Ca résonne dans ma tête. Je ne suis pas folle, je ne suis mythomane, je ne suis pas bonne à enfermer, je suis juste surdouée. Ce terme commence à devenir familier mais j'ai l'impression de ne pas trop savoir quoi faire avec au fond.
Elles parlent de moi et de mes capacités d'adaptation remarquables mais j'ai l'impression qu'on parle d'une autre personne.

Je finis par sortir du cabinet. Je me sens surtout soulagée par ce résultat. Je me suis rendue compte qu'au fond de moi, j'étais terrifiée par l'idée que le test soit négatif, mais je n'étais pas convaincue qu'il puisse être positif.

Voilà.

Depuis ce moment, j'oscille entre l'envie de pleurer de joie et de soulagement, celle de partir dans un rire hystérique, celle de le crier à tout le monde, celle de... Je ne sais pas.

Ce soir, je me sens fatiguée et embrouillée. Je ne sais pas si je suis destabilisée.

Well, je suis contente d'avoir fait la démarche.

Edit : orthographe qui rendait une phrase incompréhensible :D

Bravo d'avoir passé le test, maintenant tu sais... sur la question du "et j'en fais quoi maintenant?".... je suppose que les réponses arriveront d'elles-même par la suite...

Repose toi et bonne soirée

Avatar du membre
carine
Messages : 71
Enregistré le : ven. 6 janv. 2017 15:25
Présentation : presentations/questionnement-t8098.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 34

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par carine » ven. 3 févr. 2017 13:13

Bonjour!

Résultat hier soir (elle m'avait déjà certifié que j'étais HP après le test mais j'attendais tout de même le bilan).
Dés l'annonce du 1er chiffre, je me suis mise à pleurer. Impossible d'expliquer pourquoi. L'incompréhension, me rendre compte que je ne suis pas comme tout le monde... J'ai simplement répondu que cette émotion était "indescriptible", sans doute un beau mélanges d'émotions.

Puis des questions en pagaille. Si je suis HP, pourquoi je n'ai pas si bien réussi à la fac? Est-ce que je peux vraiment faire n'importe quel métier? Est-ce que je pourrai comprendre le fonctionnement des "autres personnes"?

Merci pour les témoignages passés qui expliquent plusieurs réactions lors du résultat.
Je vais prendre le temps d'intégrer cette donnée car là, c'est la confusion la plus totale : qui suis-je? Quelles sont mes différences?

Lost again
Messages : 43
Enregistré le : sam. 3 déc. 2016 13:50
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Neverland
Âge : 47

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Lost again » ven. 3 févr. 2017 23:43

Bonsoir,
J'ai su le grand "oui "il y a un peu plus de 15 jours.. Cela me paraissait tellement incompréhensible que j'ai préféré attendre hier pour avoir les chiffres.. Le temps de m'adapter et d'intégrer l'idée.. Du coup , l'annonce du Qi et du reste, quelques peu étonnants vu la piètre image et le doute constant qui me caractérise (chiffres hauts et hyper homogènes), s'est plutôt bien passée..
Même si ... Je n'en comprends absolument pas le sens pour le moment .. :D :D
Il est très complexe de comprendre son passé et les traces qu'il a pu laisser dans ce que nous sommes en tant qu'adulte.. Il est très difficile de savoir faire la part des choses de ce qui est de nous ( les choses inhérentes à notre personnalité) et de ce que l'on nous a appris ..Avec la douance , il y a une sorte de cumul et ça me parait beaucoup tout ça .. :)
J'ai pris l'option de me faire aider par la psychologue qui suit déjà mes enfants ( HPI également) .. Je crois que c'est la solution raisonnable pour moi qui erre depuis des années pour comprendre ce qui cloche , les causes de certains comportements étranges , une solitude infinie , etc ... Je crois avoir en effet trouvé la première personne capable d'entendre mes "délires" sans froncer les sourcils et me cataloguer dépressive ou pire , ce que je ne suis absolument pas , je le sais ... Elle semble comprendre ce que je suis, sans s'étonner , sans me ranger dans une petite case , sans crainte. Pour elle , je suis juste normale car différente .. Elle est d'origine étrangère et m'expliquait qu'elle avait eu beaucoup de chance car, dans son pays de naissance, la différence est souvent valorisée et appréciée ...Tout est, en effet, une question d'échelle de valeur et nos valeurs ont le droit d'être différentes après tout ....
Je trouve ça très apaisant et j'ai l'impression que je vais pouvoir enfin poser ma grosse valise (un truc à la Marie Poppins qui est sans fin) et prendre le temps de faire le tri de façon efficace .. :D :D
Mettre en avant ce qui est normal pour "moi", l'accepter, me permettra , je l'espère, de mieux m'adapter à un monde dans lequel je ne me reconnais pas et que j'observe de loin ..
J'ignore où cela va me mener d'autant que certaines questions importantes restent encore en suspens et vont nécessiter à priori d'autres tests , mais je prends cela comme une nouvelle aventure , un nouveau chapitre de ma petite vie ... ;)
"l'absurde, c'est la raison lucide qui constate ses limites"
A. Camus

Avatar du membre
Riffifi
Messages : 1208
Enregistré le : sam. 20 avr. 2013 15:35
Présentation : riffifi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'Ouest
Âge : 38

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Riffifi » dim. 5 févr. 2017 19:34

Lost again a écrit :Elle semble comprendre ce que je suis, sans s'étonner , sans me ranger dans une petite case , sans crainte. Pour elle , je suis juste normale car différente ..
C''est chouette, Lost again, ça peut en effet être une bonne clé pour ouvrir les valises et trier tranquillement. A partir du moment où ce n'est ni effrayant ni inacceptable d'être différent, c'est plus simple pour essayer de voir dans cette différence et dans ce sentiment de différence ce qui est construit et pourquoi, et ce qui ne l'est pas (ou moins).
Je te souhaite bonne et belle route. :)
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)

Avatar du membre
MrsPepper
Messages : 17
Enregistré le : mar. 14 mars 2017 23:30
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par MrsPepper » mar. 28 mars 2017 20:43

Deux semaines plus tard, et j'ei envie de conseiller à ceux qui vont passer le test de bien penser à se garder du temps pour souffler dans les jours qui suivent si possible.... Après tout le monde ne réagit pas de la même façon, mais pour les gens plutôt "fonceurs" et particulièrement volatiles émotionnellement, ça peut être brutal. Perso j'ai été vidée et sidérée pendant 2 ou 3 jours (j'étais en congés, heureusement), et dès que j'ai du repartir au boulot et interagir à nouveau avec le monde extérieur, d'autres êtres... Ben là c'est parti en cahouètes. Je me suis pris un mur en pleine tronche à retardement. Depuis je lutte toujours pour atterrir, mais c'est pas facile. Je m'énerve super vite, je m'épuise, je doute de toutes mes pensées, je me rends compte que je mettais le curseur de "l'équilibre" au mauvais endroit et je ne sais plus où le mettre, je pédale dans la semoule et je fais de magistrales crises d'angoisses... J'alterne les moments de déversement verbal et de mutisme total...

Mais bizarrement, malgré ce passage super désagréable, je ne regrette rien et je suis paradoxalement heureuse d'avoir pu initier ce voyage. Mais j'aurais du lire les topics liés à l'après avant de passer le test pour mieux me préprarer par e que bordel ça secoue... :rock:
"Caminante no hay camino, se hace camino al andar." (Machado)

Deriana
Messages : 7
Enregistré le : ven. 24 mars 2017 11:25
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Deriana » jeu. 30 mars 2017 18:40

Bonsoir,

Je confirme aussi que l'annonce peut être très destabilisante. Je suis retournée au boulot juste après et ce n'est pas l'idée du siècle... Ce jour et les jours qui ont suivi, je ne me sentais pas très bien, en passant par tous les stades : heureuse de savoir mais aussi déni parce que cela ne pouvait pas être possible malgré les signes et mon questionnement depuis plus de 2 ans. Et ensuite la peur, parce que vu le "score" obtenu et bien, statistiquement je suis censée être bien seule dans mon quotidien..
Alors oui, il faut se laisser du temps à soi pour l'accepter, le comprendre afin de mieux l'intégrer et le vivre.
Par la suite, j'ai aussi partagé avec mes proches et j'ai eu l'immense chance que tous l'acceptent très bien et me comprennent mieux aussi, cela m'a aidée à passer les étapes.

Avatar du membre
Za
Messages : 2921
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Za » ven. 31 mars 2017 09:09

Deriana a écrit :statistiquement je suis censée être bien seule dans mon quotidien..
Alors rassure-toi, parce que "statistiquement" et "dans mon quotidien" dans la même phrase, c'est très contradictoire ^^
Peut-être que tu ne connais personne dans ton entourage proche qui a le même QIT que toi, ça je veux bien le croire - c'est même statistiquement sans doute assez fréquent :)
► Afficher le texte
Mais à mon avis, ça n'a pas grand chose à voir avec le quotidien. Tu en fournis d'ailleurs un début de preuve :
Par la suite, j'ai aussi partagé avec mes proches et j'ai eu l'immense chance que tous l'acceptent très bien et me comprennent mieux aussi, cela m'a aidée à passer les étapes.
Bonne digestion, alors :)
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Deriana
Messages : 7
Enregistré le : ven. 24 mars 2017 11:25
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Deriana » ven. 31 mars 2017 15:38

Désolée si je me suis mal exprimée ou mal fait comprendre.
Je ne pensais pas à un score précis mais plutôt au fait qu'avec une différence de plus de 30 points deux personnes auront du mal à se comprendre d'où un relatif isolement.

Avatar du membre
Za
Messages : 2921
Enregistré le : lun. 15 avr. 2013 12:25
Présentation : C'était moi...
Profil : Diagnostic +
Test : WISC

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Za » ven. 31 mars 2017 15:52

Non non, il n'y a pas de mal :)
Je pense juste, vraiment, qu'il y a mille choses qui peuvent rapprocher deux personnes ayant 30 points de QI de différence, que la compréhension entre humains passe au-delà de barrières bien plus hautes que ça. A l'inverse, mille choses peuvent séparer deux personnes qui auraient un QIT similaire.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête...
J. Prévert

Deriana
Messages : 7
Enregistré le : ven. 24 mars 2017 11:25
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Deriana » ven. 31 mars 2017 20:22

Je te remercie :) Je pense comme toi et je l'espère vraiment car en fait quand j'ai reçu le résultat, j'étais vraiment désemparée. J'ai tout de suite pensé à ça, suite aux lectures que j'avais faites (Leta Hollingworth). Que toutes ces années que j'ai plutôt passé en solitaire faute de pouvoir/savoir m'intégrer, s'expliquaient par cet état de fait et que je ne pourrais rien y faire.
Je crois que je vais arrêter les lectures ;) c'est traumatisant :pale: (j'avais lu aussi "Vie professionnelle : l'exclusion des hauts QI" et comme il s'avère que j'ai des difficultés au travail, c'est ce à quoi je pensais quand je parlais de mon quotidien...).

Différente
Messages : 218
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 29

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Différente » mar. 4 avr. 2017 16:21

MrsPepper a écrit :Deux semaines plus tard, et j'ei envie de conseiller à ceux qui vont passer le test de bien penser à se garder du temps pour souffler dans les jours qui suivent si possible.... Après tout le monde ne réagit pas de la même façon, mais pour les gens plutôt "fonceurs" et particulièrement volatiles émotionnellement, ça peut être brutal. Perso j'ai été vidée et sidérée pendant 2 ou 3 jours (j'étais en congés, heureusement), et dès que j'ai du repartir au boulot et interagir à nouveau avec le monde extérieur, d'autres êtres... Ben là c'est parti en cahouètes. Je me suis pris un mur en pleine tronche à retardement. Depuis je lutte toujours pour atterrir, mais c'est pas facile.

[...]

Mais bizarrement, malgré ce passage super désagréable, je ne regrette rien et je suis paradoxalement heureuse d'avoir pu initier ce voyage. Mais j'aurais du lire les topics liés à l'après avant de passer le test pour mieux me préprarer par e que bordel ça secoue... :rock:
Je reprends tes mots, l'effet retardement je le vis quatre mois plus tard notamment parce qu'au travail on m'a interdit du jour au lendemain de faire autre chose en même temps de ma mission principale (assister un enfant en difficulté pendant la classe). Depuis je passe mes journées assise sur une chaise à presque rien faire et j'ai fini par exploser ! Vide total pendant quelques jours et les autres qui ne comprennent pas mais je ne veux pas leur dire.

Enfin décidé à demander de l'aide, et là deuxième mur, personne ! Les rares spécialistes et centres pour le suivi des HPI sont surchargés par chez moi et ne prennent plus de personne. Résultat je me retrouve seule avec mon diag+ et aucune prise en charge possible pour m'aider à accepter ma différence et surtout à trouver ma voie professionnelle.

Qu'à cela ne tienne, il parait que la résilience est une de nos belles qualités !
Je vais me débrouiller seule et me battre.
Tu passes la moitié de ta vie à hésiter avant de te décider de quelque chose et le reste du temps t'es pas sur d'avoir pris la bonne décision.

Avatar du membre
Jonathan le goéland
Messages : 23
Enregistré le : lun. 27 mars 2017 15:39
Présentation : presentations/vois-les-choses-sous-autr ... t8390.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Caraïbes

Re: Grosse destabilisation à l'annonce du résultat?

Message par Jonathan le goéland » mer. 22 nov. 2017 18:34

Je vous l'avais dit, je suis *lent mais le résultat est redoutable...


Je pense sincèrement et sans doute pour la première fois de ma vie, qu'ici, vous comprendrez ; VOUS ME COMPRENDREZ. Si ce n'est pas le cas, ce sera certainement plus du fait des symptômes qu'occasionne la grosse déstabilisation qui s'est amorcée, fin mars 2017, lorsque pour la première fois de ma vie je m'intéressais aux HP... Alors que je suis concerné depuis 16 ans. En 2001, un psy m'a fait passer le WAIS mais pour des raisons personnelles, émotionnelles, intellectuelles, je ne pouvais pas accepter cette révélation de mon fonctionnement, pas à cette époque et encore moins dans ses circonstances... (cf présentation).


Ça y est *j'y suis, par nécessité, je me suis poussé à mon maximum de mes capacités de résilience, dans le creux de la vague, au-delà de ce que cette résilience phénoménale peut faire pour moi, au-delà de toutes mes capacités à supporter, expliquer, surmonter. Je me fais mal (pas dans le sens destructeur) à la gueule dans des proportions jamais atteintes jusqu'à maintenant. (Je crois aussi, en plus, que je me fais mal à la gueule depuis seize ans... parce que je CULPABILISE - cela relèverait donc aussi du deuil).

Vivre sous les tropiques aura contribué lourdement à cette nécessité d'atteindre mes limites car passé la plage et les cocotiers, huit années c'est dur. C'est dur de tout voir, tout ressentir, de ne pas tout comprendre, d'essayer d'aider et de ne pas y arriver ou d'encaisser impuissant, SEUL. Je commence à m'épuiser, les signes sont là... Il y a un excellent stress maintenant, il y a matière à faire pour donner/rendre sa liberté à celui que je n'ai été, jusqu'à maintenant, qu'en partie.

Je pleure souvent depuis que je travaille le sujet ici et depuis hier, je pleure encore plus. A cet instant je pleure car je sens "physiquement", comme un espèce de "placenta" que je suis en train de tendre à son extrême et qui va crever dans très peu de temps. Cette fabuleuse énergie que j'ai toujours eu en moi et qui m'a toujours accompagné pour toujours aller plus loin, va sortir, s'extirper de tous ces outils que j'ai mis en place pour soigner la bornologie et m'épanouir malgré tout. J'ai la très forte intuition que cette énergie veut sortir depuis longtemps mais elle ne savait pas comment le faire. Ses bribes m'ont causé quelques tensions que j'ai gérées ; tout ce que j'ai fait jusqu'à maintenant m'a permis de "soigner" des SYMPTÔMES alors que je croyais que c'était des causes. Il n'y a que depuis mars dernier que je m'attaque VRAIMENT auxVRAIES CAUSES. (Faudrait pas que l'on m’apprenne dans dix ans que je suis un extraterrestre :D)[Note : Dingue quand même : éthologue depuis toujours, par passion et animalier par vocation, c'est "l'urgence hérisson" de Grabote qui m'a piqué.]

Bas les masques ; Je te l'ai toujours dit (en causant à ma petite voie) que je nous finirions par nous entendre, même au pied du mur si nécessaire.


J'ai ici un ami, Directeur retraité d'une école primaire qui m'a donné le nom d'une psychologue clinicienne qui a bosser en milieu scolaire et qui semble avoir une "connaissance" du phénomène HP. Je viens de lui laisser, à l'instant, un message et j'attends son rappel. Il y a trois semaines j'ai pris contact avec une asso en Guyane, s'occupant d'enfants précoces, afin de leur demander l'aide que je ne trouve pas là où je suis. Je me suis fait rembarrer en beauté : non seulement parce que l'HP n'est pas leur domaine (?) mais en plus, ils n'ont aucun contact avec les îles où je suis. (Ouille, le jardinier va m’orienter vers un autre post, autre-part :U).


>>> J'ai lu ce matin un article qu j'avais complètement négligé : Résume bien la situation . Incapable de m'exprimer correctement, je pense qu'il résume à la perfection... ma vie.


En espérant peut-être aider quelqu'un, avec ma vision actuelle des choses...
A vous lire.
"Notre nébuleuse est fabuleuse..." (Index braqué sur la tempe avec un petit clin-d’œil, mon grand-père concluait ainsi nos longues discussions). :ensoleillé:

Répondre