Douance et reconnaissance adulte handicapé

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » ven. 23 oct. 2015 00:00

Salut à toutes et tous.

Le titre doit déjà vous mettre sur la voie quant à ce dont je veux parler. Il convient cependant que j'expose ma pensée.

Une amie psychologue avait détecté ma douance grâce à quelques indices qu'elle avait su interpréter correctement, étant sensibilisée à la question du QI de part son métier qui l'amène a travailler avec des enfants atteints (c'est comme ça qu'on dit ?) d'Asperger.

Lors d'une récente discussion que nous avons eue à ce sujet, elle m'a posé la question suivante :est-ce que tu te sens handicapé par ton haut potentiel ?". Il ne me fallut pas longtemps de réflexion pour dire que oui, socialement et professionnellement, je me sens handicapé. Un handicap qui ne se voit pas. Que je ne me sens pas incapable de surmonter, mais avec du travail et un suivi thérapeutique.

Elle m'a alors suggéré le titre de ce fil. Ce que j'ai trouvé pertinent pour une raison très simple : la reconnaissance sociale de mes difficultés à m'insérer socialement et professionnellement. Difficultés que je rencontre encore et que je sais surmontables aujourd'hui, ayant connaissance de leur origine, de leur cause.
Ce que je vois c'est un rapport différent avec des institutions comme Pole Emploi, la CAF, les travailleurs sociaux,etc.

Dans mon esprit, l'idée n'est même pas de toucher l'AAH (que j'ai volontairement écartée du titre du fil), mais uniquement la reconnaissance par des institutions représentant l'État.

J'en ai parlé à une psy aujourd'hui (hier maintenant, bref, jeudi 22) qui m'a expliqué un peu la démarche et n'a pas trouvé ça absurde (même plutôt sensé).

J'ai parfaitement conscience (et la psy a bien insisté dessus) que c'est une demarche longue et qu'il ne faut pas nourrir de fausses illusions. Si la douance commence à être reconnue, j'ai tendance à penser que c'est surtout ches les enfants, pour leur offrir un parcours scolaire favorable (mais mon expérience étant proche du zéro absolu, il est complètement possible que je me fourvoie).

Je suis donc intéressé par votre expérience dans le domaine de la reconnaissance d'adulte handicapé, liée ou non à la douance, mais aussi par votre avis sur la question, que vous vous sentiez concernés ou pas du tout.

En vous remerciant par avance, je vous prie de croire, bla bla bla...

Avatar du membre
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2169
Enregistré le : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : courage, elle est courte :-p
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: Diuance et reconnaissance adulte handicapé

Message par galou » ven. 23 oct. 2015 15:43

Je n'ai pas de connaissance particulière sur la reconnaissance du handicap, donc je donnerai juste mon avis sur la question "faut-il reconnaître la douance comme un handicap ? " (c'est bien ça la question, finalement ?)
Pour ma part, je ne vois pas la douance comme un handicap, je ne me sens pas en difficulté socialement, même si le fait de savoir que j'étais surdouée m'a permise de comprendre beaucoup de chose et de revoir ma vie d'une façon beaucoup plus bienveillante qu'auparavant... Pour moi, il n'y a pas que la douance qui entre en jeu lorsqu'on a du mal à s'insérer dans la société. Il y a aussi une question d'éducation, de relations familiales, etc.
Et pour aller plus loin dans ma réflexion, je trouve ça limite dangereux de considérer la douance comme un handicap... Dangereux d'une part pour le risque de victimisation des surdoués, et d'autre part parce que la société n'est pas prête pour ça (on a déjà du mal à faire comprendre aux gens que nous ne sommes pas des "génies" alors imagine quand on prétendra que nous avons un QI plus élevé mais que nous sommes handicapés...)
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » ven. 23 oct. 2015 17:18

Merci galou pour ta réponse.

C'était pas forcément clair dans ma tête au moment où j'ai écrit le message, ça l'est davantage maintenant avec ta réponse.
En fait, l'idée pour moi n'est pas de généraliser la reconnaissance de la douance comme un handicap. La question qui m'a été posée était : "Est-ce que tu te sens handicapé". Réponse : "Oui". Personnellement moi-même et en ce qui me concerne. Je ne vis pas la douance comme un handicap, mais je me sens handicapé socialement. C'est très personnel, ça ne s'applique pas forcément à tout le monde. La raison de ce handicap, le fait que je n'ai jamais su gérer le décalage avec le reste de la société, décalage dû à la douance. C'est mon histoire.

Il n'est pas question, donc, de reconnaître la douance comme un handicap, mais reconnaître ma situation comme telle, avec les raisons qui font partie de mon vécu. D'ailleurs, la psy m'a confirmé que la CDAPH ne fait aucune généralité et ne fait qu'étudier des cas, individuels, avec une personnalité, une histoire, etc.

J'espère que c'est plus clair exprimé ainsi.

Avatar du membre
romu
Le Rouquin du Chat
Messages : 858
Enregistré le : lun. 28 avr. 2014 12:53
Présentation : ma_presentation
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 22

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par romu » sam. 31 oct. 2015 18:47

Je vais te donner mon avis aussi à mon tour, je suis un peu d'accord avec galou :).
Je pense également que cette reconnaissance ne t'attirera rien de bon, je pense que ça ne te poussera pas à créer du lien social, à outrepasser tes difficultés, néanmoins, ce n'est que mon avis personnel.
Pour ma part, je suis déficient visuel, je pourrais obtenir une reconnaissance auprès de la MDPH mais je ne l'ai pas fait.
Je trouve qu'il y a plus en difficultés que moi, je n'ai pas envie de perdre du temps avec ça, et j'ai toujours vécu avec, donc ce n'est pas un bout de papier qui va faire changer ma vision :).
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Charles Baudelaire (l'Albatros.).

Avatar du membre
Cyrielle
Messages : 1156
Enregistré le : mar. 24 sept. 2013 19:07
Présentation : En construction...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Sud-Ouest, entre autres
Âge : 47

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Cyrielle » sam. 31 oct. 2015 19:29

Sujet sensible il me semble... je vais suivre ce fil !

Je suis d'accord avec Romu, et de toute façon plutôt opposée à l'idée de ranger les gens, quels qu'ils soient, dans des "boites" MDPH, ce qui ne fait qu'augmenter le risque d'isolement et de stigmatisation ; mais les déficients doivent pouvoir bénéficier d'aide pour pallier à leurs difficultés... alors comment avoir l'un sans l'autre ?

Par contre, et je sais que nous sommes ici une minorité, le HQI (pas le chiffre lui-même, mais surtout tout ce qui peut l'accompagner : hypersensibilité, hypersensitivité, hyperlucidité, etc.) est clairement pour moi un "handicap" social :$. Le diagnostic m'a vraiment aidé à gérer mieux toutes ces difficultés, et je ne ressens aujourd'hui aucun besoin d'une quelconque reconnaissance institutionnelle.

Quant à mon expérience sur la reconnaissance du handicap, je donne deux exemples opposés qui me laissent... partagée^^:
- il y a quelques années, certains malades du SIDA que je suivais avaient obtenu cette reconnaissance (avec l'AAH) ; ça n'a que rarement (voire jamais !) facilité leur insertion, mais par contre pour certains vraiment accentué leur déprime
- j'ai dans mon entourage une ex-chômeuse longue durée de mon âge, qui vient de retrouver un emploi en CDI qui lui plait par le biais de la RQTH (attribuée suite à un burn-out).
Y'a trop de monde sur les gradins... Le spectacle du monde nous appartient !

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » sam. 31 oct. 2015 21:37

Merci de votre intérêt :)

Je n'ai encore entrepris aucune démarche, parce que :
- ce n'est pas ma priorité du moment
- j'ai besoin de savoir dans quoi je m'engage si je vais dans cette voie.

[quote=romu]je pense que ça ne te poussera pas à créer du lien social, à outrepasser tes difficultés[/quote]
Et comme ce n'est pas l'objectif d'une éventuelle RQTH pour moi, y'a pas de problème...

Quand je parle de société, c'est purement institutionnel. Ce n'est pas le groupe social. Les rapports humains, c'est compliqué, mais j'ai bien conscience que ce n'est pas un moyen d'améliorer les choses.

Non, ma difficulté se trouve essentiellement dans la recherche d'emploi. D'un côté, je me sens capable de faire plein de métiers différents (mais je n'envisage pas une seconde de suivre une formation de plus d'un mois pour quoi que ce soit), d'un autre, je me sens incapable d'accepter n'importe quel boulot. Les emplois alimentaires, ça n'a qu'un seul effet sur moi : la dépression. Et si la pression sociale est trop forte, la tentative de suicide. Comme je suis en train de faire les démarches pour demander le RSA (ça fait 2 mois que ça dure, sans un rond, donc "en train de"), j'ai parfaitement conscience des conséquences à rentrer dans un tel dispositif. Et j'aimerais que ce ne soit pas toujours à moi de faire des efforts pour m'adapter à la société, parce que ça me fatigue. Littéralement. Ça m'épuise. Ça me bouffe de l'énergie et il s'ensuit dépression, tout ça. J'aimerais que certaines institutions s'adaptent un peu à moi, au moins pour un temps. Aujourd'hui, mon introspection permanente se fait avec un nouvel éclairage. Et ça prend du temps de tout défaire pour tout reconstruire.

Mon besoin est assez simple finalement : que Pole Emploi et ses petits copains comprennent que non seulement je peux faire plein de choses à la condition que ça m'intéresse (avec le "risque" que je m'intéresse à autre chose rapidement) et que je suis incapable de faire un boulot inintéressant juste parce que le système dit qu'il faut travailler (or, il suffit de comparer le nombre de demandeurs d'emploi et le nombre d'offres disponibles pour réaliser que non, c'est juste pas possible pour tout le monde, hein).

Alors je n'attends pas de ce fil qu'on me donne une "solution clés en main", que chacun donne son avis sur son cas personnel ou qu'on disserte sur le titre du fil au sens strict. Ce que j'attends, c'est un avis sur la question "théorique" posée : si pour une personne HQI se sent en situation de handicap social (je dirais plutôt socio-professionnel), pensez-vous que la reconnaissance d'adulte handicapé soit pertinente ?

Avatar du membre
galou
Gateau d'Artifice
Messages : 2169
Enregistré le : ven. 29 mars 2013 18:47
Présentation : courage, elle est courte :-p
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par galou » sam. 31 oct. 2015 22:01

Oliver Snow a écrit :Alors je n'attends pas de ce fil qu'on me donne une "solution clés en main", que chacun donne son avis sur son cas personnel ou qu'on disserte sur le titre du fil au sens strict. Ce que j'attends, c'est un avis sur la question "théorique" posée : si pour une personne HQI se sent en situation de handicap social (je dirais plutôt socio-professionnel), pensez-vous que la reconnaissance d'adulte handicapé soit pertinente ?
Ok, je comprends mieux ton questionnement, c'est plus clair même si la question reste vaste :)
Hors-sujet
Merci pour ce recadrage du fil, par contre ce paragraphe me semble un peu agressif (c'est comme cela que je le perçois, ou du moins je perçois un peu d'énervement de ta part, désolé...)
J'ai fait 2/3 recherches sur internet concernant la reconnaissance de maladies psychiatriques commehandicpa, et je suis tombée sur cette question au sénat : http://www.senat.fr/questions/base/2002 ... 00603.html
Bon, on est d'accord, ce n'est pas au même niveau le HQI et le schizophrène, mais ça me fait penser que si vraiment le handicap socio-professionnel est ressenti par la personne concernée et reconnu par le/la psy, alors pourquoi pas, la reconnaissance peut être pertinente, il me semble...
Mais à mon avis, il faut atteindre des niveaux de mal-être en société très élevés, ce qui me paraît quand même assez peu fréquent chez les HQI et donc, comme dit plus haut, à étudier au cas par cas et uniquement par des professionnels compétents dans le domaine de la douance... Mais y en a-t-il vraiment dans ceux qui attribuent la reconnaissance du handicap ?
"Si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main [...] je chante la vie, je danse la vie!"

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » sam. 31 oct. 2015 22:42

Merci pour ta réponse, Galou.
Hors-sujet
Non, pas d'énervement de ma part. Sincèrement. Plutôt qu'agressif, je dirais que j'ai été un peu sec, direct. Pas mis de gants cette fois-ci, parce que c'est comme ça que je le ressentais, que je voulais l'exprimer. De fait, il semble que "le message" passe mieux :)
Désolé pour ce que le ton employé a pu susciter chez toi et pour ce qu'il pourrait susciter chez d'autres.
Merci pour le lien, c'est très intéressant. J'en retiens que ce n'est pas la cause qui détermine le niveau d'invalidité, mais les conséquences sur la vie quotidienne et, le cas échéant, professionnelle. L'évaluation tient également compte de la variabilité de la situation de handicap.

Merci pour ces échanges :)

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Fabs le vaurien » sam. 31 oct. 2015 23:08

Une reconnaissance , c'est comme un diagnostic ..Si ça ne suppose aucun aménagement, ça n'a aucun intérêt...

De fait, quels aménagements de la part des acteurs de l'insertion pro attends-tu?

C'est évident que personne, même avec une reconnaissance ne sonnera chez toi avec un boulot intéressant..
En plus dans le milieu du handicap, tu risques de te voir inscrit dans des dispositifs spécifiques (avec des ateliers de recherche d'emploi , des trucs en groupe avec des gens tout aussi cassés ou maladaptés que les autres) et au mieux tu pourras quand même insérer le milieu du travail normal avec tout de même le gros tampon sur le front parcequ'une entreprise est amendable si elle n'a pas un quota de travailleurs handicapés..

De façon plus générale, le glissement des population est effrayant..Quand je pense qu'on retrouvera maintenant plus de malades psy que de personnes déficientes dans les ESAT..Et puis, même à l'échelle du handicap, milieu par essence protégé par la société, on se retrouve aussi dans un modèle productif et marchand avec ..des pressions également (exemple des Esat..ateliers protégés, chantiers d'insertion divers..).

Du coup , ce systeme qui n'est pas adapté pour toi le ne sera pas forcément plus mais à la différence qu'il causera de toi en réunion...

Concernant la douance comme handicap, dit comme ça c'est évidemment absurde..
La classification de Wood considére le handicap comme résultant d'incapacités à réaliser certaines tâches, lesquelles trouvant leur origine dans une déficience (physique ou mentales) avérée. Dès lors pour la douance, il faudrait considérer ses conséquences..Et là ça me semble un peu complexe d'identifier ce qui est du ressort d'un HQI en tant que structure et de toute la systémie du bonhomme...(conditionnements, parcours etc..). Il faut objectiver la souffrance à minima.
Au delà de ça, la reconnaissance peut être libératoire...mais elle a le chic de se cadenasser psychiquement sur soi comme sur les autres..Et là pour le coup, la subjectivité devient souffrance..

A mon avis, tu ne pourrais t'appuyer que sur le versant dépressif..(qui figure dans le DSM 4 ) mais es-tu apte à mettre en avant ça plutôt qu'une surdouance? ...
Par ailleurs, le handicap invisible n'est pas juste dans le présent sujet..Il est employé pour des pathologies surtout physiques (type spondylarthrite etc...).
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » sam. 31 oct. 2015 23:37

Merci Fabs pour cette réponse qui apporte des éclairages intéressants.

Concernant les aménagements pro, j'attends des aménagements quant à la recherche d'emploi, pas dans l'emploi en lui-même. Pas dans l'accompagnement non plus. Il faudrait que j'arrive à développer et préciser ce que je veux dire par "je me sens capable de faire plein de métiers mais pas de boulots alimentaires inintéressants" (genre routiniers, purement exécutifs, etc.).

On accepte parfaitement qu'une personne en fauteuil roulant ne puisse pas postuler à un poste de bûcheron ou de cordiste. Il y a des métiers pour lesquels je ne me sens absolument pas capable. Et je ne parle pas de compétences.
Fabs le vaurien a écrit :Au delà de ça, la reconnaissance peut être libératoire...mais elle a le chic de se cadenasser psychiquement sur soi comme sur les autres..Et là pour le coup, la subjectivité devient souffrance..
C'est bien ça qui me fait me poser et poser la question... Ne connaissant pas du tout les conséquences d'une RQTH (c'est bien ça, hein ?), je ne me lance pas comme ça, parce que j'ai bien conscience que ce serait une étiquette qui pourrait s'avérer difficile à porter.
Fabs le vaurien a écrit :A mon avis, tu ne pourrais t'appuyer que sur le versant dépressif..(qui figure dans le DSM 4 ) mais es-tu apte à mettre en avant ça plutôt qu'une surdouance? ...
Non. Pour une raison très simple : je ne me sens pas dépressif aujourd'hui. Je l'ai été, j'ai des moments de baisse de moral, voire des moments où ça va pas du tout, mais pas plus. Globalement, je dirais même que je vais de mieux en mieux de ce côté là. Surtout depuis le diag+. Même si la vie reste compliquée à appréhender, j'ai une réponse au pourquoi du comment, je sais sur quoi travailler et pourquoi.
Donc non seulement je ne me sens pas capable de mettre ça en avant, mais en plus, ce serait un pur mensonge. Jouer là-dessus, ce serait du mensonge et de la manipulation et j'en serais le juge, finalement, en cela que je déciderais moi que la reconnaissance de ce que j'estime être un handicap pour moi aujourd'hui est légitime et prendrais une voie pour y parvenir. Je ne peux m'y résoudre.

Je vais continuer de réfléchir, d'en parler à ma psy et de lire ce fil :)

Merci à tous pour vos participations !

sophielagirafe

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par sophielagirafe » dim. 1 nov. 2015 09:58

Sujet intéressant... j'en ai eu quelques idées quand le diag a été posé pour mon fils il y a quelques années, mêlé au TDAH et à des troubles autistiques. Concernant une vraie acceptation de la différence par l'équipe pédagogique, je m'était posé la question de la pertinence d'une reconnaissance de handicap.
Oui, je pense que le handicap qu'on ressent en milieu scolaire ou professionnel peut gagner à être connu et reconnu. Bon, je n'ai rien fait de plus dans cette démarche, mon fils en avait ras la casquette des rendez-vous divers, on a trouvé (enfin!) une très bonne psy comportementaliste qui l'a aidé à s'intégrer et à combattre ses démons (et qui est venue à une réunion de l'équipe pédagogique, aussi, ce qui a aidé un peu quand même).

Je me suis posé la question pour les adultes aussi... je comprends que tu te la poses, et de cette façon-là. Peut-être parce que je suis également en recherche d'emploi, et que, fraichement diagnostiquée, je regarde tous mes boulots courts d''il y a quelques années avec un autre regard : je finissais toujours en dépression parce que je m'ennuyais, grosso modo. Parce que j'avais des supérieurs qui ne comprenaient pas mon fonctionnement, et j'étais incapable de le leur expliquer.
Pendant plus de 18 mois de recherches, j'ai vécu les convocations et soit-disant accompagnements de pôle-emploi comme des tortures. Mais bon sang, que me demandait-on là! Et comment expliquer autrement qu'en se trouvant nulle et inadaptée que ces trucs-là étaient impossibles!

Je n'ai pas reparlé à ma psy de cette question précise, mais maintenant que tu évoques le sujet, peut-être que je lui demanderai son avis (juste son avis). Par contre elle m'a conseillée de demander à faire un bilan de compétences, et c'est pôle emploi qui va me le financer (sinon, cout 800€ environ, et les financeurs habituels sont les OPCA); je crois que c'est une démarche qui peut aider dans la recherche d'emploi ensuite. J'ai ouvert hier un post sur les métiers et la difficulté de choisir comment "orienter" sa recherche d'emploi, viens donc y participer :)

Avatar du membre
romu
Le Rouquin du Chat
Messages : 858
Enregistré le : lun. 28 avr. 2014 12:53
Présentation : ma_presentation
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 22

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par romu » dim. 1 nov. 2015 10:31

Pour moi, n'y voyez aucun signe d'agressivité mais je pense qu'avant de chercher à obtenir une quelconque reconnaissance, il faut chercher à se remettre en question, et faire un travail sur soi...
Caprice, par contre, dans le cas de ton fils j'aurais pu comprendre puisqu'il y a TDAH et troubles autistiques, mais apparemment il n'y en a pas eu besoin, c'est formidable :D.
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Charles Baudelaire (l'Albatros.).

Fannytyty
Messages : 72
Enregistré le : ven. 26 sept. 2014 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 36

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Fannytyty » dim. 1 nov. 2015 10:55

Je suis d'accord avec toi Romu... Et puis là on parle du côté négatif de la douance mais devons nous demander une reconnaissance pour les choses positives de notre façon d'être? La société commence à s'interesser à nos cas c'est bien si cela peut nous permettre d'être mieux reconnu mais de toute façon on ne sera jamais vraiment compris car personne ne peut se mettre dans notre tête. Faut pas s'attendre à ce que la norme s'adapte à nous c'est malheureusement à nous de nous adapter..

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » dim. 1 nov. 2015 11:18

romu a écrit :Pour moi, n'y voyez aucun signe d'agressivité mais je pense qu'avant de chercher à obtenir une quelconque reconnaissance, il faut chercher à se remettre en question, et faire un travail sur soi...
Il faut quand même considérer que pour certaines personnes, la reconnaissance est nécessaire à un travail sur soi. Ce sont deux choses distinctes qui peuvent dans certains cas n'avoir rien à voir entre elles et, dans d'autres, être intimement liées. Chacun son tempérament. Nous ne sommes pas tous égaux devant le regard des autres et de la société : certains le vivent bien, d'autres très mal. D'où un besoin de reconnaissance.
Pour la remise en question, je crois comprendre que chez les HQI elle est à peu près permanente. Chez moi, en tout cas, c'est le cas. Je fais de l'introspection quand je conduis, quand je fais la cuisine, la vaisselle, le ménage, quand je suis dans une salle d'attente, etc. Merci de t'en inquiéter ;)
caprice a écrit :Pendant plus de 18 mois de recherches, j'ai vécu les convocations et soit-disant accompagnements de pôle-emploi comme des tortures.
C'est exactement ça. Pour moi, le rapport avec les institutions comme Pôle Emploi ou la CAF sont des violences psychologiques qui me demandent une quantité d'énergie que je peine parfois à trouver. Certains humains de ces institutions renvoient une image très agentique, déshumanisée et c'est particulièrement difficile, parce que l'intelligence humaine s'efface devant les procédures, les formulaires et les circulaires. Je ne comprends pas qu'on puisse faire ça.

Pour le bilan de compétences, j'y ai pensé. J'ai rendez-vous mercredi 4 chez Pôle Emploi, je compte aborder la question. J'ai le sentiment que c'est une étape importante pour mieux me comprendre professionnellement, mais surtout, pour mieux être compris. Je me trompe peut-être, hein.

Tout ça pour dire, au final, que pour moi, la reconnaissance n'est qu'une petite pierre de l'édifice que je suis (comment j'me la pète). Elle n'est ni une fin, ni un tout.
Fannytyty a écrit :Et puis là on parle du côté négatif de la douance mais devons nous demander une reconnaissance pour les choses positives de notre façon d'être?
La reconnaissance du positif, la société ne voit que ça : on voit assez de reportages sur les petits génies qui passent le bac à 15 ans, deviennent médecins à 20 et j'en passe. Et puis je ne parle pas d'une reconnaissance de la douance, mais de MON cas à moi personnel que j'ai et qui est mien (je crois que je me répète :) ). Chacun son cas, son histoire, tout ça. Si certains AS n'ont aucune problème ou arrivent très bien à les surmonter seuls, très bien, c'est super chouette, je suis ravi pour eux. Moi, j'ai du mal. Point. Merci de l'accepter. C'est aussi ce que j'aimerais de la part des institutions : accepter que j'ai du mal pour trouver un boulot dans lequel je puisse m'épanouir sans finir en hôpital psy (parce que c'est déjà arrivé, j'ai donné, j'ai pas envie de recommencer).
Fannytyty a écrit :La société commence à s'interesser à nos cas c'est bien si cela peut nous permettre d'être mieux reconnu mais de toute façon on ne sera jamais vraiment compris car personne ne peut se mettre dans notre tête.
Ce n'est pas l'objet de ce fil...
Fannytyty a écrit :Faut pas s'attendre à ce que la norme s'adapte à nous c'est malheureusement à nous de nous adapter..
Et pourquoi pas ? Est-ce qu'on demande à une personne en fauteuil de s'adapter aux escaliers ? (ouais, j'y vais à la hache) On reconnaît bien certaines pathologies psy comme handicapantes socialement et professionnellement. Certes, être HP n'est pas une pathologie, mais pourquoi ne pourrait-on pas accepter que pour certaines personnes ce soit handicapant socialement et professionnellement ? Ça l'est pour moi. Quand on le lit dans les livres, tout le monde semble d'accord. Mon propos est justement de concrétiser ça, pour moi : il n'est pas question de généralisation.

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12808
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Mlle Rose » dim. 1 nov. 2015 17:22

Oliver Snow a écrit : C'est exactement ça. Pour moi, le rapport avec les institutions comme Pôle Emploi ou la CAF sont des violences psychologiques qui me demandent une quantité d'énergie que je peine parfois à trouver. Certains humains de ces institutions renvoient une image très agentique, déshumanisée et c'est particulièrement difficile, parce que l'intelligence humaine s'efface devant les procédures, les formulaires et les circulaires. Je ne comprends pas qu'on puisse faire ça.
C'est pas un peu le cas pour tout le monde surdoué ou pas quand même ? Tu connais beaucoup de gens qui kiffent la CAF et trouvent les relations avec Paul Emploi super stimulantes/épanouissantes/fluides/simples/etc... ?
Oliver Snow a écrit : On reconnaît bien certaines pathologies psy comme handicapantes socialement et professionnellement. Certes, être HP n'est pas une pathologie, mais pourquoi ne pourrait-on pas accepter que pour certaines personnes ce soit handicapant socialement et professionnellement ? Ça l'est pour moi. Quand on le lit dans les livres, tout le monde semble d'accord. Mon propos est justement de concrétiser ça, pour moi : il n'est pas question de généralisation.
Est-ce réellement la douance qui est handicapante en fait du coup, puisqu'il n'y a pas de généralisation possible ? J'avoue avoir du mal à trouver ça très logique.
N'est-ce pas simplement un truc en toi qui fait que tu ne parviens pas à t'adapter tout court à toi-même et/ou aux autres et au monde, et qui pourrait tout aussi bien être là avec une autre particularité sur les bras et pas celle-ci précisément ? Serais-tu prêt à envisager que ça puisse ne pas être "la faute à ton QI" ? (là-dessus je rejoins Fabs, parce que même si c'est pas nécessairement une dépression, ça peut être autre chose - à voir avec ton psy).


Quant aux livres et le "tout le monde semble d'accord" non justement... T'as lu Gauvrit par exemple ?
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Fabs le vaurien » dim. 1 nov. 2015 18:15

Oliver Snow a écrit :Et puis je ne parle pas d'une reconnaissance de la douance, mais de MON cas à moi personnel que j'ai et qui est mien (je crois que je me répète :) ). Chacun son cas, son histoire, tout ça. Si certains AS n'ont aucune problème ou arrivent très bien à les surmonter seuls, très bien, c'est super chouette, je suis ravi pour eux. Moi, j'ai du mal. Point. Merci de l'accepter..
Oui pas de soucis sauf que si tu veux une reconnaissance qui s’objective par la douance, ça ne marchera pas.

Donc ton cas peut etre pris en consideration mais tu passeras certainement pas devant certaines situations d'enfants ou d'adultes qui sont en attente de prise en charge. Je parle en tant que travailleur social, travailant dans le secteur du handicap, de l'inadaptation sociale .... A ton âge, ce sera certainement moins prioritaire..principe de realité à accepter .
Concernant la dépression que j'évoquais plus haut, ce n’était pas pour postuler de quoi ce soit, mais par rebonds sur:
Oliver Snow a écrit : Les emplois alimentaires, ça n'a qu'un seul effet sur moi : la dépression. Et si la pression sociale est trop forte, la tentative de suicide.
Et pour rejoindre Rose..... qui ne trouve pas kafkaien et absurde de violence le système? Il y'a aussi un moment où se sentir inadapté est confortable. Après tu es bien libre de faire ce que tu veux.

Big up ! :)
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
W4x
Le modo le plus gentil
Messages : 3744
Enregistré le : lun. 21 nov. 2011 23:19
Présentation : c'était là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 37
Contact :

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par W4x » lun. 2 nov. 2015 12:08

Pour reprendre la signature d'Animal ( :hai: s'il nous lit), "Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade." (J. Krishnamurti) ;)
Mathematics is a game played according to certain simple rules with meaningless marks on paper. D.Hilbert

Fannytyty
Messages : 72
Enregistré le : ven. 26 sept. 2014 21:18
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 36

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Fannytyty » lun. 9 nov. 2015 11:33

Merci professeur oliver pour la correction de ma copie.. Quand a mon hors sujet je parle de reconnaissance quand même ..
Quand je parle des choses positives je pense plutôt à l'empathie,la créativité,développement de nouveaux raisonnement que si ils étaient reconnu pourrais nous aider à trouver des postes adaptés à notre façon de travailler. Je suis d'accord avec toi que c'est handicapant, pour moi aussi les démarches administratives sont un calvaire..Mais c'est pas parce que tu seras reconnu comme "handicapé" que la dame de pole emploi va devenir humaine..on ne peut pas changer les gens tout comme nous ne pouvons pas moins penser. Donc on sera toujours différent, il faut faire notre vie avec nos spécificités sans attendre que l'autre comprenne l'incompréhensible (même nous on se comprend pas toujours!) quand à ton image du fauteuil roulant et les escaliers demandent aux handis on leur amène des aménagements matériels mais pas de l'humain (la dame de la poste est aussi con avec eux qu'avec nous). Ta reconnaissance de handicap tu veux qu'elle apporte quoi? Je crois plus en une reconnaissance de nos spécificités qui pourrais créer des places adaptées dans les entreprises et peut être un autre regard mais faut pas s'attendre à de l'empathie ou de la pitié de la part d'une société plutôt individualiste. Si il y a une solution pour fuir tout ce qu'on arrive pas à faire : avoir un auxiliaire de vie qui fait nos démarches administratives, nos courses et passe les coups de tel à notre place! Oui notre différence est dure à vivre et on se sent souvent seul mais on est là pour s'entraider et les psys avancent bien sur notre cas Je suis positive aujourd'hui ! ;)

Avatar du membre
kalimeris
Messages : 624
Enregistré le : dim. 21 déc. 2014 13:38
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'ouest
Âge : 40

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par kalimeris » mar. 10 nov. 2015 15:12

J'ai la RQTH depuis 2-3 ans, et cela m'a aidé à :
- Faire comprendre à Pole Emploi pourquoi je ne peux pas travailler à temps plein, et pourquoi tel ou tel environnement de travail est incompatible pour moi, sans avoir à déballer tout mon historique médical ou personnel.
- Idem avec un employeur que je ressens comme ouvert d'esprit et compréhensif.
- Il existe des services spécialisés pour l'emploi des RQTH, mais je ne les connais pas encore.

En ce qui concerne les entretiens d'embauche, l'employeur bénéficie d'une réduction d'impôts en embauchant un-e travailleur handicapé. Le problème se situe dans l'inévitable question "où est le handicap ?". Lorsque le handicap est invisible, il fait encore plus peur. J'ai appris que certains mots sont à proscrire (dépression, maladie, psy). Aujourd'hui, je préfère parler de l'hyperacousie, et, à mon dernier employeur, j'ai évoqué le syndrome d'Asperger (je vais passer un bilan prochainement, mes symptômes sont concordants). Les employeurs attendent un mot, une explication. Et "diabétique" passe sans doute beaucoup plus facilement que "phobie sociale". L'équilibre entre donner une explication compréhensible et ne pas faire peur à l'employeur est assez délicat.

Avatar du membre
Chacoucas
Messages : 1112
Enregistré le : jeu. 26 mars 2015 09:12
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Chacoucas » mar. 10 nov. 2015 18:46

Je n'ai pas grand chose à rajouter, je trouve que les points essentiels ont été dits à un moment ou un autre. Dans tous les cas, si la forme de la question était un peu vaste et peut être maladroite, le fond lui me semble plutôt pertinent. On reconnait dans le milieu psy la haute probabilité de souffrance, de problèmes d'inadaptation du HQI, mais le diagnostic reste un luxe de particulier (non remboursé, tout comme la profession elle même) et est peu ou rarement utilisé en cas d'hospitalisation psy etc... On reconnait dans le milieu psy des capacités hors norme et des limitations très particulières aux HQI (notamment dans le cadre de l'emploi), mais comme le souligne Fab's même dans le monde du handicap on a affaire à une sorte de marché (qui lui fonctionne sur des critères très différents de ce qu'on peut attendre d'une réflexion tournée vers l'humain). Il y a clairement un problème, donc des solutions à apporter. Et travailler sur soi, bien sur, tout le temps, tous les jours, en toute situation... mais comme dit Krishnamurti...

Dans tous les cas, pour la question qui t'intéressait je crois - à savoir finir par trouver un boulot adapté - il faut vraiment te renseigner sur le genre de postes qu'on offre à un travailleur handicapé. Pour ma part, il me semble difficile d' être totalement soi même et ne jamais "travailler son image" quand on est en difficulté sociale (recherche d'emploi, je n'aborde même pas les "violences psychologiques" des systèmes administratifs) et financière... La société est très peu adaptée à l'honnêteté, la justice, l'intérêt de chacun, l'épanouissement personnel, etc... la question dépasse très largement le thème de la douance et reste très complexe, loin des considérations pratiques de l'individu "hors norme". Mais en fouillant bien peut être que tu pourras trouver ton compte. Simplement on t'a déjà énoncé les points négatifs à prendre en considération si tu es "handicapé".

Par contre par curiosité, ton RV s'est passé comment? la question du bilan de compétences? (à priori d'ailleurs il n'y a pas forcément de WAIS comprise... de ce que j'ai entendu).

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » jeu. 4 avr. 2019 00:13

Salut,

Je reviens après avoir disparu des radars pendant... 3 ans, un peu plus même... Et direct, je viens poster dans ce sujet, parce que... j'ai de nouvelles réponses sur moi. Que je n'avais pas au mooment où j'ai lancé ce sujet.

J'ai cessé de venir pendant tout ce temps parce que malgré le "diagnostic" positif, je ne me sentais pas compris, pas à ma place. J'avais peut-ête des attentes non pertinentes : il n'empêche que bien qu'ayant alors fait un pas en avant et malgré un rapprochement avec des personnes ayant un fonctionnement (a priori) similaire au mien, je m'attendais à ne pas ressentir ce que je ressens toujours. Bref.

Il y a 3 semaines, j'ai été diagnostiqué autiste Asperger au CRA de Limoges, après plusieurs entretiens/évaluations/tests et entretiens des parents avec le médecin pour leur parler de ma petite enfance (chacun son tour de faire un exercice difficile... :P )
Je pense que c'est la pièce maîtresse de mon existence : ça explique tellement de choses de toute ma vie... Autant après les résultats du WAIS je revoyais ma vie avec un oeil différent, autant là, c'est ma conception du monde social qui s'en est trouvée complètement remise en question.

J'ai donc ressenti le besoin de venir ajouter cette explication à ce fil de discussion, puisque cela doit expliquer ce qui m'a poussé à écrire tout ce que j'y ai écrit, notamment pourquoi je me sens handicapé avec les autres au quotidien, pourquoi certaines démarches me demandent des efforts que les autres ne conçoivent même pas, etc.

Je ne sais pas si je reviens complètement sur le forum ou si c'était juste pour satisfaire le besoin d'apporter cette précision... Je ne sais pas si je me sens plus HP ou Asperger, ou autant l'un que l'autre.

À plus.

Différente
Messages : 273
Enregistré le : ven. 9 sept. 2016 12:00
Présentation : C'est ici !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 31

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Différente » jeu. 4 avr. 2019 12:48

Salut Olivier,

C'est marrant parce qu'il y a quelques semaines j'ai hésité à déterrer le sujet, étant en colère et ne comprenant pas pourquoi la douance n'est pas reconnue comme un handicap au regard de mes difficultés quotidiennes (personnelles et professionnelles) malgré tous mes efforts et de mon épuisement. Tout comme toi j'ai songé à l'autisme mais étant capable de communication et ayant réussi les tests neuropsychologiques, la piste Asperger est écartée.

Je reste dans une incompréhension totale.
Je ne suis pas THQI et n'ai pas d'autres troubles (dys, TDA-H)...
(T)HQI-Asperger

« Je me heurte parfois à une telle incompréhension de la part de mes contemporains qu'un épouvantable doute m'étreint : suis-je bien de cette planète ? Et si oui, cela ne prouve-t-il pas qu'eux sont d'ailleurs ? » - Pierre Desproges

Avatar du membre
Oliver Snow
Messages : 36
Enregistré le : ven. 28 août 2015 13:12
Présentation : Bon ben hop...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Creuse
Âge : 42

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Oliver Snow » jeu. 4 avr. 2019 13:14

Je suis capable de communication aussi... Je n'ai pas d'autre trouble non plus. J'avais commencé à suivre la piste du TDA/H il y a quelques années (aujourd'hui, mon problème d'attention, je sais qu'il est lié à mon syndrome d'Asperger). Les tests neuropsychologiques, je ne sais pas ce dont il s'agit. En tout cas, pas de test "neuropsychologique" dans lors de mon diagnostic. Des tests sous forme de questionnaire, des entretiens, et 2 ou 3 petits tests lors de l'évaluation filmée. Je ne sais pas trop quoi te dire... Dans quelles circonstances as-tu écarté la piste Asperger ? Avec un psychologue, ou seule ?

Pour ma part, quand j'en parlais à des personnes profanes dans le domaine, j'avais comme réponse : "Non, y'a pas moyen", "Mais non, tu me regardes dans les yeux", "Pour moi t'es pas autiste". Sauf que pour le médecin du CRA, lors du premier entretien, c'était "C'est probablement ça". Pour une responsable d'association locale, il était assez évident que je faisais partie du club.

On a souvent une image biaisée de l'autisme : dans l'inconscient collectif, c'est Rain Man qui tient le podium. J'ai vu qu'il y avait une série dont le personnage principal est autiste. Pour avoir discuté avec un Asperger qui a vu la série, elle est pleine de clichés. Il y a autant de formes d'autisme que d'autistes. Quand je vois des Asperger, je me trouve souvent "normal" en comparaison, chez moi, les troubles sont moins prononcés. Le Haut Potentiel n'aide pas non plus : l'efficience du cerveau est mise à profit pour s'adapter et paraître "normal".

Je dis pas qu'il faut que tu continues à chercher de ce côté là, j'apporte juste un éclairage sur le diagnostic et comment on peut passer à côté : il faut se poser les bonnes questions pour être sûr d'avoir les bonnes réponses.

Pour ma part, j'ai commencé en lisant la page Wikipedia du Syndrome d'Asperger. Puis j'ai lu des témoignages, des sites d'associations spécialisés dans l'autisme (Autisme France, je crois me souvenir). On trouve de tout partout : de nombreuses idées reçues sont véhiculées dans tous les sens par toutes sortes de personnes, y compris des personnes concernées. J'ai alors commencé la lecture d'un livre, qui fait référence dans le domaine : "Le Syndrome d'Asperger", de Tony Attwood, traduit par Joseph Schovannec. J'ai pas pu le finir tellement il m'a bouleversé. J'ai pris des notes : une trentaine de marque pages sur même pas le quart du livre. J'ai arrêté et attendu le diagnostic.

On lit/entend souvent que l'autisme (Asperger) est lié au HP. C'est pas forcément le cas : quand on est HP, on peut présenter des traits autistiques. En réalité, ces traits ne sont pas forcément de l'autisme, mais y ressemblent du fait de la difficulté à communiquer avec les autres, à se faire comprendre. Et les stratégies d'évitement sont un peu les mêmes.

Voilà... J'étais pas parti pour faire un pavé comme ça, mais j'ai du mal à faire concis. Désolé.

Avatar du membre
Napirisha
Messages : 2738
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 12:15
Présentation : bonjour!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : sous le tilleul
Âge : 37

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Napirisha » jeu. 4 avr. 2019 13:41

Merci d'être revenu donner des nouvelles !
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid

Rianne
Messages : 161
Enregistré le : jeu. 20 déc. 2018 14:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 41

Re: Douance et reconnaissance adulte handicapé

Message par Rianne » jeu. 4 avr. 2019 22:11

Différente a écrit :
jeu. 4 avr. 2019 12:48

Je ne suis pas THQI et n'ai pas d'autres troubles (dys, TDA-H)...
heuuuuuuu....

Répondre