Nous sommes le Lun 25 Sep 2017 21:28


Ceux qui ont été testés enfants

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement

Modérateur: Bradeck

Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Madame Chevêche » Mer 9 Fév 2011 23:25

Ce n'est pas un topic pour se vanter, mais je me demandais si certains ont été testés et diagnostiqués enfants. Si oui, comment l'avez-vous vécu?

Et puisqu'il faut lancer le topic, je me lance.
J'ai été testée très jeune (trop jeune?). J'ai toujours su que j'étais différente, surdouée, intello. Pendant longtemps, j'ai assimilé la douance à des caractéristiques purement scolaires. Mon avance scolaire et certains traumatismes de ma jeunesse ont fait que mes psys successifs n'ont jamais vraiment traité la question sous l'angle des caractéristiques de la douance. J'ai été testée deux fois, une fois très très jeune et une deuxième fois vers l'âge de quatorze-quinze ans. Pour être honnête, j'ai tout oublié des résultats du test, à part que j'étais surdouée. (Oui, mon chéri, promis, je vais essayer de le récupérer.)
La révélation est venue grâce à un bouquin qui n'est pas très bien vu ici. Sans le prendre pour parole d'évangile, il m'a beaucoup éclairée sur certains aspects de ma personnalité qui me posaient problème et dont je parlais peu mais m'accommodais mal. Il a fallu que j'attende d'être adulte, donc, pour comprendre que la douance n'était pas uniquement affaire de résultats scolaires mais bien d'un rapport au monde et surtout d'un fonctionnement particulier. Le diagnostic durant mon enfance a donc surtout été utile pour justifier mes sauts de classe. Mais pour le reste... Le fait d'être surdouée a toujours été intégré en moi sans qu'on m'en donne le mode d'emploi.
Madame Chevêche
 
Messages: 47
Enregistré le: Sam 5 Fév 2011 13:11
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar TourneLune » Mer 9 Fév 2011 23:37

C'est marrant il y a plusieurs aspects "hors sujet" qui me frappent dans ton message.

Pourquoi te vanterais-tu à dire que tu as été testée enfant?
Ne serait-ce que des restes de la peur de passer pour prétentieuse, élitiste etc...

Je ne sais pas si ce sera possible, mais j'espère qu'ici, on pourra se sentir assez à l'aise pour parler tranquillement, normalement, sans se sentir jugé, dans un sens comme dans l'autre. (ni élitisme, ni obligation de performance)

Concernant le livre dont tu parles, si il s'agit de Trop Intelligent Pour Etre Heureux, je ne crois pas qu'il soit mal vu. C'est un livre de vulgarisation qui apporte beaucoup tant qu'on sait le lire et le considérer pour ce qu'il est: de la vulgarisation et une porte d'entrée pour aller plus loin.
C'est après les gens qui lui font dire ce qu'il ne dit pas, qu'on en a, mais Jeanne Siaud Facchin n'y est pour rien...
Il m'a moi aussi fait beaucoup de bien, sans lui , je ne serais pas là.

Sinon, pour répondre au sujet, mon test a un an donc je ne suis pas vraiment concernée.
Mais devant le discours des psy qui affirment que le dépistage est forcément mieux, je me suis souvent dit que je n'aurais pas aimé le savoir, que ça aurait compliqué les choses plus que ça ne m'aurait aidé.
Surtout quand on voit qu'au final, à l'époque, ce n'était pas utilisé pour mieux comprendre et accepter la différence mais pour exiger plus.

Peut-être que ça a changé aujourd'hui...aux mamans de nous le dire...

Bon je laisse la place aux concernés ;)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11406
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Fabs le vaurien » Mer 9 Fév 2011 23:58

bah je ne suis pas non plus concerné (quoi que) mais j'ai tout de même envie de répondre. je n'ai compris ma douance qu'à 30 ans...
toutefois, j'ai le souvenir de tests passés lorsque j'étais en CP...je me souviens clairement avoir dessiner des figures géométriques à un homme. Pour le reste, je me rappelle de ce que mes parents m'ont dit. Ce test a révélé chez moi beaucoup de capacités. Après, peut être bien qu'il s'agissait d'un test que tout les enfants de mon age passait à cet époque là. J'en sais fichtre rien et mes parents ne s'en souviennent que vaguement (j'en déduis donc que ce n'est pas une démarche qu'ils avaient entrepris d'eux même). Toutefois, je me souviens egalement de l'instit du cm1 qui m'avait présenté à celle du CM2 comme étant un enfant "qui sait tout" et qui "va très vite"....je n'en dirais pas plus puisque je n'en sais pas plus et ce n'est pas trop le sujet demandé.

Par contre, ton témoignage Mde Chevêche fait écho à certains de mes questionnements et me rassure presque.
Depuis que je sais que je suis surdoué, je me demande souvent si ma vie, mon vécu des choses aurait été différent si je l'avais su plus tôt. Parfois même, je nourris une espèce de vieux sentiment pourri que je suis en partie passé à coté de la première partie de ma vie.
En te lisant, je me rends compte que même si tu l'as "toujours su, la révélation (comme tu le dis toi même) n'est venue que plus tard suite a la lecture du fameux ouvrage. j'irai presque jusqu'à penser que même si tu l'as toujours intégrer comme une composante de toi, tu chemines finalement dans une même lignée de vécu que nous autres, depistés postcoces (je sais pas si ca se dit, je voulais proposer un antonyme de précoce).
Finalement, je me dis que même si je l'avais su avant, cela n'aurais jamais été qu'un chiffre et un adjectif accolé dessus. Ce qui compte, je crois, c'est de mesurer au combien cela influe sur notre rapport au monde...et je ne suis pas sur qu'il y'a 20/25 ans, la prise en compte des spécificités des surdoués (notamment émotionnelles) permettait la dite "révélation"...en ce sens, ton post change, ce soir, ma facon de pensée à moi même. alors thanks.

bon ben que les vrais dépistés précoces se manifestent, je suis curieux de les lire...
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5580
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Clepsydre » Jeu 10 Fév 2011 00:56

En maternelle, on a commencé à se rendre compte que j'étais "pas très très normale". Mes parents ont été convoqués, une, deux, trois fois...
Je hurlais, je pleurais, j'agrippais les murs pour ne pas aller à l'école. Je refusais d'aller "là-bas", j'y étais mal. Personne ne comprenait ce que j'avais, on s'occupait pourtant bien de moi, et je n'avais pas une famille à problèmes... Peut être une maladie mentale, ou quelque chose du genre ? Du coup, on envoie mes parents chez la psychologue scolaire.

Quelques jours plus tard, chez mes voisins, de sympathiques retraités chez qui je vais jouer quand mes parents sont en déplacement. Je m'amuse avec des dés et un paquet de cartes. Quelque chose m'intrigue; y'a une madame assise à la table qui boit le café, elle est pas là d'habitude. En plus elle me jette des regards en coin, elle croit vraiment que je l'ai pas vue ? J'ai l'impression qu'elle est là pour moi. Mais pourquoi ?

Retour à l'école maternelle. Mais qu'est-ce qu'elle fait à l'école cette madame bizarre qui buvait son café chez ma nounou ?! Quoi, une psychologue ? C'est quoi ? A quoi ça sert ? Comme un médecin mais pour la tête ? Je suis malade ?
Elle parle à mes parents. Je crois qu'ils parlent de moi. J'en ai marre, pourquoi ils font toujours comme si j'étais pas là ?
Ah tiens, la madame bizarre elle me parle à moi. Est ce que c'est vrai que je sais lire ?
Que je sais... ? Je comprends pas. Ah, est ce que je lis ?
Ben oui, ma maman elle en avait marre de me lire des histoires le soir, alors je les lis moi.
Pourquoi elle fait cette tête la madame ? C'est pas bien ?

Branle-bas de combat, je multiplie les entretiens avec la psy', mes parents parlent bas en me regardant, on me tient légèrement à l'écart du reste de la classe. Moi je m'en fiche, c'est rigolo, on s'occupe de moi.
Bientôt la fin de l'année... Après les grandes vacances, je rentrerai chez les grands. Cool, j'en avais marre de coller des gomettes moi.

Un test ? Pourquoi ? Pour voir si je peux aller chez les grands ? Qu'est ce qu'il y a ? Qu'est ce que j'ai fait ? Je suis pas assez forte ? Je lis pas assez bien ? C'est parce que je compte encore sur mes doigts c'est ça ? Maman, c'est parce que je suis nulle ?
On va voir encore la madame bizarre. Moi je l'aime bien, elle est gentille. En plus elle me parle à moi directement, pas comme les autres gens, elle fait pas comme si je comprenais pas. Ah, c'est pas parce que je suis nulle ce test ? C'est pour voir si je serai bien dans la classe des grands ? D'accord.
C'est rigolo.
"Qu'est ce qu'on peut mettre dans une bouteille ?
- De l'eau et du vin."
"Qu'est ce que c'est, l'hiver ?
- L'hiver c'est pas comme en été, on met une écharpe sinon après on coule du nez et y'a noël, et c'est blanc par terre quand il neige, (la neige ça craque ça fait comme ça "crrr crrr") et ça glisse des fois aussi mais ça je sais pas ce que c'est."
[...]
Oh mon dieu, celle là elle est sérieusement atteinte.

Et voilà.

Dans le rôle de la madame bizarre, une psychologue extraordinaire que j'ai eu la chance d'avoir de passage dans mon école. Elle avait fait sa thèse sur les enfants surdoués.

Après ça, j'ai sauté deux classes. J'avais conscience de mon QI "assez élevé", mais ça n'avait pas plus de sens pour moi que la couleur de mes yeux.
Et puis j'ai commencé à me sentir différente. De plus en plus... Au début je croyais que tout le monde était comme moi, mais plus je grandissais, plus je voyais la différence d'avec les autres. Me fondre dans la masse, oui. Mais m'y sentir à la place, impossible. Qu'est ce qui allait pas chez moi ? Pourquoi j'étais comme ça ?
Je cherchais toutes les explications logiques possibles.

J'ai rencontré quelqu'un, quelqu'un qui, pour la première fois de ma vie, était "comme moi". On avait la même réflexion, la même façon de penser. Je m'en étais pas rendue compte tout de suite, mais dès nos premiers échanges, j'ai compris que d'une façon ou d'une autre, j'étais liée à lui. Je redécouvrait d'un coup le rire, grâce à son humour. Moi qui avait perdu gout à la vie...
J'avais quatorze ans, et je suis tombée amoureuse.

Inutile de dire que ça a fini en massacre sentimental à la tronçonneuse.
Un couple normal a du mal à rester stable. Un couple de surdoués rencontre surement plus de difficultés.
Imaginez deux ado' surdoués, qui connaissent pas (ou mal) leur douance, dont une dépressive à tendances suicidaires et un probablement Asperger, éventuellement schizophrène.' A coté, Hiroshima c'était juste une petite détonation.
J'en ai quand même retiré un enseignement. Notamment:
- Mes problèmes psychologiques et mon QI étaient liés (découvert après des recherches internet)
- Essayer de jouer les psy' quand on a soi-même besoin d'être suivie, c'est pas une bonne idée
- Etre en couple ? AHAHAHAHAHahaha. Ahem. Plus jamais.

Je ne suis pas sûre qu'être "au courant", ça arrange vraiment les choses. Malgré le fait que je me sois "découverte" tôt, j'ai regretté que ce ne soit pas encore plus récent. Et puis le fait de connaître son Q.I depuis son enfance fait qu'on n'y pense plus du tout, et qu'on ne fait pas le rapport avec les problèmes qu'on rencontre. J'ai un ami THQI au lycée qui était même pas au courant lui même avant que je lui pose la question, et étonnée qu'il ne sache pas me répondre, lui suggère de demander à sa mère si il n'avait jamais passé de test.
Etre "dépisté" tôt peut être positif, à condition qu'on oublie pas de nous expliquer l'envers du décor.
Parce que pour nous comme pour les autres, "surdoué" = le geek à lunettes qui est trop fort en maths. Mais pourquoi j'suis si nulle en maths ? Boah, ils ont du se gourer, après tout ça fait si longtemps...

Même maintenant, j'aimerais repasser le test. Je ne me sens pas plus "sûre" que quelqu'un qui se reconnaitrait dans la description d'un livre ou d'un site internet, à la différence que moi j'ai un papier officiel, qui atteste qu'à cinq ans et demi je savais qu'en hiver on coule du nez.
Clepsydre
 
Messages: 10
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:22
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Zebraika » Jeu 10 Fév 2011 17:24

Zebraika a écrit:...Bref, personne ne me crois quand j'affirme que je me rappelle ce genre de truc et on me rétorque que c'est IM-PO-SSI-BLE.


(message édité par la modération suite à sa suppression par le membre)
Zebraika
 

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Fabs le vaurien » Jeu 10 Fév 2011 17:45

Zebraika a écrit:...Bref, personne ne me crois quand j'affirme que je me rappelle ce genre de truc et on me rétorque que c'est IM-PO-SSI-BLE.


ouh ce que je me reconnais !!!

je me rappelle d'énormément de choses datant d'avant 4 ans....d'ailleurs, je me souviens très bien de moments (avec des détails précis) qui se sont déroulé lorsque j'étais en petite section...soit à partir de 3 ans environ (peut être même légèrement avant)
Bien souvent, je me confronte à des regard suspicieux et dubitatif de l'entourage...pendant longtemps j'ai cru que les gens faisaient express de ne pas se souvenir....Après j'ai cru que je réinventais mes souvenirs au regard de ce qu'on m'aurait raconté....pourtant, si j'ai des images précises, des sons, des odeurs, des intentions de moments vécu, des dialogues complets, mon propre ressenti sur ce que je vivais également, je ne me souviens pas forcement de personnes me les 'ayant raconté...je me rappelle même de ma première sensation de "déjà vu"...bref, Je crois que je fabule pas.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5580
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Monsieur Noir » Jeu 10 Fév 2011 19:53

Mes premiers souvenirs remontent à quelque part entre 1 et 2 ans. Ce sont des flashs, très nets.
A la recherche de l'imperfection parfaite.
Avatar de l’utilisateur
Monsieur Noir
 
Messages: 442
Âge: 41
Enregistré le: Ven 4 Fév 2011 00:42
Localisation: IRL
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Back in Black
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Zebraika » Jeu 10 Fév 2011 21:09

Zebraika a écrit:As tu lu "E=mc2, mon amour" ? Comme tu es doublement concernée, je serais intéressée de connaître ton point de vue sur ce livre...


(message édité par la modération suite à sa suppression par le membre)
Zebraika
 

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Clepsydre » Jeu 10 Fév 2011 22:05

Zebraika a écrit:As tu lu "E=mc2, mon amour" ? Comme tu es doublement concernée, je serais intéressée de connaître ton point de vue sur ce livre...


Non, je n'en avais jamais entendu parler. Après avoir lu un résumé sur internet, je pense que c'est d'ailleurs mieux que je l'aie évité; c'est le genre d'histoire qui me traumatise. :roll:
Clepsydre
 
Messages: 10
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:22
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Madame Chevêche » Jeu 10 Fév 2011 23:43

TourneLune a écrit:C'est marrant il y a plusieurs aspects "hors sujet" qui me frappent dans ton message.

Pourquoi te vanterais-tu à dire que tu as été testée enfant?
Ne serait-ce que des restes de la peur de passer pour prétentieuse, élitiste etc...


Mes parents m'ont élevée avec un postulat (leur première fille a un potentiel extraordinaire), une maxime de vie ("à ceux qui ont peu, il sera peu demandé, à ceux qui beaucoup, il sera beaucoup demandé", c'est dans un des évangiles, j'ai oublié lequel) et une crainte (elle va prendre la grosse tête). À partir de là, on m'a poussée à faire les meilleures études possibles dans le meilleur établissement possible. Le plan a partiellement foiré, je n'ai pas fait S. Durant mes années prépa, mon père me répétait que nous étions l'élite de la Nation. Mais ensuite, tout en m'encourageant à exploiter mes capacités au maximum, j'ai été priée de ne pas trop parader le jour où j'ai réussi le concours que j'avais choisi MOI alors que, objectivement, le titre "ronflant" qu'il confère n'aidait pas les chevilles à rester dégonflées. Depuis, si on regarde objectivement la situation, j'ai réussi un parcours assez sympathique. Alors, forcément, tiraillée entre l'envie de tirer fierté de là où j'en suis et l'injonction parentale qui est toujours suffisamment présente pour que je me dise que tout ce que j'ai réussi n'est que le fruit du hasard, je ne sais pas où j'en suis.
Et si on met de côté les études, je me retrouve assez bien dans la catégorie décrite par JSF sur les femmes ###babouins nains des marécages### qui intimident. Quand je discute avec les gens, j'ai toujours l'impression de passer pour quelqu'un de snob ou de pédant, qui ne sait pas se limiter à des conversations simples. On m'a déjà fait le numéro de l'anti-intellectualisme primaire et une crétine finie contre qui j'ai toujours des envies de meurtre pour d'autres raisons m'a balancé un jour un "on n'a pas tous bac+8 en théologie", sous-entendu: tu nous gonfles avec tes exigences intellectuelles. Or quelles sont mes "exigences"? Je ne supporte pas la médiocrité et les assertions gratuites dans un débat, je n'aime pas les idées toutes faites qu'on ne peut pas prouver mais auxquelles on s'attache parce que ça fait partie du pack de notre classe sociale ou de notre famille politico-religieuse, et ainsi de suite. Visiblement, ça fait de moi quelqu'un de pédant, prétentieux et élitiste.

(N.B. Je n'ose jamais dire à quel âge j'ai passé le bac. Trop peur qu'on pense "elle se la pête".)

Je ne sais pas si ce sera possible, mais j'espère qu'ici, on pourra se sentir assez à l'aise pour parler tranquillement, normalement, sans se sentir jugé, dans un sens comme dans l'autre. (ni élitisme, ni obligation de performance)


J'espère aussi :)

Concernant le livre dont tu parles, si il s'agit de Trop Intelligent Pour Etre Heureux, je ne crois pas qu'il soit mal vu. C'est un livre de vulgarisation qui apporte beaucoup tant qu'on sait le lire et le considérer pour ce qu'il est: de la vulgarisation et une porte d'entrée pour aller plus loin.
C'est après les gens qui lui font dire ce qu'il ne dit pas, qu'on en a, mais Jeanne Siaud Facchin n'y est pour rien...
Il m'a moi aussi fait beaucoup de bien, sans lui , je ne serais pas là.


J'ai suivi plus de loin que de près les événements ayant abouti à la création du forum donc, par peur de faire une gaffe, je marche sur des oeufs!

Sinon, pour répondre au sujet, mon test a un an donc je ne suis pas vraiment concernée.
Mais devant le discours des psy qui affirment que le dépistage est forcément mieux, je me suis souvent dit que je n'aurais pas aimé le savoir, que ça aurait compliqué les choses plus que ça ne m'aurait aidé.
Surtout quand on voit qu'au final, à l'époque, ce n'était pas utilisé pour mieux comprendre et accepter la différence mais pour exiger plus.


Exiger plus, c'est exactement comme ça que je l'ai ressenti... Comme j'étais la petite surdouée, je n'avais pas le droit de décevoir les gens qui m'avaient aidée/prise sous leur aile/etc... Ce que je faisais n'était plus à moi mais à plein de gens. Quand j'ai eu l'agreg, j'ai entendu plein de "et monsieur X serait content de savoir que tu l'as eue, et madame Untel, et n'oublie de remercier Machine sans qui tu n'aurais jamais découvert l'ouzbèk médiéval, etc... etc...". À presque vingt-six ans, je n'en suis toujours pas sortie: nous sommes bientôt de déjeuner chez mon instit de CE2 qui était à notre mariage, suite à un complot ourdi par ma mère dans notre dos. Soupir...
Sinon, oui, la perception du dépistage a changé (ou alors c'est mon père qui a changé). Ma plus jeune soeur est une surdouée manifeste (et testée, si mes souvenirs sont bon). Elle a de l'avance scolaire, pas autant que moi, mais elle a beaucoup moins la pression scolaire que moi et a le droit de faire beaucoup plus d'activités à côté. Monrde.
Madame Chevêche
 
Messages: 47
Enregistré le: Sam 5 Fév 2011 13:11
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar TourneLune » Jeu 10 Fév 2011 23:55

C'est ça d'être l'ainée.

Ici, on peut parler normalement sans se faire taxer d'élitisme, crois bien que les admin y veilleront si jamais un membre devait s'oublier et reproduire ici le comportement qu'il abjecte en société.
C'est déjà assez insupportable partout ailleurs, devoir sans arrêt faire bien attention à se rabaisser pour ne pas avoir l'air de "se la péter".
Il ne s'agit pas d'être prétentieux, simplement de parler normalement.

On dirait bien que tes parents t'ont fait passer tout le meilleur des valeurs judéo chrétiennes... sacrifice et ego à zero....
Enfin , ils ont peut-être aussi oublié que dedans, il y avait Amour et Absence de jugement....

Et maintenant, tu continues d'exiger plus de toi-même, ou tu as simplement envie de parler avec des gens qui sont à peu près sur la même longueur d'onde?

J
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11406
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Colonel Moutarde » Ven 11 Fév 2011 00:10

(pardon pour le HS mais je vais glisser ma petite expérience de "celui qui aurait dû et qui n'a pas voulu")

Surtout quand on voit qu'au final, à l'époque, ce n'était pas utilisé pour mieux comprendre et accepter la différence mais pour exiger plus.


C'est exactement parce que je le voyais trop bien venir comme ça que j'ai refusé de passer un test de QI en 5e, avec aussi le fait que j'en avais l'image d'un machin à évaluer les forts en maths et eux seuls, ce qui me choquait fort, et enfin, que je passais déjà bien assez pour l'intello-à-lunettes-bien-que-n'ayant pas de lunettes, avec toutes les conséquences en termes de rejet et d'isolement, pour accepter qu'on me rajoute cette pancarte sur le dos.
Il n'était pas question de truc pour me comprendre mais pour que je m'améliore et devienne complètement ce qu'on voulait. Ce qui importait, c'était que sur mes bulletins de collège on lisait souvent des trucs genre "excellents résultats mais comportement parfois "à revoir", et qu'il fallait faire en sorte qu'il n'y ait plus ce genre de "mais". Que ce putain d'élève qui serait-parfait-s'il-n'était-pas-bizarre devienne parfait tout court, bordel ! Qu'il fasse des belles études sans jamais une mèche qui dépasse ! Il est là pour ça et pas pour autre chose. Voilà dans quoi il allait s'inscrire le test de QI. Voilà à quoi il devait servir.

Alors j'ai dit non. Et aujourd'hui, je vois que ça arrange bien mes parents. Maintenant qu'ils voient ce que ça peut révéler, un test, ce que ça implique, la douance, ils flippent à rebours que c'en est une pitié, ils sont bien soulagés qu'on n'ait pas fait sauter une pareille caisse de dynamite au pied du monolithe de leurs certitudes. Ce refus que j'ai opposé à 11 ans, ça leur permet de se convaincre, et me dire, que si on n'a pas creusé la question, c'est moi le seul responsable, c'est ma faute en somme, ils en sont tout à fait dédouanés.

Bref, si je l'avais fait ce test, son histoire serait identique à celle du test de Madame.

(fin du HS)
Colonel Moutarde
 
Messages: 913
Enregistré le: Ven 4 Fév 2011 07:56
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Madame Chevêche » Ven 11 Fév 2011 00:18

TourneLune a écrit:C'est ça d'être l'ainée.

Ici, on peut parler normalement sans se faire taxer d'élitisme, crois bien que les admin y veilleront si jamais un membre devait s'oublier et reproduire ici le comportement qu'il abjecte en société.
C'est déjà assez insupportable partout ailleurs, devoir sans arrêt faire bien attention à se rabaisser pour ne pas avoir l'air de "se la péter".
Il ne s'agit pas d'être prétentieux, simplement de parler normalement.

On dirait bien que tes parents t'ont fait passer tout le meilleur des valeurs judéo chrétiennes... sacrifice et ego à zero....
Enfin , ils ont peut-être aussi oublié que dedans, il y avait Amour et Absence de jugement....

Et maintenant, tu continues d'exiger plus de toi-même, ou tu as simplement envie de parler avec des gens qui sont à peu près sur la même longueur d'onde?

J


Je suis toujours tiraillée entre les deux: j'ai envie d'en accomplir encore plus professionnellement parlant mais j'ai aussi envie d'être moi-même. Être moi-même, ça serait assumer de regarder "Julie Lescaut" et "Le Juge est une femme" et de me passionner pour la traduction latine de tel terme hébreu ou de me replonger pour l'amour de l'art dans le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, tout en n'oubliant pas que j'ai l'autorisation de ne pas être qu'une pure abstraction intellectuelle. Et parler avec des gens sur la même longueur peut m'apporter énormément.
Madame Chevêche
 
Messages: 47
Enregistré le: Sam 5 Fév 2011 13:11
Test: WISC

Re: presentations

Messagepar halolaterre » Mar 26 Avr 2011 08:21

Bonjour,
Nouvelle arrivée sur le forum.
Tempete sous un crane : testée a 19 ans : 145 mais aucune explication. 25 ans + tard lecture de Cecile Bost (lecture pendant une semaine car trop violent pour moi) : choc, grande tristesse. Dans l'intervalle : apprendre à cacher aux autres puis à moi-meme mes capacités, faire comme tout le monde (enfin dans la mesure du possible....très limité finalement puisque toujours mise à l"écart), gros ennuis de santé donc remise en question.
Puis éclairage soudain : ha c'est donc ça ! Puis désespoir car que faire de tout ça : thérapie : ouais déjà trois de faites dont une en cours qui n'amène rien. oui, je sais une qui soit adaptée ! mais marre de couper les cheveux en 4 pour aller un peu mieux puis retour case départ car je suis toujours trop, trop particulière, trop fatigable jusqu'à l'agressivité si pas prise en compte, trop "savante", trop lucide, pas assez diplomate, défendant 2 points de vue opposés avec la meme intensité, etc etc trop quoi!
1er message un peu hard, non ? trop ?
En tout cas, j'espère pouvoir (enfin?) partager un peu
halolaterre
 
Messages: 34
Âge: 53
Enregistré le: Mar 26 Avr 2011 07:44
Localisation: 69
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Fabs le vaurien » Mar 26 Avr 2011 09:26

comme quoi, une fois de plus, nous mesurons que la "révélation" ne dépend pas du fait de savoir sa douance mais bien d'en mesurer les tenants et autres implications dans notre soi global.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5580
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar halolaterre » Mar 26 Avr 2011 09:32

Mais est ce aussi douloureux pour tout le monde ?
halolaterre
 
Messages: 34
Âge: 53
Enregistré le: Mar 26 Avr 2011 07:44
Localisation: 69
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Fabs le vaurien » Mar 26 Avr 2011 09:46

halolaterre a écrit:Mais est ce aussi douloureux pour tout le monde ?


je ne sais pas. Cela dépend du parcours de chacun...
pour ma part, je ne l'ai pas vécu comme cela...toutefois, t'es pas la première que ça remue.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5580
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar halolaterre » Mar 26 Avr 2011 09:56

Les implications sont tellement vastes, que je reconsidère ma vie présente à l'aune de ces particularités et forcément qu'il y a des choses qui doivent changer, car, je me rends compte que certaines grosses difficultés sont dues au camouflage, du, lui, au désir irrépressible d'etre acceptée par les autres....là ça part dans tous les sens...foule de choses à reconsidérer non pas pour atteindre un quelconque niveau mais tout simplement pour etre bien, enfin mieux parce que tout n'est pas si moche!
halolaterre
 
Messages: 34
Âge: 53
Enregistré le: Mar 26 Avr 2011 07:44
Localisation: 69
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar TourneLune » Mar 26 Avr 2011 11:24

Ca peut être terriblement douloureux à un moment donné puis plus tard, ne plus représenter tant que ça aussi... Ca peut passer de douleur à moteur parfois aussi.

Mais la prise de conscience, bien souvent, remue beaucoup.
Mais ça dépend aussi et surtout de comment on se sent dans sa vie, de comment on a réussi à mener sa barque jusqu'à maintenant.

Par contre, petite question, à 19 ans, on t'a fait passer le WISC? Tu te considères qu'à 19 ans on est un enfant??
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11406
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Zeus » Mar 26 Avr 2011 11:37

Je pense que ça aide beaucoup de rencontrer ses "semblables" qui sont relativement rares et ne se manifestent pas toujours ouvertement dans la vie réelle, si tant est qu'ils sont conscients que leur particularité n'est pas une tare, ou une extravagance ou prétention infondée.

Pour ce que j'en sais, puisque détecté récemment, et souffrant en outre de ne pas croire au diagnostic, ce qui aide le plus est de parler à d'autres, de comparer tes interrogations et expériences et de relativiser ce qui peut l'être, banaliser ce qui doit l'être sans perdre de vue ta vraie singularité, au delà du seul diagnostic de surdon.

Mais comprendre ou appréhender le socle commun permet de prendre de la distance sur des aspects de ta personne que tu évoques et que nombre d'entre nous ont vécu et vivent encore sur le même mode que toi.

L'important étant, selon moi, d'aller au delà et de commencer à se vivre soi même tel que l'on est et qu'on a refusé d'être par l'écrasement de son soi pour s'adapter. Il ne s'agit pas de se construire, selon moi, ni de devenir quelqu'un avec des efforts ou une exploitation de son potentiel, mais surtout de se retrouver, de laisser gentiment rejaillir ce que tu es et que tu as occulté longtemps.

Au plaisir de parler avec toi.
Zeus
 
Messages: 1409
Enregistré le: Sam 19 Mar 2011 14:59
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: MENSA

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar Af-Photo » Ven 29 Avr 2011 21:38

Passionnant ce topic.

La majorité des personnes ici ne sont pas sans ignorer que j'ai été testé enfant, à 12 ans mais c'est toujours bien de faire un petit coucou dans ce topic dédié à cette catégorie d'adultes qui ne sont pas sans ignorer l'existence d'une certaine nature de douance chez eux depuis l'enfance (même tardivement). Finalement, oui et non, c'est un avantage comme un inconvénient de se découvrir surdoué enfant car il faut admettre que chez certains d'entre nous, les manifestations de la douance vont évoluer avec l'âge. Je me suis éloigné du forum pendant deux semaines car je suis tombé malade pendant une semaine, certainement à cause de ce déterrage de tout ce passé qui a dû bien me remuer. Trop d'états émotionnels depuis un mois et mon système immunitaire a fini par flancher (en ouvrant un dictionnaire sur les maladies, il est clairement mentionné la relation directe entre le système immunitaire et les états émotionnels avec notamment l'intervention de la glande du Thymus située près du coeur). Un virus est passé à proximité de moi et il a bien profiter du confort de mon organisme sans défenses suffisantes... Bref, une chose banale mais qui illustre bien mon état d'esprit actuel ainsi que mon hypersensibilité...

Après lecture de l'ouvrage de JSF "Trop intelligent pour être heureux ?", je dirai que j'appartiens bien volontiers à la catégorie des ###babouins nains des marécages### adultes déboussolés ou désabusés par tout ce qui est passé et tout ce qui passe à proximité de mes antennes. Je ne supporte plus la télévision, j'ai pendant plusieurs années boudé les livres. C'est à dire ces HP ou surdoués qui, bien que animés d'une véritable passion, sinon talent, pour un domaine (artistique dans mon cas), ont perdu le sentiment d'intense curiosité qui les animaient jadis enfants pour lire et s'instruire. Quelque-chose est cassé quelque-part dans la mécanique créative et dans la personnalité ??? Ou bien c'est une évolution normale ?

D'ailleurs, j'ai commencé la lecture du livre de Pélagie Papoutsaki "Enfant surdoué, adulte créateur ?". Très intéressant, très enrichissant ! :smile: J'ai fini par découvrir qu'en fait, il n'en était finalement peut-être rien car selon l'auteur de ce livre (surdouée et mère de surdoués), la procédure créative de la douance est justement la migration de l'enfant surdoué vers l'expérimentation de ses immenses connaissances sur le terrain concret de la "pratique". Je n'ai donc fait que migrer normalement apparemment lorsque j'ai investi la photo. A confirmer...

En tous les cas, tout cela pour dire qu'être diagnostiqué enfant n'est pas si facile à vivre que cela car je me rends compte que la façon de vivre sa douance à 12 ans n'est pas comme la vivre à 28 ans. Il y a des transformations qui s'opèrent et il faut arriver à les saisir, les comprendre, les admettre aussi ! Pour ma part, ainsi j'ai cru un moment que ma douance m'avait abandonné avec l'âge mais finalement, elle s'exprime simplement certainement très différemment...

Bref, le cerveau, magnifique machine bien capricieuse... :-? :lol:
Avatar de l’utilisateur
Af-Photo
 
Messages: 55
Âge: 34
Enregistré le: Jeu 14 Avr 2011 16:23
Localisation: Dans le Pays de Bray ou dans le Val D'Oise, selon le niveau de créativité...
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar halolaterre » Sam 30 Avr 2011 05:58

Je crois que grandir, qu'on soit HP ou non, c'est abandonner certaines pratiques pour d'autres, c'est développer certains aspects au détriment d'autres (la vie est longue et tu investiras bien d'autres domaines !) ; et pas d'inquiétudes : ton cerveau tu l'as, tu le gardes et le garderas toujours. :geek1:
halolaterre
 
Messages: 34
Âge: 53
Enregistré le: Mar 26 Avr 2011 07:44
Localisation: 69
Test: WISC

Re: Ceux qui ont été testés enfants

Messagepar asdf » Lun 30 Mai 2011 03:37

Tombant ici par hasard, en parcourant le forum et en sautant de topic en topic. Le contenu à assimiler est important, mais il m'aide a comprendre, petit à petit plein de chose que j'ai vécu.
Reprenons, en tombant ici, je me suis dis que je pourrais laisser mon témoignage dans les abysses d'internet.

Je suis petit, je comprends vite:

De mémoire la première alerte sur mon potentiel a été faite par mon instit en seconde section de maternelle. Elle m'appelait "le dictionnaire parlant". Ma mère était fier, très fier, et ça n'allait pas s'arrêter là. Je ne me permets pas encore d'employer le trop, sa fierté était encore raisonnable.
Les années passent, ma mère me met très souvent sur le devant de la scène, et j'ai déjà du mal à le supporter. Avec ma grand-mère c'est plus tempéré, je passe beaucoup de temps avec elle. C'est elle qui venait me chercher a l'école primaire, j'avais droit a un goutée en arrivant chez elle, et on regardait des chiffres et des lettres. Je filais dans ma chambre jouer aux lego quand je ne voulais pas regarder question pour un champion. Regarder ces émissions télévisé dans ces jeunes années ça crée déjà un gouffre avec les camarades à mon avis.

J'étais un peu farfelue à l'école, mais pas vraiment réjété, mais je ne rentrer pas dans un moule, du a une différence physique aussi (pectus excavatum, ou, thorax en entonnoir). Je n'avais pas les mêmes activités que mes camarades, je ne faisait pas grand chose de commun, j'avais horreur du foot. J'étais très dissipé, pourtant les résultats restés plus que correct. Jusqu'à surprendre mon instit en CM2 aux tests de fin d'années, ou j'avais eu des notes excellente, alors que j'étais très turbulent toute l'année. Il à évoqué la précocité avec ma mère.

Passage au collège début de l'enfer:


Les émissions style "delarue" sur les surdoués commencent à polluer les ondes hertziennes. Ma mère trouve que je correspond au profil du surdoué en échec scolaire, elle m'en parle tout le temps. (Famille mono-parentale, reproduction d'un schéma d'inceste "morale" et en aucun cas physique. Le gamin qui jouent tout les rôles manquants père, frère, mari, et fils. Suivant l'humeur. Je résous beaucoup de ces problèmes quand ça l'arrange, mais quand ça l'arrange pas, c'est un ouragan qui dévaste la maison.)
Rendez vous pris chez une psy, spécialisée dans la douance. Je ne me rappel pas de mon age, mais je peux vous le donner la date est sur le test: 1999. J'avais donc 11 ans, étant née en mars 1988.
Je passe les tests, j'aime bien, c'est marrant. Pour les résultat je ne me rappel plus quand je les ai eues (enfin ma mère).. Je ne me rappel pas non plus du visage de la psy.. Je me rappel que ma mère m'annonce "Tu as 150 de QI c'est génial" elle est émue, moi beaucoup moins, mais je suis heureux de la voir heureuse.

Ma vie n'était déjà pas rose, ça va empirer:

S'en suivent des rendez-vous avec des psys, des contacts téléphoniques avec des assos, des écoles spécialisés, et même ... la télévision, la fameuse émission strip-tease des chaines publiques. Une asso avait mis en contact ma mère avec une cameraman-journaliste de cette émission. Elle vient chez moi pour traiter du sujet "Surdoué en échec scolaire", a l'époque j'avais 12-13 ans, je fumais des pétards, je taggais les murs, et je faisais du skate. Mes potes avait 16 17 ans, sauf ceux avec qui on repeignait les arrêt de bus. La relation mère-fils était cauchemardesque je lui répondais, j'étais vraiment pas facile. J'avais 15-18ans dans la rue avec mes potes, 5 ans quand ma mère quittait le domicile, crise de jalousie etc. Bref, la cameraman était très enthousiaste, elle envoie les images tournées chez moi en quelques dizaines de minutes "à son chef, et elle nous recontacte si elle a son feu vert". Je n'avais pas confiance en cette femme (mon potentiel me permettait surtout de comprendre très vite le jeu des gens je crois). Quelques temps plus tard, on se retrouve dans un restaurant.. Elle est contente, veut me suivre pour me filmer. Je l'insulte, convainc ma mère de ne jamais signer d'autorisation.. Ouf de soulagement.

Je suis partie un peu en hors-sujet, mais je pense qu'expliquer ce genre de petite chose peuvent aider à comprendre. Ma mère vit mieux mon potentiel que moi, elle le crie sur tout les toits, a chaque rendez-vous avec un prof, elle l'arbore fièrement, devant les éducateurs que je voyais pour mes difficultés à aller en cours aussi, je le vis très très mal.
A partir de ce moment je crois que j'ai en permanence dans l'idée de détruire tout ce que je pouvais faire de positif, et je voulais devenir con, j'en avais marre, marre d'être surdoué. Marre qu'il y est autant d'attentes, marre de décevoir "par ce que j'avais le potentiel pour faire mieux". J'avais de réelles difficultés a l'école, et de retards énormes. Sécher les cours ça n'aide pas. Mais pour ma mère j'étais le plus fort, je devais être meilleur que les autres. J'étais sa façon de se venger des ses échecs, quelque part c'est mon sentiment.

Je nie donc le don que m'accorde ma mère. Suite à une série de problèmes je suis placé en famille d'acceuil (à ma demande d'une certaine façon). La séparation avec ma mère me permet de mieux vivre, sans pression particulière, même si je reste turbulent, et chahuteur. J'obtiens mon brevet a la surprise général, 80 pts a rattraper ça me demandait de tripler mes notes habituelles pour les maths, et de les doubler dans les autres matières. J'en obtiens 79, on m'accorde le point manquant pour un 10 sur 20.
Ma famille d'acceuil ne mettait pas mon potentiel a toute les sauces, et n'en parler jamais. J'étais monsieur-tout-le-monde, au milieu de gens similaires. Les relations avec la "mère" en famille d'accueil étaient normales, avec le "père" c'était plus particulier, il ne me considérait pas comme "un ado", et j'avais une relation d'égal à égal avec lui la plupart du temps, sauf de temps en temps ou il me remettait à ma place.

Je pensais en avoir finit avec la douance:



Je pensais que mon hyper-sensibilité avait disparue, oublié à jamais, dans un coin. Je pouvais vivre sans, je suis retourné chez moi. Quelques mois au lycée, un nouvel échec scolaire. Je mettrais ça sur le dos d'une série de problèmes: un décés, une relation avec une fille qui ne se passe pas bien, des problèmes avec ma mère, un quotidien usant, trop fatiguant, une orientation scolaire qui ne me plait pas.
Je fais l'autruche, découvre les monde du jeu vidéo en ligne, et rentre dans cette bulle. Personne ne juge, ma réussite et total dans les jeux, je suis fort, reconnu, mais personne ne le sait dans mon entourage "IRL". Je n'ai donc aucune pression. Une dépression vous arrive en pleine gueule, un médicament à prendre tous les jours, je suis un peu amorphe.

Je ne rentre toujours dans aucune convention, dans aucun moule. Les années passent.
Je converse avec une fille sur internet, on discute beaucoup, elle me dit être surdouée mais ne pas y croire, qu'elle n'est pas plus intelligente que les autres. On parle encore et encore. Son discours fait écho en moi au plus haut point, je cherche sur internet. Trouve un contenu infini, et cherche un forum, pour voir si il existe des parcours similaire au miens. Je tombe ici, et commence à comprendre beaucoup, mais alors "très beaucoup" de chose. Quelques jours plus tard je pense que je suis sauvé... Mais aujourd'hui je pense juste que j'accepte mieux mon "thinking process" et me dit que je vais devoir faire avec, et résoudre des problèmes latents en ne pouvant jamais passer sur "Off".


Après relecture, je me dis comme souvent que je me vante, ou que je me plains trop.

[Edit; ça ressemble beaucoup a mon post de présentation, même si je pense que j'apporte plus de précision sur mes état d'âmes en prenant compte du facteur "detecté HP). Désolé, j'ai la flemme d'éditer les passages ou je me répète, je suis fatigué.]
:emo:
asdf
 
Messages: 726
Âge: 29
Enregistré le: Mer 25 Mai 2011 03:25
Localisation: Pas loin de la mer.
Présentation: presentations/bonjour-excusez-moi-puis-presenter-t4928.html
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Suivante

Retourner vers Diagnostic, Tests, Psys et Thérapies

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Peut-on etre adulte surdoué sans avoir été un enfant précoce?
1, 2par janikest » Jeu 23 Juin 2016 14:44

Réponses: 37

Vues: 2813

Dernier message par Fish Voir le dernier message
Mer 13 Juil 2016 19:15
les psys ont ils en général le réflexe?
1, 2, 3, 4par vicke » Sam 21 Jan 2012 14:56

Réponses: 76

Vues: 10103

Dernier message par shunbabyx Voir le dernier message
Lun 17 Déc 2012 12:20
A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?
1 ... 32, 33, 34par TourneLune » Mar 8 Fév 2011 23:05

Réponses: 843

Vues: 135188

Dernier message par glu Voir le dernier message
Dim 24 Sep 2017 20:33
Les psys qui ne veulent pas vous tester.
par piqueboeuf » Dim 16 Sep 2012 18:52

Réponses: 19

Vues: 5215

Dernier message par Sherlock_28 Voir le dernier message
Sam 15 Avr 2017 09:06

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités