Nous sommes le Dim 24 Sep 2017 12:59


Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Mathématiques, sciences humaines, anthropologie, écologie, biologie, génétique, médecine, ou encore philologie, linguistique, grammaire et autres. La vaste partie consacrée aux sciences dans leur ensemble, et dans leur unicité.

Modérateur: W4x

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar daydream » Mer 19 Mar 2014 18:37

On dirait que ça compterait pas alors, c'est ça?
Ok, si on se place dans l'hypothèse que l'univers et son temps associé sont des avatars d'un autre système, et donc pas le grand Tout universel! Juste un spin off, quoi!
Avatar de l’utilisateur
daydream
 
Messages: 323
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:52
Localisation: Là où la forêt regarde Paris
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: presentations/connait-t72.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar madeleine » Mer 19 Mar 2014 18:53

Le temps associé, chais pas, je grince un peu là, l'espace-temps à la rigueur :-) comme propriété émergente,mais le temps, ben .... c'est plus compliqué, non ?
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2991
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar daydream » Mer 19 Mar 2014 19:04

Ha ben c'est toi qu'as commencé, hein, en proposant d'associer un temps zéro à l'univers à partir de son émergence, je ne fais qu'essayer de suivre ton hypothèse.
On peut faire un package espace-temps en effet, et comme dit Kliban, on touche bien aux limites de nos concepts et de leur expression verbale!
Avatar de l’utilisateur
daydream
 
Messages: 323
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:52
Localisation: Là où la forêt regarde Paris
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: presentations/connait-t72.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Kliban » Mer 19 Mar 2014 20:46

En cosmologie, dès lors qu'on cause du temps, on ne peut guère éviter l'espace-temps. Litote : dans le paradigme relativiste einsteinien il est impossible de considérer le temps indépendamment de l'espace-temps - c'est toute la relativité générale qui est en jeu : "temps" renvoie à "façon dont nous mesurons les durées" -et ça, ça se modélise comme "composante complexe de l'espace-temps" - la physique, donc la cosmologie, donc la représentation scientifique du temps 0, ne peut avoir accès à rien d'autre - au moins dans ce paradigme tel qu'il est actuellement en vigueur - et même si on a des signes qu'il craque aux frontières, ce n'est pas dans la direction d'une séparation des composantes de l'espace-temps. Mais ce qu'est l'espace-temps ne fait pas partie de ce à quoi pour le moment on peut répondre - pour ce que j'en sais - en physique, et donc la question du "temps zéro" reste une question complexe, spéculative.

La question du temps 0 absolu est celle de l'apparition du temps lui-même, donc de l'espace-temps lui-même. Elle est irreprésentable dans les termes de l'espace-temps - qui reste très proche, malgré tout, de nos façon d'être des créatures spatiales et temporelle (pris dans le temps et ayant une conscience du temps). Il faut d'autres passerelles conceptuelles, d'autres outils, mathématiques, pour formaliser tout ça - sans que l'on puisse garantir que les mathématiques en questions décrivent la choses-même - le temps en train de naître - mais la façon dont nous interagissons avec cette origine irreprésentable au travers de ses conséquences.

Offtopic :
A noter que l'espace-temps ne répond pas totalement à la question du temps : la dimension temporelle, pour être différente des trois dimensions spatiales, n'est pas du tout irréversible. La question de la flèche du temps reste posée - et je n'ai pas trouvé sur ce sujet de réponse qui me satisfasse totalement (mais pour cela il me faudrait, je pense, un truc qui relie la thermodynamique des phénomènes irréversibles avec l'apparition d'une conscience de la perception du temps/de la durée chez les organismes évolués de notre biosphère : on n'y est pas.)

Zut, j'ai fait un pavé. Désolé.
De main gauche à main droite, le flux des savoirs - en mes nuits, le règne du sans-sommeil - en mon coeur, ah, if only!, le sans-pourquoi des roses.
Avatar de l’utilisateur
Kliban
 
Messages: 283
Âge: 47
Enregistré le: Mar 15 Oct 2013 18:15
Localisation: Paris
Présentation: bah !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar daydream » Lun 24 Mar 2014 10:43

Oui mais un pavé de bonnes intentions.
Donc c'est toujours utile!

Et tu as raison d'insister sur le concept espace -temps, et que l'idée théorique du temps zéro peut revenir, dans la relativité, à l'idée de l'espace zéro, de la matière zéro.
Evidemment, impossible de faire autre chose que de spéculer pour l'instant, mais c'est ça qui est bon!
Cela dit, concernant la flèche du temps, il me semble que Stephen Hawking a parlé d'inversion du temps lorsqu'on s'approche de l'horizon des trous noirs. je ne développe pas ici, c'est un autre débat.

Mais en gros, on en reste à ce besoin de synthèse entre la physique relativiste et la physique quantique entre autres, et on est toujours coincé aux limites.

Ha, nous sommes vraiment des nains!
Avatar de l’utilisateur
daydream
 
Messages: 323
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:52
Localisation: Là où la forêt regarde Paris
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: presentations/connait-t72.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Ariel » Ven 27 Juin 2014 15:58

L'univers et tout ce qui le concerne me fascine Ô combien, même si ce n'est pas mon domaine de prédilection (je lui préfère l'humain... territoire moins ample et donc plus facile à circonscrire). Du coup, bien qu'ayant tout lu :sweat: , je n'ai pas tout compris.

En espérant ne pas abaisser le niveau de ce débat plutôt élevé (félicitations), j'aimerais entrer dans ce sujet par une autre voie. Soit partir du hors sujet pour lui trouver une autre entrée. Peut-être...

Avant de commencer je précise que je n'ai consommé aucune substance illicite pour écrire ce qui suit. Je suis fou naturellement.

Je pense au cerveau (humain en particulier) qui, sur le plan physique, n'a rien de très attirant. C'est une sorte de viscère plutôt dégueu, assez laid visuellement, probablement rude au goût, très certainement désagréable au touché et, si l'on tentait d'en sortir un son, j'imagine que ce serait un son flasque et visqueux déplaisant à l'ouïe. Et si ça se trouve il pue. Alors penser que ce truc infect pour les sens puisse produire des merveilles sensationnelles telles que la pensée, la réflexion, la compréhension, la conception, l'imagination, l'invention, le rêve... est assez troublant.

Évidemment, ce n'est pas l'objet cerveau qui produit tout ça mais l'énergie (électromagnétique ?) qui agit et réagit dans cet objet. Des combinaisons étranges de connexions, d'intensités, d'émissions et de réceptions, en des réseaux complexes et imbriqués, qui créent, malgré nous, des idées élaborées au-delà même de ce que nous connaissons d'expérience.

J'aimerais imaginer que cet objet cerveau ne soit pas le seul objet à pouvoir contenir ces flux énergétiques. Qu'il ne soit pas le seul à pouvoir penser, imaginer, rêver... Je voudrais même aller jusqu'à croire que l'énergie qui se combine si parfaitement dans l'objet cerveau puisse agir et réagir tout aussi parfaitement en dehors de tout objet physique. Dans un cortex immatériel que l'on pourrait nommer, par exemple, le néant, et qui, affranchi de toute limite physique, développerait une "surdouance" :P infinie et, cependant, impersonnelle, spontanée et inconsciente.

Le néant étant moins que rien, sans repère, sans référence, sans expérience, sans connaissance... à quoi pourrait bien penser cet intellect désincarné, sans caractère ni personnalité, froid et ignorant ? Que pourrait-il imaginer ? Il aurait peut-être des préoccupations claustrophobiques (le néant, pensez !) et donc des idées d'espace, d'élancement et d'expansion. Doué d'un potentiel absolu dans un système de réflexion catégorique (ou arborescent, pour les plus susceptibles), il établirait peut-être un plan d'évasion. Il rêverait peut-être d'une explosion à tout casser. Il concevrait les projections, et donc le mouvement, et donc la distance parcourue par le mouvement, et donc le temps pour parcourir la distance. Mais avec un tel intellect, ce surdoué ne s'arrêterait pas là. Il imaginerait la suite, les conséquences, les influences, les effets... Jusque dans les plus minuscules détails, il inventerait tout un monde. Ce serait un rêve merveilleux. Mais dans l'immatériel, le rêve n'est pas réalisable.

Je ferme les yeux. Je songe. Dans ce songe, je vois un homme assis sur le sol, adossé à un arbre. Je m'approche de lui et lui demande : Que penses-tu de ce que je viens d'écrire ? Il me répond : Tu suggères que rien n'existe ailleurs que dans le rêve d'un intellect énergétique. Pourtant tu me parles et je te réponds. Tu me vois. Tu vois cet arbre comme je le sens moi-même dans mon dos. Pourquoi cet intellect spontané irait imaginer ça ? Allons, me sermonne-t-il, nous existons !

Comment cet homme et son arbre pourraient-ils savoir qu'ils n'existent que dans mon rêve ?

La première seconde du temps s'est-elle déjà écoulée ?... en réalité.

Je ne parle pas d'une croyance mystique ou métaphysique issue de je ne sais quelle philosophie transcendantale mais bien d'un cheminement de pensées dont je ne suis pas sûr d'avoir su souligner la logique.

Ce genre d'hypothèses connaît différentes approches toutes plus farfelues les unes que les autres. Certes ! Mais est-ce bien raisonnable d'en négliger tout à fait la notion dans ce type de débats ?

Je n'ai lu personne aborder franchement cet aspect des choses. Pouvez-vous m'instruire quant à vos certitudes d'une réalité concrète ? Ou quant à l'impossibilité d'une intelligence sans support douée d'imagination ?
Citation subtile et percutante : .....................................................
Nom de l'auteur : .....................................................................
Avatar de l’utilisateur
Ariel
 
Messages: 44
Âge: 48
Enregistré le: Mer 25 Juin 2014 13:03
Localisation: Là-haut
Présentation: Ariel
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Malkovitch » Mer 2 Juil 2014 01:48

Sujet passionnant, j'ai lu toutes les interventions et je me demande "Suis-je seul à avoir l'impression de faire une ballade sur un ruban de Möbius ?"

Le message d'Ariel m'interpelle, car il me ramène au point d'origine (ou point 0) de toute observation : l'observateur. La limite du temps et de l'espace me parait alors tributaire des limites de mon cerveau via le biais de mes attributs perceptuels.

Est-ce que j'observe subjectivement une réalité objective ou bien je crée une réalité objective en l'observant subjectivement ? Je fais confiance à la science parce que je conçois qu'une multitude d'observateurs experts usant de méthodes rigoureuses et d'équipements sophistiqués peuvent en arriver à définir ce qu'ils observent beaucoup mieux que je ne le ferais seul. J'en fais alors ma réalité objective dans la mesure où je peux y adhérer par la raison.

Mais comme les experts ne sont pas unanimes et que rien ne m'oblige à adhérer à des théories qui en soi ne sont pas définitives, alors je tripote, je jongle, je suppute, j'infère... autant que ça m'amuse quoi. En exemple, bien appuyé sur le piédestal de mon imagination fertile, j'affirmerais que nos limites actuelles d'observation ne nous ont pas encore permis d'atteindre le point limite qui mettrait en évidence l'univers fractal, le point à partir duquel le schème se répète ad aeternam (ou ad nauseam si ça provoque le tournis).

Quoi qu'il en soit, j'adore cette citation "L'éternité, c'est long, surtout sur la fin" (W. Allen mais possiblement empruntée à Kafka) Et que dire du début ?
Lorsque ta vie te semble toute à l'envers, modifie ton angle de visée, essaie la tête en bas.
Avatar de l’utilisateur
Malkovitch
 
Messages: 83
Âge: 61
Enregistré le: Lun 23 Juin 2014 07:33
Localisation: La belle province de Québec
Présentation: CLIK
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Rhonin.k » Jeu 3 Juil 2014 14:47

Et je parachève la boucle de Moebius en revenant au post 1. ( Alors, on dit merci qui ?... :lol: )

Merci Daydream pour ce sujet passionnant et ton approche humoristique. Hélas pour ma part, je vais devoir rédiger courtement car, même si je sens bien mes mains fourmiller de l'envie de pondre une théorie de 60 000 caractères, par respect pour les autres lecteurs, je crois bien que je vais devoir me freiner au maximum... :whew:

daydream a écrit:La question qui s'impose serait" Franchement est-ce que ça valait le coup?", mais ce sera pour un autre topic.

Voici ma proto-théorie sur le sujet d'un topic qui n'existe pas encore. ( merci d'ailleurs pour cette perche tendue, tu vas tout de suite comprendre pourquoi... :rofl: )

On part souvent de l'idée que la création de l'Univers est issue d'une volonté ( supérieure ou pas ! ) ou bien d'un accident. Mais cela n'est jamais vu comme suite logique à conséquence. Pour cela, cette idée de prolonger ce topic par un autre topic va m'être fort utile.

Démo :

1 :
- Un sujet A oblige l'ouverture d'un topic A pour exister sur le forum.
- Mais, comme le sujet A contient implicitement le sujet B, il va falloir ouvrir prochainement un topic B pour le développer et en débattre en aparté.
- La naissance du topic B sera la conséquence du fait qu'un topic doit en théorie contenir un seul sujet de conversation, relatif à une loi de fonctionnement propre au forum et édictée au préalable par l'entité de la modération.
- En ce cas - par analogie - notre univers ( dit B ) ne pourrait-il pas être issu d'une dérive conséquente à un primo univers qui ne pouvait contenir initialement et seulement que l'univers A ?

puis 2 :
- Pour revenir sur cette histoire de topic, reste alors de la volonté du créateur du topic de donner suite ou pas au topic A par un topic B.
- Si demain, pour X raison le créateur du topic A venait à renoncer à prolonger celui-ci, le topic B existerait juste que par l'évocation, mais non pas par son ouverture effective sur le forum.
- Et en ça, la modération détentrice des lois régissant l'ouverture des topics, n'y pourrait rien, ce qui peut se traduire par le fait - encore par l'analogie - qu'un univers ne se crée pas forcément et spontanément comme une lumière qu'on allume, même si les lois qui le régissent y sont tout à fait favorables.
- Déterminer ce qui pourrait induire la non-passation d'un primo univers ( ou état de ce qui était avant le big-bang si on se place sur un continuum linéaire précédent à celui-ci ) vers un univers secondaire est surement la pierre angulaire qui peut permettre de saisir la quintessence de l'étincelle primordiale de notre big-bang théorique.

il se pose donc la fameuse question du temps zéro:

-Qu'y a t-il à ce moment là?
-Ce moment là a-t-il même une existence possible? Arrivez-vous à concevoir un temps zéro?

Le temps zéro existe toujours et se superpose même au temps linéaire, question de relativité absolue. La perception du temps zéro, c'est tout simplement l'oeil de l'homme qui s'éloigne entre les galaxies à mesure que celui-ci perfectionne ses instruments d'observation. Et donc par conséquent, le fait de remonter le temps linéaire à présent jusqu'à pouvoir bientôt regarder les galaxies primitives, dites, du temps zéro... A ce propos d'ailleurs, on est déjà rendu à un peu plus de 13 milliards d'années, jusqu'où cela va-t-il nous emmener ?

Le temps zéro c'est aussi l'état statique des lois universelles qui régissent toujours la matière et la non-matière ( état vibratoire de l'atome ) de la même manière qu'aux origines. Tu fais tomber ta tasse à café sur le sol de ta bonne vieille Terre... Et bien tu aurais pu en faire tout autant si tu avais bu un café il y a un peu plus de 13 milliards d'années, car le temps zéro, sans qu'on s'en rende compte est imprimé dans chaque acte et chaque perspective de la vie de tous les jours, puisque nous ne vivons pas ailleurs que dans l' Univers...

Enfin deuxième partie de la question qui invite à une réponse complémentaire. Oui, personnellement, j'arrive sans mal à concevoir le temps zéro. Pour cela je n'ai qu'à regarder mes mains. Car, comme précédemment évoqué par le concept des actes et des perspectives, je suis une conséquence du temps zéro puisque ma matière n'a pas 40 ans mais plutôt un peu plus de 13 milliards d'années aux dernières nouvelles. En diagonale, on pourrait ainsi dire que j'ai 40 ans de vie effective, mais que la matrice qui est à l'origine de mon entité reste et est toujours ancrée dans ce fameux temps zéro. Par conséquent, même au delà du vieillissement et de la disparition de l'être, le temps zéro fait toujours partie du temps linéaire, sauf que nous ne prenons pas le pli d'y penser au quotidien...

-L'idée du crétin qui a allumé la lumière vous séduit-elle ou vous rebute t-elle?

L'idée d'appuyer sur le bouton pour moi n'est pas sotte à condition que l'auteur du geste ait eu besoin d'allumer la lumière pour ne pas se retrouver dans le noir au moment de passer d'une pièce à l'autre de sa demeure. Un peu comme un geste logique découlant d'une conduite plutôt que par simple envie de volonté. Car, le vrai crétin, c'est celui qui allume la lumière sans s'expliquer son geste, sans rien avoir tenté de faire dans la pièce allumée et sans en rebasculer au final l'interrupteur... :lol:

-Est-ce que vous aussi ça vous fout le vertige quand vous vous prenez la tête plus de deux minutes sur ce sujet?

Non, je suis personnellement très à l'aise à la distorsion du temps et son interpénétration avec ma modeste existence. Je dirais même - pour parler intimement de moi-même juste une courte minute - que c'est cette distorsion même qui me faire voir la vie de manière plus fun, voire franchement moins sérieuse parfois. Comment, me direz-vous ? Parce que tout simplement, cette fameuse superposition du temps zéro sur la trame du temps linéaire ( mon temps de vie, quoi ! ) me fait me dire que les jours ici bas sont peu nombreux et comptés ( seulement 29200 jours environs dans la vie d'un homme de 80 ans ), et qu'il n'y a donc pas un instant à perdre pour la marrade avant de fusionner à nouveau avec l'Univers et sa trame temporelle profonde... :tmi:
Avatar de l’utilisateur
Rhonin.k
 
Messages: 546
Images: 0
Âge: 41
Enregistré le: Sam 18 Jan 2014 13:45
Localisation: On highway 666
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Quzqo » Ven 1 Aoû 2014 14:11

Le T0, l'origine des temps, ça reste une vision tout à fait humaine, au sens simplificatrice (et non simpliste), qui n'a pas forcément de réalité. Ou alors il faut l'entendre comme le T0 de notre univers tel que nous le connaissons, comme le faisaient remarquer certain(e)s, ni plus ni moins. Mais cela repousse la réflexion à l'itération précédente.

Pour faire un parallèle dérivé de la théorie des ensembles, de l'ensemble des entiers naturels, borné par 0 et l'infini (+), naît naturellement l'ensemble des entiers relatifs, borné de + à - l'infini (ou l'inverse). Par le biais des
Pour étendre la réflexion, et conceptualiser certaines réalités, cette borne du 0 n'est qu'une construction de l'esprit (et le 0 a été une véritable avancée en sciences, ce n'est pas pour le dénigrer) qui, très vite, a trouvé ses limites.

Même si l'entendement est moins trivial, j'imagine bien pour ma part, qu'il n'y ait pas de début, quand bien même l'univers "vit" au travers de contractions et d'expansions.
Imaginer un début serait imaginer une fin.
Imaginer un début serait imaginer une "conscience" supérieure à l'origine de tout cela.
Et c'est à mes yeux contraires à ce que je crois comme ce que j'ai appris des sciences (Lavoisier, les erreurs anthropomorphistes, le non déterminisme, ...)
Reste que c'est tout de même du domaine de la foi (ce qu'on croit).

Mais au final, une citation que j'apprécie mais dont j'ai perdu l'origine : "S'il est vrai que rien n'arrive pour la première fois, on est conduit à se demander si quelque chose n'arrive jamais. En fait, l'ambiguïté ainsi soulevée est de nature sémantique : dans la récurrence éternelle des configurations subatomiques, dont notre monde n'est qu'un simulacre, il ne peut être question de commencement ni de fin mais seulement de milieu, de continuation ou de répétition. Le concept de la singularité n'existe qu'à l'intérieur d'un parallèlépipède rigide très limité, dont la seule limite est notre pensée."
"L'homme rêve d'infini mais ce rêve a les ailes brisées"
(-Épître des gens sans lendemain-)
Avatar de l’utilisateur
Quzqo
 
Messages: 18
Enregistré le: Mer 30 Juil 2014 12:58
Localisation: Bretagne
Présentation: Même si...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Rhonin.k » Ven 1 Aoû 2014 15:39

Quzqo a écrit:Par le biais des

Des ? :worried:

Dommage qu'il manque un petit bout à ton développement car, il est tout à fait charmant... ;)
Avatar de l’utilisateur
Rhonin.k
 
Messages: 546
Images: 0
Âge: 41
Enregistré le: Sam 18 Jan 2014 13:45
Localisation: On highway 666
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar MarieBeeLove » Sam 2 Aoû 2014 22:22

Pour ceux que ça intéresse toujours et qui sont pas trop loin il y a le festival de l'astronomie à Fleurance (dans le Gers) et notamment une conférence mercredi matin par Hubert Reeves: Étude critique de la crédibilité du big bang ;)
MarieBeeLove
 

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Bradeck » Sam 2 Aoû 2014 22:49

Beaucoup trop loin pour moi, mais si quelqu'un y va, cela serait top d'avoir un petit compte-rendu (pretty please)
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1755
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Cyril » Sam 6 Sep 2014 18:15

Prenons 2 échelles de temps. L'échelle classique T1 et une autre échelle infinie (sans origine), T2. Si T2 est fonction de T1, via une fonction tendant vers l'infini en 0, du genre 1/X et si T2 est le temps "réel" alors, il n'y a pas d'origine, mais le temps est infini vers le passé.
Cyril
 
Messages: 16
Enregistré le: Jeu 21 Aoû 2014 17:25
Localisation: Foix
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Boby » Dim 7 Sep 2014 17:31

Cela me fait penser au Paradoxe d'Achille et de la tortue
Comme dans celui-ci, on à toujours l'impression que quelque chose nous échappe.
Topic très interessant en tous cas :-)
Nous verrons cela... Destinée ... ou PAS !
Avatar de l’utilisateur
Boby
 
Messages: 219
Âge: 36
Enregistré le: Mer 3 Sep 2014 21:21
Localisation: A la campagne y'a toujours un truc à faire...
Présentation: Ne pas cliquer ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar enderman » Sam 29 Nov 2014 20:37

Vaste question. Je crois que beaucoup a été dit sur ce thread. Et brillament dit.
Pour ma part, sans être sûr de quoi que ce soit, je rejoins plutôt les circonspect(e)s quant à la pertinence de l'idée d'un "temps zéro". D'une part parce que la science n'a jamais affirmé l'existence effective d'une origine absolue de l'univers (contrairement à ce que laisse entendre l'acception "grand public" de la théorie du big bang), n'est probablement pas en capacité de le faire, et d'autre part que la raison humaine n'est pas non plus en mesure de se représenter une origine absolue. La science, comme l'esprit humain, n'est capable d'expliquer une "origine" qu'à partir d'un pré-existant.
Plutôt que de développer ici, je vous encourage vivement à visionner cette conférence d'Etienne Klein dédiée justement à cette belle et fondamentale question. Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, Klein est un physicien des particules et un philosophe, spécialiste de la question du Temps.

L'univers a-t-il connu un instant zero, avec Etienne Klein
Avatar de l’utilisateur
enderman
 
Messages: 6
Âge: 30
Enregistré le: Mar 11 Nov 2014 22:03
Localisation: Île-de-France
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar lunafletcher » Mar 2 Déc 2014 13:55

J'avoue, je n'ai pas lu TOUTE la conversation en entier (je suis d'un naturel impatient).
Mais j'adore le sujet de ce topic.
Pour ma part, j'arrive a concevoir ce temps 0 non pas comme LE commencement de TOUT mais comme l'instant du changement.
Bah oui, avant 0 y'a -1, -2 et même moins l'infini. Donc il y avait bien quelque chose avant (j'utilise l'affirmative mais bien sûr ce n'est qu'une théorie parmi tant d'autre, ça m'aide juste à pas m'embrouiller XD).

Mais alors qu'est-ce qu'il y avait avant...
De l'information pure. Dans ma tête j'imagine ça comme la matrix avec plein de nombres (tiens, pi vient de passer). L'instant 0, c'est lorsque que ce concentré d'information se transforme en matière.
Genre, une fois que t'as le code et que t'appui sur le bouton "démarrer" du programme, et la t'as des Sims qui apparaissent sur ton écran et commencent à faire un peu ce qu'ils veulent.
Qui a appuyé sur le bouton ?
... Mystère et bubble gum, pour moi en tout cas.
Comment on fait pour savoir ce qu'il y avait avant le big bang ?
Y'a des gens super doués en physique et en maths qui font des calculs d'équations avec des nombres imaginaires (ces carrés négatifs).
Bon, en fait cette théorie c'est un peu celle des frères Bogdanov, je vous conseille d'ailleurs leurs livres. Ils ont des têtes d'extraterrestres mais des idées incroyables. Tellement qu'elles seraient presque plausibles...
Voilà. Je trouve ça marrant d'imaginer une soupe d'information devenir subitement des planète et choses cosmiques.
Autre chose, pour moi ça s'appelle l'instant zéro au sens où c'est le premier instant de l'espace-temps. Ce qui ne veut pas dire que ça sort comme ça de nul part. Et qu'il n'y avait rien avant. Enfin je crois. XD
Et oui, imaginer l'infini c'est une belle drogue mentale :D surtout qu'il y a plusieurs sortes d'infinis. Alors la, ça se corse rudement ! :o
Aimer ce n'est pas perdre sa liberté, c'est lui donner un sens.
Avatar de l’utilisateur
lunafletcher
 
Messages: 38
Âge: 26
Enregistré le: Lun 1 Déc 2014 11:00
Localisation: Espagne
Présentation: presentations/premier-pas-t5604.html
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar le31 » Sam 7 Mar 2015 22:21

Je n'ai pas tout lu mais je souhaite répondre à la question initiale: ça me fout le vertige d’imaginer ce temps zéro. Et qu'y avait-il avant t=0 ?Quand j'étais enfant ça m’empêchait de dormir. Mais rien ne peut prouver que ce temps zéro a existé (cf Etienne Klein ) et ça, ça me fout encore plus le vertige!
Avatar de l’utilisateur
le31
 
Messages: 145
Enregistré le: Sam 15 Nov 2014 22:03
Localisation: Somewhere over the rainbow
Présentation: [url=http://adulte-surdoue.fr/presentations/presentations-t5570.html/url]
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Silène » Jeu 16 Juil 2015 16:13

Tiens, je ne vais pas vous parler du temps 0, je vais vous parler d'un autre temps, que je trouve infiniment plus flippant :lol:

J'écrivais récemment
Toutes les 5,391 10-44 secondes l’univers disparaît. Ou fait quelque chose qu’on ne sait absolument pas. Et qu’en l’état actuel de nos connaissances on ne peut pas savoir.

Il y a des gens qui travaillent avec des constantes tous les jours. Notez, elles ne sont constantes que parce qu’on les a observées constantes. Mais croire que dans 10 secondes il y aura encore quelque chose, c’est quoi…

C’est de la foi. Nous faisons à chaque seconde des milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de milliards de sauts de la foi. Chaque seconde.

10^-43 secondes. Le battement du coeur de Dieu.


Comme ça je réponds au passage aux questions secondaires :lol:

Il existe quelques constantes que l'on appelle "grandeurs de Planck" issues d'un travail entre le dit Planck et Einstein (entre autres).
Entre autres constantes se trouvent le "temps de Planck" et la "distance de Planck", deux mesures qui représentent le minima possible auxquels peuvent aboutir des calculs de physique valide.

Dit autrement, tant que la vitesse de la lumière dans le vide et la constante de Planck seront considérées comme constantes, nous n'avons pas les moyens de savoir ce qui se passe dans l'univers en dessous de ce temps ou de cette distance.
Cela dit, je serai ravi d'échanger avec quiconque me dit que "non c'est bon, t'inquiète, c'est plus un vrai problème".

Des immenses vides béants de partout, et une physique comme une énorme loterie, bienvenue dans l'univers quantique, ou, pour ce qu'on en sait, l'univers pourrait être recréé entièrement des quantités de fois infinies le temps que j'aie terminé ce post :lol:

C'est terrifiant en théorie. Choisir de dire que "non mais c'est bon, ça va bien se passer", ça demande pas mal de culot :lol:
Il est vrai qu'ici vous ne trouverez guère de perfection, sauf si on se met à rire
Profil : En questionnement (permanent). Intelligence hautement questionnable.
Avatar de l’utilisateur
Silène
 
Messages: 172
Enregistré le: Ven 23 Jan 2015 19:55
Localisation: Hear me lol
Présentation: Je suis
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar lulu » Dim 19 Juil 2015 15:45

Le problème des théories c'est que ce sont des...théories ! N'importe qui peut inventer, et élaborer des nouvelles idées plus extravagantes les unes que les autres. Toutefois, mettre tout cela en application est une autre paire de manche. J'ai moi même inventé plusieurs théories, comme la majorité d'entre vous je pense :D

Il est vrai que le Big Bang est une question qui rend fou ! C'est d'ailleurs un croyant qui a émit cette hypothèse...

Je pense que le problème réside dans la compréhension de l'environnement permettant lui même d'avoir accès à la réponse de la création de l'univers. C'est à dire que la conscience humaine permet effectivement selon son degrés d’évolution(contemporainement, les humains ont tous une conscience différente de part leur évolution) d’interpréter l'environnement d'une manière très différente perceptuellement selon le stade de conscience. La conscience permettrai donc l’évolution de la pensée qui elle même agirai sur l’évolution de l'environnement. Car en fin de compte c'est notre environnement qui détient la réponse (la matière & l’énergie).

Il faut donc permettre à notre conscience d’évoluer, et je pense que c'est la subjectivité qui en est la réponse. Il faut pour cela inter-changer et modifier nos perceptions sensorielles - soit grâce à un nouvelle environnement qui influencera donc notre subjectivité - soit par notre interprétation sensorielles en les modifiant consciemment.

Après comme certains l'ont dit, peut être que l'univers n'existe pas en soi, et n'est qu'une interprétation subjective par les perceptions sensorielles. Là je suis en train d’écrire un texte, mas ce texte existe t-il vraiment ? Oui, car je le vois. Mais ce que je vois est-il vrai ? Nos sens détiennent la réponse, il faut les modifier ou les amplifier. Philosophie et cosmologie est et ne fait qu'un. Le problème de la théorie, c'est que si elle est pas comprise, son concepteur est souvent prit pour fou ou dingue :lol:
Pourquoi ?
Avatar de l’utilisateur
lulu
 
Messages: 27
Âge: 23
Enregistré le: Mer 12 Nov 2014 14:48
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar madeleine » Dim 19 Juil 2015 18:20

Ma keske ce gloubiboulga peut bien vouloir dire ? Tu peux reformuler s'il-te-plait ?
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2991
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Chacoucas » Dim 19 Juil 2015 22:33

Tout pareil... tu saurais reformuler?
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 937
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar *Za* » Lun 20 Juil 2015 11:25

Alors si j'ai bien compris la thèse avancée :

Les réponses sont présentes dans notre environnement (et la partie qui nous intéresse ici est la matière et l'énergie). Mais nous n'avons pas encore acquis un degré de conscience suffisant/nos sens ne peuvent encore nous permettre d'appréhender ce qu'il en est réellement.
Donc il faut permettre à notre conscience d'évoluer, et pour cela il faudrait "inter-changer et modifier nos perceptions sensorielles" par le biais d'un nouvel environnement (là je n'ai pas vraiment compris : pourquoi un nouvel environnement ?), soit en les modifiant volontairement (par un procédé technique ou spirituel, les portes sont ouvertes).
Et en attendant, "N'importe qui peut inventer, et élaborer des nouvelles idées plus extravagantes les unes que les autres. Toutefois, mettre tout cela en application est une autre paire de manches."

Concluons, en posant un cadre résolument Aristotélicien, que "nos sens détiennent la réponse, il faut les modifier ou les amplifier. Philosophie et cosmologie ne sont et ne font qu'un."

Mais l'essentiel (et la mise en abyme qui détient la clé du paragraphe) est peut-être là : "le problème de la théorie, c'est que si elle est pas comprise, son concepteur est souvent pris pour fou ou dingue."
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2688
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Holosmos » Lun 20 Juil 2015 11:54

Le problème de l'origine de l'univers est un faux problème (scientifiquement parlant) pour plusieurs raisons :

- on aura pas de situation comparable avant extinction humaine, donc pour l'expérimentation c'est cuit ;
- on ne cherche pas à connaître l'origine de l'univers mais sa fin (dans les croyances populaire, le début et la fin se rejoignent dans un temps cyclique). Ce n'est donc même plus une question scientifique qu'on pose mais spirituelle.

De plus, critiquer la physique parce qu'elle connaît ses limites est ridicule. Rien n'empêche à notre physique prédire le monde actuel et futur de ces prochaines années (à entendre, au moins ces prochains millénaires).

Le but premier de la physique n'a jamais été de comprendre la réalité. La physique cherche à prédire et à prédire efficacement.

Il arrive parfois que la physique et la réalité se rencontrent. Je pense notamment au boson de Higgs qui, à moins d'une chance incroyable, est une prédiction ontologique qui s'est révélée vraie. C'est un objet qui a été découvert plus de 50 ans après sa prédiction et qui est d'une nature différente de tout ce qu'on connaissait jusqu'alors. Ce n'est pas comme la découverte d'une planète, qui reste une planète et qui est donc d'une nature déjà connue.
Avatar de l’utilisateur
Holosmos
 
Messages: 117
Âge: 21
Enregistré le: Sam 16 Mai 2015 22:39
Présentation: Par ici
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar lulu » Lun 20 Juil 2015 18:53

*Za* a écrit:Alors si j'ai bien compris la thèse avancée :

Les réponses sont présentes dans notre environnement (et la partie qui nous intéresse ici est la matière et l'énergie). Mais nous n'avons pas encore acquis un degré de conscience suffisant/nos sens ne peuvent encore nous permettre d'appréhender ce qu'il en est réellement.
Donc il faut permettre à notre conscience d'évoluer, et pour cela il faudrait "inter-changer et modifier nos perceptions sensorielles" par le biais d'un nouvel environnement (là je n'ai pas vraiment compris : pourquoi un nouvel environnement ?), soit en les modifiant volontairement (par un procédé technique ou spirituel, les portes sont ouvertes).
Et en attendant, "N'importe qui peut inventer, et élaborer des nouvelles idées plus extravagantes les unes que les autres. Toutefois, mettre tout cela en application est une autre paire de manches."

Concluons, en posant un cadre résolument Aristotélicien, que "nos sens détiennent la réponse, il faut les modifier ou les amplifier. Philosophie et cosmologie ne sont et ne font qu'un."

Mais l'essentiel (et la mise en abyme qui détient la clé du paragraphe) est peut-être là : "le problème de la théorie, c'est que si elle est pas comprise, son concepteur est souvent pris pour fou ou dingue."


Oui c'est cela que j'exprime.

En fait, si l'environnement est différent de celui que nous avons en ce moment, notre esprit et notre pensée va de même se modifier pour s'adapter à celui-ci. En ayant un fonctionnement cognitif différent, nous allons comprendre, interpréter le monde de manière différente car les stimuli extérieurs seront eux même différents. De ce fait, notre pensée critique, subjective, va de même se modifier et permettre une conscience très différente de celle que nous avons actuellement. Ainsi, si cette modification peut permettre un dialecte avec notre environnement actuel, nous arriverons à une conscience jusque là complètement inconnue de l'homme. Cette nouvelle conscience permettra, selon moi, de résoudre des équations ou des problèmes actuelles non résolus, et par la suite mieux comprendre le monde.
Pourquoi ?
Avatar de l’utilisateur
lulu
 
Messages: 27
Âge: 23
Enregistré le: Mer 12 Nov 2014 14:48
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Tripotons nous cinq minutes avec le temps zéro

Messagepar Fabs le vaurien » Lun 20 Juil 2015 22:11

lulu a écrit:
En fait, si l'environnement est différent de celui que nous avons en ce moment, notre esprit et notre pensée va de même se modifier pour s'adapter à celui-ci. En ayant un fonctionnement cognitif différent, nous allons comprendre, interpréter le monde de manière différente car les stimuli extérieurs seront eux même différents. De ce fait, notre pensée critique, subjective, va de même se modifier et permettre une conscience très différente de celle que nous avons actuellement. Ainsi, si cette modification peut permettre un dialecte avec notre environnement actuel, nous arriverons à une conscience jusque là complètement inconnue de l'homme. Cette nouvelle conscience permettra, selon moi, de résoudre des équations ou des problèmes actuelles non résolus, et par la suite mieux comprendre le monde.


En gros, l'individu s'adapte aux mutations de son environnement et vive le progrès. Hum..
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5580
Âge: 37
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

PrécédenteSuivante

Retourner vers Sciences

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Pensée, langage (avec, sans), formes et structures de la pensée, et leurs interactions.
par Livingstone » Lun 14 Nov 2016 13:30

Réponses: 5

Vues: 594

Dernier message par Livingstone Voir le dernier message
Mer 16 Nov 2016 22:56

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités