Nous sommes le Lun 20 Nov 2017 01:17


La gratitude

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

La gratitude

Messagepar O'Rêve » Mar 28 Fév 2017 16:20

Je n’ai pas encore vu de sujet consacré à la gratitude (mais s'il en existe déjà, bien entendu, on peut déplacer le message).
Suite à l’émission écoutée ce matin sur France Inter, https://www.franceinter.fr/emissions/gr ... vrier-2017, j’ai eu envie de créer un sujet sur la gratitude.
Et pour lancer le sujet, j’ai fait un résumé de ce que j’ai pu entendre au cours de l’émission. De nombreux points très intéressants ont été abordés. J’ai essayé de les retranscrire au plus près (tout n'est pas forcément dans l'ordre de l'émission, j'ai rassemblé des points qui me semblaient aller ensemble). Il y avait trois invités : Rebecca Shankland, Christophe André et Jean-François Marmion.

Qu’est ce que la gratitude ?
Selon Rebecca Skanland, la gratitude, c’est un mélange de joie, surprise, voire d’émerveillement que l’on éprouve lorsqu’on perçoit qu’une personne a fait des efforts pour nous, nous a soutenus ou alors simplement lorsque l’on s’émerveille de ce qu’on observe autour de nous, de la chance qu’on peut avoir grâce à ce que la vie nous apporte. Et donc c’est une émotion qu’on a rapidement envie de partager, quelque chose qui émeut à la fois à l’intérieur mais aussi qu’on a envie de transmettre et qui donne lieu à l’expression de gratitude et qui va avoir effectivement des effets sur les personnes autour.

La gratitude, c’est un pilier de la psychologie positive. Elle a des effets sur l’individu et sur la société.
NB de Rebecca Skanland sur les critiques émises à l’égard de psycho positive (on est en train de rendre les personnes heureuses dans leur petit coin, et donc plus égoïstes) ; en faite, la gratitude est le prototype de l’inverse ; la psychologie positive montre que plus les gens sont heureux, plus ils ont tendance à être généreux et la gratitude va encore renforcer cette dimension : l’intérêt pour autrui, l’envie de soutenir autrui, et même des personnes qui ne sont pas concernées par l’interaction ; parce qu’on éprouve de la gratitude envers une personne, on a tendance à venir en aide auprès d’autres personnes qui n’étaient pas impliquées par cette interaction)


« Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur; elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. » Marcel Proust


La gratitude, un sentiment bébête digne du pays des bisounours ?
Selon Christophe André, pour différentes raisons, notre pays, la France préfère la posture ricanante, grinçante, cynique à la posture généreuse, ouverte, bienveillante et reconnaissante.
Plus techniquement, ça correspond à une façon de promouvoir la santé. Pendant très longtemps, on a privilégié que ce soit en médecine ou en psychologie, le traitement (on attendait que les gens soient malades pour s’occuper d’eux) au lieu de la prévention. En ce moment ça change. En médecine, on promeut une médecine du style de vie (faire de l’exercice, faire de la méditation, etc) et en psychologie, on s’intéresse à ce courant qu’est la psychologie positive (en prévention des souffrances).
"La gratitude est non seulement la plus grande des vertus, mais c’est également la mère de tous les autres." Emil Cioran


Exprimer/recevoir de la gratitude :
Selon Rebecca Shankland, exprimer de la gratitude, ce n’est pas simplement dire merci ou merci pour tout, mais c’est dire ce que ça m’a apporté, ce que ça m’a permis de faire, et c’est ça qui va vraiment augmenter ce sentiment de bonheur à la fois pour soit et pour autrui, puisqu’on lui permet de vivre ce sentiment d’utilité sociale (qu’est ce que j’ai pu apporter à l’autre et en quoi je suis utile socialement).

Certaines personnes sont gênées par l’expression de la gratitude : elles ont peur de se sentir manipulées ou redevables, si elles expriment la gratitude.

Toutes les personnes n’arrivent pas à l’exprimer. Ex : les personnes très centrées sur elle-même, narcissiques, qui ne perçoivent même pas les efforts faits pas les autres, puisque ça implique une forme d’empathie de voir l’effort fourni par autrui. Et puis elles ont l’impression que les choses leur sont dues.

L’expression de la gratitude peut permettre la réconciliation (ex : lettre de gratitude)

Selon Jean-François Marmion, la gratitude est quelque chose d’habité, quelque chose qui émerge. C’est quelque chose de très spontané.
Mais selon Christophe André, il faut moduler un peu ce coté spontané. C’est important d’apprendre à ressentir, cultiver et exprimer la gratitude et de l’apprendre à nos enfants. Donc il y a quand même une forme d’apprentissage. C’est important d’apprendre à la cultiver (ça n’est pas forcément naturel quand on n’a pas appris à la cultiver)

Pour Christophe André, c’est difficile de recevoir une émotion forte de gratitude.
Recevoir simplement un remerciement nous est difficile. Des personnes quand on les remercie disent "c’est rien, c’était normal". On pourrait dire « Avec plaisir « au lieu de « ce n’est rien ».

La gratitude en milieu hospitalier
Rebecca Shankland développe l’exemple de patients qui deviennent parfois tyranniques. Un travail sur la gratitude pour aider les patients à avoir ce sentiment d’ouverture par rapport à ce qu’ils reçoivent de la part des soignants, des proches et ça les aide beaucoup à mieux vivre ce moment d’hospitalisation qui peut être difficile.

L’ingratitude/le manque de gratitude
Parmi les grandes déceptions de la vie, il y a l’ingratitude (ex : parents qui se plaignent de l’ingratitude de leurs enfants).
(proverbe espagnol "Elève des corbeaux, et ils te crèveront les yeux")
Pour Rebecca Shankland, c’est vécu par les parents, mais aussi par les enseignants qui ont l’impression que les élèves sont clients, qui ne se rendent pas compte des tous les efforts fournis, donc c’est très douloureux (ça peut être une cause de burn out à la fois des parents, ou des enseignants).
L’idée, c’est de pouvoir intervenir auprès des enfants, pour se demander comment on pourrait développer un peu plus la gratitude, à ne pas confondre avec la politesse. On a tendance en tant que parent à dire « dis merci à ». En faite, en faisant ça on n’est pas en train de cultiver la gratitude. On est en train d’apprendre la politesse, qui est aussi très utile, mais qui ne génère pas les mêmes effets sur la santé et sur le lien social.
Propos d’une auditrice : concernant la gratitude entre parents et enfants, le meilleur moyen de l’enseigner est de leur montrer (en leur disant la chance que l’on a de les avoir à notre coté, en les remerciant…)
Selon Christophe André, la frontière entre politesse et gratitude n’est pas toujours si claire. La gratitude peut aussi être déjà une politesse « habitée ».

Rebecca Shankland rajoute que l’ingratitude est au centre de bien des frustrations. En entreprise, par exemple, de nombreux salariés éprouvent un manque de reconnaissance, de gratitude.
C’est un grand problème, car en entreprise chaque fois qu’on aborde ces questions, ça soulève des problématiques. Pour pouvoir exprimer plus de gratitude au travail, il y a un certain nombre de freins (la différence en terme de hiérarchie : si je remercie un subordonné, peut être qu’en retour, il va attendre une augmentation, ou une promotion). Ca complique les interactions au niveau de la gratitude.
Du coup, certaines entreprises ont cherché quelques moyens (ex : un mur de gratitude, où on peut mettre un post-it qui peut être anonyme ou pas)
La gratitude est un geste intentionnel et désintéressé. Ce qui la caractérise, c’est sa gratuité.
Dans les entreprises, ça peut être mal interprété. Si quelqu’un nous dit merci, c’est qu’il essaye de nous manipuler. (ou faillotage). Et il y a donc un travail à faire sur le tabou de la gratitude en entreprise (ou le tabou des émotions d’ailleurs).

Pour Christophe André, le manque de gratitude se traduit par des tensions dans le corps, des pensées basées sur la frustration et sur l’hostilité.

Les conditions d’une gratitude authentique
-l’humilité (propension à être faiblement autocentré) est le berceau de la gratitude, car la gratitude implique cette notion d’interdépendance (sans l’autre la vie est beaucoup plus difficile). Si on accepte cette notion d’interdépendance, on a plus facilement accès à la gratitude. Au cœur de la gratitude, il y a l’interdépendance et la reconnaissance de notre vulnérabilité. Selon Christophe André, l’époque actuelle valorise beaucoup trop l’autonomie, la performance individuelle, l'estime de soi égoïste. La gratitude nous rappelle une chose : derrière chacun de nos succès ou de nos bonheurs, il y a une dette envers quelqu’un. Rien de ce qui ne nous arrive de bon dans la vie, ne nous est du qu’à nous. Il y a toujours quelqu’un, à un moment de notre vie qui nous a appris, nous a donné, nous a aimé, nous a encouragé.
-l'empathie (dans ce que l’autre ressent et dans les efforts qu’il a pu faire pour nous)

Ne pas oublier la gratitude envers soi-même également. (Jean-François Marmion)

L’ouverture attentionnelle
Pour Rebecca Shankland, naturellement, notre cerveau à tendance à capter dans la réalité, tout ce qui est angoissant, menaçant, pour pouvoir mieux s’adapter. Si on ne perçoit plus que cet aspect de la réalité, la vie devient très angoissante et beaucoup moins satisfaisante. D’où l’intérêt d’élargir l’attention aux autres dimensions de la réalité (qu’aux seuls aspects désagréables) pour rééquilibrer cette sensation que le monde n’est que menaces.
Christophe André ajoute que c’est toute la différence entre la vie et la survie. La vraie vie (l’existence humaine) est aussi basée sur l’ouverture à ce qui est beau et bon.

Les bienfaits de la gratitude (au niveau individuel et social)
Selon Rebecca Shankland, la gratitude réduit les effets de stress chronique, améliore le fonctionnement immunitaire.
La gratitude développe un cercle vertueux d’un point de vue social (en ressentant de la gratitude, j’apporte plus de soutien à l’autre qui à son tour ressent la gratitude). La gratitude donne de la fluidité dans les liens sociaux.

Comment développer la gratitude ?
Rebecca Shankland donne l’exemple du journal de gratitude (noter 5 choses observées du quotidien pour lequel on éprouve de la gratitude/ se laisser surprendre par des dimensions auxquelles on n’a pas prêté attention d’autres jours).
Mais ça peut ne pas convenir à tous. On peut trouver d’autres pratiques de gratitude.

La gratitude est-elle réservée aux personnes qui ne sont pas dans le besoin ?
Selon Rebecca Shankland, qui a travaillé dans l’humanitaire, c’est même plutôt le contraire.
Les personnes qui sont dans des besoins matériels sont des modèles de gratitude (face à l’aide qu’ils reçoivent). Ils éprouvent beaucoup de gratitude par rapport à la vie et ce qu’ils reçoivent.

« Qu’est ce c’est que la gratitude ? La gratitude fait penser à la grâce, à un moment où on arrête la persécution. On arrête de vivre dans un monde sans pitié. On vit dans la réalité et on a un moment de reconnaissance à l’égard de la réalité. Donc on dépasse la colère. C’est dans la gratitude que l’être humain est capable de dépasser la vengence à l’égard de l’existence. Nietsche disait que tous les êtres désirent se venger à l’égard de l’existence. Et je pense qu’on sort de cette vengeance, cette humiliation, de cette colère qu’il y a dans le cœur de l’homme contre l’existence en ayant une forme de gratitude. » (propos de Bertrand Vergely)
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: La gratitude

Messagepar Napirisha » Lun 6 Mar 2017 09:03

Merci pour ce travail :) mais il y a déjà tellement de choses dans ton post que je ne sais pas comment rebondir...
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1904
Images: 6
Âge: 35
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: La gratitude

Messagepar O'Rêve » Lun 6 Mar 2017 09:53

Merci Napirisha,
Et bien il y a bien une question qui m'interpelle et peut-être qu'elle permettra d'élargir le sujet.
Depuis que je pratique la gratitude, j'ai parfois le sentiment de me sentir redevable envers le monde vivant. J'ai l'impression de ressentir un déséquilibre entre ce que je reçois (de la nature et des hommes) et ce que je peux donner (impression de recevoir bien plus que je ne donne).
Rien que pour manger : quand je pense à toutes les personnes (et le vivant végétal et animal dans son ensemble) qui ont contribué à permettre la diversité, la qualité des plats, repas que je mange, je me sens dans l'incapacité d'équilibrer cette "dette" (lors de cette prise de conscience, je me suis mise à semer des mellifères, à cultiver un mini jardin potager, à composter...et redonner à la terre m'a d'une certaine manière apaisée, mais pas complètement).
Idem pour toutes les personnes qui par leurs idées partagées ont contribué à nourrir ma curiosité, mes centres d'intérêt... et donc ont contribué et continuent de contribuer à ma croissance (et il ne s'agit pas forcément de personnes qui me sont le plus proches, mais il s'agit parfois de livres, ou des films, ou simplement des témoignages).
En tant qu'êtres humains interdépendants, on donne et on reçoit, on se partage les taches, et on a aussi besoin de l'autre dans un partage social des émotions, des idées. Pourtant je constate que ce que j'apporte dans ma vie pro (à travers le soin et un peu la transmission) et familiale (accompagner mon entourage familial et amical) ne comble pas toujours cette sensation de "dette"(envers le vivant).
Comment mieux vivre ce déséquilibre? Par l'acceptation, en admettant que l'interdépendance nous met dans cette position naturelle de recevoir plus qu'on ne peut donner? En allant vers une sobriété heureuse (telle que la décrit Pierre Rabhi)...?
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: La gratitude

Messagepar dani » Lun 6 Mar 2017 15:43

Ce sujet me touche O'Rêve, et tu en as vraiment fort bien amené les éléments essentiels.

Qui te dit qu'il y a un déséquilibre ? Ressentir la gratitude n'est-il pas déjà un "retour" suffisant qui se suffit à lui-même ? Et qui fait du bien à nouveau surtout à soi, et que c'est bien ainsi ? Et, qui sait, a peut-être même un impact au-delà de soi-même ? (j'adore entendre les personnes pleines de sincère gratitude, de t'avoir lue l'autre jour m'a fait un bien fou d'ailleurs).

Après, ceux qui ont envie d'avoir des actions concrètes car cela leur amène quelque chose (sentiment d'utilité, d'être en harmonie avec la terre et les autres etc, ce que tu cites plus haut) est un choix qui appartient à chacun mais n'est pas "nécessaire" pour se sentir légitime à recevoir ce que l'on reçoit. Simplement être vraiment joyeux de faire ce que l'on fait, d'aimer le faire est suffisant. Que ce soit de tricoter des chaussettes, de cuisiner un bon plat (pour soi ou les autres), d'être au service des autres ou d'écrire un post sur ce forum etc.. du moment que cela nous apporte vraiment du plaisir, que l'on se moque bien de ce que les autres en pense, on est "juste". Et si cela apporte matériellement un "plus" à d'autres, à la Terre pourquoi pas, mais que cela ne soit pas la motivation première.

Du moment que la motivation à agir repose sur une forme même minime de culpabilité, pour être valorisé par le regard des autres, ou même juste simplement pour se sentir quelqu'un de "bien" vis-à-vis de soi-même on est un peu "à côté" car rempli d'attentes. Et ce n'est même pas grave non plus vu que le processus le plus "important" de mon point de vue est de prendre conscience de cela justement (et là on rejoint un peu nos échanges du jour sur le fil "spiritualité").
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett
dani
 
Messages: 486
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: La gratitude

Messagepar O'Rêve » Lun 6 Mar 2017 18:34

Merci Dani pour ton retour.

Qui te dit qu'il y a un déséquilibre ? Ressentir la gratitude n'est-il pas déjà un "retour" suffisant qui se suffit à lui-même ? Et qui fait du bien à nouveau surtout à soi, et que c'est bien ainsi ? Et, qui sait, a peut-être même un impact au-delà de soi-même ?


Oui, je crois qu’il y a encore un cheminement personnel à accomplir (de mon coté) pour accueillir pleinement la gratitude et me nourrir pleinement du vécu de cette expérience.
Je comprends ce que tu veux dire, quand tu évoques qu’il n’y a pas forcément de déséquilibre.

Du moment que la motivation à agir repose sur une forme même minime de culpabilité, pour être valorisé par le regard des autres, ou même juste simplement pour se sentir quelqu'un de "bien" vis-à-vis de soi-même on est un peu "à côté" car rempli d'attentes


En faite, la connexion au sentiment de gratitude a été intimement liée au ressenti de la culpabilité qualifiée d'existentielle (culpabilité décrite comme une force positive et constructive, un guide personnel nous renvoyant à nous-mêmes, vers nos valeurs, vers notre être authentique).
En reprenant l'exemple du rapport à la nourriture et à la terre, quand je me suis mise à jardiner, à semer, à m’occuper de la terre, j’ai ressenti (parallèlement au soulagement de redonner à la terre, de la respecter) énormément de plaisir à pratiquer cette activité (plaisir dans le toucher, plaisir dans le fait de voir grandir, croître la vie, plaisir de voir la beauté dans l'association de plantes/fleurs). Si je me suis tournée vers le jardinage, c’est aussi parce que ça a fait écho à un désir.
Disons qu’en me connectant à la gratitude, j’ai ressenti une forme de culpabilité existentielle qui m’a renvoyé vers un désir, dont l’accomplissement est source de plaisir.
Je ne sais pas si ce que je partage là est accessible, compréhensible, mais je ne vois pas comment décrire autrement le processus intérieur qui a eu lieu.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: La gratitude

Messagepar dani » Lun 6 Mar 2017 20:48

Merci O'Rêve, c'est tout à fait compréhensible (et moi je mesure le chemin qu'il me reste à faire ... :wasntme: )
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett
dani
 
Messages: 486
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: La gratitude

Messagepar O'Rêve » Lun 16 Oct 2017 10:16

Je rajoute un petit résumé d'un article sur L'espoir et la gratitude (auteur : Alex Wood) issu du livre Hope-Le grand livre de l'espoir

La gratitude et l’espoir peuvent sembler incompatibles, étant donné que la gratitude reflète une vision positive du présent, alors que l’espoir implique des attentes positives pour l’avenir.
Pourtant, l’espoir sans gratitude peut être problématique. (ex : une personne peut ne pas aimer la vie qu’elle mène au quotidien et vivre continuellement pour un avenir qui ne se concrétisera peut-être jamais.)
A l’inverse, la gratitude sans espoir peut également poser des problèmes. Une personne peut renoncer à voir et à agir sur les maux, les souffrances qui l’entourent, si elle se complait dans ce qu’elle a maintenant et si elle n’a aucun espoir que les choses peuvent changer.

La conclusion de l’auteur : « Nous avons donc besoin à la fois de gratitude et d’espoir pour ne pisser ni sur aujourd’hui ni sur demain ».
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS



Retourner vers Psychologie et Santé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités