La gestion du bruit

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...
Répondre
Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6819
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

La gestion du bruit

Message par Zyghna » ven. 30 déc. 2011 10:55

J'ai beaucoup de mal à gérer le bruit, cela me tape très vite sur le système et m'enlève toute patience (vive les enfants par exemple). Jusqu'à mon test, je n'en avais pas réalisé pleinement la portée. Je suis ainsi quasi incapable de regarder la télé, d'écouter de la musique (je n'écoute quasiment que des trucs très doux). La radio, c'est juste pour les émissions qui m'intéressent mais il ne me faut pas d'autre bruit à côté.
Bref la psy me disait que mon attention était beaucoup trop monopolisée et que du coup je me sentais agressée (ce qui n'est pas faut). C'est particulièrement frustrant avec mes filles...

Je voulais savoir si certains d'entre vous rencontraient (ou avez rencontré) ce problème et comment vous le gériez.
(Des fois je me dis que si je devais perdre un sens, l'audition serait mon choix par excellence!)
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 12536
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: La gestion du bruit

Message par TourneLune » ven. 30 déc. 2011 11:00

Au collège ou au lycée, j'étais incapable de faire mes devoirs sans un fond musical... Peut-être parce que ça couvrait les bruits ambiants je sais pas...
"Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort". C'était une connerie. Du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use. Fragilise. Affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate.
Jean-Christophe Grangé - Le Passager

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: La gestion du bruit

Message par Cyrano » ven. 30 déc. 2011 11:19

Un gros problème avec le bruit oui.

Je peux littéralement exploser. J'ai l'impression d'être agressé en permanence, comme si tous ces bruits me rentraient dans le cerveau...comme si on m'avait enlevé un filtre ou je ne sais quoi.
Je suis incapable de lire par exemple avec une émission télé en fond sonore. Je prends toutes les informations environnantes dans la tronche, comme un poste de radio sans fréquence où toutes les émissions passeraient en même temps.

Ma seule parade quand il y a trop plein : L’isolement pour un moment...pas évident.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12803
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 40

Re: La gestion du bruit

Message par Mlle Rose » ven. 30 déc. 2011 11:38

Même sentiment d'agression quand il y a trop de bruit ou que trop de bruits se croisent. Il y a aussi des bruits spécifiques qui, même pas très forts, peuvent me rendre dingue. Surtout s'ils sont répétitifs et rythmés. Impression de trop plein, stress qui monte, etc.
Même parade que Cyrano : isolement
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6819
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La gestion du bruit

Message par Zyghna » ven. 30 déc. 2011 11:42

Oui l'isolement est difficile mais le seul remède efficace pour le moment (pour ça que j'aime la solitude d'ailleurs, pas d'agression ainsi). Ensuite j'ai remarqué que je peux faire des efforts pendant un temps, si je suis bien disposée. Mais je sais que je prends beaucoup sur moi pour tenir le choc et il faut que je sois préparée à cela (par exemple j'apprécierai moyennement un débarquement surprise de 10 personnes chez moi).

A la maison, mon mari sait quand je sature: il embarque les filles pour un moment, histoire que je sois au calme même si c'est pour un petit moment!
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Fraises

Re: La gestion du bruit

Message par Fraises » ven. 30 déc. 2011 13:26

Merci Zyghna pour ce topic :*

Ouiiiiiiiii ! Le bruit : mon angoisse !
Comme vous tous qui témoignez ici, j'ai le même problème vis-à-vis du bruit. Je me trouve dans tous vos témoignages, quasiment sans exception.

Concrètement c'est devenu un véritable handicap pour moi , car par exemple, lors d'invitations où il y a trop de monde, je sais que le bruit DES conversations m'agresse.
La musique, que j'adore, me sature au bout d'une heure d'écoute, etc.
J'ai fini par avoir des sensations de gêne physique même (sensation de pression sur les oreilles).
Avec un enfant..... qui parle du réveil au coucher, c'est dur parfois.
Des fois, ça m'arrive de mettre des boules Quiès...

Autre chose : il y a des gens qui ont des voix ou façons de parler fortes ou un rythme rapide : ça aussi fatigue mes oreilles vite...
L'isolement , oui c'est la seule solution.

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6819
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La gestion du bruit

Message par Zyghna » ven. 30 déc. 2011 13:47

Le truc que je supporte pas: la télé qui reste allumée fort quand on arrive chez quelqu'un. Déjà je trouve ça irrespectueux par principe, et en plus ça m'agresse au plus haut point: impossible de suivre une conversation.
J'espère pouvoir finir par gérer ça, car plus le temps passe plus je me rends compte que c'est difficile (le fait d'être retournée vivre à la campagne joue beaucoup dessus). Si le bruit est continu j'ai quand même un peu moins de mal (genre le bruit de la pelle mécanique ou du groupe électrogène qui tournent très souvent sur les chantiers).

J'aimerais bien que la méditation puisse m'aider en cela...
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Fraises

Re: La gestion du bruit

Message par Fraises » ven. 30 déc. 2011 14:59

Zyghna a écrit :Le truc que je supporte pas: la télé qui reste allumée fort quand on arrive chez quelqu'un. Déjà je trouve ça irrespectueux par principe, et en plus ça m'agresse au plus haut point: impossible de suivre une conversation.
C'est clair ! Et puis, ça rime à quoi de laisser un télé allumée lorsqu'on reçoit du monde !!! Comment peut-on suivre une conversation avec une télé allumée !!
Zyghna a écrit :J'espère pouvoir finir par gérer ça, car plus le temps passe plus je me rends compte que c'est difficile (le fait d'être retournée vivre à la campagne joue beaucoup dessus). Si le bruit est continu j'ai quand même un peu moins de mal (genre le bruit de la pelle mécanique ou du groupe électrogène qui tournent très souvent sur les chantiers).
Oui, moi aussi avec le temps ça devient plus dur ; je sens devenir de plus en plus sensible aux bruits. Moi qui adore les ville, je suis devenue allergique à l'agitation de la ville ; le centre-ville me devient insupportable. Quand on revient à la campagne le week-end, mes oreilles se reposent vraiment.
De toute façon, nous sommes agressés par le bruit d'une façon générale, lorsqu'on est en ville ; et je crois qu'on ne parle pas assez de la pollution sonore. J'avais lu quelques articles sur le sujet, mais ça reste peu.
Je cite un exemple banal : prendre le métro à Toulouse est devenu une galère sonore. Ils ont mis une annonce pour les stations.. sauf qu'elle le dit en occitan aussi.. Alors, la station est annoncée 4 fois..... + le bruit du métro. Il était devenu quasi impossible de s'entendre parler dans le métro !
(Pour ceux qui ne le savent pas , le métro de Toulouse c'est une miniature par rapport à Paris par exemple.. Donc le temps entre chaque station est 3 fois rien ).

C'est intéressant si la méditation pourrait aider à améliorer la résistance au bruit, mais par quel biais ? Si c'est une sensibilité physique, à part s'isoler , je ne vois pas quoi faire d'autre !

caoua
Messages : 103
Enregistré le : ven. 23 déc. 2011 14:15
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: La gestion du bruit

Message par caoua » ven. 30 déc. 2011 15:31

bonjour,

il y a pour ma part la méditation qui m'est une aide précieuse dans le sens ou je concentre mon attention sur un point la respiration par exemple) avec parallèlement une intention de rester centrer sur ce point.
Avec le temps, de la patience, par le biais de cette activité, je deviens petit à petit plus maître de mon attention afin qu'elle ne se fasse pas "voler" par des éléments extérieur et produire toutes sorte de frustrations.

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6819
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La gestion du bruit

Message par Zyghna » ven. 30 déc. 2011 17:50

Oui la méditation aide à améliorer l'attention et à prendre conscience des frustrations pour intervenir dessus directement. Bref n'être affecté que par ce que l'on choisit.
Pour le moment, j'en suis encore loin ^^
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Hermite
Messages : 358
Enregistré le : jeu. 10 nov. 2011 03:40
Profil : Intéressé dans le cadre de ma profession
Test : NON

Re: La gestion du bruit

Message par Hermite » mar. 3 janv. 2012 05:01

Tout comme Cyrano et Mlle Rose, je pratique l'isolement.

Fraises

Re: La gestion du bruit

Message par Fraises » mar. 3 janv. 2012 07:17

Dans la revue de presse de la "Tête au carré" hier sur France Inter, Mathieu Vidard a parlé du bruit urbain et le silence qui faisait manifestement la Une de La Croix ! (j'ai regardé sur internet, je trouve rien... ), mais il a parlé aussi du chercheur Henry Torgue au Laboratoire d' Ambiances architecturales et urbaines à Grenoble. J'ai trouvé cet article (il date un peu, mais bon ) :

AGIR SUR L’ENVIRONNEMENT SONORE DE LA LUTTE CONTRE LE BRUIT À LA MAÎTRISE DU CONFORT SONORE.

Il a évoqué aussi un entretien avec le philosophe David le Breton qui avait écrit un essai sur le silence.

Avatar du membre
lady space
Messages : 2076
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 55

Re: La gestion du bruit

Message par lady space » mer. 4 janv. 2012 18:46

Merci l'Hermite, tu me rassures: je pensais être la seule folle (ou complètement démodée) qui ne supporte pas la musique directement sur les oreilles. Et pourtant j'adore la musique mais en écouter c'est quelque chose d'intense qui ne supporte rien d'autre à côté. Donc pas de devoirs ni de lecture avec une musique de fond.

Quant aux bruits environnementaux, j'arrive à en faire abstraction mais ça me coûte en terme d'énergie de rester concentrée sur ce que je fais. D'où de l'agacement quand il y a trop de bruit trop longtemps.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Aspasie
Sale Gosse
Messages : 1799
Enregistré le : lun. 13 juin 2011 21:27
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: La gestion du bruit

Message par Aspasie » sam. 7 janv. 2012 22:34

Très bon topic...

Cette gestion difficile des bruits ambiants, ou parasites, n'est-ce pas une manifestation du déficit de l'inhibition latente, caractéristique du profil HP ?

Pour ma part, et comme vous, je gère difficilement le bruit, qui m'agace rapidement.
Les personnes qui agitent leurs doigts, nerveusement, en rythme sur une table ; la goutte d'eau qui tombe, à intervalles réguliers, dans l'évier ; le vrombissement quasiment incessant des moteurs en centre ville ; les chuchotements intempestifs au cinéma ou dans un amphithéâtre ; les chiens qui aboient au loin ; les mioches qui braillent à tue-tête dans le train ; la musique qui gueule dans les hauts-parleurs des magasins ; les gens qui parlent fort au téléphone dans les transports en communs ; les minettes qui font claquer leur talons en cadence sur le sol de la bibliothèque ; le tic tac d'une horloge ou d'une montre dans une pièce silencieuse... bref.

Et comme l'a dit TourneLune, j'ai trouvé cette parade que d'écouter de la musique quand je souhaite me concentrer, notamment sur mes "devoirs". Je me revois encore, en CE2, quand j'ai commencé à vraiment faire mes devoirs seule, et que j'allumais mon gros poste de radio écoutant Mozart ou Michael Jackson. Ma mère qui entrait "éteins ta musique, sinon tu n'arriveras pas à te concentrer !".
Elle ne comprenait pas.
Elle ne comprend toujours pas. Je révise mes partiels avec mon casque sur les oreilles, et ce qui apparait si contradictoire aux yeux de tous me semble pourtant d'une telle évidence. J'explique toujours que la musique me coupe du monde qui m'entoure, elle ôte tout bruit parasite qui me distrait à la moindre tentative de focalisation sur un sujet donné. A la fin, je suis dans un état de concentration tel que je n'entends même plus réellement la musique. Elle m'ôte même la notion du temps. Quel plaisir...

Les cacophonies m'oppressent, m'agressent. Vraiment, il n'en faut pas plus pour entamer mon humeur.
Combien de fois me suis-je vue, exaspérée, demander à mes interlocuteurs ou aux autres de baisser d'un ton ? "Ne crie pas, je suis juste à côté..." "S'il vous plait, pourriez-vous parler moins fort ?", d'un ton, justement, plus ou moins emporté, selon que je parviens ou non à me maitriser.

En tout cas Zyghna, je te rejoins, la méditation ou la relaxation sont certainement, sinon La, des solutions.
Et du coup je recoupe avec ce que dit Hermite, s'agissant du "juke-box" mental/cérébral. Quand je suis dans les transports, je me sens rapidement très mal, parce que les nuisances sonores se font insupportables, parce que la foule m'oppresse. Aussi, je repense aux techniques de relaxation que l'on m'a enseignées pour contrecarrer mes fortes angoisses et ma spasmophilie. J'imagine un lieu apaisant, je le visualise bien, et je place, un à un, les éléments du décor, les sons caractéristiques, les odeurs, les sensations qu'ils m'évoquent... De cette manière je parviens à me détacher de la réalité présente, et à étouffer en quelque sorte mon angoisse naissante.

Avatar du membre
Zyghna
Messages : 6819
Enregistré le : lun. 27 juin 2011 21:28
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: La gestion du bruit

Message par Zyghna » sam. 7 janv. 2012 23:58

Tiens ça me fait penser que dans les moments d'intense concentration (révisions ou alors bouquin très prenant), je suis par contre capable de faire la bulle autour de moi: je n'entends plus rien du tout.
Mais malheureusement ces moments d'attention aiguë sont très rares et m'ont valu quelques déboires à l'école primaire (et quelques loupages de stations de train ou RER...).

Par contre en parler m'a fait du bien: j'ai enfin mis un mot sur mon énervement régulier. Peut-être aussi le premier pas pour le gérer?
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown

Fraises

Re: La gestion du bruit

Message par Fraises » dim. 8 janv. 2012 09:13

Zyghna a écrit :Tiens ça me fait penser que dans les moments d'intense concentration (révisions ou alors bouquin très prenant), je suis par contre capable de faire la bulle autour de moi: je n'entends plus rien du tout.
Mais malheureusement ces moments d'attention aiguë sont très rares et m'ont valu quelques déboires à l'école primaire (et quelques loupages de stations de train ou RER...).
Pareil. Cela peut m'arriver aussi. L'exemple du métro est flagrant ; je n'entends plus rien parfois, plongée dans un livre très prenant. Je pense que c'est une piste importante à étudier afin de voir par quel mécanisme le cerveau arrive à déconnecter le bruit ambiant !
Faire la bulle autour de soi dans ces-là est très reposant.

marco
Messages : 117
Enregistré le : dim. 28 août 2011 11:04
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Région parisienne
Âge : 47
Contact :

Re: La gestion du bruit

Message par marco » dim. 8 janv. 2012 09:33

Aspasie a écrit :Très bon topic...
Je plussoie !
Aspasie a écrit : Cette gestion difficile des bruits ambiants, ou parasites, n'est-ce pas une manifestation du déficit de l'inhibition latente, caractéristique du profil HP ?
J'ai profité de l'occasion, de ce qu'on évoque de ce sujet, pour aller faire un tour sur Wikipedia afin d'en apprendre un peu plus sur le sujet de l'inhibition latente. C'est brouillon et peu précis. Je me disais que j'étais crevé mais je vois que d'après Wikipedia cette fiche va devoir être recyclée et clarifiée, je n'avais pas lu l'avertissement :)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Inhibition_latente
Aspasie a écrit : Pour ma part, et comme vous, je gère difficilement le bruit, qui m'agace rapidement.

(...)

Et comme l'a dit TourneLune, j'ai trouvé cette parade que d'écouter de la musique quand je souhaite me concentrer, notamment sur mes "devoirs".
Bon je me sens moins seul. Et surtout moins con. Parfois je me trouve intransigeant à m'énerver à cause du bruit.
Mais typiquement quand j'ai mes deux loustics dans les parages (de grands bavards tous les deux) il y a des moments où je finis par saturer. Trop d'informations, de paroles, de bruits. Quand ils me bombardent de "t'as vu j'ai fait ça avec le playmobil" et de "hier à l'école on a joué à (...)" j'ai souvent eu l'impression qu'on découpait mon cerveau en petites tranches. Et là ça peut être délicat à gérer avec les proches sans les blesser ou passer pour un gros ronchon qui ne supporte rien.

Depuis que je suis ado, les écouteurs et la musique me servent à me barricader. Contrairement à d'autres ici je supporte très bien la musique aux écouteurs, mais il y a deux faces à cette médaille là aussi : ça me permet de me barricader, mais ça monopolise aussi parfois en partie mon cerveau, ou en tout cas ça m'empêche généralement de pouvoir me concentrer sur certaines choses. Je n'avais jamais cherché à le formaliser mais je crois que ce qui marche moins bien c'est la réflexion autour des mots. Je peux résoudre des problèmes techniques complexes, écrire des lignes de code, faire de la photo, etc., mais j'ai plus de mal à écrire un texte avec de la musique sur les oreilles.

Au bureau je mets souvent des casques pour me barricader du bruit de l'open space, pour m'isoler, dans les transports aussi parceque je suis pratiquement incapable de lire si il y a autour de mois des conversations. Et comme ces conversations sont souvent d'un ennuis considérable c'est d'autant plus agaçant.

Quand je disais plus haut que la musique dans les oreilles à aussi tendance à monopoliser des ressources, c'est aussi quelque chose que j'utilise parfois, et je ne l'ai réalisé qu'il y a quelques jours : il y a des moments où j'ai besoin d'assommer mon cerveau, quand il est lancé et qu'il saute d'un truc à un autre en analysant, rebondissant, et que je voudrais juste être tranquille. La musique peut alors jouer le rôle d'anesthésiant.

Jusqu'à très récemment je n'avais pas été capable de mettre tous ces mots là-dessus. Quand j'ai entendu parler pour la première fois de déficit de l'inhibition latente, sans doute dans le bouquin de JSF, ça a fait tilt.

Fraises

Re: La gestion du bruit

Message par Fraises » dim. 8 janv. 2012 09:52

marco a écrit : Quand je disais plus haut que la musique dans les oreilles à aussi tendance à monopoliser des ressources, c'est aussi quelque chose que j'utilise parfois, et je ne l'ai réalisé qu'il y a quelques jours : il y a des moments où j'ai besoin d'assommer mon cerveau, quand il est lancé et qu'il saute d'un truc à un autre en analysant, rebondissant, et que je voudrais juste être tranquille. La musique peut alors jouer le rôle d'anesthésiant.
Salut Marco,

Très intéressant ce que tu dis à propos de la musique et son rôle anesthésiant !
Je vis les mêmes sensations que toi vis-à-vis de la musique. Je n'aurais pas employé le mot "anesthésiant" , mais plutôt "calmant" (presque dans le sens médical du terme, comme quand on parle d'un médicament calmant).
Mais à part ce côté calmant, la musique joue un rôle de stimulant cérébral pour moi, quand je ne fais que l'écouter avec attention et immersion totale ; je rentre dans les sons d'une façon impressionnante ; il y a une espèce de fusion, d'interpénétration, je ne sais pas, et je me sens plus énergique , les idées plus claires, comme si une bonne dose de vitamines m'avait été administrée !!!

Je pense que ça mérite un topic à part entière. Je vais y réfléchir.

marco
Messages : 117
Enregistré le : dim. 28 août 2011 11:04
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Région parisienne
Âge : 47
Contact :

Re: La gestion du bruit

Message par marco » dim. 8 janv. 2012 10:12

Mûres a écrit : Très intéressant ce que tu dis à propos de la musique et son rôle anesthésiant !
Je vis les mêmes sensations que toi vis-à-vis de la musique. Je n'aurais pas employé le mot "anesthésiant" , mais plutôt "calmant" (presque dans le sens médical du terme, comme quand on parle d'un médicament calmant).
C'est effectivement beaucoup plus près de ce que tu décris. Mais j'ai gardé le terme d'anesthésiant parcequ'il m'est arrivé quelques fois récemment d'avoir vraiment envie de faire fermer sa g***le à mon cerveau qui ne me laissait pas en paix. Je voulais vraiment l'assommer :) Donc j'ai utilisé sciemment la musique comme un forme de "contre mesures". J'ai saturé mon cerveau (il a bien fallu que je sois volontaire, sinon le simple fait d'avoir de la musique ne me sature pas) pour avoir la paix.

Avatar du membre
lausoda
Messages : 37
Enregistré le : jeu. 29 déc. 2011 20:10
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: La gestion du bruit

Message par lausoda » sam. 14 janv. 2012 19:04

Je suis exactement comme marco et je me reconnais dans ce qu'il décrit.

Le problème est que cette gestion de bruit devient très exaspérante. Par exemple, mes voisins du dessous ont un enfant de 2 ans qui fait des caprices et joue bruyamment le week-end et le soir. Ce n'est pas très fort (résidence bien isolée) mais suffisamment pour me gêner. Sauf que je ne peux pas empêcher un enfant de cet age de faire sa vie et les parents sont impuissants. De mon côté, le meilleur remède c'est la musique à fond avec un casque quand je veux m'évader et profiter à fond des moments où ils sont absents pour "recharger les batteries". Je n'arrive pas à filtrer les bruits, tout me parvient et est traité. Je peux suivre plusieurs conversations à la fois sans le vouloir. C'est vraiment fatigant. Des fois j'aimerais vraiment être sourd.

Avatar du membre
Andamylis
Messages : 69
Enregistré le : ven. 2 déc. 2011 10:32
Test : NON
Âge : 44

Re: La gestion du bruit

Message par Andamylis » sam. 4 févr. 2012 21:04

A l'inverse, j'utilise le bruit pour me maintenir en etat d'éveil lorsque je rentre du boulot. J'y subis des décalages horaires fréquents et des nuits blanches regulierement du fait de mes déplacements constants.
Sur le trajet du retour, en voiture, pendant l'heure et demie, je mets de la musique ou de la radio plutot violente afin de me garder dans un état proche de l'agressivité. ça me maintient révéillé si le simple fait d'avoir la fenetre ouverte ne suffit pas/plus.
Quand j'arrive devant la maison et que je coupe le contact de la voiture, le silence soudain est brutal et le corps y répond instantanément. Cette fatigue soudaine est lourde a porter(lever ses fesses de la voiture et faire les 10m restant par exemple :lol: ) et agréable a la fois car je peux enfin me détendre totalement dans le calme de notre maison.
Nous sommes a la campagne, au fond d'une impasse et pas de lignes de trains, d'autoroutes ou de couloirs aériens. On ne l'a pas choisie au hasard cette maison :wink:

Tout ça pour dire que si le bruit agresse bel et bien, je l'utilise comme aiguillon contre la fatigue et la somnolence au volant. N'aimant pas le café et évitant de me shooter au redbul... Je n'ai que ça ou dormir sur une aire d'autoroute. Ceci dit, la conduite en région Parisienne est suffisante pour m'empecher de dormir, mais une fois sortit de celle ci le bruit prend le relais.

Avatar du membre
Sôsuke (惣右介)
Messages : 671
Enregistré le : sam. 28 janv. 2012 11:02
Présentation :
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: La gestion du bruit

Message par Sôsuke (惣右介) » dim. 5 févr. 2012 00:09

Moi dans les restos ou bar j'écoute parfois les conversations sur les tables voisines quand je discute avec des amis.

Quand il y a un blanc dans la discussion, je ressors les trucs drôles entendus sur les autres tables... C'est parfois très distrayant XD
"Ego sum qui sum."

Avatar du membre
Kamak
Sans Filtre
Messages : 537
Enregistré le : mar. 6 déc. 2011 23:00
Présentation : où ça ?
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 44

Re: La gestion du bruit

Message par Kamak » dim. 5 févr. 2012 16:11

"T'exagères, tu ne supportes jamais le bruit".
Longtemps j'ai culpabilisé, pris sur moi, serré les dents. Bon, je devais avoir l'ouïe un peu fine.
Bon, je devais être un peu (trop) chiante. Bon, je vais prendre (encore) sur moi.
Et puis merde. Merci forum, encore, de m'avoir permis de comprendre, et de pouvoir désormais affirmer...
Oui, je ne supporte pas le bruit.
Non, j'arrive pas bien à le gérer.
Le bruit m'agresse. Littéralement.
A coup de masse.
A dents de scie,
A la perceuse,
A la foreuse,
Ou à l'aiguille, perfidemment
Ca vrille, ça vrombit, ça me perce et me fracasse.
Alors maintenant, parfois, quand ça devient trop intolérable, je me casse.
A la sauvage. Pour maintenir mon intégrité physique :mrgreen:

Avatar du membre
l'elfe
Messages : 75
Enregistré le : jeu. 26 janv. 2012 21:48
Test : NON
Âge : 43

Re: La gestion du bruit

Message par l'elfe » dim. 5 févr. 2012 16:36

Je me retrouve dans nombre de vos réflexions.

Vous voulez un apperçu de ce que je suis en train de subir: je bosse dans ma chambre à l'étage (une pièce directement ouverte sur la trémie d'escalier. En bas un "poulailler" ma mère, mes 3 tantes et mes 2 moustiques) (c'est pas méchament que je dis ça mais elles ont toutes des voix qui portent vachement et elles parlent toutes en même temps, se coupent la parole, ... je ne supporte pas!) qui jouent oralement au "petit bac". Donc chacun annonce, en hurlant (on se dmande pourquoi?!) et en rigolant sa trouvaille. Au bureau d'à côté: mon homme qui s'est mis le casque et la musique sur la tête pour avoir la paix. Et moi, qui essaie de finir un devis pour un client avec le poulailler, Lynda Lemay loin dans le casque et cerise sur le gâteau: les grincements de la chaise de bureau de mon homme!

Je viens juste de finir le devis on va gouter, et après je me mettrai peut-être aussi un casque et de la musique pour échapper à tout ça :1cache:

Avatar du membre
altima
Messages : 850
Enregistré le : mer. 18 mai 2011 14:42
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... -t410.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39
Contact :

Re: La gestion du bruit

Message par altima » dim. 5 févr. 2012 16:57

Je suis devenue intolérante au bruit, je pense que c'est du fait que je bosse avec des gamins.
J'ai des voisins au-dessus qui régulièrement pour ne pas dire quotidiennement laissent tomber des objets. Ca m'horripile, autant le bruit que de ne pas savoir ce que c'est! :coleredefeu:
Je supporte pas le bruit des talons dans le couloir de l'immeuble, les portes qui claquent, les gosses qui jouent dans la rue...je me dis que plutôt que d'être une vieille rabat-joie j'ai trouvé l'excuse d'une hypersensibilité auditive liée à la douance. :nesaitpas:

A côté de ça j'écoute beaucoup de musique mais jamais très fort, idem pour la télé.
Le soir quand je rentre du boulot je mets la radio à un volume tout juste perceptible afin de me reposer les oreilles.
J'ai horreur des conversations dans les bars ou les endroits bruyants car je suis incapable d'entendre les gens correctement.
A côté de ça je sais que j'ai pourtant l'ouïe plutôt fine car maintes fois j'ai pu entendre ce que disaient à voix basse des gens éloignés de moi, je veux dire des trucs que j'étais pas censée entendre notamment, des trucs sur moi. Avant j'avais tendance à penser que c'était de la parano de ma part mais j'ai plusieurs fois eu la preuve que je me trompais pas. Ca peut sembler pratique mais quand on entend ce qui se dit sur soi-même, ça fait parfois mal.

Ce qui m'inquiète c'est que ça ne s'arrange pas, au point que je me demande souvent si mon audition ne s'est pas dégradée.

Répondre