Nous sommes le Lun 20 Nov 2017 01:19


Le faux-self

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

Re: Le faux-self

Messagepar sandrinef » Mar 20 Mai 2014 08:23

Merci Kayeza, pour le partage de ton expérience.
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain
Avatar de l’utilisateur
sandrinef
 
Messages: 1825
Images: 39
Âge: 40
Enregistré le: Jeu 15 Nov 2012 12:11
Localisation: Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Tab » Mar 20 Mai 2014 11:12

Kayeza a écrit:Si ce gros pavé perso a pu servir à quelqu'un, je suis soulagée... J'avais déjà un peu peur de m'être trop étalée...


Moi qui n'aime pas lire les gros pavés sur écran (j'abandonne car le texte se transforme vite en petites lettres qui se mélangent en me tirant la langue pour me narguer... :lol: ), ton récit a capté mon attention !

Alors je te dis :clap: et merci.

Je me reconnais parfaitement dans ton témoignage. Je ne sais pas qui je suis finalement. Surtout en ce moment où j'ai l'impression que la vraie moi est en train de forcer le verrou... :cheers2:
Avatar de l’utilisateur
Tab
 
Messages: 288
Âge: 39
Enregistré le: Lun 10 Fév 2014 11:40
Localisation: Au pays de la charentaise !
Présentation: par là !
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Cyrielle » Mar 20 Mai 2014 12:57

En effet Kayesa, merci : ton expérience m'amène plein de questions !

Cette notion de faux-self est un peu floue pour moi, puisqu'il me semble que, par définition, on devrait être incapable d'identifier ce qu'est notre faux-self, sans un travail sur soi.

D'un autre côté, j'ai du mal à faire la différence entre ce faux-self "imposé par notre milieu" (cf. Winnicott et les relations à la mère) et une difficulté que nous aurions à être ce que nous voulons vraiment. En fait, il me semble que nous pouvons être les premiers constructeurs de notre faux-self. Je préfère la notion plus classique de "surmoi" qui me parle davantage.

Kayesa, je suis actuellement dans le même ressenti que toi par rapport à ma solitude... sauf qu'à te lire je réalise justement que je n'arrive pas à démêler si ma nature (mon "vrai-self") est d'être solitaire ou sociable !
Ce ne serait pas très important si je n'avais de réelles difficultés à aller au-delà de "relations sociales" avec les gens : j'ai besoin de savoir si ces blocages sont dus à une vraie nature de solitaire, ou à un rôle d'associaBle que mon entourage m'a vrillé dans la tête depuis toujours.
Je dirais que j'étais vraiment la petite fille sage... par contre je ne suis pas certaine d'être vraiment le "vautour qui regarde le monde de loin, perché à l'écart sur son piquet" (description de moi qu'on m'a faite un jour :triste11: )... mais je n'exclue pas une vérité entre les deux, qu'il me reste à découvrir.

Quant aux "masques" : j'adore les masques, j'en ai un bon paquet sur mes murs... et j'en porte volontiers (au sens figuré) chaque jour. [mode parano ON]J'aime aussi entrevoir la vraie personnalité des gens derrière les masques qu'ils portent, forcément, tous et tout le temps [/] .
Y'a trop de monde sur les gradins... Le spectacle du monde nous appartient !
Avatar de l’utilisateur
Cyrielle
 
Messages: 1009
Âge: 45
Enregistré le: Mar 24 Sep 2013 19:07
Localisation: Sud-Ouest, entre autres
Présentation: En construction...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Maitresse Rita » Mar 20 Mai 2014 14:32

Cyrielle a écrit:Je préfère la notion plus classique de "surmoi" qui me parle davantage.


Excuse moi, tu veux bien préciser ce que tu entends par surmoi et le rapport avec la problématique du faux self, parce que je ne comprends pas ? Merci. :-)
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 709
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Provence
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar shinoune » Mar 20 Mai 2014 16:53

Tu dois te méprendre sur l'une ou l'autre notion parceque le faux-self et le surmoi ne sont pas des instances semblables.
Comme Rita, ça m'intéresse que tu nous en dises plus sur ta manière de les lier pour préférer l'un à l'autre.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant.
René Char
Avatar de l’utilisateur
shinoune
 
Messages: 1011
Images: 0
Âge: 65
Enregistré le: Mer 17 Oct 2012 17:14
Localisation: Au bout du lac
Présentation: Par ici, par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Kayeza » Mar 20 Mai 2014 17:19

Cyrielle a écrit:à te lire je réalise justement que je n'arrive pas à démêler si ma nature (mon "vrai-self") est d'être solitaire ou sociable !

1) Je ne sais pas si nous avons "une véritable nature". J'en suis plutôt venue à penser que "ce que je suis" est un ensemble de tendances assez générales mais non clairement définies et surtout variables, dont l'expression peut changer tous les jours, toutes les heures même...
2) Concernant cette question de solitude, j'en suis venue à me dire que je n'étais pas QUE solitaire, mais pas QUE sociable non plus. Même quand je suis entourée de gens avec qui je suis vraiment bien (par exemple, en IRL AS :* ), j'éprouve le besoin de me retrouver seule, plus ou moins longtemps. Soit pendant, soit après. Et je ne m'en formalise pas plus que ça. C'est un besoin, sur le moment, et puis voilà. Donc je dirais que ma nature, si on veut, c'est d'être tantôt solitaire, tantôt sociable. :P
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4690
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Cyrielle » Mar 20 Mai 2014 20:14

Hum...
Eh bien je crois me souvenir que le surmoi est l'intégration que nous faisons du "Bien", des règles, de ce que nous devons être, pour nous construire.

Et ce que je crois comprendre du faux-self (comme je l'ai écrit c'est pour moi un peu flou), c'est que, pour faire face aux exigences de notre environnement, nous nous construisons avec une identité qui n'est pas celle que nous aurions eu sans ces contraintes.

Du coup, je ne vois pas bien la différence entre le surmoi (qui est lui aussi la conséquence de la bienséance sociale, en quelque sorte), et le faux-self qui est pareil, mais sans être vraiment nous... (attention : résumé foireux de ce que j'ai écrit juste au-dessus).

Cet étage supplémentaire au millefeuille de la personnalité est trop compliqué pour moi :$ !
Du coup, si vous pouvez m'éclairer, je suis preneuse...

@Kayeza : merci de ta réponse, tu as bien de la chance d'avoir les idées claires sur ce point !
Y'a trop de monde sur les gradins... Le spectacle du monde nous appartient !
Avatar de l’utilisateur
Cyrielle
 
Messages: 1009
Âge: 45
Enregistré le: Mar 24 Sep 2013 19:07
Localisation: Sud-Ouest, entre autres
Présentation: En construction...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Kayeza » Mar 20 Mai 2014 20:26

Cyrielle a écrit:@Kayeza : merci de ta réponse, tu as bien de la chance d'avoir les idées claires sur ce point !

Euh, certes, mais bon, il y a les idées d'un côté et la réalité de l'autre, parfois. Quand tout va bien, les idées sont claires, mais quand je me sens vraiment décidément trop seule, les plus belles idées sont balayées et c'est juste le noir. Quelqu'un de ma connaissance dirait sans doute que ces idées ne sont pas encore "intégrées". :wait:

Sinon, je ne suis pas spécialiste en notions de psychomachin, mais il me semble que le faux self, c'est un mécanisme très profond dans la construction même de notre personnalité, qui peut avoir pour résultat, par exemple, que l'on renie ses émotions et ses besoins parce qu'on a reçu le signal qu'ils n'étaient pas acceptables. Ça donne des gens coupés de leurs émotions, par exemple, ou, à l'extrême, tout un tas de névroses. Alors que le surmoi pourrait n'être "que" l'intégration de notions de morale de base sur le bien et le mal, en gros.
Mais bon, aussi bien, je suis complètement à côté de la plaque... :x
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4690
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Chocolat » Mer 21 Mai 2014 10:07

Merci Kayeza d'avoir partagé un bout de ton vécu... Je m'y reconnais beaucoup aussi !
J'ai lu "le drame de l'enfant doué" l'année passée et je me souviens qu'il m'avait marquée assez fortement. Mais dans l'idéal il faudrait que je le relise parce qu'il me semble que je suis passée à côté de beaucoup d'aspects et que j'ai lu plein d'autres choses entre temps, du coup j'ai eu le temps d'oublier...
Ils ont dit : Tu es devenu fou à cause de Celui que tu aimes."
J'ai dit: "La saveur de la vie n'est que pour les fous."
Yâfi'î, Raoudh al rayâhîn
Avatar de l’utilisateur
Chocolat
 
Messages: 108
Âge: 30
Enregistré le: Mar 8 Jan 2013 12:22
Présentation: topic3121.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Kayeza » Mer 21 Mai 2014 12:54

Offtopic :
Sinon, il y a les autres livres d'Alice Miller qui abordent des questions similaires mais un peu différentes aussi. Je dis ça au cas où tu n'aurais pas trop envie de relire un livre que tu as déjà lu mais envie quand même de te replonger dans le sujet. J'ai l'impression qu'elle arrive bien à distinguer les sujets sur lesquels elle écrit, ce n'est pas comme si elle réécrivait à chaque fois le même bouquin, en disant la même chose, mais juste en changeant le titre...
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4690
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Chocolat » Mer 21 Mai 2014 17:08

Offtopic :
Oui, merci pour la précision. Y a aussi "c'est pour ton bien" qui m'intéresse pas mal... Mais vu que j'ai lu "le drame..." un peu trop rapidement, ce serait quand même bien que je le relise..
Ils ont dit : Tu es devenu fou à cause de Celui que tu aimes."
J'ai dit: "La saveur de la vie n'est que pour les fous."
Yâfi'î, Raoudh al rayâhîn
Avatar de l’utilisateur
Chocolat
 
Messages: 108
Âge: 30
Enregistré le: Mar 8 Jan 2013 12:22
Présentation: topic3121.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar utilisateur26 » Mer 28 Mai 2014 01:26

Ce qu'a (tu) écrit Maitresse Rita le 2 sept m'a beaucoup parlé: ennui perpétuel (je dirais même des micro-ennuis, probablement due au HQI, qui fait qu'une nouvelle information est assimilée presque immédiatement, et on retombe directement dans l'ennui: mes cours de facs sont des heures de successions de micro-ennuis), hyper contrôle de l'image de soi (sans savoir toujours bien le faire), masque permanent, peu d'autorisations, vitre ! Oh oui la vitre...

Désolé pour la longueur ou le manque d'intérêt de mon message (un de mes premiers)

De mon expérience, de l'idée reçue au terme même de "faux-soi" (vive le français), et des posts de ce sujet, j'aimerais proposer aussi ma petite contribution.

La première chose, me semble-t-il, c'est la complexité du phénomène. Il n'y a pas 1 faux-soi contre un vrai-soi. Il y a une légion de faux-soi qui, faisant tous bloc contre soi, paraissent 1. Tout simplement parce que c'est notre ennemi, l'ennemi.
Le faux-soi, comme déjà dit, ne relève ni de la seule politesse, ni de la seule conformité sociale. Je dirais même qu'en un certain sens il ne relève pas seulement de la fausse personnalité. D'expérience, je dirais qu'en me levant le matin - et en poussant le ressenti au bout - l'objectif, l'exigence, l'impératif que je reçois c'est: survivre. Avant toute mise en danger, ou rencontre des autres. Les autres ne viennent causer le faux-soi que lorsqu'il prend forme, c'est-à-dire lorsqu'une réponse doit être fournie à une demande. De même, la réponse et la demande ne s'épuisent en rien dans un simple échange verbal, un échange de mots, ou d'opinions. Je pense que le corps, la stature du corps, voire la géographie du lieu, est en jeu dans le faux-soi parce qu'elle se lie essentiellement à la manière dont la pensée, lorsqu'elle pense, cartographie.
Je pense aussi que le faux-soi n'est pas en soi réflexif au sens où il gouverne les sensations (réputées non réflexives). Il ne me semble pas réflexif, également parce qu'il procède d'un oubli de soi (en tout cas pour moi) qui ne se découvre que lorsqu'on le perd, ou s'en détache momentanément: et là il y a prise de conscience d'un état antérieur presque déconnecté. C'est pour cela aussi que s'il est lié à la solitude (d'être), il clive plus profondément dans la conscience même. Jusqu'à certains niveaux de conscience, je pense qu'on peut vivre sans se rendre compte explicitement d'avoir un faux-soi, ce qui démontre ipso facto que ce n'est ni simplement réflexif, ni même un simple jeu d'acteur. Le premier berné, c'est le soi, et selon les niveaux de faux-soi et la complexité de sa structure, il passe avant (ce qui est impossible évidemment, mais il passe avant au sens où il force le passage pour prendre la place de) la sensation, l'expérience, le rapport aux autres.
Le faux-soi, c'est avant tout la sensation de recevoir une injonction - diffuse mais tranchante - qui commande une manière d'être. En m'avançant, je dirais que c'est presque physique, et qu'il y a donc des conséquences physiques - et qu'on pourrait constater un faux-soi en examinant seulement le corps et le visage. Tout ceci ne veut pas dire que le faux-soi est nécessairement violent et agité, mais qu'il est d'abord un sur-plus par rapport au soi qui coupe toute "autorisation" par une médiation.

La seconde chose qu'il m'apparait en ayant lu quelques sujets du forum, et je serais peut être moins suivi ou compris sur ce point, c'est que la délivrance du faux-soi me parait relever d'une thématique de la découverte de soi, de la révélation de soi - pour ne pas parler de résurrection. S'il semble rare, mais pas impossible, de se débarrasser du faux-soi, de ne plus l'envisager par soi-même, l'idée même d'une gestion ou d'un travail sur soi, d'une capacité à laisser-passer les émotions me semble lier à quelque chose de "spirituel" au sens large du terme. C'est une forme d'exorcisme: faire sortir le fantôme de la machine. Tout simplement parce que le faux-soi n'est pas départ de soi, mais départ des autres, voire de l'autre côté en général pour aller ensuite vers soi. C'est pour cela qu'il y a aliénation : il y a devenir-autre - pas seulement au sens de devenir-quelqu'un-d'autre, mais avant tout devenir-autrement-quelqu'un.
Le vertige que certaines personnes ont décrit ici à la découverte du statut de HQI, ou de la réflexion sur le faux-soi, me semble lier à la découverte des possibilités presque infinies d'une remise en cause de l'enracinement du faux-soi au même niveau que le soi: bref, qu'on est chez soi en terre vierge, que l'on a tout à découvrir de-soi-et-du-monde.

De mon expérience (et de ce que j'ai lu ici), je dirais qu'il y a multiplicité de niveaux, de profondeur, de remèdes et que dans une large mesure isoler 1 faux-soi n'a pas de sens, mais qu'aussi n'isoler que le faux-soi hors de tout autre trouble est difficile, voire impossible, car c'est de cette manière qu'il prend sa forme précise. Donc on ne peut pas rejeter certaines "propositions" de faux-soi sans cette distinction entre le faux-soi en général et sa "réalisation" concrète et personnelle.
En pastichant quelqu'un je dirai: "au réveil l'expérience comme ceci: survive… comme passager clandestin… dans le monde."
utilisateur26
 

Re: Le faux-self

Messagepar not careful » Ven 13 Juin 2014 13:36

Rien a ajouter , jadoooooore cette intervention !!!! :clap: :clap: :clap: :clap:



Mlle Rose a écrit:Non mais si Winnicott le dit c'est sûrement que ça doit être vrai.... Oô.

De manière générale, se référer à des "idoles" c'est bien joli mais il ne faut pas oublier de garder son esprit critique non plus.

Tout ceci a culpabilisé des générations de mères pour rien. L'enfant doit aussi apprendre la frustration, c'est ainsi qu'il peut se socialiser normalement, dans l'abandon de sa toute-puissance. C'est juste du bon sens et il n'y a pas besoin de se référer à des "auteurs" pour ça. Si l'on s'amuse à chercher, je pense que l'on peut trouver au moins 4 ou 5 théories contradictoires. Mais c'est juste nul et cela ne sert à rien. Nous serions dans le débat d'auteurs, ce qui n'est ni l'objet de ce fil, ni l'esprit du coin. Chacun de nous a un cerveau dont il peut se servir.

Comment abandonner sa toute-puissance si l'on a pour mère une esclave permanente, indifférenciée de son enfant et de ses besoins, inapte à être également femme et individu ?

(A partir de quand une mère devient-elle "suffisamment bonne" ?
Quelle mère est capable au début de décrypter exactement ce que veut son bébé ?
Quelle mère serait-elle si elle cède sur le champ à toutes les demandes de son enfant ?)

Le faux-self est-il nécessairement lié à la mère (comme toutes les théories psychanalytiques grosso merdo, c'est de toutes manières toujours la faute de la mère hein... "bouh vilaine mère... viens vite sur mon divan te faire expliquer la vie, ce sera 500 francs") ? Et si c'était le père, ou le chien du voisin ?

Bref, là on s'en fout, ce n'est pas l'objet du topic. Au lieu de rester enfermés dans les termes et sur leur origine, on peut peut-être aller plus loin non ? Winnicott a inventé le concept, le mot, oui, certes. Et maintenant est-ce vraiment de cela dont nous étions en train de parler dans ce sujet ?

Il me semble, si l'on reste pragmatiques, que pour chaque personne, le faux-self se construit de manière originale. Parfois il devient envahissant, trompeur, parfois il est entretenu sciemment. Et parfois il n'existe pas.
L'important n'est-il pas (au lieu de se recopier des blablas d'auteurs) de :
- se demander dans quelle configuration nous sommes (faux-self non explicité, vrai-self, masque conscient, simple adéquation avec les principes sociaux de base ?)
- se demander si cela nous ennuie et si nous avons envie/besoin d'y remédier
- se demander ensuite comment être soi-même si c'est ce que l'on désire tout en respectant la société dans laquelle on vit et l'Autre.
?

Bonjour
Bien que très nouvelle dans cet espace, j'ai pris le temps de tout lire , je n'ai bien sur pas tout compris , donc si çe qui suit est une bêtise corrigez moi comme a l'accoutumée :wait: ( faux self ohhhh :lol: )

Voilà,La peur de ne pas être suffisamment aimé pour ce que nous sommes vraiment est a l'origine du développement du faux self , pour s'en défaire il faut être plus ouvert aux autres sans rien attendre de leur part car il n'existe pas et n'existera jamais d'amour inconditionnel et sain a la fois entre deux adultes , l'amour inconditionnel n'est nécessaire qu'à l'enfant ...
Donc en supposant que beaucoup de gens ont des faux self , et que nous avec le notre on essaie d'outre passer cela au prix d'un abandon salutaire du narcissisme pour ne plus être blessé, comment savoir que nous ne sommes pas en face d'un narcissique manipulateur :devil: carencé et le différencier d'un faux self ??

Le truc paradoxal c'est que ce faux self censé nous protéger , nous envoie droit entre les griffes des manipulateurs, donc cercle vicieux : culpabilité, re - faux self , rebelotte ...

J'ai l'impression que je me perds la , donc je vais arrêter , car je culpabilise déjà d'être aussi brouillon :x

Merci :*
not careful
 
Messages: 33
Enregistré le: Ven 30 Mai 2014 13:15
Présentation: presentations/bonjour-t5079.htm
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le faux-self

Messagepar Zyghna » Sam 14 Juin 2014 13:58

Je ne vois pas le rapport entre le faux self et le narcissique manipulateur, je pense que tu mélanges un peu les concepts. De même, je ne vois pas où tu es allé pêcher l'idée selon laquelle l'amour inconditionnel serait réservé aux enfants et impossible chez les adultes.
Bref, c'est un joli gloubi boulga que tu nous fais là ;)

Prends le temps de relire les différentes interventions et de revenir aux définitions des différents concepts, cela devrait t'aider à éclaircir tout cela.
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar not careful » Sam 14 Juin 2014 21:50

Zyghna a écrit:Je ne vois pas le rapport entre le faux self et le narcissique manipulateur, je pense que tu mélanges un peu les concepts. De même, je ne vois pas où tu es allé pêcher l'idée selon laquelle l'amour inconditionnel serait réservé aux enfants et impossible chez les adultes.
Bref, c'est un joli gloubi boulga que tu nous fais là ;)

Prends le temps de relire les différentes interventions et de revenir aux définitions des différents concepts, cela devrait t'aider à éclaircir tout cela.



1- justement je suis pas aussi idiote que j'en ai l'air :D et j'imagine bien qu'il n'y a aucun rapport , mais la ou ça bloque pour moi , c'est de déceler la différence en pratique ... Et j'aurai voulu avoir une réponse pour dormir moins bête ce soir :$

2- je ne parle pas d'amour scincere , mais inconditionnel au sens psy du terme .. Et je ne sors pas ça de mon petit cerveau de normo douée , mais bien de une lecture que j'ai déjà fait sur le net extraite du livre de Alice Miller car je n'ai pas le livre , je vous laisse le lien sans m'étaler plus que ça , pour éviter que mes propos ne soient "déformés " (voir paragraphe consacré a l'auteur , cette notion je l'ai pêché vers la fin)

http://taloches.blogspot.com

3- si si j'ai pris le temps de tout lire , même si ça ne se voit pas :P

Et je termine en vous remerciant très scincerement de prendre en considération mon post, ça m'aide vraiment :hai:
not careful
 
Messages: 33
Enregistré le: Ven 30 Mai 2014 13:15
Présentation: presentations/bonjour-t5079.htm
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le faux-self

Messagepar Ariel » Ven 4 Juil 2014 15:11

6 pages de 25 messages chacune... j'avoue, j'ai lu tout ça en diagonale. J'espère donc ne pas trop répéter ce qui a peut-être déjà été dit et qui aurait échappé à ma lecture oblique.

La notion du faux-self est apparemment toujours ressentie comme un dispositif d'auto-défense d'abord, puis d'intégration au monde ensuite. En somme, le faux-self serait notre personnage public et le vrai-self notre personnage privé (voire intime). Or il se trouve que tout un chacun, doué ou non, se construit un personnage public et dissimule son personnage privé. C'est tout naturel.

Le vrai problème n'est donc pas de s'élaborer un faux-self, ce qui est très commun, mais de ne pas lui laisser trop de place. De ne pas le laisser empiéter sur notre vie privée. De ne pas en faire un personnage réel qui pourrait supplanter le vrai-self.

C'est plus une question de sensibilité que de douance. La personne douée est souvent hypersensible et vit donc sa relation à l'autre (aux autres) sous l'influence de ses capteurs sensoriels et émotionnels exacerbés. Elle sait que son hypersensibilité l'expose et la rend vulnérable. Elle sait qu'en cas d'atteinte, elle sera tourmentée. Elle donne donc à son personnage public, non pas le rôle qui devrait être le sien (celui du masque courtois et conforme aux attentes sociales), mais celui du protecteur fort, insensible et imbattable qui anticipera les attaques et les réduira à néant. On échangerait volontiers son être fragile et incertain contre ce héros invincible si l'on était sûr de ne pas y perdre son âme.

Avez-vous vu TERMINATOR ? Ce célèbre film d'action américain hyper commercial mais plutôt bien foutu. Oui, vous l'avez vu, bien sûr, et beaucoup d'entre vous l'ont aimé. Il raconte l'histoire d'une machine invincible qui protège Sarah Connor contre les instances d'un futur effrayant. Pour Sarah, le danger est partout. Elle ne peut avoir confiance en personne et elle serait déclarée folle si elle disait sa vérité. (Tiens ! Ça ne vous rappelle rien ?) Au début du film, Sarah a peur du Terminator, puis elle comprend qu'il est sa seule chance de vivre. Enfin, elle l'accepte au point de le suivre dans une obéissance aveugle et indispensable. Elle a BESOIN de lui (Vraiment, ça ne vous rappelle rien ?). Elle ira même jusqu'à songer que cette machine invincible serait le meilleur père imaginable pour son fils. Cependant, même si les dangers futurs ne seront jamais tout à fait révolus, le Terminator DOIT disparaître. Sa seule existence pourrait être le point de départ de ce futur dangereux. Alors Sarah le tue et se prépare à assurer seule sa propre protection.

À l'occasion, en revoyant ce film, essayez d'apercevoir combien le Terminator est le faux-self incarné de Sarah Connor et de son fils John. Voyez comment John essaie de prendre le contrôle du Terminator. Comment il essaie de l'humaniser. Et comme il lui sera encore plus dur de le tuer à la fin.

Notre faux-self est notre petit Terminator personnel. Il nous protège bien, c'est vrai, mais il sera aussi à l'origine de nos déconvenues futures. Il servira d'exemple pour certains qui nous observeront plus attentivement que d'autres. Et il finira peut-être par engendrer un monde entier de petits Terminators.

Je crois avoir tué le mien... plus ou moins. Je me sens souvent en danger d'hypersensibilité et parfois je suffoque un peu. Mais ces cruels instants ne remplissent pas ma vie comme la remplissait totalement mon petit Terminator. Les dangers sont virtuels et il suffit de regarder ailleurs pour ne plus les voir. Pour lutter contre le vertige, il suffit souvent de ne pas regarder en bas. L'intelligence passive permet d'y voir très clair, mais l'intelligence active permet d'être aveugle parfois, quand ça nous arrange.
Citation subtile et percutante : .....................................................
Nom de l'auteur : .....................................................................
Avatar de l’utilisateur
Ariel
 
Messages: 44
Âge: 49
Enregistré le: Mer 25 Juin 2014 13:03
Localisation: Là-haut
Présentation: Ariel
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le faux-self

Messagepar Sandre » Mer 9 Juil 2014 10:51

J’ai l’impression que la personnalité est quelque chose de bien plus linéaire. Il n’y aurait peut-être pas de limite déterminée entre ce qui est moi de ce qui ne l’est pas. On nous éduque de la meilleure manière possible (parents, école, université, milieu du travail) pour fonctionner au mieux dans la société (avec ces standards imposés), en créant une synergie entre éducation et caractéristiques génétiques.

1. Peut-être que le faux-self est simplement la variable d’ajustement nécessaire à cette synergie. Le faux-self serait alors une donnée universelle. Il se présenterait comme un faux-self, lorsqu'on aurait la capacité (acquise/innée) d'observer que nos actes sont avant tout guider par les standards socio-culturels. Cette notion recouvrirait alors la conscience que l’on a de cette adaptation, grâce à une capacité d’observation et d’introspection, que nous partagerions ici (sans exclure d’autres types neuro-cognitifs).

Mais, et en contradiction avec ce que je viens de dire, pour aller sur le pendant « Dabrowskien »:

2. Le faux self ne pourrait-il pas naître de l’incohérence naissante entre le "moi" idéal et le "moi" « actuel » (celui qui nous apparaît au quotidien à travers nos actes). Le "moi" idéal se construirait alors avec les différentes expériences du "moi" actuel. Et le temps aidant, nous pourrions petit à petit marier le "moi" actuel au "moi" idéal, sur quelques aspects, puis dans leur globalité, grâce à des crises violentes. L’ « impression du  faux-self » disparaitrait en fonction de la résultante de ces crises.

Je voterais plus volontiers pour la proposition 2. Je crois à la linéarité de la construction deS personnalitéS dans le temps. Cela serait au moment ou l’on questionne les valeurs sur lesquelles on fonctionne (résultante de la synergie génétique/éducation), à force d’observation et d’introspection, que l’on forge un "moi" idéal. Selon moi, il n’y aurait pas un "moi" à la naissance, plus ou moins tronqué par l’éducation. Mais simplement une incohérence entre le "moi" idéal et le "moi" actuel. Cette discordance serait à l’origine de l’ « impression de faux-self ».

Désolé si c’est une redite, j’avoue ne pas avoir lu l’ensemble de ce fil (pour l’instant uniquement la première page).
Sandre
 

Re: Le faux-self

Messagepar lobo » Dim 13 Juil 2014 19:34

Ariel a écrit:Le vrai problème n'est donc pas de s'élaborer un faux-self, ce qui est très commun, mais de ne pas lui laisser trop de place. De ne pas le laisser empiéter sur notre vie privée. De ne pas en faire un personnage réel qui pourrait supplanter le vrai-self.


Je vois ça un peu différemment.
Il me semble que la différence entre le faux-self et le vrai n'est pas quantitative.
Il ne s'agit pas de mettre un costume trop souvent au point qu'il nous étouffe.
Pour moi, il s'agirait plutôt de la raison pour laquelle on met le costume.

Dans le faux-self il me semble qu'il y a l'idée de se conformer à une attente extérieure, sans être maître de ce comportement. Au point que le comportement "ajouté", faux, devient partie intégrante de la personnalité. C'est très angoissant.

Il y aussi l'idée que si l'on n'arrive pas à se conformer au désir de l'autre, on va souffrir, ou être abandonné, ou rejeté par exemple.

C'est tout à fait différent d'une personne qui adopte un code vestimentaire ou un comportement conforme à son métier ou à son environnement social, mais qui reste consciente qu'il s'agit d'un habit.

Voilà comment je vois la chose...
Avatar de l’utilisateur
lobo
 
Messages: 303
Âge: 41
Enregistré le: Mar 4 Juin 2013 10:18
Localisation: Ile-de-France
Présentation: http://adulte-surdoue.fr/post106585.html?#p106585
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar forza » Lun 6 Oct 2014 20:24

des livres à conseiller sur le faux-self??
Avatar de l’utilisateur
forza
 
Messages: 68
Âge: 25
Enregistré le: Jeu 1 Mai 2014 22:19
Localisation: IDF
Présentation: Forza alias Xtor :)
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar Maithril » Mar 7 Oct 2014 07:38

Offtopic :
Mon autobiographie quand je l'aurais écrit (après demain, car là je reporte mon ouvrage sur la procastination à demain)
Avatar de l’utilisateur
Maithril
 
Messages: 522
Âge: 44
Enregistré le: Jeu 15 Mai 2014 21:05
Localisation: Dans la forêt, à l'Est de Lutèce
Présentation: Ca, c'est vraiment moi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le faux-self

Messagepar ZeBrebis » Mar 7 Oct 2014 08:53

Il me semble avoir lu dans ce topic, et en tout cas c'est mon avis, que le problème principal de l'adaptation aux autres par le faux self est le fait que ce soit subi par l'individu, consciemment ou non.

Au problème de son intégration l'individu va répondre en ne s' intégrant pas, alors que tel est son désir, mais en donnant un personnage composé à voir aux autres ; du carton pâte qui fera évidemment de gros dégâts pour l'ego, que le stratagème fonctionne ou pas, car l'individu ne s' exprimera pas et demeurera isolé. Continuant à penser qu'il est condamné à se travestir pour ne pas déplaire, alors qu'il est clair que cette solution n'est pas viable.

Vous connaissez le "Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait", il y a de manière plus criante un "Ils ne savaient pas que c'était possible, alors ils ont renoncé à essayer et se sont persuadés que ça ne l'était pas".
Je suis concernée, jusque là j'ai renoncé à m'exprimer réellement ailleurs que sur le net. Je me suis sentie en décalage dès l'enfance, j'ai coupé ce qui dépassait, ou plutôt ce que j'imaginais dépasser car je n'essayais même pas, et cela m'a amputée d'une bonne part de moi même...L'histoire classique, je sais que je suis loin d'être la seule.

Et durant toutes ces années j'ai eu l'impression de cacher des juifs dans mon corps de ferme durant la 2nde guerre mondiale. Je nourrissais en cachette et très peu cette part de moi que je cachais aux regards extérieurs, même de proches, tant la crainte d'être découverte à côté de la plaque me hantait, et me hante encore parfois.

J'ai trouvé ici le moyen de parler, je ne suis plus réduite à mon faux self (je me suis auto diagnostiqué la chose, je dois être honnête), mais je cherche encore la force d'oser parler dans ma vie...Enfin, je sens que la voie est plus praticable que je n'imaginais ; c'est une nouvelle vision des choses qui s' est appuyée sur la sensation de normalité apportée par l'explication (à confirmer par la WAIS) de la différence ressentie.
Avatar de l’utilisateur
ZeBrebis
 
Messages: 217
Âge: 32
Enregistré le: Ven 19 Sep 2014 11:59
Présentation: Mes bleus de brebis en vitrine
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Le faux-self

Messagepar amalia » Dim 30 Nov 2014 12:05

un article sur le développement du faux self :

Les « hauts potentiels » et le « faux-self »
par Maryse Dubouloy, Professeur associée au département Management de I’Essec Consultante et coach membre du réseau Pluridis : http://www.cairn.info/revue-le-journal- ... age-22.htm

Il ne reprend pas toutes les situations, loin de là, mais il apporte des éléments de réponses sur les modalités de constructions d'une personnalité en faux-self. En bref, dès l'enfance, ou un peu plus tard, les personnes ont "collé" aux attentes des autres, sans parvenir à définir leurs propres besoins et envies.
A l'âge adulte (ou avant), cela devient franchement compliqué, mais il est tout à fait possible de le travailler en thérapie.
Je ne parle pas aux cons, ça les instruit ( M Audiard)
Avatar de l’utilisateur
amalia
 
Messages: 829
Âge: 49
Enregistré le: Ven 11 Nov 2011 12:11
Localisation: Au sud de la banquise
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: pres-equipe/bon-endroit-t1011.html
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Le faux-self

Messagepar Animal » Mer 10 Déc 2014 07:53

Bonjour !

Quoique silencieux et rare dans les parages, j'ai gardé en mémoire quelques-uns des questionnements abordés sur ce forum, et suis tombé sur une vidéo qui m'a semblé pertinente... malgré mon ignorance en la matière. Du coup me revoilà. J'ai relu ce fil un peu en diagonale, je l'avoue, et je peux me tromper, mais je crois qu'elle pourrait avoir sa place ici. J'en trouve la traduction parfois maladroite, mais ce qu'elle présente et explique m'a quand même un peu scotché.

J'espère qu'elle a sa place ici, et ne m'offusquerais en rien de la voir déplacée ou effacée, s'il s'avérait qu'elle soit inadéquate ou trop fantaisiste, à la docte lumière d'un oeil averti. Je ne fais que proposer, disposez, donc. ;)

Il y est dit en gros (et si j'ai bien compris) que la croyance en un soi intérieur séparé et distinct de l'extérieur est fallacieuse, que l'élaboration d'une image de soi (que j'assimile au faux-self, pas trop hâtivement j'espère) produit une dissonance cognitive, comme toute croyance sur soi ou autrui entrant en contradiction avec la réalité factuelle de notre nature. La construction de cette image (ego ?) se ferait par le remaniement de la mémoire, pour la rendre "acceptable", laissant hélas mijoter les sentiments négatifs non résolus, activés ensuite à la première occasion. Un mécanisme de défense entrerait alors en lice, visant maladroitement à préserver l'intégrité psychique de possibles influences de la part d'autrui. Cet état défensif entraînant une étroitesse d'esprit physique, loin d'annihiler la potentielle influence, produirait essentiellement un asservissement aux émotions enfouies et non résolues, empêchant le recul nécessaire à une prise de position réfléchie, consciente et adaptée à la réalité.

Si le coeur vous en dit, jugez par vous-même :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=xSH8tGDcjW4
"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade."
J. Krishnamurti
Avatar de l’utilisateur
Animal
 
Messages: 161
Âge: 47
Enregistré le: Mer 19 Oct 2011 16:00
Localisation: Réserve surnaturelle
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Le faux-self

Messagepar lunafletcher » Mer 10 Déc 2014 14:37

Concernant cette question de solitude, j'en suis venue à me dire que je n'étais pas QUE solitaire, mais pas QUE sociable non plus. Même quand je suis entourée de gens avec qui je suis vraiment bien (par exemple, en IRL AS ), j'éprouve le besoin de me retrouver seule, plus ou moins longtemps. Soit pendant, soit après. Et je ne m'en formalise pas plus que ça. C'est un besoin, sur le moment, et puis voilà. Donc je dirais que ma nature, si on veut, c'est d'être tantôt solitaire, tantôt sociable.


Ça ne serait pas simplement de l'introversion ?
Les introvertis ne sont pas des insociables ou des solitaires, simplement ils ont besoin de beaucoup moins de stimulations sociales (car plus sensibles aux stimulis) que les extrovertis qui eux, ont besoin d'une plus grande excitation cérébrale)
Le cerveau de l'introverti est beaucoup plus facilement activé que celui de l'extraverti, d'où ces besoins de 'faire des pauses' car des contacts sociaux prolongés ou avec beaucoup de monde constituent une surcharge corticale pour l'introverti.
Voilà, ça peut être une piste de réflexion =)
Aimer ce n'est pas perdre sa liberté, c'est lui donner un sens.
Avatar de l’utilisateur
lunafletcher
 
Messages: 38
Âge: 26
Enregistré le: Lun 1 Déc 2014 11:00
Localisation: Espagne
Présentation: presentations/premier-pas-t5604.html
Profil: En questionnement
Test: NON

PrécédenteSuivante

Retourner vers Psychologie et Santé

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Appel à témoignages sur le Faux Self
par Maitresse Rita » Mer 25 Nov 2015 19:08

Réponses: 16

Vues: 1636

Dernier message par *Za* Voir le dernier message
Mar 7 Juin 2016 08:05

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités