Nous sommes le Sam 21 Jan 2017 22:39


Les addictions

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

Re: Les addictions

Messagepar cléo » Mar 24 Déc 2013 16:56

Fabs le vaurien a écrit:


Pour ce qui est des "théories", ben vu que l'addictologie est un champs d'étude, il y'a plusieurs angles de vue (sociologique, psychanalytique, comportementaliste etc...).
Après c'est un choix en termes de porte d'entrée de compréhension. Et l'angle pharmacologique et physiologique en est un, donc le poids des neuromédiateurs (dopamine, adrénaline etc...) n'est aucunement exclu.


Oui, je suis d'accord avec ça, bien sûr.

Fabs le vaurien a écrit:Attention encore à ne pas classifier d'addiction ou de dépendance ce qui ne l'est pas (chocolat...). Dans les addictions, il y'a souffrance sous-jacente et conséquente.
-> avec des conséquences négatives.

C'est là où je voulais en venir.
Je trouve le terme addiction sur-employé la plupart du temps.
C'est une pathologisation, à mon sens, outrancière.

J'ai sûrement tort, au regard des définitions proposées par le Dictionnaire des drogues et des toxicomanies, mais je préfère réserver l'addiction au pathologique, contrairement à la dépendance qui serait saine.

Pour en revenir aux TCA, il est fréquent que la reprise de poids révèle un autre trouble, comme une dépression, voire une BDA à l'extrème.
Ce qui signifierait, soit : que les TCA sont un équivalent dépressif (ou schizophrénique, ou je ne sais), soit : que la décompensation psychique observée dans le processus de prise de poids signe une souffrance liée au sevrage.

Et du coup, la prise en charge doit être complètement repensée!

Une amie, ex héroïnomane, a fait une décompensation psychotique une quinzaine d'années après l'arrêt de l'héroïne.
Elle a essayé des traitements divers, mais à ce jour, le seul qui lui fasse vraiment du bien, qui lui permettent d'aller travailler, d'élever son fils, d'avoir une vie sociale, c'est le Subutex. A très petites doses.
Ca me pose vraiment question...

La vie c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.
L.F.Céline
Avatar de l’utilisateur
cléo
 
Messages: 1154
Âge: 52
Enregistré le: Mar 19 Fév 2013 22:06
Présentation: GloupGloup
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar Fabs le vaurien » Mar 24 Déc 2013 17:29

Concernant ton amie, vu que sa dépendance s'est située au niveau des récepteurs opioides, c'est pas étonnant que seul un opiacé (bupernorphine-subutex) lui fasse du bien.

Le truc c'est que dans un ideal, une addiction devrait pouvoir s’atténuer et se supprimer toute seule vu que la question environnementale et psychoaffective prime quasiment sur le reste (la marque physiologique). Pour soigner une addiction, il faut soigner l'environnement de la personne. Et Je ne pense pas que ce soit dramatique d'être toute sa vie dépendant à un médicament...on ne dit rien sur les insulinodependants et c'est nettement moins risqué de prendre son cachet de sub tous les jours que de s'injecter-sniffer-fumer n'importe quoi. De plus le subutex étant plafonné, il ne peut y avoir ni excès ni risque de surdose (sauf mélange benzodiasépine-alccol)
Toutefois, on aborde en général ce médicament en première intention, en attentant un protocole méthadone...

Perso, je pense que l'addiction peut être installée et s’accommoder avec une vie sociale normale...Par contre, je persiste à penser qu'une cure de sevrage n'a aucun intérêt si c'est pour qu'une fois sortie de l’hôpital, la personne retrouve son mode de vie habituel, là où justement l'addiction s'inscrit et organise l'existant.

C’est pour ça qu’arrêter brutalement (la volonté mec) peut générer des décompensations etc... parceque c'est ôter ce qui permet à l'individu de ne pas être fou, sa béquille de survie.
Pour jouer sur la nuance entre addiction et dépendance, je dirais que ton amie est dépendante du subutex après qu'elle fut addict à l’héroïne...l'addiction, plus que la notion de fixation sur le recepteur relève d'un mode de fonctionnement, un rapport aux autres, au monde et à soi bien particulier qui entrave la capacité d'agir et de projection (lorsqu'elle atteint son paroxysme)

du reste, oui l'addiction est galvaudée.....sans doute parceque nous vivons dans une société de consommation...
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar soazic » Mer 25 Déc 2013 20:14

c'est très intéressant, merci Fabs et Cléo.
je ne connais pas les effets du subutex sur l'organisme, je pensais qu'il y avait une nocivité.
je pense également que remettre une personne sevrée dans son environnement c'est faire le travail à moitié. En hôpital, le but n'étant pas que les personnes restent, on incite à ce que les démarches se fassent de l'hôpital durant l'hospitalisation, malheureusement changer d'environnement peut être un travail bien long (et je passe le surbooking des assistante()s sociales/aux), comment se défaire de relations qui vous remettent le nez dedans.
En hospitalisation, j'ai souvent l'impression qu'une personne addict a besoin d'un temps de "maternage" avant de pouvoir opérer des changements, ce qui n'est pas non plus possible en terme de temps (ni toujours bien perçu, (l'inaction agace alors qu'elle a lieu d'être).
Quant aux causes, le manque de sécurité interne revient comme un leitmotiv, et en période de sevrage, la personne semble être sans défense, vulnérable. C'est du moins ce que je ressens auprès de ces personnes.
Concernant les tcas, je pense qu'avoir la puce à l'oreille quant à la douance éviterait chez certains les allers et retours: les clichés de la personne "qui ne veut pas grandir" me semble bien loin de la réalité.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 970
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar cléo » Mer 25 Déc 2013 21:31

Le Subutex est prescrit à cette amie dans un but curatif, et non pour l'aider à se sevrer.
C'est donc que l'héroïne soignait quelque-chose, réellement!
(A 25 ans elle était sevrée, et à 40 ans elle a été diagnostiquée schizophrène. De neuroleptique en neuroleptique, rien n'est aussi efficace pour ce qu'elle appelle sa "dissociation" que ce Subutex, qu'on lui délivre depuis quelques mois...)

Pour les TCA, on a coutume de dire que les anorexiques sont brillantes.
Ma psy disait que j'étais brillante car le travail intellectuel brûle des calories.
Elle parlait de surinvestissement intellectuel.
Et, oui, de refus de grandir.

Bref.

Dans l'anorexie, si addiction il y a, je pense que c'est une addiction au vide, au manque.
Cohabitent chez une même personne une volonté d'autonomie très forte et une avidité affective tout aussi forte.
Il y a un besoin de s'affranchir de tout, n'avoir besoin de rien, ni de personne.

En effet, il me semble que c'est un profil qu'on retrouve chez les toxicomanes, non?

Merci Fabs et Soazic :)

La vie c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.
L.F.Céline
Avatar de l’utilisateur
cléo
 
Messages: 1154
Âge: 52
Enregistré le: Mar 19 Fév 2013 22:06
Présentation: GloupGloup
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar Fabs le vaurien » Mer 25 Déc 2013 22:33

L'anorexie est l'addiction la plus "pure" et perverse parcequ'elle se suffit à elle même.
Contrairement à un toxicomane qui a besoin de se procurer des produits (donc être en contact avec le dealer, le pharmacien etc...), le cyberdépendant qui a besoin d'un PC (etc..), dans le cadre de l'anorexie, la personne n'a pour ainsi dire besoin de rien pour assouvir ses besoins...

En ce sens c'est certainement une des pires vu qu'elle seule a la capacité à enfermer totalement le sujet dans un système de communication avec l’extérieur rompu. Contrairement aux autres où nécessairement il y'aura besoin d'aller vers l'autre à un moment (ce qui maintient un minimum de lien social, fusse t-il biaisé mais quand même..)

Pour ce qui est du sub, ça m'étonnerait qu'on lui prescrive ce médicaments pour une schyzo...ce serait grave. Par contre, en aparté, on remarque chez les patients schyzo une forte consommation de THC qui semble t il atténue les angoisses (et les délires)...ce qui parait paradoxal vu que le canabis est un potentiel levier à dérouillage pyschique...
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar soazic » Mer 25 Déc 2013 22:47

c'est une substance qui diminuerait leurs angoisses, mais aux vertus également autre: la schizophrénie entrainant une telle mise à l'écart de fait- que ce soi par le regard des autres ou la difficulté à "tenir" au travail sur des temps longs, par exemple- qu'elle tire les personnes vers la dépression, fumer leur fait "un peu de bien".
(Et pourtant.... je rêve d'un monde qui s'adapte afin que chacun ait sa place, notre société passe à côté de personnes aux potentiels remarquables, mais c'est un autre sujet)
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 970
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar cléo » Jeu 26 Déc 2013 08:23

Fabs le vaurien a écrit:
Pour ce qui est du sub, ça m'étonnerait qu'on lui prescrive ce médicaments pour une schyzo...ce serait grave.


Eh bien c'est son diagnostic à ce jour, non remis en question par ses deux psys.
Le Subutex, selon ce qu'elle m'a dit, lui procure l'énergie, l'élan d'aller vers les autres, l'ancrage en elle-même qui lui font défaut.
Les neuroloeptiques ne l'aident en rien pour cela, mais elle a aussi un traitement neuro.
Je n'en dis pas plus, je n'en sais pas plus....
Mais on suppose (elle et moi) que l'héroïne réparait un dysfonctionnement dans son cerveau, et que c'est la molécule qui lui convient ( comme un TDAH peut être "réparé" par une amphétamine).

La vie c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.
L.F.Céline
Avatar de l’utilisateur
cléo
 
Messages: 1154
Âge: 52
Enregistré le: Mar 19 Fév 2013 22:06
Présentation: GloupGloup
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar altima » Jeu 26 Déc 2013 09:14

Je m'étais promis de seulement lire mais impossible de ne pas intervenir même si ça n'apportera pas grand chose...sauf à moi, j'en ai besoin.
Concernant les TCA, je pense qu'on a dit un peu tout et n'importe quoi, ça a créé des stéréotypes de mauvais rapport à la mère et d'influence des modèles dans les médias. Soit.
Qualifiez ça comme vous voulez mais pour ma part je pense qu'il y a une part addictive, dans le sens où la dépendance et les effets qui en découlent peuvent être présents; d'ailleurs vous l'avez bien décrit ou évoqué dans certains messages.

Sinon pour en revenir au sujet du lien avec la douance, en y réfléchissant vite fait j'y vois la recherche du risque et des sensations dites fortes, mettre à égalité l'hyperactivité du cerveau (façon de parler) avec celle du corps et un fort sentiment d'insatisfaction. Pour les drogues en général je ne sais pas si ça peut se transposer tel quel mais pour les TCA il y a clairement un rapport au vide, vouloir se remplir et/ou se vider, d'où dimension affective mais je pense que là où les psys se gourent c'est que justement ils ne font pas assez le lien avec l'intellect et donc avec éventuellement la douance. C'est pas juste une question de vouloir être aimé, et en même temps je pense qu'il faut pas non plus chercher midi à quatorze heures dans les explications, d'autant que c'est souvent un intellect trop présent (mental perturbé) qui gêne l'incarnation simple. Bref, un décalage des corps mental/émotionnel/physique.

Enfin je dirais qu'on peut pas minorer certaines addictions par rapport à d'autres, car les effets peuvent être mortifères pour bon nombre d'entre elles (à part si on nomme addiction la gourmandise encore raisonnée pour le chocolat). J'ai remarqué que les addictions sont "choisies", hélas ça renforce pas mal les caricatures qu'on peut avoir en tête à propos du profil d'un toxico ou d'une anorexique par exemple.
Avatar de l’utilisateur
altima
 
Messages: 672
Âge: 37
Enregistré le: Mer 18 Mai 2011 14:42
Présentation: presentations/etre-pas-t410.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar cléo » Jeu 26 Déc 2013 12:20

altima a écrit: J'ai remarqué que les addictions sont "choisies", hélas ça renforce pas mal les caricatures qu'on peut avoir en tête à propos du profil d'un toxico ou d'une anorexique par exemple.


J'ai longtemps réfléchi à cette histoire de "choix ".
Je n'ai pas de bonnes réponses, mais j'ai cette même sensation à ce propos.

Sinon pour en revenir au sujet du lien avec la douance, en y réfléchissant vite fait j'y vois la recherche du risque et des sensations dites fortes, mettre à égalité l'hyperactivité du cerveau (façon de parler) avec celle du corps et un fort sentiment d'insatisfaction. Pour les drogues en général je ne sais pas si ça peut se transposer tel quel mais pour les TCA il y a clairement un rapport au vide, vouloir se remplir et/ou se vider, d'où dimension affective mais je pense que là où les psys se gourent c'est que justement ils ne font pas assez le lien avec l'intellect et donc avec éventuellement la douance. C'est pas juste une question de vouloir être aimé, et en même temps je pense qu'il faut pas non plus chercher midi à quatorze heures dans les explications, d'autant que c'est souvent un intellect trop présent (mental perturbé) qui gêne l'incarnation simple. Bref, un décalage des corps mental/émotionnel/physique.


Oui bien sûr.
Mais le lien avec la douance ne me semble pas couler de source...Les conduites ordaliques et le fameux surinvestissement intellectuel peuvent exister hors douance, non ? En fait je n'en sais rien...

La vie c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.
L.F.Céline
Avatar de l’utilisateur
cléo
 
Messages: 1154
Âge: 52
Enregistré le: Mar 19 Fév 2013 22:06
Présentation: GloupGloup
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar soazic » Jeu 26 Déc 2013 13:10

je ne sais pas non plus mais serais encline à dire oui, avec par exemple une fonction de refuge.
je me pose la question concernant cette idée de se remplir et de se vider, s'agit il justement d'un rapport au vide? du besoin de côtoyer une sorte d'absolu, le monde incarné étant lui décevant? j'évoquais les incidences physiques plus haut, l addiction possible à ses déferlements d'endorphines. ça me pose question.
pour certaines patients j'ai suspecté une douance, en parallèle elles cherchaient toutes deux à lutter contre une anxiété massive générée par des questionnements et anticipations incessantes et une forte culpabilité.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 970
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar cléo » Jeu 26 Déc 2013 13:25

soazic a écrit:je me pose la question concernant cette idée de se remplir et de se vider, s'agit il justement d'un rapport au vide? du besoin de côtoyer une sorte d'absolu, le monde incarné étant lui décevant?


Je réponds , je me garderais de généraliser, mais ça vaut pour moi au moins :

Le rapport au vide, c'est plutôt un rapport au manque. La recherche du manque, pour éprouver son autonomie, sa capacité à ne dépendre de rien ni de personne.
Et, oui, cette quête d'absolu, et cette déception terrible face à la vie d'adulte ( "Tu la voyais pas comme ça ta vie...")

Sinon, en lien avec l' addiction : je n'ai jamais été aussi performante et énergique que quand je jeûnais.Et mes camarades d'infortune ont fait le même constat.
Ca c'est gâté ensuite, ce qui a motivé ma demande de soins.

La vie c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.
L.F.Céline
Avatar de l’utilisateur
cléo
 
Messages: 1154
Âge: 52
Enregistré le: Mar 19 Fév 2013 22:06
Présentation: GloupGloup
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar hazy » Mer 8 Jan 2014 15:21

Personnellement j'ai mis 10 ans à me sortir du triptyque MMO/alcool/weed.

J'ai cessé de lutter contre ce que j'appelle mon "addicto-dépendance" . Je sais que j'ai besoin de " taper des phases", d'être à 100% sur une chose, puis 0% .

Me retenir, c'est faire gonfler la chose.

En revanche, je n'ai jamais été tenté par les choses vraiment risquées ( jeux d'argent, drogues dures, violence etc ...).

Au final, les jeux vidéos m'aident à me mettre en veille, et participent à mon avis à ma survie. J'y joue beaucoup, puis plus du tout. Le cheval, idem. La politique, idem. La lecture idem.

Je pense que dans l'addiction, l'objet de désir quitte la sphère mentale et intellectuelle. Ce que je ressens, c'est que quand une chose devient addictive elle ne s'adresse plus à l'intelligence mais aux instincts.

D'abord, ça fait beaucoup de bien d'avoir le cerveau en pause et d'être comblé aussi simplement et potentiellement sans risque si on sait gérer.

Ensuite, quand à se remplir, je pense plutôt que l'addiction permet de changer le tuyau, le circuit. Tout ce qui me remplit en passant par la conscience, la volonté, le choix, etc .... arrive en moi chargé de toutes les scories mentales croisées sur le chemin ( les jeux vidéos c pas bien, tu joues trop, tu gâches ta vie, tu es encore un enfant)

Rationnellement, je ne pourrais pas jouer. L'addiction est le moyen de rappeler à mon mental qu'il n'est pas le seul qui compte.

Donc je stocke, des livres, de la presse, des jeux, une selle ... Quand mon cerveau me dit "non", je sais que un jour mon instinct dira " si ".

Exemple : j'ai ce matin reçu mon activation comme beta testeur sur the elder scroll online. Putain, c'est pas bieeeen !!

Je me souviens encore, 6 mois en arrière du jour ou j'ai rempli tous les formulaires de candidature. Ca me semblait absurde, à 30 ans, avec des gosses, une maison à construire, sérieusement. T'as que ça à faire ? ta pas honte gros nerd ?

Aujourd'hui j'ai reçu le mail, j'ai rigolé. "Chui vraiment incurable".

Mais je sais maintenant que mes excès sont modérés, et qu'ils sont une composante de mon équilibre.

Je pense qu'il y a aussi un problème de terminologie, je suis globalement trop intense sur tout. Ce qui d'un regard extérieur est un attitude compulsive, de l'intérieur n'est que ma manière d'être.

ceci dit, je ne bois plus et ne fume plus d'herbe. je ne me suis pas senti capable de rester cantonné à une addiction avec ces deux trucs là.
La matière n'est qu'une conséquence.
Avatar de l’utilisateur
hazy
 
Messages: 14
Âge: 32
Enregistré le: Mar 7 Jan 2014 23:18
Localisation: zones interdites
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les addictions

Messagepar Jick » Mar 11 Nov 2014 10:57

Je découvre ce sujet qui date un peu mais qui m'interpelle!
Loin de l'alcool et autres addictions dangereuses, moi je me suis engluée dans la dépendance à...
candy crush saga... :tmi:

Bon ça peut paraître ridicule, la psy me dit que c'est un moyen d'isolement, seulement c'est devenu un besoin toute la journée. Çà commence au réveil avant même d'avoir posé le pied par-terre, pendant que la douche chauffe, au petit déj, pendant les réunions, aux toilettes, pendant des conversations téléphoniques au bureau, en attendant que les enfants sortent de l'école, et même parfois pendant que je fais à manger (j'ai plongé mes doigts dans l'eau bouillante il y a qq jours en y déposant des tagliatelles), que je mets mes chaussures, et je ne parle même pas du retard que je prends au boulot!
J'y joue même pendant que mon chéri ou mes enfants me parlent...
:worried:

Ce qui me plaît au fond, c'est effectivement l'aspect isolement, coupure du reste du monde, mais aussi l'obsession de vouloir toujours dépasser son niveau, d'aller au bout (même si ça n'arrivera jamais), mais ensuite je culpabilise beaucoup parce que mes journées sont de moins en moins efficaces, et je flippe qu'un jour qqu'un s'en aperçoive au boulot.
Jick
 
Messages: 6
Enregistré le: Ven 31 Oct 2014 15:54
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar Choupinne » Sam 1 Oct 2016 01:28

Un petit UP avec une vidéo géniale sur le sujet :) (je conseille vivement toute la chaine, qui déchire !)

www.youtube.com Video from : www.youtube.com


Ca casse pas mal de préjugés sur le sujet et met le doigt sur un coté important : l'addiction est une maladie du lien
"Il me fallait une bonne citation à mettre en signature, mais j'ai rien trouvé de sympa..."
- Choupinne
Avatar de l’utilisateur
Choupinne
 
Messages: 265
Enregistré le: Sam 18 Juin 2016 16:21
Localisation: Paris
Présentation: C'est par ici
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les addictions

Messagepar cléo » Sam 1 Oct 2016 07:01

Choupinne a écrit:
Ca casse pas mal de préjugés sur le sujet et met le doigt sur un coté important : l'addiction est une maladie du lien


Merci Choupinne, c'est intéressant en effet.

Le plus difficile étant d'apprendre à se connecter, aux autres, à son environnement.....non ?

En tout cas, ayé, je me suis abonnée à la chaîne !

La vie c'est ça, un bout de lumière qui finit dans la nuit.
L.F.Céline
Avatar de l’utilisateur
cléo
 
Messages: 1154
Âge: 52
Enregistré le: Mar 19 Fév 2013 22:06
Présentation: GloupGloup
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar Choupinne » Sam 1 Oct 2016 12:44

Yep, particulièrement quand tu es dans un environnement difficile (environnement familial désastreux, fuite de l'école, etc...). C'est beaucoup plus simple d'aller trouver refuge dans un prod' que de trouver des relations épanouissantes. La ou c'est vicieux, c'est que derrière l'addiction provoque l'isolement, et rend le tout encore plus compliqué à vivre. Avec par dessus le système judiciaire (et la France, c'est pas les USA, on est bien chanceux), et l'opinion publique à propos de la toxicomanie, et ça peut devenir une idée beaucoup plus attirante de se tailler les veines que d'essayer de s'en sortir :-/
"Il me fallait une bonne citation à mettre en signature, mais j'ai rien trouvé de sympa..."
- Choupinne
Avatar de l’utilisateur
Choupinne
 
Messages: 265
Enregistré le: Sam 18 Juin 2016 16:21
Localisation: Paris
Présentation: C'est par ici
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les addictions

Messagepar Dark_Lady » Ven 28 Oct 2016 18:12

Petite contribution (je n'ai pu lire qu'en diagonal ce long fil de discussion donc désolée si le lien se trouve déjà quelque part) :

http://www.federationaddiction.fr/cyberaddiction-et-precocite-intellectuelle-chez-ladolescent-les-en-jeux-video/

Vous y trouverez un mémoire sous forme de pdf concernant la cyberaddiction et la précocité intellectuelle chez les adolescents.


Des avis ?
Dark_Lady
 
Messages: 9
Âge: 35
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 17:28
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Les addictions

Messagepar diogene » Dim 30 Oct 2016 09:27

Choupinne a écrit:Yep, particulièrement quand tu es dans un environnement difficile (environnement familial désastreux, fuite de l'école, etc...). C'est beaucoup plus simple d'aller trouver refuge dans un prod' que de trouver des relations épanouissantes.


Choupinne fait bien de recontextualiser l'addiction en soulignant le poids de l'environnement social - un facteur trop souvent éclipsé par l'insistance sur l'addiction comme choix irrationnel que seuls expliquent les "fragilités individuelles" et les propriétés supposément "intrinsèques" de l'objet de l'addiction elle-même (tant qu'on parle de chimie, on parle pas de l'absence d'alternatives ou de bonnes raisons "d'en sortir").

Cela dit, si je suis d'accord avec Choupinne pour dire que l'addiction a d'abord à voir avec le lien, je n'emploierais pas le mot maladie, précisément parce que ce terme médicalise / pathologise un problème qui, pour rappel, n'entraine de pathologie que dans ses conséquences. Un exemple simple : une personne qui vit dans la rue développe certaines pathologies d'ordres divers (ce sont les conséquence). Mais outre le cas où le fait de vivre dans la rue résulte directement d'une pathologie quelconque, ce mode de vie renvoie plutôt à un phénomène socio-économique qui ne relève pas de l'opposition sain / malade, mais plutôt aux inconvénients liés à un type d'organisation sociale, un phénomène économique, etc. En règle générale, quand il s'agit de comprendre le fonctionnement de la société, l'analogie médicale ("société malade") obscurcit la réflexion autant que quand il s'agit de comprendre des problèmes comme le stress, l'angoisse, le désespoir, les complexes, etc. Parce qu'elle donne l'illusion qu'on peut définir la "société saine" et la "santé mentale" de manière aussi univoque que le fonctionnement normal d'un rein, d'un cœur, d'un appareil digestif ou autre.

Ensuite, définir un comportement comme pathologique au motif qu'il est autodestructeur revient à décréter qu'il est irrationnel, et d'ailleurs que ce n'est pas vraiment un choix. L'ennui c'est que n'importe quel choix paraît irrationnel à qui en ignore (ou choisit d'en ignorer) les raisons. Nous n'avons pas tous les mêmes priorités ni les mêmes possibilités, et on peut regretter tel jour d'avoir fait la veille un choix qui était alors le plus rationnel (voir le seul rationnel envisageable), tout comme on peut regretter aujourd'hui de n'avoir pas fait la veille un choix qui n'était pourtant pas pertinent à ce moment-là. Des millions de gens contractent des habitudes dont ils finissent par souffrir et ont le plus grand mal à se débarrasser. On peut choisir, comme on le fait souvent, de considérer ces choix comme irrationnels (un peu comme on trouve absurde d'avoir déclenché une guerre… une fois qu'elle est perdue), ou bien on peut se demander quelle était la situation des personnes concernées pour que ce qui NOUS paraît irrationnel ne leur ait pas paru tel au moment où ils l'ont fait. On peut par exemple, au lieu d'expliquer l'héroïnomanie simplement par tel traumatisme infantile ou telle prédisposition héréditaire, se demander quel type de situation était à ce point insupportable que la personne en vienne à voir l'héroïne comme une aide plutôt que comme un poison. C'est juste la base de toute réflexion sur les comportement individuels : avant de fouiller dans le passé de l'individu, il faudrait peut-être prendre en compte les circonstances actuelles. Parfois, c'est pas parce que papa est mort dans le froid qu'on vit soi-même dans le froid, parfois c'est simplement parce qu'on a pas les moyens de louer un appart mieux chauffé...

Au-delà de ça, il me semble que les réflexions sur l'addiction retombent presque inévitablement sur la distinction entre les bons et les mauvais chasseurs (dont je parlais déjà ailleurs sur le forum). Quand on se rend compte que tel comportement regardé comme une addiction pathologique ressemble à tel autre qu'on trouve "normal", on est tenté d'expliquer ça par l'existence de bonnes et mauvaises addictions au lieu de se poser des questions sur les implications normatives de la notion elle-même.
diogene
 

Re: Les addictions

Messagepar Fabs le vaurien » Dim 30 Oct 2016 13:38

Diogène, pourrais-tu en 3 phrases résumer ton propos.
Personnellement, j'aimerai bien rébondir mais je ne pige pas le fond..
Merci :)
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar diogene » Dim 30 Oct 2016 14:05

Fabs le vaurien a écrit:Diogène, pourrais-tu en 3 phrases résumer ton propos.
Personnellement, j'aimerai bien rébondir mais je ne pige pas le fond..
Merci :)


Au lieu de pathologiser tel comportement (ici l'addiction), mieux vaudrait y voir un mode d'adaptation de l'individu à son environnement, ce qui implique de comprendre :
1/ qu'un choix n'est pas "irrationnel" simplement parce qu'il fait souffrir l'individu (ou parce qu'on en aurait soi-même fait un autre...)
2/ qu'un problème n'est pas individuel simplement parce qu'il concerne individuel
3/ que l'usage extensif de la distinction sain / malade nuit à la compréhension au lieu de la faciliter
diogene
 

Re: Les addictions

Messagepar Fabs le vaurien » Dim 30 Oct 2016 14:14

OK mais ça , c'est pas nouveau. C'est justement pour éviter ces écueils que l'addictologie est un champ d'étude.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar Livingstone » Dim 30 Oct 2016 14:24

Le fond si je comprends(?), déborde largement le champ de l'addiction (je trouve intéressant de rappeler qu'en Français on parlait auparavant de dépendance) et est qu'il est plus facile pour la structure de pointer les failles des individus pour qu'ils les corrigent, que pour l'individu de pointer à la structure qu'il est tombé dans les failles de celles-ci pour qu'elle les corrige ? la vraie question serait alors, si on exclut l'impuissance ou qu'on exclut de se la rejeter de part et d'autre ? s'il est possible de sortir du dialogue de sourds qui aboutit au verrouillage ?

Choupinne, merci pour la vidéo. S'il y a une bibliographie associée tu peux peut-être la joindre.
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 660
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les addictions

Messagepar Fabs le vaurien » Dim 30 Oct 2016 14:26

Quelle structure? La société ? Le groupe? Le monde du soin?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).
Avatar de l’utilisateur
Fabs le vaurien
Rang orange
 
Messages: 5560
Âge: 36
Enregistré le: Mer 2 Fév 2011 22:20
Localisation: BZH
Badges: 2
Neun's d'Honneur (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: La première prez de l’histoire du forum
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les addictions

Messagepar Chacoucas » Dim 30 Oct 2016 14:35

Oui Liv, je crois que ça peut se résumer grossièrement par "approche sociologique", qui ne va pas forcément primer sur les autres mais qui de fait est peu reconnue/considérée.

Accessoirement, Fab's, "ce n'est pas nouveau" peut se dire d'un peu tout ce qui est écrit sur le forum (ou plus vastement le web): ça en fait un argument pour dire quelque chose? que le message était inintéressant? Je n'ai pas trop compris sur quoi tu voulais rebondir (si tu n'avais pas compris?) et encore moins après cette remarque.

De plus à en juger par les 7 pages, ça n'est pas forcément inutile de rappeler l'axe sociologique qui est peu reconnu puisqu'on continue à parler de l'addiction comme d'une maladie, ou d'une faiblesse:

On parle d'addiction dès lors qu’apparaissent certaines conséquences sociales-sanitaire-judiciaire suite à une impossibilité à contrôler-réguler son comportement et ce en dépit de sa volonté propre


Quand finalement l'axe donné par Diogène suggère que la question de la volonté n'est pas très pertinente et plutôt dualiste: si il y a une dimension rationnelle à la consommation... (ou par le docteur Bruce Alexander: pas tout à fait nouveau ni tout à fait ancien: les études des années 70 sont parfois simplement pas encore entrées dans les considérations "savoir populaire", surtout si on tape dans du transdisciplinaire: ce que l'addictologie est. Si on a créé l'addictologie c'est parce que la chimie ou la psychiatrie ne répondaient pas à tout... donc qu'on a besoin de considérer des savoirs d'autres domaines: même si ils sont pas nouveaux).


Edit: pour ce que je comprends, toutes les structures: elles sont un système et s'influencent, donc aucune n'est totalement à exclure.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

PrécédenteSuivante

Retourner vers Psychologie et Santé

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
les manifestations physiques de l'inconscient...
1, 2, 3par galou » Mer 3 Avr 2013 17:28

Réponses: 59

Vus: 6513

Dernier message par soazic Voir le dernier message
Dim 17 Avr 2016 22:53
Gérer les moments de "folie"
par hyvain » Mar 29 Avr 2014 09:29

Réponses: 11

Vus: 1308

Dernier message par le31 Voir le dernier message
Sam 7 Mar 2015 14:09
Les Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)
par Frisette » Mar 23 Sep 2014 17:59

Réponses: 15

Vus: 2385

Dernier message par un pas de coté Voir le dernier message
Ven 27 Fév 2015 16:45
Alzheimer et les surdoués
par Corylus » Mer 11 Mar 2015 10:38

Réponses: 11

Vus: 934

Dernier message par Corylus Voir le dernier message
Mar 17 Mar 2015 09:26
Les Troubles dys
1 ... 10, 11, 12par Aspasie » Mar 24 Jan 2012 20:24

Réponses: 297

Vus: 24619

Dernier message par soazic Voir le dernier message
Dim 27 Mar 2016 17:46

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité