Nous sommes le Lun 20 Nov 2017 23:39


Up and Down

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

Re: Up and Down

Messagepar Aïnoa » Mar 7 Fév 2012 16:51

J'aime beaucoup ton témoignage coccinelle, je me retrouve dans tout ce que tu dis.

Changements d'humeur/émotion très rapides, parfois plusieurs fois dans la même journée, incontrôlables, impression d'être folle (sentiment intrapersonnel et interpersonnel).

Quand quelque chose ne va pas comme je le veux ça me frustre, ça m'énerve. Et la colère peut montrer très haut, même pour une chose a priori anodine pour les autres. Alors je m'énerve (quand l'émotion est trop forte je n'arrive pas "à me contrôler" comme disent les autres), comme une gamine, je pique un grosse colère avec plein de gros mots qui sortent tout seul :worried: :x , ça dure 5-10 minutes, 15 grand max, puis ça se calme, je me calme, je vois bien que ça ne sert à rien de s'énerver (je m'en rends bien compte aussi sur le moment, mais la tension, l'émotion est trop forte pour être rationnalisée...).
J'explose. Littéralement.

Ce qui me fatigue le plus c'est de devoir expliquer à chaque fois, expliquer aux autres que oui je m'énerve, oui, je m'énerve "pour rien", mais que ça va passer et se calmer. Mais j'ai déjà vu dans leurs yeux qu'ils me prenaient pour une folle... et là pas de retour en arrière possible... trop tard...

J'essaye vraiment de travailler là-dessus, mais c'est vraiment difficile. Quand ce sont de petites contrariétés ça va à peu près, mais si les émotions sont trop fortes, c'est même pas la peine d'essayer, il faut que ça sorte. En général j'essaye de faire sortir tout ça quand je suis toute seule... :nesaitpas: (pfff, qu'est-ce que ça défoule de taper dans mon oreiller ou mon matelas, ça fait pas de bruit, je ne casse rien et je me fais pas mal :P )

Bon, il y a aussi -un peu- le côté positif de la chose. C'est-à-dire que je suis super emballée par un truc bien, une rencontre, un message/mail de quelqu'un avec qui je n'ai pas parlé depuis longtemps, une "bonne action" (ouais, toute l'humanité n'est pas encore totalement pourrie!!! :cheers: ), ...
Là aussi je passe pour une folle parce que je suis super enthousiaste, limite je saute partout (ça dépend du contexte bien sûr ;) ).

Malheureusement ces phases Up sont moins nombreuses et bien plus courtes que les Down :(
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar shunbabyx » Mar 7 Fév 2012 17:21

[align=justify]
soazic a écrit:je cherchais un topic sur les "troubles" associés à la douance. Du coup, c'est un peu éloigné de vos propos ci dessus mais bon,
je me demandais en fait si certains d'entre vous ont du prendre des médocs ou prennent des médocs, pour "supporter" certains états, une béquille en gros. Je prends des bêta-bloquants, entre autre.


Voui moi aussi j'ai eu ce genre de problème d'avoir énormément de mal à me gérer. J'avais une médication assez lourde antidépresseurs + anxiolytiques + neuroleptique puissant ----> un vrai zombie

aujourd'hui je ne prends plus tout ça, alors c'est vrai que du coup c'est un peu "quantique" à la maison, maman elle s'énerve, mais ça lui fait du bien, pi dans 20 min ça sera fini ... Donc je préviens l'entourage "attention maman pète un câble, tout le monde aux abris" et quand c'est fini "c'est bon vous pouvez sortir" !

Quand c'est pas à la maison, en général c'est une profusion d'insultes + attitude agressive que je détourne vers un objet (en général la photocopieuse, parce que c'est toujours sa faute de toute manière). (sinon j'ai aussi une petite poupée qui s'en prend plein la gueule exprès pour ça, elle représente tout ce que j'aime pas : l'autorité, la pouff attitude, les moutons, le mode de consommation ... bref vous avez tous compris que c'est une barbie quoi).

En tout cas ça va beaucoup mieux depuis que ça sort, les médicaments sont des camisoles chimiques qui t'interdisent d'exister, ils sont utiles parfois, mais le mieux est quand même de pouvoir arriver à exprimer les émotions que l'on éprouve ! Enfin je pense.

Sinon ce qui marche aussi bien, c'est de pouvoir parler quand on sans que ça monte, avant que ça déborde. Moi j'ai mon homme pour ça et depuis qu'on est ensemble, je sais pas pour lui mais pour moi ça va beaucoup mieux :angel4: ![/align]
shunbabyx
 

Re: Up and Down

Messagepar marco » Mar 7 Fév 2012 18:26

Treve de plaisanteries, effectivement devenue maman, c'est difficile pour moi de gérer mes émotions quand mes enfants me tapent sur les nerfs.....et dans ces moments la l'explosion ne calme rien car elle était injuste pour eux....et j'aime pas être injuste.


C'est un des trucs les plus durs pour moi : quand la colère monte d'un coup avec les gamins, pour mille raisons qui vont de "pas de bol" à une accumulation de trop de leurs caprices ou colères.
Bref dès fois je pète un plomb et après je m'en veux affreusement, mais vraiment. Je me déteste.
marco
 
Messages: 117
Âge: 45
Enregistré le: Dim 28 Aoû 2011 11:04
Localisation: Région parisienne
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar soazic » Mar 7 Fév 2012 21:02

mmmh vous me rassurez si je puis dire.
Chez moi la colère c'est assez nouveau, et encore assez brouillonne, je pense être plus encline à retourner une colère violente contre moi.
C'est vrai que les downs sont très down et les up très up.
je ne gère pas encore tout cela, je ne sais pas si ce sera possible un jour. Je suis aussi dans l'évitement quand je sens qu'une situation peut amener un débordement.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1099
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Maluna » Mer 8 Fév 2012 13:23

J'ai passe des tests de personnalite dans le cadre de mon bilan de competences. Il en est ressorti entre autres, une difficulte a gerer mes emotions dans les situations auxquelles j'accorde de l'importance ainsi qu'une faible resistance a la frustration ce qui genere pas mal de colere... En fait j'avais jamais vraiment fait le lien entre les 2...
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute" (P. Desproges)
Avatar de l’utilisateur
Maluna
 
Messages: 505
Âge: 42
Enregistré le: Mer 13 Avr 2011 13:23
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: par ici
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Fraises » Mer 8 Fév 2012 15:22

Maluna a écrit:J'ai passe des tests de personnalite dans le cadre de mon bilan de competences. Il en est ressorti entre autres, une difficulte a gerer mes emotions dans les situations auxquelles j'accorde de l'importance ainsi qu'une faible resistance a la frustration ce qui genere pas mal de colere...


Je me trouve dans ce que tu dis sur la frustration. J'y avais pensé à maintes reprises en essayant d'analyser la raison profonde de ma colère et j'étais parvenue à ça : la frustration qui m'est insupportable.

Cela dit, je ne sais pas c'est dû à quoi !!! L'enfance sans doute... Je sais que ma relation à ma mère a été source de colère et frustration pour moi. Je suis devenue sensible, voire hypersensible, à toute personnalité qui lui ressemble : écoute zéro, tendance à se fiche de l'état d'âme des autres, à faire sa propre théorie sur la personne, etc.
Alors, lorsque je me trouve face à de telles personnes, ou détecte le moindre signe qui me fait penser à une mise en doute de ma parole, je deviens rouge, et je pète un câble ayant cette sensation d'injustice que je ne supporte pas. Je sens vraiment une espèce de rage en moi.
Fraises
 

Re: Up and Down

Messagepar Coccinelle » Mer 8 Fév 2012 16:05

c'est en réfléchissant à propos de l'intolérance à la frustration de mes enfants grâce à un professionnel, que j'ai saisi que la majorité des mes colères comme celles de mes enfants découlaient de cela.

je crois que c'est aussi un trait courant chez les HQI: l'intolérance à la frustration, puisque par la pensée on est assez peu souvent frustré, on n'a pas appris à accepter la frustration, enfin c'est un peu ce que je ressens, en général quand je veux quelque chose, faire, avoir, pouvoir, j'y arrive, résoudre un problème, en général je peux, alors quand ça va pas je comprend pas ce qui se passe. Ensuite dans la vie quotidienne, ne pas réussir à me faire comprendre, ne pas réussir à faire quelque chose, mes enfants que je ne contrôle pas du tout, l'angoisse que je ne contrôle pas non plus ben ça me frustre et hop ça monte en mayonnaise rapidement.

mais après comment faire pour augmenter mon seuil de résistance à la frustration je sais pas comment m'y prendre?
Avatar de l’utilisateur
Coccinelle
Chirurgien ès Poulet
 
Messages: 1970
Âge: 39
Enregistré le: Jeu 30 Juin 2011 18:05
Badges: 2
Ex Jardinier (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Fraises » Mer 8 Fév 2012 16:12

coccinelle a écrit:
mais après comment faire pour augmenter mon seuil de résistance à la frustration je sais pas comment m'y prendre?


C'est la question que je me pose depuis très longtemps sans pouvoir y apporter de réponse ! Mais des fois, je m'exerce à relativiser tout de suite en me concentrant et en me disant : c'est pas grave, c'est pas grave. Puis je pense au futur proche, je m'y projette. Parfois ça passe. Mais il faut une capacité à se contrôler...
Fraises
 

Re: Up and Down

Messagepar Animal » Mer 8 Fév 2012 17:53

Bonjour tout le monde !
(Coucou Mûres ;) )
coccinelle a écrit:mais après comment faire pour augmenter mon seuil de résistance à la frustration je sais pas comment m'y prendre?

J'ai énormément progressé à ce sujet, et justement... en cessant de résister. Non que je me laisse aller à des manifestations désagréables pour mon entourage, j'accueille simplement (dans mon coin) le sentiment de frustration ou de colère comme l'expression d'un besoin personnel important. Ce n'est plus alors autrui, ou la situation, qui pose problème (difficile à résoudre dans cette optique). C'est ma relation à la personne, ou à l'évènement, qui me met en difficulté.

Plusieurs choses apparaissent alors. Ce dont j'ai besoin, mes attentes, mais aussi la possibilité d'avancer, d'agir sur ce sentiment, en laissant émerger en moi les ressources qui me permettent d'y faire face. La solution n'est pas dans le problème, pour le coup. Par exemple, le simple fait de trouver les bons mots pour faire entendre ce besoin à qui le frustre, me soulage rapidement. Il s'agit de reprendre en main une situation qui nous échappe (avec notre self-control). Dès qu'on a trouvé quelque chose à faire, à exprimer, pour nourrir ce besoin (souvent vital, et se sentir respecté, entendu, compris en fait partie, car nous sommes sociaux par nature, et Robinson tout seul devient fou), alors l'émotion qui exprimait le manque s'apaise. Bref, en accordant de l'attention à ce qui s'exprime dans l'émotion, et en cherchant dans les moyens dont on dispose ce qui pourrait l'apaiser, nous rassurer (il s'agit là d'être attentif en soi à ce qu'on ressent, qui nous indiquera que la solution est satisfaisante), on peut mobiliser nos ressources pour faire face à la difficulté intérieure, et la surmonter à l'extérieur (par l'action qui en découle).

Pour ce qui est de l'accueil de l'émotion (pas toujours évident), je crois qu'il est bon de se traiter avec douceur. L'émotion parle de la souffrance, et nous ne sommes pas toujours à même de lui faire face directement. Aussi peut-on prendre son temps, respecter notre propre rythme, pour trouver ce dont nous avons besoin. Pour le passage à la solution (et donc ensuite à l'action), je dirais qu'il s'agit surtout d'avoir confiance dans le fait que nous avons les outils. Si on se rappelle d'une seule fois où, par exemple, on a pu faire face au type de situation qui nous pose problème, alors en se rappelant ce qui s'est passé en nous ce jour-là, on peut retrouver des ressources. Le simple fait d'imaginer la question réglée (et le ressenti qui en découle) peut aussi amener la solution, en observant dans cette représentation imaginaire ce qui aurait changé en soi. Il y a d'autres combines, mais je pense que l'essentiel est d'être attentif à ce qui se passe en soi au niveau émotionnel (physiquement surtout, car l'émotion s'exprime essentiellement par le corps), pendant qu'on observe, qu'on cherche, car c'est là que se validera la solution, aussi.

Pour finir, par expérience, j'ai remarqué que très souvent, ce qui pose problème au fond est une croyance. Perso j'ai cru quasiment toute ma vie que j'étais "nul", et que "je ne ferai rien de bon". Quand j'ai vu ça, quand j'ai vu d'où cela venait, j'ai réellement commencé à voir ce que j'avais pu faire de bien (parce que, j'avais beau y mettre toute mon énergie, je n'étais jamais satisfait de ce que je faisais), et ce faisant, j'ai pu mettre l'accent sur mes capacités plutôt que sur mes défaillances (par rapport à un idéal qui 1/n'était pas le mien et 2/me regardait bien sûr toujours du haut de sa perfection). Et en douceur, me félicitant de chaque petit pas, je crois que c'est là que j'ai commencé à réellement avancer. Je ne me demande plus de choses difficiles, je ne veux pas "changer" brutalement. Je prends juste le temps de travailler tranquillement à l'amélioration graduelle de ce qui marche. :-)

Voilà, c'est un peu résumé, un peu en vrac, si c'est trop brouillon je peux éclairer, je vais avoir le temps dans les jours à venir... ça me fait penser qu'il est peut-être temps que je rédige ce que j'ai à rendre sur la question, bien que rien ne presse dans ma formation, qui respecte bien entendu le rythme de chacun, bref qui fait ce qu'elle dit. Peut-être un peu trop, car déjà que j'ai tendance à prendre mon temps, si on me dit que rien ne presse... :D
"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade."
J. Krishnamurti
Avatar de l’utilisateur
Animal
 
Messages: 161
Âge: 47
Enregistré le: Mer 19 Oct 2011 16:00
Localisation: Réserve surnaturelle
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Up and Down

Messagepar Coccinelle » Mer 8 Fév 2012 20:02

Animal a écrit:Bonjour tout le monde !
(Coucou Mûres ;) )
coccinelle a écrit:mais après comment faire pour augmenter mon seuil de résistance à la frustration je sais pas comment m'y prendre?



Plusieurs choses apparaissent alors. Ce dont j'ai besoin, mes attentes, mais aussi la possibilité d'avancer, d'agir sur ce sentiment, en laissant émerger en moi les ressources qui me permettent d'y faire face. La solution n'est pas dans le problème, pour le coup. Par exemple, le simple fait de trouver les bons mots pour faire entendre ce besoin à qui le frustre, me soulage rapidement. Il s'agit de reprendre en main une situation qui nous échappe (avec notre self-control). Dès qu'on a trouvé quelque chose à faire, à exprimer, pour nourrir ce besoin (souvent vital, et se sentir respecté, entendu, compris en fait partie, car nous sommes sociaux par nature, et Robinson tout seul devient fou), alors l'émotion qui exprimait le manque s'apaise. Bref, en accordant de l'attention à ce qui s'exprime dans l'émotion, et en cherchant dans les moyens dont on dispose ce qui pourrait l'apaiser, nous rassurer (il s'agit là d'être attentif en soi à ce qu'on ressent, qui nous indiquera que la solution est satisfaisante), on peut mobiliser nos ressources pour faire face à la difficulté intérieure, et la surmonter à l'extérieur (par l'action qui en découle).



le problème c'est que pour moi tout se passe si vite que je ne m'aperçois qu'après que je suis frustrée, en remontant le temps, sur le coup je suis pas capable de mettre sur ralenti pour m'entendre penser, ou me sentir dépassée, souvent je sens la frustration mais je n'arrive pas à identifier la source de cette frustration.....alors être capable au moment T de s'accepter être frustrer et de verbaliser à celui qui est originaire de la frustration, j'en suis bien loi.
Avatar de l’utilisateur
Coccinelle
Chirurgien ès Poulet
 
Messages: 1970
Âge: 39
Enregistré le: Jeu 30 Juin 2011 18:05
Badges: 2
Ex Jardinier (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Animal » Mer 8 Fév 2012 22:28

coccinelle a écrit:le problème c'est que pour moi tout se passe si vite que je ne m'aperçois qu'après que je suis frustrée, en remontant le temps, sur le coup je suis pas capable de mettre sur ralenti pour m'entendre penser, ou me sentir dépassée, souvent je sens la frustration mais je n'arrive pas à identifier la source de cette frustration.....alors être capable au moment T de s'accepter être frustrer et de verbaliser à celui qui est originaire de la frustration, j'en suis bien loi.


Si tu sens la frustration à l'instant T, c'est un bon point de départ, je trouve. Tu pourrais trouver un moyen de reprendre le contrôle en situation, dès que tu la sentiras de nouveau ? Est-ce important pour toi d'identifier la source d'un sentiment pour en tenir compte ? Ce ne sont pas des questions qui attendent réponse hein, mais pour moi c'est par là que je chercherais. Pour toi, toi seule peut savoir, je ne veux pas jouer le psy, juste tenter de partager mes outils imparfaits. Et puis j'aime bien la place de Ranimaël. :mrgreen:

Je parlais de verbaliser SI cela apaise la frustration, bien sûr, pardon de ne pas avoir précisé. Ma solution ne vaut que pour moi, j'essaie d'illustrer par des exemples ce qui me semble utilisable dans le fond. Désolé, je n'ai pas précisé, mais ce que je décris, c'est ce que je fais après-coup. Soit on peut revenir sur "l'incident" avec la/les personne(s) concernée(s), et là c'est possible de prendre du recul chez soi pour y remédier ensuite, soit la frustration est un sentiment qui revient dans des circonstances qui ont pour moi un point commun, auquel cas je vais travailler sur ce qui se passe en moi dans ces moments-là, de manière à trouver (au minimum) une parade efficace à l'avenir, pour ne plus me laisser surprendre, entraîner malgré moi dans une situation qui me laissera ensuite ce sentiment désagréable. En gros, ce sentiment est un indice, un symptôme, et si j'entends ce qu'il manifeste, je peux peut-être répondre correctement à "l'appel", et il n'aura alors plus de raison d'être.

Si je refuse par exemple le fait de m'être fait arnaquer (la souffrance étant trop forte d'y penser) je m'empêche de piger l'arnaque, et je reste une proie pour les arnaqueurs. Un cercle vicieux peut s'installer. Seulement, si j'accepte ce qui m'est arrivé, que j'observe bien ce qui s'est passé, je peux comprendre ce qui serait efficace pour éviter un peu mieux ce danger à l'avenir, en observant les signes dont je peux tenir compte. Et du moment où je tiens la solution, quand vient l'instant T suivant, je suis prêt. L'arnaque me vient à l'esprit car face à ce genre de problème, j'ai l'impression qu'on s'arnaque un peu soi-même, mais bon, c'est peut-être une projection personnelle aussi. :D
Cela peut prendre du temps, d'observer ce qui s'est passé, de comprendre ce qui nous a amené à la situation, de trouver ce qui pour nous rétablirait l'équilibre, trouver comment on peut agir, le faire... mais honnêtement, pour moi non seulement ce n'est jamais du temps perdu, mais ça en fait gagner par la suite, sans parler de l'énergie ni de la tranquillité que ça m'apporte.

Résoudre un problème après-coup m'a toujours semblé utile. Quand j'étais gosse, j'avais plaisir à imaginer des choses que j'aurais pu répondre à certains moments (ceux où on me clouait le bec, peut-être... aussi ceux où on ne m'entendait pas, assurément), ce qui fait qu'ensuite j'ai développé un certain sens de la répartie. Adolescent, on se risquait rarement à me vanner. Je crois qu'on peut s'exercer pareillement sur chaque expérience. En chinois, l'idéogramme "crise" est le même que "occasion". Les mauvaises langues rétorqueront que ça leur va bien, la crise des uns étant l'occasion des autres :mrgreen: , mais au fond, la difficulté nous mobilise, et c'est souvent une bonne occasion d'apprendre à mieux se connaître. Enfin, c'est comme ça que je le vis. C'est peut-être pour ça que j'ai cherché la difficulté, tiens.. merci Docteur, combien je vous dois ? :D1
"Ce n'est pas un signe de bonne santé mentale d'être bien adapté à une société malade."
J. Krishnamurti
Avatar de l’utilisateur
Animal
 
Messages: 161
Âge: 47
Enregistré le: Mer 19 Oct 2011 16:00
Localisation: Réserve surnaturelle
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Up and Down

Messagepar Zil2blé » Jeu 9 Fév 2012 02:53

Je confirme que je suis aussi sujet à la colère suite à une frustration depuis petit, que mon fils est pareil, et que maintenant qu'ona été testés, on est mieux compris par notre entourage, et en tout cas pour moi, j'éssaie de travailler cela car c'est encore la dernière chose qui me met dans des situations que je déteste. La piste d'Animal me semble intéressante. Verbaliser ou mentaliser les émotions dues à la frustration. Trouver la motivation ou le sens pour supporter.
Avatar de l’utilisateur
Zil2blé
 
Messages: 811
Âge: 47
Enregistré le: Ven 14 Oct 2011 21:00
Présentation: ma présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Fraises » Jeu 9 Fév 2012 10:45

Animal a écrit:Bonjour tout le monde !
(Coucou Mûres ;) )


Pour finir, par expérience, j'ai remarqué que très souvent, ce qui pose problème au fond est une croyance. Perso j'ai cru quasiment toute ma vie que j'étais "nul", et que "je ne ferai rien de bon". Quand j'ai vu ça, quand j'ai vu d'où cela venait, j'ai réellement commencé à voir ce que j'avais pu faire de bien (parce que, j'avais beau y mettre toute mon énergie, je n'étais jamais satisfait de ce que je faisais), et ce faisant, j'ai pu mettre l'accent sur mes capacités plutôt que sur mes défaillances (par rapport à un idéal qui 1/n'était pas le mien et 2/me regardait bien sûr toujours du haut de sa perfection). Et en douceur, me félicitant de chaque petit pas, je crois que c'est là que j'ai commencé à réellement avancer. Je ne me demande plus de choses difficiles, je ne veux pas "changer" brutalement. Je prends juste le temps de travailler tranquillement à l'amélioration graduelle de ce qui marche. :-)



Coucou Animal :-)

J'aime beaucoup ce passage ... : se féliciter graduellement sur ce qui marche. Perso, je l'ai fait aussi et je le fais tout le temps ; c'est très bénéfique... (mais c'est mon entourage qui refuse de le voir...).

Animal a écrit:mais au fond, la difficulté nous mobilise, et c'est souvent une bonne occasion d'apprendre à mieux se connaître. Enfin, c'est comme ça que je le vis.

Je suis tout-à-fait d'accord avec ce que tu dis... (La difficulté m'a toujours été l'occasion pour que je me remette en question, que je revoie mon fonctionnement et celui des autres... C'est un bon moment pour poser les questions).
Mais il faut être outillé pour le faire. Des gens traversent des moments difficiles sans pour autant en profiter pour poser les bonnes questions.. ça s'apprend je pense. Du moins, c'est ce que j'ai constaté. J'ai vu des personnes autour de moi figées dans leurs positions lors des difficultés qu'ils traversaient. Ils ont, soit subi, soit renvoyé la responsabilité aux autres...

Quant à analyser la frustration, et tout ce que tu as développé : oui, je vois, je suis d'accord. Perso je le fais systématiquement. C'est ce qui m'aide à me comprendre. Mais quand il s'agit de frustration vécue avec l'autre, ce dernier a du mal à accepter le dialogue...

Reste les pétages de câbles spécial gamins :mrgreen: !
Là, Animal, je ne suis pas sûre que tu aies une recette !!! Un gamin te fout dans la cocotte en 30 secondes.... Le cerveau fait gros bug et dit : STOP :@

:lol:
Fraises
 

Re: Up and Down

Messagepar Maluna » Jeu 9 Fév 2012 12:45

Mûres a écrit:Reste les pétages de câbles spécial gamins :mrgreen: !
Là, Animal, je ne suis pas sûre que tu aies une recette !!! Un gamin te fout dans la cocotte en 30 secondes.... Le cerveau fait gros bug et dit : STOP :@


En ce qui me concerne, je sais que ce genre de petage de plomb n'est que la goutte d'eau d'eau, j'accumule, je contiens et puis a un moment c'est trop et c'est en general un evenement insignifiant (que je sais gerer en temps normal) qui fait sauter la soupape. Je sais que meme si les enfants sont parfois dificiles ce n'est pas leur faute, que c'est moi qui vais mal et pas eux qui le plus souvent ne sont pas moins supportables que d'habitude :wink:

C'est parfois difficile de mettre des mots des causes sur la frustration quand il y a comme cela une accumulation... Et puis il frustration et frustration, je veux dire celles sur lesquelles on a la possibilite d'agir et celle sur lesquelles c'est bcp plus difficile voire parfois impossible, enfin je ne sais pas. Moi mon probleme je crois est lie a l'insatisfaction en general et au sens large (vie privee, vie profesionnelle...) alors que je n'ai aucune raison a priori de l'etre... Donc c'est la-dessus que je dois travailler : apprendre a se satisfaire de moins pour limiter les sources de frustration. Si vous avez des recettes je suis preneuse :D1
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute" (P. Desproges)
Avatar de l’utilisateur
Maluna
 
Messages: 505
Âge: 42
Enregistré le: Mer 13 Avr 2011 13:23
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: par ici
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Fraises » Jeu 9 Fév 2012 14:41

Maluna a écrit:
Mûres a écrit:Reste les pétages de câbles spécial gamins :mrgreen: !
Là, Animal, je ne suis pas sûre que tu aies une recette !!! Un gamin te fout dans la cocotte en 30 secondes.... Le cerveau fait gros bug et dit : STOP :@


En ce qui me concerne, je sais que ce genre de petage de plomb n'est que la goutte d'eau d'eau, j'accumule, je contiens et puis a un moment c'est trop et c'est en general un evenement insignifiant (que je sais gerer en temps normal) qui fait sauter la soupape. Je sais que meme si les enfants sont parfois dificiles ce n'est pas leur faute, que c'est moi qui vais mal et pas eux qui le plus souvent ne sont pas moins supportables que d'habitude :wink:

C'est parfois difficile de mettre des mots des causes sur la frustration quand il y a comme cela une accumulation... Et puis il frustration et frustration, je veux dire celles sur lesquelles on a la possibilite d'agir et celle sur lesquelles c'est bcp plus difficile voire parfois impossible, enfin je ne sais pas. Moi mon probleme je crois est lie a l'insatisfaction en general et au sens large (vie privee, vie profesionnelle...) alors que je n'ai aucune raison a priori de l'etre... Donc c'est la-dessus que je dois travailler : apprendre a se satisfaire de moins pour limiter les sources de frustration. Si vous avez des recettes je suis preneuse :D1


Bienvenue au club des insatisfaits Maluna :D1
Non mais sérieusement, je vois ce que tu veux dire... J'ai fini par attribuer ce sentiment d'insatisfaction à l'Ennui (je l'ai développé dans le topic consacré à l'ennui).

Oui, je confirme qu'avec les enfants, il s'agit d'une goutte d'eau. Je l'avais dit plus haut je crois : la même chose fait ou ne fait pas sauter la soupape ! Tout dépend de l'état de fatigue.. Et c'est multi-factoriel. Avec les enfants, il arrive qu'on soit saturés par le tas de sollicitations permanentes. Le corps fait bug. Il dit non. Tout le système saute, car on l'a trop sollicité. Alors si des éléments extérieurs se rajoutent à la liste (vie professionnelle, affective, conjugale, etc.), le trop-plein est vite arrivé aussi...

Faut pas oublier qu'avec les enfants, on gère dans l'urgence aussi. Il faut être à même de faire plusieurs choses à la fois et supporter que l'attention soit coupée plusieurs fois pendant la même tâche. C'est pénible parfois, etc.

Ps : les enfants, c'est beau.. :mrgreen:
Fraises
 

Re: Up and Down

Messagepar Coccinelle » Jeu 9 Fév 2012 18:53

donc pour être moins frustrée il faudrait être moins exigeant? avec soi et avec les autres?
ou autre piste il faudrait juste accepter que la frustration est normale et même vitale parce que on a tous des limites mais si les limites de certains sont plus grandes que d'autres? en fait souvent j'ai du mal car j'ai du mal à appréhender mes propres limites, j'essaie toujours de les repousser (par exemple je deteste passer du temps dans u_ne pice bruyante bourrée de gens que je connais pas; pourtant des fois sachant que dans les heures qui suivront je vais péter un câble, j'y vais soit pour faire plaisir à quelqu'un soit par ce que je veux aider, soit parce que si tout le monde peut le faire moi aussi etc...), tout cela entraine fatigue, exigeances, pression, insatisfaction sentiment d'être nulle (et/ou rejetée pour moi) et là la crise arrive....
Avatar de l’utilisateur
Coccinelle
Chirurgien ès Poulet
 
Messages: 1970
Âge: 39
Enregistré le: Jeu 30 Juin 2011 18:05
Badges: 2
Ex Jardinier (1) Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Fraises » Jeu 9 Fév 2012 19:16

coccinelle a écrit:donc pour être moins frustrée il faudrait être moins exigeant? avec soi et avec les autres?
ou autre piste il faudrait juste accepter que la frustration est normale et même vitale parce que on a tous des limites mais si les limites de certains sont plus grandes que d'autres? en fait souvent j'ai du mal car j'ai du mal à appréhender mes propres limites, j'essaie toujours de les repousser (par exemple je deteste passer du temps dans u_ne pice bruyante bourrée de gens que je connais pas; pourtant des fois sachant que dans les heures qui suivront je vais péter un câble, j'y vais soit pour faire plaisir à quelqu'un soit par ce que je veux aider, soit parce que si tout le monde peut le faire moi aussi etc...), tout cela entraine fatigue, exigeances, pression, insatisfaction sentiment d'être nulle (et/ou rejetée pour moi) et là la crise arrive....


Tu soulignes un point hyper important : les limites.
Si j'ai appris quelque chose ces dernières années, c'est bien : respecter mes limites que j'ai fini par connaître suite à des réactions allergiques avec les gens. J'ai analysé tout cela au fil du temps et j'ai compris que là : non, je ne peux pas.

L'exemple que tu prends dans ton passage ci-dessus sur le bruit me parle beaucoup. Je suis comme ça. Pour avoir vécu des fatigues énormes suite à ce genre de situation, trop stimulante pour moi, j'ai fini par me protéger.
Sauf que cela se traduit mal dans la vie de tous les jours avec l'entourage qui a du mal à comprendre, et qui se montre intolérant.
Le point le plus important c'est savoir s'affirmer sans blesser les autres. Ce n'est pas facile.
Mais en y travaillant, ça peut avancer un peu.

Exemple concernant le bruit pour moi : les gens qui parlent beaucoup et avec un débit rapide accompagné d'une voix forte. Je ne peux. J'ai fait un réel "bug" il y a 14 ans avec une amie, suivi d'une fuite relationnelle. J'ai été surprise moi-même de me trouver incapable de lui reparler.
J'ai compris, et grâce à d'autres situations, que je ne pouvais plus discuter avec quelqu'un qui n'écoute pas, qui s'empare de la parole sans cesse ni fin. Maintenant, je fuis littéralement pour me protéger, et sans culpabilité aucune.
Fraises
 

Re: Up and Down

Messagepar melelise » Mar 21 Fév 2012 15:01

oui je connais ces up and down, que j'ai évoqué ds ma présentation. ça me pose pb, surtout depuis que je suis maman. j'ai peur de traumatiser mon fils avec ça. c'est vraiment comme une evacuation de trop de pression accumulée, ça sort en rage disproportionnée à cause d'un détail insignifiant. j'ai bcp de mal a attenuer cela, je suis capable de dire des horreurs que je regrette amèrement qd l'orage est passé. je pense que je fond du pb, c'est un manque de spontanéité, comme l'a dit qqu'un, le bébé est sage, il evacue ses tensions dans la minute. moi j'accumule, ça fait des couches voire des strates, des trucs qui me genent un peu mais que je laisse passer. Le resultat c'est que qd j'ai atteint le trop plein, ça saute, et je ressors tout ce qui m'a heurté. en général c'est mon mari qui reprend en boomerang ses paroles/gestes/ce qu'il a fait/pas fait/pas dit/pas pensé/m'a demandé alors qu'il aurait tres bien pu le faire...bref. je ressens une colère incontrolable, mes paroles dépassent ma pensée et en général après ça part en torrents de larmes car je culpabilise. c'est de la saturation, je m'en accomode tant bien que mal sauf concernant mon fils a qui j'ai conscience de faire peur. j'ai l'impression de manquer à un devoir d'équilibre pour lui. Je voudrais être un roc et laisser emerger une telle fragilité, ça me turlupine.
melelise
 
Messages: 122
Enregistré le: Lun 20 Fév 2012 17:31
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Up and Down

Messagepar bluejark » Mer 25 Avr 2012 10:53

Coccinelle a écrit:(hier au scrabble avec mon mari....la honte!!!! tout ça parce que je me mettais trop de pression car c'était en duplicate....n'importe quoi!).

La même pour ma copine! :mrgreen:

Sinon, les Up & Down... Les Up ressemblent assez aux vôtres, je suis joyeux, plein d'entrain, j'ai envie de faire plein de choses, plein d'énergie, je trouve tout beau (je caricature un peu, mais l'idée est là), bref je pourrais soulever des montagnes (allez au moins des monticules de terre) rien qu'avec mon énergie! Les Down par contre, je ne ressens pas forcément de colère. Ca se manifeste surtout par tout d'un coup une grosse envie de rien, la flemme de tout, tout me semble fade (fade & encore fade!), du coup aucune énergie, joie de vivre... Honnêtement, ça fait vraiment penser à des trouples dipolaires, j'y avais pensé à un moment donné. Et pour ma copine, on était quasiment surs que c'était ça la concernant (c'est encore + marqué dans le down pour elle).

Depuis 1 an, il m'arrive d'exprimer un brusque accès de colère. J'ai toujours été très calme & sage (trop, carapace ++), & depuis quelques temps j'apprends à m'écouter & me faire confiance, oser +. Du coup, vous imaginez la surprise (le mot est faible) de toute ma famille lorsque je me suis approché de mon beau frère, l'ai bousculé, insulté de tous les noms &, tremblant de rage, voulu partir dans la foulée avec ma copine & ma chienne du repas familial. Finalement, je suis allé me calmer avec mon père pendant demiheure en baladant les chiens... Pour l'histoire, mon beau-frère est un con fini (se croit meilleur & + intelligent que tout le monde, fait croire à tout le monde qu'il est cool & ouvert d'esprit alors que pas du tout, dès que tu parles avec lui c'est intolérance à gogo, arguments bidons & impossible d'en placer une car il tourne tout à la déconnade (voyez, je suis cool, j'fais des blagues... fin du débat) & parle fort), et il avait décollé ma chienne du sol (1m au dessus) en la tenant par le coup. J'ai dégoupillé.

Ce qui est drôle dans cet accès énorme de colère (ridicule comparé à coccinelle mais quand même :angel4: ), c'est que j'ai un trou noir complet sur la séquence où j'ai dégoupillé. Je ne me rappelle de rien.. Je me rappelle aller vers la baie vitrée, et je me rappelle être à la porte d'entrée 5min après, entre temps rien du tout.


Sinon, pareil que Mlle rose & d'autres... Mon meilleur ami est décédé à l'âge de 18ans, on était extrêmement proches évidemment (c'était mon seul ami), et j'ai vécu le jour d'enterrement comme une fleur. Aucun chagrin, je me voyais déambuler, marcher, parler (j'ai cru devenir schizophrène) aux gens sans émotion & de l'extérieur, j'me voyais évoluer. Limite j'avais le sourire pour rassurer les gens qui s'inquiétaient pour moi, ou même pour eux.
Plus généralement, j'ai pas trop mal vécu le décès, la maladie & le deuil. Ma copine me dit souvent que j'ai pas fait le deuil, j'imagine que c'est vrai...
bluejark
 
Messages: 59
Âge: 29
Enregistré le: Lun 5 Mar 2012 18:33
Localisation: Toulouse
Présentation: 1pseudo2questions
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar yogi content » Mer 25 Avr 2012 11:35

Je me permets d'intervenir dans ce sujet, bien que non "testée", mais j'ai l'impression qu'il est assez caractéristique des "surdoués", même si les livres sur le sujet ne mettent pas forcément l'accent sur ce point. A défaut de parler de moi (ce qui confirmerait aussi ce trait de caractère), je vois autour de moi pas mal d'exemples.

Parlons d'une de mes meilleures amies, surdouée avérée puisque testée à plus de 150 de QI pendant ses études : ses variations d'humeur sont impressionnantes ! Une autre amie très proche dont le fils a été détecté surdoué récemment, et dont on peut penser qu'elle l'est aussi, mais ça resterait bien sûr à évaluer, souffre beaucoup de ces hauts et bas, nous en parlons souvent. Un ami très proche de mes parents, prof universitaire, niveau Polytechnique ET Normale sup (ça vaut pas un WAIS, mais bon, il doit bien falloir un certain QI pour arriver là...?) m'avait parlé de ses colères et frustrations très fréquentes, pas faciles à vivre pour son entourage. Il l'expliquait par le sentiment permanent d'écart avec les autres, en rythme notamment. Enfin je fréquente des cadres dirigeants de grandes entreprises, issus des grandes écoles les plus prestigieuses. Ils ont assez souvent une difficulté à gérer leurs émotions, notamment la colère.

Bon, vous allez peut-être classer ce témoignage dans la catégorie des discussions de café du commerce, mais il me semble logique d'être plus sujet à la frustration, à la colère, et aux variations brutales d'humeur si on fonctionne différemment des autres, à un rythme plus rapide, et si on est assailli de plus d'informations reçus de manière intensive si le cerveau perçoit plus, plus vite.
Cela demande donc plus d'efforts pour gérer cela. Les pistes présentées par Animal m'ont paru très intéressantes. Il y a aussi un sujet "méditation", j'y ai écrit qu'un des principaux bénéfices pour moi avait été la gestion des émotions.
Avatar de l’utilisateur
yogi content
 
Messages: 78
Âge: 55
Enregistré le: Mer 11 Avr 2012 11:58
Présentation: pourquoi ici et maintenant
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Up and Down

Messagepar Zyghna » Mer 25 Avr 2012 12:27

En fait, les "up and down" ce ne sont pas tant des variations rapides des émotions que des alternances de phases de plus ou moins longue durée entre enthousiasme sans borne et ennui profond. De multiples émotions accompagnent ces phases, mais c'est surtout ce qu'elles recouvrent qui est intéressant.
La plupart des gens sont constants, modérés. Oui ils connaissent des phases descendantes ou ascendantes, mais j'ai l'impression qu'elles sont plus longues à mettre en place (plus des collines que des montagnes en dents de scie).

Un jour on a l'impression qu'on va pouvoir changer le monde à nous seul, tout révolutionner. Et puis - sans raison apparente - on retourne à la certitude que tout ce qu'on peut faire ne sera jamais qu'une goutte d'eau perdue dans l'océan, alors pourquoi même essayer de bouger? Et ainsi de suite...
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar soazic » Dim 29 Avr 2012 14:11

oui,( ah ben je fais bien de venir aujourd'hui), ça vous épuise aussi?
ici je relie ces up et down à la question du sens
Autant, il y a cette capacité à se réjouir du moindre grain de poussière qui passe dans la lumière, autant cela s'ajoute de suite à "oui ,mais quel sens tout cela et à quoi bon, autant mourir"
C'est usant je trouve, si certains ont des "trucs et astuces"...
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1099
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Pier Kirool » Mer 23 Mai 2012 09:04

Bonjour,
Moi aussi je pète les plombs. Je crois en particulier que c'est quand j'ai l'impression de ne pas avoir été écouté (ou compris peut-être) ; genre j'ai horreur de devoir redire les choses... Dès fois c'est absolument redoutable. Ou quand j'ai l'impression que les personnes à qui je m'adresse ne réfléchissent pas avant de dire ou faire quelque chose.
Je vois le plus souvent les risques et le(s) scenario(s) défavorables, et quand ça ne va pas, la colère me plonge dans des méandres noirs foncés (mutisme et préoccupation) dont je ne sors que progressivement et doucement...
"La vraie science est une ignorance qui se sait" (Voltaire)
Avatar de l’utilisateur
Pier Kirool
 
Messages: 2320
Âge: 56
Enregistré le: Lun 14 Mai 2012 10:50
Localisation: Bordeaux
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Start me up
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar soazic » Sam 30 Juin 2012 23:18

de mon côté, je ne pète pas les plombs, par contre il arrive que j'implose," pouf", moins maintenant peut être (quoi que)avec l'âge, je ne sais pas
par contre dans mes émotions c'est le b***, parfois je suis submergée par des babioles , j'ai l'impression que la terre s'ouvre en deux devant moi,et à d'autres moments, j'en suis complètement détachée, elles sont très très loin, et je n'aime pas cela non plus.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1099
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Up and Down

Messagepar Emy » Dim 1 Juil 2012 20:03

Je me retrouve aussi beaucoup dans les propos de coccinelle, Lucifer...
Des fois je pète un plomb pour une broutille, les gens qui m'entourant ne me comprennent pas et ça me frustré d'avantage.
Avant, en crise de colère je cassais des trucs, je me trouvais bien conne, j'étais mal après aussi mais comme la plupart d'entre vous impossible de me contrôler.
Je suis aussi du genre quand je suis dans le up c'est big up, et dans le down c'est le big down aussi. Par contre c'est fluctuant des fois dans une même journée même Arf, et c'est fatiguant, des fois les down durent plusieurs jours et là c'est dur dur. Mon fils, le grand, le sent, il me fait des câlins, il est sage. Du coup le petit aussi.
Dans les up, je déplacerai des montagnes, j'ai envie de créer mon entreprise je fais des projets ect ect... Dans les down je suis bonne à rien et je procrastine à fond plus que les autres fois...
J'aimerai bien encore plus me contrôler, j'arrive à plus casser de chose mais des fois c'est hard. J'espère qu'avec ma Psy on mettra un peu à plat tout ça !!
Et un jour, la lumière fut...
Avatar de l’utilisateur
Emy
 
Messages: 40
Âge: 35
Enregistré le: Dim 20 Mai 2012 00:15
Profil: En questionnement
Test: NON

PrécédenteSuivante

Retourner vers Psychologie et Santé

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
autism and workplace survival
par Mayumi » Lun 20 Juin 2011 22:29

Réponses: 0

Vues: 677

Dernier message par Mayumi Voir le dernier message
Lun 20 Juin 2011 22:29

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités