Nous sommes le Jeu 23 Nov 2017 01:06


Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement

Modérateur: Bradeck

Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Armie » Mer 28 Jan 2015 18:04

Bonjour à tous,

Je propose d’ouvrir ce fil de discussion pour apporter un témoignage qui résonnera peut-être avec le vécu d’autres personnes ici: lorsque le test n’apporte pas d’emblée de réponse claire et que l’on se retrouve à errer dans les nimbes jusqu’à ce que le brouillard finisse par se lever.
J’ai fait cette expérience récemment en décidant de passer le WAIS IV avec une psychologue réputée mais avec qui je n’ai pas eu un bon contact, puis en débriefant les résultats avec une autre psychologue qui m’a apporté des éléments nouveaux et surtout a tranché. Ci-dessous mon témoignage, vu qu’il est fleuve je le découpe.

Concernant la passation du test, beaucoup de signaux rouges s’étaient pourtant allumés et j’aurais sans doute dû écouter mon intuition. Mon conseil ou plutôt mon retour serait de ne pas hésiter à sortir d’un cabinet dans lequel on ne se sent mal à l’aise ou mal accueilli … Même si cela peut paraître impoli, même si on a fait du chemin pour venir ou qu’on a attendu le rendez-vous longtemps, même si on brûle de savoir et qu’on ne veut pas repartir bredouille…. Le passage du test, c’est un one-shot, c’est vraiment dommage de ne pas se sentir en confiance parce qu’après, on repart avec l’Affreux Méchant Doute. Doute du test, doute de soi même, doute de la psy, doute des résultats, que sais-je encore. Je n’ai pas osé le faire, et je pense que j’aurais dû.
- Avant même d’arriver au cabinet, la psy se permet de décaler le RDV la veille au soir pour le lendemain, parce qu’elle a autre chose de prévu et qu’elle vient de s’en rendre compte. Heureusement j’avais posé ma journée donc j’étais disponible, mais vu mon niveau d’anxiété les jours précédant, j’étais déjà très déstabilisée…
- Le jour J, elle me prend en retard, papillonne dans son bureau, clairement surbookée et non préparée, ne me propose aucun entretien préalable, à part la question « pourquoi voulez-vous passer le test ? » moi : « pour en avoir le cœur net ». Elle « OK, je fais des photocopies on commence ».
- La passation du test a été très inconfortable pour moi, je ne me suis pas du tout sentie accompagnée. Elle ne m’a pas donné toutes les consignes (je ne savais pas que les cubes étaient sous contraintes de temps par ex.), elle est sortie de son bureau quand une collègue l’a interrompue, et surtout, ne m’a pas proposé de faire une pause lorsque j’ai éclaté en sanglot pendant un des subtests, de façon très inattendue d’ailleurs. (J’ai compris après coup avoir totalement paniqué parce que mon complexe de l’imposteur m’est brutalement tombé dessus, du type « oh mon dieu ça y’est, après toutes ces années, le monde entier va se rendre compte que je ne sais pas calculer malgré mes études scientifiques/diplôme d’ingé... ») Bien que j’avais beaucoup de mal à me calmer et je n’arrivais plus à réfléchir, elle a enchaîné les questions et il a bien fallu terminer.
- La restitution a eu lieu dans la foulée en 5 minutes, en tout et pour tout, j’étais sortie au bout d’1h20. Le bilan écrit envoyé dans la semaine était à l’image du reste : fautes d’orthographe, répétition de phrases, donc pas relu… Bien que pertinent tout de même dans son contenu.
- Pour relativiser ce témoignage « à charge », je pense tout de même que la psy était très expérimentée dans le domaine de la douance, elle avait l’air de savoir de quoi elle parlait et de m’avoir cernée très vite. Je pense par contre qu’elle n’est pas enveloppante du tout, et que cela ne m’a pas convenu parce que j’étais très stressée.

Concernant le résultat à proprement parler, heureusement que j’avais potassé le sujet, parce qu’elle a été cash. Elle m’annonce un QI extrêmement hétérogène (45 points entre deux subtests, de 145 en verbal à 100 en vitesse de traitement!), une dispraxie visuo-spatiale, la nécessité de faire un bilan orthoptique (en effet, j’ai du mal à faire la mise au point), et le besoin de traiter les émotions via une thérapie EMDR.
Devant cette avalanche, j’ai fini par lui poser LA question : « Au final, je suis surdouée ou pas ? »…
Réponse : « Il y a une douance verbale ».
J’entends : « oui, mais non. » Parce que le QI total est un peu en dessous de 130, et de plus, il est supposé être calculable mais non significatif à cause de l’hétérogénéité.
Je suis sortie extrêmement perturbée, avec la sensation d’être à la fois nulle, car en dessous de la barre et monstrueuse à cause de cette hétérogénéité monumentale. Je sais à présent qu’il ne faut pas raisonner comme ça, que cette barre n’est qu’indicative, qui plus est cela n'a rien d'une échelle de valeur, je comprends mieux ce que signifient certains substests grâce au fil de conversation sur l’hétérogénéité qui m’a aussi montré que cela n’avait rien de monstrueux, mais le fait est que sur le coup je l’ai vécu ainsi.
Donc, difficile à digérer...
En points positifs tout de même, la psy m’a expliqué qu’il était normal que j’ai rencontré des difficultés de vie avec autant d’hétérogénéité, ce qui m’a quand même soulagée. (Même si j’ai aussi compris qu’ici certains le vivent très bien donc qu’il n’y a pas de règle en la matière)
« Il y a une différence entre ce que vous êtes capable de concevoir et ce que vous pouvez réaliser sous contrainte » -> OK, c’est l’histoire de ma vie, merci !

Deuxième épisode de la série à succès « Passe donc le WAIS pour avoir des réponses », je décide de proposer à la psy chez qui je viens de commencer un accompagnement thérapeutique (de type EMDR, tiens donc) de lui envoyer les résultats du bilan, histoire d’avoir un éclairage complémentaire pour notre travail ensemble. Il se trouve qu'elle aussi est spécialisée dans la douance : j’avais un peu assuré mes arrières au cas où le résultat soit positif.
Elle lit le bilan entre deux séances, puis m’annonce qu'elle se sent un peu gênée de mettre sa collègue en porte-à-faux, mais qu'elle n’est pas vraiment d'accord avec tout cela.
- Déjà, elle infirme le diagnostic de dyspraxie, en m'expliquant que c'est un vrai handicap qui m'aurait complètement empêché de faire des études scientifiques de haut niveau, et que de plus les résultats du test ne le montrent pas. Je dois avouer que ça m'a un peu soulagée, parce je m'y reconnaissais pas trop… OK j’ai du mal à lire une carte, mais quand même….
- Elle m’informe qu'il manque 3 subtests (j'en ai passé 10, apparemment il y en a 13 minimum +1 facultatif), confirmant mon impression que la psy du test me l'avait fait passer par-dessus la jambe. Or, vu mon profil et les subtests manquant, me dit-elle, il est probable que le QI total soit plus haut. Ah bon.
- Je lui raconte donc comment s’est passé le test et sa mâchoire se décroche! Elle me dit que ce ne sont pas des conditions normales de passation, le but étant d'évaluer les capacités psychiques et pas le stress évaluatif... et qu’on n’évalue pas quelqu’un qui pleure.
- Là-dessus, elle m’annonce que l'idée selon laquelle le QI total n’est pas calculable lorsqu’il y a une trop forte hétérogénéité est remise en question par la communauté scientifique y compris dans d’autres pays, et qu'elle n'y souscrit pas. Je n’avais jamais entendu cela, y compris sur ce forum. Voilà une idée nouvelle… J’aurais dû lui demander des sources ;)
- En conclusion, elle m’explique que pour moi elle pose clairement un diagnostic de haut potentiel, compte tenu des éléments cliniques dont elle dispose suite à nos entretiens, que viennent compléter les résultats du test. Elle me dit que si je veux un Qi total plus proche de la réalité, je peux repasser le test dans 18 mois à 2 ans, mais que de son côté elle n’a aucun doutes.
- Enfin, elle m'a dit que ça ne l'étonnait pas que je n'ai pas été diagnostiquée jusqu'à présent, car j'ai de bonnes capacités relationnelles donc douance passée inaperçu.

Voilà donc du nouveau à digérer... Il apparaît que « finalement si ».
Après une seconde occurrence de « tempête sous un crâne », j’ai décidé de me fier à cette dernière parole car je me sens totalement en confiance avec elle, tout ce qu’elle a pu me dire depuis que je la connais m’a paru logique et recevable, y compris déontologiquement.
Je trouve un soulagement certain à sortir de l’incertitude, de l’entre-deux inconfortable. Il reste un chemin à parcourir, ce n’est qu'un début, mais au moins je sais que je marche sur le bon sentier, ce qui est déjà énorme.
Par contre, je ne peux que constater que le WAIS est sacrément tombé de son piédestal. C’était sans doute naïf de ma part d’en attendre une parole de vérité comme si j’allais consulter l’oracle, et finalement la vie s’est chargée de me rappeler qu’il est bon de garder un peu de recul et d’esprit critique sur ce que représente un test psy et son interprétation. Ce qu’explique très bien Melle Rose dans tests-psys/tests-incertitudes-mythe-expert-t3243.html)


Bon à ce stade de lecture tout le monde dort |-) mais si par hasard quelqu'un d'autre souhaite témoigner, ma foi, j'en serai ravie :-)
(j'en profite pour remercier encore tout le monde ici pour la qualité des topics qui m'ont beaucoup aidés dans cette période pré et post errance diagnostique!)
Avatar de l’utilisateur
Armie
 
Messages: 549
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 11 Déc 2014 14:39
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Mlle Rose » Mer 28 Jan 2015 19:24

Topic intéressant merci !

J'ai déjà lu des choses sur ce problème de calcul du QIT, avec hétérogénéité. Et cela concernait spécifiquement les versions IV des WAIS et WISC, très peu adaptées selon certains pour identifier la douance chez quelqu'un (cf Linda Silverman, un article traduit est disponible sur le site associé au forum).
Principalement on retrouve l'argument selon lequel l'IVT est très fréquemment chuté (enfin, par rapport au reste) chez les personnes surdouées et d'autant plus qu'un grand nombre d'entre elles sont assez perfectionnistes et notamment dans un contexte d'évaluation.

Je crois surtout qu'ils tâtonnent, tous, autour des définitions, de ce que tout ceci recouvre exactement, de qui rentre dans la case ou pas, de si il y a des caractéristiques spécifiques dans le comportement ou pas.

J'ai passé mon test il y a maintenant 6 ans, et ce qu'il en reste ce n'est pas le mot qui a été posé dans la conclusion, mais l'énorme transformation de ma vie depuis. Non pas seulement à cause du mot mais parce que :
- ce fut un point de départ pour regarder mon parcours d'un autre oeil
- ce fut un point de départ pour une meilleure compréhension de mes faiblesses, comme de ce qui me fait parfois tout déchirer :lunettes9: (et donc une meilleure utilisation de tout ça).
- ce fut la première pierre d'un processus de deuil, de ce que je ne serai jamais, de ce dans quoi je ne pourrai jamais rentrer sans me faire mal.

Il me semble que si il y a une chose à retenir de tout ça c'est qu'on ne sait jamais trop à quoi s'attendre mais qu'il ne faut pas y aller chercher un oui ou un non, il faut y aller comme on entame un chemin, vers soi.
Ce chemin peut passer, aussi, par de multiples détours, de multiples rencontres qui finalement pas après pas permettent de trouver un cap.
J'ai peine à croire qu'on puisse le faire totalement seul. D'où l'importance tu le dis de trouver LA bonne personne. LE bon psy. Et puis LES bonnes personnes globalement. Je ne pense pas que je serai aujourd'hui la même si je n'avais jamais rencontré Tourne, par exemple (c'est en cela que je pense important que ce genre de forum existe) :-)


EDIT : par contre je ne sais pas de quels subtests elle parle quand elle dit qu'il y en a 13 (ta seconde psy). Il me semblait que c'était bien 10, et vérif faite on dirait bien quand même..
http://www.ecpa.fr/orientation-et-bilan ... sp?id=1973
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Raphaël » Mer 28 Jan 2015 23:37

Pfiou! Quelle mésaventure ce passage de test!
Quand je compare aux petits soucis qui ont émaillé mon propre passage, ça me rassure pas mal!
Purée, si j'avais été à ta place, ça se serait mal passé cette histoire! (J'en suis déjà à cinq points d’exclamation, c'est dire si mon empathie s'est activée à la lecture de ce témoignage! = 6)

100 en vitesse de traitement malgré des galères pareilles. Mon psy m'avait indiqué que j'avais des chiffres moyens sur certains des subtests en question, et que beaucoup de surdoués avaient de mauvais scores sur certains d'entre eux car ils les trouvaient ennuyants...
Voiles et plumes
ont destinée commune
happer la caresse du vent
Avatar de l’utilisateur
Raphaël
 
Messages: 386
Âge: 35
Enregistré le: Sam 19 Jan 2013 10:06
Localisation: Rouen
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar joran » Jeu 29 Jan 2015 09:01

Je rejoins Melle Rose, j'ai bien l'impression que le même problème se rencontre avec le wisc IV.
A moins que ce soit la psy qui n'était pas assez familiarisée, avec, ou un positionnement vis à vis du concept " surdoué"...
C'était pour ma fille, dans le cadre scolaire, en juin dernier.
Elle a fait très fort en verbal (>+4 écarts types en verbal), et normal en" calcul".
Compte rendu oral: non non madame. Des bonnes capacités en verbal, c'est tout. ( en gros hein).
Compte rendu écrit: résultats très hétérogènes, QIT impossible à calculer. Sensibilité, perfectionnisme, anxiété du chronomètre...
Donc au final, j'en sais toujours rien, entre les deux, et la réalité du tous les jours avec fifille...
Mais bon, pour l'instant, le but est atteint, grâce à ça, (et changement d' instit), elle a retrouvé confiance en elle et plaisir d'aller à l'école. Donc du positif.
Mais qui reflète, je trouve, toute la difficulté de ces dernières versions...
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."

Périclès
Avatar de l’utilisateur
joran
 
Messages: 1095
Âge: 40
Enregistré le: Dim 26 Juin 2011 00:39
Localisation: *au pied de la montagne*
Présentation: iuhbvfuigylkayg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Zéphyr » Jeu 29 Jan 2015 10:53

J'ai des résultats très similaires aux tiens. Même grand écart sur les mêmes subtests, il faut juste les décaler de deux points.
Le test :
Par contre, j'ai passé le test avec une psychologue en qui j'avais confiance (conseillée par Mlle Rose). J'ai tout fait en une seule séance, mais elle a duré 4h30... 1h20 pour faire tout ce que j'ai fait, c'est impossible ! Donc je comprends très bien que tu l'ais mal vécu. Les périodes de discussions avec la psy m'ont été très utiles et agréables (d'avoir quelqu'un qui comprend ce que je dis de ce qui se passe dans ma tête sans avoir besoin d'expliquer en long et en travers, c'est énorme ! Rien que pour discuter, j'ai envie de retourner la voir :rofl: ). Avec le recul, je vois le déroulement de la séance de façon très temporelle : l'entretient préalable qui représente le passé (qui j'étais, mon environnement, la raison de mes doutes sur le sujet de la douance et mon cheminement jusqu'au test...), le test qui représentait le présent, puis la restitution qui représente le futur (explication des résultats, et surtout comment avancer, pas mal de conseils pour m'épanouir). J'ai plus développé le passage du test ici.

Concernant le résultat :
Le fait que j'ai apprécié la psy m'a permit de lui faire confiance et d'accepter ses conclusions sans (trop) les remettre en question. Et aussi l'analyse qu'elle a fait de mon comportement lors du test que j'ai trouvé très pertinente.
J'ai eu droit à un petit test en plus (figure de Rey), qui au vu de ce qu'il y a dans mon compte-rendu écrit, à dû servir à éliminer le diagnostique d'une "dyspraxie visuo-spatiale" (y'a écrit : "aucun souci dans l'approche d'une tâche visuo-constructive complexe comme la figure de Rey") (si tu n'as jamais fait la figure de Rey, évite d'aller voir sur internet, j'ai l'impression que si tu l'as déjà vu ça biaise le résultat).
Par rapport au bilan orthoptique que tu évoques, ma psy m'a demandé pourquoi j'ai des lunettes et l'a marqué dans le compte-rendu (lunettes de repos : quand je suis fatigué, je n'arrive plus à faire la mise au point et ça me provoque des mots de tête importants). L'idée du bilan me plaît : plusieurs personnes du milieu médical (généraliste, ostéo, et il me semble que même l'ophtalmo qui m'a prescrit les lunettes m'en avait parlé) m'avaient demandé si je faisais de la "rééducation des yeux" (?) mais je n'ai jamais fait de bilan. Tant que mes lunettes me permettent d'éviter les mots de tête trop fort (j'en ai encore quand je suis épuisé, mais ils n'ont rien à voir en intensité avec ceux que j'avais avant les lunettes et ils sont rares) je ne pense pas que ce soit indispensable.
Pour savoir comment ma psy explique mon hétérogénéité, tu peux lire ça.
J'ai passé 10 subtests, sachant qu'elle m'a dit qu'il y en a des facultatifs et qu'il y a des règles qui permettent d'échanger un obligatoire contre un facultatif sous certaines conditions. Elle a notamment l'habitude pour les diagnostiques de surdoués de faire cet échange pour l'un des subtest verbal (mais je peux ne sais plus lequel exactement).
Concernant le QI total, elle l'a calculé (parce qu'elle doit le faire pour le test ?), mais elle a beaucoup insisté sur le fait qu'il n'était pas significatif, n'a jamais prononcé le chiffre à voix haute, et même le cachait un peu avec sa main sur la feuille de mes résultats (ça ne m'a pas empêché de le voir :lol:). De ce que j'ai compris, mathématiquement, tu peux le calculer sans problème, mais l'une des hypothèses prises lors de la création de la formule est que l'écart type doit être faible. Du coup y'a un chiffre mathématique, mais il n'a pas de valeur "physique".
C'est comme quand tu as des angles petits, ton sinus de l'angle est égal à l'angle (sin a = a), mais quand ton angle augmente la valeur de ton sinus s'écarte de la valeur de ton angle (sin a # a). Donc en gros quand ton écart type est petit, le "sinus" (à remplacer par "formule compliquée qui calcule le QI total") de ton QI est égal au QI total, mais quand ton écart type est grand le "sinus" de ton QI s'écarte de la valeur réelle de ton QI total. Hum, c'est un peu fumeux ce que j'ai sorti là... mais je le visualise comme ça.


Ma sensation en sortant de chez la psy :
Quand je suis sortie de chez elle, j'étais bien. J'avais compris plein de choses, j'avais confiance dans ses explications. J'étais apaisée. J'ai appelé mon compagnon et là, je me suis rendu compte que je ne savais pas si j'étais "classée surdouée" ou pas. Tant pis, je verrais bien le compte-rendu écrit qu'elle doit m'envoyer par courrier. Ça n'a pas suffi pour me faire redescendre de mon nuage.

La réception du compte-rendu écrit :
Là, ce fut la catastrophe ! Le problème, c'est que ce n'était pas écrit noir sur blanc si j'étais surdouée ou pas dans ce fameux rapport. Ce que j'en comprenais, c'est que j'étais "à moitié" surdouée... Et vlan, moi qui étais à peu près sereine après le test, voilà plein de doutes, de remises en question, de pleurs... qui reviennent. Zut. Bref, j'ai fini par rappeler ma psy, qui m'a dit que oui, pas de doute, qu'elle ne l'avait pas écrit à cause des chiffres, mais que c'était flagrant, qu'elle me l'avait dit à la restitution (oups, ça devait être pendant les quelques secondes où j'ai disjoncté à la vue des chiffres)...

Du coup, je pense que je vois ce que tu veux dire avec "oui mais non mais oui", même si pour moi, ce fut beaucoup mieux géré. D'où l'importance du choix du psy comme tu le dis. D'où merci Mlle Rose !

J'ai beaucoup moins de recul que Mlle Rose (4 mois depuis le test), mais je pense que j'ai accepté les résultats. Il y a des grands changements dans ma vie, ce qui entraîne une transition un peu difficile qui engendre des bas et des hauts. Mais globalement, je vais bien (même avec mon hétérogénéité, qui est issu de mon manque de confiance en moi).

Bon, je m'arrête là, j'ai déjà beaucoup écrit, si j'ai oublié quelque chose, j'y reviendrais plus tard.

Edit : @ Joran (tu as posté pendant que j'écrivais mon pavé :1cache: )
Ces deux sujets m'avaient aidé par rapport à l'hétérogénéité et au verbal qui est haut et séparé des autres subtests : ici et .
Avatar de l’utilisateur
Zéphyr
 
Messages: 442
Images: 23
Âge: 32
Enregistré le: Lun 1 Sep 2014 09:15
Localisation: Yvelines
Présentation: Ma petite histoire
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar joran » Jeu 29 Jan 2015 18:32

Off topic:
Zéphyr, je t'ai pris de court hihihi
;)
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."

Périclès
Avatar de l’utilisateur
joran
 
Messages: 1095
Âge: 40
Enregistré le: Dim 26 Juin 2011 00:39
Localisation: *au pied de la montagne*
Présentation: iuhbvfuigylkayg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Zéphyr » Ven 30 Jan 2015 10:57

Offtopic :
joran a écrit:Zéphyr, je t'ai pris de court hihihi

C'est le cas de le dire :rofl: merci pour le sourire du matin ;)
Avatar de l’utilisateur
Zéphyr
 
Messages: 442
Images: 23
Âge: 32
Enregistré le: Lun 1 Sep 2014 09:15
Localisation: Yvelines
Présentation: Ma petite histoire
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Armie » Sam 31 Jan 2015 00:26

Mlle Rose a écrit:la première pierre d'un processus de deuil, de ce que je ne serai jamais, de ce dans quoi je ne pourrai jamais rentrer sans me faire mal.

C'est tout à fait ça... Processus à l’œuvre en moi. Le résultat du test permet je le découvre,de faire tomber la culpabilité et le sentiment d'échec au sujet de parcours de vie qui s'avèrent "simplement" inadaptés.
Je trouve que ton histoire donne beaucoup d'espoirs et d'envie d'avancer sur le chemin! Je ne regrette pas d'avoir eu le courage même si c'était inconfortable si je peux en dire autant dans quelques années.

Mlle Rose a écrit:je ne sais pas de quels subtests elle parle quand elle dit qu'il y en a 13 (ta seconde psy)

J'ai regardé ton lien, j'ai bien passé les 10 subtests principaux mais pas les complémentaires, donc je pense que ma psy voulait dire qu'il aurait été souhaitable que je les passe aussi afin d'affiner le diagnostic vu que le QI total frisait les 130.

Raphael: Merci beaucoup pour ton empathie qui me réchauffe! :ensoleillé:
Et concernant les subtests ennuyants, j'avoue que pour certains je pensais à autre chose...comme "vivement que je sois sortie d'ici" :D

Zéphir: oh la la je suis hyper émue de ton parcours, j'ai lu ta présentation, et comment dire... Y a comme de l'écho, par ici! Y compris sur les relations entre sœurs... la mienne étant reconvertie en hotline douance depuis 3 semaines, si je comprends bien, dans quelques semaines elle passe le test et elle s'inscrit ici :D
Merci pour tes réflexions et liens sur l'hétérogénéité, je m'y reconnais bien, ce manque de confiance et tout...
(Et ceci est hors sujet mais nous avons également le même métier et cela m'intéresse fortement de savoir comment tu t'intègres dans un métier scientifique et technique avec un profil à super dominance verbale! Moi il m'a fallu prendre un chemin de traverse pour trouver ma place...)

Joran: quand tu dis "le but est atteint", ça veut dire que même sans un résultat "noir sur blanc" suite au test, tu as réussi à transformer l'essai? C'est le passage du test qui lui a redonné confiance ou le changement de maîtresse?
Avatar de l’utilisateur
Armie
 
Messages: 549
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 11 Déc 2014 14:39
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar joran » Sam 31 Jan 2015 10:10

Pour ma fille, le passage de test avec un résultat qui lui disait: ta tête est pas plus mal faite que celle des autres, tu peux tout à fait réussir, même si tu as plus de difficultés dans certaines matières que dans d'autres. Tu es "normale". Dans un premier temps, cela lui suffit. Par contre, pour moi, j'ai plus de mal à gérer de ne rien avoir de clair pour elle, parce que au vu des conclusions écrites, de sa façon d'être et de réagir, je reste convaincue qu'un autre psy n'aurait pas donné les mêmes conclusions.
Le changement de maitresse l'a aidé aussi, car beaucoup moins de stress en lien avec l'école et les devoirs depuis aussi.
Ceci dit, il n'est pas exclu qu'elle soit amenée à repasser un test d'ici quelques temps, si le besoin s'en fait sentir...
J'espère avoir répondu à tes interrogations.
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."

Périclès
Avatar de l’utilisateur
joran
 
Messages: 1095
Âge: 40
Enregistré le: Dim 26 Juin 2011 00:39
Localisation: *au pied de la montagne*
Présentation: iuhbvfuigylkayg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar zwip » Lun 16 Fév 2015 16:14

Armie a écrit:
Mlle Rose a écrit:je ne sais pas de quels subtests elle parle quand elle dit qu'il y en a 13 (ta seconde psy)

J'ai regardé ton lien, j'ai bien passé les 10 subtests principaux mais pas les complémentaires, donc je pense que ma psy voulait dire qu'il aurait été souhaitable que je les passe aussi afin d'affiner le diagnostic vu que le QI total frisait les 130.

Oui, je pense qu'il s'agit bien de ça. Lorsqu'un subtest paraît anormalement "chuté" lors de la passation, le psy peut proposer un second subtest (évaluant grosso modo la même chose - qu'il prendra parmi les subtests facultatifs). Si ce second est mieux réussi, c'est lui qui comptera dans le calcul du QI, en remplacement du premier. S'il donne des résultats similaires au premier, ceci tendra au contraire à confirmer et mieux cerner une difficulté réelle dans un domaine particulier. Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit bien d'affiner le bilan.

***
Mon témoignage, pour répondre à ceci :
Armie a écrit:lorsque le test n’apporte pas d’emblée de réponse claire et que l’on se retrouve à errer dans les nimbes jusqu’à ce que le brouillard finisse par se lever.

Et cela :
Joran a écrit:Pour ma fille, le passage de test avec un résultat qui lui disait: ta tête est pas plus mal faite que celle des autres, tu peux tout à fait réussir, même si tu as plus de difficultés dans certaines matières que dans d'autres. Tu es "normale". Dans un premier temps, cela lui suffit. Par contre, pour moi, j'ai plus de mal à gérer de ne rien avoir de clair pour elle, parce que au vu des conclusions écrites, de sa façon d'être et de réagir, je reste convaincue qu'un autre psy n'aurait pas donné les mêmes conclusions.

Un de mes enfants, suite a un test avec un premier psy, a obtenu ce type de résultats "ni oui ni non" (QIT "dans la moyenne" - calculé malgré une énorme hétérogénéité, avec ICV haut et certains subtests au plafond...). Le psy s'est montré incapable de trancher sur un éventuel HP : Il nous a d'abord dit oui (compte rendu oral) puis non (compte-rendu écrit), et plus nous lui demandions d'explications plus sa parole devenait floue. Recontacté par téléphone il finit par nous avouer que la conclusion aurait pu être différente avec un autre psy... Manque de sérieux affligeant, car quoi qu'il en soit - HP ou non -, il semblait aberrant que notre fils soit qualifié de "dans la norme des enfants de son âge" avec des écarts allant de minimum 32 points jusqu'à 56 points selon les indices, et il nous paraissait au moins nécessaire de creuser, et d'entrevoir des pistes pour l'aider (or : aucune recherche complémentaire n'était proposée par le psy)...
La situation était très inconfortable, évidemment. Une deuxième psy consultée ensuite (celle-ci choisie sur les conseils de Mlle Rose, et spécialisée dans la précocité) a accepté de lire le compte-rendu de son confrère et d'en causer avec nous. Ceci a abouti à un re-test car, selon elle, l'interprétation des résultats comme les déductions étaient indignes (elle en était même choquée, et s'est dit fort en colère contre l'autre psy), de plus le bilan n'était pas exploitable en l'état (test obsolète + bricolage avec certains subtests + erreurs dans les chiffres des résultats + mauvaises conditions de passation + CR écrit fait de copiés-collés et bourré de fautes :swear: - je vous passe les détails... Pour reprendre les termes d'Armie, "beaucoup de signaux étaient au rouge" pendant la passation, et on aurait mieux fait de partir en courant). Malgré une forte hétérogénéité et donc un QI non-calculable, ce second test a conclu à une précocité (avec les pincettes de rigueur, car vu l'âge du fiston, ce n'était qu'un WPSSI, qu'il faudra confirmer par un WISC + tard si nécessaire), assortie de suggestions de bilans complémentaires, psychomoteur notamment. Bref, nous en sommes sortis mieux armés, et enfin à même d'avancer.

Je vois, Joran, que ta fille a passé ce test dans le cadre scolaire. Sans vouloir être mauvaise langue, les psys scolaires sont rarement spécialistes de la précocité... Si tu en as l'envie et la possibilité, une discussion avec un psy spécialisé, bilan écrit sous le bras, pourrait peut-être t'aider à y voir plus clair, à estimer si un HP est vraiment à écarter en ce qui concerne ta fille, et t'apporter quelques conseils.
"Une pensée me traverse : Le dessin doit être juste puisqu'il est aussi confus que le modèle." (Roland Topor, "Portrait en pied de Suzanne")
Avatar de l’utilisateur
zwip
 
Messages: 247
Images: 0
Âge: 42
Enregistré le: Mer 5 Mar 2014 22:01
Présentation: presentations/presentation-t4722.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar joran » Lun 16 Fév 2015 17:42

Zwip, je te remercie de ta réponse. J'ai aussi un peu le même avis sur le fait que la psy n'était peut être pas la plus ouverte à ces questions. Faudrait que j'en trouve une autre, éventuellement pour lui demander son avis par rapport au compte rendu ( qui m'a l'air correct par contre, rien à dire). Mais là c'est un peu le côté financier qui m'arrête pour l'instant.
En tout cas, je te remercie du témoignage. :-)
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."

Périclès
Avatar de l’utilisateur
joran
 
Messages: 1095
Âge: 40
Enregistré le: Dim 26 Juin 2011 00:39
Localisation: *au pied de la montagne*
Présentation: iuhbvfuigylkayg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Mei Run » Mer 18 Fév 2015 13:42

Offtopic :
Je vois, Joran, que ta fille a passé ce test dans le cadre scolaire. Sans vouloir être mauvaise langue, les psys scolaires sont rarement spécialistes de la précocité... Si tu en as l'envie et la possibilité, une discussion avec un psy spécialisé, bilan écrit sous le bras, pourrait peut-être t'aider à y voir plus clair, à estimer si un HP est vraiment à écarter en ce qui concerne ta fille, et t'apporter quelques conseils.


Je dirais même qu'ils sont rarement formés à la passation de ces tests (déjà que beaucoup de vrais psychologues ne le sont pas aussi et ne prennent pas la peine de lire le manuel ou d'utiliser tous les tableaux fournis lorsqu'ils décident de s'improviser testeurs) et que non seulement ils font n'imp au niveau du protocole, mais également n'imp au niveau du calcul et de l'interprétation des résultats.
Passer un bilan psychométrique avec un psychologue scolaire est (très souvent) une idée absolument contre-productive .

En passant, comme ça hein. Yen a certainement plein des biens etc, et je suis peut-être professionnellement victime d'un biais de recrutement ne me confrontant qu'à ceux qui ne savent pas faire...
M'Brayf
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."
Avatar de l’utilisateur
Mei Run
d'obédience britannique
 
Messages: 775
Âge: 32
Enregistré le: Mar 30 Sep 2014 19:11
Localisation: Âne & cie
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar oli » Mar 23 Juin 2015 15:43

Je n'ai pas trouvé de meilleur endroit pour parler de ma récente expérience. J'ai eu récemment la phrase "oui mais non mais oui" qui tournait en boucle dans ma tête. Parce que ça y est, après plusieurs semaines d'attente, j'ai fini par avoir la restitution orale de mon bilan psychologique. :ensoleillé:

La psychologue a entamé le bilan en m'expliquant que les indices calculés n'étaient pas le reflet de mon véritable potentiel, et qu'elle ne tenait pas à s'y attarder. En effet, pendant le passage du subtest arithmétique, j'ai totalement bugué, incapable de faire fonctionner mon cerveau, avec une petite crise d'angoisse à la clef. On a terminé l'exercice sans chronomètre et avec support papier, histoire que je ne me transforme pas en flaque d'eau. J'ai fini par apprendre que j'avais raté toutes les épreuves contenant des chiffres. Moi qui travaille dans une compagnie d'assurances, manipulant des tableurs plein de chiffres toute la journée.. :lol:

Elle m'indique que mon IVT est l'indice le plus élevé, que mon cerveau fonctionne très rapidement et que ça explique mon éternel sentiment de décalage avec les autres (et surtout qu'il va falloir que je m'adapte :$ ). Elle ajoute que j'ai les idées qui partent dans tous les sens, et qu'en y ajoutant une vitesse de traitement élevée, je passe souvent du coq à l'âne, je n'arrive pas à "me poser", je n'arrête jamais de réfléchir (même la nuit).. En résumé : J'ai un joyeux bordel dans le crâne!

Mon IVT se situe entre 113 et 125, j'ai fini par lui extorquer les chiffres :rofl: . Cela ne m'a pas forcément aidée, car du coup oui j'ai bel et bien certaines différences de fonctionnement comme une pensée arborescente et un IVT élevé. Mais selon ma psy et je suis assez d'accord avec elle, mes émotions, mon vécu ont fini par étouffer mes capacités réelles. Elle parle d'un faux self, d'une carapace, qui m'empêche de devenir celle que j'ai toujours voulu être.

Alors voilà, en insistant "alors je ne suis pas surdouée?", ma psy m'explique que selon certaines définitions je suis haut potentiel, pour d'autres avec un QIT inférieur à 130 je ne peux pas l'être. Elle insiste sur le fait que les chiffres ne veulent rien dire, qu'ils sont relatifs, et qu'en travaillant sur moi-même je parviendrais à de meilleurs résultats. (Elle n'a pas trouvé ça drôle quand j'ai proposé de prendre rendez-vous dans 2 ans.. :P ) Je n'ai toujours pas statué sur le "Diag+" ou "Diag-", et au final je m'en fous.

Maintenant je sais que je ne suis ni folle, ni bonne à rien. Et ça fait du bien. :inlove:

oli a écrit:Mon IVT se situe entre 113 et 125


Je m'auto-cite pour une petite rectification : Je voulais dire QIT !!! :$
oli
 
Messages: 8
Âge: 25
Enregistré le: Ven 5 Juin 2015 10:29
Profil: En questionnement
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Aïnoa » Dim 28 Juin 2015 01:50

Offtopic :
Oli, tu peux éditer tes propres posts pendant les 24 premières heures, donc tu peux modifier directement dans ton 1er post ;)
Il n'est pas super bien vu par ici de multiplier les posts :)
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Aïnoa » Dim 28 Juin 2015 02:07

Armie a écrit:- Elle m’informe qu'il manque 3 subtests (j'en ai passé 10, apparemment il y en a 13 minimum +1 facultatif), confirmant mon impression que la psy du test me l'avait fait passer par-dessus la jambe. Or, vu mon profil et les subtests manquant, me dit-elle, il est probable que le QI total soit plus haut. Ah bon.


Alors là, ma psy, vraiment spécialisée en douance (je crois sincèrement qu'elle ne fait que ça, et donne des cours à la fac) m'a fait passer "que" les subtests standards, et j'en ai fait 10. Elle m'avait dit qu'il y en a 4 supplémentaires, facultatifs, qui ne servent normalement que lorsqu'il y a un doute sur un indice (IVT, ou IRP, ...).

Sur le fait que faire d'autres subtests fassent augmenter le QIT, je reste dubitative aussi. D'après ce que j'ai compris de la WAIS moi, c'est qu'il y a effectivement plusieurs subtests qui donnent un indice. Et que les subtests facultatifs ne servent qu'à affiner s'il y a doute sur des troubles dys, ou un TDAH, ...
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar W4x » Lun 29 Juin 2015 11:30

Aïnoa a écrit:Sur le fait que faire d'autres subtests fassent augmenter le QIT, je reste dubitative aussi. D'après ce que j'ai compris de la WAIS moi, c'est qu'il y a effectivement plusieurs subtests qui donnent un indice. Et que les subtests facultatifs ne servent qu'à affiner s'il y a doute sur des troubles dys, ou un TDAH, ...

Oui c'est ça, les sub-tests ne servent qu'à affiner/approfondir la recherche en cas de doute, d'imprécision. A la marge cela peut peut-être se traduire par une légère variation du QIT, mais ce n'est en tous cas pas le but de ces sub-tests puisqu'ils sont facultatifs.
Aïnoa a écrit:
Offtopic :
Oli, tu peux éditer tes propres posts pendant les 24 premières heures, donc tu peux modifier directement dans ton 1er post ;)
Il n'est pas super bien vu par ici de multiplier les posts :)

Tes posts ont été fusionnés oli, mais pas de souci, on ne mord pas hein ;)
Was zurück bleibt, ist Erinnerung.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 3274
Âge: 35
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Agrippina » Mer 30 Sep 2015 20:44

Me voilà ! Je rejoins la famille des "quand le test dit oui mais non mais oui". Je remercie tous ceux qui ont écrit dans ce topic et nous font partager leur expérience.

Quand j'ai annoncé les résultats à mon mari, il m'a dit "Mais tu es revenue au point de départ"... euh, oui, c'est à peu près ça mais au moins, j'ai acquis une certitude en plus, je ne suis pas victime de l'effet barnum, et il est normal que je me reconnaisse dans les descriptions des HPI.

J'ai passé les tests dans un cabinet spécialisé dans la douance donc je ne remets pas en cause les résultats qui sont fiables et prudents. On m'a donné un QIT d'environ 125 qui est considéré comme non significatif parce que j'ai quasiment 50 points d'écart entre mon meilleur score et mon plus faible. Mon ICV est estimé à 146. Ce résultat à lui seul ne permet pas de faire de moi une surdouée dans la mesure où mes autres indices sont moyens à moyens fort sauf mes résultats au subtest matrice qui sont excellents et font pencher la balance du côté de la douance. Les deux psy que j'ai vues considèrent bien que j'ai un haut potentiel et que mes résultats à la WAIS ont été minorés par mon anxiété de performance et mon très gros blocage affectif avec les mathématiques et tout ce que j'associe spontanément à ce domaine. La barre symbolique des 130 n'étant pas franchie, je ne réunis pas toutes les caractéristiques pour être qualifiée de surdouée mais je dois considérée que je lui suis probablement comme tendrait à le prouver le test de Zulliger qui témoignerait de ma vie psychique fonctionnant sur le même mode que les surdoués.

Conclusion : je suis intelligente et hypersensible. ça m'aide déjà à relire mon passer sous un nouveau jour et c'est déjà pas si mal pour aborder l'avenir.

Alors à tous ceux qui entreront dans cette catégorie, OK, on ne sera pas admis chez Mensa mais est-ce une fin en soi ? :lol:
Avatar de l’utilisateur
Agrippina
 
Messages: 11
Âge: 34
Enregistré le: Mar 1 Sep 2015 17:00
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Eloo33 » Mar 15 Déc 2015 09:16

Bonjour,

A tous.
Le voilà le topic qui correspond à ma problématique !
Merci de vos échanges.

Mon fils a exactement la même situation et là où nous attendions des réponses, je n'en ai pas !
Ce qui ne va pas m'aider à convaincre l'école qu'il faut sérieusement se bouger et prendre en compte ses spécificités pour ne pas qu'il s'étiole....
ICV : 150 avec plafonnement dans les trois subtests. "Si le test avait pu aller plus haut, j'aurais continué mais on plafonne ici" dixit la psy.
IRP : 114. Comme je l'ai lu beaucoup ici... elle évoque des séquences réussies mais pas dans le temps imparti car perfectionniste et anxieux comme il l'est, il s'est mis une grosse pression. "Il parvient à résoudre des schémas complexes mais hors temps donc il n'a pas les points'
IMT : 109
IVT : 118
QIT si l'on pouvait le calculer : 132.

Alors, à la question "concrètement, HPI ou pas?" Alors oui en verbal. Ok mais donc ? HPI ou pas ? Et le comportement ?
Pouvez vous poser des mots clairement ? Oui en verbal. Raaaaaa
J'entends qu'il peut etre difficile de statuer quand on s'éloigne des critères classiques mais c'est ce que j'attendais d'elle et fort est de constater qu'aujourd'hui, c'est nébuleux.
Parallèlement dans le bilan écrit, elle dit "L'ensemble des résultats, bien que hétérogène, situe Axel à un niveau très supérieur par rapport aux enfants de son âge mais le QI total n'est pas significatif en raison de trop grands écarts entre les échelles verbales et de raisonnement (36).
Elle me dit que son système de pensées l'épuise et qu'il doit investir dans la créativité pour soulager ses angoisses liées à cette compréhension du monde anxiogène et son ennui à l'école (?!) Pour les angoisses ok, pour l'ennui, ça résoud pas le problème scolaire qu'il affronte 5 jours/7
Aucun positionnement non plus relatif à un saut de classe ou non.
Si elle m'a apportée certes une vision de mon fils et quelques éléments, j'ai le sentiment de ne pas être conseillée sur la suite !

Voilà, voilà.
J'ai donc refait un mail hier soir en lui disant que si je comprenais son principe de précaution, j'ai besoin, moi, de statuer.
J'attends.
Frustrant !!!
Eloo33
 
Messages: 8
Âge: 35
Enregistré le: Mar 8 Déc 2015 17:20
Localisation: Lille
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Givémégépeur » Ven 27 Oct 2017 12:29

Bonjour,

Je relance le sujet pour savoir ce que vous êtes devenus depuis ces échanges ?
Quel chemin avez-vous parcouru ? Est ce que vos questionnements sont derrière ?
Est-ce que certains ont senti le besoin d'aller plus loin ? Test de personnalité, coaching voir même re-test?

Merci ! :)
Givémégépeur
 
Messages: 3
Enregistré le: Jeu 26 Oct 2017 09:53
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar TourneLune » Ven 27 Oct 2017 12:45

Euh... tu dis bien dans ta présentation que tu t'inscris pour participer à ce sujet mais il me semble qu'avant de demander aux gens qu'ils apportent d'eux-mêmes, tu pourrais juste apporter un peu de toi, non?
Apporter ta pierre plutôt que juste appeler les autres à le faire, sur un vieux sujets qui plus est?

Pas de soucis pour remonter les sujets qui sont aux oubliettes, mais si on y apporte du contenu ;) L'objectif de ce forum, c'est l'échange, alors peut-être que donner un peu de soi, c'est pas plus mal, même si l'exercice n'est pas tjr facile quand on débarque.

Bref, peut-être pourrais-tu être la première personne à répondre à tes propres questions, au moins en partie?
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11480
Images: 367
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Givémégépeur » Lun 13 Nov 2017 18:23

Oui ça s'entend. Ceci dit, j'étais tellement paumée il y a quelques jours que j'avais besoin ET envie d'entrevoir un petit point lumineux au fond du tunnel. Et ce point lumineux me semblait pouvoir le témoignage à froid de ceux qui avaient commenté ici.

Copié collé du topic de ma présentation :
Le truc qui me travaille c'est que j'ai été testée (par une neuro-psy et je suis suivie par une psy clinicienne, les 2 spécialisées dans les HP, avec les formations, diplômes et... compétences, I presume, qu'il faut), mais que le résultat de mon test n'est pas évident.
Donc l'appartenance même à votre / notre groupe est encore pas certaine pour moi. Disons que pour dire simple, c'est "sûr" mais pas écrit, parce que je ne rentre pas officiellement dans les cases.
Qu'en penser ? Dans la consultation de la semaine dernière, je me suis posé la question du placebo. Est-ce que ces 2 psy me donne un placebo pour m'aider à m'apaiser ?
Est ce qu'en fait on en a/doit en avoir vraiment quelque choses à faire ?


Oui je termine encore par des questions. Je ne suis pas encore en mesure de répondre à mes propres questions.
Givémégépeur
 
Messages: 3
Enregistré le: Jeu 26 Oct 2017 09:53
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Lujan » Mar 14 Nov 2017 18:43

Bonjour,

Pour info, lorsque le QIT n'est pas calculable car trop hétérogène, le ou la psy peut se baser sur l'IAG (indice d'aptitudes générales) soit ICV et IRP pour conclure. C'est préconisé par exemple dans le cas de troubles de la concentration qui peuvent affecter la mémoire ou la vitesse de travail, et ce sont les indices les plus révélateurs d'un haut potentiel.
Lujan
 
Messages: 6
Enregistré le: Ven 3 Nov 2017 16:51
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar *Za* » Mer 15 Nov 2017 05:57

Et le QIT est de toute façon de plus en plus remis en question... Si la neuropsy a conclu à un haut potentiel, c'est qu'elle doit avoir de très bonnes raisons d'arriver à cette conclusion, au vu de certains de tes résultats et de son observation clinique.
Est ce qu'en fait on en a/doit en avoir vraiment quelque chose à faire ?

Oh, l'excellente question !
Mais ça, c'est peut-être déjà à toi qu'il faut la poser.

A moins que ta question soit "est-il légitime que les gens (en général) en ait quelque chose à faire ?", et là il faut ouvrir un autre sujet ! ^^
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2712
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Quand le test dit "oui mais non mais oui"

Messagepar Traum » Mer 15 Nov 2017 09:48

Lujan a écrit:Pour info, lorsque le QIT n'est pas calculable car trop hétérogène, le ou la psy peut se baser sur l'IAG (indice d'aptitudes générales) soit ICV et IRP pour conclure. C'est préconisé par exemple dans le cas de troubles de la concentration qui peuvent affecter la mémoire ou la vitesse de travail, et ce sont les indices les plus révélateurs d'un haut potentiel.

Oui. Mais si l'ICV et l'IRP sont homogènes et qu'il n'y a pas un écart trop important entre les deux.
Le calcul de l'IAG ne dispense pas de faire le point sur la chute de l'IMT et de l'IVT. Ni sur toute hétérogénéité.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Traum
 
Messages: 402
Âge: 31
Enregistré le: Jeu 15 Jan 2015 22:22
Localisation: D'est en ouest
Présentation: Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Diagnostic, Tests, Psys et Thérapies

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Et quand le test dit non!
1 ... 11, 12, 13par dédale » Ven 28 Sep 2012 07:15

Réponses: 308

Vues: 63462

Dernier message par dani Voir le dernier message
Mer 21 Juin 2017 19:32
Quand le test ne permet pas de conclure...
1 ... 7, 8, 9par Maluna » Mer 13 Avr 2011 14:28

Réponses: 211

Vues: 32322

Dernier message par Différente Voir le dernier message
Dim 30 Juil 2017 20:20
Passer la Wais quand on a fait des études et stages en neuropsychologie.
par Gioia » Sam 4 Juin 2016 10:14

Réponses: 14

Vues: 1204

Dernier message par Gioia Voir le dernier message
Lun 13 Juin 2016 17:29
WAIS V - pour quand nesse donc ???
par theudericus » Mar 21 Fév 2017 16:20

Réponses: 9

Vues: 995

Dernier message par theudericus Voir le dernier message
Mer 1 Mar 2017 19:49
A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?
1 ... 33, 34, 35par TourneLune » Mar 8 Fév 2011 23:05

Réponses: 851

Vues: 140806

Dernier message par MiniGnome Voir le dernier message
Lun 23 Oct 2017 15:40

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités