Nous sommes le Ven 24 Nov 2017 21:31


Peut-on améliorer/travailler son QI?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.

Modérateur: Bradeck

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar prince2phore » Lun 11 Mai 2015 04:17

Merci Mlle Rose, très intéressant, surtout les avis de Clotilde Beylouneh je trouve.
Malgré tout, on n'avance pas tant que ça en lisant ces sujets je trouve, ça reste donc une question ouverte pour moi.
Par contre je suis vraiment surpris de la réaction des interviewées sur la dernière question d'un test par IRM ou autre.
J'y trouve des contradictions avec leur discours précédent, voire des contradictions dans leur propre réponse. Une peur qui me parait assez irrationnelle de l'utilisation d'un tel test avec une mise en doute de sa validité qui contredit d'autres déclarations et surtout les mêmes peurs exprimées (qui ne sont valides que si le test marche...).
Bref beaucoup de confusion et de délires et l'abandon rapide de l'approche scientifique qui m'a beaucoup surpris et qui, je trouve, détonne d'avec le reste des réponses.

Je relirai plus tranquillement, parce que sur l'iphone c'est pas top mais bon.
Du coup, la question des seuils, du continuum et de l'amélioration possible aux "tests" voire même l'amélioration possible du QI ou du potentiel lui-même reste posée il me semble. aucune des réponses apportées dans les fils cités ne permettant de prendre vraiment position. Et c'est tant mieux peut-être, il y a encore de la recherche à faire sur le sujet. J'espère que des gens comme Nicolas Gauvrit ou d'autres s'en chargeront. En attendant le doute et le flou qui demeurent sur le concept de douance ne me dérangent pas personnellement.
Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder.
Avatar de l’utilisateur
prince2phore
 
Messages: 68
Âge: 41
Enregistré le: Lun 16 Fév 2015 12:35
Localisation: Shanghai
Présentation: Qui suis-je ?
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar prince2phore » Jeu 22 Juin 2017 08:03

Je partage ici un (deux en fait) articles qui répondent enfin à la plupart de mes questions, mais laissent du coup planner un doute certain sur le concept même de HP hors considérations statistiques. Très intéressant malgré tout comme toujours avec Ramus et Gauvrit :)

http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/vraies-limites-et-faux-problemes-des-classifications-internationales-des-troubles-mentaux/

et celui-cisurtout pour la note en bas de page qui redirige en fait vers le premier.

Franck Ramus
04.02.2017 13:10
Répondre | Permalink
Bien évidemment l'intelligence est graduelle, la distribution des scores de QI est parfaitement continue, vous pouvez d'ailleurs le voir sur l'axe des x de notre Figure 1: il n'y a aucune discontinuité autour de 130, ni nulle part ailleurs.
Le seuil de 130 (= la moyenne de la population + 2 écarts-types) a été défini par symétrie avec le seuil de 70 (= la moyenne - 2 écarts-types), qui définit la déficience intellectuelle. Comme je l'explique dans un autre article, on est bien obligé de définir des seuils sur ces distributions, même s'ils ont une part d'arbitraire, afin de prendre des décisions (d'intervention, de traitement). On comprend parfaitement l'intérêt dans le cas des pathologies. Dans le cas du QI élevé, c'est vrai que cela se justifie moins.
Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder.
Avatar de l’utilisateur
prince2phore
 
Messages: 68
Âge: 41
Enregistré le: Lun 16 Fév 2015 12:35
Localisation: Shanghai
Présentation: Qui suis-je ?
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar madeleine » Jeu 22 Juin 2017 18:44

Je ne vois pas en quoi l'article de Franck Ramus laisserait planer un doute sur quelque catégorie que ce soit : dans le cas du QI il me paraît même démontrer clairement que si les frontières du déficit intellectuel, et par symétrie du haut potentiel n'existent que par construction et n'ont pas d'effet de seuil cela n'invalide en rien la pertinence d'un diagnostic qui n'est jamais seulement quantitatif.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 3050
Images: 0
Âge: 51
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Différente » Sam 24 Juin 2017 11:36

Personnellement je reste sur ma conception du QI qui différencie "QI inné" (potentiel max propre à chacun fixé dès la naissance par des paramètres physiques) et "QI utilisé" (% du "QI inné" utilisé par la personne dépendent de paramètres externes : environnement, choix de vie, maladie, etc).

Donc à la question "peut-on améliorer/travailler son QI" je réponds : oui, on peut améliorer le "QI utilisé" pour qu'il s'approche du "QI inné". Au delà de ça, le QI proprement dit est actuellement définit par rapport aux résultats du WAIS-IV donc il suffit de s'entraîner à l'arithmétique, améliorer sa culture générale, sa mémoire auditive, visuelle, etc. pour augmenter ses performances aux subtests et donc son QI...

Tout dépend ce qu'on entend par "QI", si vous parlez des résultats des tests du WAIS, du potentiel utilisé de chacun, du potentiel inné de chacun, etc, etc...

Je ne le répèterai jamais assez, ce n'est que MA vision des choses.
Tu passes la moitié de ta vie à hésiter avant de te décider de quelque chose et le reste du temps t'es pas sur d'avoir pris la bonne décision.
Différente
 
Messages: 201
Âge: 28
Enregistré le: Ven 9 Sep 2016 12:00
Présentation: C'est ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Fish » Dim 25 Juin 2017 11:29

D'après mes lectures sur le sujet, ce n'est pas comme ça que ça marche. Il n'y a pas une intelligence plafond innée qui serait un potentiel et que l'entrainement permettrait d'exploiter en plus ou moins grande partie.

Il y a une part génétique dans l'intelligence, qui joue grandement dans l'intelligence fluide. Il y a une part environnementale, majoritaire dans l'intelligence cristallisée. Les deux sont des dimensions distinctes de l'intelligence. Quand on s'entraine (aller à l'école ou faire des mots croisés), on n'exploite pas une plus grande partie de son intelligence fluide, on développe son intelligence cristallisée. Bon c'est un peu caricatural car l'intelligence fluide n'est pas 100% innée, il s'agit juste de tendance.

L'analogie avec le sport me semble là encore pertinente: il y a une part génétique dans la taille que l'on fait, et une grande taille est favorable dans beaucoup de sports. Si on mesure 1m70, on peut s'entraîner autant qu'on veut, on ne grandira jamais jusqu'à 1m80. Et si on ne s'entraine pas, on ne va pas réduire à 1m50. En revanche, l'entraînement donnera des muscles plus forts, un rythme cardiaque qui s'ajuste rapidement avec l'effort et donc un "second souffle" qui arrive plus tôt, une endurance plus élevée, etc. En s’entrainant, on n'exploite pas mieux son potentiel limité par la génétique, on développe d'autres aspects qui ne sont pas liés à la génétique mais qui contribuent néanmoins aux performances sportives.
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Livingstone » Dim 25 Juin 2017 14:36

Dans ce schéma, les CSP favorisées en moyenne, ou, cas moins sujet à mélanger les interactions complexes de l'avantage inné et de l'avantage social, les jumeaux homozygotes séparés et élevés dans les familles de CSP distinctes favorisées/peu favorisées, doivent présenter un différentiel reposant uniquement sur l'intelligence cristallisée.
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1716
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Fish » Dim 25 Juin 2017 15:16

Je ne sais pas si on a fait le lien jusqu'à l'intelligence fluide et cristallisée. Comme je disais plus haut associer "fluide = inné" et "cristallisée = acquis" est en fait assez brutal. Enfin pour l'intelligence cristallisée c'est à peu près vrai (très dépendante de l'éducation, de l'environnement), mais pour l'intelligence fluide c'est plus compliqué.
Ce que je voulais surtout faire passer, c'est qu'on ne peut pas considérer l'intelligence selon une seule dimension, plafonnée par des critères génétiques, et encore plus ou moins diminuée selon l'expérience de chacun. Les individus qui s’entraînent ne réalisent pas 80 ou 90% de leur max génétique là où les "feignasses" ne réaliseraient que 60%. En fait, ce sont des dimensions d'intelligence différentes.

Les études sur les jumeaux homozygotes placés dans des familles d’accueil ont servi de base à la démonstration d'une origine en partie génétique de l'intelligence, mais en utilisant comme critère le QIT, pas les sous-composantes.
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar prince2phore » Ven 30 Juin 2017 04:50

Merci pour ces développements, je ne connaissais pas du tout ces concepts d'intelligence fluide vs cristallisée, je vais creuser.
Sinon pour répondre rapidement à Livingstone
Je ne vois pas en quoi l'article de Franck Ramus laisserait planer un doute sur quelque catégorie que ce soit : dans le cas du QI il me paraît même démontrer clairement que si les frontières du déficit intellectuel, et par symétrie du haut potentiel n'existent que par construction et n'ont pas d'effet de seuil cela n'invalide en rien la pertinence d'un diagnostic qui n'est jamais seulement quantitatif.


Cela n'invalide pas l'utilité d'un diagnostic mais pour moi cela mets bien en évidence que sans effet de seuil la définition de déficit ou haut potentiel intellectuel a une validité statistique mais on reste dans le floue en ce qui concerne une quelconque définition conceptuel plus qualitative.
Bref, on ne gagne pas une couse de F1 avec une 2CV, mais ça reste qualitativement la même chose, des voitures. une F1 ne devient pas un avion du fait de sont potentiel plus élevé :D
quoique certaines voitures à réaction ne sont pas loin de décoller, ah toujours ce problème d'effet de seuil.

Pour laisser tomber les analogies foireuses, je prendrai un autre exemple pour illustrer mes questionnements.
pour ce qui est des maths et des théorèmes qu'il reste à démontrer par exemple.
est-ce que certains de ces théorèmes ne sont démontrable que par les HQI ou est-ce qu'un HQI mettra simplement moins de temps à le faire ? et est-ce qu'on déficient intellectuel (<70) ne le pourra juste jamais ?

Je digresse mais dans mon expérience ce n'est pas si évident, des fois j'ai même envie de voir ce que donnerait des labos avec non pas les meilleurs mais des élèves moyens, mis en compétition avec les meilleurs chercheurs, mais en grand nombre (mon rêve que tout le monde fasse de la science). j'imagine qu'on aurait des surprises mais c'est purement subjectif et fictionnel.
Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder.
Avatar de l’utilisateur
prince2phore
 
Messages: 68
Âge: 41
Enregistré le: Lun 16 Fév 2015 12:35
Localisation: Shanghai
Présentation: Qui suis-je ?
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar madeleine » Ven 30 Juin 2017 18:00

prince2phore a écrit:Sinon pour répondre rapidement à Livingstone
Je ne vois pas en quoi l'article de Franck Ramus laisserait planer un doute sur quelque catégorie que ce soit : dans le cas du QI il me paraît même démontrer clairement que si les frontières du déficit intellectuel, et par symétrie du haut potentiel n'existent que par construction et n'ont pas d'effet de seuil cela n'invalide en rien la pertinence d'un diagnostic qui n'est jamais seulement quantitatif.


Cela n'invalide pas l'utilité d'un diagnostic mais pour moi cela mets bien en évidence que sans effet de seuil la définition de déficit ou haut potentiel intellectuel a une validité statistique mais on reste dans le floue en ce qui concerne une quelconque définition conceptuel plus qualitative.


Les fond me paraît aussi bâclé que la forme. Dans le continuum du spectre lumineux il n'y a pas d'effet de seuil et pourtant on distingue des couleurs, non ?
Ah les limites des analogies ...
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 3050
Images: 0
Âge: 51
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Fish » Sam 1 Juil 2017 09:11

"Plus un"

C'est récurrent dans plein de domaines: on a une grandeur continue, avec des individus qui se répartissent tout le long. Il n'y a jamais d’évolution spectaculaire le long de cette grandeur, et pourtant on y définit des catégories en sachant pertinemment qu'au voisinage des chaque limite, il ne se passe rien de particulier.
On peut parler du HP, des couleurs, du fait d'être malade en fonction de la température, d'être hémophile en fonction du temps de coagulation, d'être considéré comme "nain", etc. etc.
En fait, c'est même de loin le cas le plus courant il me semble. Les grandeurs sur lesquelles ont peut définir des seuils bien nets parce qu'il existe de plages entières qui ne contiennent aucun individu, c'est plutôt rare.
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar mulder » Mar 1 Aoû 2017 11:06

Je vais remettre une couche d'analogie..

S’entraîner pour augmenter ses scores de Q.I. c'est comme apprendre par cœur les formules du rubik's cube ; cela ne nous rendra pas "virtuoses".
Avatar de l’utilisateur
mulder
 
Messages: 18
Enregistré le: Dim 20 Mar 2016 16:53
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar prince2phore » Lun 18 Sep 2017 05:00

bon j'arrête, je m'amuse particulièrement du reproche sur les analogies fait en utilisant une analogie sur les couleurs, très drôle.

Il existe, comme avec la température et les phases de la matière, des effets de seuil bien déterminés. l'effet de seuil est je trouve en lui même un sujet passionnant et ne pas le trouver pertinent sous prétexte qu'il est présent presque partout est pour moi un complet non sens.

Les couleurs en effet c'est bien une convention, ceci dit quand on passe en infra rouge l'oeil de les voit plus, une catégorisation (spectre visible/non visible) est donc pour moi plus pertinente qu'une autre (les couleurs pour chaque culture), mais on a le droit d'en faire. l'effet de seuil dans cet example, encore, n'est pas anodin. [edit: l'effet de seuil est ici soit dans le spectre lumineux, soit dans le fonctionnement de l'oeil, au choix, il est partout donc passionnant :) ]

Je vois bien que certain (la plupart de vous qui avez répondu ici en fait) sont complètement insensibles à ces questionnements, grand bien leur fasse. Je trouve étonnant de se poser autant de questions et de partager autant sur un forum et de rejeter des questions fondamentales (à mon avis) comme tout ce qui tourne autour de l'effet de seuil, et de le faire de manière si péremptoire avec des argumentations à mon avis (et je réponds à chaque fois) très légères (pour être gentil).

Aller on en reste là car pour ce sujet-ci et pour ce qui me concerne, un effet de seuil vient d'être franchit et je ne perdrez plus mon temps sur ce fil si ce sujet n’intéresse personne. Merci à tous ceux qui ont participé pour l'échange, je ferai mon introspection de mon coté ne vous en faites pas :)
Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder.
Avatar de l’utilisateur
prince2phore
 
Messages: 68
Âge: 41
Enregistré le: Lun 16 Fév 2015 12:35
Localisation: Shanghai
Présentation: Qui suis-je ?
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Fish » Lun 18 Sep 2017 14:08

Il existe des phénomènes avec des effets de seuils bien nets. Bien sûr, on placera spontanément les seuils aux discontinuités. Personne n’a dit le contraire. Mais l’intelligence n’en fait pas partie. Voilà, c’est comme ça, on ne choisit pas.

Qu’il y ait des phénomènes avec des seuils marqués n’interdit pas de faire des catégories sur les autres phénomènes continus. On fait ça tout le temps, que ce soit pour un seuil pathologique d'une concentration de tel organisme dans le sang, les couleurs, ou les catégories socio-professionnelles. Il faut seulement garder à l’esprit que :
- au voisinage de ces seuils, il ne se passe rien
- il y a une part de choix dans ces catégories, qui n’est pas arbitraire, mais qui n’est pas raccrochée à une discontinuité du phénomène.

Ce sont des principes généraux qui n’ont rien de spécifique à l’intelligence. Quand on dit que quelqu’un est malade en se basant sur sa température, on fait des catégories (malade/sain), il n’y a pas de seuil net, et ça ne remet pas en cause la réalité de la maladie.

Il y a plein de choses à dire sur la définition de la déficience à 70. Ce 70 dépend de l’étalon. L’effet Flynn fait que bien des déficients d’aujourd’hui auraient été considérés dans la norme il y a 75 ans. On voit assez vite apparaître la notion de norme. Qu’est ce que ça veut dire être hors norme ? Est-ce qu’on a droit à des aides pour compenser ? Ou est-ce que la société peut nous laisser sur le carreau parce qu’on est trop loin de la norme ?
On pourrait aussi aborder le sujet sous un angle plus psychologique: comment établit-on un diagnostic de déficience ? Comment exploite-t-on les sous indices d’une WAIS dans le cadre de la déficience ? Quels sont les handicaps que rencontrent les déficients ou leurs proches au jour le jour ?
Ou encore... etc.

Mais sincèrement, je trouve tu n’as pas beaucoup apporté à ces questions. Mon impression, c’est que tu écrits les banalités par lesquelles ont est tous passé, en croyant livrer des pensées profondes. On a déjà parcouru ce chemin-là. Si tu veux que le sujet intéresse du monde, il va falloir étudier un peu plus longuement ce genre de question, et apporter quelque chose de neuf. Mais le ton de tes messages suggère que tu es plutôt dans la recherche du conflit.

Ah, et puis il n’y a pas d’effet de seuil marqué pour ce qui est visible/non visible. La sensibilité de l’œil baisse progressivement vers les UV et les infra rouges, et elle suit globalement une gaussienne :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Efficacit ... _spectrale

Mais ça ne change rien au débat. C'était juste un mauvais exemple.
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar prince2phore » Lun 16 Oct 2017 04:47

Merci pour ce dernier retour Fish. Je ne pense pas avoir dit autre chose que ce que tu rappelles sur l'effet de seuil et ne voit donc pas lieu de s'accrocher d'avantage sur ce sujet. D'ailleurs, et ce malgré la perception que tu (vous) avez de mes interventions, je ne recherche pas le conflit, je voulais simplement partager mes questionnements.
Je ne pense pas non plus avoir jamais ce faisant revendiqué livrer des pensées originales. Le fait par contre que tu associes implicitement des pensées "banales" comme par nature superficielles (non profondes) t'appartiens. Je pense pour ma part que la plupart des pensées "profondes" sont accessibles à tous et de fait tout le monde en effet passe par là...

Je réagis malgré tout sur la tonalité de ton message qui si je l'ai bien lu, surtout la conclusion, implique qu'il me faudrait "apporter beaucoup" à un sujet pour pouvoir vouloir le partager et le discuter sur ce forum...
Sans même rappeler la section où nous nous trouvons (bon allez si quand même : Grand Salon, la douance, Là où on (se) pose des questions...) cet argument me semble pour le moins étrange...
j'ai parcouru pas mal de sujets ici depuis mon inscription et si tu es vraiment sur cette ligne je pense que tu as un grand nombre de rappels à l'ordre devant toi...
Bref, comme je l'ai rappelé je préfère arrêter au vu des incompréhensions suscitées par mes interventions, ou alors je reviendrai une fois légitime à vos yeux quand j'aurai fait une thèse sur l'éffet de seuil (en imaginant qu'elle apporte beaucoup à cette question bien sûr :) ).

ah et sur le spectre visible, j'avoue ne pas comprendre ta référence et ta conclusion, l'infrarouge c'est invisible (à l'oeil humain), point, et c'est clairement dit dans l'article que tu cites...
" Tout particulièrement, les sources infrarouges ou ultraviolettes ne sont pas visibles, quelles que soient leur puissance."

A moins de tricher un peu avec des lasers, ce qui est fort interessant mais ne remets pas vraiment en cause cet effet de seuil...
http://www.futura-sciences.com/sante/ac ... uge-56302/

Cordialement !
Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder.
Avatar de l’utilisateur
prince2phore
 
Messages: 68
Âge: 41
Enregistré le: Lun 16 Fév 2015 12:35
Localisation: Shanghai
Présentation: Qui suis-je ?
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar dani » Lun 16 Oct 2017 09:07

Prince2phore , en lisant ce fil une question me vient :

Pourquoi serait-il intéressant de "développer" son QI (si c'était possible) ?

Mon hypothèse, et je peux me tromper, c'est que pour toi plus le "QI" serait élevé, mieux ce serait . Et ça je n'en suis pas convaincue du tout car concrètement, dans la vraie vie, réussir à développer quelque chose de "génial" me semble tenir autant à des facteurs associés au QI que du QI lui-même. Avoir un QI d'intelligence très supérieure sans forcément être HPI me semble plus essentiel qu'être HPI ou THPI voire encore plus (on va dire dès QI=120 car les études sur la créativité semblent montrer que celle-ci est corrélée à l'intelligence autour de ce point), car ce qui va compter c'est l'environnement où l'intelligence va pouvoir s'épanouir (le réseau social de la personne, le contexte favorable à de nouvelles idées, une famille soutenante etc) et les particularités individuelles (sa créativité, sa capacité de gestion de ses émotions, son aptitude à faire face à la frustration, sa ténacité,son engagement dans son projet, ses valeurs personnelles etc.)

Donc sur le fond ta question n'est pas inintéressante, mais elle me paraît émerger de représentations un peu faussées de ce qui fait la réussite, le succès etc... et pour moi l'équation plus on a un QI élevé, plus on est intelligent, plus on va réussir est en fait fondamentalement faussée.

A mon avis, avoir une intelligence bien supérieure à la moyenne est une donne qui peut déjà faire des miracles chez tous ceux qui savent bien l'exploiter (y'a des bouquins là dessus pour développer sa mémoire ,je pense par ex à "une tête bien faite" de Tony Buzan qui propose des techniques pour libérer les capacités cognitives) mais qui savent AUSSI se créer un environnement soutenant et qui s'autodéveloppent personnellement (pour gérer les émotions, les relations sociales, les frustrations etc.). Donc la question à se poser, c'est "comment exploiter son QI au mieux" et non pas "comment accroître le plus possible son QI".

Après, en faire une "espèce à part", pourquoi pas. Mais ça n'a pas beaucoup plus d'intérêt que de faire une espèce à part des personnes à 6 doigts, de celles qui mesurent plus de 2m50, ou de celles qui ont les yeux d'un bleu rare. C'est bon pour le guiness book en fait non ;-) ?. Parce que, au fond, leur particularité considérée "toute seule" n'est pas si "utile" que ça.

EDIT : cela peut sembler très provoc, c'est juste taquin :lol: ... et ci-joint un article vulgarisé mais plutôt bien fait sur le cerveau des créatifs que je viens de trouver qui va dans ce sens (forcément, hein ! mais comme j'adore le débat contradictoire n'hésitez pas à contester) http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/vou ... 116-111577
Comme source je suis d'accord que l'on peut faire mieux, ici l'article d'origine https://qz.com/584850/creative-peoples- ... fferently/ (que je n'ai pas évalué, mais ils semblent connaître leur sujet)

En bref, pour vous donner envie de lire le lien :

"Contrairement à la pensée dominante de l’époque, Barron s'est vite aperçu que le QI (et donc l’intelligence cognitive) n’avait finalement qu’un rôle modeste dans le processus créatif. En clair : avoir le QI d’Einstein ne garantit pas à coup sûr d’avoir un éclair de génie. En revanche, Barron a mis en évidence la complexité de la créativité, à la fois nourrie par l’intellect, l’émotion, la motivation ou encore la morale. Ainsi, les candidats étaient tous naturellement ouverts aux autres et particulèrement à leur vie privée. Ils préféraient tous la complexité et l'ambiguïté à la simplicité. Leur seuil de tolérance au désordre était élevé ainsi que leur capacité à extraire l’ordre du chaos. Ils ont tous montré plus d'indépendance et d’anticonformisme que la moyenne. Leur volonté de prendre des risques était aussi plus élevée.

Au milieu de ce déluge de traits de caractère, Barron résume : « les génies créatifs sont à la fois plus instinctifs et plus cultivés, plus destructeurs et plus constructifs, parfois plus fous mais aussi résolument plus sains que les autres personnes. » Ce constat peut sembler paradoxal. Mais ce qui se dégage des observations de Barron, c’est que les créatifs sont agités par des forces contradictoires qui cohabitent, soit alternativement soit simultanément."
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett
dani
 
Messages: 487
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar Fish » Lun 16 Oct 2017 19:33

On peut discuter librement de sujets banals. Mais beaucoup de membres y ont déjà réfléchi et n'ont pas envie de refaire la discussion une énième fois. Il ne faut pas le prendre mal, ni le prendre personnellement, si cela ne soulève pas l'enthousiasme. Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais le ton de tes messages suggère un certain reproche qui je pourrais résumer par "ha ben je croyais être sur un forum de surdoués, mais je vois que les questions absolument fondamentales ne soulèvent aucune réaction... Bon ben je vous laisse à votre médiocrité et je m'en vais comme un prince, bande de nazes".

Quant à l'historie de la vision, il n'y a pas d'effet de seuil: on considère que la vision humaine débute vers 400nm. Parfois on trouve 350nm. Mais autour de 400nm, il ne se passe absolument rien de particulier. Il n'y a pas des longueurs d'onde invisibles à 399nm et tout à coup d'autres bien visibles à 401nm. C'est d'ailleurs bien pour ça que le début est très "flou" (est-ce 350 ou 400?). C'est un mauvais exemple pour illustrer les histoires de seuils. Mais ça n'empêche pas qu'il existe bel et bien des phénomènes avec des effets de seuils marqués.

Avoir un QI d'intelligence très supérieure sans forcément être HPI me semble plus essentiel qu'être HPI ou THPI

Je ne comprends pas bien ta phrase, vu qu'avoir un gros QI c'est la définition même d'être HPI/HQI/Zèèèèèbre/surdoué/etc. Par contre, ça n’entraine pas automatiquement le fait d'être un génie. C'est ça que tu voulais dire ? Le "P" de HPI signifie potentiel. Le génie, c'est du concret, du réalisé, du palpable... pas du potentiel.


on va dire dès QI=120 car les études sur la créativité semblent montrer que celle-ci est corrélée à l'intelligence autour de ce point

Juste pour préciser au cas où: le corrélation n'a pas lieu "autour de ce point". En gros, et statistiquement bien sûr, la créativité progresse de pair avec le QI en dessous de 120. Au dessus, l’accroissement du QI n'est pas lié à un accroissement de créativité:
Les QI de 140 sont aussi créatifs que les QI de 120, pas plus, pas moins
Les QI de 120 sont plus créatifs que les QI de 100
Les QI de 140 sont également plus créatifs que les QI de 100.

Encore une fois cela n'est valable qu'en moyenne, à l’échelle d'une population. Les variations interindividuelles sont énormes. Et c'est là que...

Mon hypothèse, et je peux me tromper, c'est que pour toi plus le "QI" serait élevé, mieux ce serait .


Eh béh en moyenne, à l'échelle d'une population, c'est vrai: avoir un gros QI est corrélé avec la réussite, le salaire, la position sociale, etc. Mais ça ne signifie pas que l'ordre du QI (puisque ce n'est fondamentalement qu'un ordonnancement des intelligences des individus) suit scrupuleusement l'ordre de la réussite (et je passe volontairement sous silence le débat évident sur ce qu'est la réussite).
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar dani » Lun 16 Oct 2017 20:27

Avoir un QI d'intelligence très supérieure sans forcément être HPI me semble plus essentiel qu'être HPI ou THPI

Je ne comprends pas bien ta phrase, vu qu'avoir un gros QI c'est la définition même d'être HPI/HQI/Zèèèèèbre/surdoué/etc. Par contre, ça n’entraine pas automatiquement le fait d'être un génie. C'est ça que tu voulais dire ? Le "P" de HPI signifie potentiel. Le génie, c'est du concret, du réalisé, du palpable... pas du potentiel.


Avoir 120 de QI à ma connaissance c'est une intelligence très supérieure mais pas au point d'être appelé "surdoué". Alors on pourrait dire intelligence juste "supérieure" mais pour moi ça c'est pour les 110-115. Sinon, je pense plutôt que le génie nécessite d'autres qualités qu'un potentiel QI pour s'exprimer, même si ce dernier est très élevé, dont la créativité. L'article qui résume les travaux de Barron est assez clair en cela : capacité à gérer des émotions et des idées contradictoires, instinctifs, cultivés, desctructeurs, constructeurs etc, Un potentiel de 130 et plus ne va pas se transformer en génie, même si il se met sérieusement au boulot, si il a trop de freins intérieurs.


on va dire dès QI=120 car les études sur la créativité semblent montrer que celle-ci est corrélée à l'intelligence autour de ce point

Juste pour préciser au cas où: le corrélation n'a pas lieu "autour de ce point". En gros, et statistiquement bien sûr, la créativité progresse de pair avec le QI en dessous de 120. Au dessus, l’accroissement du QI n'est pas lié à un accroissement de créativité:
Les QI de 140 sont aussi créatifs que les QI de 120, pas plus, pas moins
Les QI de 120 sont plus créatifs que les QI de 100
Les QI de 140 sont également plus créatifs que les QI de 100.


Merci des précisions, oui, c'est ça, j'ai fait un raccourci : les QI de 140 sont aussi créatifs que les QI de 120, pas plus, pas moins. Alors que les 140 sont considérés comme des HQI et pas les 120 (enfin, ça dépend où, mais le seuil me semble habituellement au minimum à 125). Et qu'à créativité identique, les 20 de différence n'ont peut-être pas tellement d'importance, moins en tout cas que les aptitudes à gérer ses émotions, à oser entreprendre, à gérer la frustration etc. Après, il y en a qui ont tout : HQI, créativité, aptitudes émotionnelles, relationnelles, bonnes connaissance de soi, engagement, environnement au top pour leur projets, vie affective équilibrée etc. Et là, oui, dans ce cas, très probablement, tout le reste étant égal, la différence de QI fait certainement une vraie différence. Mais dans la vraie vie ces "phénomènes" restent assez rares.

Mon hypothèse, et je peux me tromper, c'est que pour toi plus le "QI" serait élevé, mieux ce serait .


Eh béh en moyenne, à l'échelle d'une population, c'est vrai: avoir un gros QI est corrélé avec la réussite, le salaire, la position sociale, etc. Mais ça ne signifie pas que l'ordre du QI (puisque ce n'est fondamentalement qu'un ordonnancement des intelligences des individus) suit scrupuleusement l'ordre de la réussite (et je passe volontairement sous silence le débat évident sur ce qu'est la réussite).


Oui, là aussi j'ai fait un raccourci : bien sûr que les QI élevés (115 et plus) ont plus de chance que les QI faibles (à peine 100 ou en dessous) de bien gagner leur vie. Mais en effet, je pense qu'il y a un seuil au delà duquel la réussite sociale (à savoir un job intéressant, épanouissant qui paie bien) ne tient pas forcément à un QI de 120, 130 ou 140 mais plutôt à des facteurs environnementaux (avoir eu accès à des études car des parents pouvaient les financer etc..) et personnels (dépasser l'échec d'un examen, ténacité etc). Donc, à moins d'avoir un QI d’huître, je vois pas trop l'intérêt de tenter d'augmenter son QI par des exercices. Si on a une intelligence supérieure, même sans être HQI, faut mettre son énergie ailleurs et surtout apprendre à déjà exploiter son niveau d'intelligence.

Là je donne des cours depuis quelques semaines à des jeunes femmes qui font une formation d'infirmière en cours d'emploi (niveau bachelor) et qui viennent d'une voie professionnelle dans la santé, sans avoir fait de lycée. Elles en sont à leur 3ème année et ne commencent que maintenant à s'approprier le fait que, peut-être, elles ne sont pas si idiotes que ça et qu'elle peuvent vraiment non seulement acquérir de nouvelles connaissances (sinon elles n'auraient même pas commencé), mais et surtout qu'elles peuvent malgré leurs origines (pas mal d'étudiantes étrangères) développer une autre culture sociale, plus académique. Au début où j'ai travaillé avec elles je les pensais un peu limitées au niveau cognitif en regard de leurs réflexions, réactions un peu enfantines. Et blam, depuis une semaine, de les entraîner ailleurs, en les obligeant à lire, à analyser des textes qui leur faisaient peur, elles découvrent qu'elles y arrivent, et même que cela leur plaît. Et elles y arrivent même très très bien pour certaines. Comme si un frein s'était levé, c'est impressionnant et très touchant. Et leur QI n'a pas tout à coup changé. Mais elles s'autorisent à penser autrement, plus librement, à oser explorer des idées nouvelles etc. (faudra voir si ça dure... mais c'est passionnant). Il leur aura fallu 2 ans d'immersion (à temps partiel, car elles travaillent et ont une famille à côté de leurs études) pour se lâcher.
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett
dani
 
Messages: 487
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar prince2phore » Mar 24 Oct 2017 07:15

Fish a écrit:On peut discuter librement de sujets banals. Mais beaucoup de membres y ont déjà réfléchi et n'ont pas envie de refaire la discussion une énième fois. Il ne faut pas le prendre mal, ni le prendre personnellement, si cela ne soulève pas l'enthousiasme. Tu ne t'en rends peut-être pas compte, mais le ton de tes messages suggère un certain reproche qui je pourrais résumer par "ha ben je croyais être sur un forum de surdoués, mais je vois que les questions absolument fondamentales ne soulèvent aucune réaction... Bon ben je vous laisse à votre médiocrité et je m'en vais comme un prince, bande de nazes".

Quant à l'historie de la vision, il n'y a pas d'effet de seuil: on considère que la vision humaine débute vers 400nm. Parfois on trouve 350nm. Mais autour de 400nm, il ne se passe absolument rien de particulier. Il n'y a pas des longueurs d'onde invisibles à 399nm et tout à coup d'autres bien visibles à 401nm. C'est d'ailleurs bien pour ça que le début est très "flou" (est-ce 350 ou 400?). C'est un mauvais exemple pour illustrer les histoires de seuils. Mais ça n'empêche pas qu'il existe bel et bien des phénomènes avec des effets de seuils marqués.


Si le sujet des effets de seuil a déjà été traité dans ce forum en long en large et en travers, je ne l'ai pas trouvé, mais je serai content d'avoir le lien vers ces fils de discussions. Si par contre tu veux dire que chacun ici y a pensé dans son coin et ne souhaite pas le faire sur le forum, je pouvais difficilement deviner :)

Pour ce qui est du ton de mes messages, c'est subjectif mais comme ce n'est pas la première fois que ça m'arrive il me faut bien reconnaître un problème au moins avec mon style ! ceci dit pour ceux qui veulent me croire, ce n'est pas l'intention; j'attendais juste de pouvoir discuter de tout et donc aussi de l'effet de seuil qui sans me passionner m’intéresse beaucoup, et pour être honnête, oui, sur ce sujet je m'attendais disons au moins à plus d'intérêt...

Pour la lumière (rayonnement électromagnétique) tu as raison sur le fait qu'il n'y ait pas d'effet de seuil à proprement parlé, c'est pour ça que si tu me lis bien tu verra que j'ai précisé que pour ce cas l'effet de seuil (pour moi) était du coté des récepteurs de l'oeil (ici humain). Le passage entre visible et infrarouge est continu (bon ne commençons pas à discuter mécanique quantique ici...) donc la limite arbitraire, mais pour ce qui est de l'oeil humain il y a bien un effet de seuil, au dessus d'une certaine longueur d'onde, fréquence (ou énergie si tu préfères) l'oeil de détecte plus; que ce soit en général (pour l'espèce) ou sur un individu donné.
Ça reste discutable, je préfères certes des effets plus clairs comme le changement de phase de la matière etc.

En tous cas, pas de ressenti de mon coté, j’apprécie toujours les discussions (et les personnes) ici, et j'espère juste ne pas m'être fait une mauvaise réputation et pouvoir continuer d'échanger sur d'autres sujets quand j'en aurai le temps :)

PS: je n'ignore pas les questions de Dani mais comme je partage la position de Fish je n'ai rien à ajouter là dessus.
Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder.
Avatar de l’utilisateur
prince2phore
 
Messages: 68
Âge: 41
Enregistré le: Lun 16 Fév 2015 12:35
Localisation: Shanghai
Présentation: Qui suis-je ?
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar dani » Mar 24 Oct 2017 16:54

prince2phore a écrit:[
PS: je n'ignore pas les questions de Dani mais comme je partage la position de Fish je n'ai rien à ajouter là dessus.


C'est quoi la position de Fish :think: ?

Je sais bien que je suis un peu hors sujet et que de discuter de la notion de seuil, toussa, n'est pas inintéressant. Mais pour moi ce questionnement révèle en amont quelque chose d'assez communément partagé (plus le QI est élevé mieux c'est...sinon tu ne poserais même pas la question je pense. Et comme je l'ai dit plus haut, c'est certainement vrai jusqu'à un certain seuil, on va dire jusqu'à un QI d'env 120, mais beaucoup moins après ) qu'il ne me semblait pas inutile d'expliciter.

Donc, pour toi, excuse moi si j'insiste un peu, pourquoi ta question ? (au-delà de l'intérêt intellectuel sur le sujet).
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett
dani
 
Messages: 487
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar dani » Mar 24 Oct 2017 19:57

Edit :

Je différencie "vouloir améliorer son QI" de "vouloir mieux exploiter son cerveau" bien sûr
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett
dani
 
Messages: 487
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: Peut-on améliorer/travailler son QI?

Messagepar JessyJones » Mar 24 Oct 2017 21:54

Bonjour,

Je vois que dans ces messages le lien entre intelligence et génétique a été évoqué.

J'ai lu un article tout à l'heure sur les recherches en cours sur ce sujet, intéressant

Le lien : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/c ... nce_113171
Avatar de l’utilisateur
JessyJones
 
Messages: 40
Âge: 48
Enregistré le: Lun 25 Sep 2017 19:23
Profil: En questionnement
Test: NON

Précédente

Retourner vers Là où l'on (se) pose des questions

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Est-il possible de rater son test de QI ?
1, 2, 3par Loupiote » Ven 11 Avr 2014 13:11

Réponses: 58

Vues: 12789

Dernier message par FeverDream Voir le dernier message
Mar 2 Aoû 2016 11:08
Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soit ?
par Petit Pingouin » Jeu 18 Juil 2013 13:58

Réponses: 23

Vues: 4296

Dernier message par zwip Voir le dernier message
Mar 18 Mar 2014 09:46
Peut-on se suffire du diagnostic clinique?
1, 2, 3par Rebelle? » Sam 7 Fév 2015 17:47

Réponses: 60

Vues: 6250

Dernier message par saliaskim Voir le dernier message
Mer 25 Mar 2015 23:46
Peut-on être touché par la douance sans l'être ?
par pounee » Dim 20 Sep 2015 04:15

Réponses: 16

Vues: 2265

Dernier message par Kirmas Voir le dernier message
Jeu 24 Aoû 2017 17:48
Peut-on être Hypersensible et non doué?
par Frandyrosa » Mer 12 Juin 2013 22:24

Réponses: 20

Vues: 21008

Dernier message par Lelaelig Voir le dernier message
Sam 6 Juil 2013 13:48

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot], Google [Bot] et 1 invité