Des livres à lire en duo

Le lieu de Culture, comme le titre de la rubrique l'indique. Ici il s'agira d'Oeuvres et d'Auteurs du vaste paysage culturel. Textes, photos, vidéos...
Rappelons que vos propres créations ont leur lieu consacré!

Modérateur : W4x

Répondre
Avatar du membre
Riffifi
Messages : 1149
Enregistré le : sam. 20 avr. 2013 15:35
Présentation : riffifi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'Ouest
Âge : 38

Des livres à lire en duo

Message par Riffifi » dim. 13 août 2017 19:40

Il y a des livres éclairés d'un jour différent par la lecture d'un autre livre.
Parfois c'est évident, et parfois on met des années avant de tomber sur ce fameux "autre" livre. Je vous propose donc de partager ici ces duos de livres.

Je commence avec trois duos bien différents :

La douleur, de Marguerite Duras
L'espèce humaine, de Robert Antelme
Marguerite Duras raconte une période de sa vie, sous l'occupation puis à la libération, qui est une période d'attente de son mari, Robert L., prisonnier dans les camps. Et le retour de Robert, son retour très progressif à la vie et à l'humanité.
Elle mentionne, vers la fin de son récit, le fait que Robert écrit un livre "sur ce qu'il croit avoir vécu là-bas".
Robert Antelme écrit sur ce qu'il a vécu "là-bas". Robert L., le mari de Marguerite, c'est lui. Son livre (magnifique) ne décrit pas son retour, mais ce qu'il a vécu avant ce retour.
Lire L'espèce humaine dans un second temps éclaire complètement différemment la lecture de La douleur. Ce personnage décrit de l'extérieur, voilà qu'à son tour nous le connaissons. Ce retour si difficile, si poignant que décrit Marguerite, le livre de Robert qui ne l'évoque pas du tout car son objet se situe avant, le fait pourtant comprendre et percevoir d'une façon bien plus riche.

Le journal, d'Anaïs Nin
Journal non expurgé, d'Anaïs Nin
Il y a plusieurs volumes de ces journaux, entre lesquels je ne choisirai pas ;)
Anaïs Nin a tenu un journal intime qui l'a accompagnée toute sa vie. Ou devrait-on dire : plusieurs journaux intimes parallèles ?
Le côté fascinant de la lecture parallèle de ces deux ouvrages (qui s'étalent sur de nombreux tomes et une longue période de sa vie) est de lire deux versions très différemment racontées de la même histoire, la sienne. Que dit-elle ou tait-elle, qu'est-ce qui est réel, qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qu'une construction... pour ma part je n'ai pas épuisé ma réserve de perplexité à ces lectures croisées. :)

Les mémoires du chancelier prince Von Bulow
Au service de la France, de Raymond Poincaré
Là encore, plusieurs volumes et l'intérêt de croiser les deux pour débusquer les multiples et miroitantes facettes de la vérité. Une guerre, deux camps, une même réalité, deux histoires bien différentes.
Je ne dirais pas que je conseille :P la lecture des deux, car personnellement je ne m'y serais pas lancée n'eût été la famine littéraire dont je souffrais alors mais, bon, à l'occasion... ^^
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)

Miss souris
Messages : 794
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : presentations/miaou-une-nouvelle-plus-e ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 46

Re: Des livres à lire en duo

Message par Miss souris » lun. 14 août 2017 12:26

Très intéressant Riffifi. Je me creuse la tete mais pour le moment pas le moindre exemple pour continuer...ne désespérons pas ( et surtout comptons sur les autres ...)

fabien49
Messages : 27
Enregistré le : ven. 9 juin 2017 22:55
Présentation : presentations/fabien-t8534.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Des livres à lire en duo

Message par fabien49 » mer. 16 août 2017 02:37

Les journaux d'AnaÏs Nin sont à mettre en parallèle avec les livres d'Henri Miller...
J'avais aussi été très surpris de découvrir le journal non expurgé, et de constater que son journal "officiel" masquait beaucoup de sa vie et modifiait le côté bohème en escamotant un personnage central de sa vie.
Ce qui est impressionnant c'est de constater que Miller comme Nin font du quotidien un monde enivrant, mais pas tout à fait vrai.

Avatar du membre
Riffifi
Messages : 1149
Enregistré le : sam. 20 avr. 2013 15:35
Présentation : riffifi
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : à l'Ouest
Âge : 38

Re: Des livres à lire en duo

Message par Riffifi » mer. 16 août 2017 08:21

fabien49 a écrit :Les journaux d'AnaÏs Nin sont à mettre en parallèle avec les livres d'Henri Miller...
C'est vrai que c'est intéressant de lire les livres qu'on voit naître et grandir dans les journaux d'A. Nin, ou de lire les ouvrages ou auteurs qu'elle cite (je pense à Otto Rank aussi par exemple). Mais peut-être avais-tu en tête un exemple plus précis ?
Pour rester dans le sujet Nin-Miller, leur correspondance est aussi très intéressante à mettre en parallèle de leurs œuvres, je ne sais pas si tu as eu l'occasion de la lire aussi.
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)

Avatar du membre
Nerval
Messages : 5
Enregistré le : dim. 19 mars 2017 16:06
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Antony
Âge : 32

Re: Des livres à lire en duo

Message par Nerval » mer. 16 août 2017 16:29

Topic intéressant ! Merci !

Le premier livre qui me vient à l’esprit est le « Bartleby » de Melville. Wiki en parle mieux que moi :) :

« Le narrateur est un notaire qui engage dans son étude un dénommé Bartleby pour un travail de clerc, chargé de copier des actes.
Au fil du temps cet être qui s'est d'abord montré travailleur, consciencieux, lisse, ne parlant à personne, révèle une autre part de sa personnalité : il refuse certains travaux que lui demande son patron. Il ne les refuse pas ouvertement, il dit simplement qu'il « préférerait ne pas » les faire, et ne les fait pas. Et cette phrase revient alors systématiquement dans sa bouche : « I would prefer not to », traduite en français par « je ne préférerais pas », ou « je préférerais ne pas » ou encore « j'aimerais mieux pas ». Peu à peu, Bartleby cesse complètement de travailler, mais aussi de sortir de l'étude où il dort. Il ne mange rien d'autre que des biscuits au gingembre, et refuse même son renvoi par son employeur. »

Après l’avoir lu, je conseille d’enchaîner sur la lecture de « Bartleby et Compagnie », d’Enrique Vila-Matas. Vila-Matas s’interroge sur le « syndrome Bartleby » dans la littérature, et dresse une liste non-exhaustive de livres avortés, ceux qui ont failli voir le jour et qui sont finalement restés inaboutis, soit par paresse de l’écrivain, soit par peur de ne plus être à la hauteur après un succès imprévu, soit par impuissance devant les limites du langage et de la littérature, soit pour toute autre raison loufoque… « I would prefer not to »…

Le duo Melville/Vila-Matas est particulièrement recommandé pour vous, si vous avez une grande sensibilité littéraire doublée d’une fâcheuse tendance à procrastiner…

Sinon, ce topic me fait aussi penser à Ulysse, de James Joyce. Il y a dans Ulysse tellement de références cachées à d’autres livres que ça en devient complètement opaque et tentaculaire. Il faudrait des années de lecture avant d’arriver à saisir toutes ces références ! C’est pharamineux :pharaon: . Mais du coup il ne s’agit plus d’un duo, donc je m’arrête là…

Il y a beaucoup de livres à lire en duo, mais la plupart du temps ces duos sont évidents. Chez Vila-Matas par exemple, la référence à Melville est annoncée dès le titre. On peut sûrement trouver d’autres exemples moins évidents… :think:
Bonne lecture !

Répondre