Nous sommes le Sam 23 Sep 2017 13:55


Quand le test ne permet pas de conclure...

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement

Modérateur: Bradeck

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar calliope » Mer 19 Juil 2017 04:04

Ma psychologue a juste fait une moyenne en faisant fi de l'hétérogénéité :)
calliope
 
Messages: 6
Enregistré le: Mer 22 Fév 2017 09:47
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Sherryn » Mer 19 Juil 2017 08:32

J'ai un QI hétérogène avec un IRP plus faible, néanmoins ma psy a quand même calculé mon QIT et mon... j'ai oublié le nom, enfin l'autre truc, celui qui est calculé avec seulement l'ICV et l'IRP. Elle me les a donnés en précisant qu'ils étaient non significatifs et donc seulement à titre indicatif. Les deux sont supérieurs à 130 ; au vu des nombreux signes cliniques, elle a conclu à un HP parfaitement limpide.

Enfin il me semble avoir compris que l'hétérogénéité c'était pas rare chez les HP.
Avatar de l’utilisateur
Sherryn
 
Messages: 34
Âge: 30
Enregistré le: Mar 30 Mai 2017 13:09
Localisation: Suisse
Présentation: https://adulte-surdoue.fr/presentations ... t8508.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Cadi56 » Mer 19 Juil 2017 08:39

Effectivement, à partir du moment où plusieurs indices sont supérieurs à 130, je pensais que le QIT n'était pas calculé mais que le diagnostic était posé quand même.

Dans mon cas mes indices sont loin du compte et non significatifs, donc cje ne comprends même pas qu'elle ait posé un diag. D'ailleurs je pense de plus en plus qu'elle m'a surévaluée. Mais dans ton cas c'est clair malgré tout
Comme un arbre dont les branches poussent et s'entremêlent indéfiniment, à moins de lui couper les racines...
Avatar de l’utilisateur
Cadi56
 
Messages: 76
Âge: 28
Enregistré le: Ven 9 Sep 2016 14:07
Présentation: C'est par là!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Sherryn » Mer 19 Juil 2017 10:16

Cadi56 a écrit:Dans mon cas mes indices sont loin du compte et non significatifs, donc cje ne comprends même pas qu'elle ait posé un diag. D'ailleurs je pense de plus en plus qu'elle m'a surévaluée.

J'ai été relire ton message et si j'ai bien compris ton QIT est à 126. La sensibilité au HP est reconnue par certains spécialistes (dont ma psy, d'après son site web) comme étant à 125, donc il me semble qu'à partir de 125, justement ils évaluent les signes cliniques pour voir si c'est du HP ou pas. C'est parfaitement possible d'être HP en-dessous de 130, je pense que tu devrais faire confiance à tes psys :)
Mais au fond, est-ce si important d'avoir une étiquette claire, nette et précise ? Le HP n'est pas forcément une frontière aussi tranchée. Comme pour tout d'ailleurs. Il est possible d'être un peu allergique mais pas trop, d'être un peu intolérant aux poivrons mais pas trop, un peu autiste mais pas trop, c'est aussi possible d'être un peu HP mais pas trop. C'est normal et naturel qu'il y ait une zone de flou avec pas forcément un HP clair mais indéniablement une sensibilité marquée. Si vous avez la certitude d'être dans cette zone de flou, n'est-ce pas finalement, quelque part, une réponse à part entière ?
Avatar de l’utilisateur
Sherryn
 
Messages: 34
Âge: 30
Enregistré le: Mar 30 Mai 2017 13:09
Localisation: Suisse
Présentation: https://adulte-surdoue.fr/presentations ... t8508.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

t

Messagepar Cadi56 » Mer 19 Juil 2017 12:47

Sherryn a écrit:
Cadi56 a écrit:Dans mon cas mes indices sont loin du compte et non significatifs, donc cje ne comprends même pas qu'elle ait posé un diag. D'ailleurs je pense de plus en plus qu'elle m'a surévaluée.

J'ai été relire ton message et si j'ai bien compris ton QIT est à 126. La sensibilité au HP est reconnue par certains spécialistes (dont ma psy, d'après son site web) comme étant à 125, donc il me semble qu'à partir de 125, justement ils évaluent les signes cliniques pour voir si c'est du HP ou pas. C'est parfaitement possible d'être HP en-dessous de 130, je pense que tu devrais faire confiance à tes psys :)
Mais au fond, est-ce si important d'avoir une étiquette claire, nette et précise ? Le HP n'est pas forcément une frontière aussi tranchée. Comme pour tout d'ailleurs. Il est possible d'être un peu allergique mais pas trop, d'être un peu intolérant aux poivrons mais pas trop, un peu autiste mais pas trop, c'est aussi possible d'être un peu HP mais pas trop. C'est normal et naturel qu'il y ait une zone de flou avec pas forcément un HP clair mais indéniablement une sensibilité marquée. Si vous avez la certitude d'être dans cette zone de flou, n'est-ce pas finalement, quelque part, une réponse à part entière ?


Sherryn je te remercie pour ce message instructif, dont j'ai aimé le système de comparaison très parlant. Il soulève de nombreuses questions. Je me permets d'en souligner quelques-unes mais promis après je reviendrai au sujet principal!

Effectivement, je pense que le problème réside dans l'étiquette. Personnellement, je crois que j'ai besoin de cette étiquette pour me justifier, pouvoir dire (alors qu'en vérité je ne dirai jamais ça :lol: ) à ma famille qui m'a toujours rétorqué "Muris! Fait des efforts! Change", que ben je suis comme ça pour telle raison et que je ne faisais pas exprès! Mais bon là on s'éloigne du topic et on entre à la fois dans la question des conséquences du diagnostic (hors sujet) et dans une thérapie de ma personne (double hors-sujet, zéro pointé!)

Je me demande surtout si on peut être "HP mais pas trop", ou si en réalité on peut être HP et avoir été véritablement saccagé par notre passé, nos traumatismes, nos "incompétences apprises" (comme dit ma psy).... Je me demande si un QI peut-être saccagé à ce point par nos émotions et surtout si c'est réversible (??? lancé de perche).

Ma psy actuelle, compte tenu de mon obsession à ce sujet, m'a invitée à faire un gros boulot sur mon anxiété et la gestion de mes émotions (et accessoirement, ma confiance en moi) puis repasser le test avec un spécialiste dont elle a une confiance absolue. On verra. Je crois que nombreux sont ceux qui pensent que c'est une mauvaise idée de repasser le test, ou que c'est en réalité inutile (euhhhh re-lancé de perche ^^)

3615 Agence Cadi Hors sujet j'écoute :wait:

Pitié ne me foutez pas trop pour ce message!


EDIT : certaines de ces questions sont soulevées dans le livre que je lis en ce moment "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur" (Monique de Kermadec), qui est très intéressant en ce qui concerne la souffrance de l'adulte non diagnostiqué enfant, et comment remédier à cette douleur. D'ailleurs, il est aussi intéressant sur certains aspects pour l'adulte qui souffre de manière globale. L'étiquette, ou de l'appartenance à un groupe, y est particulièrement analysée. Je me permets de citer un passage (j'espère ne pas outrepasser les règles du droit d'auteur) : Certains adultes surdoués semblent préférer leur souffrance à leur "guérison" [....], elle représente une résistance héroïque à un conformisme qui chercherait à anéantir leur caractère unique et tellement singulier"..... je précise qu'elle explique ensuite que cette attitude naturelle donne lieu à une plainte sans fin et donc une souffrance persistante. Bref .
Comme un arbre dont les branches poussent et s'entremêlent indéfiniment, à moins de lui couper les racines...
Avatar de l’utilisateur
Cadi56
 
Messages: 76
Âge: 28
Enregistré le: Ven 9 Sep 2016 14:07
Présentation: C'est par là!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Erah » Jeu 20 Juil 2017 16:25

Bonjour!!

J'espère que je poste au bon endroit :nesaitpas:
J'ai raconté ma passation dans le sujet dédié et après m'être baladée ci et là depuis hier, le "majoritairement positif" des résultats se contraste de plus en plus à cause de tout un tas de questions qui me piétinent le bourrichon. J'en retire toujours quelque chose de globalement positif cependant, mais certains points me titillent un peu trop pour réussir à en faire abstraction.

Je m'excuse sincèrement par avance car malgré plusieurs modifications et relectures je me rend compte que ce n'est pas très clair et peu limpide mais ces questions tournoient tellement vite que je n'arrive pas à organiser mieux les choses :( Ce qui suit est donc très représentatif de ce qui se trame dans ma caboche. C'est le bordel.
Mais une ou plusieurs âmes charitables pourraient elles m'aider à dépatouiller tout ca ? :rrmiaou:

Donc en fait maintenant à j+2 je me demande vu les conditions catastrophiques de la passation et les échanges un peu limites que j'ai eu avec ces deux praticiennes ce que valent réellement ces résultats :nesaitpas:
Ca m'énerve de remettre ça en question mais clairement je n'ai pas confiance quand bien même j'essaie d'objectiver et de m'abandonner à leur expérience pro.
Je me demande où est la limite entre le déni de l'acceptation (qui pourtant me soulagerait dans ce cas) et le doute légitime quant à la viabilité des résultats (qui me ferait repartir dans les mêmes tergiversations)?

Dans la mesure où :

- je n'ai physiquement pas pu manipuler les cubes à cause de trop grands tremblements et où de toutes façons mes larmes brouillaient complétement ma vision au point de ne pas pouvoir distinguer les formes

- je me suis "braquée" sur l'arithmétique quand j'ai compris au milieu de l'exercice que c'était chronométré, je me suis dit que je ne pouvais pas y arriver, j'ai donc refusé de répondre sans même essayer ou répondu volontairement à côté (réflexe idiot primitif de survie) ironiser ma propre bêtise pour mettre à distance ce qui est souffrant et avoir l'impression de garder le contrôle.. Idem pour la mémoire des chiffres à un moment je n'ai plus réussi à au moins essayer le "de toute façon tu es une merde" autour duquel je me suis construite m'a paralysée et je ne me suis pas donnée le droit de au moins tenter :tmi:

- pareil pour vocabulaire, similitudes, information à partir du moment où elle m'a dit très sèchement de "faire un effort" (que j'ai pris dans le sens sinon on va pas y arriver et ça me gonfle déjà bien comme il faut ..) eh bien mes angoisses de petite fille qui ne veux pas "déranger" sont revenues du tréfonds de mon âme et j'ai abrégé, me calquant à mort sur elle, je passais la question dès que je la sentais agacée ...

- pour les matrices et les puzzles j'oralisais ma réflexion et son langage non verbal était trop prégnant j'ai pas réussi à m'en détacher et j'ai fait en fonction des ses réactions, de mes projections sur elle et de mon état d'esprit plus grand chose à voir avec ce qui est censé être mesuré à priori ...

Toutes ces choses sont pourtant notifiées dans le compte rendu mais à froid il me semble que ces éléments ne sont pas pris en compte :
- "ne parvient pas à appréhender le matériel, à maitriser son anxiété, à manipuler les cubes en raison d'un très important tremblement des mains "et conclut "capacités fragilisées en raisonnement perceptif".
Dans quelle mesure l'incapacité physique de faire réellement l'exercice joue t'elle dans l'appréciation et la mesure de l'IRP?
En fait il me manque une conclusion à cette phrase. Soit les difficultés sont moins importantes que ce qu'en dit le chiffre car d'autres éléments ont interféré, soit elles sont réelles mais dans ce cas qu'elles sont elles et que veulent elles dire?

Pareil pour tout le reste en fait il est écrit partout "pénalisée par" "réponses étonnement aléatoires" "scores minorés" mais aucune analyse n'en découle, ce qui en plus est en totale contradiction avec la restitution orale qui m'a été faites par sa consœur. Je caricature volontairement hein mais à l'oral on me dit que je suis un génie et à l'écrit on me dit que je suis une personne en difficulté.
Je m'interroge encore plus sur ce génie supposé que sur les difficultés avérées d'ailleurs car elle ne m'a parlé que de mon score haut à l'ICV or, avec 40 points de moins à l'ICP c'était ça qui m'interpellait le plus et que je souhaitais approfondir mais elle a balayé en disant en gros hein qu'on s'en fou du chiffre, qu'il est normal.

Du coup je suis embêtée parce que le compte rendu tel qu'il est fait me convient parfaitement. J'étais venue vérifier si j'avais une difficulté fonctionnelle cognitive ou psychologique. La réponse étant non ça me va ! Super merci beaucoup madame bonne continuation, mais nooooooooon pourquoi faire simple hein :violent1:
On me dit que c'est exceptionnel bon tant mieux mais en toute objectivité ça ne semble pas représentatif de la réalité, je me dis que peut être certaines choses importantes sont passées à la trappe... Et puis dans quelle mesure également les "fortes vulnérabilités psychologiques" relevées ont-elles interférées ou non?
En lisant le topic qi hétérogène je me rend compte que mes résultats veulent peut-être dire quelque chose de plus finalement. Être très supérieure d'un côté et dans la moyenne basse de l'autre n'est quand même pas anodin.
Elle s'est basée sur mes résultats de l'IVT pour écarter TDA et Dys mais du coup quelles difficultés fonctionnelles peuvent impacter l'ICP à ce point?
Et puis j'ai écarté la douance au vu des résultats et bon parce que ça m'arrange aussi. J'ai réfuté d'instinct le truc parce que je trouve ça non représentatif de ne prendre que l'indice verbal mais en me baladant ici il apparaitrait que c'est quand même un indice très représentatif, qui fou le doute en tout cas, et comme l'anamnèse indiquait que sûrement...
Je voulais qu'on mette en lumière mes difficultés et elle n'a fait que me féliciter (j'ai bien conscience que sur ce point ce sont mes attentes qui posent problème) mais de ça aussi je doute parce qu'elle me dit très supérieurement intelligente (pas surdouée hein juste à la limite je cite "non pathologique de l'intelligence") alors qu'objectivement les trois autres indices sont moyens et que le mot difficultés est très récurrent dans le CR. De plus QIT non calculé mais elle me dit que si il fallait le situer il serait moyenne haute, tout en me situant à peine avant les 130 sur la Gaussienne en me lançant 5% ... Je vous avoue être un peu perdue, non seulement je ne situe pas mes difficultés mais en plus je ne sais même pas si je suis supérieurement ou normalement intelligente voilà c'est le drame :D
Je suis partagée entre le stop, c'est fait, prend ce qu'il y a à prendre. Tu n'es ni qualifiée ni compétente pour repérer d'éventuels manquements donc fait confiance, lâche prise, accepte. Ne prend pas en compte le goût amer laissé par ce moment douloureux, ne remet pas tout en cause pour un inévitable facteur humain, et c'est pas parce que la dame a été méchante que ça change tout, sa compétence notamment.
Mais confiance, lâché prise et acceptation aveugle (attention gros euphémisme en vue) ne sont clairement pas des points fort chez moi! Il semble toutefois que ce soit un passage intrinsèquement obligatoire / courant, la remise en question avant la validation.

Bon en fait la vraie grosse question (après 546 pages ... :o )je crois est : quand est-ce qu'il est véritablement légitime et intellectuellement honnête de douter de la viabilité des résultats? Ou tout du moins de les nuancer?
pitié dites moi de ne plus douter que je puisse enfin savourer le soulagement de ces résultats encourageants pour mon épanouissement et que je me cherche des difficultés qui n'existent pas et que de bonnes conditions ne révèleraient pas plus de choses comme j'en étais convaincue hier!!!!
Erah
 
Messages: 12
Âge: 30
Enregistré le: Ven 26 Fév 2016 14:48
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: t

Messagepar Sherryn » Jeu 20 Juil 2017 16:46

Cadi56 a écrit:Je me demande si un QI peut-être saccagé à ce point par nos émotions et surtout si c'est réversible (??? lancé de perche).

Le QI lui-même, non, mais le passage du test, oui ;)

> Erah

Franchement je comprends même pas comment ils ont pu te laisser continuer le test vu les problèmes physiques que tu avais aux cubes (qui est quand même le début, ton stress ça devait se voir!!). Selon moi, ils auraient dû tout arrêter à ce moment-là et te dire de revenir. Pour moi ces résultats ne valent rien, mais bon, je suis pas psy...
Avatar de l’utilisateur
Sherryn
 
Messages: 34
Âge: 30
Enregistré le: Mar 30 Mai 2017 13:09
Localisation: Suisse
Présentation: https://adulte-surdoue.fr/presentations ... t8508.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar madeleine » Jeu 20 Juil 2017 17:51

Personne ici n'a de véritable légitimité à commenter tes résultats, erah ; comme on le redit à chaque fois que des questions se posent suite à une passation de Wais, c'est aux praticiennes que tu as vues de répondre à tes questions, que tu peux leur adresser par mail si tu redoutes le téléphone. Ne doute pas de la légitimité de ces questions, c'est un droit incontestable, mais il faut les adresser au bon endroit :)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2991
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Erah » Jeu 20 Juil 2017 20:33

Arghhhhfff oui je sais bien que de votre côté vous ne pouvez pas affirmer ou infirmer quoi que ce soit malheureusement. Je prendrais bien évidement les éventuels avis en tant que tels sans y accorder de l'absolu. J'avais simplement en tête en postant ici de recueillir quelques impressions, de croiser les expériences et les savoirs sur le sujet en espérant qu'un peu de sens puisse se dégager. Peut être simplement que ne connaissant pas les subtilités du champs lexical de psy, une reformulation des termes qui me chafouinent serait une illumination salvatrice ^^ Je ne sais pas néanmoins si cela rend cette démarche plus pertinente, déjà que j'ai du mal à trouver les questionnements initiaux légitimes :think:

La psy a répondu à ces questions durant le compte rendu et c'est justement ses réponses qui me posent problème en fait ^^J'ai perdu peu à peu toute confiance en la fiabilité du tout.
Ce qui me dérange le plus c'est ce fichu IRP, je n'arrive pas à me contenter du "ne vous en préoccupez pas". Les notes en tant que telles ne me perturbent par plus que ça, je n'étais pas allée chercher une performance (heureusement d'ailleurs!!) mais c'est le rapport entre elles et le fait que ça n'ait occasionné ni commentaire ni conclusion qui m'interpelle.
Les couacs et blocages rencontrés ont finalement été les mêmes sur tous les tests, gageons donc que l'impact ait été uniforme. Finalement stress, blocages ou désobligeance de la praticienne, n'est pas ce qui importe puisque à l'inverse, des conditions considérées comme optimales aurait de la même manière impactées uniformément sur les indices.
Donc, la grande hétérogénéité aurait quand même été présente, et j'aurais toujours été à la fois dans un extrême et dans l'autre. :doh:
Dans de moindres mesures, j'encape pas bien non plus le "très haut niveau d'un QI parfaitement dans la moyenne, placé à 126 sur Mister Gauss", m'enfin si il n'y avait que ça encore ça irait :rofl:
Allez aujourd'hui j'ai fait le déni et la colère, demain je me fais une petite négociation / dépression et samedi ce sera tout bon pour une bonne petite séance de yoga botanique en piscine.

Edit : par contre je viens de me rendre compte que je suis sur le fil quand le test ne permet pas de conclure" sous entendu évidement sur la douance, je m'excuse donc de ne pas être au bon endroit du coup, la non conclusion qui me préoccupe n'est pas à propos d'un HP :pale: Dites moi si je dois l'effacer ou le mettre ailleurs ou m'immoler par le feu :rrmiaou:
Erah
 
Messages: 12
Âge: 30
Enregistré le: Ven 26 Fév 2016 14:48
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar *Za* » Ven 21 Juil 2017 08:00

Erah a écrit:"très haut niveau d'un QI parfaitement dans la moyenne, placé à 126 sur Mister Gauss"

Il y a de quoi être un peu déboussolée, en effet, et le topic ne me semble pas si mal choisi.
Même si le courant est mal passé, tu as le droit de demander des réponses claires à la psy ; elle te les doit.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2688
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Erah » Sam 22 Juil 2017 12:04

Bon eh bien je n'ai visiblement plus les moyens de douter ^^
Mes questions seraient les bienvenues dans le cadre d'une consultation à 65€, plus l'heure de route.
Finalement les incompréhensions teintent les choses de mystère c'est pas mal aussi :P Etant donnée que je paye déjà le bilan jusqu'en avril 2018, je vais me contenter de ce que j'ai, en concluant que l'omniscience de toute façon c'est old fashionned :lol:
Erah
 
Messages: 12
Âge: 30
Enregistré le: Ven 26 Fév 2016 14:48
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Quand le test ne permet pas de conclure...

Messagepar Différente » Dim 30 Juil 2017 20:20

Tes émotions et le contrôle sur elles font partis de toi. Le test c'est une estimation à un instant de ta vie. C'est pas parce que tu as perdu tes moyens pendant la passation que tu n'es pas HP.

Perso après les tests sur la mémoire des chiffres j'en ai eu marre j'étais crevée et j'ai pas fait tellement d'efforts pour l'arithmétique. Quant à l'IVC, je n'ai pas tellement pris les subtests au sérieux, c'est pas mon truc et j'arrive pas à comprendre en quoi la culture G vient là dedans (pour moi y'a une part de chance non négligeable, bref). Ce qui fait que le résultat de mon test n'est pas totalement représentatif de la réalité par contre il a validé la douance sans équivoque.

Bon courage
Tu passes la moitié de ta vie à hésiter avant de te décider de quelque chose et le reste du temps t'es pas sur d'avoir pris la bonne décision.
Différente
 
Messages: 198
Âge: 28
Enregistré le: Ven 9 Sep 2016 12:00
Présentation: C'est ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Précédente

Retourner vers Diagnostic, Tests, Psys et Thérapies

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Et quand le test dit non!
1 ... 11, 12, 13par dédale » Ven 28 Sep 2012 07:15

Réponses: 308

Vues: 60433

Dernier message par dani Voir le dernier message
Mer 21 Juin 2017 19:32
Quand le test dit "oui mais non mais oui"
par Armie » Mer 28 Jan 2015 18:04

Réponses: 18

Vues: 4512

Dernier message par Eloo33 Voir le dernier message
Mar 15 Déc 2015 09:16
Passer la Wais quand on a fait des études et stages en neuropsychologie.
par Gioia » Sam 4 Juin 2016 10:14

Réponses: 14

Vues: 1075

Dernier message par Gioia Voir le dernier message
Lun 13 Juin 2016 17:29
WAIS V - pour quand nesse donc ???
par theudericus » Mar 21 Fév 2017 16:20

Réponses: 9

Vues: 777

Dernier message par theudericus Voir le dernier message
Mer 1 Mar 2017 19:49
Quelle évolution après confirmation par le test ?
1, 2par kid Pharaon » Dim 3 Juil 2011 22:46

Réponses: 40

Vues: 10978

Dernier message par Cassini Voir le dernier message
Sam 21 Mai 2016 15:51

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités